Homéopathie

De Psiram
Magazine DER SPIEGEL no 28 de 2010: Homéopathie. La grande illusion
Le prince Charles, partisan de l'homéopathie, en train d'inspecter une entreprise qui produit des remèdes homéopathiques

L'homéopathie[1] est une méthode pseudo-scientifique[2] pour traiter pratiquement toutes les maladies, crée en 1796 par le médecin occultiste saxon Samuel Hahnemann, qui existe toujours aujourd'hui, pratiquement inchangée (en tant qu'homéopathie classique selon Hahnemann). L'homéopathie s'appuie sur deux principes de base généraux. L'inventeur Hahnemann a décrété à l'époque que, selon le principe de similitude de l'homéopathie, une personne atteinte d'une affection peut être traitée au moyen d'une substance produisant chez une personne en bonne santé des symptômes semblables à ceux de l'affection considérée. Hahnemann a également déclaré que, selon le principe de la dynamisation (impliquant une série de dilutions et de succussions), les remèdes homéopathiques sont d'autant plus efficaces qu'ils sont plus dilués, selon un procédé obligatoire, dans un solvant. Aucun de ces deux principes n'a pu être confirmé expérimentalement jusqu'à présent.

L'état de la recherche (2015), comme en témoignent les revues systématiques (méta-analyses) récentes, ne fournit pas d'éléments suffisants pour prouver l'efficacité de l'homéopathie.[3] Telle est la conclusion à laquelle en sont finalement arrivé la plupart des auteurs des revues systématiques. Les rares études avec un résultat positif pour l'homéopathie n'ont pas pu être confirmées par d'autres scientifiques au moyen d'études réitérées.

Les partisans de l'homéopathie sont souvent, consciemment ou inconsciemment, globalement sceptiques envers la médecine scientifique: La peur (le plus souvent irrationnelle) de la "chimie nocive" est liée à un indissociable "effet nocebo" qui nuit aux effets des méthodes conventionnelles bien éprouvées.

Voir aussi: allopathie

Sommaire

Variantes de l'homéopathie

Machine à dynamiser les remèdes homéopatiques
Globules homéopathiques pour perdre du poids

Au fil du temps sont apparues diverses variantes de l'homéopathie classique selon Hahnemann. On différencie donc les bas-potentialiseurs des haut-potentialiseurs, les monothérapeutes des polypragmaticiens, les phytothérapeutes homéopathes des homéopathes anthroposophiques etc.

  • L'homéopathie classique, ou homéopathie uniciste, est la forme de l'homéopathie qui suit strictement les enseignements de Samuel Hahnemann. Selon Hahnemann, on doit toujours administrer, pour l'ensemble de tous les problèmes physiques et mentaux, uniquement un seul remède à la fois. L'homéopathe classique recherche le similaire, à son avis, approprié. So représentant actuel le plus connu mondialement est George Vithoulkas[4], son représentant le plus connu en France est Edouard Broussalian.
  • L'homéopathie de remèdes complexes (Komplexmittelhomöopathie)[5] est l'utilisation dans le remède de mélanges de remèdes homéopathiques en raison d'un diagnostic de maladie. Là encore, il existe différentes variantes de l'homéopathie de remèdes complexes, comme, par exemple, la méthode Sankaran[6], la Homöopathische Quellenmethode nach Schlingensiepen[7], la Miasmatische Homöopathie (l'homéopathie miasmatique)[8] ou la Regenaplex-Therapie (thérapie-Regenaplex)[9]. Voir l'article: Komplexmittelhomöopathie (homéopathie complexe).[10]
  • L'homéopathie clinique se réfère à l'utilisation de remèdes homéopathiques à des dilutions dites faibles (D1-D12) ou (X1-X12) pour des diagnostics spécifiques. D ou X signifient une dilution au dixième, et C une dilution au centième. Ces dilutions vont donc en homéopathie clinique de 1 dixième jusqu'à 12 dixième, c'est à dire 1,2 centième.
  • Les méthodes de l'homéopathie miamistique (Miasmatischen Homöopathie) [11] sont des variantes des remèdes complexes de l'homéopathie mettant l'accent sur ​​la thérapie des maladies chroniques compte tenu de la "Miasmenlehre" (l'enseignement/doctrine de Hahnemann sur les miasmes)[12].
  • Est appelée Micro-Immunothérapie[13] une méthode dans laquelle les cytokines[14] sont dynamisées et administrées par voie sublinguale. Il est postulé par les prestataires [ceux qui proposent la méthode] que sous la langue se trouve une "forte concentration de composants du système immunitaire" [15]. La thérapie a pour but de réguler le système immunitaire au moyen de l'action des cytokines potentialisés/dynamisés[16]. Maurice Jenaer est considéré comme le fondateur de la thérapie micro-immune[17][18]. Un fournisseur de remèdes micro-immuns est l'entreprise Labo'Life[19], qui dispose également d'un brevet sur ​​les «acides nucléiques spécifiques". Il n'y a pas d'informations précises sur l'action et la composition des remèdes.
  • L'homéopathie biochimique (biochemische Homöopathie)[20] se réfère à une variante de l'homéopathie dans laquelle sont utilisés des nosodes et des venins dynamisés (voir aussi Horvi-Enzym-Therapie[21]). La méthode est apparemment utilisée uniquement par son inventrice, la biochimiste et Heilpraktiker Karin Lenger[20] d'Offenbach-am-Main. L'autopathie[22] est le nom attribué par un Heilpraktiker tchèque à une variante de l'homéopathie utilisant la propre salive du patient dynamisée.
  • Les interprétations plus récentes et les produits dérivés de l'homéopathie sont en vogue. Ici, on voit apparaître des frontières floues avec la guérison spirituelle[23] ou la médecine énergétique. Les représentants de ce groupe, le plus souvent rejetés par les homéopathes classiques, croient, après l'anamnèse et la répertorisation, ne pas avoir à introduire les remèdes homéopathiques trouvés dans le corps du patient. Rien que la proximité du remède avec le patient est suffisante pour exercer un effet. Les remèdes pourraient être portés, par exemple, sur le corps ou être mis sous l'oreiller. Un verre d'eau aussi pourrait produire des effets homéopathiques quand il est juste mis sur une feuille de papier avec le nom du remède écrit sur celle-ci. La feuille de papier retransmet ici son information au verre d'eau à employer. Les méthodes typiques qui entrent dans cette catégorie sont l'Harmopathie[24], la Neue Homöopathie (la nouvelle homéopathie)[25] selon Erich Körbler[26], la Seghal-Methode (Méthode-Segal), la Herscue-Methode (Méthode-Herscue), la Prozessorientierte Homöopathie (Homéopathie orientée processus), Quantenlogische Homöopathie (homéopathie logique quantique)[27], Kreative Homöopathie (homéopathie créative), Impuls-Homöopathie (homéopathie par impulsion), les Similis Cards[28], le Silent Healing[29], la Sankaran-Methode[30] (appelée également "Bombay-Methode-Bombay" ou "systematische Homöopathie") et la Homöopathie nach Ramakrishnan (homéopathie selon Ramakrishan)[31]. La Telehomöopathie [32] est une variante de l'homéopathie, dont son inventrice prétend, qu'en tant que traitement à distance, elle fonctionnerait par Internet (e-mail ou Skype) ou par téléphone.
  • L'Homéosiniatrie

[33] est une méthode médicale qui associe l'homéopathie et l'acupuncture chinoise (l'[[acupuncture fait partie de la médecine traditionnelle chinoise). Le terme a été inventé par le français Roger de la Fuye (1890 - 1961)[34]. Les préparations homéopathiques sont injectés aux points d'acupuncture, on espère bénéficier ainsi d'un effet de synergie.

  • L'homéopathie digitale[35] est une appellation alternative de l'Holothérapie[36]. En France, le Centre d'Holothérapie Bernard Lefebvre (76240 Bonsecours) a émit une publicité pour la "méthode d'amaigrissement Bernard Lefebvre", affirmant des résultats. La publicité a été interdite en 1996 par arrêté, les autorités françaises de l'époque ont considéré qu'aucune preuve scientifique n'avait été apportée à l'appui.[37] En 1998, une holothérapeute proposant la "méthode d'amaigrissement Bernard Lefebvre" a été condamnée au civil. [38]
  • Le Banerji-Protokoll[39] est une méthode qui est utilisée, entre autres, pour le traitement du cancer. Le protocole prévoit seulement un traitement homéopathique, les traitements conventionnels tels que la radiothérapie, la chimiothérapie ou la chirurgie ne sont pas prévus.
  • L'Homéopathie révolutionnée selon Sehgal[40]
  • C4-Homöopathie
  • Les MP3-Töne (Tonalités MP3) en tant que "quérison par résonance" selon Peter Chappell[41] et l'ERemedy[42] selon Bill Gray

L'Isopathie[43] (2 variantes) et l'Homöo-Isopathie[44] de la firme Homeda[45] présentent de nombreuses ressemblances avec l'homéopathie. Hahnemann a cependant rejeté toute sa vie l'Isopathie.

L'Électro-homéopathie, en dehors de la ressemblance de nom, n'a pas grand-chose à voir avec l'homéopathie, il s'agit d'une variante de la Spagyrie[46][47].

Les inventeurs et fournisseurs de certains appareils fonctionnant à l'électricité servant aux diagnostics ou aux traitement les rattachent également à l'homéopathie ou se réfèrent à celle-ci. Citons par exemple ici Cem Tech[48], Transmaterialer Katalysator (catalyseur trans-matériel)[49] ou Wave Transfer[50].

La loi de Hering

La dite Loi de Hering remonte à une proposition du 19ème siècle du partisan d'Hahnemann, Constantin Hering. Hering croyait qu'une guérison avait lieu quand l'élimination des symptômes se déroulait dans l'ordre (le sens) suivant: "de haut en bas, de dedans en dehors et dans l'ordre inverse de leur arrivée"

  • de dedans en dehors, à savoir, de la partie la plus profonde de l'organisme - les niveaux psychiques, émotionnels et les organes vitaux - vers les parties externes, telles que la peau et les extrémités.
  • de haut en bas, à savoir, des parties supérieures aux parties inférieures du corps. Par exemple, une personne est considérée comme étant sur la voie de la guérison si la douleur arthritique de son cou a diminué, bien qu'elle ait maintenant une douleur dans les articulations des doigts.
  • dans l'ordre inverse de leur arrivée, c'est à dire du plus récent vers le plus ancien.

Le manque de base scientifique

Après environ 200 ans de recherche faite tant par les homéopathes et que par les non-homéopathes, on n'a jusqu'à présent aucune preuve scientifique d'un effet de l'homéopathie supérieur à l'effet placebo[51] et les mécanismes d'action supposés sont considérés aujourd'hui comme réfutés. Selon les connaissances actuelles, elle est à assimiler à une thérapie placebo, bien que cela ne signifie pas nécessairement qu'elle soit totalement inefficace. En fait, on peut partir du principe que, par rapport à un non-traitement (c.à.d. ne rien faire), elle peut obtenir un effet chez ​​les patients, en particulier avec un thérapeute charismatique et le rituel thérapeutique approprié. Les risques de l'homéopathie proviennent du fait que les homéopathes et les patients peuvent surestimer les effets placebo de l'homéopathie et s'abstenir de faire les traitements efficaces reproductibles qui ont fait preuve d'une efficacité supérieure à celle de l'effet placebo.

Ce qui ne parle pas en faveur de l'homéopathie, ce sont les preuves d'efficacité manquantes, le caractère dogmatique pseudo-scientifique des écoles d'homéopathie (qui sont de fait des écoles de médecine officielle), la prévention de la maladie entièrement absente ainsi que les contradictions internes comme l'expérience avec la quinine à laquelle Hahnemann se réfère à titre subsidiaire et qui s'est révélée non reproductible. Les homéopathes répugnent à indiquer combien de temps une thérapie doit être effectuée. Le procédé de dynamisation (qui est en fait une série de dilutions entrecoupées de succussions), n'est pas conciliable avec la réalité: selon les théories scientifiques actuellement validées en chimie, la succussion n'aboutit qu'à une homogénéisation et à une aération de la solution.

Comme argument plaidant en faveur de l'homéopathie, il est souvent mis en avant l'absence d'effets secondaires. L'argument est qu'étant donné la forte dynamisation (donc de la forte dilution), on ne peut guère s'attendre à des effets secondaires. Cet argument contredit cependant l'hypothèse que la dynamisation renforcerait l'effet des substances et est donc en contradiction avec l'homéopathie elle-même. La prétention de renforcer la capacité d'auto-guérison de l'être humain, est également souvent cité comme un argument pour l'homéopathie. Reste cependant aux partisans d'en apporter la preuve.

Contrairement aux avis souvent répandus que l'homéopathie serait un traitement holistique, cette médecine alternative est à considérer comme une forme de thérapie basée sur le symptôme qui s'appuie exclusivement sur les symptômes décrits et observables du patient. L'étiologie (la recherche des causes) des maladies est largement occultée.

Hahnemann et les homéopathes modernes s'inspirent de lois de guérison, auxquelles appartiennent aussi l'idée que les thérapies homéopathiques traitent les gens de haut en bas, de l'intérieur vers l'extérieur et en commençant par le symptôme le plus récent. Une telle idée n'a encore une fois aucun fondement dans un quelconque modèle de biologie et de maladie.

La Faculté de médecine de l'Université de Marburg a déclaré dans la revue médicale du 2 décembre 1992 Mars qu'elle considérait l'homéopathie comme une hérésie: Son principe d'action est la tromperie des patients renforcée par l'auto-tromperie du praticien.[52][53]

Eléments d'explication pseudo-scientifiques

Eau en dilution en tant que remède homéopathique

L'homéopathie n'est pas plausible d'un point de vue scientifique: elle contredit la logique, les lois de la nature et les connaissances médicales du passé et du présent. Les dynamisations élevées à partir de D 23, par exemple C 12 ne contiennent aucune molécule de matière première. Comment des gouttes qui ne contiennent que des solvants pourraient-elles agir ? Une mémoire de l'eau qui serait capable d'enregistrer des "informations" n'existe pas.

Cela n'a aucun sens d'expliquer dans la médecine scientifique le fonctionnement de méthodes qui ne peuvent fournir aucune preuve d'efficacité. La question du mode d'action de l'homéopathie est complètement absurde tant qu'il n'y a aucune preuve que l'homéopathie agisse vraiment. Tous les tentatives d'explication de l'homéopathie sont par conséquent non scientifiquement fondées et peuvent être classées comme pseudo-scientifiques.

Cela n'empêche cependant pas les homéopathes d'imaginer des mécanismes d'action de l'homéopathie et de les publier. L'étendue [des mécanismes d'action supposés] va là de conceptions animistes de la matière animée par un esprit dans lesquelles la dynamisation libère les esprits positifs (ou les vibrations/ondes positives) des substances jusqu'à des réinterprétations pseudo-scientifique des connaissances de la mécanique quantique et de la physique nucléaire (Voir: mysticisme quantique).[54] Les homéopathes d'aujourd'hui et les partisans de l'homéopathie se réfèrent souvent à ​​la mécanique quantique en physique pour expliquer l'effet présumé des remèdes homéopathiques. Cependant,les effets quantiques ne concernent que le niveau subatomique et peut-être encore le niveau atomique. Pour le monde macroscopique ou les systèmes biologiques comme les virus, les cellules individuelles ou au-dessus, ils n'entrent pas en jeu. Sont à mentionner dans de contexte le physicien quantique viennois Anton Zeilinger ainsi que le psychologue Harald Walach[55], un professeur à l'Europa-Universität Viadrina de Frankfurt/Oder. Walach est l'inventeur d'une "Schwachen Quantentheorie" (théorie des quanta faibles, en anglais: Weak Quantum Theory (WQT)) jusqu'ici non prouvée. Des particules "intriquées"[56] et "téléportées" ou bien des "informations" joueraient là un rôle dans l'homéopathie. Il y aurait aussi, selon les spéculations de Walach, une "intrication" entre des symptômes de la maladie et les symptômes que déclenche une substance quand elle est testée dans le cadre du contrôle des remèdes homéopathiques. Le physicien Anton Zeilinger, qui est parfois cité pour donner à l'homéopathie un vernis de "physique quantique" sérieuse, tient un lien avec la physique quantique pour scientifiquement infondé, comme il l'a annoncé en 2012 au Süddeutschen Zeitung [un journal de l'Allemagne du Sud]:

"[...] Qu'il soit établi un lien entre mon travail et l'homéopathie est infondée scientifiquement [...] Je regrette beaucoup que mon nom associé à ça. [...] L'homéopathie, à mes yeux, est un pur effet placebo [...]"

Il ne pense non-plus aucun bien d'une soi-disant médecine quantique:

"[...] C'est un concept spéculatif vaseux, pas l'appellation d'un domaine scientifique."[57]

On trouve des références spéculatives à la physique quantique et à Zeilinger, par exemple, chez Claus Fritzsche,[58] expert en marketing et blogueur sur Internet, qui, manifestement, n'a pas demandé au préalable à Zeilinger si, de son point de vue en tant que physicien, l'intrication en physique quantique avait quelque chose à voir avec l'homéopathie.[59]

Souvent, la mémoire d'eau que Jacques Benveniste pensait avoir trouvée est citée comme la "preuve". Au plus tard depuis 1995, il est clair que les résultats de Benveniste sont incompréhensibles.[60][61]

Néanmoins, il est toujours prétendu que les hautes dilutions contiendraient des informations, bien qu'il n'y ait ni support d'informations, ni code concevable. Donc, il est pas étonnant que même la dernière « preuve » aussi, avec des intestins de rat, fêtée comme une avancée à l'Université de Leipzig se soit avérée fausse et inacceptable. On peut trouver la louange de cette pseudo-recherche à l'Université de Leipzig ici: [62]. Quelles que soient les informations que la structure de l'eau contiendrait dans l'imagination des partisans, elles devraient également être transmises à des pilules de sucre sur lesquelles sont mises les gouttes d'eau homéopathique. La mémoire de l'eau devrait en quelque sorte survivre à la prise et l'absorption dans l'organisme par le système gastro-intestinal et au transport par le sang vers les tissus. Les biologistes ont découvert ni une « mémoire de l'eau », ni des signaux ou des récepteurs homéopathiques, ni quoique ce soit qui pourrait plausiblement servir de récepteur pour des structures hydriques.

Le fait que même des dilutions d'eau soient proposées comme remèdes homéopathiques (voir l'illustration à droite, 1 gramme d'eau diluée coûte environ 1 livre)[63] rend le concept tout aussi douteux que les affirmations formulées par certains homéopathes que les remèdes portés sur le corps ou mis sous l'oreiller auraient un effet.

