Steven Harris

De Psiram
Steven Harris le 10 mars 2015 en Australie à Melbourne
Source [1]

Steven Harris (ou Steve Harris, Steven J. Harris, Steven Jeffrey Harris) est un médecin de famille exerçant actuellement dans un cabinet médical privé Pacific Frontier Medical, Inc. (PFMI) situé à Foster City en Californie où il est le seul médecin diplômé. Précédement, il exerçait à Redwood City, en Californie. Steven Harris est le fils de Nick Harris, l'un des membres fondateurs de l'ILADS qui avait fondé en 1991 le laboratoire IGeneX dont il a été le président. Le test IGenex IgG ImmunoBlot pour le diagnostic de la maladie de Lyme n'a pas été homologé ni approuvé par la FDA (has not been cleared or approved by the FDA). En effet IGenex considère ce test comme positif si deux ou plusieurs des bandes suivantes sont présentes: 23, 31, 34, 39, 41 et 93 kDa alors que pour que les CDC / NYS le considère comme positif si 5 des 10 bandes suivantes sont présentes: 18, 23, 28, 30, 39 et 41, 45, 58, 66 et 93 kDa. En clair, il y a beaucoup plus de patients détectés positifs à Lyme que normalement, il va sans dire que c'est ce test que les LLMDs utilisent.

Steven Harris est également membre de l'ILADS et ce qu'on appelle un LLMD (Lyme Literate Medical Doctor, un « Lyme Doctor ") ainsi qu'un membre actif de la CALDA (The California Lyme Disease Association). Son cabinet médical "Pacific Frontier Medical, Inc. (PFMI) croit en l’adoption d’une approche intégrée de la médecine, qui consiste non seulement à traiter la maladie, mais également à restaurer le système immunitaire du corps et à le détoxifier. Nous nous spécialisons dans le traitement des maladies transmises par les tiques, y compris la maladie de Lyme, la bartonellose, la babésiose, la ehrlichlose, la fièvre des montagnes Rocheuses et les mycoplasmes. Nous gérons également des maladies connexes telles que la fatigue chronique, le syndrome de sensibilité chimique multiple, l'autisme, l'arthrite séronégative, le syndrome du côlon irritable, etc. [... Nous] utilisons des tests de laboratoire comme outils pour faciliter le diagnostic. Des protocoles de traitement individualisés sont élaborés pour chaque patient [...]. Ces protocoles comprennent une combinaison d'antibiotiques, de suppléments, de modifications de l'alimentation et de traitements intraveineux. [...]" [2]

Autres activités de Steven Harris, il a fait partie du Comité consultatif scientifique de QMedRx depuis 2004, puis en est devenu président en 2012. [3] QMedRx était une société, fondée en 1990, basée à Maitland en Floride, dont les divers propriétaires ont été poursuivis pour fraude aux assurances de santé gouvernementales.

Comme il existe plusieurs Steven Harris et Steven J. Harris, SVP, ne confondez pas Steven Jeffrey Harris avec d’autres personnes nommées Steven Harris ou Steven J. Harris.

Procédure ordinale contre Steven Harris

En 2013, le Medical Board of California a accusé Steven J. Harris, M.D., de négligence grave, d'actes de négligence répétés et d'incompétence relativement à la prise en charge de trois patients qu'il avait diagnostiqués atteints de la maladie de Lyme. L'accusation (montrée ci-dessous) indiquait que Harris avait prescrit des traitements inutiles avec des antibiotiques et divers autres produits. Ross exploite Pacific Frontier Medical, Inc. à Redwood City, en Californie [Psiram: Marty Ross, MD]. Son cabinet médical groupé indique sur son site Web que depuis 2001, il [Psiram: Stephen Harris probablement] concentre sa pratique sur le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme et d'autres co-infections transmises par les tiques et que " son approche de la maladie de Lyme intègre des stratégies de la médecine conventionnelle, fonctionnelle et complémentaire ". L'affaire a été réglée au moyen d'un règlement stipulant que Harris a reçu une réprimande et qu'il devait suivre 40 heures de formation continue approuvée visant " les domaines de pratique déficiente identifiés dans l'Accusation et comprenant, sans s'y limiter, des techniques de traitement fondées sur des preuves pour la médecine holistique/intégrative offertes par le Scripps Holistic/Integrative Medicine Program, ou un équivalent, ainsi que des cours portant sur le consentement éclairé ". En 2014, en réponse à l'action [disciplinaire] de la Californie, le Department of Financial and Professional Regulation de l'Illinois a placé le permis [d'exercer] de Harris dans la catégorie "refus de renouvellement". [4] [5]

