Richard Horowitz

De Psiram
Les organisateurs du congrès étaient l'IPSN et Santé Nature Innovation deux organismes connus pour s'adresser à un public critique de la médecine conventionnelle et/ou à des thérapeutes auto-proclamés.
Source [1]

Le Dr Richard Horowitz est un médecin interniste qui exerce à Hyde Park, dans l’état de New York. Il a fait ses études de médecine de 1972 à 1984 à l'Université libre de Bruxelles en Belgique. Il s’est spécialisé dans le traitement de la maladie de Lyme et des maladies chroniques qui lui sont associées et est l'un des membres fondateurs de l'ILADS (International Lyme and Associated Diseases Society).

L'ILADS est un organisme controversé dont les préconisation et les pratiques sont très éloignées des préconisations adoptées par consensus par la communauté médicale, c'est à dire celles de l'IDSA (Infectuous Disease Society of America).[2]. Un article du Lancet de septembre 2011 fait même état d'anti-science, de problèmes d'éthique, d'activistes et de menace pour la santé publique[3]. Des mesures disciplinaires ont été prises, dont une concerne le Dr Horowitz en février 2007[4]. Ce n'était apparemment pas la 1ère fois, déjà en 2002 il avait été mis en cause, avec un collègue le Dr Joseph Burrascano[5][6], et il était question d'une suspension de l'autorisation d'exercer du Dr Horowitz de 3 mois[7]. L'association Lyme Sans Frontières propose même un document du Dr Joseph Burrascano qui est dit président d'ILADS[8].

La maladie de Lyme chronique n'existe probablement pas, et traiter cette supposée maladie avec des antibiotiques sur de longues durées, comme le préconise le dr Horowitz, n'a par conséquent pas de sens. Deux essais randomisés publiés dans le New England Journal of Medicine ont conclu que les antibiotiques à long terme ne font pas mieux qu'un placebo.[9].[10] [11] [12]

Richard Horowitz intervient en France

Capture d'écran [13] On peut constater que Richard Horowitz fait effectuer des tests de métaux lourds dans les urines après provocation (en français on utilise aussi le terme de mobilisation) par le laboratoire d'analyses DOCTOR'S DATA, un laboratoire douteux utilisé par les praticiens proposant des thérapies par chélation, [14] [15] [16], les cranks de l'autisme, etc.
Il utilise aussi d'autres laboratoires, voir dans le protocole Horowitz publié sur le site de Corinne Skorupka la diapositive page 36 pour Doctor's Data, la page 57 pour Lab Aeron, Metametrix, Genova et Diagnostek [17]

En 2014 à Strasbourg

L'association Lyme sans frontières, dont Judith Albertat est la présidente, a organisé le 6 juin 2014 une journée d'étude à l'intention des médecins et professionnels de santé animée par le Dr Horowitz[18][19].

En 2015, à Paris au Congrès IPSN 2015

Le congrès, intitulé "Les nouveaux traitements naturels de pointe", était organisé par l'IPSN en partenariat avec Santé Nature Innovation[20], deux organismes ayant des pratiques douteuses [21][22][23]. Sujet de l'intervention du Dr Horowitz: "Quelle stratégie adopter contre la maladie de Lyme, transmise par les tiques ?". L'écoute de la vidéo de son intervention[1] est instructive, outre que selon lui, la maladie de lyme ou borréliose peut induire une série de pathologies impressionnante dont l'autisme, on y apprend qu'il faut pratiquer des chélations.

En 2017, à Paris

Un congrès ILADS est annoncée pour les 19 et 20 mai 2017 à Paris à l'intention des professionnels de la santé sur le site de la Fédération Française contre les Maladies Vectorielles à tiques (FFMVT) [24] qui, pour plus de détails sur le programme, met un lien vers l'annonce du congrès sur le site d'ILADS [25], ayant cliqué là sur l'onglet "schedule" on obtient le programme: [26].

