Maladie de Lyme

De Psiram

Maladie de Lyme ou Borréliose de Lyme: La borréliose de Lyme est une maladie transmise par les tiques qui se produit principalement dans les régions tempérées de l'hémisphère nord et est principalement causée par la bactérie Borrelia burgdorferi en Amérique du Nord et la Borrelia afzelii ou la Borrelia garinii en Europe et en Asie. L'infection commence généralement par une lésion cutanée en expansion connue sous le nom d'érythème migrant (appelée Stade 1), qui, si elle n'est pas traitée, peut être suivie d'une infection disséminée précoce, en particulier d'anomalies neurologiques (Stade 2), et par une infection tardive, en particulier arthrite en Amérique du Nord ou acrodermatite chronique atrophiante en Europe (Stade 3). Cependant, la maladie peut présenter n'importe laquelle de ces manifestations. Pendant l'infection, les bactéries migrent à travers les tissus de l'hôte, adhèrent à certaines cellules et peuvent échapper à la clairance immunitaire. Pourtant, ces organismes sont finalement tués à la fois par des réponses immunitaires innées et adaptatives et la plupart des manifestations inflammatoires de l'infection se résolvent. Sauf pour les patients atteints d'érythème migrant, la Borréliose de Lyme est diagnostiquée sur la base d'une constellation clinique caractéristique de signes et de symptômes avec une confirmation sérologique de l'infection. Toutes les manifestations de l'infection peuvent généralement être traitées avec des antibiothérapies appropriées, mais la maladie peut être suivie de séquelles post-infectieuses chez certains patients. La prévention de la Borréliose de Lyme consiste principalement à éviter les piqûres de tiques par des mesures de protection personnelle. [1]

Sommaire

Point sur les connaissances sur la Borréliose de Lyme publié par Santé publique France en 2016 [2]

Qu'est-ce que la borréliose de lyme ?
La borréliose de Lyme est une maladie infectieuse, non contagieuse, causée par une bactérie du complexe Borrelia (B) burgdorferi senso lato (principales espèces pathogènes en Europe : B.afzelii, B. garinii et B. burgdorferi sensu stricto), et transmise à l’Homme par piqures de tiques dures du genre Ixodes, infectées. La maladie s’exprime par diverses manifestations dermatologiques, neurologiques, articulaires et plus rarement cardiaques ou ophtalmiques. Cette zoonose est présente en Europe, Amérique du Nord et les régions tempérées de l’Asie. Elle est la première maladie vectorielle en Europe avec une estimation annuelle de 85 000 cas (http:// www.eucalb.com/).
Comment se fait la transmission ?
[...]
La borréliose de Lyme ne se transmet pas :
- de personne à personne
- par contact direct avec des animaux
- par voie alimentaire (par exemple : venaison)
- par piqure d’autres insectes
Aucun cas de borréliose de Lyme n’a été à ce jour lié à une transfusion sanguine. Des études ont cependant montré que la bactérie Borrelia burgdorferi pouvait survivre dans du sang stocké pour des dons (Nadelman RB et al. 1990 ; Johnson SE et al. 1990). Les données d’études anciennes suggérant que la borréliose de Lyme pouvaient contribuer à des issues de grossesse défavorables n’ont pas été confirmées par des études ultérieures (Maraspin V et al. 1999 ; .Strobino B et al. 1999).
En 2016, le Haut Conseil de la santé publique a émis un avis relatif à la borréliose de Lyme concernant le risque de transmission par voie materno-fœtale et lors de l’accouchement, par le lait maternel, par voie sexuelle, et via les produits sanguins labiles, les greffes d’organes, de tissus et de cellules (avis du 19/02/2016).
[...]

Avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) relatif à la transmission de la borréliose de Lyme (19 février 2016) [3]

Le Haut Conseil de la santé publique a reçu le 9 mars 2015 une saisine de la Direction générale de la santé relative aux différents modes de transmission des Borrelia.
Il est demandé au HCSP, en s’appuyant sur les données scientifiques disponibles, de compléter le rapport publié en décembre 2014 par l’évaluation des risques éventuels de transmission des Borrelia par voie sexuelle, par voie materno-fœtale au cours de la grossesse et lors de l’accouchement, et via les produits sanguins labiles et les greffes d’organes, de tissus et de cellules.
[...]

Transmission par le lait maternel

Aucun cas de transmission par le lait n’a été à ce jour publié. Des PCR positives à partir de deux personnes sont mentionnées par une seule publication. Cependant, la présence de bactérie vivante et infectieuse n’a jamais été démontrée.

Transmission par voie sexuelle

Un seul article publié en 2015 rapporte l’isolement en culture de Borrelia dans les sécrétions génitales humaines avec confirmation par PCR. Cette constatation ne signifie pas pour autant un risque de transmission. Il n’y a pas d’autre documentation clinique. Aucune transmission sexuelle n’a, à ce jour, été démontrée chez l’homme. Les preuves d’une transmission sexuelle de Borrelia ont été recherchées également chez le rat, sans succès.

Transmission via les produits sanguins labiles

[...]
Bien que le risque d’une transmission par transfusion ne peut être totalement exclu, l’absence de cas humain publié pourrait être expliquée par plusieurs hypothèses : une auto-exclusion des candidats au don de sang ayant présenté un syndrome pseudo-grippal ou une morsure récente de tique [...]

Transmission via les greffes d’organes, de tissus et de cellules

Un article reprend les cas publiés de borréliose de Lyme chez les transplantés mais il s’agit de cas survenus plus de deux ans après la greffe dans des contextes de morsures de tique ou dans des régions de forte endémie. Il n’est donc pas question de transmission par la greffe.

Conclusions de l'article

D’une manière générale, la transmission par le lait maternel, par voie sexuelle ou via les produits sanguins et les greffes est à ce jour non documentée chez l’homme. Seule l’infection par voie materno-fœtale a pu être suspectée dans une dizaine de cas en trente ans.

Controverse à propos de la Borréliose de Lyme

Source une vidéo accompagnant l'article du Washington Post Dangerous unproven treatments for ‘chronic Lyme disease’ are on the rise (Les traitements non prouvés dangereux pour 'la maladie Lyme chronique' sont en augmentation). By Lena H. Sun, June 15 2017[4]
La video avait été mise en ligne le 29 décembre 2014 par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) sous le titre Feeling Worse After Treatment? Maybe It’s Not Lyme Disease (Vous vous sentez plus mal après le traitement? Ce n'est peut-être pas la maladie de Lyme) et était présentée comme suit:
L'histoire de Robert commence par une histoire de douleur articulaire/de raideur, de perte de mémoire et d'engourdissement et de picotements dans les deux mains. Il est diagnostiqué atteint de maladie Lyme chronique et traité avec des antibiotiques à long terme. Ses symptômes empirent et il commence à perdre la vue de l'oeil droit. L'évaluation par un neurologue et un ophtalmologue mène au diagnostic d'une tumeur pituitaire - pas d'une maladie de Lyme. Robert a maintenant une maladie cardiaque et une insuffisance rénale définitives, des douleurs articulaires et de l'apnée du sommeil obstructive sévère suite à un diagnostic et un traitement incorrects. Si vous avez eu des traitements pour la maladie de Lyme et que ne vous sentez toujours pas mieux, prenez SVP un deuxième avis. Un diagnostic incorrect peut conduire à des dommages permanents ou à la mort.[5]

La position des autorités de santé en France est la même que celle préconisée par la communauté médicale internationale. Aux USA, cette position est représentée par les lignes directrices de l'IDSA (Infectious Diseases Society of America), adoptées également au Canada [6], en Europe par l'EUCALB (European Union Concerted Action on Lyme Borreliosis qui regroupe 12 pays européens) et dans de nombreux autres pays. Or, aux USA, un groupe de pression (Advocacy group) dissident très actif, l'ILADS (International Lyme and Associated Diseases Society), a émis ses propres lignes directrices qui sont en contradiction sur de nombreux points avec celles de l'IDSA. [7] [8] [9] [10]. Ce n'est donc pas par hasard si Santé Publique France (qui regroupe depuis mai 2016 l'Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires) et le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) ont publié les deux documents ci-dessus démentant les affirmations de l'ILADS, des « Lyme Literate Doctors » (LLDs) et des « Lyme Literate Medical Doctor » (LLMDs) [Docteurs en Médecine formés/instruits/compétents pour Lyme] lesquels sont formés pour Lyme selon les lignes directrices de l'ILADS. Les affirmations de ceux-ci ne sont en fait pas étayées par des preuves scientifiques. Les (nombreuses) références qu'ils mettent en avant sont publiées dans leurs propres journaux, dans des revues douteuses, ce qu'on appelle les revues en open access ou les revues prédatrices, de plus le groupe est très actif sur Internet visant les patients en mal d'explication à leur symptômes, symptômes réels de Lyme (ou d'une autre pathologie), ou supposés (mal-être, stress, dépression, fatigue, etc.). La maladie de Lyme est une coupable idéale avec des symptômes si variés qu'elle peut être concerner, selon eux, tout le monde. Le discours alarmiste de ce groupe peut conduire les patients crédules à subir des traitements inutiles, onéreux ou dangereux, ou même à ne pas soigner une pathologie, éventuellement grave, s'étant laissés persuader d'être atteint de maladie de Lyme.

Les condamnations ordinales ou juridiques concernant les Lyme Literate Medical Doctors (LLMDs)

Aux USA jusqu'en 2011

Source: le document An Evolving Rogues' Gallery of “Lyme Literate” Quacks and Crooks[11]

Un document intitulé An Evolving Rogues’ Gallery of “Lyme Literate” Quacks and Crooks, publié en janvier 2011, fait le tour des démêlés des LLMDs avec les autorités sanitaires ou judiciaires des USA, références à l'appui [11]. Il reprend et complète le document Updating the Rogues Gallery of LLMDs". Did we miss anyone? (Avons-nous oublié quelqu'un?), publié le 26 Janvier 2008 [12]. Traduction:

3 mars 2011.
KANSAS CITY, Kan. (AP) - Trois résidents de Californie ont été condamnés à une période de probation et il leur a été ordonné de payer une restitution au Kansas pour un stratagème de commercialisation frauduleux pour guérir la maladie de Lyme. Robert Bradford, âgé de soixante-dix-neuf ans, a été condamné cette semaine à une période de probation de cinq ans et à la confiscation de 400,000 $. Sa femme, âgée de 70 ans, Carole Bradford, a eu une période de probation de cinq ans et un jugement de confiscation de 700,000 $, tandis que Brigitte Byrd de 65 ans a été condamnée à une période de probation de trois ans et une confiscation de 10,000 $. Toute la trois résidents de Chula Vista, en Californie, ont également été condamnés à payer plus de 40 000 $ en restitution. Les trois ont travaillé avec le docteur du Texas, John Toth de Topeka, qui a été condamné le mois dernier à une peine de prison déjà accomplie [pendant l'instruction?]. Toth a reconnu que lui et les trois co-accusés ont vendu un microscope qu'ils ont dit pourrait diagnostiquer la maladie de Lyme et ont promu un plan de traitement médicamenteux qu'ils prétendaient pourrait la guérir.
[le lien mis dans le document sous le nom de Robert Bradford n'étant plus accessible en 2017, on trouve les références nécessaires ici [13][14] [15] [16]]

2 mars 2011.
[Par] Phil. Inq. Un docteur condamné pour attentat à la pudeur sur des patients. Les autorités ont dit qu'un docteur qui pratiquait à Kennett Square et était connu pour traiter la maladie de Lyme avait une autre spécialité: faire des avances indésirables aux patientes. Peter Fabulian, 63 ans, de Strasburg, qui a plaidé coupable en décembre à propos de deux à deux accusations d'attentat à la pudeur, a été condamné mardi à un mois en prison et à cinq mois d'assignation à résidence avec une surveillance électronique, suivie d'une période de probation de deux ans.

9 février 2011.
KANSAS CITY, Kan. (AP) - Un médecin du Kansas a été condamné à une peine déjà accomplie [pendant la détention préventive?] après avoir plaidé coupable de faire partie d'un plan pour vendre un système faux/bidon pour diagnostiquer et guérir la maladie de Lyme. Le procureur US [U.S. Attorney], Barry Grissom, a déclaré mercredi que John Toth, âgé de 61 ans, de Topeka, avait également été condamné à deux ans de mise en liberté surveillée et a été condamné à une amende de 25 100 $. Toth a déjà purgé 26 mois de prison après avoir plaidé coupable pour les accusations d'homicide involontaire de l'État en 2007 après le décès d'un patient. Il a été libéré en 2010. Dans l'affaire fédérale, Toth a admis en octobre que lui et les trois co-accusés ont commencé à vendre un microscope qu'ils ont dit pouvoir diagnostiquer la maladie de Lyme. Ils ont également promu un plan de traitement médicamenteux qu'ils prétendaient pouvoir guérir la maladie.

26 octobre 2010.
Le docteur qui offrait un faux remède contre la maladie de Lyme plaide

KANSAS CITY, Kan. (AP) - Un médecin du Kansas a plaidé coupable de faire partie d'un plan visant à vendre un système faux/bidon pour diagnostiquer et guérir la maladie de Lyme. Le procureur U.S. [U.S. Attorney] Barry Grissom dit que John R. Toth, âgé de 61 ans, de Topeka, a plaidé coupable lundi d'avoir participé à la fraude. Il a accepté de payer une amende de 30 000 $. La peine doit être prononcée le 18 janvier. Toth a admis que, à partir de septembre 2001, lui et les trois co-accusés ont commencé à vendre un microscope qu'ils ont dit pouvoir diagnostiquer la maladie de Lyme. Ils ont également promu un plan de traitement médicamenteux qu'ils prétendaient pouvoir guérir la maladie. Toth a facturé aux patients l'utilisation du microscope et les médicaments. Les autorités disent que les médicaments ont causé la mort d'un résident du Kansas et une insuffisance rénale chez un autre. Les trois co-accusés de Toth ont plaidé coupable et attendent le prononcé de la peine. [références figurant dans le document:[17][18]]

26 octobre 2010.
Le docteur qui offrait un faux remède contre la maladie de Lyme plaide

KANSAS CITY, Kan. (AP) - Un médecin du Kansas a plaidé coupable de faire partie d'un plan visant à vendre un système faux pour diagnostiquer et guérir la maladie de Lyme. Le procureur U.S. [U.S. Attorney] Barry Grissom dit que John R. Toth, âgé de 61 ans, de Topeka, a plaidé coupable lundi d'avoir participé à la fraude. Il a accepté de payer une amende de 30 000 $. La peine doit être prononcée le 18 janvier. Toth a admis que, à partir de septembre 2001, lui et les trois co-accusés ont commencé à vendre un microscope qu'ils ont déclaré pouvoir diagnostiquer la maladie de Lyme. Ils ont également promu un plan de traitement médicamenteux qu'ils prétendaient pouvoir guérir la maladie. Toth a facturé aux patients l'utilisation du microscope et les médicaments. Les autorités disent que les médicaments ont causé la mort d'un résident du Kansas et une insuffisance rénale chez un autre. Les trois co-accusés de Toth ont plaidé coupable et attendent le prononcé de la peine.
[références figurant dans le document:[19][20][21].]

27 septembre 2010.
Un médecin de la rive Est fait face à la mise en probation sur des cas de maladie de Lyme
The Virginian-Pilot
[Deux références figuraient dans le document, voici la seule disponible en 2017:[22]]
Un médecin sur la rive est, connu pour traiter les personnes atteintes de la maladie de Lyme, a été mis en probation pour une durée illimitée par le Conseil de médecine de l'état de Virginie et interdit à vie de prescrire des stupéfiants. Le Dr. Geoffrey Gubb, qui a un cabinet [médical] familial à Belle Haven, a été accusé par le Conseil d'avoir traité 15 patients avec des médicaments contre la douleur très puissants, tout en omettant de surveiller leur état ou de documenter correctement les diagnostics. Gubb, 73 ans, a jusqu'au 16 octobre pour faire appel à ce sujet. S'il ne le fait pas, le prononcé devient définitif ce jour-là. Dans une interview, la semaine dernière, Gubb a déclaré qu'il avait décidé de fermer son cabinet [médical] familial à la fin du mois. Il a dit qu'il traite environ 800 patients dont la plupart proviennent de Virginie, du Maryland et du Delaware. Environ 600 ont la maladie de Lyme, at-il dit, et beaucoup ont traversé le Chesapeake Bay Bridge-Tunnel de Hampton Roads pour obtenir un type de traitement que la plupart des médecins refusent de prescrire parce que cela va à l'encontre des lignes directrices recommandées.
[Un article qui ne figure pas dans le document, publié quelques mois auparavant dans le Virginian-Pilot, traitait du même sujet avec quelques détails supplémentaires:[23]]

17 septembre 2010. [Il] plaide coupable dans un système de maladie de Lyme
Par BRAD COOPER, The Kansas City Star
[référence figurant dans le document[24]]
Un homme de Californie a plaidé coupable vendredi devant la cour fédérale pour avoir manigancé de vendre un équipement médical et des traitements médicamenteux pour une fausse épidémie de maladie de Lyme.
Les procureurs ont dit que l'escroquerie avait conduit à un décès et à une personne souffrant d'insuffisance rénale. Robert W. Bradford, 79 ans, a plaidé coupable à Kansas City, Kansas, à l'accusation de conspiration pour commettre une fraude par courrier et pour introduire des médicaments mal étiquetés dans le commerce entre États, ont dit les procureurs fédéraux. Bradford a admis que lui et ses co-accusés ont fait plus de 400,000 $ en vendant un microscope qu'ils prétendaient pouvoir être utilisé pour diagnostiquer la maladie Lyme, et un plan de traitement qu'ils prétendaient pouvoir guérir la maladie. Bradford a fondé une société qui faisait du commerce en tant que [ou sous le nom de] Américain Biologics. Elle a distribué des documents de marketing appelant la maladie de Lyme « le fléau du 21e siècle ». Plus de 50 pour cent des gens chroniquement malades souffriraient de la maladie Lyme prétendait la société.

