Médecine quantique

De Psiram
Appareil de thérapie quantique QRS

La Médecine Quantique[1] (quantum medicine en anglais) ou Thérapie quantique, parfois aussi qualifiée de "médecine informationnelle" ou de "médecine énergétique", est un concept nouveau de médecine alternative. La base est souvent contradictoire et trouve des approches explicatives dans l'ésotérisme. Il manque une vraie définition pour ces termes du domaine du mysticisme quantique. Manque aussi une littérature scientifique, et les banques de données scientifiques ne fournissent que deux ou trois articles pour ces termes.

Informations générales

L'utilisation du terme "quantique" en corélation avec la médecine sert à créer une relation pseudo-scientifique vers la physique quantique scientifique et à donner ainsi une apparence de sérieux dans des domaines où justement on ne peut pas fournir des explications plausibles et des approches sérieuses, et surtout dans le domaine pseudo-médical. Il n'est pas étonnant de constater que mêmes des produits des plus absurdes sont commercialisés sous une appellation "médecine quantique" ou "thérapie quantique", par exemple des appareils de la médecine énergétique.

Il manque une argumentation scientifiquement acceptable expliquant pourquoi la mécanique quantique (la branche de la physique qui décrit le domaine des atomes et des subatomes) jouerait un rôle dans la 'médecine quantique'. La question qui se pose est plutôt de savoir si les protagonistes de la médecine quantique ont eux-mêmes la moindre idée de la physique quantique quand ils utilisent sans compter et sans justifications physiques des termes comme la logique quantique, l'entropie quantique, la cohérence quantique, la résonance quantique, la superconductivité induit par des photons ou des champs de torsion, termes qui impressionnent même des médecins, qui n'ont pas de connaissances particulières en physique quantique, et les induisent en erreur.

Les protagonistes

Les premiers praticiens qui ont utilisés ce terme médecine quantique ont été Marco Bischof, Ulrich Warnke, Hartmut Müller, Hendrik Treugut de la DGEIM, Norbert Maurer, Ewald Töth [2], Bodo Köhler [3], Johann Lechner[4], des instituts divers, et des producteurs d'appareils de biorésonance et de radionique. En Allemagne et en Autriche se trouvent plusieurs instituts de médecine quantique. Plusieurs congrès de médecine quantique en 2007, 2008, 2009, 2010 et en 2011 ont été organisés avec la participation du Prof.Fritz Albert Popp et Konstantin Meyl [5]. Lors des congrès, on a, entre autres, discuté la question, à savoir, pourquoi les appareils de médecine quantique continuent à "mesurer" les résultats quand le sujet s'est entre-temps éloigné de l'appareil.

En France, la première personne à organiser un tel congrès en 2010 a été la "bio-nutritioniste" Marion Kaplan, qui est devenue entre temps, "nutritioniste quantique", terme sans doute plus percutant que "bio". Deux autres congrès du même genre ont été organisés par le naturopathe Guillaume Moreau en mars 2011 au Cap d'Agde, et par l'ostéopathe Hervé Floirac en mai 2011 à l'hôtel Mercure de Montpellier. Certains vendeurs d'appareils ou des thérapeutes utilisent avec joie ce terme "quantique" qui est dans l'air du temps: thérapie quantique, guérison quantique, alimentation quantique, nutrition quantique, appareil quantique, vacances quantiques, on vit une époque de tout quantique. C'est un peu comme l'astronomie et l'astrologie, ou la physique et la métaphysique. On se demande au même titre comment une personne qui ne comprend rien en astronomie peut parler de l'astrologie, et comment un recalé en physique peut parler de la métaphysique. Même des physiciens, après des années d'études, n'ont souvent pas une connaissance approfondie de la physique quantique.

Origine du terme

La question qui est l'inventeur de la médecine quantique reste sans réponse, tout comme l'explication de la méthode. Celui qui se désigne lui-même comme l'inventeur de la médecine quantique est Emile Gerhard Fischer, propriétaire de la Professeur Dr. Fischer SA, développement et recherche au Liechtenstein. Il explique ses procédés dans son livre de 600 pages qui en fait est avant tout une publicité pour ses appareils. Il parle des bases de la thérapie quantique, mais aucune approche scientifique sérieuse n'est décelable dans son ouvrage.

La thérapie quantique (quantum therapy) désigne aussi une méthode de bien-être de la pseudo-médecine ésotérique qui se refère en plein mysticisme quantique au terme scientifique du QUANT ou de la médecine quantique. Cette méthode absurde a été inventée de toutes pièces dans les années 1980 par l'ostéopathe Frank Kinslow en Floride.

