Argent colloïdal

De Psiram

L'argent colloïdal (KS, en anglais colloidal silver) est la dispersion liquide d'argent élémentaire ou de composés d'argent difficilement solubles de toutes sortes. L'argent colloïdal est utilisé en médecine externe avec des antibiotiques pour prévenir les infections de la peau en cas de brûlures. Le mécanisme d'action est basé sur l'effet oligodynamique des métaux, ce qui est particulièrement évident dans les métaux lourds tels que l'argent ou le cuivre. En médecine alternative, par contre, il lui est fait de la publicité en tant que remède à ingérer pour grande variété de maladies, souvent via des réseaux dits de MLM (Multilevel Marketing). Toutefois, les conditions légales pour ce faire manquent en Allemagne, mais aussi dans d'autres pays. Il n'y a aucune indication connue pour l'ingestion d'argent colloïdal et il n'existe pas de rapports indépendants et publiés d'un effet positif possible sur les humains. Cependant, les conditions légales nécessaires pour ce faire manquent en Allemagne, mais aussi dans d'autres pays. Il n'y a pas d'indication connue pour l'utilisation interne de l'argent colloïdal et il n'existe pas de rapports indépendants et publiés sur un effet positif possible sur les humains.

Chimie de l'argent colloïdal

Dans les colloïdes d'argent courants, les tailles de particules sont comprises entre 1 nm et 100 nm. Les solutions colloïdales se situent entre les vraies solutions et les suspensions, il leur manque les propriétés colligatives des solutions telles que la pression osmotique, l'augmentation du point d'ébullition et la réduction du point de congélation. Les particules colloïdales portent généralement des charges adsorbées, c'est pourquoi elles peuvent être séparées par électrophorèse dans un champ électrique. Elles peuvent précipiter ou se gélifier dans certaines conditions. La dispersion de très petites particules crée une grande surface effective qui favorise l'effet oligodynamique.

Production

Moulin colloïdal
Appareil pour une production personnelle

L'argent colloïdal était auparavant produit dans des moulins colloïdaux par broyage mécanique. Récemment des procédés électrochimiques et purement chimiques sont imposés. Dans les procédés électrolytiques, des ions cuivre sont souvent rajoutés en synergie en utilisant des électrodes de cuivre ou du peroxyde d'hydrogène pour renforcer un effet (électrolyse cuivre-argent). L'argent colloïdal peut être produit par prescription dans les pharmacies, d'autre part, il peut aussi être fabriqué par des profanes avec des appareils disponibles sur le marché. Cependant, la concentration d'argent obtenue est alors difficile à déterminer et doit généralement être estimée. Parfois, des instruments supplémentaires sont proposés qui prétendent pouvoir mesurer la concentration d'argent en mesurant la température et la conductivité. Cependant, comme les colloïdes préparés par voie électrochimique sont constitués d'un mélange inconnu d'argent ionique et non ionique, la relation entre la concentration d'argent (sous forme colloïdale) et la conductivité est difficile à déterminer. Cependant, en raison d'autres influences (chim. la composition ou la pureté de la source d'argent, la qualité de l'eau utilisée), ce n'est, en fin de compte, pas très sérieux et un examen indépendant (dans toutes les circonstances possibles) de ces procédés n'a pas encore eu lieu. Une autre méthode tente de calculer la concentration en argent obtenue sur la quantité de charge qui a traversé les électrodes. En raison du rapport de mélange inconnu entre la fraction ionique et non ionique et du rendement électrique de l'électrode inconnu, cette méthode ne fonctionne pas non plus de manière fiable.

Posologie dans le domaine pseudo-médical

Théoricien du complot et truther Alexander Benesch lors d'une démonstration de production d'argent colloïdal sur la chaîne télé Infokrieg.tv [1]

Les recommandations des fournisseurs individuels (principalement des réseaux MLM) sur la quantité d'argent colloïdal à ingérer diffèrent largement et sont manifestement contradictoires. Certains fournisseurs conseillent de prendre des quantités qui sont en dessous de l'apport quotidien en argent naturel d'une alimentation classique; d'autres veulent en revanche que leurs clients suivent le principe de «beaucoup aide beaucoup» et recommandent 10 000 ppm de colloïdes pour contrer la faible absorption et la dilution subséquente dans l'organisme et pour obtenir néanmoins des concentrations élevées dans le corps. Un heilpraktiker de Cologne effectue apparemment des perfusions de 2 000 ppm de colloïdes d'argent. Ces dernières années, il y a eu et continue d'y avoir des disputes acharnées entre divers fournisseurs d'argent colloïdal au sujet des clients et des produits concurrents, en particulier aux États-Unis. Les vendeurs, qui vendent ostensiblement des ions d'argent, combattent notamment les concurrents qui prétendent offrir des particules colloïdales pures d'argent élémentaire. La prétendue réaction de Herxheimer (Jarisch-Herxheimer R.) citée par certains vendeurs d'argent colloïdal n'a pas été scientifiquement décrite. Herxheimer est un diagnostic difficile à faire par des médecins expérimentés en clinique. D'autre part, des symptômes similaires à ceux de Herxheimer ont été décrits après une administration d'un pur placebo. De plus, une réaction d'Herxheimer ne se produit généralement que dans la lutte efficace contre certains germes, en particulier les spirochètes (syphilis, maladie de Lyme). Certains fournisseurs d'argent colloïdal recommandent de prendre du jus de citron, du poivre de Cayenne ou du peroxyde d'hydrogène.