16 mars 2010. Joseph G. Jemsek, M.D., requérant. Domaine d'activité: Médecine interne (Charlotte, NC). Refus de demande de licence médicale [autorisation d'exercicer]. Le Conseil [du Maryland] a trouvé que les infractions de conduite contraire à la profession dans le diagnostic et le traitement des patients, à savoir, avoir omis d'informer adéquatement ses patients des risques de son traitement et ne pas d'être conformé aux normes normes acceptables et prévalentes de la pratique médicale, [infractions] pour lesquelles il a été discipliné en Caroline du Nord, sont des infractions aux fondements de la Loi médicale [Medical Act] du Maryland et constituent des raisons de refuser sa demande de licence.
[référence figurant dans le document [25]]

17 février 2010.
L'État Discipline le Docteur Au Centre De la Dispute sur la Maladie de Lyme
Par ARIELLE LEVIN BECKER. The Hartford Courant
HARTFORD - Le Conseil médical de l'État a voté mardi pour discipliner le Dr Charles Ray Jones, un pédiatre de New Haven connu pour son soutien à une forme controversée de traitement de la maladie de Lyme. La mesure disciplinaire - une amende de 10 000 $ et une probation de licence de quatre ans au cours de laquelle la pratique de Jones sera surveillée - ne prendra pas effet avant que le Conseil ne signe la décision, ce qui devrait se produire le mois prochain. Ce sera la deuxième fois en trois ans que le Conseil aura discipliné Jones, 80 ans. [référence figurant dans le document [26]]

17 juin 2009.
Jenn Dombrowski, KFOX Las Cruces Bureau Reporter
LAS CRUCES, N.M. [Nouveau Mexique] -- Un homme de Las Cruses qui prétendait guérir les patients atteint de la maladie de Lyme a été arrêté sur des accusations de fraude. Les patients de Carl Haese ont dit qu'ils sont tombés malades après qu'il leur ait été facturé des milliers de dollars pour un remède, selon des documents de la Cour. Le Service de police de Las Cruces a lancé un mandat à l'encontre de Haese la semaine dernière après des mois d'investigations par le gouvernement fédéral. Formellement accusé par le gouvernement fédéral de fraude, les documents de la Cour montrent que Haese, âgé de 33 ans, est accusé de facturer aux patients des milliers de dollars pour guérir la maladie Lyme qu'il a dit aux patients avoir marché pour des milliers de gens. "Nous n'avons pas de milliers de cas au Nouveau Mexique," a dit Chris Minnick, le porte-parole du Département de la santé du Nouveau Mexique.[référence figurant dans le document[27]].

27 mai 2009. INDEPENDENCE, Mo. (CN)
Courthouse News [28]
Une femme affirme que la Dre Carol Ryser, des Health Centers of America-Kansas City [HCAKC], lui a facturé des milliers de dollars pour la traiter pendant près d'un an pour la maladie de Lyme et une longue liste d'autres maladies alors qu'elle n'avait aucune d'entre-elles. Elle affirme que Michael Ryser, PDG des Health Centers, "a formé les employés de HCAKC, leur apprenant comment vendre des services inutiles aux patients des HCAKC, comment convaincre les gens qu'ils ont une maladie de Lyme et ont besoin d'un traitement".
La plaignante Candace Anthony affirme que les accusés "s'en prennent au malade". Elle affirme que Michael Ryser "a déclaré aux employés de HCAKC qu'ils étaient des 'acteurs' et qu'ils avaient un 'scénario [script] à jouer avec les patients'". Elle affirme que "Pendant des années, Carol Ann Ryser a diagnostiqué la plupart des patients des HCAKC atteints de la maladie de Lyme", mais "presque aucun des patients plaignants, en réalité, n'a, ou n'a jamais eu, de maladie de Lyme". Anthony affirme que, le 28 avril, le State Board of Healing Arts [Conseil d'État des arts de guérison] du Kansas a engagé des poursuites pour suspendre, censurer ou révoquer la licence du Dr. Ryser "en conséquence du diagnostic médical et du traitement fournis à onze patients différents, semblables au diagnostic médical et au traitement fournis à Candace Anthony".
[remarque de Psiram: Chaque État faisant parti des USA a son propre State Board of Healing Arts (Conseil d'État des arts de guérison) dont la mission est de protéger le public par l'autorisation d'exercer (en délivrant les licences médicales), l'éducation et la discipline de ceux qui pratiquent l'art de guérir (en ayant le pouvoir de réprimander, sanctionner, retirer la licence)]

25 mai 2009. Kansas City.
[figurait dans le document un article paru dans le Kansas City Star le 25 mai 2005 qui n'est plus disponible en 2017. On en trouve une copie ici [29]]
Deux couples de Kansas City qui ont été faussement diagnostiqués atteints d'une maladie de Lyme ont gagné des verdicts totalisant 30 millions de dollars contre le laboratoire de Floride qui a testé leur sang. Le juge itinérant du comté de Jackson, Michael Manners, a prononcé les verdicts la semaine dernière contre Bowen Research and Training Institute Inc. de Tarpon Springs, en Floride, et en faveur de Keith et Sheri Klausner et David et Brenda Lampton. Bowen a été fondé par JoAnne Whitaker, qui se faisait passer pour "une chercheuse et médecin enseignante internationalement reconnue". Whitaker, ancienne présidente et directrice de la recherche de Bowen, a abandonné volontairement la licence de Bowen pour opérer en tant que laboratoire d'analyses médicales en 2002. Après que le Département de santé de Floride ait constaté que Bowen avait continué à faire des tests cliniques de patients, Whitaker a volontairement abandonné sa licence médicale en Floride en 2007.

15 avril 2009. www. rgj.com. Arnaque de médecine alternative.
Sherri Higgins, du Colorado, a déposé des plaintes auprès des examinateurs médicaux à la fois du Conseil d'Ètat homéopatique et [du Conseil d'État] ostéopathique contre le Dr Bruce K. Fong, soutenant qu'il a intentionnellement mal diagnostiqué qu'elle-même et sa famille étaient atteints de la maladie de Lyme afin d'obtenir au final leurs économies de compte bancaire de 80 000 $. Les deux femmes [il semble que la plaignante Higgins était accompagnée d'un membre de sa famille] ont déclaré que les tests médicaux effectués par d'autres médecins, après leur traitement avec Fong et son équipe au Sierra Integrative Medical Center, ont conclu qu'elles étaient négatives pour la maladie de Lyme. Elles ont déclaré que les médecins leur ont dit qu'elles n'avaient jamais eu la maladie décrite par Fong comme une "épidémie silencieuse". Fong et son équipe n'ont pas effectué de tests médicaux avant de les diagnostiquer, ont-elles déclaré. "Il a dit que j'avais besoin du traitement ou je mourrais", a déclaré Styskal. Les deux ont déclaré que Fong et son équipe affirmaient que la maladie de Lyme était transmise sexuellement et qu'elle se transmettait en utilisant pour boire les mêmes tasses. Elles ont déclaré qu'on leur avait dit que cela signifiait que leurs maris et leurs enfants étaient également infectés, les incitant à faire traiter aussi leurs familles. Le traitement à la clinique de Fong était de 1,500 $ par semaine, par personne et n'était pas été couvert par l'assurance, ont dit les femmes. Leurs traitements ont duré environ sept semaines et ont été faits à Reno.
[Le lien contenu dans le document "rgj.com" étant mort, voici une discussion sur un forum à propos de ces plaintes, du Dr Bruce K. Fong et du "Sierra Integrative Medical Center" de Reno [30]]

14 janvier 2009. L'ancien docteur a une première audition. The Capital-Journal.
Un ancien médecin Topeka a eu sa première audition mardi à Kansas City, Kan., dans une salle d'audience du tribunal fédéral, avec 13 chefs d'accusation liés à la vente de matériel médical et de traitements médicamenteux pour une épidémie de maladie Lyme inexistante. John R. Toth, qui purge une peine pour la mort d'un patient, fait face aux accusations fédérales de conspiration pour vendre un microscope qui diagnostiquerait prétendument la maladie Lyme et de médicaments qui la traiterait.
[référence figurant dans le document [31]]

5 décembre 2008. Médecin de Topeka inculpé dans un cas de maladie de Lyme.
KANSAS CITY, Kan. - Un ancien médecin de Topeka en prison pour la mort d'une femme qu'il a traitée pour la maladie de Lyme est confronté à des accusations fédérales liées au traitement.

Les procureurs ont déclaré vendredi que John Toth et deux Californiens ont été inculpés dans un présumé plan de vente de matériel médical et de traitements pour une épidémie inexistante de maladie de Lyme. Leur matériel de marketing a prétendu que la maladie de Lyme était "le fléau du 21ème siècle" et contribuait à 50 pour cent de toutes les maladies chroniques.

Robert W. Bradford, 77 ans, et Brigette Byrd, 63 ans, tous deux de Chula Vista, en Californie, et une société Chula Vista company, C.R.B. Inc., ayant des activités commerciales en tant que American Biologics, sont également nommés dans l'acte d'accusation. Toth, 59 ans, n'a pas contesté l'année dernière une accusation d'homicide involontaire par imprudence dans la mort, en 2006, de Beverly Wunder, 47 ans, de Topeka. Toth a traité Wunder en lui donnant des perfusions intraveineuses d'un "métal lourd" connu sous le nom de bismuth qui n'a pas été approuvé pour une tel usage. L'acte d'accusation de vendredi accusait les trois d'avoir violé la Loi fédérale sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques en vendant un microscope qu'ils ont affirmé [capable de] diagnostiquer et guérir la maladie de Lyme.
[référence figurant dans le document [32]]

5 décembre 2008. Le duo de Chula Vista a été accusé dans le traitement de la maladie de Lyme.
UNION-TRIBUNE. SAN DIEGO - Un grand jury fédéral au Kansas a accusé deux résidents de Chula Vista soupçonnés de vendre de faux traitements de la maladie Lyme, ainsi qu'un microscope qu'ils ont affirmé [capable de] diagnostiquer la maladie. L'accusation avec 25 chefs d'accusation, accuse Robert W. Bradford, 77 ans, et Brigitte G. Byrd, 63 ans, de conspiration, de fraude postale, d'introduction d'un appareil médical misbranded [c.à.d. faisant des déclarations mensongères sur ses particularités, propriétés ou capacités] et de distribution de médicaments non approuvés et misbranded. Le duo, avec un docteur de Topeka, Kan., qui a perdu sa licence médicale, sont accusés d'avoir gagné plus de 400,000 $ avec la conspiration reproché entre avril 2004 et août 2006, principalement au moyen d'une société appelée CRB Inc. basé à Chula Vista, selon l'acte d'accusation.
[référence figurant dans le document [33]

13 novembre 2008.
L-4452-03, COMTÉ DE MIDDLESEX ET DANS TOUT L'ÉTAT. JEFFREY SHECTMAN, Demandeur-Intimé, c. ROBERT BRANSFIELD, M.D., Défendeur-Appelant. No. A-3035-07T2, Cour supérieure du New Jersey, la Division d'appel a argumenté le 15 octobre 2008.
A décidé le 13 novembre 2008.
[référence figurant dans le document [34]]
En appel de la Cour Supérieure du New Jersey, Division du Droit, Comté du Middlesex, Dossier No. L-4452-03. L'avis du tribunal a été rendu par YANNOTTI, J.A.D. Le demandeur Jeffrey Shectman a intenté cette action contre le défendeur Robert Bransfield, M.D., alléguant que le défendeur s'est détourné des normes acceptées de soins psychiatriques en omettant de surveiller et de superviser la réponse à certains médicaments en omettant la détérioration de son état mental et que les digressions du défendeur ont entraîné une tentative de suicide du demandeur.
La question a été présentée à un jury, qui a rendu un verdict en accordant 250 000 $ de dommages et intérêts au demandeur. Le jugement a été saisi conformément au verdict du jury et aux appels du défendeur.

4 octobre 2008. Canada. Les dossiers d'un docteur saisis, Traitement controversé de la maladie de Lyme [référence figurant dans le document [35]]
Les enquêteurs du Collège des médecins et chirurgiens ont demandé hier les dossiers des patients d'un médecin de Mississauga dont les méthodes de traitement controversées lui ont de nouveau attiré des ennuis [ou l'ont de nouveau mis sur la sellette, dans le pétrin]. Le docteur Jozef Krop, médecin généraliste et défenseur controversé de la "médecine environnementale", risque de perdre sa licence médicale après que le Collège ait ouvert une enquête sur son traitement de la maladie de Lyme chronique.

Comme ils quittaient le bureau [le cabinet] avec 20 dossiers, plus de 50 des patients de Krop - la plupart de ce qui sont traités pour la maladie de Lyme chronique - regardaient en silence. Ils étaient venus apporter leur soutien au docteur formé en Pologne qui fait maintenant face à sa deuxième enquête majeure pour des méthodes de traitement alternatives. En 1999, le Collège a trouvé Krop coupable d'inconduite professionnelle. Il s'ensuivit en 1994 des accusations de manquement au respect des normes d'exercice de la profession et de conduite honteuse, déshonorante ou non professionnelle, faisant de lui en quelque sorte un nom très connu dans la profession médicale pendant les années 1990.

20 septembre 2008. Joseph Burrascano (Voir à 23 avril 2002). (Profil du médecin du NYS [de l'Ètat de New York]- Domaine de médecine: Ne pratique pas activement [en clair: n'exerce pas]; Emplacements de bureau: Aucun d'indiqué)
Ci-dessous, quelques perles de sagesse médicale tirée de sa présentation sans données, sans références : "Lyme plus les co-infections ont commencé la cascade qui est allée si loin, [qu']elle ne pouvait pas être arrêtée seulement en tuant la bactérie", "Lyme et certaines co-infections produisent des toxines", "Tout d'abord, une évaluation médicale minutieuse pour enlever "œillères de Lyme" !!!", " Attendez-vous à [être avec] des traitements pour Lyme pendant des mois à des années", "Traiter la bartonella avant le babesia", "Le Mycoplasma est la source des pires cas de Lyme", " [Et] toujours, [il y a] des problèmes politiques épouvantables".
Espèrons que personne n'a payé pour entendre tout ce galimatias.
[référence figurant dans le document[36]
[Remarque de Psiram: dans la première diapositive du document (de septembre 2008) "PDF of slides for printing -7 pages" à charger pour impression , il est précisé que Joseph J. Burrascano Jr. M.D. est Director, International Lyme and Associated Diseases et Director, Advanced Diseases Corp.[37]]

5 septembre 2008. Partie d'une lettre de 9 pages de Charles Ray Jones (Ct.) à ses généreux fans, "Je voudrais vous mettre au courant de l'état des fonds [qui ont été levés] pour ma défense juridique ainsi que des accusations actuelles devant le conseil des médecins auxquelles je suis confronté au Connecticut. Il est important que les gens comprennent combien ce cas est important, non seulement pour mon cabinet [médical], mais pour la communauté Lyme en général et les diverses démarches légales en cours de la part de mon équipe de défense juridique". "En dernier lieu, j'aborderai les questions spécifiques qui se sont présentées, par exemple, ma couverture d'assurance pour faute professionnelle".
[référence figurant dans le document [38], cependant la lettre a été supprimée. Mais Charles Ray Jones continue à solliciter des dons, en novembre 2013, il sollicite 23 000 $ [39], puis de nouveau "En fait, 50 000 $ sont nécessaires d'ici le 1/8/2014!" [40]]

7 juillet 2008. Partie d'une lettre d'appel de Jones: "Urgent! Je dois lever 90 000 $ d'ici le 14 juillet 2008 et 110 000 $ supplémentaires d'ici le 10 août afin de conserver l'équipe juridique qui m'a représenté. Si ces sommes ne sont pas réunies, je ne pourrai pas continuer à me défendre des accusations portées contre moi par le Département de la santé publique du Connecticut pour le traitement d'enfants atteints de la maladie de Lyme et je crains que je ne sois forcé par le Conseil d'examen médical du Connecticut de renoncer à ma licence à pratiquer la médecine et à prendre ma retraite. Cela ne doit pas se produire!"

2 mai 2008. Audience signalée au sujet d'une "nouvelle série d'accusations intentées contre lui [Charles Ray Jones] par le CT DPH ... "
[Remarque de Psiram: le CT DPH est le Connecticut Department of Public Health, c.a.d. le Département de Santé Publique du Connecticut. Voir la décision du 10 juin 2011 publiée par le Superior Court of Connecticut (Tribunal Supérieur du Connecticut) dans l'affaire "Charles Ray Jones v. Connecticut Medical Examining Board" [41]]

24 janvier 2008. Atlanta Journal-Constitution. Un médecin de Stone Mountain, initialement accusé d'avoir injecté à ses patients du désherbant de qualité commerciale, a été condamné jeudi à cinq ans de probation pour fraude en matière de soins de santé. Totada R. Shanthaveerappa, 73 ans, qui a été suspendu par la Conseil des licences médicales de l'État après son inculpation en 2005, a traité des patients en phase terminale dans sa clinique à Stockbridge. Il a plaidé coupable en octobre d'avoir fraudé les compagnies d'assurance pour un montant de 650 000 $ en présentant des demandes fausses et trompeuses. Parmi les accusations initiales de Shanthaveerappa, il y avait d'avoir illégalement administré aux patients du Dinitrophénol (DNP), un herbicide et insecticide. Mais Shanthaveerappa n'a pas plaidé à cette accusation. Samuel [l'avocat de Shanthaveerappa] a décaré que le médecin avait donné du DNP à cinq patients qui avaient été diagnostiqués atteints de maladie de Lyme.
[référence figurant dans le document [42]]

19 décembre 2007. Newsweek. Un docteur puni pour le traitement de la maladie de Lyme. Les régulateurs du Connecticut réprimandent et infligent une amende à un pédiatre pour son traitement de la maladie de Lyme. Un pédiatre de New Haven — Charles Ray Jones — qui a été loué par les patients mais critiqué par l'établissement médical pour la façon dont il traite la maladie de Lyme a été réprimandé, condamné à une amende 10 000 $ et placé pendant deux ans sous probation par les régulateurs de l'État.