Voici, sur le site lymescience (Rogues Gallery), un résumé, accompagné de commentaires, (en anglais) de l'accusation du Medical Board of California (un peu l'équivalant de notre Ordre des médecins) contre Steven Harris :
Steven Harris sanctionné pour de l'ail intraveineux

Steven J. Harris est un peu un VIP dans le monde de l'univers alternatif du Lyme chronique. Il est le fils du fondateur d'IgeneX et cofondateur d'ILADS, Nick Harris. Il a également joué un rôle actif dans l'ILADS et Lymedisease.org, anciennement CALDA [California Lyme Disease Association]. Ces trois organisations sont connues pour diffuser des informations inexactes sur la maladie de Lyme.

En 2008, le Dr Steven Harris a donné une conférence à la "Lyme-Autism Connection Conference" dans laquelle il a révélé qu'il était un "consultant clinique" (c.-à-d. financièrement connecté) à IGeneX et au conseil consultatif médical de QMedRx. Il n'y a aucun lien entre la maladie de Lyme et l'autisme.

Un examen cinglant des lignes directrices de l'ILADS effectué en 2010 par la Health Protection Agency (HPA) du Royaume-Uni les a qualifiées de "non fondées sur des données probantes" et de "mal conçues". L'HPA a également averti que l'utilisation des lignes directrices de l'ILADS " entraînera un risque très élevé d'erreur de diagnostic " et " entraînera un traitement inapproprié et une morbidité potentiellement grave ".

Steven Harris soignait l'acteur et musicien Kris Kristofferson, selon son épouse Lisa Kristofferson.

Il traite la "maladie de Lyme" là où elle est rare
Steven Harris, M.D., est certifié en médecine familiale et n'a pas de titres de compétences avancés reconnus en maladies infectieuses. Il pratique en Californie, où la vraie maladie de Lyme est assez rare.

Une étude réalisée en 2014 sur les tiques en Californie du Nord a montré la présence de la bactérie Lyme dans seulement 3,6 % des tiques collectées. La Californie a eu 90 cas confirmés de maladie de Lyme en 2016.

Des accusations graves et des traitements horribles
En 2013, le Medical Board of California a accusé Steven Harris de négligence grave et/ou d'actes de négligence répétés et/ou d'incompétence à l'égard de trois patients, T.L., A.P., et L.H.. La plupart des gens considéreraient le traitement allégué des patients comme épouvantable. De plus, tous ces cocktails de drogues, ces tests de laboratoire et ces visites chez le médecin pour des diagnostics non corroborés ont dû coûter une fortune.

Ce sont des histoires déprimantes. Vous devez penser que la loi californienne sur la protection des charlatans de Lyme a été efficace pour protéger Steven Harris de recevoir plus qu'une simple tape sur les doigts (bien que nous ne sachions pas avec certitude ce qui a conduit à cette faible action disciplinaire). Finalement, L.H., une jeune fille, a été ignorée. La réprimande ne s'applique qu'à la presciption d'ail par voie intraveineuse aux patients A.P. et T.L.

Bien que la Californie n'ait pas fait grand-chose pour empêcher Steven Harris de s'en prendre davantage aux patients, l'Illinois Department of Financial and Professional Regulation a refusé de renouveler son permis d'exercer la médecine.

