Australian Biologics

De Psiram

Australian Biologics (ou Australian Biologics Testing, ou Australian Biologics Testing Services) est un laboratoire d'analyses médicales de Sydney en Australie [1] dont la propriétaire, fondatrice et directrice générale est Jennie Burke (Jennie M. Burke). Jennie Burke fait également partie du Comité directeur et personnel de soutien de la Société d'Information et de Soutien sur le Cancer (CISS - The Cancer Information & Support Society). [2]

Le Dr Peter Mayne est conseiller médical auprès de l'Australian Biologics (un laboratoire non accrédité par la NATA), c'est dans ce laboratoire qu'ont été effectués les tests pour la maladie de Lyme d'un des patients du Dr Mayne, le "patient A".

The Jennie Burke Story

Bien qu'écrit par une journaliste anti-médecine conventionnelle, anti "Big Pharma" et partisane des thérapies alternatives, le document "L'histoire de Jennie Burke" nous livre des détails sur la vie de Mme Burke.[3]
[Note de Psiram.com : le prénom de Mme Burke varie, dans ce document, on trouve Jennie ainsi que Janette]

[Traduction DeepL d'extraits de "L'histoire de Jennie Burke"] : Jennie Burke est née à Brisbane, Australie, en 1951 [...] À l'âge de 18 ans, Jennie avait fait son choix de carrière comme technicienne de laboratoire. [...]

En 1985, Jennie Burke s'est rendue au laboratoire de recherche de Bradford, aux États-Unis, à la recherche de nouveaux tests d'intolérance environnementale et alimentaire, pour découvrir que ces tests étaient les mêmes que le sien. De plus, elle effectuait beaucoup plus de tests par semaine dans son laboratoire de Sydney. Jennie a vu sa première analyse de sang en direct et son premier test de rétraction du caillot de Bolen effectué au laboratoire Bradford à San Diego. C'était la première fois qu'elle observait des globules blancs au travail, suintant le long du champ de vision, piégeant les particules virales et bactériennes, les ingérant, et parfois les éjectant. D'autres fois, ces cellules amorphes semblaient propulsées par leur propre intelligence, s'enroulant autour de globules rouges qui semblaient les contrôler pour un facteur inconnu avant de repartir à la recherche d'une autre cellule. Elle a découvert d'étranges anomalies dans le sang de patients atteints de cancer et a observé leur amélioration graduelle grâce à des tests de suivi, tandis que certains patients suivaient des traitements naturels contre le cancer dans un hôpital anticancéreux holistique voisin. En tant que technicienne de laboratoire orthodoxe, Jennie a effectué des milliers de tests d'hématologie où les médecins ont simplement demandé des numérations globulaires de globules blancs, de globules rouges et de plaquettes. Les tests de sang vivant [à l'aide de microscopie à fond noir [4]] et de rétraction des caillots ont ouvert un nouveau domaine de découverte et Jennie a immédiatement été intriguée par les modèles prévisibles formés par le sang séché qui semblaient indiquer constamment divers problèmes de santé. La découverte de loin la plus inattendue pour Jennie était le fait que de nombreux patients atteints de cancer, certains en phase terminale, se rétablissaient en utilisant des traitements holistiques et naturels, y compris des herbes et des suppléments nutritionnels, et l'amélioration clinique des patients était mise en évidence dans leurs résultats pathologiques. Jennie ne savait pas auparavant que les tests d'hématologie pouvaient être utilisés pour glaner des renseignements nutritionnels et connaître l'état de santé général d'une personne. " C'était ma première introduction à la médecine holistique ", dit-elle au sujet de son expérience de 1985 avec le professeur Bradford, qui est maintenant professeur de microscopie et d'oxidologie à la Capitol University of Integrative Medicine [5], Washington D.C. " Mais je n'ai pas seulement pris tout son travail comme évangile ", dit Jennie, " ses déclarations furent confirmées par notre travail au fil des ans ".

Jennie Burke a été la première à importer l'analyse du sang vivant et les tests de rétraction des caillots de Bolen en Australie où ils sont rapidement devenus populaires auprès des naturopathes et des médecins intéressés à offrir à leurs patients des approches holistiques [Psiram.com : soi-disant] fondées scientifiquement. Peu après son retour de voyage d'étude à l'étranger, Jennie a ouvert son propre laboratoire à Sydney, Australian Biologics Testing Services. Au cours des années suivantes, elle a remarqué que les résultats de milliers d'analyses de sang vivant et d'analyses de caillots par année depuis 1984 ont produit des corrélations élevées avec la pathologie réelle du patient. [...]

Lors d'une tournée européenne de conférences pour la Société autrichienne d'oncologie, le Dr Andreas Oberhofer a présenté à Burke la thermographie, un appareil qui mesure les variations de température corporelle et qui est utilisé comme un complément au diagnostic du cancer du sein. [6] [...] Le thermographe avait l'avantage supplémentaire d'être utilisé pour scanner le corps entier afin de vérifier l'état de santé général du patient. Jennie a importé le premier thermographe en Australie. [...]