Le rôle de l'attention accordée et de la séance de consultation homéopathique

La rhumatologue Sarah Brien, de l'unité "Complementary and Integrated Medicine Research Unit" du centre "Aldermoor Health Centre" de Southamptom montre, dans une petite étude de l'année 2010, combien le rôle d'une séance de consultation peut être décisif pour l'efficacité du traitement (homéopathique ou non). Dans l'étude randomisée et avec administration de médicaments en double aveugle contrôlée par placebo, elle a essayé de comprendre sur 83 patients avec polyarthrite rhumatoïde (rhumatisme) stable, traitée conventionnellement si l'homéopathie fonctionne et si oui, pourquoi.[64] Texte complet

Le groupe d'auteurs a formé deux groupes, l'un dans lequel les patients étaient conseillés de façon conventionnelle et l'autre dans lequel s'effectuait une consultation homéopathique plus onéreuse. Les patients dans le groupe des conseils médicaux conventionnels ont ensuite été randomisés: ils recevaient la thérapie complexe homéopathique recommandée par l'homéopathe ou une préparation placebo dans une présentation identique. Dans le groupe dans lequel il était conseillé homéopathiquement, les patients ont été randomisés pour la médication en trois groupes, à savoir, placebo, traitement complexe ou préparation individualisée.

Les résultats peuvent être trouvés dans la revue « Rheumatology ». Il n'y avait pas de différences statistiquement significatives entre les cinq groupes sur la question des critères d'évaluation principaux de l'étude (correspondant à la rhumatologie classique: amélioration du score standard ACR et auto-évaluation globale du patient sur une base mensuelle). Pour les critères secondaires: ressenti de douleur, nombre d'articulations enflées, auto-évaluation des patients sur une base hebdomadaire et humeur, il y avait par contre des bénéfices significatifs pour les patients qui avaient été conseillés homéopathiquement par rapport à ceux qui avaient été conseillés seulement conventionnellement. Alors qu'il était indifférent que les patients aient reçu un placebo, de l'homéopathie complexe ou des médicaments homéopathiques préparés pour le patient (individualisés) tant qu'ils avaient été conseillés auparavant homéopathiquement.

Dans un éditorial, les experts publiant la revue Rheumatology se consacrent au sujet. Selon Edzard Ernst, ce serait la relation thérapeutique entre le médecin homéopathe qui intervient et le patient qui ferait la différence, pas la médication homéopathique en elle-même. (Texte repris en partie d'un article à DocCheckNews : Homöopathie: Reden hilft, Globuli nicht 20. Dezember 2010)

Les dangers de l'homéopathie

Hom2.png
Notakehl D3 - Suppositoires
Le produit est une très basse dilution (de 1 DH à 5 DH) ou une basse dilution (3 ; 4 ; 5 CH mais aussi 6 ; 8 ; 10 DH).
Il est dilué 3 fois au dixième (D3) et contient un 1000ème de la teinture-mère.

Comme indiqué à plusieurs reprises dans des articles scientifiques et dans les médias, les traitements de l'homéopathie ne sont pas sans risque.[65] Les utilisations de l'homéopathie peuvent retarder des thérapies efficaces.[66][67] Ou elles peuvent conduire à s'abstenir des mesures efficaces.[68][69]

Traduction du texte de l'illustration ci-contre:
Reproche d'homicide
Le bébé est mort après de l'homéopathie
5 mai 2009
Procès contre les parents qui ont fait traiter leur enfant homéopathiquement et ne l'on pas amené dans la clinique. Il est mort.
Pour avoir refusé un traitement médical pour leur Baby mourant, un couple passe en jugement à Sydney. Le ministère public a fait valoir mardi que la fillette âgée de neuf mois aurait pu être sauvée si elle avait été hospitalisée plus tôt. L'enfant souffrait d'un grave eczéma qui avait déclenché un empoisonnement du sang mortel. De plus, suite à de fréquentes infections, elle était fortement sous-alimentée. Les parents originaires d'Inde ont pourtant essayé jusqu'à la fin de combattre la maladie de peau avec des remèdes homéopathiques. Ils réfutent devant le tribunal australien l'accusation d'homicide. En cas de condamnation, ils risquent une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 25 ans.

Les effets secondaires avec les faibles dilutions

Si on en croit les partisans de l'homéopathie, l'utilisation de l'homéopathie serait toujours exempte d'effets secondaires et cela peut paraître en général plausible en ce qui concerne les hautes dynamisations [dilutions]. Si on ne tient pas compte de la problématique de l'inefficacité de l'homéopathie (comparée à un placebo) et de la perte de temps causée par le renoncement à des thérapies efficaces, on trouve cependant signalés des d'effets secondaires causés par des remèdes homéopathiques faiblement dynamisés [dilués] dans la littérature spécialisée.

Le "Zeitschrift für Klassische Homoeopathie" (Journal pour l'Homéopathie Classique) a fait un rapport en 2002 sur le cas d'une femme de 32 ans qui est décédée d'un empoisonnement à l'arsenic environ deux semaines après la prise d'un remède homéopatique contenant de l'arsenic (Ars 6X).[70]

Dés scientifiques réunis autour de Paul Posadzki du Département de Médecine complémentaire de la Peninsula Medical School à Exeter (Royaume-Uni) ont publié en 2012 une étude sur les données recueillies à partir de bases de données scientifiques sur les effets secondaires [indésirables] de l'homéopathie.[71] Les données ont été obtenues à partir de 1159 patients qui avaient eu (y compris en Allemagne) une mauvaise expérience avec l'homéopathie entre 1978 et 2010 dans 17 pays. La majorité des effets indésirables étaient des réactions allergiques en partie fortes et des intoxications - qui se sont produites en règle générale avec des substances seulement faiblement diluées. Celles-ci comprennent en homéopathie aussi des métaux lourds toxiques comme l'arsenic, le cadmium ou le mercure et d'autres substances toxiques telles que le kérosène. "L'homéopathie a le potentiel d'être préjudiciable directement et indirectement aux patients et aux consommateurs," ont résumé les chercheurs autour de Posadzki. Les chercheurs soulignent cependant aussi que les médicaments conventionnels ont évidement beaucoup plus souvent des effets secondaires. Mais il faut regarder le rapport bénéfice-risque - et celui-ci est négatif pour une méthode inefficace comme l'homéopathie.

Comme exemple d'un remède faiblement dynamisé [dilué] et sujet à effets secondaires, on peut citer ici un remède pour l'hypertension artérielle appelé "Homviotensin" ® qui est commercialisé comme étant sans effets indésirables mais qui contient certains produits phytothérapeutiques en concentration suffisante pour exercer des effets pharmacologiques. Citation de la publicité: Chaque comprimé contient 320 mg d'Homviotensin, composants actifs à efficacité médicinale Reserpinum Trit. D3 32,0 mg (HAB1, Instruction 6); Rauwolfia Trit. D3 32,0 mg; Viscum album Trit. D2 32,0 mg; Crataegus Trit. D2 64,0 mg. Les autres composants sont du lactose et du stéarate de magnésium [...] Ici on trouve des substances agissant sur le coeur en concentration importante. En outre, sont cités en tant qu'effets secondaires nez bouché et états dépressifs. La plupart des remèdes homéopathiques complexes ne fonctionnent pas homéopathiquement, mais ont clairement des effets pharmacologiques. Ce résultat est obtenu par l'utilisation de faibles dynamisations des teintures-mères [les souches homéopathiques] utilisées. Ainsi, peuvent même être exécutées des petites études avec efficacité prouvée qui ne se basent cependant alors plus sur le principe de l'homéopathie mais qui montrent seulement des observations reproductibles de pharmacodynamie. Ces remèdes complexes sont approuvés [ont une autorisation de mise sur le marché (AMM) en Allemagne] pour des indications spécifiques. En règle générale, on peut partir du principe qu'avec un niveau de faible dynamisation (la dynamisation critique est en général jusqu'à environ D6) peut survenir régulièrement un effet indésirable d'un médicament parce que dans le remède sont contenues des quantités notables de matière avec un large spectre d'action. Ainsi, par exemple peuvent être provoquées des intoxications avec l'utilisation de Mercurius (à base de mercure], Arsenicum (à base d'arsenic) ou Nux vomica (à base de noix vomique), une plante qui contient des alcaloïdes de strychnine. La puissance critique dépend du poids de comprimé ainsi que du poids moléculaire de la substance active et de son efficacité relative. A titre d'exemple, la puissance critique peut être calculée pour la toxine de la diphtérie: la toxine a un poids moléculaire de 61 kDa. Une seule molécule est capable de tuer une cellule. Le comprimé peut peser 10 miligrammes ce qui représente environ une bille de rayon de 1 millimètre. 10 mg correspondent à 1,6*10^-7 Mol ou 1*10^17 molécules. À une puissance de D16, un comprimé de 10 mg contient encore 10 molécules, ou 10 cellules potentiellement mortes ce qui entraînerait manifestement encore des effets secondaires indésirables.

Le Arznei-Telegramm (at) de Berlin a fait un rapport dans son édition de 04/12[72] au sujet de quatre réactions allergiques graves à des moisissures [se trouvant] dans un remède dynamisé homéopathiquement, parmi lesquelles une insuffisance rénale [au stade terminal] due à une néphrite interstitielle après l'utilisation du Notakehl de la société Sanum-Kehlbeck (voir à ce sujet: Sanum-Therapie[73] et l'article concernant Günther Enderlein[74]). Le Bundesinstitut für Arzneimittel und Medizinprodukte (BfArM) [L'Institut fédéral allemand des médicaments et des produits médicaux (BfArM)] rapporte dans son message de pharmacoviligance daté du 8 mars 2012 (Prévention contre les dangers des médicaments, Niveau II - ici: Penicillium chrysogenum et autres médicaments contenant des moisissures et de la levure jusqu'à une dynamisation [dilution] de D8[75]) à cause de deux cas dans leur base de données UAW, dans lesquels il s'est produit, après la prise de la préparation Notakehl, une néphrite interstitielle, une inflammation rénale due parfois aussi à une allergie. Le BfArM (Institut fédéral allemand des médicaments et des produits médicaux) se réfère là au compte-rendu du DMW.[76] L'Institut fédéral envisage donc de révoquer l'enregistrement [autorisation de Mise sur le Marché/AMM] de certains médicaments homéopathiques qui contiennent des extraits de moisissures et de levures faiblement dynamisés/dilués (D8). Sont citées les préparations avec Candida albicansref>https://fr.wikipedia.org/wiki/Candida_albicans</ref> (dans les préparations injectables), Candida parapsilosis (dans les préparations injectables), Aspergillus Niger, Mucor mucedo, Mucor racemosus, Penicillium chrysogenum, Penicillium glabrum (ces 5 dernières préparations dans toutes les préparations) et Penicillium roqueforti (dans les préparations injectables). Étant donné que le BfArM n'a souvent aucune information sur le DEV [Drogen-Extrakt-Verhältnis, en français: ratio/rapport médicament-extrait] dans les préparations homéopathiques de moisissures et levures, la détermination d'une frontière de sécurité en ce qui concerne la dynamisation/dilution est difficile. À la dilution D8 choisie comme valeur limite par le BfArM, la teinture-mère est diluée au 1:100.000.000.[77] Le Sanum-Mittel Notakehl provient de la société pharmaceutique Sanum-Kehlbeck GmbH & Co.KG de Hoya[78] et est proposé aux dilutions D3 à D5. Le remède contiendrait selon les indications du fabricant de la moisissure Penicillium chrysogenum.[79] De tels médicaments homéopathiques contenant des moisissures et des levures sont destinés à l'utilisation orale ou parentérale [par injection] par des Heilpraktikers et des médecins alternatifs principalement pour traiter des maladies infectieuses. Dans la publicité pour les remèdes homéopathiques contenant du Schillpilz (un champignon Schill?), ceux-ci sont parfois qualifiés d'«antibiotiques naturels», dans un renversement complet des principes de l'homéopathie.

Des effets secondaires ont également été observés pour des préparations avec du kérosène faiblement dilué. Les préparations contenaient de l'hydrocarbure kérosène chimiquement détectable et provoquait de la fièvre par l'intoxication au kérosène, une fréquence respiratoire élevée, une hypotension (pression artérielle basse) et des troubles de coordination incoordination comme l'a rapporté le journal Süddeutsche Zeitung.[80]

S'abstenir d'un traitement médical fondé sur des preuves

La victime Penelope Dingle (décédée en 2005) avec son mari Peter Dingle

Les abstentions de thérapies efficaces, celles de la médecine basée sur des preuves (EBM), quand on utilise des remèdes homéopathiques, peuvent conduire à la mort.[81] En Australie, en mai 2002, une enfant du nom de Gloria Thomas est décédée de septicémie après un traitement homéopathique inadéquat et une alimentation inadaptée. Les parents partisans de l'homéopathie ont eu à répondre pour homicide involontaire (et on été condamnés à des peines de prison en 2009). [82]

Au Tyrol, en 2009, un garçon de deux ans est mort d'une pneumonie avec septicémie non traitée, laquelle aurait pû être traitée efficacement médicalement avec de bonnes chances de succès. Deux de ses frères déjà étaient décédés auparavant à l'âge de quelques semaines. Les parents ont refusé une thérapie efficace et au lieu de cela ont été embarqués dans un traitement homéopathique par le médecin de famille. Les parents et le médecin de famille ont été condamnés pour mauvais traitements et négligeance d'un mineur ayant entrainé la mort à un an d'emprisonnement ferme avec sursis.[83]

En Australie, en 2005, Penelope Dingle agée de 45 ans est décédée d'une tumeur au rectum. Elle avait refusé d'avoir recours à des thérapies efficaces. À la demande de sa sœur, une autopsie a été pratiquée. Le résultat de celle-ci rend responsables du décès une homéopathe du nom de Francine Scrayen et un toxicologue connu de Perth. Penelope Dingle avait essayé de traiter son cancer intestinal avec de l'homéopathie ainsi qu'avec un mode d'alimentation végétarien. L'enquéteur compétent découvrit que l'homéopathe Francine Scrayen originaire de Belgique renforçait la patiente dans l'idée que elle peuvait vaincre le cancer avec de l'homéopathie. Elle avait également recommandé de l'huile d'olive. Le médecin légiste décrit ses conseils comme à la fois dangereux et monstrueux. Francine Scrayen n'était pas une personne médicalement qualifiée et aurait dû renvoyer la patiente immédiatement à un médecin. Le partenaire de la patiente, le toxicologue Peter Dingle, etait également responsable. Par son inaction, il avait fait que la maladie avait finalement tellement évolué qu'une chance de la guérison était devenue impossible. Deux médecins consultés par la patiente lui avaient aussi recommandé une cure de vitamine C et un extrait de Dionée attrape-mouche (voir l'article Psiram-allemand Carnivora[84]).[85][86][87][88] La patiente tenait un journal sur sa maladie et les détails de la thérapie homéopathique ainsi que sur les conversations avec sa thérapeute qui permet la reconstruction du déroulement. Un ami proche de la famille rapporte également qu'il y aurait eu un accord selon lequel Penelope Dingle devait être traitée exclusivement avec de la médecine alternative par Francine Scrayen et que son époux, Peter Dingle, écrirait un livre après le rétablissement attendu de la maladie et la guérison de sa femme.

Homéopathie et éthique médicale

A côté des dangers de s'abstenir d'une thérapie efficace ou de retarder sa mise en oeuvre en raison de la préférence accordée à l'utilisation de remèdes homéopathiques, se posent aussi encore d'autres questions éthiques. La prescription de remèdes homéopathiques en tant que placebo ne peut avoir de sens que si le praticien n'informe pas le patient de la nature réelle [caractère véritable] de placebo de ces remèdes et lui cache, ce faisant, que dans ces remèdes (tout au moins dans les remèdes fortement dilués) ne se trouve aucune molécule active. Cependant, ne pas informer le patient du caractère véritable d'une thérapie, est un mépris des principes éthiques de la médecine et sape également la relation avec le patient basée sur la confiance.

Homéopathie, fièvre Ebola, paludisme et granules anti-tiques

Remède homéopathique à la dilution C200 soi-disant efficace contre le paludisme/la Malaria (Demal 200)
Nosode homéopathique contre la Malaria pour une "prophylaxie du paludisme"

En 2014, un groupe d'homéopathes sont allés au Liberia d'Afrique occidentale pour faire secrètement là-bas, au moment de l'épidémie de fièvre Ebola, des expériences sur des humains avec des remèdes homéopathiques, en contournant la convention d'Helsinki et les directives pour le traitement de la fièvre Ebola de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Voir à ce sujet les articles en allemand "Mission Ebola d'homéopathes en 2014"[89], et "Propositions de thérapies pseudo-médicales pour la fièvre Ebolafieber avec l'homéopathie"[90] et l'article en français Edouard Broussalian qui était un des quatre homéopathes participant à la Mission Ebola de 2014.
En Allemagne, on constate encore et toujours que les homéopathes utilisent le remède Malaria 2000 (ou d'autres remèdes) pour une soi-disant prophylaxie de la Malaria pour les patients qui envisagent de voyager dans un pays dans lequel le paludisme est endémique. Régulièrement des patients souffrant de paludisme, qui déclarent s'être prémunis contre le paludisme comme ça et qui ont cependant été contaminés, doivent être traités dans des cliniques. Il y a eu au moins un cas mortel d'un patient décédé après une prophylaxie avec le Malaria-2000. La Bayerischer Rundfunk (la radio bavaroise) cite sur sa page web l'institut de médecine tropical de Munich, il en ressort qu'il y a eu plusieurs morts chez des personnes qui s'étaient fiées à une prophylaxie du paludisme homéopathique.[91] Les Arzneimittel-Kommissionen der Apotheker (commissions du médicament des pharmaciens) et l'Ärzteschaft (Corporation des médecins allemands) ont pris position avec des publications et des mises en garde claires contre une telle prophylaxie homéopathique du paludisme : Dès le 19 Mars 1998, la Commission du médicament des pharmaciens a mis en garde dans le Journal Pharmaceutique contre une prophylaxie homéopathique du paludisme. Il est précisé que le paludisme est une maladie grave et parfois mortelle "qu'on ne peut pas prévenir avec des remèdes homéopathiques non spécifiques dont on espère une immunité accrue de l'organisme contre le paludisme. Il est donc fortement déconseillé de donner des remèdes homéopathiques pour la prophylaxie du paludisme. Des cas dans lesquels une telle "prophylaxie" a échoué sont décrits dans la littérature". Il est, par conséquent, expressément déconseillé de donner des remèdes homéopathiques pour la prophylaxie du paludisme. De façon encore plus claire et plus tranchée, la Commission du médicament de la Corporation des médecins allemands mettait en garde dans la Deutsches Ärzteblatt (Journal allemand d'informations médicales) 95 du 19 juin 1998. L'AMK (ArzneiMittelKommission: Commission du médicament [de la Corporation des médecins allemands]) y faisait là référence à une prophylaxie homéopathique du paludisme proposée par une société. Textuellement : [...] les médecins libéraux/généralistes qui prescrivent aux patients une prophylaxie homéopathique du paludisme ont à compter avec les conséquences concernant les règles professionnelles [règles déontologiques] et le droit pénal. Le paludisme est une maladie grave et dans certaines circonstances potentiellement mortelle [...] En raison de la grave mise en danger des patients qui se fient dans certaines circonstances aux médicaments homéopathiques, l'AMK de la Corporation des médecins allemands voit dans la prescription de tels remèdes homéopathiques pour la prophylaxie du paludisme une infraction contre les obligations professionnelles du médecin et déconseille expressément, pour la sécurité des patients, une prescription de tels remèdes.[92] D'autre part, la prophylaxie de maladie en elle-même est controversée au sein du milieu de l'homéopathie étant donné que, sans symptômes perceptibles, aucun remède homéopathique ne peut être trouvé. En Angleterre aussi, de telles prophylaxies du paludisme étaient connues, et le NHS (National Health Service) de l'Etat anglais a donc cessé à partir de 2008 les paiements aux établissements homéopathiques.