D'autres "médecins quantiques" se réfèrent à la Médecine Traditionelle Chinoise (MTC), car les chinois auraient compris depuis 6000 ans que la maladie peut être interprêtée par l'existence des "informations erronées" et que ce fait serait l'origine de la médecine quantique. La médecine classique européenne n'aurait rien compris au traitement "holistique" des maladies, mais se limiterait à un traitement, le plus souvent chimique, des symptomes.

Article de Psiram dans d'autres langues

Liens externes

  • http://www.slate.fr/story/154595/medecine-quantique-revolution-scientifique-arnaque Article "La médecine quantique, révolution scientifique ou arnaque?" de Coline Vazquez et Bruno Lus publié le 1 décembre 2017
    De nombreux Français se tournent vers des médecines non conventionnelles. Une nouvelle thérapie dite «quantique» promet monts et merveilles à ses adeptes grâce à des machines futuristes. Problème: impossible de prouver les bienfaits de ce traitement censé guérir avant même les premiers symptômes.
    Scandales sanitaires, effets secondaires des médicaments, manque d’écoute du malade… Les griefs s’accumulent contre la médecine traditionnelle. Les Français croient de moins en moins aux vaccins et de plus en plus à l’homéopathie. Pour preuve, 40% d’entre eux auraient recours aux médecines alternatives et complémentaires (MAC). Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il y en aurait plus de quatre cents. L’Ordre des médecins n’en reconnaît que quatre: l’homéopathie, l’acupuncture, la mésothérapie (par injections locales) et l’ostéopathie –malgré une efficacité contestée.
    Parmi les laissés-pour-compte des MAC, la médecine quantique fait son trou. Quantique comme la physique, dont elle reprend le lexique complexe et les applications technologiques. Médecine, parce qu’elle se propose de remédier à diverses pathologies –de la digestion aux maladies auto-immunes. Depuis 2010, elle séduit de plus en plus d’adeptes, en témoigne le congrès annuel à Reims ou à Aix-en-Provence, qui réunit plusieurs centaines de convaincus.
    Le thérapeute s’appuie sur des machines aux airs de Retour vers le futur, branchées sur un PC, pour faire votre bilan. Après quoi, il vous bombarde d’ondes censées agir au niveau cellulaire. Attention: pas question de guérison, mais de prévention. Cette médecine est prédictive. Les praticiens affirment soigner le mal avant même que les symptômes n'apparaissent. Une ambigüité qu’ils concèdent: difficile de dire si le patient a réellement guéri où s’il n’aurait jamais contracté la maladie.
    Des miracles sur fond de technologie
    La thérapeute quantique Jacqueline Jacques en a fait son mode de vie. Cette sexagénaire dispense des formations au SCIO, «Opération d’interface scientifique du corps». [...]
    Quand les dérives guettent
    En France, une entreprise surfe sur la vague: Physioquanta, créée en 2005. Son dirigeant Guillaume Moreau revendique sur son site 1.700 «professionnels de la santé» qui utiliseraient ses produits. La vente de machines quantiques lui a rapporté en 2016 plus de 4 millions d’euros de chiffre d’affaires, un bilan en augmentation de plus de 5% par rapport à l’année précédente.
    Parmi les hits: le Physioscan, qui «repère et corrige les déséquilibres énergétiques»; l’Oligoscan, qui «évalue en un instant minéraux, oligo-éléments, stress oxydatif et métaux lourds»; ou encore le Milta, qui «associe de façon synergique des émetteur lasers, des diodes infrarouges et des diodes RVB, fonctionnant dans un tunnel magnétique». Un programme abscons pour le commun des mortels.
    Des promesses qui ont aussi laissé perplexe l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Depuis fin 2009, une décision a interdit à Physioquanta de faire la publicité de certaines machines. Il a été reproché à l’entreprise de vanter des vertus médicales non prouvées. Contacté à plusieurs reprises, Guillaume Moreau n’a pas donné suite à nos sollicitations.
    Aucun abus signalé
    Pour Serge Blisko, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), il n’existe «aucun médecin ou médicament quantique digne de ce nom». «Des faux praticiens ont lancé ce concept, mais personne n’a été fichu de dire ce que c’était. C’est une vaste fumisterie. Mon point de vue, en tant que président de la Miviludes et médecin, c’est que ce sont des mots qui ne veulent rien dire.»