Les intervenants de l'ILADS des USA: Samuel M. Shor, président actuel de l'ILADS, Richard Horowitz (il a été président ou vice-président de l'ILADS en 2007-2008), Raphael B. Stricker, un dénialiste du SIDA [27] [28] qui a publié en 2010 un article "Morgellons disease: Analysis of a population with clinically confirmed microscopic subcutaneous fibers of unknown etiology" [29]dans un journal douteux "Dove Medical Press" qui figurait en 2012 dans la "Beall's List of Predatory, Open-Access Publishers", une maladie qui n'existe pas[30], et autres intervenants.

Des allemands: Carsten Nicolaus et Armin J. Schwarzbach (voir à Borreliose-Centrum-Augsburg). Schwarzbach a été jusqu'à récemment le responsable du laboratoire médical du Borreliose-Centrum-Augsburg), tous deux sont membres de l'ILADS. Petra Hopf Seidel (Deutsche Borreliose Gesellschaft, Allemagne).

Des membres de Chronimed, un groupe parrainé par Luc Montagnier, qui s'occupe, entre autres, d'autisme: Louis Teulières et Philippe Raymond.

Le belge Kenny L. De Meirleir, qui traite la fatigue chronique et porte aussi de l'intérêt à l'autisme. Il a fait partie de l'équipe de David Noakes qui vendait la substance illicite GcMAF au coeur d'un scandale en 2015.

Et Christian Peronne en personne qui, comme il est dit dans l'annonce du congrès par l'ILADS: "We are excited to introduce Dr. Christian Perronne, of the University of Paris as the organizer of the scientific conference on behalf of ILADS" (nous sommes ravis de présenter le Dr. Christian Perronne, de l'Université de Paris, l'organisateur de la conférence scientifique pour le compte de l'ILADS) [25].

Publication en français

Soigner Lyme et les maladies chroniques - Dr Richard Horowitz publié par Thierry Souccar Editions. Dans ce livre figure le questionnaire Horowitz qu'on peut consulter sur le site de la FFMVT [31]

Les laboratoires auxquels Horowitz fait appel et les traitements qu'il préconise

Un examen de son livre "Why Can't I get better ? Solving the Mystery of Lyme and Chronic Disease" paru en octobre 2013 et du fichier power-point "protocol-horowitz" sur le site de l'association Ariane de Corinne Skorupka[32] permet de constater qu'il fait appel pour les analyses aux laboratoires "Aeron Life Cycle Labs", "Doctor's Data", "MetaMetrix Medical Research Laboratory", "Genova Diagnostics" et Diagnosteck ("Diagnos-Techs"?), tous figurant dans la liste des "Laboratoires faisant des tests de laboratoire non-standards" de Stephen Barrett publiée sur le site quackwatch [33]. En ce qui concerne les traitements, on trouve la "détoxication des métaux lourds" (page 37), la chélation par voie rectale, transdermique ou par IV (Intra-veineuse) et divers suppléments nutritionnels (page 47). Dans la diapositive "Phytothérapie/thérapies complémentaires et alternatives pour la maladie de Lyme chronique" (page 67) sont promûs divers traitements non reconnus par la science, dont un Salt & Vit C protocol, Rife machines, un protocole homéopathique et les pages 68 et 69 sont consacrées au Cowden Protocol de William L. Cowden (voir la Rogue's gallery ci-dessous à la date du 29 janvier 2002).

Les Lyme Literate Medical Doctors (LLMDs)

Source: le document An Evolving Rogues' Gallery of “Lyme Literate” Quacks and Crooks[34]

Un document intitulé An Evolving Rogues’ Gallery of “Lyme Literate” Quacks and Crooks, publié en janvier 2011, fait le tour des démêlés des LLMDs avec les autorités sanitaires ou judiciaires des USA, références à l'appui [34]. Il reprend et complète le document Updating the Rogues Gallery of LLMDs" (Mise à jour de la galerie Rogues des LLMDs). Did we miss anyone? (Avons-nous oublié quelqu'un?), publié le 26 Janvier 2008 [35]. Traduction de quelques passages:

23 avril 2002. Le Dr Joseph Burrascano, après audition devant le New York State OPMC sur ses traitements médicaux des patients de Lyme, a été placé en probation avec un moniteur de pratique.

