Eva Sapi

De Psiram
Eva Sapi.JPG

Eva Sapi, d'origine hongroise, vivant et exerçant à New Haven (Connecticut), et faisant des recherches sur la maladie de Lyme. Elle affirme avoir été atteinte de la maladie de Lyme vers 2004.

Eva Sapi dirige le University of New Haven Lyme Disease Research Group (Groupe de recherche sur la maladie de Lyme de l'Université de New Haven [située au Connecticut], un groupe que le site lymescience.org classe dans la catégorie des groupes à éviter car leurs sources nient le consensus scientifique.[1]

On peut en juillet 2019 consulter le projet des guidelines sur la maladie de Lyme de La Société américaine de maladies infectieuses (IDSA), de l'Académie américaine de neurologie (AAN) et l'American College of Rheumatology (ACR) [2].

Présentation d'Eva Sapi sur le site de l'Université de New Haven (Connecticut)

Dr. Sapi a reçu son Ph.D. en génétique et biologie moléculaire de l'Université d'Eotvos Lorand (Budapest, Hongrie) en 1987.

Elle est professeure associée, attachée de recherche & coordinatrice au Département de biologie et de sciences de l'environnement de l'Université de New Haven (Connecticut, USA) où elle enseigne des cours de biologie de premier et deuxième cycle universitaire et mène des recherches sur la maladie de Lyme avec ses étudiants diplômés.

Son domaine de recherche est d'étudier les différentes formes de Borrelia burgdorferi pour mieux comprendre comment la Borrelia peut se cacher du système immunitaire ainsi que des thérapies antimicrobiennes. Ses recherches récentes montrent que la Borrelia burgdorferi est capable de former une couche de protection autour d'elle-même appelée biofilm, ce qui pourrait la rendre très résistante aux antibiotiques et fournir une explication logique quant à la raison pour laquelle un traitement antibiotique de longue durée pourrait échouer pour les patients ayant un historique de morsure de tique.
L'objectif de son groupe de recherche est de caractériser pleinement cette forme originale et d'identifier de nouveaux agents antibactériens efficaces pour tuer toutes les formes de Borrelia burgdorferi.

Le Dr Sapi a organisé et présidé six colloques sur la maladie de Lyme à l'Université de New Haven au cours des dernières années. [3]

En 2012, Eva Sapi, avec son groupe collaborateur d'étudiants diplômés ont rejoint l'équipe de chercheurs travaillant sur des tests d'ADN sur des spécimens de [[maladie des Morgellons]) [4].[5]

Quels sont les organismes qui financent les études d'Eva Sapi ?

A vrai dire, normalement ce devrait être l'université qui l'a recrutée. Pourtant on voit d'autres financements (y compris pour de l'achat de matériel de recherche, ce qui n'est pas banal) qui laissent à penser que ses études pourraient bien être orientées dans une direction bien précise.

A l'occasion de sa conférence de 2012, la Lyme Disease Association (LDA) présente les biographies des orateurs qui y participent, en fait partie Eva Sapi [6]. A son propos, on y lit:

Son équipe de recherche a été établie il y a huit ans et, à ce jour, plus de 60 étudiants diplômés ont reçu une formation sur la recherche liée à la maladie de Lyme.

Au cours des dernières années, le groupe de recherche sur la maladie de Lyme de l'UNH [Université de New Haven] a identifié une augmentation alarmante du taux de co-infection chez les tiques de cerf, y compris la découverte de nouvelles co-infections telles que les mycoplasmes et les espèces de nématodes microfilaires. Au cours des trois dernières années, le groupe de recherche Lyme a reçu plusieurs subventions extra-muros de la Foundation Turn the Corner, de la Lyme disease Association et de la Californian Lyme disease Association [CALDA], ce qui permettra au groupe d'explorer de nouvelles idées pour la recherche sur la maladie de Lyme.