De la même façon posent problème les dits globules anti-tiques pour, comme le dit une pharmacie de Arnsberg en sous-main, [...] prévenir une maladie de Borréliose de façon naturelle [...]. Par-dessus le marché, cette pharmacie a développé avec un fabricant de produits homéopathiques un mélange spécial contenant des nosodes qui doivent servir de vaccination homéopathique. Il est explicitement fait référence à la maladie méningoencéphalite transmise par les tiques et à la maladie de Lyme (ou borréliose de Lyme). En plus, les globules anti-tiques contiendraient aussi du Ledum palustre (Lédon des marais, une plante toxique) qui modifie l'odeur corporelle personnelle dans un but de protection.

La BBC britannique a identifié en 2006 dix cliniques homéopathiques qui employaient en Grande-Bretagne des remèdes inefficaces ou non-testés contre la Malaria/paludisme.[93]

L'utilisation du remède homéopathique Spenglersan Kolloid M[94] pour la prophylaxie du paludisme n'a pas pu prévenir un paludisme; les médecins suédois ont publié à ce sujet des comptes-rendus de cas et une mise en garde.[95]

En 2009, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis explicitement en garde contre l'homéopathie en tant qu'option de traitement pour le paludisme, le VIH, la tuberculose, la grippe et les maladies diarrhéiques chez les enfants.[96][97][98]

L'homéopathie pour le traitement thérapeutique de l'homosexualité

En 2011, il s'est s'ébruité que le Bund Katholischer Ärzte in Deutschland (BKÄ) [la Fédération des Médecins Catholiques d'Allemagne] suggérait sur sa page web que l'orientation sexuelle des gays et des lesbiennes pourrait être "thérapiée"[99] à l'aide de l'homéopathie.[100][101] A la rubrique "notre mission", se trouve, dans la présentation du BKÄ, le point "Aide pour ceux en recherche". Il en ressort que la psychothérapie et l'homéopathie appartiennent aux approches thérapeutiques "contre les tendances homosexuelles". Un "traitement de la constitution" avec du platine fortement dynamisé [dilué] serait ici utilisé. Pourtant, selon l'OMS, l'homosexualité n'est pas une maladie. Derrière la Fédération des Médecins Catholiques, il y a le médecin et homéopathe Gero Winkelmann d'Unterhaching. Il était, dans les années 1990, dans le groupuscule de la Christliche Liga active contre les avortements [équivalent allemand du mouvement Pro-vie].[102]

L'homéopathie contre la sous-alimentation et la malnutrition

Une organisation "Gambia Wellness Foundation"[103] opérant depuis Londres, s'appelant auparavant The Bush Homeopaths, à recours, dans l'Etat africain de Gambie (Président: Yahya Jammeh), à des globules homéopathiques contre les conséquences de la malnutrition. Citation tirée du site Web de la GWF:

..The majority of people are suffering from long term malnutrition and dehydration, so we work at the basic level of prescribing remedies in a bottle of water. This also ensures that those taking treatments are re-hydrated which is paramount to the healing stimulus..[104]

Le nom initial "Bush Homeopaths" a été abandonné pour éviter qu'il ne soit fait de lien avec l'ancien président américain des US Georges W. Bush.

Antidotes homéopathiques

Les partisans de l'homéopathie craignent manifestement les effets indésirables de leurs propres thérapies, en particulier, au début [du traitement], une phase d'aggravation trop violente après la prise du remède. Mais pour ce cas également, on prend des précautions homéopathiques au moyen de soi-disant Antidotieren. Pour cela, il suffit simplement de rendre inefficace le remède administré, au début aggraveur, [...] avec quelques gorgées de café fort ou de l'odeur de camphre (Baume du Tigre, Vicks Vaporub...)[105]

Selon le magazine féminin appelé "FÜR SIE" (Pour elle), les téléphones portables "perturberaient" les remèdes homéopathiques dans leur action. Lors de la prise des médicaments homéopathiques, on devait mettre de côté le portable. Comme aussi pour les radio-réveils, ordinateurs et micro-ondes, les champs électromagnétiques de ces appareils peuvent perturber l'effet des médicaments.[106]

Histoire de l'homéopathie

On peut concéder à l'homéopathie le caractère "scientifique" (d'après la définition d'alors) au temps du développement. Toutefois, Hahnemann procédait empiriquement et vérifiait ses thèses sur lui-même. Le savoir acquis depuis lors rend la théorie encore intéressante aujourd'hui seulement du point de vue de l'histoire de la médecine. L'homéopathie ne peut pas être considérée comme une méthode médicale sérieuse en raison de l'absence de preuve d'efficacité. Du temps d'Hahnemann, il n'y avait ni thermomètre médical, ni connaissance des bactéries, par contre des tentatives d'explications des plus étranges (par exemple les miasmes[107] - vapeurs pathogènes qui montent de la terre), si bien qu'on doit certainement considérer le modèle d'Hahnemann comme raisonnable du point de vue historique. Du point de vue actuel, après plus de 200 ans d'enrichissement du savoir, on peut supposer que même Hahnemann, s'il vivait encore et disposait des connaissances actuelles, se moquerait de ses apologistes. L'homéopathie était, il y a déjà plus de 100 ans, sévèrement critiquée (voir les liens). Le principe de similitude de l'homéopathie n'est pas dû à Hahnemann; déjà auparavant, il y avait (par exemple en Angleterre) des concepts analogues.

Il faut noter en outre que certaines recommandations de Hahnemann de l'Organon[108], comme par exemple l'utilisation de térébenthine chaude sur des blessures dues à des brûlures [causées par de l'eau bouillante] ne sont plus propagées largement par les partisans et les utilisateurs de l'homéopathie. Tandis que pour les blessures pour lesquelles on peut voir immédiatement le succès ou l'échec d'un traitement, les enseignements de Hahnemann sont en partie rejetés à juste titre comme dépassés et sans fondements, les parties de l'enseignement qui ne sont pas moins illogiques et sans fondements, pour la mise en oeuvre desquelles on peut espérer un effet placebo, continuent à être commercialisées de manière rentable.

Les médecins homéopathiques en Europe

En Allemagne, environ 5.000 médecins auraient obtenu la qualification complémentaire d' homéopathes. Le journal de Net indique qu'en Allemagne à présent environ 1 médecin sur 40 dispose de la qualification complémentaire d'homéopathie".[109] Selon les données de ECHAMP (European Coalition on Homeopathic & Anthroposophic Medicinal Products) 2,5% des médecins portent la qualification complémentaire "homéopathie" en Allemagne, en Italie 8,3%, en Slovaquie environ 14%. En Suède, par contre, le taux est inférieure à 0,03%, sur presque 30.000 médecins suédois, au total seulement dix ont une formation complémentaire homéopathique. À l'échelle européenne, il en ressort que presque 56 000 médecins portent la qualification en question.[110] La manière radicalement différente de l'acceptation de l'homéopathie dans deux pays industrialisés comme l'Allemagne et la Suède où l'état ​​de santé des Allemands et des Suédois est comparable, montre, d'une part, qu'on peut manifestement se passer sans problème de l'homéopathie sans qu'il en résulte un effet significatif sur la santé de la population et que, d'autre part, la popularité de l'homéopathie semble être moins liée à des arguments scientifiques ou des preuves d'une possible efficacité mais plutôt avec des conceptions du monde, des préjugés ou des traditions. Des arguments scientifiques convaincants et des preuves d'efficacité qui plaideraient en faveur de l'utilisation de l'homéopathie auraient en effet également convaincu les médecins suédois.

Le marché des remèdes homéopathiques

Évolution des dépenses pour les médicaments homéopatiques en Mio d'€. Source MDR (MittelDeutscher Rundfunk, c.à.d. Radio de l'Allemagne centrale)[111]
Chiffres d'affaire des remèdes homéopathiques (bleu) et des remèdes anthroposophiques (rouge) en Allemagne pour les années 2000 à 2010 en millions d'Euros. Le chiffre d'affaire des remèdes homéopathiques a augmenté pendant cette période de 11,2%, le chiffre d'affaire des remèdes anthroposophiques de 59,3%, l'inflation s'élevant pendant la même période à 17,5%. Sources: Bundesverband der Pharmazeutischen Industrie e.V. (bpi.de) und Statistisches Bundesamt.

L'Allemagne et la France sont les marchés les plus importants pour les médicaments homéopathiques et les médicaments anthroposophiques-homéopathiques en Europe. Presque 60% de tous les remèdes de ces orientations thérapeutiques produits en Europe ont été vendus dans ces deux pays[112], avec une progression pour toute l'Europe de 60% entre 1995 et 2005. En Allemagne, les ventes ont augmenté de 80%, et même, en France de 300%. Le chiffre d'affaire à l'échelle européenne est de 1,7 milliards d'euros, représentant environ 1% du marché pharmaceutique et environ 7% du chiffre des ventes des médicaments en vente libre. Le produit net de la production en 2005 était d'environ 930 millions d'euros dont 810 millions d'euros pour les médicaments. Mesuré à l'aune du prix à la production, cela correspond en gros à environ 268 millions d'euros des ventes de l'UE en Allemagne et à 294 millions d'euros en France.[113][114][115][116]

Selon l'hebdomadaire allemand "Der Spiegel", le chiffre d'affaire des remèdes homéopathiques a été en 2009 de 400 millions d'euros. Selon les données de la MDR [radio de l'Allemagne centrale] les dépenses pour les préparations homéopathiques se sont élevées en 2012 à 452,5, en 2013 à 482,4 et en 2014 à 528 millions d'euros. Selon la Fédération de l'industrie pharmaceutique [allemande], les caisses d'assurance-maladie ont payé 9 millions d'euros pour les remèdes homéopathiques. Ne sont cependant pas inclus les frais consécutifs aux thérapies homéopathiques inefficaces. Ainsi, les coûts des anamnèses[117] homéopatiques de départ [consultation initiale auprès du médecin homéopathe] et les consultations homéopathiques de suivi qui doivent être payés essentiellement par le patient lui-même ne sont pas comparables avec [les chiffres mentionnés ci-dessus].

Le leader du marché en Allemagne est la Deutsche Homöopathie-Union (DHU)(Union homéopathique allemande). Le groupe/consortium avec plus de 400 employés s'est développé à partir de l'entreprise fondée en 1961 par le Dr Willmar Schwabe GmbH & Co. KG.[118]

Oscillococcinum.jpg

Le remède homéopathique le plus couramment utilisé aux États-Unis est l'Oscilococcinum C200. Ce remède est également connu sous le nom de "canard 20 millions». Le chiffre d'affaires annuel pour le produit est de 20 millions de dollars. Le remède est produit à partir de foie de canard, mais pour l'ensemble du chiffre d'affaires, il est seulement utilisé un seul foie de canard - et de celui-ci, il n'en reste que quelques vestiges: la dilution C200 signifie que la proportion de foie par rapport à la solution est de 1 à 10 avec 400 zéros.

La vente des médicaments homéopathiques représentait en France 100 millions d'euros en 2013. L’industrie pharmaceutique spécialisée dans le médicament homéopathique en France est le premier producteur mondial. Elle compte 40 sites de production et établissements de préparation et distribution répartis sur le territoire français et emploie 3 500 personnes sur les 107 000 exerçant en France dans le secteur pharmaceutique[119][120]. Les entreprises du secteur les plus connues sont Boiron, Ferrier (Arkopharma), Homéopathie Rocal (Groupe Lehning), et Weleda. En France, l’Assurance maladie a progressivement restreint, ces dernières années, la prise en charge de l’homéopathie (Remarque de Psiram: le remboursement a été ramené de 65 à 35% en 2004, puis à 30% depuis le 2 mai 2011). Il est régulièrement question de l’arrêter totalement. L’homéopathie représente « seulement » 0,4 % des dépenses de santé, mais ces 700 millions d’euros par an équivalent déjà au salaire de quelque 12 000 infirmières, charges comprises !
BOIRON dans le monde. Répartition du chiffre d'affaires par zone géographique au 31 décembre 2015.En millions d'euros. Source[121]
La question est délicate, car l’homéopathie est populaire en France. Notre pays abrite le leader mondial du secteur, Boiron. Une entreprise extrêmement performante, qui a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 609,75 millions d’euros pour un résultat opérationnel de 144,18 millions d’euros, soit une rentabilité remarquable de 23,6 %. Ces chiffres sont extraits du compte rendu d’une réunion organisée le 19 mars 2015 pour la Société française des analystes financiers (SFAF). On y relève un autre ratio éloquent. En 2014, Boiron a consacré 129,84 millions à la promotion de ses produits, et 5,4 millions à la recherche, soit 0,88 % de son chiffre d’affaires. Chez Sanofi, la recherche et le développement pesaient 14 % des ventes en 2013. Seize fois plus.[122]
Voir sur wikipedia l'évolution du chiffre d'affaire qui est passé en millions d'euros, de 305,3 en 2003 à 609,7 en 2014 et le résultat net part du groupe, de 31,3 en 2003 à 89,0 en 2014[123].

L'homéopathie est financièrement intéressante pour les médecins en Allemagne

Le décompte des prestations homéopathiques devient de plus en plus attrayant pour les médecins, comme l'avait déjà annoncé le Ärztezeitung (le journal des médecins) en 2007.[124] Le remboursement comprend: 90 € pour la première consultation (l'anamnèse initiale), 20 € pour la répertorisation, 20 € pour l'analyse homéopathique et 45 € pour l'analyse historique des résultats (le suivi de l'anamnèse). Pour ces 175 € un médecin spécialiste [en homéopathie] établi en secteur privé s'occupe de 5 patients "classiques" pendant tout un trimestre, peu importe combien de fois ils apparaissent dans le cabinet médical. En tant que patient affilié à une caisse d'assurance maladie assurant une couverture de base, on peut avoir recours à des prestations homéopathiques pour les principales formes d'affections chez lesquelles on peut s'attendre à une guérison ou à un soulagement grâce à une réponse thérapeutique spécifique des forces d'auto-guérison potentiellement encore disponibles."

Homéopathie et les rougeole-parties controversées

En 2005, il s'est ébruité que les partisans de l'homéopathie ne rejetaient généralement pas les dites rougeole-parties [les soirées attrapons-tous-la-rougeole]. Citation tirée d'un article de journal[125]: Les médecins homéopathes ne rejettent généralement pas les "rougeole-parties". Après avoir comparé les effets secondaires possibles de la vaccination avec les risques d'une maladie, une contamination induite délibérément [volontaire] entre environ trois et huit ans "mériterait d'être prise en considération", a déclaré le pédiatre munichois, le Dr Steffen Rabe.[126]

Ce serait une conséquence des campagnes de vaccination que, par comparaison avec avant, dans les épidémies de rougeole, il y a aujourd'hui plus de nourrissons et d'adultes qui tombent malades. Chez ces catégories de personnes, le risque de tomber malade d'une complication due à la rougeole, comme par exemple d'une encéphalite, serait jusqu'à dix fois plus élevé, a déclaré Rabe.

"L'augmentation de la fréquence de la rougeole chez les nourrissons est un résultat direct de la politique de vaccination", selon Rabe. La décision finale de la participation d'un enfant à une "rougeole-partie", de l'avis du médecin, incombe toujours aux parents.

En cas de rougeole, le pédiatre recommande de renoncer complètement aux antipyrétiques, car ils peuvent peut-être augmenter le risque de complications. "Le patient, avant toute chose, a plutôt besoin de repos et de ménagement." La maladie pourrait être traitée dans de nombreux cas avec succès avec l'homéopathie classique.

Études sur l'homéopathie

Les premières études

Déjà du temps d'Hahnemann, sa théorie était contestée et déclenchait de vives discussions et les premières essais avec les remèdes homéopathiques [Homöopathika] restèrent négatifs. Lors de la réplication des "tests de médicament" initiaux d'Hahnemann, ses résultats n'ont pu être confirmés. La célèbre expérience avec l'écorce de quinquina sur laquelle la théorie est fondée était une erreur : Bien que l'écorce de quinquina fait baisser la température du corps, Hahnemann ressentait de la fièvre après la prise. Peut-être, une réaction allergique. Les tests de médicaments non [effectués] en aveugle, sans élimination d'un possible effet placebo au moyen d'une comparaison avec une substance inactive d'aspect identique au produit à l'étude ne sont pas non plus acceptables scientifiquement.

En 1835, fut réalisé le première essai de médicament en double aveugle pour l'homéopathie. En 1835, le théologien et rédacteur en chef [d'un quotidien] George Löhner publiait un résultat de test auquel il était arrivé en collaboration avec des médecins, pharmaciens et d'autres notabilités de Nuremberg. Furent étudiés 55 volontaires sains. La commission constituée ne put déceler aucun effet dû à la dynamisation homéopathique.[127]. La publication a rencontré une violente résistance polémique de la part de magazines homéopathiques de l'époque, comme celle de "Hygea - Centralorgan für die homöopathische oder specifische Heilkunst" (Hygea - Organe central pour l'art de guérir homéopathique ou spécifique).