2001. Au Dr Richard Horowitz, qui avait été auditionné par le NYS OPMC [Office of Professional Medical Medical Conduct [36]] depuis le printemps 2001, a été proposé un accord transactionnel consistant en une suspension [de son autorisation d'exercer] de trois mois.

29 janvier 2002. Conseil d'État du Texas des médecins légistes Mesures disciplinaires contre William Cowden, MD (2002). William L. Cowden, MD, qui pratique à Fort Worth, au Texas, a été réprimandé à deux reprises par le Conseil d'État du Texas des médecins légistes. En 1996, il a été placé sur deux ans de probation pour (a) l'injection d'un patient atteint de la maladie de Hodgkin avec un produit homéopathique qui manquait approbation de la FDA et (b) prescrire Cytomel (une hormone de la thyroïde) à un patient "sans indication ou la documentation appropriée" que le patient a hypothyroïdie. En 2002, il a reçu une amende de 2500 $ et a été placé en probation pendant trois ans pour avoir omis de tenir des dossiers médicaux adéquats ou d'obtenir un consentement adéquat lié à sa gestion de trois patients. “Lee Cowden, MD, de Fort Worth, au Texas, a établi un protocole qui est devenu l'un des principaux traitements de la maladie de Lyme chronique d'aujourd'hui. Connu sous le nom de Protocole Cowden, cette série de traitements consiste principalement en extraits de diverses plantes, notamment de Cumanda et de Samento, ainsi que d'oxygénothérapie hyperbare, d'ozonthérapie et d'autres interventions.”

25 juin 1993. CONCLUSIONS FINALES SCIENTIFIQUE FAUTE, NIH GUIDE, Volume 22, Numéro 23. Raphael B. Stricker, MD, (ancien président du groupe de Lyme ILADS).
Une enquête menée par l'Université a révélé que le Dr Stricker [Université de Californie à San Francisco] a falsifié des données pour un manuscrit et une publication soutenue par le PHS [Public Health Service] rendant compte de recherches sur le SIDA. Dans le manuscrit, le Dr Stricker a supprimé sélectivement des données qui ne corroboraient pas son hypothèse et a indiqué des résultats toujours positifs alors que seule une des quatre expériences avait produit des résultats positifs. Le Dr Stricker a signé un Voluntary Exclusion and Settlement Agreement [Exclusion volontaire et Accord transactionnel] dans lequel il a accepté de ne pas demander des subventions fédérales ou de fonds contractuels et de ne pas siéger à des Comités consultatifs du PHS, à des Conseils ou à des groupes d'examen par les pairs pendant une période de trois ans à compter du 1er Avril 1993. Le publication "Target platelet antigen in homosexual men with immune thrombocytopenia" dans le New England Journal of Medicine, 313: 1315-1380, 1985 a été retractée (New England Journal of Medicine, 325: 1487,1991).[37]

Autre mesure ordinale concernant le Dr. Horrowitz en 2007

Source [4]

Le 27 février 2007, le Board for Professional Medical Conduct [38] [Conseil pour la conduite médicale professionnelle, qu'on peut aussi traduire par Bureau de la déontologie médicale] de l'État de New York a conclut avec lui un accord transactionnel [un Non-disciplinary Order of Conditions pursuant to Public Health Law Section 230] mettant son cabinet médical sous la surveillance de cette administration étatique pendant cinq ans, jusqu'en février 2012 donc.