23 novembre 2007. Topeka, KS (AP) - Un médecin de Topeka ne conteste pas l'accusation d'homicide involontaire par imprudence au sujet de la mort d'une femme qu'il soignait la maladie de Lyme en utilisant une méthode non autorisée. Toth a traité [des patients de lyme] avec une perfusion intraveineuse d'un « métal lourd » connu sous le nom de bismuth qui n'avait pas été approuvé pour une telle utilisation.
[lien mis dans le document sur le mot bismuth [43]]

13 mai 2007. Three Lakes, WI. Gregory Hoffmann, M.D. du Wisconsin, fait l'objet d'une enquête menée par le service de régulation et et d'octroi des licences [autorisation d'exercer] du Wisconsin et du Comité d'enquête médicale du Wisconsin pour son traitement de la maladie de Lyme.
[référence figurant dans le document [44]]

8 décembre 2006. Associated Press. Un médecin du New Jersey et son assistante ont été reconnus coupables vendredi de prendre des milliers de dollars de patients, promettant de les guérir de la maladie de Lou Gehrig avec une thérapie de cellules souches qu'ils n'ont pas faite ou n'ont pas été en mesure de faire. Un jury fédéral a trouvé Charlene DeMarco et son aide, Elizabeth Lerner, tous deux d'Egg Harbor City, coupables de tous les 11 chefs d'accusation dont ils étaient accusés, notamment de complot, fraude postale, fraude et blanchiment d'argent. [Note: DeMarco est connu pour son travail sur la maladie de Lyme et, en 2003, a été nommé au Conseil consultatif sur la maladie de Lyme du gouverneur].
[références figurant dans le document [45] [46]]

Décembre 2006. Faute de diagnostic de tumeur: un 'traitement continu' s'appliquait-t-il?
(Cas de jurisprudence en matière de droit hospitalier du mois).
[Référence figurant dans le document [47], la page n'est plus disponible en 2017, il n'en reste qu'un résumé [48]]
JURISPRUDENCE EN LA MATIÈRE: Zielinski v. Kotsoris, 961 A.2d 1207, 279 Conn. 312 -CT (2006)
FAITS SUR L'AFFAIRE: Le 3 avril 1996, Shelly Zielinski a vu le Dr Harriet Kotsoris, une interniste et neurologiste certifiée pour des symptômes incluant la fatigue, les maux de tête et les acouphènes. La Dr Kotsoris a provisoirement diagnostiqué la patiente atteinte de maladie de Lyme et l'a envoyée à l'hôpital de Stamford pour une IRM de son cerveau qui a été réalisée le 10 avril 1996. Les deux Drs. Kotsoris et Kristan Zimmerman, un radiologue qui était un partenaire à Associés qui constituaient le département de radiologie de l'hôpital, a passé en revue l'IRM. Les médecins n'ont pas réussi à détecter la présence d'une tumeur cérébrale à un stade précoce sur l'IRM. Le Dr Kotsoris a continué à traiter la patiente pour la maladie de Lyme, bien que que le dépistage de cette maladie soit négatif ou non concluant.
[référence rajoutée par Psiram [49] résumant à la fois les faits et les questions de jurisprudence]

17 septembre 2006. À la fin de 2005, le Département de la santé publique de l'État a accusé [Charles Ray] Jones d'avoir violé "la norme de soins applicable" pour son traitement de deux jeunes jumeaux qui vivent au Nevada. Après avoir enquêté sur la plainte, le département de la santé a porté plainte au conseil médical, allégeant qu'il a diagnostiqué la maladie de Lyme chez les enfants sans les examiner, qu'il n'a pas pris en considération d'autres causes de leurs symptômes, et qu'il a prescrit de façon inappropriée des antibiotiques. (Hartford Courant, Northeast Magazine section.)
[Article du Hartfort Courant du 19 décembre 2007 [50]. La récapitulation du cas a été faite le 10 juin 2011 suite à un appel de Jones, la procédure n'est donc pas terminée [51].]

22 Août 2006. Un médecin de Topeka, accusé de meurtre, a fait sa première comparution devant le tribunal. Lors de sa mise en accusation, le Dr John Toth a entendu les accusations de meurtre contre lui après que les procureurs ont fait soutenu qu'il a donné à l'un de ses patients des injections de Bismacine pour traiter la maladie de Lyme. La Bismacine contient de grandes quantités de bismuth, un produit chimique métallique qui peut être toxique et qui n'est pas approuvé par la FDA. Le Conseil des arts de guérison du Kansas a suspendu sa licence l'année dernière après que deux autres patients aient subi des complications potentiellement mortelles. (WIBW - Topeka, KS, 13 News)
[lien mis dans le document sur le nom de John Toth [52]]

19 Juillet 2006. La veuve d'un homme qui est mort du cancer de la prostate en 2004, alors qu'il était suivi par le Dr James Shortt, est parvenu à un accord de principe avec lui dans des procès fédéraux distincts. Lundi, Shortt a été condamné dans une affaire criminelle fédérale distincte à un an et un jour de prison. Il a plaidé coupable en mars d'avoir conspiré pour distribuer des stéroïdes et des hormones de croissance humaine aux athlètes de la NFL, à des bodybuilders et à d'autres. La veuve de Bate, Janet Bate, du comté de Richland, soutient dans un procès que Shortt a fait preuve de négligence lors de la mort, le 21 juillet 2004, de son mari âgé de 66 ans. Shortt lui a donné des traitements de peroxyde d'hydrogène par voie intraveineuse et l'a faussement diagnostiqué comme ayant une maladie de Lyme, dit le procès. En juin 2004, Shortt a prescrit de la testostérone qui a provoqué une progression rapide de son cancer de la prostate et entraîné sa mort environ six semaines plus tard, dit le procès. (The State, S.C.)
[Lien mis dans le document sur le nom de James Shortt [53]]

16 Juin 2006. Un médecin Lyme jugé coupable. Le Conseil médical de Caroline du Nord a suspendu pour un an la licence d'un médecin du comté de Mecklenburg après avoir constaté qu'il s'écartait des méthodes de traitement en vigueur pour la maladie de Lyme. Le conseil de 12 membres a également conclu que le Dr Joseph Jemsek n'a pas informé adéquatement les patients que son approche, qui comporte de laisser les patients sous antibiotiques par voie intraveineuse pendant des mois ou des années, est non orthodoxe. Jemsek, 57 ans, n'a rendu les choses difficile au conseil pour qu'il le déclare coupable. Il a témoigné à maintes reprises qu'il est le seul médecin de l'état qui diagnostique systématiquement les patients atteints de la maladie de Lyme chronique même s'ils ne sont pas testés positifs lorsqu'ils sont dépistés avec des tests de laboratoire standard. Jemsek a également dit qu'il est seul à s'attaquer à la maladie transmise par les tiques avec une thérapie antibiotique de longue durée. La plupart des médecins exigent des résultats de test positifs et croient que Lyme doit être traitée avec des cures ne dépassant pas deux à quatre semaines. Cinq patients, y compris le veuf d'une femme qui est morte d'une intoxication à la morphine alors qu'elle était suivie par Jemsek, ont témoigné en faveur de l'accusation.
(New Observer, N.C.)
[lien mis dans le document sur le nom de Joseph Jemsek [54]]

14 mai 2006. Virginia R. Savely, RN, (surnommée Ginger Savely). Savely est une infirmière praticienne familiale. Elle a récemment déménagé du Texas à San Francisco, parce qu'elle ne pouvait plus trouver un médecin à Austin qui superviserait son cabinet. Le problème était qu'elle était en train de traiter des personnes qui avaient été diagnostiquées atteintes de Lyme chronique (une maladie discutable en soi), avec une thérapie antibiotique de longue durée, quelque chose qui n'est pas approuvé par le Conseil des médecins du Texas, et est généralement considérée avoir seulement un effet placebo ... à Austin, elle avait 400 patients atteints de Lyme, à qui elle prescrivait des traitements antibiotiques de longue durée. Tous ces patients constituent le gagne-pain de Savely. Elle avait également "plus de 50" patients Morgellons, à qui elle donnait à peu près le même traitement qu'à ses patients Lyme. Savely gagnait sa vie en prescrivant un traitement non approuvé par le Conseil des médecins du Texas. Ils l'ont chassée de la ville, et maintenant elle s'est installée avec un médecin partageant la même optique [Stricker] à San Francisco.
(Morgellons Watch)
[référence figurant dans le document [55]]

30 mars 2006. Virginia R. Savely, RN "a été disciplinée l'année dernière par le Conseil d'État des infirmiers(ères) des examinateurs pour n'avoir pas suivi certains protocoles et exigences de tenue de dossiers dans le traitement d'un patient de Lyme." Savely a dit qu'elle ne reproche pas son prochain déménagement à son médecin surveillant. Elle sait que de nombreux médecins traditionnels la considèrent comme une charlatane, a-t-elle dit. (Par Mary Ann Roser, le 30 mars 2006, Austin-American Statesman)
[référence figurant dans le document [56] qui n'est plus accessible en 2017]

31 Mars 2006. Une doctoresse du sud du New Jersey a pris l'argent des patients [atteints] de la maladie de Lou Gehrig en leur faisant payer jusqu'à 35 000 $ pour un traitement par cellules souches qu'elle ne pouvait pas effectuer - et n'a pas effectué -, selon un acte d' accusation fédéral rendu public hier. Charlene DeMarco et son assistante et co-locataire, Elizabeth Copperman, ont été arrêtées hier et accusées de 11 chefs d'accusation, à savoir, de conspiration, de fraude fraude par mail, de fraude informatique et de blanchiment d'argent pour des actes qu'elles sont accusées d'avoir commis entre 2002 et 2004. DeMarco est connue pour son travail sur la maladie de Lyme et a été nommée en 2003 par le gouverneur James E. McGreevey au Conseil consultatif de la maladie de Lyme du gouverneur.
(Associated Press)
[remarque de Psiram: la maladie de Lou Gehring est le nom utilisé aux USA pour la sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot]
[le lien mis dans le document sur le nom de Charlene DeMarco n'étant plus accessible en 2017, voici un document officiel au sujet de cette affaire [57]]

28 avril 2005. Un grand jury fédéral à Camden, dans le New Jersey, a prononcé un acte d'accusation avec 17 chefs d'accusation accusant deux hommes du New Jersey de conspiration pour frauder les États-Unis, d'évasion fiscale, et d'omission délibérée de déclarer et de payer les taxes sur l'emploi retenues sur les salaires de leurs employés à l'IRS [Internal Revenue Service, c.à.d. au fisc]. L'acte d' accusation allègue qu'Anthony Lionetti, qui résidait à Hammonton, New Jersey, était le propriétaire et président de deux centres de traitement de la maladie de Lyme, et que Donald DuBeck, qui résidait dans Shamong, New Jersey, était le vice-président et le directeur des services administratifs des entreprises. Il allègue qu'ils ont retenu les taxes sur le revenu, la protection sociale et l'assurance-maladie des salaires des employés du Lyme Disease Treatment Center [Centre de traitement de la maladie de Lyme] et du Tick Born Disease Group [les tiques du groupe Born maladie, et n'ont fait que des paiements partiels des taxes sur le revenu collectées en 1999 et 2001. (www.usdoj.gov)
[lien mis dans le document sur le nom d'Anthony Lionetti [58]]

Octobre 2003. Un journal italien a rapporté que Bachynsky avait été accusé d'homicide volontaire aggravé sur la base d'une investigation menée par les autorités italiennes dans le cadre de la mort de quatre patients. Le rapport indique que les autorités et le U.S. Federal Bureau of Investigation [Bureau fédéral des enquêtes des États-Unis] avaient été incapables de localiser Bachynsky. Toutefois, le rapport indique qu'il a finalement été appréhendé et accusé par le gouvernement US avec 40 chefs d'accusation de conspiration, de fraude par mail, de fraude électronique/informatique et de fraude boursière. Au partir du 30 avril 2004, il était dans la prison fédérale à Miami, en Floride. L'acte d'accusation indique que, en 2001 et 2002, lui et trois autres ont persuadé au moins 50 investisseurs d'investir plus de 3,5 millions de dollars dans Helvetica Pharmaceuticals qui exploiterait soi-disant une clinique de cancérologie en Suisse. Aux investisseurs qui achetaient l'action pour 1 $ l'unité, il était promis que l'action augmenterait à 5 $ et 6 $ une fois que l'offre d'actions de la société "rendue publique". Cependant, les conspirateurs ont simplement dépensé l'argent pour eux-mêmes. Le plan de développement de l'entreprise était axé sur le traitement ICHT en tant que traitement pour le cancer et le SIDA. Bachynsky est passé en jugement en 2008 et a été reconnu coupable d'un chef d'accusation de conspiration, de trois chefs d'accusation de fraude informatique/électronique et d'un chef d'accusation de fraude boursière. La sentence est prévue pour septembre 2008.
[référence figurant dans le document [59]]

24 décembre 2002. Bernard Raxlen, un psychiatre, a eu sa licence médicale suspendue dans l'État de New York pour "faute professionnelle". [Lien mis dans le document sur le nom Bernard Raxlen [60], référence figurant dans le document [61]]

14 novembre 2002. Le Dr Perry Orens, dont la licence [d'exercer] avait été révoquée en novembre 1999 suite à ses audiences devant le New York State Office of Professional Medical Conduct (OPMC) [le Bureau de conduite professionnelle médicale (de déontologie médicale) de l'État de New York], a eu son permis rétabli par la cour d'appel de la Cour suprême de l'État de New York.
[la référence mise en lien sur le nom de Perry Orens n'est plus accessible en 2017, en remplacement voir ici [62]]

23 avril 2002. Le Dr Joseph Burrascano, après une audience devant l'OPMC [Office Professional Medical Conduct] de l'État de New York au sujet de ses traitements médicaux des patients atteints de Lyme a été placé en probation avec un contrôleur/surveillant de pratique. "Je serai placé en probation avec un contrôleur de pratique. La sanction était à l'origine d'une durée de 6 mois. Le conseil d'appel a confirmé cette sanction mais a allongé la durée de probation à deux ans afin de la maintenir conforme à d'autres cas. MAIS - ils N'ont PAS posé de restriction à ma pratique, PAS de restrictions sur la façon dont je m'occupe de mes cas, et, dans leur décision écrite, la Commission était plutôt élogieuse !"

Au Dr Richard Horowitz, qui avait été auditionné par l'OPMC de NYS depuis le printemps 2001, a été proposé un arrangement [une transaction] comprenant une suspension de trois mois.
[lien mis dans le document sous le nom de Joseph Burrascano [63]. Références figurant dans le document [64] [65]]

29 janvier 2002. Texas State Board of Medical Examiners Disciplinary Action [Conseil de l'État du Texas des Mesures disciplinaires des examinateurs médicaux] contre William Cowden, MD (2002). William L. Cowden, MD, qui pratique à Fort Worth, au Texas, a été réprimandé à deux reprises par le Texas State Board of Medical Examiners [Conseil de l'État du Texas des examinateurs médicaux]. En 1996, il a été mis en probation pendant deux ans pour (a) l'injection à un patient atteint de la maladie de Hodgkin d'un produit homéopathique qui n'avait pas l'approbation de la FDA et (b) prescription de Cytomel (une hormone de la thyroïde) à un patient "sans indication ou documentation appropriée" que le patient ait une hypothyroïdie. En 2002, il lui a été imposé une amende de 2500 $ et il a été mis en probation pendant trois ans pour avoir omis de tenir des dossiers médicaux [de patients] adéquats ou d'obtenir un consentement adéquat ayant trait à sa prise en charge de trois patients. “Lee Cowden, MD, de Fort Worth, au Texas, a établi un protocole qui est devenu l'un des principaux traitements de la maladie de Lyme chronique d'aujourd'hui. Connu sous le nom de Protocole Cowden, cette série de traitements consiste principalement en extraits de diverses plantes, notamment de Cumanda et de Samento, ainsi que d'oxygénothérapie hyperbare, d'ozonthérapie et d'autres interventions.”

1998. Dr Joseph Natole (Michigan) a eu sa licence suspendue pendant 90 jours, mais a également été condamné à une amende 50 000 $. Il a ensuite été inculpé et a plaidé coupable à des accusations fédérales de surfacturation à des compagnies d'assurance.
[la référence figurant dans le document [66] n'est plus disponible en 2017, on retrouve cependant l'article ici [67]]

2 février 1996. Brewer Donna du Département de la santé publique de l'État du Connecticut a déclaré qu'ils ont décidé qu'il n'y avait pas de "preuves suffisantes d'une violation de la norme de soins qui justifie une action" contre la licence du Dr Phil Watsky. Le Hartford Courant cite une partie de sa lettre: "Le ministère est néanmoins préoccupé par certaines questions concernant votre traitement de 'S.M.'". The Bristol Press continue la citation de la lettre de Brewer, "Le département est préoccupé au sujet de votre diagnostic continuel de la maladie de Lyme en dépit du fait que le patient n'ait pas été testé positif pendant une période de temps considérable, de votre sélection d'antibiotiques utilisés dans le traitement, de la fréquence et de la durée de l'antibiothérapie, et des effets possibles à long terme d'un tel traitement".
[référence figurant dans le document [68]]

12 août 1995. The Trenton Times. "State seeks license of Lyme disease Doctor [L'État vise/demande la licence d'un docteur de la maladie de Lyme]". C'était John D. Bleiweiss, MD. Le docteur s'est suicidé peu de temps après.

