Marianne Middelveen

De Psiram
Capture d'écran sur une video youtube mise en ligne le 5 janvier 2018[1]

Marianne Middelveen est une microbiologiste vétérinaire canadienne vivant dans la région de Calgary. Elle est membre de l'ILADS et, depuis longtemps, directrice de l'ILADEF, l'organisme de formation de l'ILADS.[2]

L'étude de Marianne Middelveen sur la maladie des Morgellons

Association of spirochetal infection with Morgellons disease. Publié le 28 Jan 2013[3]
Auteurs: Marianne J Middelveen1, Divya Burugu2, Akhila Poruri2, Jennie Burke3, Peter J Mayne1, Eva Sapi2, Douglas G Kahn4, Raphael B Stricker1.
1: International Lyme and Associated Diseases Society, Bethesda, MD, 20827, USA
2: Department of Biology and Environmental Science, University of New Haven, West Haven, CT, 06516, USA
3: Australian Biologics, Sydney, 2000, Australia
4: Department of Pathology, Olive View-UCLA Medical Center, Sylmar, CA, 91342, USA.
La Fondation Charles E. Holman, Austin, TX, a financé en partie cette étude.

Commentaire [critique] pour la Version 1 (traduction Deppl) :

Steven Salzberg, McKusick-Nathans Institute of Genetic Medicine, Johns Hopkins University School of Medicine, USA
Publication : 13 oct. 2013
Cet article contient de très graves lacunes scientifiques et n'aurait jamais dû être publié. La maladie appelée " maladie des Morgellons " (M.D.) n'a été décrite que récemment à partir de l'autodiagnostic des patients, et elle a fait l'objet d'un examen approfondi et n'a aucun fondement physique. Le CDC a rapporté[4] que les fibres sur la peau des patients étaient des fibres de vêtements.
Ils ont également constaté qu'"après une analyse approfondie, la plupart des plaies semblaient être le résultat d'égratignures et d'égratignures chroniques, sans cause sous-jacente". Le CDC et une étude récente de la clinique Mayo[5] ont conclu que la MD est une forme de parasitose délirante et que les patients qui se plaignent des Morgellons ont probablement besoin d'un traitement psychiatrique.
Les auteurs de cette étude nient les preuves publiées et tentent plutôt d'affirmer que la M.D. est causée par une forme de maladie de Lyme chronique. L'infection chronique par B. burgdorferi, tout comme la M.D., a été démontrée dans de multiples études comme n'ayant aucun fondement scientifique.
Les preuves présentées dans cet article sont un peu plus de 4 résultats de PCR, dont un n'a montré aucune preuve de B. burgdorferi, un était faiblement positif, et deux étaient positifs. Les séquences amplifiées, qui sont présentées dans l'article d'Opinion [6]mais pas ici, sont supposées avoir BLAST à une autre espèce de Borrelia, B. garinii, mais les alignements sont si faibles qu'ils pourraient facilement représenter d'autres bactéries cutanées communes. Les auteurs n'expliquent pas non plus pourquoi les séquences ne correspondent pas à B. burgdorferi, le spirochète primaire de la maladie de Lyme. Ainsi, même leurs échantillons positifs ne correspondent pas aux bonnes espèces.
Les affirmations et les assertions faites dans cet article sont non seulement erronées, mais elles représentent une dangereuse pseudo-science. Les patients pourraient facilement être induits en erreur en prenant des antibiotiques à long terme pour un état qui nécessite plutôt des soins psychiatriques ou d'autres traitements.
Intérêts concurrents : Aucun.

L'étude sur la transmission sexuelle de la maladie de Lyme (août 2015)

"Sexual transmission of Lyme disease: challenging the tickborne disease paradigm" publiée en août 2015[7][8]

Auteurs: Middelveen MJ et Stricker RB. Tous deux rattachés à l'International Lyme and Associated Diseases Society [ILADS], P.O. Box 341461, Bethesda, MD 20827-1461, USA.

Résumé La maladie de Lyme causée par le spirochète Borrelia burgdorferi est devenue une épidémie mondiale majeure. Dans cet article, nous explorons les preuves cliniques, épidémiologiques et expérimentales de la transmission sexuelle de la maladie de Lyme chez les modèles animaux et les humains. Bien que la probabilité de transmission sexuelle du spirochète de Lyme demeure spéculative, la possibilité de transmission de la maladie de Lyme par contact intime avec l'homme mérite d'être étudiée plus avant.

cet article est une ébauche

Références

  1. https://www.youtube.com/watch?v=g5jTCdhUdRY
  2. https://www.ilads.org/blog-iladef-welcomes-new-officers-and-directors/
  3. https://pdfs.semanticscholar.org/eda0/8a21360efeea186453c45f53f1322bbd07a0.pdf Article "Association of spirochetal infection with Morgellons disease" F1000Research. Première publication: le 28 janvier 2013, Première indexation: 03 avr. 2013.
  4. http://www.cdc.gov/unexplaineddermopathy/
  5. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22264448
  6. http://f1000research.com/articles/2-118/v1
  7. https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1586/14787210.2015.1081056
  8. Sexual transmission of Lyme disease : challenging the tickborne disease paradigm