Récemment, son groupe de recherche a étudié les différentes formes de bactéries Borrelia burgdorferi afin de mieux comprendre comment Borrelia peut se cacher du système immunitaire et de différentes thérapies. Avec la collaboration du Dr Alan MacDonald, le groupe de recherche a découvert que la Borrelia burgdorferi est capable de former une couche protectrice autour d'elle-même - appelée biofilm - qui pourrait la rendre très résistante aux antibiotiques et fournir une explication logique à la question[, à savoir,] pourquoi le traitement antibiotique prolongé pour les patients ayant un antécédent de tique-morsure pourrait échouer. Le but de son groupe de recherche est d'identifier de nouveaux agents antibactériens qui sont efficaces pour tuer toutes les formes (spirochètes, corps ronds et biofilm) de la Borrelia burgdorferi.

Le Dr Sapi a organisé et présidé quatre symposiums nationaux sur la maladie de Lyme à l'Université de New Haven au cours des dernières années (2006-2011)

=== Quelles sont les autres études d'Eva Sapi financées par la Lyme Disease Association (LDA) ? La LDA est une association de patients dont le siège social est situé à Jackson, NJ 08527. [7] ===

  • Connecticut 2009 - XMRV [8] en ticks. Eva Sapi, PhD Université de New Haven (COMPLÉTÉ)
  • Connecticut 2009 - Biofilms. Eva Sapi, PhD:University of New Haven (COMPLETED, PUBLISHED)
  • Connecticut 2011 - (Rollover of excess funds from past project) Eva Sapi, PhD: University of New Haven Immuno stainings on the Borrelia biofilm (COMPLETED, PUBLISHED)
  • Connecticut 2012 - Eva Sapi, PhD: University of New Haven. Equipment loan for Lyme research (in conjunction with TFL [Time of Lyme, affiliate of the LDA]) (PUBLISHED)
    - Eva Sapi, PhD: Université de New Haven. Prêt de matériel pour la recherche Lyme (en collaboration avec TFL)

Quels autres chercheurs la LDA finance-t'elle ?

Liste non exhaustive [9]:

Eva Sapi est-elle financée par d'autres organismes du même réseau pro-ILADS ?

Un exemple: en 2013 appel à financer un microscope pour Eva Sapi par Lorraine Johnson [10]. Lorraine Jonhson est en fait la directrice exécutive de la CALDA (la California Lyme Disease Association) et éditrice en chef de Lyme Times, le journal de cet organisme [11]. Sur le site web de la CALDA lymedisease.org, on retrouve évidemment faisant part du conseil d'administration Lorraine Johnson, mais aussi Christine Green et Raphael Stricker [12], qui est un co-auteur d'Eva Sapi dans diverses publications douteuses (par exemple sur la soi-disant maladie des Morgellons [13]. IL y est précisé que la CALDA a financé des recherches à Stanford, à l'Université du Connecticut à New Haven, à Stony Brook et à Johns Hopkins. [...] Par exemple, nous avons levé plus de 150 000 $ pour acheter un microscope spécialisé et soutenir le travail du Dr Eva Sapi sur la persistance et les biofilms dans la maladie de Lyme [14].

Les études d'Eva Sapi

Evaluation of in-vitro antibiotic susceptibility of different morphological forms of Borrelia burgdorferi

Cette étude [15] avait été publiée en avril 2011 dans le journal Infection and Drug Resistance, un journal en "open access" édité par Dovepress, un journal que Jeffrey Beall avait ajouté en 2015 à sa liste de "predatory publishers"[16]

Improved culture conditions for the growth and detection of Borrelia from human serum

[17]

L'annonce s'est répandue rapidement via le Web chez les patients atteints de la maladie de Lyme aux États-Unis. Un petit laboratoire privé a fait une percée passionnante, disait l'e-mail, développant un moyen infaillible d'identifier la maladie débilitante chez les gens.

"Ce test est en cours de développement petit à petit, sans encore grand nombre d'annonces publiques", a écrit Joseph Burrascano Jr., un médecin de New York et principal défenseur [des intérêts] des patients [atteint de la maladie de] Lyme. En se décrivant comme un consultant du laboratoire, Burrascano a dit qu'il était en train d'envoyer des e-mails à des médecins "pour que vous puissiez être parmi les premiers à pouvoir commander ces tests avant que le laboratoire ne soit submergé".

