Leona Gilbert

De Psiram
Leona Gilbert en Australie, interviewée par Sharon Whiteman Présidente de la Lyme Disease Association of Australia
Source capture d'écran sur une vidéo youtube [1]

Leona Gilbert ou Leona K. Gilbert, est une canadienne qui vit en Finlande. Elle est membre de l'ILADS et vice-présidente de l'ILADS-Europe, elle est donc ce qu'on appelle en France une « Lyme Doctor ».

À propos de la Lyme Disease Association of Australia

Le Comité consultatif de la Lyme Disease Association of Australia [2] comprend :

  • Adj Prof Leona Gilbert PhD (Présidente) - Université de Jyväskylä;
  • Le Dr Richard Horowitz (notre mécène), interniste certifié et directeur médical du Hudson Valley Healing Arts Centre, fournira des conseils stratégiques à notre CAS;
  • Jennie Burke, scientifique médicale; fondatrice de Australian Biologics Pathology;
  • Dr John Duley, expert des maladies du métabolisme et des réponses individuelles aux médicaments (pharmacogénétique); [Un australien]
  • Dr Bernie Hudson, chef des maladies infectieuses, Royal North Shore Hospital; [Un australien]
  • Le professeur Christian Perronne, professeur de maladies infectieuses et tropicales à l'Université de Versailles-St Quentin (UVSQ), Paris-Saclay, France;
  • Dr Lance Sanders, BSc, Hons, PhD, MASM; Microbiologiste du ministère de la Santé (retraité); Spécialiste des maladies infectieuses et de la toxicologie;
  • Dr Richard Schoeffel OAM, MD, médecin généraliste spécialiste des maladies chroniques; [3] [4]
  • Le Dr Neil Spector est professeur agrégé de médecine Sandra Coates, professeur agrégé de biologie et de pharmacologie du cancer et directeur adjoint de la thérapeutique du développement pour le Duke Cancer Institute, Duke University. [membre de la Lyme Disease Association (USA) [5]]

Congrès ou événements Leona Gilbert a participé ou va participer

Pour chaque congrès ou événement, il est important de regarder les autres orateurs, les sponsors et exposants, pour voir qui compose le milieu ou les groupes dans lesquels Leona Gilbert évolue.