Études sur l'homéopathie à l'époque du national-socialisme

Cérémonie d'ouverture du 12e Congrès international homéopathique à l'auditorium de l'université de Berlin le 1er Août 1937. Au premier plan à droite, dans la première rangée, Rudolf Heß en tant que parrain du congrès, à côté de lui Gaetano Gagliardi, président de la Liga Homöopatica Internationalis (Ligue Homéopathique Internationale).
Photo: Scherl / Süddeutsche Zeitung photo
Source [128]

Il y eut d'autres études sur l'homéopathie à l'époque du national-socialisme. Le régime tenait à un changement d'orientation dans le domaine des soins de santé, la "nouvelle médecine allemande". En outre, dans les milieux national-socialistes, la critique de la médecine académique enjuivée se faisait plus vive. Entre 1936 et 1939, des contrôles de médicaments ont eu lieu dans divers hôpitaux homéopathiques pour le compte du Bureau de santé du Reich (RGA), beaucoup d'entre eux contre placebo.

Jean Brissonnet dans l'article "Qu'est-ce que l'homéopathie"[129] précise à ce sujet: La première tentative d’essai thérapeutique réunissant, semble-t-il, une méthodologie satisfaisante pour l’époque, a été réalisée sous le III ème Reich. En effet, le côté « pureté » et « retour à la nature » du national-socialisme avait trouvé dans l’homéopathie, une thérapeutique à sa mesure. C’est Rudolf Hess qui charge le Dr Fritz Donner, homéopathe lui-même, de superviser une vaste expérimentation qui, soyons francs, se voulait objective. Les essais menés sur une vaste échelle seront interrompus en 1939. Après la guerre c’est Fritz Donner lui même qui regroupera et résumera les résultats. Il écrira, citons le, que « l’on n’a pas réussi à obtenir un succès quelconque que l’on puisse porter au crédit de la méthode homéopathique...malgré les efforts déployés ». Bien entendu, aucune revue homéopathique n’a accepté de publier ce texte.

Études modernes sur l'homéopathie

En général, il faut faire la différence entre les études avec des remèdes faiblement dynamisés (faiblement dilués) et les remèdes fortement dynamisés vu que les remèdes faiblement dynamisés peuvent contenir suffisamment de substance active pour provoquer des effets pharmacologiques classiques ou même des effets toxiques qui alors sont aussi soumis à la loi de masse, donc il y a alors un effet qui dépend de la dose, avec un effet plus fort pour une dose plus forte. En homéopathie, cette relation dose-effet n'est pas présente de cette façon comme chacun le sait. Par conséquent, de nombreuses études ne portent que sur des utilisations de fortes dynamisation [hautes dilutions]. Les dites méta-analyses, qui examinent les études étant disponibles à leur époque au niveau de la qualité et qui évaluent en résumé les publications qualitativement de grande qualité sur le thème de l'homéopathie jouent un rôle particulier. Au 20ème et 21ème siècle, plusieurs méta-études ont été publiées sur l'homéopathie.

En 1997, Klaus Linde et ses collègues de l'Université de Munich ont analysé 185 études et publications dans lesquelles des remèdes homéopathiques ont été évalués comparés à un placebo. Parmi celles-ci, 89 étaient randomisées et en aveugle, mais pour partie seulement en simple aveugle. Parmi les études et publications analysées, se trouvaient aussi de simples thèses de doctorat, des études non publiées ainsi que des travaux publiés dans des revues étrangères de travaux inconnues qui ne sont pas prêtables ou consultables en Allemagne. Trois des études analysées par Linde concernent un médicament (Traumeel[130]), qui n'est pas à classer comme un remède homéopathique mais comme un remède phytothérapique étant donné qu'il consiste essentiellement en des teintures mères homéopathiques non dynamisées[diluées]. (voir aussi la critique de cette étude[131]) Ensuite, Linde en vient à la conclusion:

[...] Les résultats de notre méta-analyse ne sont pas compatibles avec l'hypothèse que les effets cliniques de l'homéopathie sont entièrement dus à un effet placebo. Toutefois, nous avons trouvé dans ces études des preuves insuffisantes que l'homéopathie est clairement efficace pour un quelconque état clinique spécifique. [...][132]

Cette étude, maintenant ancienne, fut pendant longtemps citée par les partisans de l'homéopathie pour faire état d'une efficacité supposée de l'homéopathie. Linde a entre-temps révisé son opinion. Dans une lettre à la revue spécialisée The Lancet, il explique en 2005, "Notre méta-analyse de 1997 a malheureusement été utilisée à tort par des homéopathes comme preuve que l'efficacité de leurs traitements serait prouvée. Nous sommes d'accord que l'homéopathie est très peu plausible et que la preuve des essais contrôlés par placebo n'est pas robuste." En 2012, Linde a confirmé au journal Süddeutsche Zeitung qu'il voyait encore les choses ainsi. Toutefois, en même temps, il restreignait [l'intérêt de sa déclaration]: "Compte-tenu des nombreux résultats positifs, je considère que l'efficacité ne doit pas être totalement exclue".[133] En 2001, a été publiée une méta-étude sur l'efficacité de l'homéopathie qui attirait l'attention sur les faiblesses méthodologiques dans les publications.[134]. Une publication de 2002 a montré que les études qualitativement meilleures faisaient apparaître moins d'effets positifs. Il n'a pas été possible de discerner une différence par rapport à un effet placebo.[135] En 2005, plusieurs Méta-analyses ont été publiées au sujet de l'homéopathie. Les auteurs Caulfield (et al.) ont fait un compte-rendu sur un biais de publication dans de nombreuses publications avec de grandes différences dans les résultats annoncés entre les revues spécialisées reconnues (à comité de lecture) et les revues du domaine de médecine alternative.[136] Une étude de 2005, publiée sur la base de 110 études d'homéopathie contrôlées par placebo est arrivée à la conclusion que les effets de l'homéopathie ne sont pas différents de l'effet placebo. L'étude a montré que plus la conception [méthode] du test est rigoureuse d'après les critères scientifiques, plus les effets des traitements homéopathiques dans les études en question sont faibles. Le résultat a été publié en Août 2005 dans la prestigieuse revue scientifique «The Lancet».[137] Les éditeurs du Lancet ont prié, d'une façon lapidaire, les homéopathes de reconnaître enfin ouvertement que leur méthode était un placebo. Le gouvernement suisse a exclu l'homéopathie du remboursement par les caisses-maladie et la Stiftung Warentest (une organisation de consommateurs allemande qui réalise des essais comparatifs de produits et de services présents sur le marché et publie les résultats de ces travaux de manière neutre) a évalué l'homéopathie comme "inadaptée pour le traitement des maladies". Une Méta-analyse, publiée en 2006, n'a pas pu démontrer d'utilité clinique de l'homéopathie lors du traitement (complémentaire) des effets secondaires chez des patients cancéreux traités par radiothérapie et chimiothérapie.[138] Une étude de l'année 2007, sur la base des études existantes, n'a pu recommander l'homéopathie en ce qui concerne le syndrome ADH, l'asthme et d'autres maladies.[139]

Auparavant, les homéopathes mentionnaient que leur méthode serait conçue de façon individualisée pour un seul patient particulier, si bien qu'on ne pouvait pas la vérifier cliniquement. Plus tard, quand il est devenu clair que la façon de faire reconnaître leur médecine ne pouvait passer que par des preuves cliniques, il y eut un changement de cap et des efforts ont été fait pour prouver le succès du traitement homéopathique par des études cliniques. Beaucoup de tests avec des résultats positifs furent publiés - ainsi, il y avait par exemple en 1995, chose curieuse, seulement un pour cent de toutes les études publiées dans des revues spécialisées alternatives avec un résultat négatif.

Après qu'il se soit démontré que l'homéopathie n'était pas répliquable dans des études contrôlés, randomisées en double aveugle, il y eut de nouveau un revirement de beaucoup de partisans de l'homéopathie : un tel concept d'études ne serait pas en mesure de restituer les effets réels de l'homéopathie. Il fut demandé un renoncement à la evidence based medicine (EBM) (la médecine fondée sur des preuves) pour la "réinvention" d'une Cognitive based medicine (CBM) (médecine basée sur le cognitif), par exemple, basée sur de pures études de résultats.

La méta-analyse du Australia's National Health and Medical Research Council (2015)

Début mars 2015, l'agence australienne de santé (National Health and Medical Research Council) a publié une analyse de 225 études contrôlées et plus de 1800 publications scientifiques portant sur l'efficacité de l'homéopathie.

"Résultats:

Dans aucune situation clinique il n’a été trouvé de preuve fiable que l’homéopathie soit efficace. Aucune étude de bonne qualité, avec une méthodologie correcte et un nombre suffisant de participants n’a pu apporter la preuve que l’homéopathie apportait un bénéfice sur la santé supérieur à celui d’une substance sans effet thérapeutique (placebo), ni que le traitement homéopathique améliorait l’état de santé aussi bien qu’un autre traitement.

Pour quelques états de santé, des études indiquaient que l'homéopathie n'était pas plus efficace que le placebo. Pour d'autres états de santé, il y avait des études de mauvaise qualité qui indiquaient que l'homéopathie était plus efficace que le placebo, ou aussi efficace qu'un autre traitement. Toutefois, en raison de leurs limitations, ces études n'étaient pas fiables pour en tirer des conclusions, à savoir, si l'homéopathie était efficace. Pour les états de santé restants, il n'a pas été possible de tirer une quelconque conclusion, à savoir, si l'homéopathie était efficace ou non, parce qu'il n'y avait pas assez de preuves.

Conclusion:

Se basant sur l'évaluation des preuves de l'efficacité de l'homéopathie, le NHMRC conclut qu'il n'y a aucun état de santé pour lequel il y ait des preuves fiables que l'homéopathie est efficace.

L'homéopathie ne doit pas être utilisée pour traiter des états de santé qui sont chroniques, graves, ou qui pourraient devenir sérieux. Les personnes qui choisissent l'homéopathie peuvent mettre leur santé en danger si elles rejettent ou retardent les traitements pour lesquels il existe des preuves solides de leur efficacité et sécurité. Les personnes qui envisagent de recourir à l'homéopathie doivent d'abord prendre conseil auprès d'un professionnel de santé agréé [reconnu et diplômé]. Ceux qui utilisent l'homéopathie doivent en informer leur médecin traitant et continuer à prendre les traitements prescrits.
" [140][141][142][143][144][145][146][147]


Les conclusions de cette méta-analyse ont soulevé un levée de boucliers du côté des partisans de l'homéopathie[148] et des propos assez étranges de la part de Thierry Boiron: «Il y a un Ku Klux Klan contre l’homéopathie»[149].

Test des médicaments homéopathiques

Les homéopathes font état de soi-disant tests de médicaments homéopathiques ​​[150] réalisés, dont les résultats sont mentionnés dans des sortes de répertoires de "Matière Médicale Homéopathique" (materiae medicae), comme, par exemple, le répertoire de Kent[151] dont l'auteur est l'américain James Tyler Kent[152]. (Notons que ce répertoire a été traduit en français par Georges Broussalian, père d'Edouard Broussalian. Il est possible de consulter librement une traduction en français de ce répertoire plus ancienne ici:[153]).

Un remède homéopathique précis est essayé sur des volontaires sains, ou sur soi-même. Puis, les symptômes qui ont été relatés, les rêves (tests par rêve avec le remède sous l'oreiller), ou des expériences de méditation (tests par méditation) sont notés et consignés pour la postérité. Une étude des tests de médicaments de ce genre [effectués] durant les années 1945-1995, publiée dans la revue spécialisée d'homéopathie homoepathy, a montré que ces tests ont été contrôlés très diversement, qu'ils sont le plus souvent de très mauvaise qualité et qu'on a renoncé à un groupe de contrôle et des préparations-placebo pour comparaison. Il a été renoncé à la randomisation et au double aveugle [double insu]. Point intéressant à noter, dans les tests de moindre qualité, il est fait état de plus de symptômes que dans les autres tests.[154][155]

La classification légale de l'homéopathie en tant que forme de thérapeutique

L'homéopathie appartient en Allemagne aux orientations thérapeutiques spéciales d'après la définition selon le Sozialgesetzbuch - SGB (Code de la sécurité sociale) allemand et la Loi sur les produits pharmaceutiques (Arzneimittelgesetz - AMG). Les remèdes homéopathiques sont - comme tous les médicaments vendus sans ordonnance - essentiellement non-remboursable. Malgré tout, dans le SGB (Code de la sécurité sociale) allemand, il est stipulé, entre autres, que les caisses d'assurance-maladie doivent rembourser les frais pour le traitement homéopathique. Il est prévu dans l'AMG (Loi sur les produits pharmaceutiques) pour les produits homéopathiques un accès plus facile à l'autorisation de mise sur le marché en tant que "médicament", si a eu lieu un enregistrement des produits. L'enregistrement, pour l'essentiel, est subordonné seulement à de simples conditions d'hygiène, mais pas aux preuves d'efficacité, qui sont sinon demandées d'habitude pour les médicaments et aussi par les patients. Cela signifie qu'un fabricant de ces remèdes n'est pas tenu de démontrer qu'ils sont efficaces. A la place de la preuve d'efficacité, une Commission sur l'Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux du BfArM (Institut Fédéral Allemand des Médicaments et Dispositifs Médicaux) décide si le remède, le nom et la forme posologique du remède homéopathique correspond à la doctrine homéopathique (dit "Binnenkonsens" - terme qu'on peut traduire par "Consensus interne"). Concrètement, cela signifie qu'une commission décide si de simples pilules de sucre, sans la moindre substance active, s'appellent des "médicaments" et peuvent être vendues en tant que médicaments.

Les règles concernant la qualité, le contrôle, le stockage et la désignation des remèdes homéopathiques et le contrôle des substances utilisées par leur fabricant, les matériaux et les méthodes sont codifiées dans l'Homöopathisches Arzneibuch (pharmacopée homéopathique)[156], une pharmacopée officielle et faisant partie intégrante de la pharmacopée allemande ... et de la pharmacopée française.[157]

Protestations contre le financement public de l'homéopathie en Angleterre

Le boss de Boots admet qu'ils vendent les remèdes homéopathiques "parce qu'ils sont "populaires", pas parce qu'ils marchent"
Démonstration contre l'homéopathie en Angleterre (Source: Flickr)
Surdosage, de concert et sans conséquences, de remèdes homéopathiques (Source: Flickr)
L'Angleterre fait même des émules ... "Suicidio homeopático" Julio 2014 (Espagne) Source[158]
Georgos Vithoulkas

Mi-mai 2010, l'association de médecins britanniques "British Medical Association" s'est prononcée officiellement contre l'utilisation des remèdes homéopathiques dans le système de santé public NHS[159]. Les médecins de la BMA exigeaient que les remèdes homéopathiques soient retirés du catalogue des remèdes payés par les services publics de santé. L'homéopathie ne serait rien d'autre que de la "sorcellerie", a dit un représentant de l'organisation professionnelle.

Fin Janvier 2010, des centaines de critiques de l'homéopathie (The 10:23 Campaign) avaient organisé dans plusieurs villes (dont Londres, Birmingham, Liverpool, Manchester, Glasgow, Leicester et Edimburg) des manifestations devant des magasins de la chaîne de pharmacies britannique "Boots" pour protester contre les dépenses d'environ 12 millions de livres (pendant la période 2005-2009) du système national de santé NHS pour ​​des remèdes homéopathiques inefficaces. Il a été demandé à la chaîne de pharmacies de ne plus vendre de remèdes homéopathiques étant donné que ceux-ci étaient scientifiquement absurdes. Les manifestants avaient également essayé de s'intoxiquer en prenant, de concert, des surdoses de remèdes homéopathiques comme l' "Arsenic C30", à savoir, en avalant d'un coup des tubes complets de comprimés. Ce qui n'eut bien entendu aucune conséquence fâcheuse pour les consommateurs.[160][161] Des manifestations analogues eurent également lieu en Nouvelle-Zélande.[162]

La Chambre des communes [britannique] au sujet de l'homéopathie

Dans un rapport d'expertise de 275 pages, une commission de la Chambre des communes britannique en vient début 2010 à la conclusion que les remèdes homéopathiques ne seraient rien de plus qu'un placebo. Il a donc été demandé au législateur de retirer les remèdes du catalogue de prestations du Service national de santé (National Health Service, NHS). En outre, la commission de la Chambre des communes a demandé à la Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA) (équivalent anglais de l'ANSM) de ne délivrer d'autorisation de mise sur le marché à des médicaments homéopathiques seulement si l'efficacité en était prouvée dans des études cliniques randomisées. La commission déconseillait de nouvelles recherches, les preuves de l'inefficacité étaient trop nombreuses.[163]

Modifications législatives au Royaume-Uni du 1 Juillet 2012

Une version refondue de la loi sur les produits pharmaceutiques britannique rend la vente des remèdes homéopathiques non autorisés [comprendre non homologués] plus difficile à partir du 1 juillet 2012. En particulier, il est mis un terme à la vente via Internet et par commande à distance.[164] En Grande-Bretagne, il y a seulement environ 50 médicaments homéopathiques homologués, beaucoup trop peu pour permettre de trouver un remède individualisé comme préconisé par la doctrine de l'homéopathie. Pour accéder à l'un des milliers de remèdes restants, une consultation personnelle préalable avec un pharmacien ou une pharmacienne est maintenant obligatoire. Maintenant, l'unique solution pour les 200.000 homéopathes et les, à ce qu'on sait, 6 millions d'utilisateurs d'homéopathie consiste à s'adresser personnellement à l'une des cinq, au total (!), pharmacies d'homéopathie licenciées en Grande-Bretagne.[165]

Allemagne: Résistance contre la prise en charge par les caisses d'assurance-maladie

En Allemagne aussi, les voix critiques se font plus nombreuses (en particulier dans la Coalition-SPD et l'Union-CDU) contre la prise en charge des frais des thérapies homéopathiques par les caisses d'assurance-maladie. Ainsi, la Coalition-SPD exige de retirer l'homéopathie du catalogue des prestations des caisses d'assurance-maladie légales. Dans le journal Spiegel, est cité l'expert pour la santé du SPD, Karl Lauterbach, disant: "On devrait tout bonnement interdire aux caisses [d'assurance-maladie] de payer l'homéopathie [...] Beaucoup de patients pensent que les caisses paient seulement pour quelque chose qui aide de façon prouvée. Du coup, les caisses d'assurance-maladie, par leur manière d'agir, donnent des lettres de noblesse à l'homéopathie."[166] Dans l'émission "heute" de ZDF (la deuxième chaîne de télévision généraliste publique fédérale allemande) du 12-07-10, Lauterbach attire l'attention sur le fait que l'évolution de la maladie pourrait se prolonger en raison de thérapies homéopathiques. Le président de la "commission fédérale commune", Rainer Hess, s'était également joint à l'exigence de supprimer les traitements et les médicaments homéopathiques et les médicaments, faute de l'effet prouvé, du catalogue des prestations de l'assurance-maladie.[167] Jürgen Windeler, directeur désigné de l'"Institut für Qualität und Wirtschaftlichkeit im Gesundheitswesen" (Institut pour la qualité et l'efficience écomomique dans la santé) (IQWiG) a qualifié l'homéopathie de "concept spéculatif, réfuté", et [a dit que] jusqu'à aujourd'hui il ne serait pas prouvé que la méthode a une utilité médicale. Cependant, le lobby-homéopathie se défend. La critique vient non seulement de la "Bundesverband der Arzneimittelhersteller" (BAH) (Fédération des fabricants de médicaments" mais encore de la "Fédération de l'industrie pharmaceutique". Ceux-ci voient dans l'homéopathie une "alternative sensée" pour le patient et les médecins. Renate Künast, du groupe parlementaire des Verts des, a dit au "Berliner Zeitung" (journal de Berlin): La critique globale de l'homéopathie ne pas se rendre compte que même la médecine académique a recours, dans beaucoup de cas, à l'imitation industrielle de médicaments qui existent gratuits dans la nature.