En raison de la faible résorption (absorption) orale d'environ 10% (90% aboutissent dans les toilettes via le tube digestif, 10% sont absorbés et pénètrent dans le sang) et en raison de l'effet de dilution, avec les faibles concentrations et les quantités habituellement trouvées dans la médecine alternative, aucune concentration suffisante pour un effet oligodynamique pertinent n'est généralement atteint. De plus, l’effet oligodynamique ne fait pas la distinction entre les germes pathogènes et non pathogènes (inoffensifs) ou les symbiotes qui sont endommagés ou inactivés. Par contre, pour atteindre des doses plus élevées, il faudrait absorber des quantités toxiques ou comportant le risque de formation d'une argyrie permanente (coloration grise de la peau).

Germes résistants à l'argent

En principe, on peut faire la distinction entre les germes sensibles à l'argent, moins sensibles et les germes résistants à l'argent (ou résistants aux métaux lourds / heavy metal resistance). À l'origine, les germes sensibles à l'argent peuvent devenir résistants après un contact avec l'argent, ce qui est généralement nié avec véhémence dans les rangs de partisans de l'argent colloïdal. Il n'est pas nécessaire que le développement de la résistance ait été causé par une mutation. [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] Il est souvent fait de la publicité à l'argent colloïdal avec le pseudo-argument qu'il empêche la formation de résistance et est donc une alternative aux antibiotiques. La résistance à l'argent de micro-organismes a été prouvée dans des filtres à eau et chez des victimes de brûlures dont la peau avait été traitée avec des agents contenant de l'argent. En 1976, 13 des 15 patients, qui avaient été infectés par une souche de germes résistante à l'argent, l'Enterobacter cloacae, sont morts d'une septicémie dans un service pour brûlés. Après les décès, tout le département de l'hôpital américain a été temporairement fermé. Les résistances à l'argent favorisent également des résistances aux antibiotiques; le mécanisme de résistance peut être échangé entre différentes espèces de bactéries ou au sein d'une même espèce par l'intermédiaire de plasmides. Ce genre de résistances causent des problèmes similaires à ceux des bactéries résistantes aux antibiotiques. Comme l'argent est également contenu dans les amalgames dentaires, les bactéries près des dents ou sur les dents (p. ex. entérobactéries) peuvent développer une résistance par contact continu avec de l'argent à faible dose.

Marketing et publicité

Publicité typique. Il est écrit en allemand:
Argent colloïdal
L'antibiotique à large spectre, naturel, fiable.
Thématisation des effets secondaires de l'argyrie dans la publicité pour l'argent colloïdal. L'effet secondaire est appelé "cosmétique" et curable, bien qu'aucune thérapie efficace ne soit connue.

L'argent colloïdal est commercialisé de manière agressive via des réseaux MLM (multi level marketing / vente multiniveau) en Allemagne et dans d'autres pays, bien qu'il soit inadapté et inefficace pour les usages prônés. Les risques possibles pour la santé sont soit niés par les vendeurs de MLM (souvent inexpérimentés), soit inconnus d'eux en raison d'un manque d'expertise. Non seulement l'argent colloïdal est commercialisé, mais souvent aussi des appareils et des accessoires pour l'auto-production électrique de l'argent colloïdal.

On trouve également de la publicité pour l'argent colloïdal sur les pages web du blog MMnews de Michael Mross [10]

Situation juridique

Benedikt Buchner sur ZDF
Produit Vitasilver controversé
Déclaration de l'entreprise Vitasilver
Mise en garde de l'autorité sanitaire suisse FOPH contre l'appareil "Pocket Silver" pour la production personnelle d'argent colloïdal (février 2013 à la suite d'un cas d'argyrie dans la région de Bâle).