Le 26 juillet 2000, Cheryl Freeman a déposé une plainte contre Jennie Burke auprès de la Health Care Complaints Commission (HCCC) [Commission des plaintes relatives aux soins de santé]. Freeman n'était jamais allé au laboratoire de Jennie Burke. Les allégations de Freeman contre Burke incluaient:

L'"Utilisation d'un appareil diagnostique non scientifique, le THERMOGRAMME... [Remarque de Psiram.com : L'image obtenue par thermographie est appelée « thermogramme »] utilisation d'un TEST D'ANALYSE DES CELLULES DE SANG EN DIRECT...non scientifique...et abus sexuel allégué-ASSAULT...les clientes doivent s'asseoir (sic) NUES pour passer les tests THERMOGRAM sans nous dire quoi que ce soit". [Remarque de Psiram.com : les mots ici en majuscules figurent tels quels dans le document]

Sans jamais avoir été patient, clandestinement ou autrement, Freeman a étendu sa plainte à "19 médecins holistiques de Sydney et 33 thérapeutes alternatifs qualifiés à Sydney". [...]

Les nouvelles au sujet de Jennie Burke voyageaient vite et les observateurs de la liberté de la santé attendaient que l'autre chaussure tombe. Ils n'ont pas attendu longtemps. Le professeur [Dwyer] a déposé une plainte le 4 décembre 2000. Il a été écrit sur le papier à en-tête officiel du professeur Dwyer et adressé à "Sonya Eibl" de l'Australian Competition and Consumer Commission (ACCC) et se lit comme suit :
Chère Sonya,

Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir examiner les questions relatives aux laboratoires australiens d'analyse des produits biologiques, telles qu'elles sont décrites dans ma chronique et dans les documents que je vous ai fournis dans le passé (sic) sur moi par [nom caviardé]. De plus en plus de patients se présentent à la clinique complètement agités par ce qu'on leur a dit et, assez souvent, après avoir dépensé beaucoup d'argent pour se faire arnaquer avec de faux appareils qui prétendent guérir "ceci et cela". L'analyse de sang vivant et le traitement par thermogramme bidon méritent que le microscope de l'ACCC soit tenu au-dessus d'eux. Si vous n'êtes pas en mesure d'entreprendre l'affaire personnellement, je vous serais reconnaissant de bien vouloir la transmettre à quelqu'un d'autre à l'ACCC qui aimerait poursuivre l'affaire et, bien sûr, je vous aiderai de toutes les façons possibles.

Meilleurs voeux personnels, [signé] G. Tomasiello [et] John M. Dwyer.

Entre-temps, la plainte de Freeman auprès du HCCC n'a abouti à rien. Le professeur, d'autre part, a porté plainte auprès de l'ACCC sur la base de personnes présumées dans sa clinique. La plainte elle-même n'explique pas qui s'est plaint et pourquoi les patients étaient "agités" et ce qu'on leur a dit et qui leur a dit et de quelle façon ils ont été "escroqués". Sans parler de ces "faux appareils" qui prétendaient guérir "ceci et cela". Il n'est pas précisé ce que "ceci et cela" signifie réellement. Le professeur, toujours préoccupé par le charlatanisme, a négligé de demander à Burke de lui fournir des preuves scientifiques, une demande qu'elle dit accueillir favorablement et qu'elle n'a aucun problème à lui fournir. Ainsi, sur la base de "ceci et cela", l'ACCC, un chien de garde très stric, doté de vastes pouvoirs d'enquête, s'est saisi de l'affaire et a ouvert une enquête en l'absence de véritables plaintes des consommateurs.

L'Australian Consumer Complaints Commission (ACCC) est une organisation gouvernementale consacrée à la concurrence loyale. Elle applique la Loi sur la loyauté des pratiques commerciales. Elle comprend également des dispositions pour la protection des consommateurs qui "interdisent les pratiques déloyales telles que comportements trompeurs et mensongers, fausses déclarations, déclarations trompeuses, harcèlement et coercition, publicité-appât, vente par recommandation et vente pyramidale". [...]

Le 27 juin 2003, le commissaire de l'ACCC, Allan Fells, a annoncé sa démission. Sa position a été reprise par Graham Samuel. Cet après-midi-là, Jennie Burke a reçu une assignation. L'ACCC, avec son tout nouveau commissaire Graeme Samuel à la barre, avait décidé de poursuivre l'Australian Biologics en vertu de la "Fair Trading Act" pour comportement faux, trompeur et mensonger.

Article publié dans The Sydney Morning Herald à propos de Australian Biologics en juillet 2004

Une société de Sydney qui fait la promotion d'alternatives aux tests médicaux conventionnels a admis que ses tests ne sont pas des tests de diagnostic et ne révèlent aucune condition médicale spécifique [Psiram.com: ne révèlent aucune maladie spécifique].