    Cette Mission surveille du coin de l’œil le colloque quantique annuel dont «beaucoup d’intervenants sont défavorablement connus». La première édition en 2010 a même réuni l’équipe du professeur Luc Montagnier, codécouvreur du sida en 1983 et prix Nobel de médecine en 2008 avec Françoise Barré-Sinoussi. Il s’est par ailleurs illustré le 7 novembre dernier lors d’une conférence-débat au théâtre Michel, à Paris, en imputant la mort subite du nourrisson aux vaccins. «C’est le parfait exemple d’un monsieur très diplômé, extrêmement important dans le monde scientifique, qui a dérivé au fil des années», se désole Serge Blisko. [...]
  • http://cortecs.org/cours/quantoc-lart-daccommoder-le-mot-quantique-a-toutes-les-sauces/ Publié le 29 août 2011 par Richard Monvoisin.
    "Dans cet article seront abordés sommairement quelques éléments des théories quantiques et de leurs avatars pseudoscientifiques, puis une série de concepts physiques plutôt malmenés. Nous aborderons le problème des surinterprétations dont ce domaine est l'objet, puis quelques exemples de détournements idéologiques pouvant avoir des conséquences graves. Enfin, nous tenterons de cerner des responsabilités, et il faudra se rendre à l'évidence que les médias de vulgarisation jouent un rôle non négligeable dans la diffusion de pseudo-information." [...]
    " "Dualité", "incertitude", "inter-cellularité" et "observateur qui peut influer sur la matière" : quatre images très courantes, souvent répétées, et couramment reprises. Quatre images qui se marient très facilement avec d'autres pseudo-médecines : exemple pris chez Jean Louis Garillon, « docteur » en naturopathie. On apprend qu'en vertu de la MQ, matière et onde sont une seule et même chose, et qu'un organe sain émet une vibration précise que la fatigue, le stress ou la maladie viennent dérégler. Or, grâce à la MQ, chaque cellule contient l'information de tout l'organisme. Par conséquent, il suffit d'agir par résonance sur l'organe, grâce à l'aromathérapie, pour redonner la bonne fréquence, réparer les données altérées et ré-harmoniser tout l'organisme. C'est beau comme du Prévert, et c'est raconté en vidéo sur Internet. Mais est-ce vrai ?"
    "Vous pourriez me dire qu'au fond, il ne s'agit que de vendre une panoplie d'outils pseudoscientifiques, de gadgets comme il y en a tant, rien de plus."
    Et pourtant... Tout d'abord, il y a ces fameuses thérapies quantiques, dont on attend les preuves de leur efficacité. Nous savons que dans les cas de maladies graves et rapides, il n'y a guère le temps de faire plusieurs choix thérapeutiques. Aussi vanter une thérapie dont on n'a pas la preuve de la validité peut être synonyme d'aggravation, ou de décès.
    Il y a aussi une mise en garde profonde à faire sur les déviances de type sectaires."
  • http://www.unadfi.org/la-peur-de-l-angoisse-un-marche.html Suite au dossier "La peur de l'angoisse, un marché porteur" du journaliste Olivier Hertel publié en mars 2010 dans Science & Avenir, L'UNADFI commente : [...] l’instrument « incontournable de médecine quantique », le système LIFE de la société XEDE [...]
    Interrogé sur la « médecine quantique », le professeur François Trivin, qui dirige le service de biologie de l’hôpital Saint-Joseph à Paris et qui est vice-président du conseil national de l’ordre des pharmaciens, explique que cette pratique relève de l’exercice illégal de la biologie et de la médecine.
    En France, une trentaine de praticiens dont trois médecins, sont équipés du fameux système LIFE vendu environ 15.000 euros. D’autres matériels concurrents existent, notamment le SCIO d’EPEX pour lequel la FDA, l’administration américaine pour la sécurité des produits alimentaires et de santé, a lancé « une alerte » afin de stopper son importation… Ce qui n’empêche pas sa commercialisation en France. Car le marché de « l’évaluation du stress » est porteur. La société TNR propose ainsi le « Stressomètre Comby », un appareil inventé par un polytechnicien, spécialiste de physique nucléaire…"

Références

  1. http://www.mlm26.eu/IMG/pdf/Article-BUP_21027.pdf
  2. https://www.psiram.com/de/index.php/Ewald_T%C3%B6th
  3. https://www.psiram.com/de/index.php/Bodo_K%C3%B6hler
  4. https://www.psiram.com/de/index.php/Johann_Lechner
  5. https://www.psiram.com/de/index.php/Konstantin_Meyl