  • Conférence ILADS ayant eu lieu du 18 au 20 octobre 2013 à San Diego en Californie. Intitulé de la conférence du 19 octobre 2013 de Leona Gilbert "Immune Testing in Lyme Disease".
  • Elle participe à la 4ème European ILADS Conference organisée par Carsten Nicolaus, propriétaire et directeur de la BCA-clinic qui a eu lieu les 25-26 avril 2014 à Augsburg (Bavière, Allemagne). Le premier jour était consacré, comme souvent, à la formation appelée "ILADS Lyme Basics Course" (servant à former ceux qu'on appellent les « Lyme Doctors » en France), dispensée par les VIPs d'ILADS présents, le deuxième jour étant consacré aux conférences publiques. La conférence du Dr Gilbert était intitulée "Advances in Pleomorphic Forms of Borrelia" (Avancées dans les formes pléomorphiques de la Borrelia).
  • Elle participe à la conférence ILADSAUSBURG2015 qui a eu lieu les 8 et 9 mai 2015 à Augsburg, sa conférence : "Developmental Ideas for Better Diagnostics for Tick-Borne Disease". [6]
  • Congrès de l'AONM (Academy of Nutritional Medicine) qui a eu lieu le 14 Mai 2017 à Londres. La conférence de Leona Gilbert : "Reinventing Diagnostic Antibody Tests for Tick-Borne Diseases". Il est en outre précisé : "Dr. Gilbert will guide us through the most up-to-date testing technologies, including TickPlex - the antibody screening test to be introduced this May. (Le Dr Gilbert nous guidera à travers les technologies de test les plus récentes, y compris TickPlex - le test de dépistage des anticorps qui sera introduit en [ce mois de] mai.)"
    [Remarque de Psiram.com : Quand on cherche l'équipe qui a mis au point ce test de dépistage TickPlex, on est renvoyé vers le site de la firme finlandaise Tezted.com, dont Leona Gilbert est la Chief Executive Officer (directrice générale), Kunal Garg le Chief Technology Officer (Directeur de la technologie), Tapio Rantapirkola le Regulatory Affairs Director (directeur des affaires règlementaires), Jouni Toivola le Research Director (directeur de recherche), Jaana Tikkanen la Lab Manager (chef de laboratoire) et Suvi Marjakangas la Business administrator (Administratrice de l'entreprise). [7] Ensuite, il n'est pas difficile de trouver une photo de l'équipe avec Leona Gilbert au centre, entourée des autres membres de l'équipe. On y voit (de gauche à droite) Suvi Marjakangas, Tapio Rantapirkola, Kunal Garg, Dr. Leona Gilbert, Dr. Jouni Toivola and Jaana Tikkanen. [8].]
  • Elle participe à la 6ème European Conference, ILADSHELSINKI2016, qui a eu lieu les 10 et 11 juin 2016 à Helsinki en Finlande, la conférence de Leona Gilbert : "Theme 5 - Pleomorphic Forms".
  • Conférence ILADS à Paris qui a eu lieu les 19 et 20 mai 2017, organisée par Christian Perronne, la conférence de Leona Gilbert : "Pathophysiology and Clinical Trial Evidence of Borrelia Burgdorferi" (qui fait partie des "Lyme Basics Course" servant à former ceux qu'on appelle en France les « Lyme Doctors »).
  • Conférence ILADSEUROPE2018, qui a eu lieu les 15 et 16 juin 2018 à Varsovie en Pologne, organisée par Magdalena Cubala-Kucharska, la conférence de Leona Gilbert : "Borrelia Round Bodies & Immune System Activation".
  • La Crypo-Infection Conference, qui a eu lieu les 31 mai et 1er juin 2019 à Dublin, sa conférence (conjointement avec Michael Cook) : "Tick-borne Disease Diagnostics: The Good the Bad and the Ugly". (Diagnostics des maladies transmises par les tiques : Le bon, le mauvais et l'affreux.)
  • Congrès de la Deutsche Borreliose Gesellschaft (DBG) qui a eu lieu les 12 et 13 octobre 2019 (ou les 11-12 octobre sur un autre site) à Ulm, le thème en était "Es muss nicht immer Borreliose sein" (Il ne s'agit pas forcément de la maladie de Lyme). Il n'y a pas le programme, on connait seulement la liste des orateurs (dont Walter Berghoff, Rheinbach, Allemagne [9]; Leona Gilbert, Jyväskylä, Finnland; Tabea Hein, Ulm, Deutschland; Hans Klein, Groningen, Niederlande; Majda Krajl, Maribor, Slowenien; Albin Obilschnig, Klagenfurt, Österreich; Carsten Ostermann, Berlin, Deutschland; Herbert Rixecker, Saarlouis, Deutschland; Günter Roth, Freiburg, Deutschland; Pol de Saedeleer, Goirle, Belgien; Marion Schneider, Ulm, Deutschland; Michael Schwalb, Leverkusen, Deutschland; Armin Schwarzbach, Augsburg, Deutschland; Jinyu Shan, Leicester, Großbritannien; et Sebastian Wiese, Ulm, Deutschland.
    Leona Gilbert fait partie du Conseil consultatif (Beirat) de la DBG, auquel appartient aussi, entre autres, Judith Miklossy, quant à Armin Schwarzbach, il fait partie de l'équipe de direction (Besitzer). [10] [11].
  • La 4th International Conference on Chronic Pathologies prévue les 5 - 6 septembre 2020 près de Munich, sur le thème "Exchange of the latest ideas and perspectives in the field of chronic diseases". Les autres orateurs prévus: Dr. med. Armin Schwarzbach, Dr. med. Dietrich Klinghardt, le belge Pol de Saedeleer [co-Directeur de l'ILADEF[12]] et le britannique Dr Abbi Lulsegged. [13]

Communication des autorités médicales australiennes à propos de la maladie de Lyme en Australie [14]

[Traduction DeepL du document intégral "Lyme disease in Australia - Word" :]

La maladie de Lyme classique est une maladie infectieuse qui peut être transmise à l'homme si elle est piquée par une tique portant Borrelia burgdorferi sensu lato. En Australie, cet organisme n'a pas encore été identifié chez les tiques australiennes ou tout autre vecteur pouvant transmettre la maladie à l'homme. C'est pour cette raison que le gouvernement australien ne soutient pas le diagnostic de la maladie de Lyme acquise localement en Australie.