L'organisme de surveillance des consommateurs, l'Australian Competition and Consumer Commission (ACCC), a déclaré jeudi qu'il et l'Australian Biologics Testing Services Pty Ltd [la société ayant pour nom commercial Australian Biologics] avaient réglé une action en justice intentée par l'ACCC [en français: Commission australienne de la concurrence et de la consommation] relativement à des allégations faites par Biologics dans des brochures et sur son site Web en 2001 et 2002.

L'ACCC a allégué que les allégations étaient fausses et trompeuses et n'étaient pas étayées par des tests scientifiques.

L'ACCC a déclaré que Australian Biologics et sa directrice, Janette Burke, avaient maintenant donné à la Cour fédérale l'engagement de ne pas faire 29 allégations précises sur l'efficacité de ses services.

"Australian Biologics et Mme Burke ont convenu que ces tests ne sont pas des tests diagnostiques et que les résultats de ces tests ne sont pas indicatifs d'une condition médicale spécifique" [Psiram.com: ne sont pas indicatifs d'une maladie spécifique], a déclaré l'ACCC.

Australian Biologics a fourni des services de thermographie[7], d'analyse de sang vivant et de test de rétraction du caillot de Bolans[8].

Les produits biologiques prétendaient que les tests thermographiques, qui mesurent la température de la peau, permettaient d'évaluer l'état d'un patient en fonction de la souche qu'il pouvait supporter avant une opération ou une vaccination.

La société a également soutenu que le test de rétraction du caillot de Bolans - un examen d'une préparation de sang séché - [9] indiquait une fonction spécifique du cœur ou de l'ovaire ou de la prostate ou d'un autre organe humain.

Biologics avait également affirmé que l'analyse de sang vivant - un examen d'une préparation de sang humide - fournissait des renseignements précieux sur les systèmes digestif et immunitaire d'un organisme. [10].

Version en anglais de l'article publié dans The Sydney Morning Herald à propos de Australian Biologics en 2004

A Sydney company promoting alternatives to conventional medical tests has admitted that its tests are not diagnostic tests and do not reveal any specific medical condition.

The consumer watchdog, the Australian Competition and Consumer Commission (ACCC), said on Thursday it and Australian Biologics Testing Services Pty Ltd had settled legal action taken by the ACCC in relation to claims made by Biologics in brochures and on its website in 2001 and 2002.

The ACCC alleged that the claims were false and misleading and unsupported by scientific testing.

The ACCC said Australian Biologics and its director, Janette Burke, had now given the Federal Court undertakings not to make 29 specific claims about the efficacy of its services.

"Australian Biologics and Ms Burke have agreed that these tests are not diagnostic tests and the results of such tests are not indicative of a specific medical condition", the ACCC said.

Australian Biologics provided services including thermography, live blood analysis [11] and the Bolans clot retraction test.

Biologics had claimed the thermography tests, which measure skin temperature, could assess a patient's condition with regard to the strain the patient could bear before an operation or vaccination.

The company also claimed that the Bolans clot retraction test - an examination of a dried blood preparation - indicated a specific function of the heart or ovary or prostate or other human organ.

Biologics had also claimed that the live blood analysis test - an examination of a wet blood preparation - provided valuable information about a body's digestive and immune systems.

Accord transactionnel entre l'ACCC et Australian Biologics

L'ACCC règle une poursuite contre Australian Biologics

La Commission australienne de la concurrence et de la consommation a réglé, par consentement, sa procédure contre Australian Biologics Testing Services Pty Ltd et sa directrice, Mme Janette Burke.

L'ACCC avait intenté des poursuites devant la Cour fédérale de Sydney, alléguant que les représentations faites dans les brochures et sur le site Web d'Australian Biologics en 2001 et en partie en 2002 étaient fausses, trompeuses et mensongères. L'ACCC a allégué que les représentations n'étaient pas étayées par des tests scientifiques (ou médicaux).

Australian Biologics fournit des services médicaux, y compris la thermographie, l'analyse du sang vivant et le test de rétraction du caillot de Bolans [9]. Elle a fait la promotion de ces services dans des brochures imprimées et sur Internet.

Australian Biologics et Mme Burke se sont engagées auprès du tribunal à ne pas présenter 29 revendications particulières quant à l'efficacité des services. Le tribunal a également ordonné que Australian Biologics envoie un avis à tous les praticiens qui ont référé des patients à Australian Biologics et à tous les patients qui ont utilisé les services de Australian Biologics entre le 1er juillet 2001 et le 2 juillet 2004.

L'ACCC a allégué que Australian Biologics n'avait pas de motifs raisonnables de faire un certain nombre de déclarations précises sur la thermographie, l'analyse du sang vivant et le test de rétraction du caillot de Bolans. Voici des exemples de représentations :

  • que des tests thermographiques permettent d'évaluer l'état d'un patient par rapport à la souche qu'il est capable de supporter avant qu'il ne soit soumis à une opération ou à une vaccination
  • que la thermographie convient à des fins diagnostiques dans le domaine cardiaque
  • que le test de rétraction du caillot de Bolans indique une fonction spécifique du cœur, de l'ovaire, de la prostate ou d'un autre organe humain
  • que l'analyse du sang vivant fournit des informations précieuses sur les systèmes digestif et immunitaire de l'organisme.