L'argent colloïdal est commercialisé légalement dans certains pays sous le nom de "OTC over the counter", littéralement « par-dessus le comptoir », c.-à-d. des médicaments qui ne nécessitent pas de prescription ou d'ordonnance [11], parmi ceux-ci il y a des médicaments, par ex. l'aspirine, le doliprane, etc, mais aussi les compléments alimentaires. C'est au titre de complément alimentaire que l'argent colloïdal a été vendu en Europe, donc en France, jusqu'au 30 novembre 2009, date à laquelle "le minéral argent ne fait désormais plus parti de la liste des compléments alimentaires autorisés à la commercialisation (voir règlement CE 1170/2009). En effet, depuis cette date, il n'est plus possible de vendre comme complément alimentaire les produits qui ne sont pas mentionnés sur cette liste, et vous l'aurez deviné, l'argent colloïdal ne fait pas partie des heureux élus.". Il y a une "vieille" autorisation de 1938 aux USA. En Allemagne, selon l'expertise du Bundesinstitut für Arzneimittel und Medizinprodukte (BFARM), l'argent colloïdal est un médicament conformément aux dispositions de la loi sur les médicaments. C'est pourquoi il ne peut pas/plus être proposé en tant que complément alimentaire ou Experimentierwasser (eau expérimentale).[12] Selon l'article 13 de la loi sur les médicaments, la production dépend également de l'octroi d'une autorisation / approbation. Selon Benedikt Buchner de l'Institut für Gesundheits- und Medizinrecht der Universität Bremen (IGMR) (Institut pour la santé et le droit médical de l'Université de Brême), les appareils pour la production d'argent colloïdal (générateurs d'argent) doivent également être classés comme des médicaments et considérés comme une forme d'administration d'argent colloïdal. [13] L'approbation / autorisation en tant que médicament impliquant des essais cliniques est apparemment évitée par les distributeurs en Allemagne en raison des coûts élevés (et de l'inefficacité possible). Il n'est pas approuvé / autorisé en tant que médicament en Allemagne. Cependant, il est toujours proposé en tant que complément alimentaire (sans valeur nutritive) ou en tant que Pflanzenschutzmittel (produit phytosanitaire) ou Experimentierwasser (eau expérimentale). En tant que complément alimentaire, il serait légalement considéré comme un aliment et relèverait automatiquement du Code civil [14] de 2005. Cependant, il est toujours proposé en tant que complément alimentaire (sans valeur nutritive) ou en tant que Pflanzenschutzmittel (produit phytosanitaire) ou Experimentierwasser (eau expérimentale). En tant que complément alimentaire, il serait juridiquement considéré comme une denrée alimentaire et relèverait automatiquement du Lebensmittel- und Futtermittelgesetzbuch – LFGB (Code des aliments, des produits de base et des aliments pour animaux - LFGB) [15] [16] du 7 septembre 2005. En outre, il est soumis à l'Ordonnance sur les suppléments nutritionnels - NemV de 2004 [17] qui contient une liste des substances autorisées à l'annexe 1. L'argent ne figure pas sur cette liste. Par conséquent, il y a eu de nombreuses enquêtes, avertissements et mandats de perquisition dans ce contexte. Au cours de l'enquête de la rédaction de l'émission WISO de ZDF en février et mars 2008 [18] le fournisseur allemand de générateurs d'argent appelés Vitasilver a été confronté au fait que les produits proposés sont des médicaments. Vitasilver a réagi en supprimant immédiatement son site Web et a mis fin à la vente. Sur eBay USA, il n'y a pas d'argent colloïdal à vendre; en Allemagne, il y a eu des procédures préliminaires et des saisies chez les vendeurs sur eBay.

Le seul médicament fini disponible et autorisé en Allemagne contenant de l'argent colloïdal (250 mg Ag / 100 g) est le Gastrarctin N (R) de la pharmacie Serumwerk Bernburg AG (ex-RDA). Indication : Antiseptique gastro-intestinal. La notice d'emballage met en garde : Le médicament n'est pas destiné à une utilisation à long terme (risque de dépôt d'argent dans la peau et les muqueuses). La dose quotidienne maximale est de 80 gouttes, ce qui correspond à 0,04 * 80 grammes, soit 3,3 grammes. Cela correspond de nouveau à un maximum de 8 mg d'argent par jour. Dans le passé, les patients qui prenaient de la Gastrarctine N avaient comme effets secondaires de l'Argyrisme / Argyrie (coloration gris-bleu de la peau). [19] En dehors de la Gastrarctine N, seuls les remèdes homéopathiques contenant de l'argent colloïdal fortement dilués sont encore sur le marché. Comme toutes les préparations homéopathiques, du fait de leur forte dilution, ces préparations homéopathiques ne nécessitent pas d'approbation.

La FDA américaine a décidé en 1999 que l'argent colloïdal ne peut être considéré comme un produit-OTC [produits de comptoir (OTC = over the counter) pouvant être vendus sans presciption ou ordonnance] sûr aux États-Unis (citation : "[. . . ] ne sont généralement pas reconnus comme sûrs et efficaces et sont mal étiquetés". [20] [21] [22] La FDA signale sur l'une de ses pages [23] une sentence de quatre mois pour la vente illégale d'argent colloïdal : "U.S. c. Diane Eckert-Kunick, n ° MG-F-02-2093 (E.D. Cal.). En 1996, Diane Eckert-Kunick et ses parents ont formé New Gaia Products ("NGP"). La société a fabriqué, distribué et vendu des compléments alimentaires, notamment de l'or colloïdal, de l'argent colloïdal et du titane colloïdal. Eckert-Kunick a également distribué de la documentation promotionnelle affirmant que les produits NGP guérissaient le cancer, l'arthrite rhumatoïde et les maladies cardiaques. En avril 2002, Eckert-Kunick a été reconnu coupable d'avoir introduit de nouveaux médicaments non approuvés dans le commerce inter-États. Elle a été condamnée à quatre mois d'emprisonnement dans un centre correctionnel communautaire." Et ajoute: "Produits à base d'argent colloïdal : Ces produits sont promus en tant qu'alternatives aux antibiotiques destinés aux maladies infectieuses graves. Ils sont également promus pour protéger contre l'anthrax. L'argent colloïdal est complètement inefficace. Il est commercialisé pour être utilisé par des enfants et peut entraîner des conséquences indésirables graves, y compris l'argyrisme (décoloration de la peau bleu-gris causée par l'ingestion d'argent). Cette affection est irréversible.