Cet accord transactionnel a été accepté par Horowitz parce que l'OPMC avait entamé des investigations sur des allégations d'inconduite professionnelle au sujet de ses soins et de la tenue des dossiers des ses patients. La surveillance du comportement d'Horowitz et de son cabinet médical était particulièrement étendue. Elle permettait à cette administration de le convoquer à volonté, d'accéder à son cabinet et dans son cabinet aux dossiers de ses patients, de vérifier s'il renvoyait bien ses patients vers leur généraliste ou vers d'autres spécialistes si nécessaire et s'il notait bien la raison de la consultation de ses patients ainsi que ses propres prescriptions dans les dossiers des patients, de l'obliger à leur signaler ses déplacements supérieurs à 30 jours (pour qu'il n'aille pas exercer dans un autre état ?), etc., tout manquement, toute faute, toute autre plainte, ayant pour conséquence une action contre la licence du titulaire de licence pour inconduite professionnelle[4]

Liens externes

  • https://ccnmi.ca/publications/la-maladie-de-lyme-au-canada-le-point-sur-les-definitions-de-cas-et-les-traitements/ La maladie de Lyme au Canada : Le point sur les définitions de cas et les traitements. Auteur(s) : Simon Habegger. Publié en 2014 sur le site du Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses (CCNMI)
  • https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/lyme.html Lyme Disease: Questionable Diagnosis and Treatment. Edward McSweegan, Ph.D.
    L'article contient, entre autres, une liste de traitements pratiquées pour traiter la maladie de lyme inefficaces ou même dangereux (Hyperbaric Oxygen Therapy (HBOT), Colloidal Silver, Rife Machines, Dangerous Injections, Overuse of Intravenous Antibiotics), des fraudes de laboratoires d'analyse, ainsi que des cas d'actions juridiques et de sanctions ordinales contre des médecins ou des praticiens de santé déviants et précise les conséquences des pratiques de ces personnes: plusieurs décès sont mentionnés. "En dépit des décès et des poursuites, le soutien aux LLMDs [médecins érudits/compétents/formés pour Lyme] demeure fort parmi les groupes activistes, même si certains de ces médecins tentent d'étendre l'éventail des maladies qui peuvent être attribuées à B. burgdorferi et, par conséquent, traités avec des antibiotiques à long terme. Certaines de ces maladies incluent des maladies complexes ou dégénératives telles que l'autisme, la sclérose en plaques et la sclérose latérale amyotrophique."
  • http://www.maladie-lyme-traitements.com/traitements.html Une liste de traitements proposés inquiétante: 1) L'Argent Colloïdal : un antiseptique naturel à large spectre.[39]. 2) Gerson : une thérapie à base de jus frais bourrés d'anti-oxidants. 3) HBOT : Hyperbaric Oxygen Therapy. 4) Machine Rife : un générateur d'ondes magnétiques[40]. 5) TIC TOX : une solution herbale potente [qui était vendue par le pharmacien Bernard Christophe et qui est interdite n'ayant pas été testée]. 6) Vitamine C à haute dose en intraveineuse[41]. 7) Antibiotiques, le traitement classique
  • http://www.lymeblog.com/modules.php?name=News&file=article&sid=1041 Stalking Dr. Steere Over Lyme Disease NY Times Magazine June 17, 2001 By DAVID GRANN. Article "Harcèlement du Dr. Steere" dans le New-York Time.
    L'an dernier, le Dr Allen Steere, l'un des plus renommés chercheurs médicaux et rhumatologues du monde [Sterre est le chercheur qui a découvert et donné son nom à la maladie de Lyme puis a commencé à la traiter avec des antibiotiques][42], a commencé à craindre les patients. Ce n'était pas tant ceux qu'il avait traités, bien qu'il a parfois eu à se soucier d'eux également, mais ceux qui avaient commencé à appeler son bureau, le menaçant en prétendant qu'il était responsable de leurs souffrances. Ils insistaient [arguant] qu'il leur refusait un traitement pour une forme aiguë de la maladie de Lyme chronique, une forme de l'infection d'ordinaire plus modérée, qu'ils croyaient s'être glissée dans le sang sans y être détectée et qui y reste pendant des années ce qui provoque douleurs articulaires, fatigue chronique, dépression suicidaire, paralysie et même la mort. Affirmant leurs diagnostics, il y avait un nombre croissant de patients, de groupes de défense/plaidoyer, de praticiens et de psychiatres qui ont fait valoir que la maladie était devenue une épidémie à grande échelle, un fléau des temps modernes invalidant des milliers d'Américains.