Australian Biologics et Mme Burke ont convenu que ces tests ne sont pas des tests de diagnostic et que les résultats de ces tests ne sont pas indicatifs d'une condition médicale [pathologies] spécifique.

Le président de l'ACCC, M. Graeme Samuel, a mis en garde aujourd'hui : " Lorsque des allégations sont faites sur l'efficacité des services d'analyses médicales, elles devraient avoir une base scientifique justifiable ". "L'ACCC est d'avis qu'un tel soutien scientifique devrait être d'un niveau élevé, comme des articles publiés dans des revues à comité de lecture.

"Ceci est encore plus important en ce qui concerne les demandes de remboursement de frais médicaux qui peuvent avoir un impact sérieux sur le bien-être d'une personne.

"Dans ce cas, l'ACCC a jugé important que toute impression trompeuse concernant les services dans l'esprit des patients soit corrigée.

L'ACCC a allégué que l'Australian Biologics a enfreint l'article 52 de la Trade Practices Act 1974, qui interdit aux sociétés de se livrer à un comportement trompeur ou mensonger ; l'article 53(c), qui interdit aux sociétés de déclarer que des biens ou des services sont parrainés, approuvés, caractéristiques de rendement, accessoires, utilisations ou avantages dont elles ne disposent pas ; l'article 55A, qui interdit aux sociétés d'adopter un comportement pouvant tromper le public sur la nature, les caractéristiques, la pertinence ou la quantité des services.
15 Juillet 2004[12]

Article de Stephan Barret publié dans Quackwatch sur le Bolan's Clot Retraction Test et le laboratoire Australian Biologics de Jennie Burke en 2006

Another Scheme to Sell You Something (Un autre stratagème pour vous vendre quelque chose). Par Stephen Barrett, M.D. August 20, 2006[13]
[traduction DeepL] :

Le test de rétraction du caillot de Bolan (CRT), proposé depuis plusieurs années par l'Australian Biologics Testing Service, de Sydney, en Australie, est un test de dépistage censé " vous permettre d'être vraiment en bonne santé ". En 2001, le site Web de la société indiquait :

Le CRT est un développement remarquable d'un test standard de pathologie. À l'aide d'un système de microscope vidéo amélioré, le client voit les changements dans le processus de coagulation qui peuvent être interprétés comme donnant des informations sur la structure et la fonction du corps.
Ce test a été présenté pour la première fois par le Dr Bolan en 1942 et est basé sur des recherches approfondies sur l'activité des radicaux libres et la thérapie antioxydante. Les radicaux libres sont un produit commun de nombreuses maladies et un puissant irritant pour les cellules du corps. Leur présence dans le sang reflète l'état de santé de l'organisme. Produisez-vous la bonne quantité d'antioxydants ?
En examinant les processus de coagulation dans le sang, le test CRT indique le degré d'oxydation dans l'organisme. Il indique également le fonctionnement de certains organes (cœur, ovaires, prostate, etc.), le stress physique et psychologique, les allergies, l'arthrite et les niveaux de vitamines, de minéraux et de métaux lourds.
Les lames sont stockées pour être comparées lors de tests ultérieurs. Elles sont utilisées pour suivre l'évolution de la maladie et/ou les succès des traitements. Plutôt que d'attendre des mois pour savoir si votre traitement est efficace, un simple test par piqûre du doigt vous permettra de juger rapidement de l'efficacité de votre plan de traitement [1].

Cette description contient plusieurs erreurs :

- Les changements dans le processus de coagulation ne fournissent pas d'informations utiles sur l'état de santé général d'une personne.
- Les radicaux libres sont des atomes ou des groupes d'atomes qui possèdent au moins un électron non apparié, ce qui les rend très réactifs. Les radicaux libres favorisent une oxydation bénéfique qui produit de l'énergie et tue les envahisseurs bactériens. En excès, ils produisent une oxydation nocive qui peut endommager les membranes cellulaires et le contenu des cellules. Aucune information sur les radicaux libres ne peut être obtenue en observant les caillots sanguins au microscope.
- Il n'existe pas de "degré d'oxydation dans le corps". Aucun type de test de coagulation ne fournirait non plus d'informations sur "la fonction spécifique des organes, le stress physique et psychologique, les allergies, l'arthrite et les niveaux de vitamines, de minéraux et de métaux lourds".