Pour la foule de personnes malades en Nouvelle-Angleterre où la maladie de Lyme est devenue une préoccupation majeure en matière de santé, le message permettait d'espérer que, finalement, ils auraient la preuve que leurs problèmes de santé chroniques étaient causés par la maladie de Lyme.

Deux ans plus tard, Advanced Laboratory Services a effectué plus de 4,200 tests de Lyme, mais les scientifiques et les régulateurs scrutent les méthodes de l'entreprise de Pennsylvanie. New York a interdit le test parce qu'il n'y a aucune preuve ça marche, et les inspecteurs de l'état ont découvert des pratiques du laboratoire "largement inférieures aux normes" [de mauvaise qualité]. Un scientifique fédéral a soulevé des problèmes de contamination. [18]

Culture and identification of Borrelia spirochetes in human vaginal and seminal secretions

Depuis 2014, l'équipe Marianne Middelveen, Raphael Stricker et Eva Sapi cherchent à publier une étude à l'appui de l'hypothèse d'une possible transmission sexuelle de la maladie de Lyme dans F1000Research Research [19] [20]

Mise en garde des CDC contre les tests pour diagnostiquer la maladie de Lyme développés par Eva Sapi

Concerns Regarding a New Culture Method for Borrelia burgdorferi Not Approved for the Diagnosis of Lyme Disease (Préoccupations concernant une nouvelle méthode de culture de Borrelia burgdorferi non approuvée pour le diagnostic de la maladie de Lyme)
Weekly
April 18, 2014 / 63(15);333-333 [21] Traduction à l'aide de Deepl et Google :

[Auteurs :] Christina Nelson, MD1, Sally Hojvat, PhD2, Barbara Johnson, PhD1, Jeannine Petersen, PhD1, Marty Schriefer, PhD1, C. Ben Beard, PhD1, Lyle Petersen, MD1, Paul Mead, MD1 (affiliations des auteurs à la fin du texte)

En 2005, les CDC et la Food and Drug Administration (FDA) ont publié un avertissement concernant l'utilisation de tests de dépistage de la maladie de Lyme dont la précision et l'utilité clinique n'ont pas été correctement établies (1). Ce sont souvent des tests développés en laboratoire (également connus sous le nom de "tests maison" [note de Psiram : ce qui veut dire un test fabriqué dans le laboratoire qui le vend]) qui sont fabriqués et utilisés dans un seul laboratoire et qui n'ont pas été autorisés ni approuvés par la FDA. Récemment, le CDC a reçu des demandes de renseignements concernant un test mis au point en laboratoire utilisant une nouvelle méthode de culture pour identifier Borrelia burgdorferi, le spirochète responsable de la maladie de Lyme. Les échantillons de patients auraient été incubés en utilisant un processus de pré-enrichissement en deux étapes, suivi d'une immunocoloration avec ou sans analyse par réaction en chaîne par polymérase (PCR). Les échantillons dont le test est positif par immunocoloration ou PCR sont considérés comme "culture positive" (2). Les méthodes et les résultats publiés pour ce test développé en laboratoire ont été examinés par les CDC. L'examen a soulevé de graves préoccupations au sujet des résultats faussement positifs causés par la contamination en laboratoire et le risque d'erreur de diagnostic (3).

Les CDC recommandent que les tests de laboratoire autorisés ou approuvés par la FDA soient utilisés pour faciliter le diagnostic de routine de la maladie de Lyme. Une liste complète et consultable de ces tests est disponible en ligne (4).

Lors de l'évaluation des options de test, les prestataires de soins et leurs patients pourraient être déconcertés par la distinction entre la certification de laboratoires par la CLIA (Clinical Laboratory Improvement Amendments) et l'autorisation ou l'approbation par la FDA de tests spécifiques. La certification CLIA d'un laboratoire indique que celui-ci répond à un ensemble de normes de qualité de base. Il est toutefois important de noter que le programme CLIA ne traite pas de la validité clinique d'un test spécifique (c.-à-d. de la précision avec laquelle le test détermine, mesure ou prédit la présence ou l'absence de conditions cliniques chez un patient). Par contre, l'autorisation/approbation d'un test par la FDA garantit que le test lui-même a une validation analytique et clinique adéquate, est sûr et efficace.