Mesures de régulation contre Dietrich Klinghardt, M.D.
En 1993, le Conseil des examinateurs médicaux de l'État du Nouveau Mexique a placé Dietrich Klinghardt, M.D., en probation pendant trois ans. La situation est due au fait qu'en 1991 Klinghardt avait parrainé un séminaire au Nouveau-Mexique, pendant lequel Milne J. Ongley, M.D., dans le cadre de son enseignement, a pratiqué des injections à des patients bien qu'il ait pas de licence au Nouveau-Mexique.
Ongley a été ensuite reconnu coupable d'avoir exercé la médecine sans licence au Nouveau-Mexique et en Californie. Dans l'affaire de Californie, il a été placé en probation pendant trois ans et il lui a été ordonné de verser 5 000 $ au Conseil Médical de Californie pour les frais occasionnés par l'enquête le concernant. Le San Diego Union-Tribune a publié un vaste rapport sur les antécédents d'Ongley. Klinghardt exerce maintenant dans l'État de Washington et organise des séminaires dans lesquels il préconise la "désintoxication", la "thérapie neurale" et le test de réponse autonome (ART), un système de faux diagnostic dans lequel la force musculaire est utilisée pour évaluer les organes dans tout le corps.

CETTE AFFAIRE a été portée devant le Conseil des médecins examinateurs à l'audience du 18 février 1993 sur un Avis d'Action envisagée délivré à Dietrich Klinghardt, M.D. le 18 février 1993. Le Dr Klinghardt est apparu en personne et par l'intermédiaire d'un avocat Robert R. Rothstein, L'État est apparu par l'intermédiaire de son procureur administratif GTS Khalsa, procureur général adjoint et le Conseil était représenté par son avocat Randall D. Van Vleck, procureur général adjoint. Le Dr Klinghardt avait déjà été informé par son conseil [son avocat] du contenu de l'Avis d'Action envisagée et a renoncé aux délais et aux exigences de préavis du Uniform Licensing Act de la Loi uniforme sur les licences afin de faciliter une audience accélérée devant le Conseil.

IL EST DONC ORDONNÉ que la licence pour pratiquer la médecine de Dietrich Klinghardt soit et est suspendu pour une période de trois (3) ans.
[références figurant dans le document [69] [70]]

25 juin 1993. FINAL FINDINGS OF SCIENTIFIC MISCONDUCT [Constatations finales de fraude scientifique], NIH GUIDE [guide du National Institutes of Health [71]], Volume 22, Number 23. Raphael B. Stricker, M.D.,(ancien président du groupe Lyme ILADS). Une enquête menée par l'Université a révélé que le Dr Stricker [University of California at San Francisco] a falsifié des données pour un manuscrit et une publication soutenue par le PHS [Public Health Service] rendant compte de recherches sur le SIDA. Dans le manuscrit, le Dr Stricker a supprimé sélectivement les données qui ne corroboraient pas son hypothèse et a indiqué des résultats toujours positifs alors que seule une des quatre expériences avait produit des résultats positifs. Le Dr Stricker a signé un Voluntary Exclusion and Settlement Agreement [Exclusion Volontaire et Accord transactionnel] dans lequel il a accepté de ne pas demander de subventions fédérales ou de fonds contractuels et de ne pas siéger à des Comités consultatifs du PHS, à des Conseils ou à des groupes d'examen par les pairs pendant une période de trois ans commençant le 1er avril 1993. La publication "Target platelet antigen in homosexual men with immune thrombocytopenia" dans le New England Journal of Medicine, 313: 1315-1380, 1985 a été rétractée (New England Journal of Medicine, 325: 1487, 1991).
[référence fournie par Psiram: [72]]

Condamnations après 2011

15 juin 2017. Après une procédure ordinale commencée en 2014, Daniel Cameron, membre de l'ILADS et son ancien président (élu en octobre 2007 pour une durée de deux ans), a accepté la sanction le concernant émise par les autorités de santé, à savoir, l'Office of Professional Medical Conduct (OPMC) de l'État de New York [73], d'une mise sous surveillance pendant trois ans, laquelle sanction est entrée en vigueur le 15 juin 2017. [74][75]

Mars 2017. Le Dr suédois Kenneth Sandström, a eu son autorisation de pratiquer la médecine révoquée en mars 2017 par les autorités de santé parce qu'il traitait les patients avec des antibiotiques sur des durées plus longues que ce qui était recommandé par les directives de traitement en vigueur. La procédure avait débuté en 2014, il annonce vouloir faire appel. Il faisait partie de l'ILADS. [76] [77] [78]

Novembre 2016. La Floride révoque la licence médicale de John L. Lentz, M.D.
Le Conseil médical de Floride a révoqué la licence médicale de John Luther Lenz, M.D. après avoir conclu qu'il avait mal diagnostiqué et traité injustement sept patients atteints de la maladie de Lyme, Bartonellosis (une infection bactérienne) et/ou Babesiosis (une infection parasitaire) et n'a pas réussi à tenir des dossiers [de malades] adéquats. Les accusations ont été portées dans trois plaintes administratives. Les première et deuxième plaintes impliquaient chacune un patient, et la troisième (voir ci-dessous) impliquait cinq patients. En juillet 2016, à la suite d'audiences, un juge du droit administratif a conclu que Lentz était coupable de "faute professionnelle répétée" et a recommandé que la Commission révoque la licence de Lentz et impose une amende de 30 000 $ plus les coûts.
En novembre 2016, Lentz a pratiqué à Destin, en Floride. En 2009, alors qu'il était directeur médical pour Aluwe LLC, la FDA a ordonné à la société d'arrêter de prétendre que son produit phare, Germ Slayer, était efficace contre la maladie de Lyme, Borellia, le paludisme et beaucoup d'autres maladies. Au cours de l'association de Lentz avec Aluwe, le site Web de la société l'a représenté comme l'une des principales autorités mondiales en matière de maladie de Lyme. La société n'est plus active.
Le procureur Jann Bellamy a publié une brillante discussion sur le problème des dits "Lyme literate" doctors qui diagnostiquent incorrectement les patients atteints de "maladie de Lyme chronique de Lyme" et administrent un traitement antibiotique prolongé. [79] [80].

2015. Action disciplinaire contre Daniel A. Jaller, M.D.
En 2015, le Conseil des médecins de l'État du Maryland a accusé Daniel A. Jaller, MD, de ne pas respecter le niveau de soins dans sa prise en charge de six patients qu'il avait traités pour la maladie de Lyme, la bartonéliose et/ou la babésiose sans preuve adéquate qu'ils avaient ces pathologies. L'énoncé des accusations indique que (a) en 2009, le Conseil a exprimé sa préoccupation concernant son traitement contre les patients qu'il avait diagnostiqués avec une maladie de Lyme et (b) en 2013, le Conseil a appris que Jaller avait cédé la participation à un programme d'assurance alors qu'il faisait l'objet d'une enquête pour Traitement inapproprié des patients. Comme indiqué ci-dessous, l'enquête du Conseil a conclu:
- Les diagnostics de Jaller étaient basés sur des analyses de sang négatives ou indéterminées et, dans certains cas, sans preuve objective d'infection (comme des piqûres de tiques) dans l'histoire du patient.
- Jaller a diagnostiqué de multiples infections chroniques basées principalement sur des symptômes subjectifs probablement attribuables à d'autres diagnostics et ont constamment échoué à considérer des diagnostics alternatifs.
- Jaller n'a pas référé les patients à des spécialistes pour traiter les symptômes graves de dépression, de neuropathie et/ou de fatigue chronique qu'il avait documentés.
- Sur la base de son diagnostic d'infections bactériennes, Jaller a prescrit un traitement antimicrobien pendant des mois et souvent des années, en utilisant jusqu'à sept agents à la fois et exposant les patients à des risques excessifs de complications de l'utilisation du cathéter veineux central, des réactions indésirables aux médicaments et une résistance accrue à la drogues.
L'affaire a été réglée avec une ordonnance de consentement en vertu de laquelle Jaller a été réprimandé, il lui a été ordonné de suivre un cours de documentation médicale et il a été mis en probation pendant un an, au cours de laquelle il peut être soumis à un examen par dossier et/ou par des pairs.[81].

L'offensive des LLMDs en Europe

ILADS's Educational Meeting, 12 juin 2010, London, United Kingdom

Cette conférence était organisée par Sarah Chissell, membre d'ILADS, MRCOG, et a eu lieu au Royal College of Obstetricians and Gynaecologists, 27 Sussex Place Regents Park, London NW1 4RG [82]. Le programme [83]:

09h15 Introduction - Sarah Chissell, MRCOG, - organisatrice de la formation
09h20 Bienvenue du Président de ILADS - Robert C. Bransfield, M.D.
09h25 Bienvenue du Président de ILADEF - Richard I. Horowitz, M.D.
Président de la session du matin: Richard I. Horowitz, M.D.
09h30 Diagnostic clinique de la maladie de Lyme - Raphael B. Stricker, M.D.
10h10 Décennie du microbe: microbes en maladie mentale - Robert C. Bransfield, M.D.
10h50 Questions
11h05 Café
11h25 Conférencier invité: Valeur prédictive des marqueurs cliniques et biologiques dans le diagnostic de la borréliose de Lyme - Christian Perronne, M.D., Ph.D.
12h05 Maladie de Lyme: neuropsychologiques erreurs de diagnostic - Leo J. Shea, III, Ph.D.
12h45 Questions
13h00 Déjeuner
Président de la session de l'après-midi: Robert C. Bransfield, M.D.
14h00 Traitement holistique de la maladie de Lyme - Carsten Nicolaus, MD
14h40 Maladie de Lyme dans la grossesse: implications pour le foetus - Sarah Chissell, MRCOG
15h00 Maladie pédiatrique Lyme - Ann F. Corson, M.D.
15h40 Questions
15h55 Thé
16h15 Les rôles possibles de la maladie de Lyme dans la SLA, sclérose en plaques, la maladie de Parkinson et la démence - David C. Martz, M.D.
16h55 Le rôle des co-infections dans la maladie de Lyme - Richard I. Horowitz, M.D.
17h35 Questions
17h50 Clôture de réunion.

C'est lors de cette rencontre que Christian Perronne aurait rencontré pour la 1re fois, en 2010, les thèses de l'ILADS et les têtes de file de cette organisation ainsi que Carsten Nicolaus.

Colloque européen de l'ILADS les 18 et 19 mai 2012 à Klagenfurt en Autriche

Une relation de ce colloque faite par une membre de l'association France Lyme, permet de faire le tour des intervenants [84]. Citons-en quelque uns :

  • Leo J. Shea, Président de l’ILADS
  • Carsten Nicolaus responsable du Borreliose-Centrum-Augsburg (BCA Clinic) en Allemagne, membre de l'ILADS, proposant, entre autres, le Cowden Protocol
  • W. Lee Cowden lui-même, en fait William L. Cowden qui a eu de nombreux problèmes avec les autorités de santé des USA (ainsi que son associé Carl E. Haese au Nouveau Mexique)
  • Armin Schwarzbach, travaillant apparemment encore au Borreliose-Centrum-Augsburg (BCA Clinic) en 2012, membre de la Deusche Borreliose-Gesellschaft e.v. et de l'ILADS [futur créateur de son propre laboratoire Arminlabs [85]]
  • Ginger Savely (une infirmière qui prétend soigner la maladie des morgellons dont l'existence n'a jamais été démontrée, et qui demande, en 2006, 500$ par consultation. Voir la Rogues Gallery ci-dessus)

Journée d'Étude "Maladies à Tiques" 23 juin 2012 à Levallois-Perret

Avec les interventions du Professeur Perronne et de membres éminents de l’ILADS et du groupe de recherche et d’échanges chronimed. Intervenants [86]:

  • Prof. Perronne, Chef de l’unité des maladies infectieuses et tropicales, Hôpital Raymond-Poincaré de Garches
  • Dr Bottéro, Médecin généraliste, Président d’honneur de Chronimed
  • Dr Teulières, Médecin généraliste, Membre de Chronimed
  • Dr Nicolaus, Directeur de la BCA-clinic, Borreliose Centrum Augsburg (Autriche), Membre de l’ILADS
  • Dr Schwarzbach, Spécialiste en médecine de laboratoire, Infectolab, BCA Augsburg (Autriche), Membre de l’ILADS

Les Journées Internationales d’Information sur les Maladies Vectorielles à Tiques des 15 et 16 juin 2013 à Strasbourg

Cet évènement était organisé par l'association Lyme sans frontières [87]

  • Richard Horowitz, membre fondateur de l’ILADS (USA)
  • Le Dr Petra Hopf Seidel, spécialiste en neurologie et psychiatrie, membre de la Deutsche Borreliose Gesellschaft
  • Le Dr Ivan Boucher, membre belge du Groupe Chronimed
  • Le Dr Louis Teulières, membre de Chronimed, immunologiste et infectiologue
  • Le Dr Philippe Bottero, membre de Chronimed
  • Le Dr Viviane Schaller, biologiste à Strasbourg
  • Le Dr Lionel Chapy, biologiste à Beaumont (63). Il travaille depuis plusieurs années sur la recherche de l’intérêt des mesures des NK CD 56 et CD 57 et du rapport CD57/CD56 dans l’évaluation de l’état du système immunitaire.
  • Monsieur Bernard Christophe, diplômé d’État en pharmacie, phyto-aromathérapeute près de Strasbourg
  • Madame Ute Fischer, porte-parole de l’association allemande Borreliose et du FSME Bund Deutschland

Cette publication est suivie de la remarque suivante "Nous vous invitons à lire le compte-rendu détaillé de ces JID’IMVT, rédigé par Augustin de Livois, Président de l’IPSN, disponible en cliquant sur le lien suivant:IPSN-CR_JIDIMVT" et signée de la présidente de Lyme sans frontières Judith Albertat.

Deuxième journée d’étude sur les maladies à tiques organisée par France Lyme (2013)

Cette journée était plus particulièrement destinée aux médecins généralistes qui souhaitent pouvoir mieux diagnostiquer et soigner les patients atteints par la maladie de Lyme, et plus spécialement les formes chroniques [...] a eu lieu le 28 septembre 2013 à Levallois-Perret. Les intervenants étaient [88]:

  • Pr Christian Perronne
  • Dr Gigot, médecin de campagne
  • Dr Philippe Raymond, membre de Chronimed, [...]. Le Dr Raymond nous a également fait part de son expérience sur les formes autistiques en rapport avec une borréliose de Lyme chronique, en particulier chez les enfants. Il a ainsi pu développer un réseau de médecins à travers la France. Il souhaite à présent démarrer une étude clinique, appelée « AUTIBIOTIQUE » pour évaluer avec précision l’effet des traitements antibiotiques sur les formes autistiques.
  • Pol De Saedeleer [remarque de Psiram: Mr De Saedeleer est un pharmacien belge, président de ILADS-Europe [89], directeur de Nutrined un laboratoire nutritionnel néerlandais, directeur de "Research Supplements" un laboratoire nutritionnel belge, partenaire associé de Research Nutritionals (USA) [90]]
  • Dr Carsten Nicolaus, médecin allemand membre de l’ILADS, a ouvert en 2006 une clinique entièrement consacrée aux patients atteints de maladies à tiques, en Allemagne, à Augsburg. En début d’après-midi, il nous a développé les tests mis à disposition des médecins pour un diagnostic le plus pertinent possible, puis a fait un résumé des principales co-infections à prendre en compte, et enfin nous a exposé l’approche holistique des traitements pour vivre mieux, voire guérir.
  • Dr Richard Horowitz, membre fondateur de l’ILADS, a clôturé la journée par 2 heures de présentation de son nouveau livre « Why can’t I get better ? », véritable bible pour les médecins et les malades.

Conférence NorVect à Oslo les 26-27 mai 2014 (Norvège)

Programme [91]:

Le 26 mai 2014

  • 9.10 am – 10.10 am Joseph J. Burrascano Jr. MD: Lyme Borreliosis – History, Clinical Presentations, Testing and Diagnosis (incl. 5-10 minutes Q&A)
  • 10.10 am – 11.05 am Jyotsna Shah, Ph.D, CCLD, MBA: What Have We Learnt About Diagnosis of Lyme and Other Tick-borne Diseases in The Last 20 Years? (incl. 5-10 minutes Q&A)
  • 11.25 am– 12.35am Richard I. Horowitz, MD: Tick-borne Co-infections: Presentation, Diagnosis and Treatment. (incl. 5-10 minutes Q&A)
  • 1.35 pm – 2.35 pm Christian Perrone, PhD, MD: The gap between current diagnostic tests for Lyme disease and associated diseases and the diversity of pathogens isolated in the world.(incl. 5- 10 minutes Q&A)
  • 2.35 pm – 3.05 pm Carl Morten Motzfeldt Laane, PhD: Easy Detection of Bacteria and Parasites in Infected Human Blood by Microscopy. Some Simple, Low-cost Methods. (incl. 5 minutes Q&A)
  • 3.05 pm – 2.30 pm Bela Bózsik, MD: DualDur®reagent & method in diagnosis & pathogenesis for TBD – 30 years practice (incl. 5 minutes Q&A)
  • 3.45 pm – 4.25 pm Alan MacDonald, MD: Borrelia -diverse Morphologies in culture and in Human Infections (incl 10 minutes Q&A)
  • 4.25 pm– 4.45 pm Armin Schwarzbach, Ph.D, MD: Borrelia-Elispot: A Game-Changer in diagnostics?
  • 4.45 pm– 5.30 pm: Dialogue/ Panel discussions

Le 27 mai 2014

  • 08.30 – 09.30 am Joseph J. Burrascano Jr. MD: Lyme Borreliosis: Treatment and Case Histories (incl.10 minutes Q&A)
  • 09.30 – 11.15 am Richard I. Horowitz, MD: Why Can´t I Get Better? Using the Lyme-MSIDS Map in Chronic Illness. (incl. 10-15 minutes Q&A)
  • 11.30 am – 12.30 pm Dr. Edward B. Breitschwerdt, DVM: Bartonellosis: A One Health Approach to An Emhttp://www.visavissymposiums.org/symposiums-2/symposiums/erging Infectious Disease (incl. 10 minutes Q&A)
  • 1.30 pm – 1.55 pm Åshild Andreassen, Ph.D: ScandTick – Regional cooperation against tick-borne diseases. (incl. 5 minutes Q&A)
  • 1.55 pm – 2.45 pm Eva Sapi, Ph.D Biofilms and antibiotic resistance of Borrelia burgdorferi (incl. 5-10 minutes Q&A)
  • 2.45 pm – 3.25 pm Alan MacDonald, MD: Human Borrelia Deaths, Autospy studies, and Chronic Morbidities (incl. 10 minutes Q&A)
  • 3.40 pm – 4.30 pm Judith Miklossy, Ph.D, MD, DSc: Chronic Lyme disease and Lyme dementia (incl. 5-10 minutes Q&A)
  • 4.30 pm – 4.50 pm Randi Eikeland, Ph.D, MD: European Neuroborreliosis Long-term Follow-up
  • 4.50 pm – 5.30 pm Dialogue/ Panel discussion

Symposium "vis-a-vis" à Londres en juin 2014

Ce symposium a eu lieu le 7 juin 2014, les conférenciers étaient [92]:

Sur les 6 conférenciers, 5 sont des VIP de l'ILADS.