    En tant que l'un des experts les plus éminents du monde sur la maladie, Steere ne croyait pas que beaucoup d'entre eux aient la maladie de Lyme, mais quelque chose d'autre - fatigue chronique ou maladie mentale ou fibromyalgie - et il avait refusé de les traiter avec des antibiotiques. De nombreux médecins et compagnies d'assurance avaient suivi son exemple et, par conséquent, des hordes de patients ont commencé à le harceler. Ils se sont présentés à ses engagements publics [conférences:exposés], tenant des panneaux qui disaient "Combien de personnes de plus tuerez-vous ?" Et "Évitez Steere!" Ils l'ont dépeint dans les médias comme un démon, pire que les spirochètes, la bactérie des tiques, dont ils prétendaient qu'elle habitait dans leurs corps et que, à cause de son diagnostic restrictif, ils ne pouvaient pas éliminer. [...]
    En août 1993, le Comité sénatorial Travail et ressources humaines a demandé à Steere de discuter de ses résultats avec d'autres experts en ce domaine. L'enjeu était la direction de millions de dollars fédéraux dans la recherche, les lignes directrices juridiques pour le traitement des patients et, aux yeux d'un nombre croissant de patients, leur survie même.
    Quand Steere arriva, la galerie était déjà remplie de spectateurs, dont beaucoup portaient des rubans verts pour indiquer leur solidarité avec les patients de Lyme. Leur attention semblait centrée sur un pratiquant peu connu de Long Island nommé Joseph Burrascano Jr. Contrairement à Steere, il n'avait jamais fait de recherche scientifique, mais il a informé le Comité qu'il avait vu plus de 1000 patients de Lyme et que son protocole avait été traduit en trois langues.
    Comme Steere le regardait, le jeune médecin commença une tirade contre l'établissement médical. Il avertit que de nombreux chercheurs ont joué délibérément sur la gravité de la maladie de Lyme chronique. [...]
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4489928/ Antiscience and ethical concerns associated with advocacy of Lyme disease. Paul G Auwaerter, MD, Johan S Bakken, MD, PhD, Prof Raymond J Dattwyler, MD, Prof J Stephen Dumler, MD, Prof John J Halperin, MD, Edward McSweegan, MD, Prof Robert B Nadelman, MD, Susan O’Connell, MD, Prof Eugene D Shapiro, MD, Prof Sunil K Sood, MD, Prof Allen C Steere, MD, Prof Arthur Weinstein, MD, and Prof Gary P Wormser, MD Published: September 2011
  • http://sci.tech-archive.net/Archive/sci.med.diseases.lyme/2008-01/msg00210.html Updating the Rogues Gallery of LLMDs. 26 Jan 2008. [...]
    April 23, 2002. Dr. Joseph Burrascano, following hearing before the New York State OPMC on his medical treatments of Lyme patients, was placed on probation with a practice monitor.
    2001. Dr. Richard Horowitz, who had been in hearings with the NYS OPMC since the spring of 2001, was offered a settlement consisting of three months suspension.
  • http://www.filariane.org/uploads/pathologies/protocole-horowitz.pdf Le protocole Horowitz. Une présentation Power-Point sur le site web de l'association Ariane de Corinne Skorupka montre qu'il fait appel pour les analyses à divers laboratoires qui tous figurent sur la liste des instituts qui effectuent des tests de laboratoire non standards. Cette liste a été publiée par Stephen Barrett sur le site web Quackwatch [43].