En décembre 2011, le pharmacologue hambourgeois Thomas Eschenhagen de l'Hôpital universitaire de Hambourg-Eppendorf a exigé l'interdiction de l'utilisation interne de l'argent colloïdal à la télévision allemande ARD. [24]

Effets secondaires : Argyrie et Argyrose

Photo d'un homme (Paul Karason/USA) qui a bu pendant longtemps de l'argent colloïdal et a été atteint d'Argyrie
Paul Karason présentant son "KS-Generator" (générateur d'argent colloïdal) sur CNN
Paul Karason avec une amie
Photo de Rosemary Jacobs (à gauche) qui, après ingestion dans son enfance, a été atteinte d'Argyrie
Stan Jones après prise de KS (argent colloïdal) qu'il a produit lui-même

Un grand nombre de personnes qui dans le passé avait pris de l'argent colloïdal dans l'espoir d'un succès thérapeutique ont été atteintes de la maladie de peau Argyrie (ancienne dénomination Argyriasis, du grec Argyron, anglais Argyria ; voir aussi Auriasis ou Chrysiasis / Surcharge conjonctivale par de l'or), dans laquelle la peau devient bleu-gris pour toujours (c'est-à-dire pour la vie) - surtout dans les zones de la peau qui avaient été exposées à la lumière du soleil. Le terme argyrie remonte au médecin allemand Johann Abraham Albers de Brême, qui a introduit le terme en 1816 [25] et a été utilisé plus tard par Fuchs en 1840. L'Argyrose est le terme utilisé pour décrire le changement de couleur local, généralement dans la région de l'œil. L'argyrie appartient à la dyschromie (chromatose) de la peau. En particulier ces dernières années, de nombreuses personnes souffrent d'argyrisme dû à l'ingestion d'argent colloïdal autoproduit à l'aide de générateurs d'argent. Il n'existe pas de traitement pour ces maladies [26]. Le développement de l'argyrie par l'argent colloïdal est volontiers nié par les fabricants et les distributeurs. Malheureusement, la liste des études scientifiques publiées sur le sujet est longue ; on sait par des articles dans les revues médicales ou les media qu'une multitude de personnes, après avoir pris de l'argent colloïdal, ont été atteintes d'une argyrie permanente. Il s'agit notamment de l'américaine Rosemary Jacobs [27] [28], du candidat américain au Sénat Stan Jones [29] ou de Paul Karason (1951-2013). Karason a produit électrochimiquement de l'argent colloïdal à la maison à l'aide d'eau distillée et d'électrodes en argent pur par voie électrochimique [30], tout comme il est recommandé par les fabricants d'appareils du pays et de l'étranger.

En 2013, un cas d'Argyrie a été signalée aux environs de Bâle (Baselbiet), rapportée par plusieurs journaux suisses. [31] [32] [33] [34] La personne atteinte de cancer, R. B., avait pris un verre d'eau d'argent (le mot allemand Silberwasser est un synonyme de Kolloidales Silber) deux fois par jour pendant cinq ans, espérant se remettre d’un cancer. Il y a un an et demi, sa femme a remarqué une coloration bleue de sa peau pour la première fois. Après qu'un laboratoire ait trouvé une teneur en argent du sang 200 fois supérieure à la normale, les services sanitaires ont été alertés. En raison du risque pour la santé, l'appareil utilisé par la personne concernée pour la production interne d'argent colloïdal (Pocket Silver) a été interdit de vente, et l'affaire a conduit vers le Liechtenstein où se trouve le siège de la société de vente. Dans ce contexte, la société suisse silverlife [35], la société Intermeba (Markus Burkhalter) ainsi que Liechtensteiner Intermeba (Treufid Trust, Luzia Büchel) ont été mentionées. Treufid Trust a été contacté par les autorités et a cessé de vendre Pocket Silver. L'Office fédéral de la santé publique suisse (OFSP) a publié un avertissement concernant l'appareil "Pocket Silver - Make Your Own Colloid" [36]. L'Office fédéral de la santé publique (en allemand Schweizer Bundesamt für Gesundheit) déconseille fortement l'utilisation de l'appareil "Pocket Silver - make your own colloide" [37] :

"Ce produit, qui enrichit l'eau potable avec des ions d'argent, peut endommager la peau ou la vue.
L'appareil "Pocket Silver", vendu sur Internet et dans des magasins spécialisés, permet d'enrichir l'eau de boisson ou l'eau minérale avec de minuscules particules d'argent en suspension. La consommation de cette eau modifiée peut entraîner "des dépôts de sel d'argent dans la peau, les muqueuses et différents organes", notamment les reins et les yeux.
La peau des personnes ayant consommé de cette eau peut prendre une couleur gris ardoise irréversible. Leur vue peut également en être affectée. En conséquence, l'OFSP déconseille fortement l'emploi de cet appareil. Il recommande aux personnes l'ayant utilisé et qui ont constaté l'apparition des symptômes de consulter un médecin."