Il existe un test de rétraction des caillots légitime, mais il est effectué différemment du test de Bolan [9]. Dans le test authentique, le sang prélevé dans la veine de la personne est placé dans un tube à essai pour voir combien de temps il faut pour former un caillot ferme qui se sépare du fond et des côtés du tube. Un caillot normal doit être rétracté de 50 à 100 % en 2 heures et complètement rétracté en 24 heures [2]. Des résultats anormaux peuvent indiquer un manque ou un défaut de plaquettes (minuscules particules qui favorisent le processus de coagulation). Les résultats peuvent également être influencés par la prise d'aspirine. Dans la pratique médicale courante, le test de rétraction des caillots a été largement remplacé par d'autres types de tests plaquettaires [3].

Australian Biologics est dirigé par Jennie Burke, "Med. Tech. M.D. (M.A.) DipNsc DipM.H. ", dont le parcours a été décrit en 1999 dans un bulletin de l'Hypoglycemia Health Association :

Jennie Burke est diplômée en technologie médicale, en herboristerie médicale et en sciences de la nutrition. Elle a obtenu un doctorat en médecine à Moscou (1991) [Remarque de Psiram.com: In 1991 in Moscow she was awarded an honorary doctorate of Alternative Medicine for her contributions to the field of wholistic medicine (En 1991, à Moscou, elle a reçu un doctorat honorifique en médecine alternative pour ses contributions au domaine de la médecine holistique)[14]]. Mère de deux enfants, elle a un cabinet très actif en sa qualité de directrice générale d'Australian Biologics, un laboratoire d'essais situé à Sydney. Elle est également directrice générale de l'Independent Medical Research Congress Convening Company. Elle est vice-présidente de l'International Cancer Association Network ... ICAN, qui est un groupe de soutien pour les patients atteints de cancer... Jennie est également membre du conseil consultatif scientifique de la revue allemande d'oncology [Note de Psiram.com: Deutsche Zeitschrift für Onkologie] Australian Biologics Testing Services [4].

En faisant une recherche avec Google, j'ai trouvé les sites Web de plusieurs praticiens qui ont proposé de faire pratiquer le CRT Bolan CRT. L'un d'eux a déclaré que le test "examine une goutte de sang séché sous un microscope à contraste de phase Brightfield pour inspecter le filet de fibrine" et peut mesurer "le stress gastro-intestinal", "le stress lymphatique" et la progression du cancer".

En 2003, l'Australian Competition and Consumer Commission a accusé l'Australian Biologics et Burke d'avoir fait des allégations fausses et trompeuses sur son site Web en 2001 et une partie de 2002.[15] L'affaire a été réglée par un accord en vertu duquel Burke et sa société ont convenu de ne pas faire 29 allégations spécifiques sur l'efficacité de leurs services. Le tribunal a également ordonné à Australian Biologics de transmettre une notification à tous les praticiens qui ont adressé des patients à Australian Biologics et à tous les patients qui ont utilisé les services de Australian Biologics entre juillet 2001 et juillet 2004 [6]. En 2006, j'ai constaté que le test était toujours proposé, bien que la description du site Web indique que "le test est non spécifique et ne permet donc pas de diagnostiquer une maladie ou une lésion organique particulière".

Références:

1. Test sanguin chez Australian Biologics. Site Web de Australian Biologics, archivé en 2001. [16]
2. Test de rétraction du caillot. Site Web de HealthCentral, consulté le 1er juillet 2003.
3. Rétraction du caillot. Dans Jacobs DS et autres. Laboratory Test Handbook, 3e édition. Hudson, Ohio : Lexi-Comp, 1994, pp 413-414.
4. The Hypoglycemic Health Newsletter, Vol 15 No 3 - 2, Sept 1999.
5. L'ACCC intente une poursuite contre Australian Biologics alléguant des allégations trompeuses concernant des produits de santé. Communiqué du CAC, 1er juillet 2003. [17]
6. L'ACCC règle les procédures contre Australian Biologics. Communiqué de presse de l'ACCC, 15 juillet 2004.
7. Certains des tests effectués chez Australian Biologics. Site Web d'Australian Biologics, consulté le 20 août 2006.

Cet article a été révisé le 20 août 2006.

Études dans lesquelles Mme Burke et/ou le laboratoire Australian Biologics sont co-auteurs

  • Granulomatous hepatitis associated with chronic Borrelia burgdorferi infection: a case report. Publié en juin 2014.[18]
    [On ne sait pas qui a publié l'article, lequel n'est pas listé sur PubMed. Ce qui laisse supposer qu'il ne s'agit pas d'un journal scientifique ayant un système d'évaluation par les pairs.]
    Marianne J Middelveen1, Steve A McClain2, 3, Cheryl Bandoski4, Joel R Israel3, Jennie Burke5, Alan B MacDonald1, Arun Timmaraju3, Eva Sapi4, Yean Wang5, Agustin Franco5, Peter J Mayne1, Raphael B Stricker1, # : corresponding author (rstricker at usmamed dot com)
    1 International Lyme and Associated Diseases Society, Bethesda, MD, USA.
    2 Departments of Dermatology and Emergency Medicine, State University of New York, Stony Brook, NY, USA.
    3 McClain Laboratories LLC, Smithtown, NY, USA.
    4 Department of Biology and Environmental Science, University of New Haven, West Haven, CT, USA.
    5 Australian Biologics, Sydney, NSW, Australia