Article de Psiram dans d'autres langues

cet article est une ébauche

Références

  1. 1,0 et 1,1 https://www.youtube.com/watch?v=zIvAnnDPNdg
  2. https://en.wikipedia.org/wiki/International_Lyme_and_Associated_Diseases_Society
  3. http://www.healthunit.org/hazards/documents/Advocacy_of_Lyme_Disease.pdf Antiscience and ethical concerns associated with advocacy of Lyme disease. Paul G Auwaerter, Johan S Bakken, Raymond J Dattwyler, J Stephen Dumler, John J Halperin, Edward McSweegan, Robert B Nadelman, Susan O’Connell, Eugene D Shapiro, Sunil K Sood, Allen C Steere, Arthur Weinstein, Gary P Wormser
    Le plaidoyer en faveur de la maladie Lyme est devenu une partie de plus en plus importante d'un mouvement anti-science qui nie non seulement la cause virale du SIDA mais aussi les avantages des vaccins et qui soutient des traitements médicaux alternatifs n'ayant pas fait leurs preuves (parfois dangereux). Quelques activistes dépeignent la maladie de Lyme, une maladie transmise par les tiques limitée géographiquement, comme une maladie qui est insidieuse, omniprésente, difficile de diagnostiquer et pratiquement incurable; ils avancent également que la maladie cause des symptômes pour la plupart non spécifiques qui peuvent être traités seulement avec des antibiotiques à long terme et d'autres traitements peu orthodoxes et non validés. Semblables à d'autres groupes anti-science, ces partisans ont créé une sélection pseudo-scientifique et alternative de praticiens, de recherches et de publications et ont coordonné des protestations publiques, accusé les opposants non seulement de corruption mais aussi de conspiration et ont suscité des mesures législatives pour contourner la médecine fondée sur des preuves et les données scientifiques soumises à l'évaluation par des pairs. Les relations et actions de quelques activistes, médecins et organismes commerciaux impliqués dans le plaidoyer en faveur de la maladie Lyme constituent une menace pour la santé publique. [...]
  4. 4,0, 4,1 et 4,2 New York State. Board for Professional Medical Conduct. In the Matter of Richard I. Horowitz MD. February 27, 2007
  5. http://www.casewatch.org/board/med/burrascano/order.shtml
  6. http://www.casewatch.org/board/med/burrascano/findings.pdf
  7. http://www.lymeinfo.net/archive/actionalert.html
  8. http://www.associationlymesansfrontieres.com/wp-content/uploads/Lyme-Dr-Burrascano.pdf
  9. http://www.nejm.org/doi/pdf/10.1056/NEJMra072023 Article "A Critical Appraisal of “Chronic Lyme Disease” (Essai randomisé du traitement à long terme pour les symptômes Attribué à la maladie de Lyme), auteurs: Henry M. Feder, Jr., M.D., Barbara J.B. Johnson, Ph.D., Susan O’Connell, M.D., Eugene D. Shapiro, M.D., Allen C. Steere, M.D., Gary P. Wormser, M.D., and the Ad Hoc International Lyme Disease Group, publié le 4 octobre 2007 dans The New England Journal of Medicine
    Conclusion de l'étude: "La maladie de Lyme chronique est la dernière d'une série de syndromes qui ont été postulés dans une tentative d'attribuer des symptômes médicalement inexpliqués aux infections. L'hypothèse selon laquelle des symptômes chroniques et subjectifs sont causés par une infection persistante par B. burgdorferi n'est pas étayée par des études en laboratoire soigneusement conduites ou par des essais de traitement contrôlés. La maladie de Lyme chronique, qui est assimilée à une infection chronique par B. burgdorferi, est un terme impropre et l'utilisation de traitements antibiotiques prolongés, dangereux et coûteux n'est pas justifiée."
  10. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25999221
  11. https://sciencebasedmedicine.org/does-everybody-have-chronic-lyme-disease-does-anyone/ Article "Does Everybody Have Chronic Lyme Disease? Does Anyone?". Harriet Hall on September 3, 2013