Causes scientifiquement prouvées de l'Argyrie par des substances contenant de l'argent :

  • Argent colloïdal : Il s'agit de nombreux cas documentés depuis le début du XXe siècle, lorsque les effets secondaires étaient inconnus et que les antibiotiques n'étaient pas encore disponibles. De plus, il y a des cas plus récents puisque l'argent colloïdal a été de plus en plus souvent présenté comme une médecine alternative prétendument inoffensive. [38] [39] [40] [41] [42] [43] [44] [45] [46] [47] [48]
  • Poussière d'argent dans les mines et dans le traitement de l'argent [49]
  • Amalgames d'argent dans les plombages dentaires [50]
  • Nitrate d'argent (également pour la prophylaxie de la crede) [51] [52]
  • Protéine d'argent [53] [54]
  • Vaporisateurs nasaux contenant de l'argent [55]
  • Sulfadiazine d'argent: [56] [57]
  • Par une préparation à base de plantes contenant de l'argent: [58]
  • Par un contact professionnel avec l'argent dans le développement de photos [59]
  • Aiguilles d'acupuncture en argent [60] [61] [62] [63]

L'argyrie peut aussi causer une décoloration précoce des ongles, habituellement les lunules. Dans de rares cas, les cheveux sont également affectés. Dans certains cas, les patients sont considérés comme "cyanotiques" (trop peu d'oxygène dans le sang), ce qui peut conduire à un mauvais diagnostic. La maladie peut aussi être confondue avec la maladie d'Addison.

Le problème avec l'Argyrie, c'est qu'il n'y a pas de thérapie et selon les connaissances actuelles - une fois qu'elle s'est produite - elle ne disparaît plus et ne peut plus être inversée thérapeutiquement. Elle peut lourdement stigmatiser les personnes affectées et représente un problème cosmétique permanent. Il s'agit donc d'un processus irréversible.

D'autres effets sur la santé des personnes touchées par l'Argyrie sont peu connus. Il existe des preuves de lésions rénales possibles et de cécité nocturne dans les cas d'Argyrie (nyctalopie). L'argyrose (sur l'œil) s'est produite en particulier lorsque la cornée a été blessée au contact de substances contenant de l'argent. [64] Le terme Argyémie (all. Argyrämie, engl. Argyremia) est apparemment obsolète et n'est plus utilisé. L'Argyrie, ces derniers temps, est devenue plus rare. L'Argyrie n'est pas un désordre métabolique de stockage / thésaurismose et n'est pas une réaction allergique.

  • Exemples de l'utilisation négligente du terme d'Argyria: Souvent, les vendeurs d'argent colloïdal ne prennent pas la peine de vérifier l'orthographe de cette maladie. Il en résulte des fautes d'orthographe grotesques. L'Agryreia est une plante et L'Agyrie est un trouble neurologique génétique qui n'a rien à voir avec l'Argyrie induite par de l'argent. Les sites de publicité allemands (et français) pour l'argent colloïdal peuvent être différenciés en "pages-Argyrie" et "pages-Agyrie" ainsi que en "pages-colloïdales" et "pages-collodiales". On trouve curieusement souvent les "sites Agyrie" sur les sites pseudo-scientifiques "Hulda Clark". Il n'est pas question ici de fautes de frappe, mais d'une orthographe qui reste la même dans un article. Le phénomène est international. (Une recherche Google pour "collodial silver" donne plus de 5 400 résultats)
  • Les Argyriens sont-ils à sang bleu ? Parfois, les pages publicitaires pour l'argent colloïdal commercial suggèrent que le terme sang bleu pour les aristocrates est associé à l'utilisation d'argenterie ou de couverts dans les cercles aristocratiques. Cependant, aucune preuve n'en est fournie ; l'utilisation répandue de couverts contenant de l'argent dans toutes les couches de la population aujourd'hui et le manque correspondant d'Argyria s'opposent à une telle hypothèse. Il n'y a pas non plus d'études scientifiques qui prouvent un seul cas d'argyrie par l'utilisation de l'argenterie. Le fait est, cependant, que l'expression sang bleu dérive de l'expression espagnole sangre azul qui qualifiait il y a des siècles les aristocrates qui n'avaient pas à travailler physiquement au soleil en Espagne à l'époque et qui avaient donc une couleur de peau pâle sur laquelle les veines bleues chatoyantes sont nettement plus visibles. L'expression "Sangre azul", par la suite, a qualifié d'une manière générale tous les aristocrates.

Situation en France

Le problème ne semble pas beaucoup intéresser les autorités sanitaires en France, on trouve juste un petit article sur le journal des pharmaciens très hésitant entre pourquoi pas et peut-être pas (puisque interdit), mais remarquant qu'Internet regorge en revanche de solutions contenant de l’argent plus ou moins concentré préconisées pour l’usage externe mais qu’il serait tentant pour un patient d’ingérer [tiens donc !]. En effet, l’argent colloïdal, présenté comme naturel et non toxique par ses promoteurs, bénéficie d’une excellente réputation. Il serait actif contre des dizaines de pathogènes, virus, bactéries ou champignons (Candida albicans, streptocoques, herpès...). Puis l'article épingle un site vendeur "Ce discours est entretenu par des vendeurs de produits à base d’argent, comme l’Institut Katharos [d'Aix-en-Provence, proposant un dosage concentré à 40 ppm], qui se plaignent de son interdiction dans les compléments alimentaires depuis 2009 en Europe ..." [65]

Et les propositions d'appareils (dont le Pocket Silver ci-dessus mentionné), d'argent colloïdal tout préparé et des articles vantant les vertus supposées du produit dans des journaux de santé alternative continuent à fleurir sur Internet.