La maladie de Lyme classique est présente à des taux élevés dans les zones endémiques, principalement dans le nord-est des États-Unis, dans certaines régions d'Europe, y compris le Royaume-Uni, et dans certaines parties de l'Asie. Une personne visitant une zone endémique de Lyme peut être infectée par Borrelia burgdorferi sensu lato par une morsure de tique et développer ensuite la maladie de Lyme classique. Les voyageurs étrangers qui se rendent dans des zones d'endémie de Lyme peuvent retourner dans leur pays d'origine avant de présenter des symptômes et/ou d'être diagnostiqués. En Australie, la maladie de Lyme doit être envisagée chez les patients présentant des antécédents de voyage dans des zones d'endémie de Lyme ainsi que des symptômes secondaires et/ou une morsure de tique connue.

Les piqûres de tiques sont courantes en Australie et peuvent parfois entraîner d'autres infections telles que les infections à rickettsies et la fièvre Q. Il faut donc veiller à éviter les morsures de tiques dans un premier temps et à enlever les tiques en toute sécurité lorsqu'une morsure se produit.

Certains Australiens et prestataires de soins de santé pensent que la maladie de Lyme classique peut être transmise par les tiques en Australie, ou qu'il existe une forme de "maladie de Lyme chronique". Globalement, la "maladie de Lyme chronique" est un diagnostic contesté qui ne repose pas sur des preuves suffisantes.

Le gouvernement australien ne peut soutenir le diagnostic de la maladie de Lyme classique acquise localement en Australie sans que l'organisme responsable ou un vecteur compétent ne soit identifié en Australie. Toutefois, le gouvernement australien reconnaît qu'un groupe de patients présente des complexes de symptômes débilitants que certains patients attribuent aux tiques et prend des mesures pour remédier à ce problème.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les maladies transmises par les tiques en Australie et la cause des complexes de symptômes débilitants. On espère que l'appel ciblé du National Health and Medical Research Council, doté de 3 millions de dollars, pour la recherche sur les complexes de symptômes débilitants attribués aux tiques encouragera les chercheurs à approfondir ces questions complexes.

[Traduction DeepL du document intégral "Debilitating Symptom Complexes Attributed to Ticks - Word" :]

Le gouvernement australien reconnaît qu'il existe un groupe de patients australiens qui souffrent des symptômes d'une maladie chronique débilitante, que beaucoup associent à une morsure de tique. Le gouvernement australien a choisi de décrire ce groupe de patients comme présentant des complexes de symptômes débilitants attribués aux tiques (DSCATT). Ce terme a été soigneusement étudié pour reconnaître de manière appropriée ce groupe de patients et la maladie à multiples facettes qu'ils connaissent, tout en s'éloignant de la stigmatisation et de la controverse associées à l'utilisation des termes "maladie de Lyme", "maladie apparentée à la maladie de Lyme" et "maladie de Lyme chronique" qui ont été utilisés précédemment pour décrire ce groupe de patients.

Nombre de ces patients présentant des complexes de symptômes débilitants vivent dans la tourmente car leur maladie est mal comprise, ce qui rend difficile un diagnostic et un traitement précis. Il est impératif que les autorités sanitaires gouvernementales, les cliniciens et les patients restent ouverts d'esprit quant aux causes de ces symptômes et travaillent ensemble pour parvenir à une approche multidisciplinaire centrée sur le patient.

Le gouvernement australien travaille actuellement avec les principales parties prenantes pour étudier un modèle de soins multidisciplinaires flexible et fondé sur des données probantes, qui peut être appliqué dans les établissements de santé privés et publics. On espère que ce modèle fournira aux patients une évaluation complète de leurs symptômes et garantira qu'un diagnostic potentiel ne sera pas négligé. En raison de la nature imprécise des complexes de symptômes, certains patients ne seront pas diagnostiqués ; c'est pourquoi on étudiera également les moyens de gérer les symptômes permanents par le biais d'un plan de soins complet axé sur le patient.