Journées internationales d’information sur les maladies vectorielles à tiques, Strasbourg, 7-8 juin 2014

Curieusement, si ces journées sont mentionnées par diverses associations françaises s'occupant de la maladie de Lyme, celles-ci ne précisent pas quels sont les intervenants qui y ont participé et n'en ont pas publié de compte-rendu. Pour en savoir plus, il faut consulter sur le site suisse zeckenliga un article (en pdf) intitulé "Journées internationales d’information sur les maladies vectorielles à tiques" et sous-titré "Internationale Tagung zu zeckenübertragenen Krankheiten Strassburg, 7./ 8. Juni 2014" [95]

Intervenants:

  • Dr. Richard Horowitz (Interniste, USA),
  • Dr. Eva Sapi (Biologiste, USA),
  • Dr. Walter Berghoff (Immunologue, Allemagne),
  • Dr. Louis Teuilières (Immunologue, France, Membre de Chronimed),
  • Dr. Philippe Raymond (Spécialiste de l'autisme, France, Membre de Chronimed),
  • Dr. Philippe Bottero (Infectiologue, France, Membre de Chronimed),
  • Dr. Viviane Schaller (Biologiste, France),
  • Dr. Wolfgang Klemann (Interniste, Allemagne, Deutsche Borreliose Gesellschaft),
  • Bernard Christophe (Pharmacien, France),
  • Catherine Faivre (Avocate, France) [96]
  • Albin Obiltschnig, organisateur du colloque 2012 de l'ILADS en Autriche
  • Joseph J. Burrascano [97]
  • Christine Green, médecin généraliste en Californie, directrice du Comité d’éducation médicale de l’ILADS, c.à.d. des LLMDs
  • Leo J. Shea qui a présenté les thèses du psychiatre Robert C. Bransfield, ancien président de l'ILADS, de Californie (Remarque de Psiram: Un patient de Robert Bransfield lui a intenté un procès[98])

1er Congrès International de Santé Naturelle à Paris (2015)

En mai 2015, l'IPSN annonce ce congrès qu'il organise les 3 et 4 octobre 2015 au Parc Floral de Paris en partenariat avec Santé Nature Innovation sur le thème "Les nouveaux traitements naturels de pointe". Richard Horowitz est un des conférenciers, sa conférence: "Quelle stratégie adopter contre la maladie de Lyme, transmise par les tiques ?".[99][100]

"Symposium vis-a-vis" à Londres en 2016

Le thème de ce symposium, aussi appelé "Tike-Bornes Diseases Symposium 2016", avait pour thème "An Introduction to the Disease and Treatment of Lyme disease and other Tike-Bornes Infections" et a eu lieu . Parmi les conférenciers figuraient [101]:

  • Neil L. Spector (USA)
  • Christian Perronne (France)
  • Christopher J. MAthias (UK)
  • Jack Lambert (Irlande)
  • Bernard Raxlen, USA [un président d'ILADS]
  • Carsen Nicolaus, Allemagne [un membre de l'ILADS]
  • Hany Elsheika (UK)

Conférence ILADS EUROPE 2017 à Paris

Conférence Lyme & co-infections: Bringing science from bench to bedside - Du laboratoire au lit du malade organisée par Christian Perronne et supervisée par Pol De Saedeleer ayant eu lieu les 19 et 20 mai 2017 à Paris.

Remarque de Psiram: Pol De Saedeleer est un pharmacien belge co-président d'ILADS Europe, directeur de Nutrimed (laboratoire nutritionnel néerlandais), directeur de Researched Supplements (laboratoire nutritionnel belge), partenaire représentatif scientifique de Researched Nutritionals (USA) pour l'Europe et le Moyen-Orient, co-directeur des centres anti-âge à Almaty et Astana (Kazachstan) [102].

Programme [103]

Clinical presentations
  • 8h45-9h25. Co-infections. Jack Lambert, Ireland. 40 min.
  • 9h35-10h15. Lab testing for Borrelia sp. and co-infections in cancer and in unexplained syndromes. Armin Schwarzbach, Germany. 40 min.
  • 10h25-10h55. Development of bacteriophages targeted against Borrelia burgdorferi. Louis Teulières, France. 30 min.
  • 11h35-12h15. Neurologic implications in Lyme. Harald Bennefeld , Germany 40 min.

treatment of autistic children with antimicrobials.

  • 14h00-14h25. Laura Alonso, Spain. 25 min
  • 14h25-14h50. Philippe Raymond, France. 25 min

  • 15h-15h40. Case reports. Marjo Valonen, Finland. 40 min.
  • 16h20-16h50. Treatment of persistent Lyme disease and co-infections. Use of antiparasitic, antifungal and anti-mycobacterial drugs. Richard Horowitz, USA. 40 min.

Le tout avec discussion après quasi chaque intervention, pauses café, Lunch.

Scientific presentations
  • 8h45-9h25. Diagnostic tests for chronic Lyme disease and co-infections: discrepancies between published data and recommendations. Christian Perronne, France. 40 min.

Development of direct microbiologic methods for diagnosis of Lyme disease and co-infections. Interest of new generation PCRs.

  • 9h35-10h00. Muriel Vayssier-Taussat, France. 25 min.
  • 10h00-10h25. Denis Fritz, France. 25 min.
  • 10h25-10h50. Iwona Bil-Lula. Poland. 25 min.

  • 11h35-12h05. Suppression of long-lived humoral immunity following Borrelia burgdorferi infection in mice. Nicole Baumgarth, USA. 30 min.

Host-pathogen interaction. Genetic predisposition for the clinical pattern of Lyme disease, including chronicity. Shusmita Rahman/ Alaa Badawi Canada. 30 min. [pas d'horaire, pendant le lunch?]

  • 14h25-14h55. Prevalence of positive serologies for B. burgdorferi among Polish farmers. Violetta Zajac, Poland. 30 min.
  • 15h35-16h05. Autochthonous parasitic diseases in Austria. Herbert Auer, Austria. 30 min.
  • 16h15-16h55. Microbial causes of Alzheimer’s disease. Comparison of the results obtained by several research teams (AB. McDonald, Miklossy, HB. Allen, StJohn Crean). Judith Miklossy, Switzerland. 40 min.

Egalement avec discussion après quasi chaque intervention, pauses café, Lunch.

Les exposants/exibitors [104]
  • ArminLabs GmbH (Stand 10) (laboratoire de tests d'Armin Schwarzbach)
  • BCA-lab (Stand 12) (laboratoire de tests de la BCA-clinic de Carsten Nicolaus)
  • Bio-Botanical Research / Pro Supplements (Stand 11)
  • Dedimed GmbH Europarc Labor (Stand 6)
  • ELN/ HDRI (Stand 2) (ELN - European Laboratory of Nutrients - laboratoire néerlandais de Emar Vogelaar arrêté en 2014 pour fraude aux compagnies d'assurance pour des millions d'euros)
  • H. Buschkühl GmbH (Stand 14)
  • IGeneX Inc. (Stand 9) (IGeneX est un laboratoire d’analyse qui propose ses propres tests. Ses tests Western Blot pour la maladie de Lyme ne sont pas approuvés par la FDA car donnant de nombreux résultats positifs, or les tests des patients déclarés positifs par IGeneX, refaits par d'autres laboratoires s'avèrent négatifs. Mais de nombreux "Lyme doctors" s’adressent à IGeneX pour tester leurs patients)
  • LABORATOIRE SOFIBIO (Stand 3)
  • Make Well Nutritionals GmbH (Stand 7) (firme vendant des suppléments nutritionnels située à Augsburg en Allemagne)
  • Nutramedix (Stand 20) (entreprise ​​disposant d'installations en Floride aux USA et à Shannon en Irlande fournissant des suppléments nutritionnels pour le "protocole Cowden")
  • Nutrined / Researched Nutritionals (Stand 8) (deux laboratoires, l'un aux Pays-Bas l'autre aux USA, qui ont pour directeur Pol De Saedeleer, co-président de ILADS-Europe)
  • R.E.D. Laboratories N.V. /S.A. (Stand 16)
  • Réseau SYNLAB (Stand 15)
  • Results RNA (Stand 13)
  • St. Luke Medical Center (Stand 17)

Le scandale des pseudo-traitements

Tel est le titre d'un article publié le 10.05.2017 par Olivier Hertel dans le magazine Sciences et Avenir [105] : "Captations photoniques", tests non officiels, essai clinique illégal... Notre enquête a mis au jour des pratiques non validées scientifiquement, voire dangereuses, proposées à de nombreux malades à qui la médecine officielle n’offre que peu ou pas de solutions.