Valeurs limites pour l'argent

Pour les adultes, des concentrations d'argent de 0-3 nmol/l sont considérées comme des valeurs normales dans le sang. Avec une simple détermination de la concentration, il n'est pas encore possible de conclure à une toxicité pour l'organisme ou le métabolisme, car cela dépend essentiellement de l'état physico-chimique de l'argent (élémentaire, colloïdal, taille des nanoparticules, forme d'oxydation, complexe ionique). Chez l'homme, un apport total de 1 000 mg d'argent peut entraîner les premiers symptômes de l'argyrie.

Selon le §11 de l'ordonnance allemande sur l'eau potable, la concentration maximale admissible d'argent après traitement de l'eau est de 0,080 mg/l. La limite de l'OMS est de 0,1 mg/l. Ceci est particulièrement important lors de l'utilisation de filtres à eau potable, car le lavage des composés d'argent dans l'eau potable traitée est intentionnel afin d'obtenir un effet de conservation à plus long terme. Il n'y a pas de valeur limite pour l'utilisation comme colorant alimentaire (E 174), par exemple pour la décoration de chocolats.

Liens externes

  • https://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/argcoll.php L'argent colloïdal: risque sans bénéfice de Stephen Barrett (français)
  • https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/PhonyAds/silverad.html Stephen Barrett: Colloidal Silver: Risk Without Benefit.quackwatch.org, 17. August 2005
  • http://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/lyme.html Dans l'article Lyme Disease: Questionable Diagnosis and Treatment de Edward McSweegan, un paragraphe est consacré à l'argent colloîdal:
    Many colloidal silver and silver salt preparations have been touted as cures for AIDS, chronic fatigue, herpes, TB, syphilis, lupus, malaria, plague, acne, impetigo, and many other diseases. Lyme disease is just the latest target. A 1996 Federal Register notice stated the "FDA is not aware of any substantial scientific evidence that supports the use of . . . colloidal silver ingredients or silver salts for these disease conditions." The same notice stated that "human consumption of silver may result in argyria—a permanent ashen-gray or blue discoloration of the skin, conjunctiva, and internal organs". Despite these warnings, some websites devoted to Lyme disease or colloidal silver products display misleading reports about laboratory experiments in which colloidal silver killed spirochetes. One such report is a letter from Dr. Burgdorfer, the discoverer of the Lyme spirochete. The letter merely reports on a pilot study using colloidal silver to kill spirochetes in a test tube and states that additional laboratory and human studies are underway. Many silver and Lyme advocates have used the letter to suggest that colloidal silver has been proven effective against Lyme disease. However, no study has shown that colloidal silver is safe or effective for treating people with Lyme disease (or anything else).
  • Therapeutic Goods Administration (TGA): Colloidal silver & related products 26 March 2004
  • National Center for Complementary and Alternative Medicine (NCCAM): Colloidal Silver Products Updated September 2014