Le gouvernement australien continue de soutenir la recherche visant à déterminer la cause de ces complexes de symptômes débilitants, ainsi que des modèles de soins de santé innovants pour répondre aux besoins de ce groupe de patients. On espère que l'appel ciblé de 3 millions de dollars du National Health and Medical Research Council pour la recherche sur les complexes de symptômes débilitants attribués aux tiques encouragera les chercheurs à approfondir cette question complexe.

Malheureusement, certains patients présentant la maladie de Lyme classique ou des complexes de symptômes débilitants n'ont pas eu d'expériences positives dans le système de santé australien, et cela est dû en grande partie à la controverse et à la stigmatisation liées à la maladie de Lyme en Australie.

Afin de garantir que le grand public et les professionnels de la santé disposent d'informations actuelles fondées sur des preuves et soient en mesure de faire la distinction entre la maladie de Lyme classique et la DSCATT, le gouvernement australien entreprendra de sensibiliser le public à ces deux maladies. On espère que ces informations aideront les patients et les professionnels de la santé à mieux comprendre les maladies à tiques, à garder l'esprit ouvert à la cause des complexes de symptômes débilitants et à aboutir à une approche positive et cohérente du diagnostic, du traitement et de la gestion continue.

Étude intitulée "Morphological and biochemical features of Borrelia burgdorferi pleomorphic forms"

Il s'agit d'une étude co-signée par Leena Meriläinen, Anni Herranen et Leona Gilbert (toutes trois rattachées au Department of Biological and Environmental Sciences and NanoScience Center, University of Jyväskylä, Jyväskylä, Finland) ainsi que par Armin Schwarzbach rattaché à la BCA-clinic, qui n'est qu'une clinique de jour privée controversée et qui n'a rien à voir à un organisme de recherche universitaire ou une société savante reconnus par les autorités de santé allemandes. [15]

[Abstract ou résume, traduction deepL : ]
La bactérie spirochète Borrelia burgdorferi sensu lato est l'agent causal de la maladie de Lyme, l'infection à tiques la plus courante dans l'hémisphère nord. Le rôle des formes pléomorphiques dans la pathogenèse de la maladie de Lyme fait l'objet d'un débat de longue date, alors que les caractéristiques de ces variantes morphologiques sont très peu connues. Nous présentons ici une analyse complète de la formation pléomorphe de B. burgdorferi dans différentes conditions de culture à température physiologique. Il est intéressant de noter que le sérum humain a amené la bactérie à modifier sa morphologie en corps ronds (RBs). En outre, on a constaté que des colonies en suspension ressemblant à un biofilm faisaient partie de la croissance normale in vitro de B. burgdorferi. D'autres études ont fourni la preuve que les corps ronds sphériques avaient une enveloppe cellulaire intacte et flexible, démontrant qu'ils ne sont pas déficients en paroi cellulaire, ou dégénératifs comme on l'avait laissé entendre précédemment. Cependant, les RBs ont montré une activité métabolique plus faible que les spirochètes. De plus, nos résultats ont indiqué que les différentes variantes pléomorphiques se distinguaient par des signatures biochimiques uniques. Par conséquent, le B. burgdorferi pléomorphe devrait être pris en considération comme étant cliniquement pertinent et influencer le développement de nouveaux diagnostics et protocoles de traitement.

[Commentaire de Psiram.com : "dans des conditions de culture ...", c'est à dire in vitro, ce qui n'a rien à voir avec in vivo.
Et on arrive à la conclusion : Le plémorphisme de la bactérie burgdorforie "devrait être pris en considération ... et influencer le développement de nouveaux diagnostics et protocoles de traitement".
Mais qu'est il donc démontré au juste ? L'étude ouvre seulement largement la porte à de nouveaux tests (comme le TickPlex), de nouveaux diagnostics de maladies liées (autisme, Alzhiemer, Parkinson, sclérose latérale amyotrophique (SLA), de nouveaux protocoles de traitements (Phytothérapie, Bionic 880, ceux de l'ILADS, etc). C'est la boite de Pandore !]

Quand on recherche qui cite cette étude, on trouve 53 réponses [16] Et on retrouve parmi les auteurs des études qui citent la publication de Leona Gilbert (et collègues) et Armin Schwarzbach, les VIPs de l'ILADS et organismes associés Lyme Disease Association et compagnie, et même le vice-président de la FFMVT l'infatigable Pr Christian Perronne, par exemple ici : [17].