Selon la plainte, L.H. avait 13 ans lorsque Steven Harris a commencé à la traiter en 2006. Il l'a traitée pendant des années avec des combinaisons de médicaments bizarres. Les tests négatifs ne l'ont pas arrêté. Il n'y avait aucune preuve que L.H. avait la maladie de Lyme ou Bartonella. La maladie de Lyme chez les enfants est traitable et a un excellent pronostic. Il n'y a aucune preuve que la Bartonella soit une maladie transmise par les tiques ou même qu'elle nécessite un traitement dans la plupart des cas.

L.H. a souffert de complications mettant sa vie en danger à cause du cathéter central installé pour lui administrer des médicaments par voie intraveineuse :

Le ou vers le 9 février 2012, L.H. a été admis à l'hôpital El Camino avec de la fièvre et des frissons. On lui a diagnostiqué une septicémie due à une infection en raison du cathéter de Hickman qui était en place depuis 4,5 ans. Selon le médecin de la salle d'urgence, la mère de L.H. a présenté une liste de plus de 70 médicaments et remèdes homéopathiques, dont le céfuroxime IV, le glutathion IV et la crème IV, ainsi que la pénicilline orale et Zyvox.

Steven Harris n'a reçu aucune punition pour son traitement de L.H. et a continué sa pratique de "LLMD" [Psiram:Lyme Literate Medical Doctor]. Il a même donné une conférence en Australie, où il n'existe aucune preuve convaincante de la maladie de Lyme.

Selon la plainte, les cocktails de médicaments prescrits à A.P. et T.L. semblent aussi horribles que les traitements prescrits à L.H..

Il ne serait pas surprenant que l'assistante médicale Y.L. impliquée dans le traitement de A.P. et T.L. soit Yvonne Lin Sorenson, l'employée de longue date de Steven Harris [Psiram: aux USA, il existe un diplôme de Master of Physician Assistant Studies (MPAS), c.-à-d. d'assistant(e) de médecin qui autorise à examiner les patients, à prescrire des médicaments, etc. sous la supervision du médecin qui l'emploie]. Il ne serait pas non plus surprenant que Claire Riendeau soit la naturopathe C.R. que Steven Harris a recommandée à A.P. de consulter [Psiram: aux USA existe aussi un diplôme de docteur en naturopathie !]. Sur le site Web de Riendeau, Steven Harris figure parmi ses conseillers et " actuellement le consultant clinique d'IGeneX, Inc ".

Veuillez lire notre section sur la maltraitance médicale des enfants et décidez par vous-même si ce terme peut s'appliquer au traitement de l'H.L.

Une grande partie de la plainte est tirée de l'extrait ci-dessous :

PREMIÈRE CAUSE DE DISCIPLINE (Négligence grave, actes de négligence répétés, incompétence à l'égard de l'A.P. du patient) 9. L'intimé fait l'objet de mesures disciplinaires pour conduite non professionnelle en vertu de l'article 2234 du Code, y compris les paragraphes (b) et/ou (c) et/ou (d), en ce que l'intimé a fait preuve de négligence grave et/ou de négligence répétée et/ou d'incompétence dans ses soins et traitements du Patient A.P.

Les circonstances sont les suivantes :

10. L'intimé exploite Pacific Frontier Medical, Inc. à Redwood City, en Californie. Il est certifié en médecine familiale. Selon le site Web de l'intimé, sa pratique est axée sur le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme et d'autres co-infections transmises par les tiques.