Vidéo

Article de Psiram dans d'autres langues

Références

  1. https://www.psiram.com/de/index.php/Recentr
  2. http://www.spektrum.de/news/nicht-genetische-resistenz-gegen-nanosilber/1523853
    Traduction google:
    Les agents pathogènes peuvent se protéger des nanoparticules d'argent antibactériennes simplement en produisant plus d'une protéine commune. La protéine flagelline, constituée de flagelles, avec laquelle de nombreuses bactéries se déplacent, provoque l'agglutination de l'argent colloïdal. La résistance évolue sans changements génétiques, comme le rapporte un groupe de recherche dirigé par Radek Zbořil de l’Université Palacký d’Olomouc en République tchèque dans Nature Nanotechnology . Dans les expériences, le groupe de travail a placé deux souches de la bactérie intestinale Escherichia coli ainsi que l'agent pathogène souvent multirésistant et à l'échelle de l'hôpital Pseudomonas aeruginosafaibles concentrations de nanosilver. Après seulement quelques cycles de croissance, les bactéries sont devenues de plus en plus résistantes aux nanoparticules et ont développé une résistance complète au cours de l'expérience. Les nanoparticules d'argent sont utilisées dans de nombreux produits et dispositifs médicaux. Les experts discutent des résistances possibles depuis des années.
  3. Herbert S. Rosenkranz, Joe E. Coward, Theodore J. Wlodkowski, and Howard S. Carr, Properties of Silver Sulfadiazine-Resistant Enterobacter cloacae, Antimicrob Agents Chemother. 1974 February; 5(2): 199–201. (PMCID: PMC428945)
  4. McHugh GL, Moellering RC, Hopkins CC, Swartz MN., Salmonella typhimurium resistant to silver nitrate, chloramphenicol, and ampicillin., Lancet. 1975 Feb 1;1(7901):235-40
  5. Li XZ, Nikaido H, Williams KE. Silver-resistant mutants of Escherichia coli display active efflux of Ag+ and are deficient in porins. J Bacteriol. 1997 Oct;179(19):6127-32. [1]
  6. Hendry AT, Stewart IO. Silver-resistant Enterobacteriaceae from hospital patients. Can J Microbiol. 1979 Aug;25(8):915–921.
  7. Modak SM, Fox CL., Jr Sulfadiazine silver-resistant Pseudomonas in Burns. New topical agents. Arch Surg. 1981 Jul;116(7):854–857.
  8. Starodub ME, Trevors JT. Silver resistance in Escherichia coli R1. J Med Microbiol. 1989 Jun;29(2):101–110.
  9. Starodub ME, Trevors JT. Silver accumulation and resistance in Escherichia coli R1. J Inorg Biochem. 1990 Aug;39(4):317–325.
  10. https://www.psiram.com/de/index.php/Michael_Mross
  11. https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9dicament_en_vente_libre
  12. Gutachten des Bundesamt für Arzneimittel und Medizinprodukte, Sendung WISO (ZDF) am 3. März 2008
  13. Angaben des Rechtswissenschaftlers Benedikt Buchner vom Institut für Gesundheits- und Medizinrecht der Universität Bremen (IGMR), zitiert in: Sendung WISO (ZDF) vom 3. März 2008
  14. http://www.gesetze-im-internet.de/lfgb
  15. http://www.gesetze-im-internet.de/lfgb
  16. https://de.wikipedia.org/wiki/Lebensmittel-_und_Futtermittelgesetzbuch
  17. http://www.gesetze-im-internet.de/nemv
  18. http://wiso.zdf.de/ZDFde/inhalt/25/0,1872,1001625,00.html?dr=1
  19. Stadie V, Marsch WC. Argyria--an almost-forgotten dyschromia. J Dtsch Dermatol Ges. 2004 Feb;2(2):119-22
  20. http://homepages.together.net/~rjstan/finalrule.html
  21. http://www.fda.gov/Drugs/DevelopmentApprovalProcess/DevelopmentResources/Over-the-CounterOTCDrugs/StatusofOTCRulemakings/ucm071111.htm
  22. http://www.fda.gov/AnimalVeterinary/NewsEvents/CVMUpdates/ucm127976.htm
  23. http://www.fda.gov/oc/nutritioninitiative/report.html
  24. ARD "Mittagsmagazin", 20.12.2011
  25. Albers JA, "Observations on a change of colour in the skin, produced by the internal use of the nitrate of silver," Medico-chirurg. Trans., 1816, 7, 284.
  26. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19729504?ordinalpos=1&itool=EntrezSystem2.PEntrez.Pubmed.Pubmed_ResultsPanel.Pubmed_DefaultReportPanel.Pubmed_RVDocSum Unintentional silver intoxication following self-medication: an unusual case of corticobasal degeneration. Stepien KM, Morris R, Brown S, Taylor A, Morgan L. Ann Clin Biochem. 2009 Sep 3. [...] The most notable feature is a grey-blue discoloration of the skin, argyria, although harmful effects on the liver and kidney may be seen in severe cases. Neurological symptoms are an unusual consequence of silver toxicity. So far no effective treatment has been described for this metal overdose.
  27. https://rosemaryjacobs.com/rose1.html
  28. https://rosemaryjacobs.com/rose2.html
  29. http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/2297471.stm
  30. http://today.msnbc.msn.com/id/23030062/ [...] Colloidal silver is a suspension of silver in a liquid base — in this case, distilled water. Karason makes it himself by running an electrical current through water with a piece of silver in it, a process called electrolysis [...]
  31. http://bazonline.ch/basel/land/Silberwasser-macht-Baselbieter-blauviolett/story/17187110