Lorsqu'un test de laboratoire est indiqué, les CDC recommandent un test sérologique à deux niveaux pour le diagnostic de la maladie de Lyme. Le test à deux niveaux consiste en un dosage immunoenzymatique (EIA) approuvé par la FDA qui, s'il est positif ou équivoque, est suivi d'un test immunoenzymatique approuvé par la FDA, communément appelé test du "Western blot". Les résultats ne sont considérés comme positifs que lorsque l'EIA et le Western blot sont tous deux positifs (5). La culture et la PCR d'échantillons cliniques ne sont recommandées que dans de rares cas (6).

Les CDC encouragent les chercheurs à travailler avec la FDA pour mettre au point des tests nouveaux ou améliorés pour le diagnostic de la maladie de Lyme. Comme pour tout test de diagnostic, il est essentiel que les nouveaux tests de dépistage de la maladie de Lyme fassent l'objet d'une validation analytique et clinique adéquate afin d'éviter les erreurs de diagnostic et les mauvais traitements des patients.

Affiliation des auteurs :
1 : Division of Vector-Borne Diseases, National Center for Emerging and Zoonotic Infectious Diseases, CDC
2 : Division of Microbiology Devices, Office of In Vitro Diagnostics and Radiological Health, Center for Devices and Radiological Health, FDA
(auteur correspondant : Christina Nelson, wje1@cdc.gov, 970-225-4259)

Les références mentionnées dans l'article :

  • 1. CDC. Notice to readers: caution regarding testing for Lyme disease. MMWR 2005;54:125. [22]
  • 2. Sapi E, Pabbati N, Datar A, Davies EM, Rattelle A, Kuo BA. Improved culture conditions for the growth and detection of Borrelia from human serum. Int J Med Sci 2013;10:362–76. [23] [Il s'agit de l'étude d'Eva Sapi critiquée]
  • 3. Johnson BJ, Pilgard MA, Russell TM. Assessment of new culture method for detection of Borrelia species from serum of Lyme disease patients. J Clin Microbiol 2014;52:721–4. [24] [25]
  • 4. Food and Drug Administration. Devices@FDA. [Database: search on product code LSR]. Silver Spring, MD: US Department of Health and Human Services, Food and Drug Administration; 2014. Available at http://www.accessdata.fda.gov/scripts/cdrh/devicesatfda/index.cfmExternal Web Site Icon.
  • 5. CDC. Notice to readers: recommendations for test performance and interpretation from the Second National Conference on Serologic * 6. Diagnosis of Lyme Disease. MMWR 1995;44:590–1.
  • 6. Aguero-Rosenfeld ME, Wang G, Schwartz I, Wormser GP. Diagnosis of Lyme borreliosis. Clin Microbiol Rev 2005;18:484–509. [26] [27]