En juin 2012, la Virchow-Bund (Fédération des médecins généralistes) a donné son opinion dans un communiqué de presse au sujet de l'homéopathie. Il y est dit : "Les caisses d'assurance-maladie ... financent ... aux frais de la solidarité de la collectivité une foule de choses absurdes". Dirk Heinrich, le président de la Virchow-Bund a critiqué, entre autres choses, le remboursement de médicaments homéopathiques par plusieurs caisses d'assurance-maladie allemandes, et a parlé de "méthodes médicales douteuses", ce faisant, il entendait par là non seulement l'homéopathie, mais aussi la médecine anthroposophique et la phytothérapie (en tant qu'orientations thérapeutiques spéciales).

Les défis

Le professeur en médecine alternative Edzard Ernst (Université d'Exeter/GB) a offert en juin 2008 un prix de £ 10,000 à quiconque fournirait une preuve que l'homéopathique est meilleure qu'un placebo dans une étude contrôlée scientifiquement.[168] Dans une interview qu'Ernst a accordée le 12 avril 2009 au journal suisse Tages-Anzeiger, il est question d'une augmentation du prix [porté] à 100.000 $. Selon les dires d'Ernst, l'offre existe depuis un an et n'aurait pas été revendiquée à ce jour.

En outre, il y a aussi le prix d'un million de dollars (le One Million Dollar Paranormal Challenge) offert par James Randi par le biais de sa fondation, la "James Randi Educational Foundation" à quiconque pourra démontrer la réalité d'évènements paranormaux, lequel prix inclut aussi la démonstration que les remèdes homéopathiques peuvent guérir quelque chose.[169]

Effet Placebo et guérison spontanée

On sait que les trois quarts environ de toutes les maladies humaines finissent généralement à guérir spontanément - même sans aucune intervention thérapeutique, et que souvent il n'en reste de traces détectables durables. C'est quasiment la règle générale des maladies humaines. Seulement, le moment de la guérison (au vrai sens du mot), souvent, ne peut cependant pas être établie de manière précise au début d'une maladie. Certaines maladies ont une évolution caractérisée par des crises qui se répètent et diminuent au bout d'un moment. Les allergies de l'enfance aussi, par exemple, disparaissent le plus souvent des années après à l'âge adulte ou s'atténuent fortement. Du point de vue homéopathique, rien ne se rapproche plus du résultat [couronné de succès] d'un traitement homéopathique qu'une telle guérison spontanée. Que les partisans de l'homéopathie en soient conscients ou non, est une autre question. Mais parfois, des médecins qui se sentent tenus à une médecine rationnelle sont également sujets à de tels jugements fallacieux.[170]

Actuellement, tout laisse penser qu'une éventuelle efficacité d'une thérapie homéopathique est basée sur l'utilisation de l'effet placebo. C'est contesté par la plupart des homéopathes, cela rendrait la répertorisation (à l'aide des Materia Medica) et la dilution superflues et prouverait l'absurdité de ces pratiques (tout au moins celles des hautes dilutions où la probabilité de la présence d'un reste de la substance initiale est très réduite). Il est aussi fait référence à un effet placebo qui ne jouerait soi-disant pas chez les animaux ou les enfants, bien que, du point de vue scientifique, ce soit au contraire le cas. Qu'à la base, un effet placebo puisse être obtenu au moyen de l'homéopathie, est clair, non seulement pour les experts du camp des sceptiques de l'homéopathie ou des personnes neutres, mais également, entre temps, pour le "Hardcore" (noyaux dur) des homéopathes convaincus eux-mêmes. Ainsi, selon Georgos Vithoulkas (le représentant connu de l'homéopathie classique), le mécanisme d'action, et de l'effet placebo, et du "Simillimums homéopathique", serait le même[171] et il cite l'auto-hypnose ou l'auto-suggestion pour ça. En tant que preuve de son hypothèse, il cite une homéopathe allemande: "J'ai écouté une fois une homéopathe allemande qui affirmait avoir de très bons résultats chez beaucoup de patients. Quand je lui ai demandé ensuite chez quel fabricant de médicaments elle se procurait ses remèdes, elle m'a dit qu'elle produisait ses remèdes elle-même. Elle écrit sur ​​un morceau de papier le nom du remède et la dilution et il est produit aussitôt par un appareil. Dites-moi si ce n'est pas un effet placebo à cent pour cent. La dame avait un tel succès au plan financier qu'elle a fait don d'une grosse somme à "Fondation George Vithoulkas" [...] J'ai moi-même déjà administré par erreur le mauvais remède qui appartenait à un autre patient et les patients qui avaient reçu le remède ont dit qu'ils se sentaient mieux."

Cours universitaires en homéopathie

Citations

  • Charles Darwin le 4 septembre 1850 écrivant à son cousin William Fox, trois mois après avoir quitté la clinique du Dr James Gully, homéopathe: Vous parlez de l'homéopathie ; ce sujet me met encore plus en rage que celui de la voyance. La voyance transcende tellement la croyance, que les facultés ordinaires sont disqualifiées, mais dans l'homéopathie le sens commun et l'observation ordinaire entrent en jeu, et toutes deux doivent être jetées aux chiens, si les doses infinitésimales ont le moindre effet. Combien est vraie une remarque [...] que j'ai lue récemment, à propos des preuves en faveur des processus curatifs, à savoir que personne ne sait, dans une maladie, ce que serait le résultat d'une absence de traitement - que l'on devrait comparer à l'homéopathie et aux autres choses de ce genre. C'est le critère avec lequel l'homéopathie doit être jugée.[172][173]

Littérature

Articles dans des magazines grand public

  • http://www.larecherche.fr/idees/entretien/homeopathie-n-est-pas-efficace-19-06-2012-91413 Plus d'un tiers des Français déclarent utiliser l'homéopathie. Pourtant, les essais cliniques peinent à lui trouver une efficacité propre. Edzard Ernst, qui évalue les bénéfices et les risques des « médecines alternatives », pose le problème en termes éthiques et médicaux.
    LA RECHERCHE : Le gouvernement australien a le projet de retirer l'homéopathie des traitements remboursés par la Sécurité sociale. Considérez-vous cela comme une victoire ?
    EDZARD ERNST : Oui, et elle serait importante. Je ne suis pas contre les utilisateurs de l'homéopathie. Mais s'ils veulent l'utiliser, qu'ils la paient seuls. La Sécurité sociale en France ou son équivalent britannique, le National Health Service (NHS), ne devraient rembourser que des traitements dont on a prouvé l'efficacité. Or à moins de récrire les lois de la nature, l'homéopathie ne peut fonctionner.
    [...]

Pas d'AMM pour les "médicaments" homéopathiques[174]

"Contrairement à tous les autres médicaments, les « médicaments » homéopathiques n'ont pas besoin d'AMM (procédure d'autorisation de mise sur le marché) pour être commercialisés. Ils bénéficient de dérogations dues au fait qu'il leur est impossible de fournir la preuve de leur efficacité ni de préciser leur composition grâce à des analyses. Outre la signification lourde de cette incapacité, cela implique également qu'il n'existe aucun contrôle, avec toutes les dérives que cela peut impliquer."

"De plus, comme certains « médicaments » homéopathiques sortent du cadre des dérogations, ils sont commercialisés en utilisant des artifices destinés à contourner la règlementation, ce qui n'est pas très sérieux du point de vue déontologique. Ainsi, certains « médicaments » homéopathiques qui ne rentrent pas dans le cadre des dérogations et devraient donc être soumis à l'AMM sont vendus comme préparations magistrales (censées être préparées à la demande par le pharmacien) alors qu'ils sont préparés de façon industrielle par les laboratoires."

Pourtant le Code de la santé spécifie qu’un médicament doit présenter un « intérêt thérapeutique » ; et la preuve de cet intérêt doit être fournie par une succession d’essais pharmacologiques et cliniques y compris des comparaisons en double aveugle.

Les lobby pro-homéopathie

En France

Les tenants des médecines douces ou des médecines alternatives, que ce soit les médecins orientation homéopathie, l'Association Promotion de la Médecine Homéopathique (APMH), qui se décrit elle même comme une association de patients pour que la médecine homéopatique existe encore demain. Il faut remarquer que les médecins orientation homéopathie et le public consommateur de'homéopathie dénoncent le lobby de l'industrie pharmaceutique et les intérêts financiers qu'il y a derrière. Mais ils oublient qu'ils constituent eux-mêmes un autre lobby, celui de l'industrie homéopathique, dont fait partie notre célèbre Boiron. L'industrie homéopathique est-elle une entreprise philantropique?

En Allemagne

Dans le journal allemand Süddeutsche, un article de juin 2012 intitulé "Le lobby homéopathique sur le Net. Méthodes sales de la médecine douce": Des fabricants de médications financent un journaliste qui met les critiques de leurs produits au pilori, notamment sur le web. Chez tout groupe pharmaceutique traditionnel ceci serait un scandale. Mais les fabricants de globules n'y voient aucun problème, mais au contraire un "dialogue constructif"[175].
Le Pilori de Google est très simple: vous mettez sur le web une page d'aspect professionnel dans laquelle est décrédibilisé une personne. Puis le nom de la personne à décrédibiliser est cité aussi souvent que possible dans le texte. Et maintenant la page est automatiquement classé dans les premiers résultats quand quelqu'un cherche la personne. Pour les personnes pour qui la crédibilité est capitale, par exemple les journalistes et les universitaires, cette diffamation numérique (par ordinateur) est particulièrement dévastatrice. ... etc. La suite raconte que cette méthode avait été employée contre le journaliste Max Rauner qui avait publié, dans un journal allemand, un article relatant qu'Hedzard Ernst[176], professeur pour la médecine alternative douce à l'Université de Exeter, qui fait des recherches sur l'utilité et les risques des médecines douces, dont aussi l'homéopathie, était arrivé, comme beaucoup d'autres chercheurs avant lui, à la conclusion que l'homoépathie n'avait pas plus d'effet qu'un placebo. Depuis Ernst est devenu la bête noire de l'association centrale des médecins homéopathes allemands (DZVhÄ), comme tous ceux qui critiquent leurs globules ou leurs partisans.

L'auteur de cette diffamation n'était autre que Claus Fritzsche, journaliste dans les domaines de la science et la médecine selon les informations légales de sa page web, mais qui fait aussi aussi des dépliants et des brochures pour les entreprises. Il a un MBA en administration des entreprises et a, comme il l'annonce sur cette page, de nombreuses années d'expérience dans la commercialisation de produits industriels qui nécessitent des explications. Il est manifestement chargé du dénigrement des critiques de l'homéopatie par le lobby des médecins homéopathes allemands DZVhÄ. En tout cas, son activité est soutenue financièrement par le lobby homéopathique et les fabricants de globules. Interrogés, la DZVhÄ et plusieurs fabricants de globules ont confirmé qu'ils finançaient des blogs contenants des textes, partie offerts par Fritzsche lui-même, partie de lui en tant que rédacteur-en-chef.

A propos de l'enseignement de l'homéopathie en France

Toujours dans l'article pseudo-medecines.org, on lit: "Précisons tout d’abord que les facultés de médecine et de pharmacie n’enseignent pas l'homéopathie et ne délivrent dans ce domaine aucun diplôme.
Pour la médecine, seuls des enseignements privés sont dispensés (Parfois dans des locaux astucieusement loués à la faculté de médecine, ce qui provoque la confusion).
En pharmacie, il a été admis que, les pharmaciens étant amenés à délivrer des préparations homéopathiques, il était nécessaire de leur donner une " information ". Brèche par où s’engouffrent les homéopathes pour dispenser une véritable propagande qui fait, hélas, un tabac chez les étudiants les plus crédules."

Nota de Psiram: Albert-Claude Quemoun est un exemple de ces pharmaciens propagandistes de l'homéopathie, il a crée une école privée avec ses locaux propres et admet aussi des élèves non-médecins et non pharmaciens; l'enseignement débouche pourtant sur des DU ou DIU portant le label DUMENAT de l'Université Paris XIII (dite aussi Paris Nord).

Demande de déremboursement de l'homéopathie par l'Académie Nationale de Médecine

L'article de wikipédia sur l'homéopathie[177]: "En France, en 2004, l'Académie Nationale de Médecine a demandé le déremboursement des préparations homéopathiques en présentant l'homéopathie comme une « méthode obsolète » fondée « à partir d’a priori conceptuels dénués de fondement scientifique » et « comme une doctrine à l’écart de tout progrès ». Cette demande de déremboursement a été refusée, après avis du Ministère de la Santé, au motif que l'usage de l'homéopathie était très répandu en France, et qu'un déremboursement grèverait au final les finances de la Sécurité sociale, les patients se tournant alors vers des produits plus coûteux et remboursés à 100%, avec une augmentation des risques d'interactions médicamenteuses. Au Québec, en 2009, le Collège des médecins, par l’intermédiaire de son secrétaire, Yves Robert, indique ne pouvoir scientifiquement approuver l'homéopathie. En 2010, aucune étude clinique n'a encore établi un effet thérapeutique de l'homéopathie différent de l'effet placebo."

Les protestations contre le maintien de cette pseudo-médecine se généralisent

  • Pour les USA et le Canada, voir à Boiron les procès menés et gagnés, ou en cours contre eux.
  • En Angleterre, les médecins s'indignent et s'activent en 2013 pour faire cesser ces pratiques inefficaces et dangereuses[178]. Voir aussi le dernier article publié par les médecins anglais qui s'opposent à l'homéopathie[179] et tous leurs articles sur l'homéopathie.
  • http://www.academie-sciences.fr/pdf/communique/easac_290917.pdf Communiqué de presse - Vendredi 29 septembre 2017. L'homéopathie : nuisible ou utile ? Les scientifiques européens recommandent une approche fondée sur la preuve scientifique. Dans un nouveau rapport, l'EASAC (Conseil scientifique des académies des sciences européennes) confirme l’absence de preuve solide et reproductible de l’efficacité des produits homéopathiques.
    Les produits homéopathiques sont utilisés dans toute l’Europe par un grand nombre de personnes et pour un large éventail de maladies que ces produits sont supposés soigner. En dépit de la popularité de ces produits dans certains pays, les scientifiques se demandent s'ils sont utiles ou nocifs. Dans une nouvelle déclaration, le groupe de travail de l’EASAC - un groupe composé de scientifiques européens de premier plan - déclare qu'il n'existe, pour aucune maladie, aucune preuve, scientifiquement établie et reproductible, de l’efficacité des produits homéopathiques - même s'il y a parfois un effet placebo. En outre, l'homéopathie peut avoir un effet nocif en retardant la consultation d’un médecin ou dissuadant le patient de rechercher les soins médicaux appropriés, qui seront basés sur des preuves scientifiques, et en fragilisant finalement la confiance des patients et du public envers la démarche scientifique fondée sur les preuves. Ce phénomène a des conséquences importantes en termes de politiques publiques, de santé publique et de réglementation de l'homéopathie dans l'Union européenne. [...]
    L’EASAC recommande :
    - une exigence réglementaire minimale et cohérente pour que les affirmations d'innocuité, de sécurité et de qualité des produits homéopathiques soient, comme pour tous les médicaments, basées sur des preuves vérifiables et objectives, en accord avec les prétentions affirmées. La nécessité de disposer de données vérifiées s'applique à la fois aux produits destinés à la médecine humaine, comme à ceux destinés à la médecine vétérinaire.
    - en raison des pressions croissantes exercées sur les systèmes de santé, que ces derniers ne devraient pas offrir le remboursement des produits et des services homéopathiques, à moins que démonstration n’ait été faite, par des tests rigoureux, qu’ils étaient efficaces et sans danger.
    - la composition des produits homéopathiques devrait être indiquée de manière similaire à celle utilisée pour les autres produits de santé disponibles dans les pharmacies (OTC) ou par les autres moyens de distribution. Cela implique que l'étiquetage actuellement autorisé de manière exceptionnelle pour les produits homéopathiques soit remplacé par une description simple des ingrédients et de leurs quantités présentes dans la formulation.
    - la réglementation de la publicité et de la commercialisation des produits et services homéopathiques doit veiller à les rendre précises et claires : les prétentions publicitaires relatives à leur efficacité et à leur sécurité ne devraient pas être autorisées sans preuve démontrable et reproductible.
    Les recommandations de l’EASAC concernant les essais, la réglementation, l'étiquetage, ainsi que le marketing ont des implications importantes pour la Commission européenne : en particulier, pour la Direction générale de la santé et de la sécurité alimentaire (pour la médecine humaine et vétérinaire), l'Agence européenne du médicament (EMA) et la Direction Générale pour la justice et les consommateurs. Elles ont également des implications majeures pour les services de santé des États-membres et les organismes de réglementation des médicaments. En outre, l'éducation des patients, le dialogue et la relation avec le public devraient tenir compte de ces recommandations.

Position de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur l'homéopathie

Le 1er juin 2009, un groupe de jeunes chercheurs et médecins britanniques et africains ont envoyé une lettre ouverte à l'OMS l'appelant à condamner la promotion de l'homéopathie pour les maladies graves[180].

Par la voix de cinq experts,
Dr Mario Raviglione, Director, Stop Tuberculosis Department, WHO,
Dr Mukund Uplekar, Tuberculosis Strategy and Health Systems, WHO,
Dr Teguest Guerma, Director Ad Interim, HIV/AIDS Department, WHO,
Dr Sergio Spinaci, Associate Director, Global Malaria Programme, WHO,
Joe Martines, on behalf of Dr Elizabeth Mason, Director, Department of Child and Adolescent Health and Development, WHO,
l’OMS a répondu, disant qu'elle ne recommandait pas l'utilisation de l'homéopathie pour traiter le VIH, la tuberculose, le paludisme, la grippe et la diarrhée infantile[181]. [182]. [183]

L'homéopathie en Afrique: sinistre farce

C'est le titre d'un article paru en juin 2010 signé Jean-Paul Krivine[184]; sont citées deux associations qui font du prosélytisme pour l'homéopathie en Afrique: Abha Light (organisme anglais) et l’ONG française Homéopathes sans frontières[185].