    Résumé
    Bien que la borréliose de Lyme ait été liée à l'hépatite aux premiers stades de l'infection, l'association de l'infection chronique à Borrelia burgdorferi avec la maladie hépatique reste largement inexplorée. Nous présentons le cas d'une femme de 53 ans atteinte de la maladie de Lyme qui a développé une hépatite aiguë avec un taux élevé d'enzymes hépatiques pendant un traitement antibiotique. L'examen histologique des tissus de biopsie hépatique a révélé la présence de spirochètes dispersés dans le parenchyme hépatique, et les spirochètes ont été identifiés comme Borrelia burgdorferi par des tests moléculaires avec des sondes spécifiques d'ADN. Des spirochètes deotile ont également été isolés à partir de la culture sanguine de la patiente, et l'isolat a été identifié comme Borrelia burgdorferi sensu stricto par deux laboratoires indépendants utilisant des techniques moléculaires. Ces résultats indiquent que la patiente présentait une infection systémique active à Borrelia burgdorferi et une hépatite de Lyme consécutive, malgré un traitement antibiotique.
  • Exploring the association between Morgellons disease and Lyme disease: identification of Borrelia burgdorferi in Morgellons disease patients.
    (Exploration de l'association entre la maladie de Morgellons et la maladie de Lyme : identification de Borrelia burgdorferi chez des patients atteints de la maladie de Morgellons.) Publié dans BMC Dermatol. 2015 Feb 12
    Middelveen MJ1, Bandoski C2, Burke J3, Sapi E4, Filush KR5, Wang Y6, Franco A7, Mayne PJ8, Stricker RB9,10.
    Author information
    1 International Lyme and Associated Diseases Society, Bethesda, MD, USA. middel@telus.net.
    2 Department of Biology and Environmental Science, University of New Haven, West Haven, CT, USA. cbandoski@forsyth.org.
    3 Australian Biologics, Sydney, NSW, Australia. Jennie.burke@australianbiologics.com.au.
    4 Department of Biology and Environmental Science, University of New Haven, West Haven, CT, USA. unh@evasapi.net.
    5 Department of Biology and Environmental Science, University of New Haven, West Haven, CT, USA. KFilu1@unh.newhaven.edu.
    6 Australian Biologics, Sydney, NSW, Australia. techinfo@australianbiologics.com.au.
    7 Australian Biologics, Sydney, NSW, Australia. agustin.franco@optusnet.com.au.
    8 International Lyme and Associated Diseases Society, Bethesda, MD, USA. LaurietonMedical@gmail.com.
    9 International Lyme and Associated Diseases Society, Bethesda, MD, USA. rstricker@usmamed.com.
    10, 450 Sutter Street, Suite 1504, San Francisco, CA, 94108, USA. rstricker@usmamed.com.
    [Remarque de Psiram: Les co-auteurs affiliés au laboratoire Australian Biologics sont Burke J (suivant les documents son prénom est Jennie ou Janette), Wang Y (Yean Wang) et Franco A [Agustin Franco)][19]
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6023324/ Persistent Borrelia Infection in Patients with Ongoing Symptoms of Lyme Disease. Publié dans Healthcare (Basel) en juin 2018.
    Marianne J. Middelveen,1 Eva Sapi,2 Jennie Burke,3 Katherine R. Filush,2 Agustin Franco,4 Melissa C. Fesler,5 and Raphael B. Stricker5,*. Publié en ligne dans Healthcare (Basel) en juin 2018
    Author information
    1 Atkins Veterinary Services, Calgary, AB T3B 4C9, Canada; ten.sulet@leddim
    2 Department of Biology and Environmental Science, University of New Haven, West Haven, CT 06516, USA; ten.ipasave@hnu (E.S.); moc.liamg@hsulif.r.enirehtak (K.R.F.)
    3 Australian Biologics, Sydney, NSW 2000, Australia; ua.moc.scigoloibnailartsua@ekrub.einneJ
    4 School of Health Sciences, Universidad Catolica Santiago de Guayaquil, Guayaquil 090615, Ecuador; ua.moc.tensutpo@ocnarf.nitsuga
    5 Union Square Medical Associates, 450 Sutter Street, Suite 1504, San Francisco, CA 94108, USA; moc.liamg@relsefcassilem
    Correspondence: moc.demamsu@rekcirtsr
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6498767/ Erosive Vulvovaginitis Associated With Borrelia burgdorferi Infection.
    (Vulvovaginite érosive associée à une infection à Borrelia burgdorferi)
    Published online 2019 May
    Melissa C. Fesler, FNP-BC,1,*, Marianne J. Middelveen, MDes,2,*, Jennie M. Burke, MSc (Hons),3 and Raphael B. Stricker, MD1.
    1 Union Square Medical Associates, San Francisco, Californie, États-Unis
    2 Services vétérinaires Atkins, Calgary, Alberta, Canada
    3 Australian Biologics, Sydney, Nouvelle-Galles du Sud, Australie
    1 Raphael B. Stricker, MD, Union Square Medical Associates, 450 Sutter Street, Suite 1504, San Francisco, CA 94108, États-Unis. Email: moc.demamsu@rekcirtsr
    * Ces auteurs ont également contribué à l'article.
    Résumé
    Nous décrivons un cas de vulvovaginite érosive aiguë accompagnant une infection à Borrelia burgdorferi. La patiente est une femme de 57 ans qui a déjà reçu un diagnostic de maladie de Lyme et qui présentait une lésion érosive génitale douloureuse. Au moment de l'éclosion, elle était traitée avec des antibiotiques oraux et elle a été testée sérologiquement positive pour la B burgdorferi et sérologiquement négative pour la syphilis. L'examen histologique du tissu de biopsie de la lésion n'était pas caractéristique des modèles dermatopathologiques typiques des conditions vulvaires érosives. Des sections de biopsie tachées de dieterle ont révélé des spirochètes visibles dans toute la strate spinosum et la strate basale, et l'immunocoloration anti-B burgdorferi était positive. Des spirochètes deotile ont été observés au microscope à fond noir et cultivés dans le milieu complet de Barbour-Stoner-Kelly inoculé avec des prélèvements de peau de la lésion. Les spirochètes cultivés ont été identifiés génétiquement comme étant des B burgdorferi sensu stricto par réaction en chaîne par polymérase, tandis que l'amplification par réaction en chaîne par polymérase des cibles tréponémiques était négative. L'affection s'est résorbée après un traitement par antibiotiques systémiques et antibiotiques topiques supplémentaires. Dans les cas d'ulcération génitale sans étiologie identifiable, il faut envisager la possibilité d'une infection à B. burgdorferi spirochetal.