Références

  1. https://lymescience.org/scientific-consensus/ (à propos du New Haven Lyme Disease Research Group voir tout en bas de la page web)
  2. https://www.idsociety.org/lymepubliccomments
  3. http://www.newhaven.edu/faculty-staff-profiles/eva-sapi.php
  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Morgellons
  5. http://www.thecehf.org/eva-sapi.html
  6. https://www.lymediseaseassociation.org/176-lda-conferences/lda-conf-2012/1056-2012-conference-speaker-biographies#Sapi
    In Vitro antimicrobial sensitivity studies
    Dr. Sapi [...] Her research team was established 8 years ago and to date, over 60 graduate students have received training in Lyme disease related research.
    In the last several years UNH Lyme disease research group has identified an alarming increase in the co-infection rate in deer ticks, including discovery of novel co-infections such as mycoplasma and microfilarial nematode species. In the last 3 years the Lyme research group has received several extramural grant supports from the Turn the Corner Foundation [un organisme de New York], Lyme Disease Association [un organisme du New Jersey] and Californian Lyme disease [CALDA] which will allow the group to investigate novel ideas for Lyme disease research.
    Recently her research group studies the different forms of Borrelia burgdorferi bacteria to better understand how Borrelia can hide from the immune system and from different therapies. With collaboration with Dr. Alan MacDonald, the research group discovered that Borrelia burgdorferi is capable forming a protective layer around itself – called biofilm – which could render it to be very resistant to antibiotics and provide a logical explanation as to why extensive antibiotic treatment for patients with a tick-bite history could fail. The goal of her research group is to identify novel antibacterial agents that are effective in killing all forms (spirochete, round bodies and biofilm) of Borrelia burgdorferi.
    Dr. Sapi organized and chaired four National Lyme Disease Symposiums at the University of New Haven during the last several years (2006-2011)
  7. https://www.lymediseaseassociation.org/grants/research-grants/lda-awards-103-research-grants-since-1992
  8. https://en.wikipedia.org/wiki/Xenotropic_murine_leukemia_virus-related_virus
  9. https://www.lymediseaseassociation.org/grants/2015-grant-summary-stats
  10. https://www.indiegogo.com/projects/stop-the-suffering-with-lymedisease-org-support-dr-sapi-s-research#/
  11. http://lymediseaseresourcec.bizland.com/lthistory.html
  12. https://www.lymedisease.org/about-us/who-we-are/board-of-directors/
  13. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4328066/ Exploring the association between Morgellons disease and Lyme disease: identification of Borrelia burgdorferi in Morgellons disease patients Marianne J Middelveen, Cheryl Bandoski, Jennie Burke, Eva Sapi, Katherine R Filush, Yean Wang, Agustin Franco, Peter J Mayne, and Raphael B Stricker
  14. https://www.lymedisease.org/about-us/what-we-do/#grants
  15. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3132871/ Eva Sapi, Navroop Kaur, Samuel Anyanwu, David F Luecke, Akshita Datar, Seema Patel, Michael Rossi, and Raphael B Stricker
  16. https://twitter.com/jeffrey_beall/status/587792500548509697?lang=fr Dove Press (Dove Medical Press) added to list of predatory publishers. I recommend avoiding this publisher.
    Dove Press (Dove Medical Press) ajouté à la liste des éditeurs prédateurs. Je recommande d'éviter cet éditeur.
  17. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3590594/ Improved Culture Conditions for the Growth and Detection of Borrelia from Human Serum. Eva Sapi,1,2,✉ Namrata Pabbati, Akshita Datar, Ellen M Davies, Amy Rattelle, and Bruce A Kuo
    Eva Sapi mentionne faire partie 1° de la Research Division of Advanced Laboratory Services Philadelphia PA, USA; et 2° du Department of Biology and Environmental Science, University of New Haven, West Haven CT, USA. Article publié en ligne le 18 février 2013 dans le International Journal of Medical Sciences (Int J Med Sci.)
  18. https://www.bostonglobe.com/lifestyle/health-wellness/2013/10/20/many-tests-diagnose-lyme-but-proof-they/ISjAcxmZxkk2disi94ENfI/story.html Oct.21 2013. Many tests to diagnose Lyme, but no proof they work Unregulated procedures can be costly, sow confusion
  19. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5482345/
  20. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5482345.3/
  21. https://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm6315a4.htm Concerns Regarding a New Culture Method for Borrelia burgdorferi Not Approved for the Diagnosis of Lyme Disease. April 18, 2014
  22. https://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm5405a6.htm Avis aux lecteurs: Mise en garde concernant le dépistage de la maladie de Lyme
    Le CDC et la Food and Drug Administration (FDA) ont appris l'existence de laboratoires commerciaux qui effectuent des tests de dépistage de la maladie de Lyme en utilisant des tests dont la précision et l'utilité clinique n'ont pas été correctement établies. Ces tests comprennent des tests d'antigène dans les urines, une coloration immunofluorescente pour les formes de Borrelia burgdorferi déficientes dans la paroi cellulaire et des tests de transformation lymphocytaire. En outre, certains laboratoires effectuent des tests de réaction en chaîne de la polymérase pour B. burgdorferiL'ADN sur des échantillons inappropriés tels que le sang et l'urine ou interprète des transferts Western en utilisant des critères qui n'ont pas été validés et publiés dans la littérature scientifique évaluée par les pairs. [...] Publié le 11 février 2005
  23. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23470960 Improved culture conditions for the growth and detection of Borrelia from human serum.
  24. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23946519
  25. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3957795/
  26. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16020686
  27. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1195970/