Homéopathes Sans Frontière (France) affirme sa conviction que « d’autres thérapeutiques, dites alternatives ou complémentaires, sont nécessaires pour favoriser l’accès à la santé pour tous ». Même son de cloche chez Abha Light Angleterre), qui annonce une médecine naturelle et homéopathique « accessible, abordable et alternative », soulignant que « même les peuples les plus pauvres peuvent y avoir accès ». Abha Light proclame ainsi l’efficacité des médecines naturelles, homéopathie en tête, pour les pathologies graves et les épidémies, sida et malaria en tête.

Remarque de l'auteur de l'article: "L’homéopathie dans une Afrique ravagée par les épidémies, les maladies endémiques terribles telles que le sida, le choléra ou les diarrhées hémorragiques, prend une consonance bien différente de ce qu’elle a dans nos pays. Ici, l’état sanitaire est bien meilleur, la médecine scientifique est la règle et la pratique homéopathique, à de rares exceptions près, s’applique à des maux bénins sans se substituer aux traitements efficaces quand ils sont nécessaires."

Et sa conclusion: "Une farce qui doit cesser. Le prosélytisme homéopathique en Afrique se fait sous couvert d’installations de dispensaires, de formations de personnels soignants, de mise en place d’infrastructures pour l’assainissement des eaux et l’hygiène, autant d’activités nécessaires. Certaines associations locales, parfois certains services ministériels, sont trompés, ou acceptent de l’être, pour recueillir des aides qu’ils jugent utiles. Ils participent ainsi à la progression de « remèdes miracles », dangereux car inefficaces. Les activités de ces missionnaires des temps modernes doivent être arrêtées. Les populations des pays pauvres ont droit à une médecine éprouvée, efficace."

Ici une autre association "Solidarité Homéopathie"[186] qui oeuvre dans le même esprit que "Homéopathes Sans Frontière" à laquelle elle est d'ailleurs liée, la présidente est de plus une anthroposophe, parmi les partenaires on trouve les laboratoires Boiron, les laboratoires Weleda, les laboratoires FAMADEM, les laboratoires MOTIMA, les Laboratoires COMPALIA, L'Association pour la promotion de la médecine homéopathique. Un hasard?

Liens externes

  • http://cortecs.org/wp-content/uploads/2011/12/CorteX_Monvoisin_Critique_Med_Alt_homeopathie.pdf
  • Transcription d'une interview radiophonique de Marcel-Francis KAHN, PUPH honoraire de rhumatologie (Paris), ancien président de la Société Française de Rhumatologie sur Les médecines parallèles, et en l'occurrence sur l'homéopathie (1998). ... Quand l'homéopathie est née, ä la fin du XVIIIe siècle, sur les théories vitalistes de Hannemann qui d'ailleurs reprenait des travaux antérieurs, (on trouve même la trace de cela dans Hippocrate), la médecine officielle thérapeutique était une véritable catastrophe. Les médicaments utilisés étaient en petit nombre et ils étaient dangereux: citons les saignées répétées, le mercure. Bref, la médecine officielle qui a connu un fantastique développement pour tout ce qui a concerné l'isolement des maladies et les méthodes de diagnostic, surtout vers la fin du XIXe siècle, était totalement carente [?] en matière de thérapeutique. Et non seulement elle était carente mais elle était dangereuse. Par conséquent à tout prendre, il valait mieux ne rien faire que d'appliquer une méthode dangereuse, et c'est ce qui a fait le succès de l'homéopathie. ...
  • Publication de l'Académie nationale de Médecine sur l'homéopathie (2004)
  • http://lhomeopathie.fr/ Une analyse critique Une grande partie des informations de ce site sont issues de l'excellent ouvrage L'homéopathie du Dr Jean-Jacques Aulas
  • http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article886 : L’image de l’homéopathie est celle d’une médecine « douce », « naturelle », « traditionnelle ». [...] C’est pourquoi elle est la médecine préférée des écologistes « sentimentaux ». Cette image est d’ailleurs soigneusement entretenue par l’industrie homéopathique. [...] Passons sur le premier de ces termes, l’utilisation de l’adjectif « douce » n’étant là que pour faire paraître « dure » la médecine moderne. En fait une technique médicale n’est ni « dure », ni « douce », elle est, ou n’est pas, efficace. [...] Le qualificatif de médecine naturelle mérite lui, plus d’attention. D’abord parce qu’il s’appuie sur l’inconscient rousseauiste, pour lequel la nature est bonne et les créations humaines mauvaises. Le mythe du bon sauvage a encore frappé ! Peu importe l’éradication de la variole, la disparition de la polio, la maîtrise des maladies infectieuses, les progrès des anticancéreux et des antiviraux. Peu importe la libération des enfants-bulles grâce à l’apport des thérapies géniques. Peu importe que les peuples encore privés, hélas, des progrès médicaux survivent dans des conditions désastreuses avec une espérance de vie deux fois plus faible que la nôtre... De plus, elle est loin de n’utiliser que des végétaux : broyât d’abeilles, de vers de terre, de puces de chats et de chiens ou de chenilles processionnaires sont aussi au programme. Tout cela évoque plus la caverne de la sorcière que l’herboristerie provençale. Bien entendu, les homéopathes se gardent bien d’insister sur ces détails peu ragoûtants et, dignes héritiers du « médecin malgré lui », [...] D’ailleurs l’opposition médecine naturelle médecine moderne est un faux problème. En effet nombre de médicaments actuels sont extraits ou copiés de molécules présentes dans la nature. Depuis l’aspirine, héritière de la décoction de feuilles de saule, jusqu’à l’extrait de pervenches et aux taxoïdes de l’écorce d’if utilisés en chimiothérapie anticancéreuse. Ce que fait le chimiste, c’est extraire la molécule active, la synthétiser, ou en trouver une nouvelle qui présente des groupes fonctionnels équivalents, dans l’espoir d’en éviter les inconvénients, ou de rendre le remède plus efficace. [...]
  • http://charlatans.info/homeopathie.shtml
  • http://www.charlatans.info/news/L-homeopathie-est-dangereuse-et Les supporters de l’homéopathie argumentent en disant que si un patient répond à un effet placébo, alors c’est tout bénéfice pour le patient. Le Dr Smith (un médecin anglais) réfute cet argument en disant : "si l’effet placébo est la seule forme de bénéfice, alors vous mentez effectivement au patient et allez à l’encontre d’un principe fondamental de l’éthique médicale – celui établissant que les patients doivent avoir toute l’information disponible afin de donner leur consentement totalement éclairé." [...] Ceux qui croient que cela marche soit ne comprennent rien à la science, soit sont tout simplement trompés. Il est important de réaliser que l’homéopathie n’est pas neutre éthiquement ; c’est un gaspillage d’argent et potentiellement dangereux, et elle entre en conflit avec des principes éthiques fondamentaux.
  • http://attrape-nigauds.charlatans.info/homeo.shtml Un tableau très simple pour se rendre compte de ce que représentent les divers CH (centésimale hahnemannienne) annoncés en homéopathie
  • https://jacqueshenry.wordpress.com/tag/homeopathie/ Trois articles à propos de l'homéopathie:
    - Homéopathie : la mémoire de l’alcool !!! Publié le 3 novembre 2015
    - Le Prince Charles en visite aux USA pour soutenir l’homéopathie, les médecines alternatives et d’autres billevesées ! Publié le 22 mars 2015. Il s'agit d'une traduction libre en français d'un article paru dans un blog américain de Slate.com écrit par David Gorski que le responsable du blog a trouvé intéressant.
    - L’homéopathie revisitée. Publié le 9 avril 2014. Les résultats d'une étude australienne publiée en 2013, basée sur des publications de qualité scientifique suffisante, donne les résultats de l'homéopathie pour 63 pathologies. Ne pouvant tous les citer, l'auteur de l'article en donne quelques uns et conclut :
    Pour le traitement des allergies, on entre dans le délire le plus total et je conseille à mes lecteurs de lire ce rapport, il m’est venu comme une lassitude dans mon énumération car globalement l’homéopathie ne sert strictement à rien, c’est un miroir aux alouettes coûteux, un business qui exploite la crédulité des malades et dont le remboursement par les systèmes de protection sociale tant des consultations chez les médecins soit-disant spécialisées en homéopathie que des médicaments devrait être immédiatement supprimé. Une telle décision ferait prendre conscience à des millions de personnes qu’elles sont cyniquement trompées par un corps médical peu regardant et avide de profits et par des firmes pharmaceutiques qui n’ont de pharmaceutique que le nom. Je me souviens de Christian Boiron des Laboratoires Boiron bien connus en particulier des Français qui me disait en souriant qu’il était le plus gros vendeur de glucose de France …
  • http://rfx.free.fr/MedIllusion/Homeopathie/MedHomeo1.htm Homéopathie et obsurantisme
  • http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/01/72/86/Placebo.pdf Article de Jean Brissonnet intitulé "Placebo, es-tu là?"
  • http://controversehomeopathie.wordpress.com/
  • http://zetetique.fr/index.php/media/audio/367-oz-fontaine-medecines-2012 Conférence sur l'homéopathie en général et l'Oscillococcinum de Boiron en particulier
  • http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2011/01/20/homeopathie-preuves-diluees
  • http://www.youtube.com/watch?v=kFKojcTknbU&feature=player_embedded Homeopathy : Cure or Con? 1re partie (anglais)
  • http://www.youtube.com/watch?v=QIr3Lo9zlLs&feature=player_embedded Homeopathy : Cure or Con? 2ème partie (anglais)
  • http://www.bbc.co.uk/news/uk-england-devon-20991335 Un reportage de la BBC (en anglais)
  • http://whatstheharm.net/homeopathy.html Liste de 437 décès dûs essentiellement à une confiance malfondée en l'homéopathie ou en des homéopathes et au rejet de la médecine fondée sur les preuves(anglais)
  • http://www.pseudo-medecines.org/article-japon-des-pontes-de-la-medecine-qualifient-l-homeopathie-d-absurde-57692331.html
  • http://blogs.univ-poitiers.fr/n-yeganefar/2014/04/15/comment-se-debarasser-une-bonne-fois-pour-toute-de-lhomeopathie/#more-2660
  • http://news.doccheck.com/fr/newsletter/1272/8740/?utm_source=DC-Newsletter&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Newsletter-FR-DocCheck+News-2014-10-17&user=3031803e291134536f068c6cd4260166&n=1272&d=28&chk=df435416ff21670ae5183487a58ac6a8 La randomisation de l’absurdité Publié le 20. octobre 2014. Il y a des choses entre le ciel et la terre qui ne peuvent pas être comprises. C’est le cas des thérapies alternatives comme l’homéopathie testées lors d’essais cliniques. Dans une publication de Cell Press, deux médecins des États-Unis laissent exploser leur colère.
    Ils en ont assez que, depuis 20 ans, de plus en plus « des méthodes de soins complètement improbables qui sont vouées à l’échec, ou qui piétinent toutes les lois déjà établies de la physique et de la chimie » soient vérifiées dans des essais cliniques randomisés. Voilà ce qu’écrivent David Gorski du Barbara Ann Carmanos Cancer Research Center à Detroit et Steven Novella de l’Université de Yale à New Haven, Etats-Unis, dans leur récente publication dans le magazine « Trends in Molecular Medicine ». La recherche sur PubMed pour « Homeopathy randomized trial » donna plus de 400 résultats, même si certains d’entre eux ne concernent que des revues d’articles et pas des essais cliniques.
    Les principes éthiques violés ?
    Les partisans de ces études veulent souvent clarifier fondamentalement quelle méthode de guérison alternative est réellement efficace, décrivent les deux scientifiques. Selon Gorski et Novella, « c’est n’importe quoi ». Ces études ne servent qu’à infiltrer la médecine académique avec des pseudo-sciences. [...]
  • http://www.dailymail.co.uk/health/article-2730008/Clinical-trials-quack-alternative-medicines-stopped-damaging-waste-money-say-two-leading-experts.html Clinical trials of 'quack alternative medicines should be stopped because they are damaging and a waste of money', say two leading Professor David Gorski of Wayne State University and Steven Novella from Yale School of Medicine launched a scathing attack on alternative medicines
    Condemned scientists who carry out experiments into 'quack treatments'
    Branded reiki as 'faith healing' claiming trials 'merely lend legitimacy and take money away from more deserving projects'[...] Publié le 21 août 2014
  • http://www.homeopathyawarenessweek.org/ La société anglaise 'Good thinking' a pour but d'encourager la curiosité et promouvoir la pensée rationnelle, d'où le titre positif de l'organisation. En même temps, cela signifie inévitablement lutter contre l'irrationalité et la pseudo-science [...]. Elle vient de créer le site web homeopathyawarenessweek.org pour contrebalancer la semaine organisée chaque année par les homéopathes anglais pour attirer l'attention du public sur leurs pratiques et les remèdes homéopathiques (celle-ci eu lieu en 2014 du 14 au 25 juin) et pour répandre une réelle prise de conscience de ce qu'est homéopathie et les dangers qu'elle représente.
    On y apprend, entre autres, que "L'homéopathie est un grand 'business'. L'industrie homéopathique est très rentable pour les entreprises comme Boiron, Weleda et Nelson. Le marché homéopathique est estimé au Royaume-Uni à 213 millions € par an - comparable aux États-Unis (300 millions de dollars), à la France et l'Allemagne (400 millions de livres chacun). Tout cela pour des traitements qui, en dépit des centaines de tests, n'ont pas réussi à se montrer plus efficaces qu'une pilule de sucre."

