MTC

De Psiram

La MTC ou Médecine Traditionnelle Chinoise[1] est une méthode de soin dont la plupart des traitements et des enseignements repose sur la théorie et les effets du Chi (autres orthographes: Ch'i, Ki, Qi), une forme mystique de bioénergie.

Les bases des enseignements de la MTC reposent d'abord sur la manipulation du Chi, supposé être l'énergie vitale de chacun. Il est quasiment impossible de donner une définition du Chi sans mentionner d'une manière ou d'une autre "l'énergie".

Selon la pensée traditionnelle chinoise, le Chi circule dans notre corps d'une manière rythmique, et la plupart des méthodes d'acupuncture ou d'acupression ont recours à la stimulation de points positionnés le long des "méridiens" d'acupuncture à travers lesquels le Chi est supposé circuler. Lorsque quelqu'un manipule un point d'acupuncture, l'explication traditionnelle de n'importe quel effet survenant ensuite est que le flux du Chi a été modifié sous ce point. L'acupuncture fait donc part de la MTC.

Les parties du corps du tigre utilisées dans la MTC. Source All About Tigers Marché noir[2]
Ils ont oublié les dents pour la rage, l'asthme et les ulcères au pénis, la bile pour les crampes chez les enfants, la graisse pour les vomissements, les morsures de chiens, les saignements, les hémorroïdes et les maladies du cuir-chevelu chez les enfants, la peau pour les maladies psychiques, le sang pour la constitution et le renforcement de la volonté.
Ours noir d'Asie tenu captif pour l'extraction de la bile

Rappelons que la MTC se fonde sur des principes élaborés il y a plusieurs milliers d’années, à une époque où les connaissances sur le fonctionnement du corps humain étaient pratiquement inexistantes et que que ces principes n’ont jamais pu être vérifiés; sa pharmacopée contient tout aussi peu de fondements rationnels et comprend des mixtures fantaisistes à base de corne de rhinocéros ou de testicule de tigre.

Rajoutons à cela que, à ce jour, les recherches effectuées sur la MTC (acupuncture et pharmacopée) concluent à l’absence d’effet thérapeutique en dehors de l’effet placebo. Par conséquent, on peut classer sans trop de risque d'erreur la MTC dans la catégorie des médecines alternatives[3].

Réflexions d'Olivier Chacornac (AFIS) au sujet de la MTC

Mettre la MTC à côté de la médecine scientifique moderne risque de donner aux patients l’illusion qu’il s’agit de deux médecines différentes mais équivalentes. Cela revient à donner à la MTC un statut thérapeutique qu’elle ne mérite pas.

De la même manière, proposer des formations à la MTC aux praticiens revient à conférer des vertus thérapeutiques à la MTC. D’ailleurs, L’Université Paris 13 propose déjà un D.U. en MTC. La multiplication de ce type de cursus ne pourrait qu’entretenir la confusion entre médecine et pseudo-médecine, d’autant plus que les études médicales et para-médicales n’incluent pas de formation à l’esprit critique ou aux dangers des pseudo-médecines. [...]

Enfin, ce genre de décision n’est-elle pas le signe que l’irrationalité peut gagner les milieux scientifiques sans distinction du degré de hiérarchie ou d’éducation ? Si une méthode aussi décriée par la science que la MTC est introduite à l’hôpital, ceci en l’absence de justification rationnelle et/ou thérapeutique, que penser du reste des décisions de politique médicale de l’institution hospitalière ? Verrons-nous un jour à l’hôpital d’autres thérapeutiques mystiques comme le reïki ou la thérapie par les cristaux ?

Liens externes

  • * http://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/acuponc.html Article Méfiez-vous de l'Acuponcture, du Qigong, et de la "Médecine chinoise", auteur Stephen Barrett, créateur du site Quackwatch. Dernière mise à jour de la version française de l'article le 18 mai 2011. Il existe une version plus récente, mais seulement en anglais.

Références

  1. http://www.charlatans.info/chinoiseries.shtml Article Médecine traditionnelle chinoise A la recherche du Ch'i.
  2. http://allabouttigers.voila.net/marche_noir.htm
  3. http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1360 La médecine traditionnelle chinoise fait son entrée dans les hôpitaux parisiens. Par Olivier Chacornac
cet article est une ébauche