[Remarque de Psiram.com: Il est incontestable que Jennie Burke est en lien avec des VIPs ILADS, qui plus est, dont certains promeuvent la thèse de la maladie des Morgellons]

Liens externes

  • https://www.accc.gov.au/media-release/accc-institutes-proceedings-against-australian-biologics-alleging-misleading-claims-in
  • https://www.ratbags.com/rsoles/comment/ausbiologics.htm Australian Biologics (24/7/2004)
    Depuis un certain temps, la Commission australienne de la concurrence et de la consommation poursuit un charlatan appelé Jennie Burke et son entreprise, Australian Biologics, pour une publicité fausse et trompeuse de la société. Australian Biologics offrait (et offre toujours) plusieurs procédures de « diagnostic » sans valeur et inutiles qui pourraient être utilisées pour faire croire aux gens qu'ils avaient des maladies ou des maux qui pourraient être traités par des charlatans. L'action était prévue pour le tribunal cette semaine, mais un règlement a été conclu par consentement la semaine dernière. Voici ce que l'ACCC avait à dire dans son communiqué de presse : [...] En bref, il ne fait pas bon critiquer Mme Burke, elle appelle à la rescousse ses avocats…
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Microscopie_en_champ_sombre#M%C3%A9decine_non_conventionnelle
  • https://www.casewatch.net/foreign/cap/livecell.shtml CAP Guidance on Live Blood Analysis. Committees of Advertising Practice (CAP). 20 October 2015
  • https://www.asa.org.uk/advice-online/health-live-blood-analysis.html
  • http://www.dr-oberhofer.at/science/jennie-burke/index.html Jennie Burke - an untouchable pioneer
    thermography from Austria to Australia (Thermographie d'Autriche en Australie)
    The international scientific community acknowledged Burke, and from 1994 to the present, she has been in heavy demand as a presenter at international scientific conferences and symposia.

    During a European lecture tour for the Austrian Society of Oncology, Dr. Andreas Oberhofer introduced Burke to thermography, a device that measured body temperature variations and was used as an adjunct to the diagnosis of breast cancer. Dr. Oberhofer had used it in his practice for over a decade because it was non invasive and did not emit radiation.

    The thermograph had the added advantage of being used to scan the entire body to check the overall health of the patient.
    Jennie imported the first thermograph device into Australia and sought the expertise for its use from Dr. Friedrichson and Dr. Von Lennart of the German Society of Oncology, the specialist who had worked with the manufacturer of the device. Burke was particularly encouraged when she applied for and received TGA listing for the thermography machine.
    The device was also FDA approved and its scientific basis was documented in thousands of scientific studies. [Psiram.com : C'est faux, voir ci-dessous]
  • https://www.santeweb.ch/Sujets_Prioritaires/Cancer_du_sein/Actualites/Cancer_du_sein_Mise_en_garde_concernant_la_thermographie.html Cancer du sein : Mise en garde concernant la thermographie. De (Dr méd. Daniel Desalmand)
    Les adeptes de la thermographie la considèrent comme une alternative rapide et moins radioactive que la mammographie. Mais, l’agence américaine „Food and Drug Administration FDA“ avertit qu’il n’existe pas d’études cliniques ayant prouvé ces suppositions.