Article de Psiram dans d'autres langues

cet article est une ébauche

Références

  1. http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article886 Article "Qu’est-ce que l’homéopathie ?" par Jean Brissonnet, mis en ligne le 4 août 2008.
    [...] L’Académie nationale de médecine qui fait suite aux diverses Académies royales fondées à partir de 1731, a pour mission de conseiller le gouvernement pour les problèmes d’hygiène et de santé publique. Elle a donc un rôle proprement scientifique. A plusieurs reprises, à propos de communications concernant l’homéopathie, elle a émis des doutes sur l’efficacité de cette discipline. En 1987, à la suite d’une controverse, elle a indiqué que la prescription de médicaments homéopathiques « ne se justifie que dans les manifestations pathologiques guérissant spontanément ».
    On ne peut être plus clair ! Et sa position n’a jamais varié.
    [...] Le coût réel de la prise en charge par la CNAM de l’homéopathie n’est pas connu, faute d’un système de codage adéquat. D’après les syndicats d’homéopathes, qui en l’occurrence se montrent fort modestes, l’homéopathie ne représente que 5 % des prescriptions et n’absorbe que 0,2 % des remboursements, ce qui ne fait que 0,17 % des dépenses de l’assurance maladie. Or ces dépenses sont de l’ordre de 600 milliards, ce qui fait que l’homéopathie constitue tout de même une charge d’environ 1 milliard par an, sans compter les honoraires des homéopathes.
    Une autre approche de cette question consiste à voir comment se situe la France dans le monde. On estime que le chiffre d’affaires mondial de l’homéopathie est de l’ordre de 6 milliards de francs. Soixante pour cent est dépensé en Europe dont 25 % en France, le reste se réparti entre l’Amérique du nord (20 %) et le reste du monde (20 %). Ce qui signifie qu’avec 1/100ème de la population du globe, la France assure 1/4 de la dépense mondiale en homéopathie, ce qui représente 1,5 milliards de francs. Un français consomme presque 6 fois plus d’homéopathie qu’un américain du nord.
    [...] Le très sérieux « Guide Giroud-Hagège de tous les médicaments », sorte de « Vidal » destiné aux particuliers, donne une appréciation sur la valeur de chaque médicament étudié. Pour les préparations homéopathiques, son avis est en général le suivant : « Indication inadmissible ». Il fait pourtant exception pour le célèbre « oscillococcinum », fabriqué, rappelons-le, à partir de foie et de cœur de canard de Barbarie décomposés pendant 40 jours. Pour cette locomotive du grand bazar homéopathique, les auteurs se permettent un brin d’humour : « nous conseillons de remplacer ce produit par un confit de canard, aussi efficace contre la grippe, et nous prions les laboratoires Boiron de ne plus embêter les canards ».
  2. Voir la déclaration de la National Science Foundation et de la Stanford Encyclopedia of Philosophy. Citation: There is widespread agreement for instance that creationism, astrology, homeopathy, Kirlian photography, dowsing, ufology, ancient astronaut theory, Holocaust denialism, Velikovskian catastrophism, and climate change denialism are pseudosciences. Traduction: Il est généralement admis que, par exemple, le créationnisme, l'astrologie, l'homéopathie, la photographie Kirlian, la radiesthésie, l'ufologie, la théorie des anciens astronautes, le négationnisme de l'Holocauste, le catastrophisme de Velikovsky, et le négationnisme du changement climatique sont des pseudosciences.
  3. http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/03/16/23516-rapport-demontre-linefficacite-lhomeopathie
  4. https://www.psiram.com/ge/index.php/Georgos_Vithoulkas
  5. http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/complexhomeo.html Homéopathie complexe: Forme d'homéopathie qui utilise des mélanges de substances ou qui a recours à plusieurs remèdes pris en association. Ceux-ci ont un dosage variable. Dans l'homéopathie classique, on utilise un remède unique à une concentration donnée.
    Le choix du traitement repose principalement sur les symptômes du patient plutôt que sur un examen clinique approfondi. Des symptômes comme l'écoulement nasal du rhume, les vomissements, la sudation de la fièvre, les mictions répétées de l'infection urinaire et la diarrhée sont interprétés comme des moyens naturels du corps de se purger de la maladie. Les remèdes sont choisis non pour supprimer mais pour entretenir ces processus naturels d'élimination. [...]
  6. https://www.psiram.com/ge/index.php/Sankaran-Methode
  7. https://www.psiram.com/ge/index.php/Hom%C3%B6opathische_Quellenmethode_nach_Schlingensiepen
  8. Miasmatische Homöopathie
  9. https://www.psiram.com/ge/index.php/Regenaplex-Therapie
  10. https://www.psiram.com/ge/index.php/Komplexmittelhom%C3%B6opathie
  11. https://www.psiram.com/ge/index.php/Miasmatische_Hom%C3%B6opathie
  12. https://www.psiram.com/ge/index.php/Miasma
  13. http://3idi.org/fr/index.php Site en français de l'Institut international de Micro-Immunothérapie
  14. https://fr.wikipedia.org/wiki/Cytokine
  15. http://www.naturheilpraxis-hollmann.de/Mikroimmuntherapie.htm
  16. http://www.dgfan.de/index.php?id=316
  17. http://www.praxis-kronemann.de/therapien/mikroimmuntherapie/66-mikroimmuntherapie
  18. http://3idi.org/fr/pub/MI/3IDI_Micro-Immunotherapie.php Site (basé en France) de l'Institut international de Micro-Immunothérapie. Adresse: 6, rue Fortuné Parenteau, 85700 Pouzauges, France
  19. http://www.labolife.info/all/produits.php?page=11
  20. 20,0 et 20,1 https://www.psiram.com/ge/index.php/Biochemische_Hom%C3%B6opathie
  21. https://www.psiram.com/ge/index.php/Horvi-Enzym-Therapie Méthode à partir de venin de serpents, araignées, scorpions et autres animaux venimeux
  22. https://www.psiram.com/ge/index.php/Autopathie
  23. https://www.psiram.com/ge/index.php/Geistheilen
  24. https://www.psiram.com/ge/index.php/Harmopathie
  25. https://www.psiram.com/ge/index.php/Neue_Hom%C3%B6opathie
  26. https://www.psiram.com/ge/index.php/Erich_K%C3%B6rbler
  27. https://www.psiram.com/ge/index.php/Quantenlogische_Medizin
  28. https://www.psiram.com/ge/index.php/Similis_Cards
  29. https://www.psiram.com/ge/index.php/Silent_Healing
  30. https://www.psiram.com/ge/index.php/Sankaran-Methode
  31. Homöopathie nach Ramakrishnan
  32. https://www.psiram.com/ge/index.php/Telehom%C3%B6opathie Homéopathie par internet (e-mail, Skype) ou par téléphone
  33. https://www.psiram.com/ge/index.php/Hom%C3%B6osiniatrie
  34. http://www.gera.fr/modules.php?name=Downloads&d_op=viewdownload&cid=4875 Roger Allote de la Fuÿe (1890-1961)
  35. https://www.psiram.com/ge/index.php/Digitale_Hom%C3%B6opathie
  36. https://www.psiram.com/ge/index.php/Holopathie
  37. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000742293
  38. http://www.kinelegis.com/images/jurisprudences/CA%20Limoges%20-%20270598.pdf Mme T.commerçante, jamais condamnée, PREVENUE de EXERCICE ILLEGAL DE LA PROFESSION DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE, faits commis à PANAZOL (87), depuis temps non prescrit. PUBLICITE MENSONGERE OU DE NATURE A INDUIRE EN ERREUR, faits commis le O7 janvier 1995, sur le département de la HAUTE VIENNE. [...] En MARS 1993, Madame T a ouvert à …… un centre d'holothérapie sous contrat de concession de marque et d'enseigne Bernard LEFEBVRE. Le 7 janvier 1995, elle a fait paraître dans le journal Le Populaire du Centre un encart publicitaire intitulé ~'Mincir et rester mince une réalité' et mentionnant ses coordonnées "Institut M.-T...". Cet article expliquait la "méthode globale" utilisée : massages réflexogènes suivant certains méridiens d'acupuncture plus des pressions sur des points précis du corps ayant pour effet de couper la faim, de tonifier les organes paresseux et d'améliorer la qualité de la peau, associée à une formule alimentaire temporaire. [...] Madame T a soutenu qu'elle n'était pas l'auteur de cet article qui émanait des conseils en publicité appartenant au réseau Bernard LEFEBVRE. Elle a reconnu n'avoir aucune qualification dans le domaine médical, ayant seulement suivi un stage de quelques jours avant de débuter son activité et participant à des séminaires annuels. Elle a expliqué que le traitement pour faire maigrir les clients consistait en une cure allant de quatre à neuf semaines pour un coût variant de 6 760 à 13 260 francs, débutant par un entretien personnalisé et se poursuivant par une pratique de massages doux (réflexogènes) suivant certains méridiens d'acupuncture, et de stimulation manuelle de certains points d'acupuncture accompagnée de la remise de documents relatifs aux comportements alimentaires et d'un travail psychologique. [...] Le ministère public [...] fait remarquer que la cure prescrite par Madame T, outre son coût exorbitant, s'accompagne d'un régime alimentaire dont la prescription relève de la compétence exclusive d'un médecin. [...]
  39. https://www.psiram.com/ge/index.php/Banerji_protocol
  40. https://www.psiram.com/ge/index.php/Revolutionierte_Hom%C3%B6opathie_nach_Sehgal
  41. https://www.psiram.com/ge/index.php/Peter_Chappell
  42. https://www.psiram.com/ge/index.php/ERemedy
  43. https://www.psiram.com/ge/index.php/Isopathie
  44. https://www.psiram.com/ge/index.php/Hom%C3%B6o-Isopathie
  45. https://www.psiram.com/ge/index.php/Homeda
  46. https://fr.wikipedia.org/wiki/Spagyrie
  47. https://www.psiram.com/ge/index.php/Spagyrik
  48. https://www.psiram.com/ge/index.php/Cem_Tech
  49. https://www.psiram.com/ge/index.php/Transmaterialer_Katalysator
  50. https://www.psiram.com/ge/index.php/Wave_Transfer
  51. Ernst E., A systematic review of systematic reviews of homeopathy., Br J Clin Pharmacol. 2002 Dec;54(6):577-82
  52. Marburger Erklärung zur Homöopathie. Beschluss des Fachbereichsrates Humanmedizin der Philipps-Universität Marburg vom 2. Dezember 1992
  53. https://de.wikipedia.org/wiki/Marburger_Erkl%C3%A4rung_(1992)
  54. http://www.anomalistik.de/Walach_WQT.pdf
  55. https://www.psiram.com/ge/index.php/Harald_Walach
  56. https://fr.wikipedia.org/wiki/Intrication_quantique
  57. Cité d'après l'article du journal Süddeutsche Zeitung: Markus C. Schulte von Drach: "Umstrittenes Heilverfahren" Homöopathie ist ein reiner Placeboeffekt" (L'homéopathie est un pur effet placebo] - Missbrauchte Studie. Süddeutsche Zeitung, 01.02.2012 [1]
  58. https://www.psiram.com/ge/index.php/Claus_Fritzsche
  59. Zitat C. Fritzsche aus einem veröffentlichten Leserbrief: [...] Lassen wir die Thematik "Schwingungen" einmal beiseite, so kann ich wiederum Frau Wallenfels sehr gut folgen. Die Quantenphysik regt dazu an, unsere stark MECHANISTISCHE Wahrnehmung der Welt zu hinterfragen und sie öffnet für die Möglichkeit, dass (frei nach Prof. Anton Zeilinger) nicht Materie sondern INFORMATION der Stoff ist, aus dem unser Universum besteht. Ist dies der Fall, so kann es - im Kontext der Medizin - neben pharmazeutischen bzw. biochemischen Wirkeffekten auch eine neue Kategorie von Wirkeffekten geben, die "geistartigen" Charakter hat und in der nicht MATERIE sondern INFORMATION die entscheidende Rolle spielt.[...]
    Citation de C. Fritzsche tirée d'une lettre d'un lecteur publiée: [...] Si nous mettons de côté la thématique "vibrations", je peux alors très bien de nouveau suivre Madame Wallenfels. La physique quantique nous incite à remettre en question notre perception très mécaniste du monde et elle ouvre la possibilité que (en citant très librement le professeur Anton Zeilinger) la substance qui constitue notre univers n'est pas Matière mais INFORMATION. Si tel est le cas, elle peut - dans le contexte de la médecine - en plus des effets pharmaceutiques ou biochimiques, donner une nouvelle catégorie d'effets qui a un caractère "fantomatique" et qui joue un rôle décisif non dans la Matière mais dans l'INFORMATION.[...] [2]
  60. http://www.zeit.de/2003/49/N-Wasser_Ged_8achtnis?page=all (allemand)
  61. http://www.gwup.org/skeptiker/archiv/2008/2/media/wasser_gedaechtnis.pdf (allemand)
  62. http://www.xy44.de/belladonna/
  63. https://www.helios.co.uk/cgi-bin/store.cgi?action=link&sku=Wate-g&uid=11666
  64. Sarah Brien, Laurie Lachance, Phil Prescott, Clare McDermott, George Lewith: Homeopathy has clinical benefits in rheumatoid arthritis patients that are attributable to the consultation process but not the homeopathic remedy: a randomized controlled clinical trial, 13.11.2010, Rheumatology (2010) doi: 10.1093/rheumatology/keq234
  65. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/ijcp.12026/full Systematic Review: Adverse effects of homeopathy: a systematic review of published case reports and case series P. Posadzki, A. Alotaibi and E. Ernst. Article first published online: 20 NOV 2012
  66. Altunc, U.; Pittler, M. H.; Ernst, E. (2007), "Homeopathy for Childhood and Adolescence Ailments: Systematic Review of Randomized Clinical Trials", Mayo Clinic Proceedings 82 (1): 69–75, doi:10.4065/82.1.69, PMID 17285788,
  67. Malik, Imtiaz A.; Gopalan, Sethuraman (2002), "Use of CAM results in delay in seeking medical advice for breast cancer", European Journal of Epidemiology 18 (8): 817–22, doi:10.1023/A:1025343720564, PMID 12974558
  68. Ernst, E; White, AR (1995), "Homoeopathy and immunization", The British journal of general practice 45 (400): 629–30, PMC 1239445, PMID 8554846
  69. Jones M (2006-07-14), "Malaria advice 'risks lives'", Newsnight (BBC Television)
  70. Reiter C., Abermann C., "Unkontrollierte Niedrigpotenzeinnahme mit letalem Ausgang" (prise de basses dynamisations incontrôlée avec issue létale, Zeitschrift für Klassische Homoeopathie, 46 1/2002, S. 18-28
  71. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23163497
  72. http://www.arznei-telegramm.de/html/sonder/1204039_03.html
  73. https://www.psiram.com/ge/index.php/Sanum-Therapie
  74. https://www.psiram.com/ge/index.php/G%C3%BCnther_Enderlein
  75. https://www.bfarm.de/SharedDocs/Downloads/DE/Arzneimittel/Pharmakovigilanz/Risikoinformationen/RisikoBewVerf/m-r/penicilliumhaltige-am-anhoerung.pdf?__blob=publicationFile&v=3
  76. https://www.thieme.de/de/presse/penicillin-allergie-30175.htm
  77. http://www.pharmazeutische-zeitung.de/index.php?id=41359
  78. Sanum-Kehlbeck GmbH & Co. KG, Hasseler Steinweg 9, D-27318 Hoya
  79. https://fr.wikipedia.org/wiki/Penicillium_notatum
  80. http://www.sueddeutsche.de/gesundheit/homoeopathie-kerosin-im-kuegelchen-1.1536531
  81. http://whatstheharm.net/homeopathy.html Liste de 437 personnes ayant subit des dommages graves, ou même décédées, suite à des traitements homéopathiques ou conseillés par des homéopathes (anglais)
  82. http://www.dailytelegraph.com.au/news/national/babys-eczema-death-was-parents-fault/story-e6freuzr-1225708504277
  83. http://kurier.at/politik/jakob-starb-haft-fuer-eltern-und-arzt/730.649
  84. http://www.psiram.com/ge/index.php/Carnivora
  85. http://www.abc.net.au/news/2010-07-30/incompetent-care-led-to-dingles-death/925976
  86. http://www.abc.net.au/austory/content/2011/s3260776.htm
  87. http://www.watoday.com.au/wa-news/dingles-cruel-cancer-remedies-20100622-yv12.html
  88. http://www.theaustralian.com.au/news/nation/cancer-death-puts-homeopathy-in-dock/story-e6frg6nf-1225877659069?nk=2bb4f0be411d17f9a63961e2063cdcdb
  89. https://www.psiram.com/ge/index.php/Ebola-Mission_von_Hom%C3%B6opathen_2014
  90. https://www.psiram.com/ge/index.php/Pseudomedizinische_Therapievorschl%C3%A4ge_zum_Ebolafieber
  91. Prof. Nothdurft vom Tropeninstitut in München: "Von homöopathischen Fachgesellschaften höre ich, dass es eine Prophylaxe im homöopathischen Sinn gar nicht geben kann. Wir haben die bittere Erfahrung gemacht, dass es mehrere Todesfälle gegeben hat, als sich Menschen auf eine homöopathische Malaria-Prophylaxe verlassen haben."
    Nothdurft de l'Institut de médecine tropicale de Munich: "J'entends [de la part] des sociétés de spécialistes en homéopathie qu'il ne peut pas y avoir de prophylaxie au sens homéopathique. Nous avons fait l'amère expérience qu'il y a eu plusieurs cas de décès quand des personnes se sont fiées à une prophylaxie du paludisme homéopathique" (Lien mort)
  92. http://www.akdae.de/Arzneimittelsicherheit/Bekanntgaben/Archiv/1998/19980619.html
  93. http://www.theguardian.com/science/2006/jul/14/medicineandhealth.lifeandhealth Homeopaths 'endangering lives' by offering malaria remedies
  94. https://www.psiram.com/ge/index.php/Spenglersan_Kolloide
  95. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9815426 Homeopathic Resistant Malaria. Carlsson T, Bergqvist L, Hellgren U. J Travel Med. 1996 Mar 1
  96. Oona Mashta: WHO warns against using homoeopathy to treat serious diseases, BMJ 2009;339:b3447. 24 August 2009, doi:10.1136/bmj.b3447
  97. http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/8211925.stm
  98. http://www.senseaboutscience.org.uk/index.php/site/project/392/
  99. https://www.psiram.com/ge/index.php/Konversionstherapie
  100. http://www.spiegel.de/wissenschaft/medizin/0,1518,766184,00.html
  101. http://www.heise.de/tp/artikel/34/34851/1.html
  102. http://fr.myeurop.info/2011/06/10/l-homosexualite-guerie-par-homeopathie-2694 "L’homosexualité guérie par homéopathie !" Par Maud Koetschet (Bruxelles) Laurence Estival (Paris). 10/06/2011.
    Une association de médecins catholiques allemands, le BKÄ, veut soigner l’homosexualité en faisant appel à l’homéopathie. Cette "cure", proposée par un médecin bavarois, suscite un véritable tollé. Joint par téléphone, le gourou de l'hétérosexualité semble convaincu de venir en aide aux homos. [...] (Article en français)
  103. Gambia Wellness Foundation, 11 Higham Station Avenue, London, E4 9AY
  104. http://www.gambiawellnessfoundation.org/what-we-do/
  105. http://www.nelly-duerr.de/klassische-homoeopathie/antidot.php
  106. FÜR SIE, Extra-Beilage "Homöopathie". 9. August 2007
  107. https://www.psiram.com/ge/index.php/Miasmentheorie
  108. https://www.psiram.com/ge/index.php/Organon_der_Heilkunst
  109. Netzeitung 2. Juli 2008 [3]
  110. http://www.echamp.eu/our-sector
  111. http://www.mdr.de/exakt/die-story/eds-moderne-quacksalber100.html Article "Charlatans modernes - faire des affaires avec l'espoir de guérison [des malades], publié le 11.11.2015
  112. http://www.echamp.eu/our-sector/market
  113. DZVhÄ-Newsletter Ausgabe Januar/Februar 2008
  114. European Coalition on Homeopathic and Anthroposophic Medicinal Products E.E.I.G. (Hg.): Facts and Figures, Second Edition, 2007, Homeopathic and Anthroposophic Medicine in Europe
  115. http://www.echamp.org/upload/files/statements/statements_20071128142622.pdf
  116. Deutschland und Frankreich sind die größten Märkte In: Homöopathische Nachrichten Jan./Feb. 2008, S.4.
  117. https://fr.wikipedia.org/wiki/Anamn%C3%A8se_(m%C3%A9decine)
  118. https://www.psiram.com/ge/index.php/Dr._Willmar_Schwabe_GmbH_%26_Co._KG
  119. http://www.snphpharma.fr/La-place-de-l-homeopathie-en.html
  120. http://www.leem.org/article/quelle-place-l-homeopathie-t-elle-en-france Article "Quelle place l’homéopathie a-t-elle en France ?" publié le 19.11.14 sur le site du LEEM (Une organisation qui fédère les entreprises du médicament opérant en France)
  121. http://www.boironfinance.fr/Espace-Actionnaires-et-Investisseurs/Informations-Groupe/Boiron-dans-le-monde
  122. http://www.quechoisir.org/sante-bien-etre/maladie-medecine/actualite-homeopathie-sur-la-sellette-dans-les-pays-anglo-saxons. Par Erwan Seznec. Publié le 03 avril 2015 par Que Choisir
  123. https://fr.wikipedia.org/wiki/Laboratoires_Boiron
  124. http://www.aerztezeitung.de/medizin/fachbereiche/sonstige_fachbereiche/homoeopathie/article/434705/homoeopathie-kollegen-immer-attraktiver.html
  125. http://www.oberpfalznetz.de/zeitung/726112-100,1,0.htm
  126. https://www.psiram.com/ge/index.php/Steffen_Rabe
  127. George Löhner: "Die homöopathischen Kochsalzversuche zu Nürnberg: Als Anhang: Ein Beispiel homöopathischer Heilart", 1835
  128. http://www.aerzteblatt.de/archiv/155370/Homoeopathie-und-Nationalsozialismus-Letztendlich-keine-Aufwertung-der-Homoeopathie
  129. http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article886 Qu’est-ce que l’homéopathie ? par Jean Brissonnet. Mis en ligne le 4 août 2008
  130. https://www.psiram.com/ge/index.php/Heel
  131. http://www.gwup.org/inhalte/77-themen/komplementaer-und-alternativmedizin-cam/1029-ist-homoeopathie-mehr-als-placebo
  132. http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(97)02293-9/fulltext Are the clinical effects of homoeopathy placebo effects? A meta-analysis of placebo-controlled trials Klaus Linde and colleagues
  133. http://www.sueddeutsche.de/wissen/umstrittenes-heilverfahren-homoeopathie-missbrauchte-studien-1.1267699 Article "Homöopathie ist ein reiner Placeboeffekt" publié le 7 mars 2012
  134. Linde, K.; Jonas, WB; Melchart, D; Willich, S (2001), "The methodological quality of randomized controlled trials of homeopathy, herbal medicines and acupuncture", International Journal of Epidemiology 30 (3): 526–31, doi:10.1093/ije/30.3.526, PMID 11416076
  135. Ernst, E. (2002), "A systematic review of systematic reviews of homeopathy", British Journal of Clinical Pharmacology 54 (6): 577–82, doi:10.1046/j.1365-2125.2002.01699.x, PMC 1874503, PMID 12492603
  136. Caulfield, Timothy; Debow, Suzanne (2005), "A systematic review of how homeopathy is represented in conventional and CAM peer reviewed journals", BMC Complementary and Alternative Medicine 5: 12, doi:10.1186/1472-6882-5-12, PMC 1177924, PMID 15955254
  137. Shang A, Huwiler-Müntener K, Nartey L, Jüni P, Dörig S, Sterne JA, Pewsner D, Egger M. (2005), "Are the clinical effects of homoeopathy placebo effects? Comparative study of placebo-controlled trials of homoeopathy and allopathy", The Lancet 366 (9487): 726–732, doi:10.1016/S0140-6736(05)67177-2, PMID 16125589
  138. Milazzo, S; Russell, N; Ernst, E (2006), "Efficacy of homeopathic therapy in cancer treatment", European Journal of Cancer 42 (3): 282–9, doi:10.1016/j.ejca.2005.09.025, PMID 16376071
  139. Altunc, U.; Pittler, M. H.; Ernst, E. (2007), "Homeopathy for Childhood and Adolescence Ailments: Systematic Review of Randomized Clinical Trials", Mayo Clinic Proceedings 82 (1): 69–75, doi:10.4065/82.1.69, PMID 17285788
  140. https://www.nhmrc.gov.au/_files_nhmrc/publications/attachments/cam02a_information_paper.pdf
  141. http://www.nhmrc.gov.au/_files_nhmrc/media_releases/nhmrc_releases_statement_and_advice_on_homeopathy140311.pdf
  142. http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2436 Article "Selon l’agence australienne de santé, l’homéopathie : pas mieux qu’un placebo." Par J.-P. K. publié sur le site de l'AFIS:br> "L’Agence de santé australienne (le NHMRC, National Health and Medical Research Council) vient de procéder à une étude approfondie de l’efficacité de l’homéopathie. Ses résultats confirment ceux déjà établis par de nombreuses agences nationales, et synthétisées il y a quelques années par la revue The Lancet en 2005, sur la base d’une méta-analyse de grande ampleur : les effets cliniques de l’homéopathie sont ceux d’un placebo.
    Nous reproduisons ici la synthèse de l’agence australienne, traduite par nos soins et sous notre seule responsabilité. Texte original sur le site du NHMRC. [...]
  143. http://www.larecherche.fr/idees/entretien/homeopathie-n-est-pas-efficace-19-06-2012-91413 Article «L'homéopathie n'est pas efficace»
    entretien - par Propos recueillis par Sophie Coisne dans mensuel n°466 daté juin 2012 à la page 94
    Plus d'un tiers des Français déclarent utiliser l'homéopathie. Pourtant, les essais cliniques peinent à lui trouver une efficacité propre. Edzard Ernst, qui évalue les bénéfices et les risques des « médecines alternatives », pose le problème en termes éthiques et médicaux.
    LA RECHERCHE : Le gouvernement australien a le projet de retirer l'homéopathie des traitements remboursés par la Sécurité sociale. Considérez-vous cela comme une victoire ?
    EDZARD ERNST : Oui, et elle serait importante. Je ne suis pas contre les utilisateurs de l'homéopathie. Mais s'ils veulent l'utiliser, qu'ils la paient seuls. La Sécurité sociale en France ou son équivalent britannique, le National Health Service (NHS), ne devraient rembourser que des traitements dont on a prouvé l'efficacité. Or à moins de récrire les lois de la nature, l'homéopathie ne peut fonctionner. [...]
  144. http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150318.OBS4914/l-homeopathie-pas-plus-efficace-qu-une-pilule-de-sucre.html Article "L’homéopathie ? Pas plus efficace qu’une pilule de sucre..." Par Hugo Jalinière, publié le 18-03-2015
  145. http://www.charlatans.info/news/Un-nouveau-coup-dur-pour-l Article "Un nouveau coup dur pour l’homéopathie", publié le 12 mars 2015. Après avoir commenté la méta-analyse australienne, l'article cite deux professeurs australiens fondateurs de l'association "Friends of Science in Medicine":
    "Avec tant de pression sur les comptes de la Sécurité Sociale, le gouvernement doit cesser de rembourser des thérapies alternatives non prouvées comme l’homéopathie, et ne plus encourager ni subventionner les ’formations’ sur l’homéopathie," dit le Professeur Rob Morrison. "Le gouvernement ne doit plus non plus subventionner les pratiques reposant sur des pratiques pseudoscientifiques de ce genre." Des économies sont certainement à faire sur les deniers publics de ce côté-là.
    Le Professeur Alastair MacLennan ajoute qu’il n’est pas professionnel et qu’il n’est pas éthique que les pharmacies, dont le conseil est censé être fondé sur des éléments de preuves scientifiques et médicaux, recommandent et vendent des produits homéopathiques. Ces produits devraient sortir des pharmacies et se limiter aux commerces de détail non médicaux.
    "
  146. http://www.charlatans.info/news/+-homeopathie-+ Ici, on trouve tous les articles concernant l'homéopathie publiés sur ce site.
  147. http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/homeopathie/en-australie-aussi-lhomeopathie-nest-quun-placebo_15838.html Article "En Australie (aussi), l'homéopathie n'est qu'un placebo". L'Australie révèle un secret de polichinelle : l'homéopathie est un placebo. Les études indépendantes se suivent et se ressemblent toutes : l'homéopathie est indifférenciable d'un placebo. Appelé à statuer sur cette question, le Conseil national de la santé et de la recherche médicale (NHMRC) d'Australie n'arrive pas à une autre conclusion, après l'examen de 225 études sur cette pratique à prétention médicale. Par la rédaction d'Allodocteurs.fr,publié le 13/03/2015. [...] La poignée d'études suggérant une quelconque efficacité contenaient des biais méthodologiques grossiers (erreurs d'interprétation statistique, expériences n'étant pas menées en aveugle, etc.), déclare le NHMRC dans un communiqué. [...]
    L'argument du placebo efficace
    Suite aux déclarations de le NHMRC, Grant Kardachi, le président de la Société pharmaceutique australienne, qui fédère 27.000 pharmaciens, a rejeté l'idée d'éliminer les produits homéopathiques des étagères des officines, suggérant "qu'ils pourraient encore être utilisés comme des placebos efficaces".
    Selon lui, "si quelqu'un entre dans une pharmacie et demande un traitement homéopathique pour aider à dormir, et si ce traitement fonctionne grâce à l'effet placebo", "cela est peut-être mieux que de devoir obtenir une prescription auprès d'un médecin pour obtenir des somnifères".
    L'argument n'est pas nouveau, mais il pose plusieurs problèmes. Le premier est d'ordre éthique : un professionnel de santé peut-il mentir au patient, en prétendant lui donner un médicament ayant une efficacité propre, pour mettre en jeu d'éventuels mécanismes psychologiques permettant d'aboutir à la guérison ? Autre question soulevée par cette approche : en entretenant le mythe de l'efficacité d'une pratique d'apparence médicale, en utilisant les arguments fallacieux et le folklore pseudo-scientifique destinés à la justifier, on encourage le patient à construire une représentation totalement erronée de son corps, ou de la façon dont une guérison s'opère. Or, si un jour le patient contracte une maladie grave – qui ne se résorberait pas d'elle même – l'imaginaire thérapeutique ainsi cultivé peut l'amener à faire de très mauvais choix (ou prendre conseil auprès de personnes mal formées, ce qui revient exactement au même).
    Mieux vaut cela qu'un médicament dont le corps n'a pas besoin ?
    Le concept de "placebo particulièrement efficace" peut sembler absurde : si un placebo est plus efficace qu'un autre, l'un des deux n'est, par définition, pas tout à fait un placebo…
    L'effet placebo est, dans la culture populaire, celui du "pouvoir de l'esprit", l'effet psychologique de la conviction d'être soigné. Dans les faits, le phénomène est beaucoup plus subtil (1). Mais certains comportements et certains rituels peuvent indéniablement induire des phénomènes psychologiques très différents. Des expériences ont déjà essayé de mesurer l'impact sur la sensation de guérison d'attitudes différentes de la part du personnel médical. Ces recherches montrent que la prise en charge des patients, par des "médecins homéopathes" induit de meilleurs effets qu'une prise en charge par des généralistes, alors même que les comprimés donnés aux malades étaient identiques. La prise en charge a, en elle même, un effet placebo, et l'attitude de la plupart des homéopathes semble plus réconfortante que celle des généralistes.
    C'est un enseignement précieux : il est possible d'améliorer l'efficacité des traitements affichant autant d'intérêt et de compassion pour le patient que le font les homéopathes. Mais une reconnaissance des talents des homéopathes n'est pas une reconnaissance de l'utilité de l'homéopathie, loin de là.
    Tout de même, ne vaut-il mieux pas donner un placebo à un patient qui réclame un traitement, plutôt que de lui donner une substance active dont son corps n'a pas besoin ? Cela est loin d'être absurde mais, pour les raisons évoquées plus haut, pourquoi cela devrait-il être la mensongère homéopathie ?
    Les utilisateurs de l'homéopathie croient souvent utiliser un traitement "naturel", "à base de plantes", et sont nombreux à conspuer l'industrie pharmaceutique qui commercialiserait des "traitements inutiles". Malheureusement, la plupart des "médicaments" homéopathiques ne contiennent pas la moindre molécule d'un quelconque extrait naturel : ce ne sont que des billes de sucres, vendues à prix d'or, par des laboratoires qui n'ont pas besoin d'investir le moindre euro dans la recherche médicale. Où sont les laboratoires qui abusent de la crédulité et de l'ignorance du public ?
    Rien de nouveau sous le soleil
    L'annonce de le NHMRC n'a rien de révolutionnaire. Contrairement à ce qu'ont pu écrire quelques commentateurs francophones, elle ne soulève ni "polémique" ni "controverse" chez les scientifiques et chez les médecins qui – comme les y invite, par déontologie, le code de la santé publique(2) – basent leur pratique sur des connaissances scientifiques.
    Il est peu probable qu'en France, ce rappel de faits très connu change quoi que ce soit. L'un des plus grands laboratoires homéopathiques est implanté sur notre sol ; les étudiants en pharmacie peuvent suivre une spécialisation en homéopathie (au mépris, on l'aura compris, de tout fondement scientifique ou médical) ; de nombreuses préparations sont remboursées à 35% par la sécurité sociale, alors qu'elles n'ont aucun effet propre.
    Cette situation, que d'aucun juge aberrante, se justifie autant par des intérêts économiques immenses que par de puissants ressorts psychologiques. Au premier lieu desquels le refus, pour beaucoup de citoyens, d'admettre qu'ils se soignent avec un authentique et banal placebo.
    "Et alors ? Au moins on ne s'empoisonne pas avec des médicaments dont on a pas besoin !"
    En elle même, l'homéopathie n'empoisonne que le budget (et celui de la sécurité sociale, pour les produits remboursés). Elle ne guérit pas, et crée de fausses représentations.