    Un article déplorable de Suzy Cohen sur Huffington Post est intitulé “Feel Bad? It Could Be Lyme Unless Proven Otherwise.” (traduction approchée: Vous Vous Sentent Mal? Cela Pourrait Être Lyme, Sauf Preuve du Contraire.) Il consiste en un discours alarmiste irresponsable au sujet d'une maladie inexistante. Un article fondé sur la science serait intitulé "Vous Vous sentent Mal ? Ce Ne Peut Pas Être la Maladie Lyme Chronique CLD Parce que la CLD N'Existe Pas Jusqu'à Preuve du Contraire."
    Cohen dit:
    Les gens attribuent souvent des symptômes inconfortables à l'âge, le stress, ou aux "petits maux du quotidien", surtout si les analyses de sang et les scans du corps sont normaux. Et si vous aviez [la maladie de] Lyme et que ne le sachiez pas? S'il vous est déjà arrivé de vous promener dans les bois, de vous allonger dans l'herbe, d'avoir vécu dans ou visité une zone endémique de Lyme, ou eu un chat favori ou un chien, vous pouvez vous être exposé à la maladie Lyme et aux co-infections associées. Il est même possible de contracter [la maladie de] Lyme si vous êtes né d'une mère qui y a été exposée. Les infections à tiques peuvent aussi être transmises par des transfusions sanguines.
    [...]
  12. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3540629/ Article "Bullying Borrelia: When the Culture of Science is Under Attack" Paul G. Auwaerter, MD (by invitation) and Michael T. Melia, MD (Publié en 2012)
    Manoeuvre d'intimidation Borrélia: Quand est la culture de la science est l'objet d'attaques
    Abstract/Résumé: Bien que la maladie de Lyme réponde à des prises d'antibiotiques de courte durée, la Borrelia burgdorferi a été mise en avant par certains comme une explication fréquente de symptômes médicalement inexpliqués tels que la fatigue continuelle, les douleurs musculo-squelettiques, et le dysfonctionnement neurocognitif subjectif. Souvent appelée «maladie de Lyme chronique» par les partisans de cette philosophie, elle est mal définie, et les praticiens prescrivent généreusement des panacées, y compris des thérapies antimicrobiennes prolongées, dans la croyance que cela éradique l'infection présumée. Peut-être dû au manque de données à l'appui, les partisans de cette théorie ont développé leurs propres réunions, littérature, groupes d'activistes, et activités substantielles sur Internet pour faire avancer leurs points de vues. Les forces qui motivent ce mouvement sont exploitées, comme sont les tactiques utilisées pour faire avancer des idées non-scientifiques qui incluent des actions légales et qui recueillent une approbation législative. Bien que ni logique ni basée sur des preuves, «la maladie de Lyme chronique» exploite des énergies corrosives qui entachent la médecine moderne et la société.
  13. https://www.youtube.com/watch?v=fqfO5QEbCKA Dr. Richard Horowitz, MD discusses Lyme & Tick-borne Diseases at the 2016 Lyme Conference at Binghamton University, Co-hosted by Southern Tier Lyme Support, Inc. May 7 2016.Dr. Richard Horowitz, MD discusses Lyme & Tick-borne Diseases at the 2016 Lyme Conference at Binghamton University, Co-hosted by Southern Tier Lyme Support, Inc. May 7 2016
  14. https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/Tests/doctors_data.html Doctor's Data Involved in Many Lawsuits. Stephen Barrett, M.D. (Doctor's Data impliqué dans de nombreux procès)
  15. https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/Tests/urine_toxic.html How the "Urine Toxic Metals" Test Is Used to Mislead Patients Stephen Barrett, M.D. (Comment le test "Urine Toxic Metals" est utilisé pour tromper les patients)
  16. http://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/chelation.html
  17. http://www.filariane.org/uploads/pathologies/protocole-horowitz.pdf
  18. http://www.associationlymesansfrontieres.com/wp-content/uploads
  19. Flyer-Horowitz-06-juin-2014.pdf
  20. http://ipsn.eu/wp-content/uploads/2015/05/programmeCISN.pdf
  21. http://silicium.blogspirit.com/archive/2014/03/01/ce-qui-se-cache-derriere-l-ispn-et-cie.html
  22. https://www.buzzfeed.com/davidperrotin/derriere-la-petition-anti-vaccin-du-pr-joyeux
  23. http://www.paperblog.fr/2499615/les-nouveaux-entrepreneurs-associatifs/