Liens externes

  • http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2840 La maladie de Lyme : entre psychose et fausses informations par Jean-Paul Krivine, SPS n°321, juillet 2017: Le monstre, l’ennemi, est tout petit mais effrayant : il s’agit des bactéries du genre Borrelia1, transmises par des piqûres de tiques qui peuvent provoquer des pathologies que l’on regroupe sous le nom de maladie de Lyme ou borréliose de Lyme. Effrayant car chacun serait menacé, dans son jardin ou en se promenant en forêt. Le diagnostic et les traitements ne seraient pas adaptés. [...] Une sensation d’effroi gagne le public. Et comment pourrait-il en être autrement, quand certains affirment que cette maladie, si complexe, pourrait jouer un rôle dans la schizophrénie, la maladie de Parkinson, la dépression, les troubles bipolaires, les infarctus, la méningite, la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde, et même l’autisme ? [...] La FFMVT qui regroupe en France les principales associations qui s’opposent au consensus scientifique demande « une remise en question des recommandations de la conférence de consensus de 2006 » au profit de celles de l’ILADS, son homologue américain. L’ILADS, entre autres, affirme l’existence d’une forme chronique de la maladie de Lyme et la nécessité de traitements antibiotiques longs. [...]br>En 2014, l’ILADS a mis à jour ses recommandations et les a soumises pour évaluation à l’AHRQ, l’Agence pour la recherche et la qualité des soins de santé qui dépend du ministère américain de la Santé (HHS). Et les résultats sont désastreux : toutes les recommandations de l’ILADS ont été confrontées à la littérature scientifique et se sont vu attribuer la plus mauvaise note (preuves « très faibles ») sur une échelle comportant quatre niveaux (preuves « hautes », « moyennes », « faibles », « très faibles »)
    C’est paradoxalement cette évaluation négative qui est à l’origine d’une fausse information propagée par les associations qui affirment que les recommandations de l’ILADS ont été « validées depuis le 21 septembre 2015 par le HHS ». La simple mise en ligne semble servir de « preuve ». Or, comme stipulé clairement, « le NGC ne développe, ne produit, ne valide ou n’approuve pas les lignes directrices présentées », pas plus « qu’il n’apporte de garantie concernant le contenu ou l’efficacité clinique » des recommandations soumises. Il se contente juste de mettre en ligne son évaluation dès lors que le requérant, dans sa soumission, a bien respecté les critères exigés (description de la littérature scientifique). Pour sa part, le site du département de la santé (www.hhs.gov) renvoie toujours sur les sites des CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) et des NIH (Instituts nationaux de santé) avec les recommandations issues du consensus de 2006.
  • http://www.jim.fr/medecin/jimplus/tribune/e-docs/la_face_cachee_des_lyme_doctors__166435/document_edito.phtml La face cachée des "Lyme Doctors". Publié le 08/07/2017 dans le Journal International de Médecine (JIM)
    [...] Rédacteur en chef de la revue Science et Pseudo Sciences, Jean-Paul Krivine a ainsi réalisé pour nous un remarquable travail d’enquête sur la face cachée des associations dédiées à la maladie de Lyme, en décryptant notamment le rôle des Lyme Doctors. Voilà qui pourrait en faire tiquer plus d’un. [...]
  • http://realitesbiomedicales.blog.lemonde.fr/2017/06/19/maladie-de-lyme-chronique-le-danger-des-traitements-prolonges-par-antibiotiques/
    « Maladie de Lyme chronique » : le danger des traitements prolongés par antibiotiques. 19 juin 2017, par Marc Gozlan.
  • http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201706/06/01-5104961-un-neurologue-denonce-le-lobby-de-la-maladie-de-lyme-chronique.php Un neurologue dénonce le «lobby» de la maladie de Lyme chronique. Auteur de l'article Élisabeth Fleury. Publié le 06 juin 2017.
    Québec) Les données scientifiques factuelles ne soutiennent pas l'existence d'une forme chronique de la maladie de Lyme, affirme un neurologue du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM), le Dr Marc Girard, qui n'hésite pas à qualifier de «lobby» les tenants de ce concept. [...]
  • http://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/lyme.html This article was revised on June 28, 2017
  • http://www.quackwatch.org/search/webglimpse.cgi?ARCHID_15=15&query=lyme Plusieurs articles en anglais (2005 à 2017)
  • http://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/maladielyme.php La maladie de Lyme: diagnostic et traitement douteux. Edward McSweegan, Ph.D. Cet article a été revisé le 12 juillet, 2009. Traduction et mise-à-jour le 3 déc. 2009.July 12, 2009.
  • http://www.casewatch.org/doj/bradford/indictment.shtml Robert W. Bradford Indicted (2008). Stephen Barrett, M.D. This page was revised on January 19, 2010.
  • http://www.aldf.com/myths-about-lyme-disease/ Myths About Lyme Disease (Mythes à propos de la Maladie de Lyme)
    - Misinformation on Lyme Disease (Désinformation sur la Maladie de Lyme).
    - Two-tier testing for Lyme disease is no better than a coin toss (Les tests à deux niveaux pour la maladie de Lyme ne valent pas mieux qu'un tirage au sort [à pile ou face]).
    - Lyme Disease is not sexually transmitted (La maladie n'est pas transmise sexuellement).
    - Lyme disease-autism correlation debunked (déconstruction de la corrélation maladie de Lyme - autisme).
    - Chronic co-infections are not invariably associated with Lyme disease (Les co-infections chroniques ne sont pas toujours associées à la maladie de Lyme).
    - Misconceptions about Lyme Disease (Idées fausses à propos de la maladie de Lyme).
    - Chronic Lyme Disease: Misconceptions and Challenges for Patient Management (Maladie de Lyme chronique: idées fausses et défis pour la prise en charge des patients).
    -Borrelia burgdorferi Morphologic Variants, Sometimes Called Cyst Forms, Do not Support a Role in Chronic Lyme Disease (Les variantes morphologiques de la Borrelia burgdorferi, parfois appelées formes kystiques, ne jouent pas de rôle dans la maladie de Lyme chronique).
    - Is there an association between Lyme disease and certain neurodegenerative disorders such as Alzheimer’s disease, amylotrophic lateral sclerosis (ALS), multiple sclerosis (MS), and Parkinson’s disease? (Existe-t-il une association entre la maladie de Lyme et certains troubles neurodégénératifs tels que la maladie d'Alzheimer, la sclérose latérale amylotrophique (SLA), la sclérose en plaques (MS) et la maladie de Parkinson?)
    [Psiram: On accède aux explications sur chacun de ces sujets en cliquant sur celui qu'on veut consulter. Chaque sujet comporte lui-même plusieurs articles. Par exemple, dans le sujet "Misinformation on Lyme Disease", on trouve plusieurs articles dont "Does Lyme disease induce autism in children ?" (La maladie de Lyme induit-elle l'autisme chez les enfants ?)]
  • https://sciencebasedmedicine.org/lyme-two-worlds-compared-and-contrasted/ Lyme: Deux mondes comparés et contrastés. Mark Crislip on March 20, 2015
  • https://sciencebasedmedicine.org/florida-revokes-medical-license-of-lyme-literate-doctor/ Florida revokes medical license of “Lyme literate” doctor.
    Florida finally revoked the medical license of “Lyme literate” doctor John Lentz, who honed his diagnostic skills and treatments in ILADS seminars and treated “chronic Lyme” for almost a decade. Why does the system allow this?
    La Floride révoque la licence médicale d'un “Lyme literate” docteur. La Floride a finalement révoqué la licence médicale du “Lyme literate” docteur John Lentz, qui a perfectionné ses compétences diagnostiques et ses traitements dans les séminaires de l'ILADS et a traité la [maladie de] «Lyme chronique» pendant près d'une décennie. Pourquoi le système l'autorise-t-il ça?
    Jann Bellamy on December 22, 2016
    Le Conseil de médecine de Floride a révoqué la licence médicale de John Lentz, MD, qui gérait la Lentz Lyme Clinic à Destin, le 4 Novembre 2016, par un vote à l'unanimité. Ce faisant, il a adopté la recommandation d'un Administrative Law Judge (ALJ) [juge spécialisé en droit administratif], publiée en juillet de cette année, suite à une audience de 4 jours en janvier. Le Conseil a voté contre l'imposition d'une amende de 30 000 $ recommandée par l'ALJ.
    La seule présence d'une “Lyme clinic” en Floride est une anomalie qui montre que quelque chose pourrait clocher. Comme l'a noté l'ALJ, bien qu'il ne soit pas impossible de contracter la maladie de Lyme en Floride, elle n'est pas fréquente dans l'état. Selon le CDC, en 2015, la Floride avait 0,6 cas confirmés par 100 000 habitants, soit un total de seulement 116 cas. La plupart des personnes diagnostiquées en Floride ont probablement été infectées lors d'un voyage ailleurs.
    Mais une clinique de Lyme est parfaitement logique, sur le plan économique au moins, quand on comprend la métamorphose de la vrai maladie de Lyme en maladie de Lyme "chronique" et de la vrai spécialité des maladies infectieuses en "spécialité" des "Lyme Literate" docteurs.
    Les vrais praticiens spécialistes des maladies infectieuses passent par une résidence en médecine interne, suivie par des bourses de recherche sur les maladies infectieuses, prennent l'examen de certification de l'American Board of Internal Medicine [Conseil Américain en Médecine Interne] dans les maladies infectieuses, et sont membres de la Infectious Diseases Society of America (IDSA). Les "Lyme Literate" docteurs font des résidences dans n'importe quel domaine et obtiennent leur Lyme "compétences/formation" au moyen de séminaires où aucun soins réels aux patients ne peuvent être associés. Ils sont membres de l'International Lyme and Associated Diseases Society (ILADS), une organisation qui préconise des critères très différents de [ceux de] l'IDSA pour le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme et dont les lignes directrices sont fondées sur "des preuves de très faible qualité".
    [...] Un diagnostic de Lyme "chronique", qui n'est pas reconnu par la science médicale, est basé sur une collection de symptômes vagues, non spécifiques qui pourraient être attribués à bon nombre de choses (ou à rien).
    "Lyme est une maladie multi-systémique, et peut affecter toutes les parties du corps, causant de la fatigue, de la raideur dans la nuque, des maux de tête, de la sensibilité à la lumière et au son, des acouphènes (bourdonnements dans les oreilles), de l'anémie, des vertiges, des douleurs articulaires et musculaires, le brouillard du cerveau, des picotements, un engourdissement et des sensations de brûlure des extrémités, des problèmes de mémoire et de concentration, des difficultés de sommeil (à la fois d'endormissement et de réveils fréquents), des douleurs thoraciques et des palpitations et/ou des symptômes psychiatriques comme la dépression et l'anxiété."
    [...]
  • http://www.chicagotribune.com/lifestyles/health/ct-met-chronic-lyme-disease-20101207-story.html Chronic Lyme disease: A dubious diagnosis. Patricia Callahan and Trine Tsouderos, Tribune reporters. December 8, 2010
  • http://www.theday.com/article/20100423/OP01/304239950 IDSA vindicated after unfair Blumenthal attack. Published April 23.
    Connecticut Attorney General Richard Blumenthal demonized the Infectious Disease Society of America after the release of its 2006 Lyme disease guidelines that rejected the long-term use of antibiotics because they were ineffective and dangerous. A comprehensive evaluation of those guidelines has now concluded the IDSA was right, the attorney general wrong.
    Le procureur général du Connecticut, Richard Blumenthal, a diabolisé la Infectious Disease Society of America après la publication de ses lignes directrices sur la maladie de Lyme de 2006 qui ont rejeté l'utilisation à long terme des antibiotiques parce qu'ils étaient inefficaces et dangereux. Une évaluation complète de ces lignes directrices a maintenant conclu que l'IDSA avait raison, [et que] le procureur général [avait] tort.
  • https://sciencebasedmedicine.org/legislative-alchemy-2014-so-far/ Legislative Alchemy 2014 (so far). Jann Bellamy on May 15, 2014.
    Traduction: L'alchimie législative 2014 (jusqu'à maintenant)
    L'alchimie législative est le processus par lequel les législateurs de l'État crédules transforment les praticiens de pseudoscience en professionnels de la santé agréés par l'État. En plus laisser libre cours au charlatanisme comme l'homéopathie, l'irrigation colonique, la moxibustion, le reiki, la thérapie crânio-sacrale et la détection et la correction des subluxations sur le public, ces lois sur le cadre d'exercice des soins donnent généralement aux chiropraticiens, aux naturopathes et aux acupuncteurs la liberté d'être gouvernés par leurs propres regulatory boards [conseils régulateurs, organismes de contrôle des pratiques et des soins aux USA] auxquels les praticiens eux-mêmes sont nommés. Les conseils, à leur tour, écrivent les règles administratives régissant les praticiens et traitent les plaintes du public au sujet de leurs services. Dans les pires cas, les législateurs accordent tout simplement le privilège de pratiquer la médecine [106] à peu près n'importe qui.
    Les lois de pratique des États établissent également les normes d'éducation et de formation pour les praticiens en exigeant l'obtention du diplôme de leurs écoles accréditées. Ici, le gouvernement fédéral leur prête main forte, en confiant l'accréditation à organismes privés gérés par les praticiens eux-mêmes. Le gouvernement fédéral soutient également les écoles en leur accordant des prêts étudiants financés par des contribuables et des fonds de recherche.
    Si les législateurs ne donnent pas aux praticiens de la CAM [Médecine Complémentaire et Alternative] tout ce qu'ils veulent la première fois, ils reviennent année après année jusqu'à ce qu'ils soient pleinement satisfaits. Le pompon est atteint par le statut de praticiens de soins primaires avec une couverture d'assurance maladie complète. [...]
    Chiropractie [...]
    Naturopathie [...]
    Acupuncture [...]
    Autre législation favorable à la CAM
    J'ai gardé l'une des pires pour la fin. Un projet de loi sur la «maladie de Lyme chronique » [en anglais Chronic Lyme Disease (CLD)] a été adopté par l'assemblée législative du Vermont et est maintenant sur le bureau du gouverneur. Une idée de la force du lobby maladie de Lyme chronique est fournie par le fait que le projet de loi avait 31 co-sponsors à la Chambre [parlementaire] du Vermont.
    Non seulement il [le projet de loi] accepte la maladie fictive elle-même, mais il comprend le diagnostic et le traitement du multiple systemic infectious disease syndrome [(MSIDS), en français: syndrome infectieux multisystémique (SIMS)]. Bien que le projet de loi ne l'appelle pas par ce nom, le syndrome (discuté par Harriet Hall ici [107]) est décrit dans ses dispositions.
    Le projet de loi indique «une série d'opinions dans la communauté médicale concernant le traitement approprié de la maladie de Lyme». En fait, la «communauté médicale» est convaincue [108] que la CLD est un diagnostic inapproprié et que la thérapie antibiotique à long terme n'est pas justifiée et potentiellement dangereuse. Seuls des cas particuliers qui ont créé également une spécialité fictive, les Lyme-Literate Medical Doctors (LLMDs), croient que la CLD est une réalité. Les naturopathes, d'autre part, ne semblent pas avoir un problème avec la réprobation générale des professionnels de la santé qui exploitent les patients en leur disant qu'ils ont une CLD, et pourquoi en auraient-ils ? Heureusement pour eux, les ND [docteurs en naturopathie], qui ont un grand nombre de cabinets [de consultation] dans le Vermont incluant le privilège de prescription, font partie de ceux qui peuvent diagnostiquer et traiter la CLD.
    [...]
  • http://scienceblogs.com/insolence/2017/06/21/deaths-and-complications-due-to-treating-the-fake-disease-known-as-chronic-lyme-disease/ Deaths and complications due to treating the fake disease known as “chronic Lyme disease” (Décès et complications dus au traitement de la fausse maladie connue sous le nom de “maladie de Lyme chronique”). Posted by Orac on June 21, 2017.
  • https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/66/wr/mm6623a3.htm?s_cid=mm6623a3_w Serious Bacterial Infections Acquired During Treatment of Patients Given a Diagnosis of Chronic Lyme Disease — United States (Infections bactériennes graves acquises pendant le traitement de patients en raison du diagnostic de la maladie de Lyme chronique - États-Unis). Weekly / June 16, 2017 / 66(23);607–609.
    Auteurs: Natalie S. Marzec, MD1 ; Christina Nelson, MD2 ; Paul Ravi Waldron, MD3 ; Brian G. Blackburn, MD4 ; Syed Hosain, MD 5; Tara Greenhow, MD 6; Gary M. Green, MD6 ; Catherine Lomen-Hoerth, MD, PhD7 ; Marjorie Golden, MD, PhD 8; Paul S. Mead, MD2.
    Les auteurs font partie de :
    1Preventive Medicine Residency, University of Colorado, Aurora, Colorado;
    2Division of Vector-Borne Diseases, National Center for Emerging and Zoonotic Infectious Diseases, CDC;
    3Kaiser Permanente, San Jose, California;
    4Division of Infectious Diseases and Geographic Medicine, Stanford University School of Medicine, Stanford, California;
    5LifeBridge Health, Westminster, Maryland;
    6Kaiser Permanente, Santa Rosa, California;
    7University of California, San Francisco, California;
    8Yale University School of Medicine, New Haven, Connecticut.