11. Le ou vers le 14 janvier 2009, A.P., une patiente alors âgée de 26 ans, a été vue au cabinet médical de l'intimé pour une évaluation de la maladie de Lyme possible. L'anamnèse et l'examen initial ont été effectués par Y.L., une assistante du médecin. A.P. a signalé une piqûre de tique en décembre 2008 ainsi que des piqûres de tiques antérieures en 2005 ou 2006. Elle ne se rappelait pas avoir développé d'éruptions cutanées ou de lésions. Elle a signalé de nombreuses plaintes, y compris des problèmes de mémoire, des fièvres, des maux de tête, des sautes d'humeur, des troubles du sommeil, des douleurs musculaires et articulaires, des troubles de la parole, des engourdissements et des picotements aux extrémités et au visage. Elle a déclaré avoir reçu un diagnostic de trouble déficitaire de l'attention lorsqu'elle était enfant. Elle a dit avoir vu un psychiatre pour dépression et une personnalité limite douteuse. Elle prenait Adderall et Ambien. Y.L. n'a trouvé aucune anomalie significative à l'examen physique. L'évaluation de Y.L. était "des plaintes multisystémiques avec une récente piqûre de tique." Zithromax, un antibiotique, a été prescrit et des tests de laboratoire ont été commandés. Rien n'indique que l'intimé ait examiné A.P. au cours de cette première visite ; toutefois, l'intimé a paraphé le dossier de la patiente.

12. A.P. est retournée au cabinet médical de l'intimé le ou vers le 3 février 2009 pour examiner les résultats de laboratoire. Les immunoglobulines M (IgM) et G (IgG) des Western Blots étaient négatives pour la maladie de Lyme selon les critères du Center for Disease Control (CDC). De plus, les résultats de laboratoire ont été négatifs pour Babesia, négatifs pour Bartonella, négatifs pour l'Ehrlichiose ménocytaire humaine (EHM) et négatifs pour la réaction en chaîne de la polymérase de Lyme (PCR). Cependant, Y.L. a noté que le Western Blot IgM était positif (apparemment selon un critère inférieur) et que l'Human Granulocytic Ehrlichiosis (HGE) [Ehrlichiose granulocytaire humaine] était positive. Son évaluation était "lyme", "HGE" et "co-infections possibles malgré des tests négatifs". On a fait poursuivre à A.P. le Zithromax, et lui a également été prescrit de la Doxycycline, un autre antibiotique. Elle a également commencé à prendre de la TLB (teinture de Bartonella-Lyme) et de l'Enula, deux remèdes à base de plantes. L'intimé a paraphé le dossier de la patiente.

13. A.P. a été vue par Y.L. pour un examen de suivi le 9 mars 2009. A.P. a continué de émettre de nombreuses plaintes, mais aucune constatation objective significative n'a été faite. Aucun signe vital [Psiram: rythme cardiaque, fréquence respiratoire, température et tension artérielle] n'a été enregistré. On a fait pourssuivre à A.P. le Zithromax, interrompu [quand elle était] sous Doxycycline, on lui a prescrit de la Bicilline [l'a mise sous Bicillin], un autre antibiotique, et on lui a prescrit du Plaquenil et du Malarone, tous deux des médicaments antipaludiques. A.P. a continué avec la TLB [Bartonella-Lyme Tincture], et a commencé avec un "kit anti-stress", un "kit de désintoxication et de drainage" et du "pinella" - tous des remèdes homéopathiques et/ou à base de plantes. L'intimé a paraphé le dossier de la patiente.

14. A.P. a été vue par Y.L. le 6 avril 2009. L'examen a révélé "une légère inflammation des cuticules de l'index". Aucun signe vital n'a été enregistré. La dose de Bicillin de A.P. a été augmentée et on lui a fait continuer Malarone, Zithromax et Plaquenil. Alinia, un médicament antiprotozoaire, et Singulair, un médicament utilisé pour traiter l'asthme, ont également été ajoutés à son traitement. L'intimé a paraphé le dossier de la patiente.

15. A.P. a été vue par Y.L. le 11 mai 2009. Aucun signe vital n'a été enregistré. On a fait continuer à A.P. les Bicillin, Zithromax, Plaquenil et Alinia. Du mepron, un autre médicament antiprozoaire, a été ajouté. L'intimé lui a aussi fait commencer à prendre "200 mg de zen". L'intimé a paraphé le dossier de la patiente.

16. Le 10 juin 2009, A.P. a été vue par l'intimé. L'intimé a noté que A.P. "s'en sortait mal avec une fatigue importante, un malaise, une faiblesse, des maux de tête, de l'irritabilité et des tremblements importants".