    (1) Un essai clinique réalisé "contre placebo" met en jeu de nombreux effets qui n'ont rien de psychologiques ; par exemple, certaines maladies se résorbant d'elles mêmes, la guérison suite à la prise d'un faux médicament est, en partie, le fruit d'une évolution normale.
    (2) L'Article R4127-32 du code de la santé publique (chapitre VII : Déontologie, sous-section "devoirs envers les patients") stipule que "dès lors qu'il a accepté de répondre à une demande, le médecin s'engage à assurer personnellement au patient des soins consciencieux, dévoués et fondés sur les données acquises de la science, en faisant appel, s'il y a lieu, à l'aide de tiers compétents". Cela pose d'ailleurs une question qui est loin d'être anodine : les patients peuvent-ils conserver sa confiance en un médecin qui se détournerait de ce principe déontologique fondamental ?
  148. http://www.assh-asso.fr/images/Reponse_du_Homeopathy_Research_Institute_au_rapport_australien_du_NHMRC_-_final2.pdf
  149. http://www.leprogres.fr/economie/2015/07/15/christian-boiron-il-y-a-un-ku-klux-klan-contre-l-homeopathie
  150. https://www.psiram.com/ge/index.php/Hom%C3%B6opathische_Arzneimittelpr%C3%BCfung
  151. [http://www.editions-narayana.fr/Le-Repertoire-Homeopathique-de-Kent-James-Tyler-Kent/b15824?gclid=Cj0KEQiA_fy0BRCwiLaQ5-iFgpwBEiQA884sOesDQpGuF4ydcZZZRB4dYeRuCKjacpuXojPIERn3W3EaAgAx8P8HAQ Le répertoire de Kent en vente sur le site des Éditions Narayana
  152. https://fr.wikipedia.org/wiki/James_Tyler_Kent
  153. http://www.homeosurf.fr/wp-content/uploads/Mati%C3%A8re-m%C3%A9dicale-de-Kent.pdf
  154. F. Dantas, P. Fisher, H. Walach, F. Wieland, D.P. Rastogi, H. Teixeira, D. Koster, J.P. Jansen, J. Eizayaga, M.E.P. Alvarez, M. Marim, P. Belon and L.L.M. Weckx. A systematic review of the quality of homeopathic pathogenetic trials published from 1945 to 1995. Homeopathy, Volume 96, Issue 1, January 2007, Seiten 4-16
  155. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17227742 A systematic review of the quality of homeopathic pathogenetic trials published from 1945 to 1995. Dantas F1, Fisher P, Walach H, Wieland F, Rastogi DP, Teixeira H, Koster D, Jansen JP, Eizayaga J, Alvarez ME, Marim M, Belon P, Weckx LL. Publié en 2007 dans la revue Homeopathy
  156. https://www.psiram.com/ge/index.php/HAB
  157. http://ansm.sante.fr/Mediatheque/Publications/Pharmacopee-francaise-Preparations-homeopathiques-Francais
  158. http://vicentebaos.blogspot.fr/
  159. https://fr.wikipedia.org/wiki/National_Health_Service
  160. http://www.pharmazeutische-zeitung.de/index.php?id=32581
  161. http://www.1023.org.uk/the-1023-overdose-event.php
  162. http://skepfeeds.wordpress.com/2010/02/01/homeopaths-admit-expensive-concoctions-just-water/
  163. http://www.aerzteblatt.de/nachrichten/40180/Britische_Politiker_fordern_Verbot_der_Homoeopathie.htm
  164. http://www.quackometer.net/blog/2012/06/the-end-of-homeopathy.html
  165. http://www.scilogs.de/detritus/das-ende-der-hom-opathie-in-gro-britannien/ Das Ende der Homöopathie in Großbritannien 28. Juni 2012 von Martin Ballaschk. [...] Si des preuves et la raison ne peuvent pas mettre fin à l'homéopathie, la loi le fera. [...]
  166. http://www.spiegel.de/spiegel/print/d-71558786.html
  167. http://www.spiegel.de/wissenschaft/medizin/0,1518,705782,00.html
  168. http://www.dailymail.co.uk/news/article-1026966/Leading-professor-offers-10-000-person-prove-homeopathy-works.html
  169. http://archive.randi.org/site/index.php/swift-blog/581-homeopathy-qualifies-for-the-million-dollar-challenge.html Article "Homeopathy Qualifies for the Million Dollar Challenge" (L'homéopathie est qualifiée pour le défi d'un Million Dollars) écrit par James Randi et publié le 2 juin 2009
  170. Skrabanek P, McCormick J: Torheiten und Trugschlüsse in der Medizin. Verlag: Kirchheim + Co. GmbH (1993) ISBN-10: 3874090604 ISBN-13: 978-3874090605
  171. http://www.hpathy.de/content/george-vithoulkas-interviewt-von-dr-manish-bhatia [...] Der Plazeboeffekt kann durch die Autosuggestion des Patienten initiiert werden, die eine Mobilisierung des Abwehrmechanismus durch die starken Gefühle des daran glaubens erzwingt. So funktionieren alle Geistheilungen, die Radionik, Yoga, die Meditation und all die anderen Randtherapien [...]
  172. Charles Darwin in einem Brief an William Darwin Fox am 4. September 1850: You speak about Homeopathy; which is a subject which makes me more wrath, even than does Clairvoyance: clairvoyance so transcends belief, that one’s ordinary faculties are put out of question, but in Homœopathy common sense and common observation come into play, and both these must go to the Dogs, if the infinetesimal doses have any effect whatever. How true is a remark I saw the other day by Quetelet, in respect to evidence of curative processes, viz that no one knows in disease what is the simple result of nothing being done, as a standard with which to compare Homeopathy and all other such things It is a sad flaw, I cannot but think in my beloved Dr Gully, that he believes in everything - when his daughter was very ill, he had a clairvoyant girl to report on internal changes, a mesmerist to put her to sleep - an homeopathist, viz John Chapman and himself as Hydropathist and the girl recovered.
  173. http://la-vie-de-darwin.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/07/20/1849-darwin-et-l-homeopathie.html
  174. http://lhomeopathie.fr/amm-homeopathie.php Le site du dr Jean-Jacques Aulas
  175. http://www.sueddeutsche.de/wissen/homoeopathie-lobby-im-netz-schmutzige-methoden-der-sanften-medizin-1.1397617 Les méthodes sales de la médecine douce (allemand)
  176. http://fr.wikipedia.org/wiki/Edzard_Ernst
  177. http://fr.wikipedia.org/wiki/Hom%C3%A9opathie
  178. http://www.bbc.co.uk/news/uk-england-devon-20991335 Article de la BBC publiée le 14 janvier 2013 intitulé "Ainsworths, une pharmacie homéopathique approuvée par le Prince Charles et la Reine a été sommée par l' Advertising Standards Authority (ASA), l'équivalent de notre Autorité de régulation professionnelle de la publicité, d'arrêter de vendre des pilules de sucre étiquetées comme vaccins." [...] Parmi les produits homéopathiques proposés par Ainsworths figuraient des flacons de pilules Hib étiquetées vaccin contre la méningite, des "vaccins" contre la rougeole, des "vaccins" contre la rubéole, des vaccins Pertussin et Pertissis (Pertissis est le nom scientifique de la coqueluche). [...] Déja en 2011 Ainsworths a été épinglée par l'ASA, pour la promotion de pilules homéopathiques pour les maladies tropicales. Une plainte avait été déposée contre Ainsworths auprès de l'équivalent anglais de notre Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM)et des produits de santé, the government's Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA), pour vente de tels "vaccins" [...] (en anglais)
  179. http://www.quackometer.net/blog/ (en anglais)
  180. http://www.senseaboutscience.org/news.php/85/who-responds-to-young-medics-call-to-condemn-promotion-of-homeopathy-for-serious-diseases (en anglais)
  181. http://www.charlatans.info/news/L-OMS-dit-enfin-non-a-l
  182. http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2009/09/01/mensonges-lhomeopathie
  183. http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/8211925.stm (anglais)
  184. http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1495
  185. http://www.hsf-france.com/
  186. http://www.solidarite-homeopathie.org/la_une.htm