  24. http://ffmvt.org/congres-ilads-a-paris-inscriptions-ouvertes/
  25. 25,0 et 25,1 www.ilads.org/lyme_programs/paris/ilads-paris-overview.php
  26. https://ww2.eventrebels.com/er/CFP/AgendaAtAGlance.jsp?CFPID=690&ScreenID=326&Token=HCMTJS4F6
  27. http://www.nytimes.com/1991/11/21/us/results-of-aids-experiment-are-retracted-after-inquiry.html "Results of AIDS Experiment Are Retracted After Inquiry" (Les résultats de l'expérience SIDA sont retractés après enquête). Published: November 21, 1991
  28. https://grants.nih.gov/grants/guide/notice-files/not93-177.html FINAL FINDINGS OF SCIENTIFIC MISCONDUCT. NIH GUIDE, Volume 22, Number 23, June 25, 1993.
    Le cas de Stricker est en bas de la page:
    Raphael B. Stricker, M.D., University of California at San Francisco.
    An investigation conducted by the University found that Dr. Stricker falsified data for a manuscript and a PHS-supported publication reporting research on AIDS. In the manuscript, Dr. Stricker selectively suppressed data that did not support his hypothesis, and reported consistently positive data whereas only one of four experiments had produced positive results. In the publication, Dr. Stricker reported that an antibody was found in 29 of 30 homosexuals, but not found in non-homosexuals. However, Dr. Stricker"s control data, which he suppressed, showed the antibody in 33 of 65 non-homosexuals. The falsified data was used as the basis for a grant application to the National Institutes of Health. The ORI concurred in the University"s finding. Dr. Stricker executed a Voluntary Exclusion and Settlement Agreement in which he has agreed not to apply for Federal grant or contract funds and will not serve on PHS advisory committees, boards or peer review groups for a three year period beginning April 1, 1993. The publication "Target platelet antigen in homosexual men with immune thrombocytopenia" in the New England Journal of Medicine, 313: 1315-1380, 1985 has been retracted (New England Journal of Medicine, 325: 1487,1991).
  29. https://www.dovepress.com/morgellons-disease-analysis-of-a-population-with-clinically-confirmed--peer-reviewed-article-CCID Morgellons disease: Analysis of a population with clinically confirmed microscopic subcutaneous fibers of unknown etiology
  30. https://en.wikipedia.org/wiki/Morgellons
  31. http://ffmvt.org/wp-content/uploads/questionnaire-Horowitz.pdf
  32. http://www.filariane.org/uploads/pathologies/protocole-horowitz.pdf Voir page 57 pour Aeron, Metametrix, Genova et Diagnosteck; page 36 pour Doctor's Data
  33. https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/Tests/nonstandard.html
  34. 34,0 et 34,1 An Evolving Rogues’ Gallery of “Lyme Literate” Quacks and Crooks
  35. http://sci.tech-archive.net/Archive/sci.med.diseases.lyme/2008-01/msg00210.html
  36. https://en.wikipedia.org/wiki/Office_of_Professional_Medical_Conduct
  37. https://grants.nih.gov/grants/guide/notice-files/not93-177.html Voir tout en bas de la page
  38. https://en.wikipedia.org/wiki/Office_of_Professional_Medical_Conduct L'OPMC est chargée d'enquêter sur les plaintes contre les médecins, les résidents non autorisés et autorisés et les assistants médicaux à New York [...] La mission de l'OPMC est de «protéger le public contre la négligence médicale, l'incompétence et la pratique illégale ou non éthique des médecins. [...]
  39. https://www.psiram.com/ge/index.php/Kolloidales_Silber
  40. https://www.psiram.com/ge/index.php/Royal_Raymond_Rife
  41. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11049799 Une femme de 30 ans est décédée du fait d'un grand thrombus septique de Candida parapsilosis situé à la pointe d'un cathéter de Groshong. Le cathéter avait été en place pendant 28 mois pour l'administration d'un cours de 27 mois de céfotaxime intraveineux pour un diagnostic non fondé de la maladie de Lyme chronique.
  42. https://en.wikipedia.org/wiki/Allen_Steere
  43. https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/Tests/nonstandard.html