Références

  1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27976670 Article "Lyme borreliosis". Auteurs: Steere AC, Strle F, Wormser GP, Hu LT, Branda JA, Hovius JW, Li X, Mead PS. Publié dans Nat Rev Dis Primers (Nature Reviews Disease Primers) le 15 décembre 2016.
  2. http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-transmission-vectorielle/Borreliose-de-lyme/Points-sur-les-connaissances Article "BORRÉLIOSE DE LYME"Publié le 16/09/2013 - Dernière mise à jour le 13/10/2016
  3. http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/hcspa20160219_borreliosedelymemodestransmiss.pdf
  4. https://www.washingtonpost.com/news/to-your-health/wp/2017/06/15/dangerous-unproven-treatments-for-chronic-lyme-disease-cause-are-on-the-rise/?utm_term=.bc166a795071
  5. https://www.youtube.com/watch?v=823jkRIaLgA Robert’s story begins with a history of joint pain/stiffness, memory loss, and numbness and tingling in both hands. He is diagnosed with chronic Lyme disease and treated with long-term antibiotics. His symptoms worsen and he begins to lose sight in the right eye. Evaluation by a neurologist and an ophthalmologist leads to the diagnosis of a pituitary tumor—not Lyme disease. Robert has now has permanent heart and kidney disease, joint pain, and severe obstructive sleep apnea as a result of the incorrect diagnosis and treatment. If you’ve had treatments for Lyme disease and still don’t feel better, please get a second opinion. An incorrect diagnosis can lead to permanent damage or death.
  6. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/maladie-lyme/pour-professionnels-sante-maladie-lyme.html "En 2011, l'Association pour la microbiologie médicale et l'infectiologie Canada a approuvé en totalité les lignes directrices de la Infectious Diseases Society of America (en anglais seulement). Ainsi, les résultats du transfert Western doivent être interprétés selon ces lignes directrices."
  7. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4489928/ Article "Antiscience and ethical concerns associated with advocacy of Lyme disease". Paul G Auwaerter, MD, Johan S Bakken, MD, PhD, Prof Raymond J Dattwyler, MD, Prof J Stephen Dumler, MD, Prof John J Halperin, MD, Edward McSweegan, MD, Prof Robert B Nadelman, MD, Susan O’Connell, MD, Prof Eugene D Shapiro, MD, Prof Sunil K Sood, MD, Prof Allen C Steere, MD, Prof Arthur Weinstein, MD, and Prof Gary P Wormser, MD. Publié dans The Lancet Infectious Diseases en septembre 2011
  8. http://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/maladielyme.htm La maladie de Lyme: diagnostic et traitement douteux. Edward McSweegan, Ph.D.
  9. http://www.amjmed.com/article/S0002-9343(17)30138-9/fulltext?rss=yes Article "False and Misleading Information About Lyme Disease" (Informations fausses et trompeuses sur la maladie de Lyme). Auteurs: Eugene D. Shapiro, MD, Phillip J. Baker, PhD, Gary P. Wormser, M. Publié en janvier 2017 dans The American Journal of Medicine
  10. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4490322/ Unorthodox Alternative Therapies Marketed to Treat Lyme Disease (Thérapies alternatives non orthodoxes commercialisées pour traiter la maladie de Lyme). Auteurs Paul M. Lantos, Eugene D. Shapiro, Paul G. Auwaerter, Phillip J. Baker, John J. Halperin, Edward McSweegan, and Gary P. Wormser. Publié le 6 avril 2015 dans Clinical Infectious Diseases (An Official Publication of the Infectious Diseases Society of America)
  11. 11,0 et 11,1 An Evolving Rogues’ Gallery of “Lyme Literate” Quacks and Crooks
  12. http://sci.tech-archive.net/Archive/sci.med.diseases.lyme/2008-01/msg00210.html
  13. http://www2.ljworld.com/news/2011/mar/03/three-sentenced-lyme-disease-fraud/
  14. http://www.casewatch.org/doj/bradford/plea.shtml Robert W. Bradford Pleads Guilty (2010) Stephen Barrett, M.D. Robert W. Bradford plaide coupable (2010)
  15. http://www.devicewatch.org/reports/bvpm/overview.shtml Some Notes on the Bradford Variable Projection Microscope. Par Stephen Barrett, M.D.
  16. http://www.casewatch.org/doj/bradford/superseding_indictment.pdf
  17. http://cjonline.com/news-state/2010-09-17/man-pleads-lyme-cure-fraud Article "Man pleads in Lyme cure fraud" Posted September 17, 2010. By Kevin Elliott.
    [...] Robert W. Bradford, 79, of Chula Vista, Calif., pleaded guilty to conspiracy to commit mail fraud and to introduce misbranded drugs into interstate commerce.
    Bradford admitted he and his co-defendants made more than $400,000 selling a microscope they claimed could be used to diagnose Lyme disease and a drug treatment plan they claimed could cure it. Bradford was founder of a company doing business as American Biologics, which distributed marketing materials calling Lyme disease the "Plague of the 21st Century" and claiming more than 50 percent of chronically ill people may be suffering from it. [...] The treatment, marketed as Bismacine, was found to be a solution of Bismuth citrate — a toxic metallic element. Those treatments were "manufactured in a make-shift laboratory" operated by American Biologics and included several chemicals that weren't certified or intended for use in food, drugs or cosmetics for humans or animals, according to the indictment. [...]
  18. http://www.casewatch.org/board/med/toth/consentorder.shtml
  19. http://cjonline.com/news-state/2010-09-17/man-pleads-lyme-cure-fraud Article "Man pleads in Lyme cure fraud" Posted September 17, 2010. By Kevin Elliott.
    [...] Robert W. Bradford, 79, of Chula Vista, Calif., pleaded guilty to conspiracy to commit mail fraud and to introduce misbranded drugs into interstate commerce.
    Bradford admitted he and his co-defendants made more than $400,000 selling a microscope they claimed could be used to diagnose Lyme disease and a drug treatment plan they claimed could cure it. Bradford was founder of a company doing business as American Biologics, which distributed marketing materials calling Lyme disease the "Plague of the 21st Century" and claiming more than 50 percent of chronically ill people may be suffering from it. [...] The treatment, marketed as Bismacine, was found to be a solution of Bismuth citrate — a toxic metallic element. Those treatments were "manufactured in a make-shift laboratory" operated by American Biologics and included several chemicals that weren't certified or intended for use in food, drugs or cosmetics for humans or animals, according to the indictment. [...]
  20. http://www.casewatch.org/board/med/toth/consentorder.shtml
  21. http://www.casewatch.org/board/med/toth/consentorder.shtml John R. Toth, M.D., Agrees to Inactivate Medical License. Consent Order of December 12, 2005.
    In April 2005, the Kansas Board of Healing Arts reprimanded John R. Toth, M.D., of Topeka, Kansas, for not timely responding to hospital pages. Two months later, the board issued an emergency suspension followed by an emergency order limiting his practice. The situation arose after two of his patients he treated with intravenous Bismacine were hospitalized with life-threatening complications. One whom he had treated for 11 years for Lyme disease, had kidney failure. The other's heart stopped beating in Toth's office. Two weeks later, the board concluded that the first patient had been misdiagnosed and that the bismuth product contained a toxic metal and lacked FDA approval. The hospital summarily suspended Toth's privileges, and the board issued an emergency order limiting what Toth could do.
    In December 2005, Toth signed a consent agreement (shown below) under which he inactivated his license and cannot resume practice unless he undergoes remedial education and petitions the board for reactivation. He also agreed that if permitted to resume practice, he will (a) do so in a group setting, (b) refrain from diagnosing or treating Lyme disease without prior approval by an infectious disease specialist, (c) refrain from prescribing intravenous bismuth to any patient, (d) use only methods that are generally accepted by the medical community. In July 2006, the FDA issued a public warning not to use Bismacine (a/k/a Chromacine).
    In 2008, Toth was sentenced to prison for manslaughter related to the patient who had died. In 2011, after having served 26 months in prison for the manslaughter case, he was sentenced to time served and some financial penalties on a federal charge of conspiring to commit mail fraud and introduce unapproved drugs and a misbranded medical device in interstate commerce.
  22. http://pilotonline.com/news/local/health/eastern-shore-doctor-faces-probation-over-lyme-disease-cases/article_fe629389-cc2b-5246-994a-e81afa26c0e7.html
  23. http://pilotonline.com/news/local/health/with-chronic-lyme-disease-debate-over-diagnosis-treatment/article_daded0be-54b7-5365-ad9e-cec2b8e00132.html With chronic Lyme disease, debate over diagnosis, treatment. Elizabeth Simpson, 21 février 2010.
  24. http://www.kansascity.com/2010/09/17/2232002/guilty-plea-in-lymedisease-scheme.html
  25. http://www.mbp.state.md.us/forms/spring2010.pdf
  26. http://articles.courant.com/2010-02-17/health/hc-lyme-doctor-jones-0217.artfeb17_1_dr-charles-ray-jones-medical-board-diagnoses
  27. http://www.casewatch.org/doj/haese/complaint.shtml Lyme Disease Quack Arrested (Un charlatan de la maladie de Lyme arrêté). Stephen Barrett, M.D.
    En 2009, Carl E. Haese, propriétaire et exploitant de la clinique Haese de médecine intégrative à Cruces, Nouveau-Mexique, a été accusé de fraude en relation avec le diagnostic et le traitement de personnes pour la maladie de Lyme. La plainte pénale (montrée ci-dessous) indiquait:
    - Haese déclarait faussement aux patients qu'il avait guéri 100% des 3000 personnes qu'il prétendait avoir traitées pour la maladie de Lyme.
    - Haese fait son diagnostic après avoir examiné un échantillon de sang avec un microscope à haute résolution à projection variable de Bradford, un appareil non approuvé par la FDA pour le diagnostic d'aucune pathologie.
    - Le prétendu traitement est un cocktail intraveineux qui contient du dioxychlorure et de la sulfoxine, substances qui n'ont pas l'approbation de la FDA à quelque fin que ce soit.
    - Les patients payent généralement environ 5 000 $ pour les services de Haese.< br>Le Dioxychlorure, la sulfoxine, et le système de microscope ont été commercialisés par American Biologics, une société qui a vendu des produits douteux depuis plus de 30 ans. La société affirmait que le Dioxychlor était « un antibiotique naturel qui tue les bactéries en fournissant des quantités généreuses d'oxygène à... des organismes qui ne nécessitent pas d'oxygène pour leur croissance et peuvent même mourir en sa présence ». En 2006, Santé Canada déconseillait l'utilisation de ces produits et du microscope Bradford.
    En 2010, Haese a plaidé coupable à une accusation de fraude électronique/informatique. En 2012, il a été condamné à 27 mois de prison suivie de trois ans de liberté surveillée. Il a également été condamné à une amende 10 000 $ et il lui a été ordonné de verser un dédommagement de 164522 $ au total aux 21 victimes.
    This page was revised on May 29, 2016
  28. https://www.courthousenews.com/patient-says-doctor-clinic-went-wild-misdiagnosing-patients-with-lyme-disease/
  29. https://www.aldf.com/pdf/Bowen_Laboratory_Settlement.pdf Who’s left to pay this big verdict? Kansas City Star, May 25, 2009
    [...]
    La saga des Klausners a débuté en novembre 2004, alors que, après une douleur articulaire sévère, Keith Klausner est allé aux Health Centers of America-Kansas City [HCAKC], qui lui ont diagnostiqué une maladie de Lyme. HCAKC lui a recommandé le test de Bowen QRIBb et, en échange d'un "don" de 250 $ pour le test, ils ont envoyé son sang à Bowen. Le laboratoire a indiqué qu'il avait identifié l'organisme qui causait la maladie dans son sang.
    Klausner a subi des mois de traitement, y compris des antibiotiques intraveineux "et de nombreux médicaments et 'substances alternatives'", selon l'action en justice des Klausners.
    Les HCKAC ont dit à sa femme qu'elle aussi avait probablement une maladie de Lyme parce que la maladie était transmissible par les larmes, les mucus, le sang ou les contacts sexuels.
    Le sang de Sheri Klausner a été envoyé à Bowen, où elle a également été [testée] positive.
    En juin 2005, Keith Klausner a été admis au service des urgences du Centre médical de Providence. Les médecins traitants lui ont dit qu'il n'avait pas de maladie de Lyme et avait subi des mois de traitement inutile.
    L'expérience des Lamptons était similaire. Avant d'aller aux HCKAC en novembre 2003, Brenda Lampton avait été diagnostiquée avec une fibromyalgie. Après que les HCKAC l'aient diagnostiquée atteinte d'une maladie de Lyme, son sang, après avoir payé le "don" de 250 $, a été envoyé à Bowen, qui a confirmé le diagnostic.
    Lampton a ensuite subi des mois de traitement par voie intraveineuse, ce qui a aggravé son état. Finalement, elle a été admise à l'hôpital, où on lui a retiré sa vésicule biliaire et elle a développé une embolie pulmonaire, selon l'action en justice des Lamptons. Son mari, quant à lui, a subi une procédure orale inutile, une thérapie antibiotique, après que Bowen ait déclaré que son sang avait été positif pour la maladie de Lyme.
    Dans ses verdicts, Manners a attribué à Keith Klausner 9,7 millions de dollars en dommages médicaux, non économiques et punitifs; à Sheri Klausner près de 6 millions de dollars; à Brenda Lampton 8,6 millions de dollars; et à David Lampton 6 millions de dollars. Après divers plafonds statutaires, le total atteint près de 24 millions de dollars - l'un des plus gros jugements jamais enregistrés cette année au Missouri.
    Les HCAKC, alors qu'ils étaient à l'origine un accusé dans les procès, ont été par la suite déboutés [d'un appel?].
    Que les Klausners et les Lamptons soient en mesure d'obtenir [les sommes accordées par] les jugements est une question ouverte.
    "C'est ce dont nous nous occupons maintenant", a déclaré Lance Baughman, de Wright Green & Baughman à Lee's Summit [une ville du Missouri] et un avocat pour les Klausners et les Lamptons.
  30. http://www.lymeneteurope.org/forum/viewtopic.php?t=2583
  31. http://cjonline.com/stories/032908/loc_262858655.shtml#.WPYM6NLyhPY Toth receives 32 months in death of patient Posted: Saturday, March 29, 2008
  32. http://www.casewatch.org/doj/bradford/indictment.shtml Robert W. Bradford Indicted (2008) Stephen Barrett, M.D.
  33. http://legacy.sandiegouniontribune.com/news/metro/20081205-1220-bn05lyme.html
    [...] Au Kansas, le médecin, John R. Toth, utilisait le microscope de Bradford et ses traitements. Il facturait aux patients environ 100 $ pour chaque utilisation du microscope supposé diagnostiquer la maladie de Lyme et environ 320 $ pour une série d'injections qu'il appelait traitement antimicrobien, selon l'acte d'accusation.
    Bradford, le fondateur de CRB, affirmait être un docteur et un professeur, bien qu'il ne soit pas un médecin et n'ait pas de diplôme en sciences d'une université accréditée, selon l'acte d'accusation.
    Il affirmait avoir inventé le microscope de détection de la maladie de Lyme et mené des expériences de drogues par voie intraveineuse sur l'homme dans un hôpital de Tijuana qui traitait la maladie, selon l'acte d'accusation.
    En cas de condamnation, les trois risquent plusieurs années dans une prison fédérale et des centaines de milliers de dollars en amendes.
    Bradford et Byrd n'ont pas été arrêtés, mais il le leur sera dit quand ils doivent comparaître devant le tribunal.
  34. http://caselaw.findlaw.com/nj-superior-court-appellate-division/1145882.html
  35. https://www.mississauga.com/news-story/3142346-doctor-s-files-seized-by-college/
  36. http://lymepa.org/html/ldasepa_slide_presentations.html
  37. http://lymepa.org/What-s_new-_Slides_Sept_2008.pdf
  38. http://www.publichealthalert.org/Articles/miscellaneous/A%20Letter%20from%20Dr. %20Charles%20Ray%20Jones.html
  39. https://www.lymedisease.org/news-dr-charles-ray-jones-still-in-precarious-financial-position-2/
  40. http://www.mdjunction.com/forums/lyme-disease-support-forums/llmd-info/11196355-50000-needed-immediately-to-keep-dr-charles-ray-jones-connkid
  41. http://caselaw.findlaw.com/ct-superior-court/1574453.html
  42. http://www.casewatch.org/doj/shantha/indictment.shtml
  43. http://www.webmd.com/a-to-z-guides/news/20060721/fda-lyme-disease-compound-risky
  44. http://www.publichealthalert.org/Articles/pjlanghoff/wisconsin%20lyme%20doctor.html
  45. http://blog.nj.com/ledgerupdates/2007/09/nj_doctor_draws_prison_term_in.html N.J. doctor draws prison term in ALS patient fraud By The Associated Press on September 05, 2007
  46. https://www.justice.gov/sites/default/files/usao-nj/legacy/2013/11/29/FinalWebpage1114.pdf Voir la page 62 les 11 chefs d'accusation: un chef d'accusation de fraude par mail et [fraude par] informatique/électronique, trois chefs d'accusation de fraude par mail, six chefs d'accusation de fraude informatique/électronique et un chef d'accusation de blanchiment d'argent. [...]
  47. http://www.entrepreneur.com/tradejournals/article/print/151661602.html
  48. https://www.highbeam.com/doc/1G1-151661602.html
  49. http://caselaw.findlaw.com/ct-supreme-court/1133710.html Supreme Court of Connecticut. Shelley ZIELINSKI et al. v. Harriet KOTSORIS et al. No. 17441. Decided: August 08, 2006
  50. http://articles.courant.com/2007-12-19/news/0712180450_1_lyme-jones-supporters-disease Lyme Doctor Sanctioned Board Punishes Him For Diagnosing Children, Prescribing Meds Without Examination
  51. http://caselaw.findlaw.com/ct-superior-court/1574453.html Charles Ray Jones v. Connecticut Medical Examining Board. Superior Court of Connecticut. Decided: June 10, 2011
  52. http://cjonline.com/stories/041108/opi_267327335.shtml#.WPyC89LyhPY
  53. http://www.casewatch.org/doj/shortt/indictment.shtml Acte d'accusation de James Shortt, M.D.
    En novembre 2005, James Michael Shortt, M.D., qui pratiquait la "médecine de la longévité" à Greenville, en Caroline du Sud, a été accusé de 43 chefs d'accusations de distribution de façon incorrecte d'hormones de croissance et d'autres médicaments médicaments stéroïdes. Certains déclarent qu'il distribuait des médicaments stéroïdes "pas pour une utilisation légitime" et "en dehors du cours habituel de la pratique professionnelle". D'autres chefs d'accusation déclaraient qu'il a dispensé l'hormone de croissance humaine "pour" une utilisation... autre que le traitement d'une maladie ou d'un autre état de santé reconnu". Les rapports de presse indiquent que certains des bénéficiaires étaient des joueurs de football professionnels. En mars 2006, Shortt a plaidé coupable à un chef d'accusation de conspiration pour distribuer des stéroïdes anabolisants et une hormone de croissance humaine. Sur la base de cet aveu, le Conseil de Caroline du Sud a révoqué sa licence et lui a infligé une amende de 10 000 $, l'amende la plus forte qu'il est permis d'imposer. Shortt est également poursuivi par les survivants de deux patients qu'il traitait avec du peroxyde d'hydrogène. Un avait une sclérose en plaques. L'autre avait un cancer de la prostate.
    Page publiée le 9 juin 2006
  54. http://www.casewatch.org/board/med/jemsek/charges.shtml
  55. http://morgellonswatch.com/2006/07/01/ginger-savely/
  56. http://www.standupforlyme.org/getinformed/statesman_20060330.html
  57. https://www.casewatch.org/doj/demarco/indictment.shtml Acte d'accusation de Charlene DeMarco, DO [DO signifie docteur ostéopathe]
    Par Stephen Barrett, MD
    En 2006, Charlene C. DeMarco, DO et Elizabeth Lerner (alias "Elizabeth Copperman") d'Egg Harbor City, dans le New Jersey, ont été accusées d'escroquer des patients souffrant de sclérose latérale amyotrophique (ALS - "maladie de Lou Gehrig"). L'acte d'accusation, présenté ci-dessous, décrit comment les familles de deux patients atteints de SLA ont payé 35 000 $ chacun pour des traitements qui n'ont jamais été donnés. Les deux accusées sont accusés de conspiration pour commettre des fraudes par mail et par informatique; de fraude par mail et par informatique/électronique; et de blanchiment d'argent. DeMarco, "spécialisée" dans le traitement des patients atteints de maladie de Lyme, était membre du Conseil consultatif du gouverneur du New Jersey sur la maladie de Lyme. Lerner était présentée comme l'assistante de DeMarco bien qu'elle ne soit pas une professionnelle de la santé. Selon l'acte d'accusation, DeMarco a déclaré à un membre de la famille que le traitement était approuvé par la FDA bien que ce ne soit pas le cas. DeMarco a ensuite été reconnue coupable de tous les chefs d'accusation, condamnée à purger 57 mois de prison et condamnée à payer une amende de 7500 $ et 32 ​​190 $ pour la restitution. Sa licence ostéopathique a été révoquée en 2009.
  58. https://www.justice.gov/archive/opa/pr/2005/April/05_tax_220.htm Department of Justice. FOR IMMEDIATE RELEASE TUESDAY, APRIL 26, 2005 WWW. USDOJ.GOV. NEW JERSEY DOCTOR, OFFICE MANAGER CHARGED WITH CONSPIRACY AND TAX FRAUD. [...]
  59. Http://www.quackwatch.com/01QuackeryRelatedTopics/Cancer/icht.html
    Stay Away from Nicholas Bachynsky,
    Intra-Cellular Hyperthermia (ICHT),
    and 2,4-Dinitrophenol (DNP)
    Stephen Barrett, M.D.