  32. http://www.20min.ch/finance/news/story/Zu-viel-Silber-macht-krank-und-blau-12466342
  33. http://www.bzbasel.ch/schweiz/bund-warnt-vor-geraet-zur-anreicherung-von-trinkwasser-126118427
  34. http://www.schwyzerzeitung.ch/nachrichten/schweiz/schweiz-sda/Warnung-vor-silberhaltigem-Trinkwasser;art46447,241455
  35. Silverlife
    Friedrich Schöb
    silverlife.ch
  36. http://silicium.blogspirit.com/archive/2013/02/25/mise-a-l-index-du-pocket-silver-par-office-federal-de-la-san.html
  37. http://www.bag.admin.ch/aktuell/00718/01220/index.html?lang=de&msg-id=47895
  38. Chang AL, Khosravi V, Egbert B. A case of argyria after colloidal silver ingestion. J Cutan Pathol. 2006 Dec;33(12):809-11
  39. Kalouche H, Watson A, Routley D. Blue lunulae: argyria and hypercopprecaemia. Australas J Dermatol. 2007 Aug;48(3):182-4
  40. Baker CD, Federico MJ, Accurso FJ. Case report: skin discoloration following administration of colloidal silver in cystic fibrosis. Curr Opin Pediatr. 2007 Dec;19(6):733-5
  41. Rhee DY, Chang SE, Lee MW, Choi JH, Moon KC, Koh JK. Treatment of argyria after colloidal silver ingestion using Q-switched 1,064-nm Nd:YAG laser. Dermatol Surg. 2008 Oct;34(10):1427-30. Epub 2008 Jul 24
  42. Kim Y, Suh HS, Cha HJ, Kim SH, Jeong KS, Kim DH. A case of generalized argyria after ingestion of colloidal silver solution. Am J Ind Med. 2009 Mar;52(3):246-50
  43. Brandt D, Park B, Hoang M, Jacobe HT. Argyria secondary to ingestion of homemade silver solution. J Am Acad Dermatol. 2005 Aug;53(2 Suppl 1):S105-7.
  44. Akhil Wadhera, Max Fung. Systemic argyria associated with ingestion of colloidal silver. Dermatology Online Journal 11 (1): 12 (2005)
  45. Tóth, Veronika · Marschalkó, Márta · Hársing, Judit · Kárpáti, Sarolta. Grayish discoloration of the face - argyria. Orvosi hetilap, 8.8.2009
  46. Stepien KM, Morris R, Brown S, Taylor A, Morgan. Unintentional silver intoxication following self-medication: an unusual case of corticobasal degeneration.L. Ann Clin Biochem. 2009 Sep 3.
  47. Kwon HB, Lee JH, Lee SH, Lee AY, Choi JS, Ahn YS., A case of argyria following colloidal silver ingestion., Ann Dermatol. 2009 Aug;21(3):308-10. Epub 2009 Aug 31. [2]
  48. Chung IS, Lee MY, Shin DH, Jung HR, Three systemic argyria cases after ingestion of colloidal silver solution, Int J Dermatol. 2010 Oct;49(10):1175-7. doi: 10.1111/j.1365-4632.2009.04380.x.
  49. Cho EA, Lee WS, Kim KM, Kim SY. Occupational generalized argyria after exposure to aerosolized silver. J Dermatol. 2008 Nov; 35(11):759-60
  50. Amal-tattoo-kli.jpg
  51. Lee SM, Lee SH. Generalized argyria after habitual use of AgNO3. J Dermatol. 1994 Jan;21(1):50-3
  52. http://www.ispub.com/ostia/index.php?xmlFilePath=journals/ijd/vol1n2/argyria.xml
  53. White JM, Powell AM, Brady K, Russell-Jones R. Severe generalized argyria secondary to ingestion of colloidal silver protein. Clin Exp Dermatol. 2003 May;28(3):254-6
  54. Schrauben SJ, Bhanusali DG, Sheets S, Sinha AA., A case of argyria: multiple forms of silver ingestion in a patient with comorbid schizoaffective disorder., Cutis. 2012 May;89(5):221-4.
  55. Gaslin MT, Rubin C, Pribitkin EA. Silver nasal sprays: misleading Internet marketing. Ear Nose Throat J. 2008 Apr;87(4):217-20.
  56. Flohr C, Heague J, Leach I, English J. Topical silver sulfadiazine-induced systemic argyria in a patient with severe generalized dystrophic epidermolysis bullosa. Br J Dermatol. 2008 Sep;159(3):740-1. Epub 2008 Jun 28.
  57. Wang XQ, Chang HE, Francis R, Olszowy H, Liu PY, Kempf M, Cuttle L, Kravchuk O, Phillips GE, Kimble RM. Silver deposits in cutaneous burn scar tissue is a common phenomenon following application of a silver dressing. J Cutan Pathol. 2009 Jul;36(7):788-92.
  58. Bowden LP, Royer MC, Hallman JR, Lewin-Smith M, Lupton GP. Rapid onset of argyria induced by a silver-containing dietary supplement. (2011) J Cutan Pathol. 2011 Oct;38(10):832-5. doi: 10.1111/j.1600-0560.2011.01755.x.
  59. Naqvi AH, Shields JW, Abraham JL. Nasal argyria (deposition of silver-selenium) in the photographic film industry: histopathology and microanalysis. Am J Otolaryngol. 2007 Nov-Dec;28(6):430-2
  60. Rackoff EM, Benbenisty KM, Maize JC, Maize JC Jr. Localized cutaneous argyria from an acupuncture needle clinically concerning for metastatic melanoma. Cutis. 2007 Nov;80(5):423-6.
  61. Alés-Fernández M, Ríos-Martín JJ, Camacho-Martínez FM. Localized argyria secondary to acupuncture mimicking blue nevus, J Drugs Dermatol. 2010 Aug;9(8):1019-20
  62. Takeishi E, Hirose R, Hamasaki Y, Katayama I. Localized argyria 20-years after embedding of acupuncture needles., Eur J Dermatol. 2002 Nov-Dec;12(6):609-11
  63. Tanita Y, Kato T, Hanada K, Tagami H., Blue macules of localized argyria caused by implanted acupuncture needles. Electron microscopy and roentgenographic microanalysis of deposited metal., Arch Dermatol. 1985 Dec;121(12):1550-2.
  64. Forth, Pharmakologie und Toxikologie 1980
  65. http://www.lepharmaciendefrance.fr/article-print/largent-colloidal-est-un-uantibiotique