Aucun signe vital n'a été enregistré. L'évaluation de l'intimé était "Lyme Neurologique et probablement Babesia." Le plan de traitement de l'intimé comprenait de "continuer la Bicilline pour l'instant"; "d'utilisez de la crème pour chat et de l'huile de poisson",d' "arrêtez le Plaquenil", "suivez le Dr Felch" (chiropraticien), "obtenez la thyroïde, la PTH [hormone parathyroïde], la vitamine D, et les neurotransmetteurs", "envisagez l'hydrothérapie et la vitamine D au colon ainsi que la crème Adrena calme".

17. A.P. a continué de voir l'intimé et/ou Y.L. environ une fois par mois jusqu'en mars 2011 au moins. Les signes vitaux d'A.P. n'ont pas été enregistrés pendant ces visites. Les notes de la dernière visite de l'intimé au bureau d'A.P., datées du 30 mars 2011, montrent une évaluation de Lyme, Bartonella et Babesia. Au cours de cette période, l'intimé a prescrit de nombreux autres médicaments, suppléments et remèdes à base de plantes médicinales, y compris la rocephine par voie intraveineuse (IV), le glutathion IV, le L-Drain, le K-Drain, UltrainflamX, la biaxine, la minocycline, Darvocet, Chlorella, enzymes, HCL betaine, Actigall, Bactroban, Burbur, ; Vaporisateur nasal Notatum/Quentens ; Bronchi Pertu ; Lyrica, Trental, IV acides aminés ; Zenpep ; IV Zithromax ; IV Invanz ; injections de venin d'abeille ; IV Doxycycline ; IV Argent ; Cortef ; Nuvigil ; IV Kétamine ; Tindamax ; Cipro, Amoxicilline ; Artemisinine ; Ketek, et IV ail.

18. Sur la recommandation de l'intimé, A.P. a également consulté le Dr C.R., un naturopathe, et a reçu son traitement.

19. Il n'y a aucune preuve que l'intimé ait reçu le consentement éclairé d'A.P. concernant le traitement au glutathion IV, aux acides aminés IV, à l'argent IV ou à l'ail IV.

20. Le ou vers le 3 mai 2011, A.P. a présenté des symptômes aigus et graves, y compris des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements, après s'être auto-administré de l'ail par voie IV reçu du bureau de l'intimée. Le 4 mai 2011, les parents d'A.P. l'ont emmenée à l'urgence du Bon Samaritain où elle a été admise à l'USI. On a découvert qu'elle était hypotendue à la suite d'une septicémie bactérienne. On lui a diagnostiqué une septicémie polymicrobienne liée au cathéter, une candidose fongueuse, une insuffisance rénale légère, une hépatite légère, des lésions cavitaires/micro-abcès et des feux sauvages herpétiques. Elle a été hospitalisée pendant 8 jours et a reçu son congé le 11 mai 2011.

21. La conduite générale de l'intimé, ses actes et/ou omissions à l'égard de la P.A. du patient constituent une conduite non professionnelle résultant d'une négligence grave et/ou d'actes répétés de négligence et/ou d'incompétence. Plus précisément, l'intimé est coupable de conduite non professionnelle à l'égard de A.P. comme suit :

A. L'intimé a soumis A.P. à un régime thérapeutique non nécessaire et non conventionnel, y compris l'ail par voie intraveineuse, qui a causé un préjudice grave.

B. L'intimé s'est vu prescrire de la kétamine par voie intraveineuse sans indication médicale.

C. Le répondant n'a pas obtenu de consentement éclairé concernant le traitement au glutathion IV, aux acides aminés IV ou à l'ail IV.

D. L'intimé a omis d'évaluer ou de documenter régulièrement les signes vitaux de la victime.

DEUXIÈME CAUSE DE DISCIPLINE
(Négligence grave, actes de négligence répétés, incompétence à l'égard du patient T.L.)
22. L'intimé fait l'objet de mesures disciplinaires pour conduite non professionnelle en vertu de l'article 2234 du Code, y compris les paragraphes (b) et/ou (c) et/ou (d), en ce que l'intimé a été extrêmement négligent et/ou négligent et/ou incompétent à répétition dans ses soins et traitements du patient T.L.