Liens externes

  • http://petille.univ-poitiers.fr/notice/view/61440 Sur ce site, on trouve le document intégral à télécharger en pdf de la thèse de médecine de Nicolas Laurenceau soutenue en 2018 (La présidente du jury était France Cazenave-Roblot). Intitulé de la thèse : "Maladie de Lyme et symptômes chroniques aspécifiques : une exploration à l'aide d'une méthode qualitative des éléments qui vont à l'encontre des recommandations officielles".
    On y trouve une description du groupe ILADS des USA et associés, leur historique et leurs guidelines, les conflits d'intérêts non-déclarés dans leurs articles de recherches, la maladie des Morgellons. Sont décrits les tests de la BCA-clinic, d'Arminlabs, d'un laboratoire d'analyse français, puis et surtout ceux d'IGeneX. Ensuite, on trouve des sujets un peu connexes, Luc Montagnier membre d'honneur d'une association de patients Lyme et ses dérives, la disbiose intestinale qu'évoque aussi des associations françaises de patients se pensant atteint de la maladie de Lyme chronique. Par contre, rien au sujet de Leona Gilbert. Bien qu'ait été un peu évoqué l'extension de l'ILADS à l'Europe (ILADS-Europe), l'attention se porte principalement sur les associations de patients membres de la FFMVT et les cliniques allemandes où se rendent les français pour y recevoir des traitements qui vont à l'encontre des recommandations officielles.
cet article est une ébauche

Références

  1. https://www.youtube.com/watch?v=ve-92UN7lZU mise en ligne le 1 février 2020
  2. https://www.lymedisease.org.au/scientific-advisory-committee/
  3. https://grovehealthpymble.com.au/our-doctors/
  4. https://grovehealthpymble.com.au/our-doctors/
  5. https://lymediseaseassociation.org/lda-conferences/lda-conf-2018/2018-faculty-bios-talk-summaries/spector-neil-2018/
  6. https://ww2.eventrebels.com/er/CFP/AgendaAtAGlance.jsp?CFPID=446&ScreenID=106&DisplayPresenterID=61341&DisplayProgramItemID=52342&DisplayProgramSessionID=18617&Token=HCMTJS4F6&PreviousScreens=105 ILADS AUSBURG 2015
  7. https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:JFlxUBmhN_cJ:https://www.tezted.com/who-we-are+&cd=3&hl=fr&ct=clnk&gl=fr
  8. https://www.goodnewsfinland.com/feature/tick-bite-tezted-knows-if-you-need-to-worry/
  9. https://www.kwakzalverij.nl/nieuws/rechters-makkelijke-prooi-voor-lymekwakzalvers/ Rechters makkelijke prooi voor Lymekwakzalvers (Les juges, une proie facile pour les charlatans [de la maladie] de Lyme.
    Chronische Lymepatiënten denken baat te hebben bij dure alternatieve behandelingen zonder dat hier wetenschappelijke onderbouwing voor is. (Les patients atteints de la maladie de Lyme chronique pensent qu'ils peuvent bénéficier de traitements alternatifs coûteux sans aucun fondement scientifique.)
    Door: Broer Scholtens | Geplaatst: 27 nov 2017 | Laatste Wijziging: 19 dec 2017
  10. http://www.borreliose-gesellschaft.de/?Ueber-uns#Ueber-uns/Vorstand
  11. http://www.borreliose-gesellschaft.de/?Ueber-uns/Beirat&search=Leona+Gilbert
  12. https://iladef.org/about-us/officers-and-directors/
  13. https://chronic-pathologies.com/en
  14. https://www1.health.gov.au/internet/main/publishing.nsf/Content/ohp-lyme-disease.htm
  15. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4339653/
  16. https://scholar.google.fr/scholar?as_epq=Morphological+and+biochemical+features+of+Borrelia+burgdorferi+pleomorphic+forms&as_oq&as_eq&as_nlo&as_nhi&lr&cr&as_qdr=all&as_sitesearch&as_occt=any&safe=active&as_filetype&um=1&ie=UTF-8&lr&cites=6230338116277304889
  17. https://publications.waset.org/10009294/obstruction-to-treatments-meeting-international-standards-for-lyme-and-relapsing-fever-borreliosis-patients