    On y lit une longue série des condamnations ordinales et judiciaires de Bachynsky et de ses associés, dont, entre autres, Totada R. Shanthaveerappa, ainsi que la description des traitements proposés: Intra-Cellular Hyperthermia (ICHT) (hyperthermie intra-cellulaire) et 2,4-Dinitrophenol (DNP), un poison du métabolisme cellulaire utilisé frauduleusement en tant que traitement amaigrissant.
    This article was revised on July 26, 2015.
  60. https://w3.health.ny.gov/opmc/factions.nsf/0522fed2dd2160ff852568c0004e894a/aaf98a0a1c130bf785256c6a00724f25/$FILE/lc170256.pdf
  61. http://www.casewatch.org/board/med/raxlen/decision.shtml Disciplinary Actions against Bernard Raxlen, M.D. Par Stephen Barrett, M.D.
    Bernard Raxlen, un psychiatre qui se commercialise lui-même en tant que spécialiste du traitement de la maladie de Lyme, pratique maintenant à New York. Le ministère de la Santé du Connecticut l'a discipliné deux fois. En 1999, Raxlen a été accusé de (a) refuser d'envoyer le dossier d'un patient lorsque le Département de la santé l'a demandé, (b) de prescrire de façon inappropriée plusieurs médicaments chez un patient et (c) de ne pas avoir une assurance contre les Assurance contre la faute professionnelle comme l'exige la loi de l'État. Comme indiqué dans le mémorandum de décision ci-dessous, il a été réprimandé et condamné à payer une peine civile de 20 000 $. En 2004, Raxlen a été accusé de ne pas fournir les dossiers de 15 patients demandés par une compagnie d'assurance, même si chaque patient avait signé une version écrite. Lorsque le Département de la santé a répété la demande, Il a soumis 13 dossiers et a déclaré qu'il avait perdu les dossiers d'un patient. En 2005, en vertu d'un accord de consentement, il a été réprimandé, il lui a été ordonné de payer une peine civile de 15 000 $ et ordonné de présenter aux nouveaux patients un avis indiquant qu'il pourrait être obligé par la loi de fournir des dossiers aux assureurs et au ministère de la Santé. Les autorités de délivrance des permis de l'État de New York ont ​​ensuite été condamnés à une amende de 2 500 $ chacun pour ces cas.
    Raxlen fait partie d'un petit réseau de médecins qui, contrairement aux croyances médicales dominantes, affirment que la maladie de Lyme devient souvent chronique et devrait être traitée avec un antibiotique sur de longues durées. Son site Web de la clinique de New York déclare qu'il a traité plus de 3 500 cas de maladies transmises par les tiques et qu'il est «le seul psychiatre dans la zone de trois états à lancer un programme complet de traitement utilisant une intervention de traitement antibiotique oral et IV [intra-veineux] en conjonction avec une neuropharmacologie et la gestion du stress pour la dépression, le trouble panique, le trouble de l'humeur bipolaire, l'activité épileptiforme, la perte de mémoire ADD, le trouble du sommeil et le syndrome du déficit lobe préfrontal ".
  62. https://w3.health.ny.gov/opmc/factions.nsf/cd901a6816701d94852568c0004e3fb7/dbc0cd92b656fe7585256a4a0047e555/$FILE/REG%20082198.pdf
  63. http://www.casewatch.org/board/med/burrascano/order.shtml Action disciplinaire contre Joseph J. Burrascano, MD
    En 2002, la Commission de révision administrative de l'État de New York pour la conduite médicale professionnelle a conclu que Joseph Burrascano, MD, avait commis une faute professionnelle en traitant négligemment deux patients. La commission d'examen a ordonné à Burrascano de suivre deux années de probation pendant lesquelles sa pratique serait surveillée par un autre médecin acceptable pour le Bureau de la conduite médicale professionnelle (OPMC). Burrascano, qui pratique à East Hampton, à New York, se spécialise dans le traitement de la maladie de Lyme et d'autres maladies transmises par les tiques. Certaines de ses approches de diagnostic et de traitement (y compris l'administration d'antibiotiques à long terme pour traiter la maladie de Lyme) ne sont pas conformes aux directives médicales largement acceptées. Toutefois, les autorités de délivrance des licences ne lui ont pas ordonné de cesser de les utiliser. L'accusation et les résultats de l'OPMC sont publiés sur Casewatch. Le résultat de l'affaire a été influencé par des médecins partageant les mêmes idées et des centaines de patients qui se sont ralliés à son soutien. [...]
  64. http://www.healthgrades.com/directory_search/physician/profiles/dr-md-reports/DrRichard-Horowitz-MD-DA5BE9D0/background-check
  65. http://w3.health.state.ny.us/opmc/factions.nsf/cd901a6816701d94852568c0004e3fb7/e2f 882c8f73e075d85256a4a0047d6c1?OpenDocument
  66. http://www.northernexpress.com/editorial/features.asp? id=3124
  67. https://www.northernexpress.com/news/feature/article-3636-living-with-lyme/ Article "Living with Lyme" du 11 mai 2008. (voir le paragraphe "LINDA’S STORY")
  68. http://articles.courant.com/1996-01-30/news/9601300283_1_lyme-disease-connecticutchildren-s-medical-center-health-department
  69. . http://www.casewatch.org/board/med/klinghardt/order.shtml Regulatory Action against Dietrich Klinghardt, M.D. (Action réglementaire contre Klinghardt, M.D.). Stephen Barrett, MD
  70. http://www.lymeinducedautism.com/aboutus/physiciansadvisoryboard.html
  71. https://fr.wikipedia.org/wiki/National_Institutes_of_Health
  72. https://grants.nih.gov/grants/guide/notice-files/not93-177.html FINAL FINDINGS OF SCIENTIFIC MISCONDUCT NIH GUIDE, Volume 22, Number 23, June 25, 1993. (Le passage concernant le Dr. Stricker est le dernier de la liste)
  73. https://en.wikipedia.org/wiki/Office_of_Professional_Medical_Conduct
  74. https://apps.health.ny.gov/pubdoh/professionals/doctors/conduct/factions/FileDownloadAction.action?finalActionId=8470&fileName=BRD+161183.pdf&fileSeqNum=2
  75. https://sciencebasedmedicine.org/chronic-lyme-vip-daniel-cameron-disciplined-by-new-york-medical-authorities/ “Chronic Lyme” VIP Daniel Cameron disciplined by New York medical authorities “Chronic Lyme” guru Daniel Cameron, MD, has been put on 3-year probation by New York medical authorities. Will fellow “Lyme literate” doctors take note? Jann Bellamy on June 22, 2017
  76. http://www.huffingtonpost.com/entry/swedish-md-suspended-over-lyme-disease-care-patients_us_58b9e03de4b02b8b584dfb74 Article "Swedish MD suspended over Lyme disease care; patients bereft" publié le 3 mars 2017. [...] Sandström is one of two Swedish doctors who belong to the ILADS group [...]
  77. http://www.ekuriren.se/nyheter/ivo-granskar-sandstroms-borreliabehandlingar/ Article "IVO granskar Sandströms borreliabehandlingar" (IVO examine les traitements de la maladie de Lyme de Sandströms). Publié le 27 juin 2014 (suédois)
    L'inspection de la santé et des services sociaux veulent regarder de plus près le traitement de la maladie de lyme que Kenneth Sandström prescrit à ses patients et procède actuellement à un examen de ses activités. Plus tôt dans l'année, a-t-il été rapporté par un patient.
    En Avril de cette année, l'IVO [Inspection des soins de santé] a critiqué la gestion médicale de Kenneth Sandströms d'un cas de patient. Un patient avait alors déposé une plainte au sujet de ce qu'il a vu le traitement impropre et le diagnostic incorrect (maladie de Lyme). IVO a noté en particulier que Sandstrom n'avait pas suivi les lignes directrices actuelles de SMI pour la maladie de Lyme. [...]
  78. https://www.svt.se/nyheter/lokalt/orebro/orebrolakare-forlorar-sin-legitimation-behandlade-borrelia-med-tuberkulosmedicin Publié le 3 mars 2017. Un médecin à Örebro a perdu son permis de pratiquer la médecine après avoir traité des patients d'une mauvaise façon. Dans 13 cas où les patients, entre autres, ont souffert d'un faible métabolisme, le médecin a prescrit par erreur un médicament antituberculeux [en fait un antibiotique, la Rifampicine, habituellement utilisé contre la tuberculose]. La patiente Anna a été diagnostiquée avec la maladie de Lyme par le médecin et un traitement antibiotique fort a été alors commencé en mai 2011. [...] Mais au bout de cinq semaines sans résultats Anna en avait assez et a décidé de visiter un autre médecin. Cela pourrait donc dire que Anna n'avait pas du tout eu la maladie de Lyme, mais souffrait d'un faible métabolisme. [...] Au total, 13 patients ont été mal diagnostiqués et ont reçu un traitement incorrect [...]
  79. http://www.casewatch.org/board/med/lentz/complaint_3.shtml Florida Revokes Medical License of John L. Lentz, M.D. Par Stephen Barrett, M.D.
  80. https://sciencebasedmedicine.org/florida-revokes-medical-license-of-lyme-literate-doctor/ Florida revokes medical license of “Lyme literate” doctor. Florida finally revoked the medical license of “Lyme literate” doctor John Lentz, who honed his diagnostic skills and treatments in ILADS seminars and treated “chronic Lyme” for almost a decade. Why does the system allow this? Jann Bellamy on December 22, 2016
    La Floride révoque la licence médicale duFlorida revokes medical license of “Lyme literate” doctor Florida finally revoked the medical license of “Lyme literate” doctor John Lentz, who honed his diagnostic skills and treatments in ILADS seminars and treated “chronic Lyme” for almost a decade. Why does the system allow this? Jann Bellamy on December 22, 2016.
    La Floride a finalement révoqué la licence médicale du “Lyme literate” doctor, John Lentz, qui a perfectionné ses compétences en diagnostic et en traitements dans les séminaires de l'ILADS et a traité pendant près d'une décennie "la maladie de Lyme chronique".
    Pourquoi le système permet cela?
  81. http://www.casewatch.org/board/med/jaller/consent_2015.shtml Par Stephen Barrett, MD.
  82. https://ticktalkireland.wordpress.com/2010/06/06/ilads-1st-conference-in-london-june-12th-2010/
  83. http://kleszcze.edu.pl/europejskie-spotkanie-ilads-londyn-2010r-t208.html
  84. http://francelyme.fr/colloque-europeen-de-lilads-2012-autriche
  85. https://www.arminlabs.com/en
  86. http://www.reseauborreliose.fr/post/2012/04/27/Journ%C3%A9e-d-%C3%89tude-Maladies-%C3%A0-Tiques-Paris-23-juin-20123
  87. http://www.associationlymesansfrontieres.com/strasbourg-15-et-16-juin-2013-2/
  88. http://francelyme.fr/resume-de-la-journee-medicale-detude-28-septembre-2013 RESUME DE LA JOURNEE MEDICALE D’ETUDE, 28 septembre 2013
  89. http://www.borreliose-gesellschaft.de/Unterlagen-2017-Erfurt/Saedeleer-Treatment-multi-infectious-disease.pdf
  90. http://www.poldesaedeleer.be/ Master in Nutritional and Phytotherapeutical Therapies IMPB, Master in Homeopathic, Practice VSU; Member of A4M American Anti Aging Academy; Member of ILADS International Lyme and Associated Diseases Society; Trained as Compounding Pharmacist, extensive hands-on experience; Director of Nutrined, nutritional lab in The Netherlands; Director of Researched Supplements, nutritional lab in Belgium; Co-Director of Anti-Aging Centers in Almaty and Astana (Kazachstan); Scientific representative partner of Researched Nutritionals (USA) for Europe and the Middle East.
    En bref, un palmarès impressionnant: directeur d'un laboratoire en Belgique, directeur d'un laboratoire aux Pays-Bas et un associé de Research Nutritionals. Il intervient dans de nombreux pays/lieux: Kazakhstan (trois fois en 2013), Dubai, Moscou, France (2013), Augsburg en Allemagne, Copenhague, Anvers, Helsinki, Londres, Louvain-La-Neuve en Belgique, Johannesburg, Paris (Congrès ILADS-Europe de mai 2017), interviendra à Anvers en septembre 2017. Ses sites web: www. nutrined.com et www. researchednutritionals.com
  91. http://norvect.no/norvect-conference-program/
  92. http://www.visavissymposiums.org/symposiums-2/symposiums/
  93. casewatch.org Disciplinary Actions against Bernard Raxlen, M.D. Par Stephen Barrett, M.D.:
    Bernard Raxlen, M.D., a psychiatrist who markets himself as a specialist in treating Lyme disease, is now practicing in New York City. The Connecticut Department of Health has disciplined him twice. In 1999, Raxlen was charged with (a) refusing to send a patient's record when the Health Department requested it, (b) inappropriately prescribing several drugs to a patient, and (c) failing to maintain malpractice insurance as required by state law. As noted in the memorandum of decision below, he was reprimanded and ordered to pay a $20,000 civil penalty. In 2004, Raxlen was charged with failing to provide the records of 15 patients requested by an insurance company even though each patient had signed a written release. When the Health Department repeated the request, he submitted 13 records and stated that he had lost one patient's records. In 2005, under a consent agreement, he was reprimanded, ordered to pay a $15,000 civil penalty, and ordered to present new patients with a notice stating that he may be required by law to supply records to insurers and the Health Department. The New York State licensing authorities subsequently fined him $2,500 each for these cases.
    Raxlen is part of a small network of doctors who—contrary to prevailing medical beliefs—assert that Lyme disease often become chronic and should be treated with long-term antibiotic therapy. His New York clinic Web site states that he has treated over 3,500 cases of tick-borne disease and is "the only psychiatrist in the tri-state area to initiate a total comprehensive treatment program utilizing both oral and IV antibiotic treatment intervention in conjunction with neuropharmacology and stress management for depression, panic disorder, bipolar mood disorder, epileptiform seizure activity, ADD memory loss, sleep disorder, and pre-frontal lobe deficit syndrome."
    Traduction
    Bernard Raxlen, un psychiatre qui se commercialise (qui sollicite la clientèle protentielle en se présentant lui-même) en tant que spécialiste du traitement de la maladie de Lyme, il pratique maintenant à New York. Le ministère de la Santé du Connecticut l'a discipliné deux fois. En 1999, Raxlen a été accusé de (a) refuser d'envoyer un dossier de patient lorsque le Département de la santé l'a demandé, (b) de prescrire de façon inappropriée plusieurs médicaments chez un patient et (c) de ne pas avoir (continué à souscrire à) une assurance pour les cas de fautes professionnelles comme l'exige la loi de l'État. Comme indiqué dans le mémorandum de décision ci-dessous, il a été réprimandé et condamné à payer une peine civile de 20 000 $. En 2004, Raxlen a été accusé de ne pas fournir les dossiers de 15 patients demandés par une compagnie d'assurance même si chaque patient avait signé une version écrite. Lorsque le Département de la santé a répété la demande, il a soumis 13 dossiers et a déclaré qu'il avait perdu les dossiers d'un patient. En 2005, en vertu d'un accord de consentement, il a été réprimandé, a ordonné de payer une peine civile de 15 000 $ et a ordonné de présenter aux nouveaux patients un avis indiquant qu'il pourrait être obligé par la loi de fournir des dossiers aux assureurs et au Département de la santé. Les autorités de délivrance des permis de l'État de New York ont ​​ensuite été condamnés à une amende de 2 500 $ chacun pour ces cas.
    Raxlen fait partie d'un petit réseau de médecins qui, contrairement aux avis médicaux dominants, affirment que la maladie de Lyme devient souvent chronique et devrait être traitée avec un traitement antibiotique à long terme. Son site Web de la clinique de New York déclare qu'il a traité plus de 3 500 cas de maladies transmises par les tiques et est «le seul psychiatre dans la région de trois états à lancer un programme complet de traitement en utilisant une intervention de traitement antibiotique oral et IV en conjonction avec la neuropharmacologie et la gestion du stress pour la dépression, le trouble panique, le trouble de l'humeur bipolaire, l'activité épileptiforme, la perte de mémoire ADD, le trouble du sommeil et le syndrome du déficit lobe préfrontal ".
  94. https://www.casewatch.org/board/med/jemsek/order.shtml Disciplinary Action against Joseph Jemsek, M.D. Par Stephen Barrett, M.D.
  95. http://zeckenliga.ch/downloads/strassburg_zusammenfassung.pdf (allemand)
    [...] "Généralités
    Il existe des différences frappantes entre l'Europe et les USA (la majorité des lignes directrices et des schémas de traitement, et les données des études proviennent de là-bas):
    En Europe, il y a beaucoup plus d'espèces de Borrelia qu'aux États-Unis où 95% de toutes les infections sont dues à la B. burgdorferi. Aux USA prédomine un tableau clinique arthritique tandis qu'en Europe les plus répandus sont la fatigue chronique, la dépression et les symptômes psychiques en plus de douleurs squeletto-musculaires. [...]
    Autisme
    Déjà des les années 80, des autistes ont été testés positifs pour Rickettsia et Mycoplasma. Alors, personne ne pensait à la Borrelia. Avec des antibiotiques et en même temps un régime alimentaire (sans gluten, sans caséine, seulement pendant le traitement antibiotique), les médecins Chronimed ont obtenu en France des résultats étonnants chez les enfants et les adolescents ces dernières années. Des exemples [en] vidéos et le public de conférences l'attestent. Des enfants précédemment catalogués incurables ont pu aller à l'école ordinaire 2-3 ans après la fin de la cure d'antibiotiques. Pour les autistes ou les schizophrènes, la mère a le plus souvent subi une infection prénatale. Au début de celui-ci et de bien d'autres signes cliniques il y a une vascularite due à des agents pathogènes tels que Borrelia et autres. Dans l'autisme régressif se produit, après 1-2 ans de développement relativement normal, une régression - souvent après une otite, une vaccination ou une réaction immunitaire. L'autisme est généralement accompagnée par des symptômes somatiques: problèmes de fatigue/sommeil, sueurs nocturnes, sensibilité au bruit, mains froides, toux du matin, etc. On trouve souvent chez les enfants hyperactifs et autistes 5 déclencheurs d'infection chronique: Borrelia, Chlamydia, Rickettsia, Mycoplasma, Staphylococcus. 80% des plaintes des enfants autistes avait disparu après un mois de traitement antibiotique, après 2 mois 90%. La condition préalable était un régime sans gluten et sans caséine pendant le traitement antibiotique. Les enfants pouvaient 2-3 ans après le traitement en partie fréquenter des écoles ordinaires. Après le traitement antibiotique, ils pouvaient arrêter le régime alimentaire.
    En France, 54 médecins traitent maintenant 2.000 enfants avec succès avec AB [des AntiBiotiques?]. L'idée est évidente: S'agit-il dans l'autisme d'une encéphalopathie? Les pages 5 et 6 de l'étude „Autibiotique“, [nommée] en référence à l'autisme et aux antibiotiques, commencée en 2012, ont encore besoin d'environ 3 mois jusqu'à l'achèvement, à condition de pouvoir disposer de 300.000 euros.
  96. http://www.associationlymesansfrontieres.com/maladie-de-lyme-pres-de-150-patients-vont-deposer-plainte-contre-des-laboratoires/
  97. http://www.casewatch.org/board/med/burrascano/order.shtml Disciplinary Action against Joseph J. Burrascano, M.D.
    Action disciplinaire contre Joseph J. Burrascano, MD
    En 2002, le Conseil de révision administrative de l'État de New York pour la conduite médicale professionnelle a conclu que Joseph Burrascano, MD, avait commis une faute professionnelle en traitant de façon négligente deux patients. Le comité d'examen a ordonné à Burrascano d'effectuer deux années de probation pendant lesquelles son cabinet médical serait surveillé par un autre médecin acceptable pour le Bureau de la conduite médicale professionnelle (OPMC). Burrascano, qui pratique à East Hampton, à New York, se spécialise dans le traitement de la maladie de Lyme et d'autres maladies transmises par les tiques. Certaines de ses approches de diagnostic et de traitement (y compris l'administration d'antibiotiques sur de longues durées pour traiter la maladie de Lyme) ne sont pas conformes aux directives médicales largement acceptées. Toutefois, les autorités de délivrance des licences ne lui ont pas ordonné de cesser de les utiliser. L'accusation et les conclusions de l'OPMC sont publiées sur Casewatch. Le résultat de l'affaire a été influencé par des médecins partageant les mêmes idées et des centaines de patients qui se sont mobilisés pour lui apporter leur soutien.
  98. http://caselaw.findlaw.com/nj-superior-court-appellate-division/1145882.html
  99. http://www.ipsn.eu/wp-content/uploads/2015/05/programmeCISN.pdf Congrès IPSN 2015 en partenariat avec Santé Nature et Innovation
  100. https://www.ipsn.eu/congres-international-de-sante-naturelle-richard-horowitz/ Congrès International de Santé Naturelle : Dr Richard Horowitz Par ipsn/20 mai 2015
  101. http://www.visavissymposiums.org/symposiums-2/tick-borne-disease-symposium-2016/
  102. http://poldesaedeleer.be/#presentations
  103. http://francelyme.fr/congres-europeen-ilads-2017-paris-19-20-mai-2017/
  104. https://ww2.eventrebels.com/er/ERShow/ExhibitorListing/ExhibitorListing.jsp?ActivityID=19816
  105. https://www.sciencesetavenir.fr/sante/maladie-de-lyme-le-scandale-des-pseudo-traitements_112781
  106. https://sciencebasedmedicine.org/the-quack-full-employment-act/
  107. https://sciencebasedmedicine.org/does-everybody-have-chronic-lyme-disease-does-anyone/
  108. http://www.idsociety.org/uploadedFiles/IDSA/Topics_of_Interest/Lyme_Disease/Policy_Documents/Lyme%20Disease%20Testimony-Global%20Health%20Subcommittee.pdf
cet article est une ébauche