    La thermographie part du principe que le cancer se manifeste par une augmentation du métabolisme et de la perfusion sanguine, ainsi que par un réchauffement prononcé.
    Les supporters de la thermographie pensent même que les tumeurs peuvent ainsi être découvertes plus rapidement qu’avec une mammographie. Un autre avantage serait qu’aucun contact physique n’est nécessaire lors de la thermographie, ce qui est agréable pour la femme. De même, cette méthode ne cause pas d’irradiations, comme c’est le cas lors d’une mammographie.

    L’agence d’inspection américaine „Food and Drug Administration FDA“ indique n’avoir trouvé aucune étude clinique prouvant que la thermographie permet de découvrir un cancer du sein plus rapidement. La FDA redoute même le contraire: les hypothèses des adeptes de la thermographie ont empêché des femmes d’effectuer une mammographie, si bien que des tumeurs n’ont été découvertes chez elles qu’à un stade avancé, voir même trop tardivement.
  • https://www.fda.gov/medical-devices/safety-communications/fda-warns-thermography-should-not-be-used-place-mammography-detect-diagnose-or-screen-breast-cancer Date Issued February 25, 2019

Références

  1. Pitt St, Sydney NSW 2000, Australie
  2. https://ciss.org.au/team_member/jennie-burke/
  3. http://www.hiddenmysteries.org/health/effects/corporate.html Article "Casualties of Corporate Medicine The Jennie Burke Story". Written by Eve Hillary Filed November 1, 2003
  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Microscope_optique#Microscopie_en_champ_sombre
  5. https://www.psiram.com/de/index.php/Capital_University_of_Integrative_Medicine
  6. https://www.santeweb.ch/Sujets_Prioritaires/Cancer_du_sein/Actualites/Cancer_du_sein_Mise_en_garde_concernant_la_thermographie.html Cancer du sein : Mise en garde concernant la thermographie
    Les adeptes de la thermographie la considèrent comme une alternative rapide et moins radioactive que la mammographie. Mais, l’agence américaine „Food and Drug Administration FDA“ avertit qu’il n’existe pas d’études cliniques ayant prouvé ces suppositions.
  7. https://fr.wikipedia.org/wiki/Thermographie
  8. https://quackwatch.org/related/tests/crt/ Bolan’s Clot Retraction Test: Another Scheme to Sell You Something (Test de rétraction des caillots de Bolan : Un autre stratagème pour vous vendre quelque chose) Stephen Barrett, M.D. August 20, 2006
  9. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées bolan.
  10. https://www.smh.com.au/business/medical-tests-not-scientific-biologics-20040716-gdjcr3.html Article "Medical tests not scientific: Biologics" publié le 16 juillet 2004 dans The Sydney Morning Herald
  11. https://www.psiram.com/de/index.php/Lebendblutanalyse (analyse du sang vivant)
  12. https://www.findlaw.com.au/news/4604/accc-settles-proceedings-against-australian-biolog.aspx Article publié le 15 juillet 2004
  13. https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/Tests/crt.html
  14. https://www.bmartin.cc › dissent › Hillary03-Burke PDF Téléchargez le document "Hillary03-Burke.PDF" de E Hillary, Filed November 1, 2003, proposé sur le site bmartin.cc. IL s'agit de "Casualties of corporate medicine: the Jenny Burke story" (Victimes de la médecine d'entreprise : l'histoire de Jenny Burke)
  15. https://www.accc.gov.au/media-release/accc-institutes-proceedings-against-australian-biologics-alleging-misleading-claims-in ACCC institutes proceedings against Australian Biologics alleging misleading claims in health product. 1 July 2003
  16. http://web.archive.org/web/20010215152221/australianbiologics.com/liveblood.html
  17. https://www.accc.gov.au/media-release/accc-institutes-proceedings-against-australian-biologics-alleging-misleading-claims-in
  18. https://www.researchgate.net/publication/273661005_Granulomatous_hepatitis_associated_with_chronic_Borrelia_burgdorferi_infection_a_case_report Abstract
    Although Lyme borreliosis has been linked to hepatitis in early stages of infection, the association of chronic Borrelia burgdorferi infection with hepatic disease remains largely unexplored. We present the case of a 53-year-old woman diagnosed with Lyme disease who developed acute hepatitis with elevated liver enzymes while on antibiotic treatment. Histological examination of liver biopsy tissue revealed spirochetes dispersed throughout the hepatic parenchyma, and the spirochetes were identified as Borrelia burgdorferi by molecular testing with specific DNA probes. Motile spirochetes were also isolated from the patient’s blood culture, and the isolate was identified as Borrelia burgdorferi sensu stricto by two independent laboratories using molecular techniques. These findings indicate that the patient had active, systemic Borrelia burgdorferi infection and consequent Lyme hepatitis, despite antibiotic therapy.
  19. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25879673