Les circonstances sont les suivantes :

23. Le ou vers le 25 mars 2010, T.L., un patient alors âgé de 54 ans, a été vu au bureau de l'intimée pour une évaluation de la maladie de Lyme. T.L. ne se souvenait pas d'avoir eu une piqûre de tique ou d'avoir développé une éruption ou des lésions. T.L. a signalé de nombreuses plaintes, y compris la fatigue, des symptômes semblables à ceux de la grippe, la perte d'appétit, la perte de cheveux, des maux de gorge, des glandes endolories, des sueurs nocturnes, des frissons, des douleurs thoraciques, des douleurs musculosquelettiques et des œdèmes, des crises d'anxiété, des troubles de concentration et de mémoire, des troubles mentaux, des cauchemars, des crises d'angoisse et des crises de panique, des difficultés à marcher et à garder un équilibre, des troubles du sommeil, des tremblements, une faiblesse de membres et de l'appareil génito-traite-traumatique, des troubles d'ordre physique et des problèmes d'alimentation, des troubles de la respiration, de la fatigue, des nausées, des vomissements, des maux de tête, de l'asthme, des troubles de l'alimentation. T.L. a déclaré qu'il n'avait jamais reçu de diagnostic de maladie de Lyme.

24. Les tests de laboratoire effectués en avril 2010 se sont révélés négatifs pour la maladie de Lyme.

25. Les notes de l'intimé datées du 11 mai 2010 indiquent également que les tests de laboratoire étaient négatifs pour la maladie de Lyme, et l'évaluation de l'intimée était "myalgies avec hyperesthésie". Malgré les résultats de laboratoire négatifs, l'intimé a noté que "Bartonella/Lyme est toujours une possibilité", et T.L. a commencé sur le "protocole de Cowden", un protocole homéopathique pour traiter la maladie de Lyme, et a également commencé sur "BSP 201", un supplément.

26. Le ou vers le 10 juin 2010, l'intimé a prescrit de la doxycycline, un antibiotique.

27. Le ou vers le 13 septembre 2010, T.L. a été examiné par l'adjoint au médecin Y.L., qui a noté que T.L. se portait mal en général. L'évaluation de Y.L. était "probablement lyme". Aucun signe vital n'a été enregistré.

28. T.L. a continué de se plaindre d'une aggravation des symptômes et a vu l'intimé et/ou Y.L. environ tous les deux mois jusqu'en mars 2012 au moins. Les signes vitaux de T.L. n'ont pas été enregistrés pendant ces visites.

29. Les notes de l'intimé datées du 2 novembre 2010 indiquent que T.L. a " une douleur, une fatigue, une faiblesse, un malaise et une réactivité remarquables ". Il est incapable de contrôler la douleur avec le régime actuel." L'évaluation de l'intimé était "Lyme avec des symptômes graves sur tout le corps, très malade." Le plan de l'intimé prévoyait de commencer la "kétamine IV", "d'obtenir une KPU et du cuivre", "de poursuivre le traitement actuel avec le Dr R" et "d'envisager l'assainissement de la maison pour la moisissure".

30. Les notes de l'intimé datées du 2 février 2011 indiquent que T.L. s'est plainte de "fatigue et faiblesse profondes" et que "dans l'ensemble, le patient continue à mal se porter". L'intimé a également fait remarquer que T.L. " s'occupait encore des moisissures et aimerait commencer un traitement plus agressif pour Lyme ". L'évaluation de l'intimé était "Lyme", "Moisissure" et "Déclin neurologique". Le plan de traitement de l'intimé est inclus : "Envisagez la kétamine ;""Envisagez un porto ;""Recommandez l'ail en IV."

31. Les notes d'évolution du 28 février 2011 indiquent que T.L. a été vu par Y.L., qui a noté que " le patient continue de mal se porter. Profonde fatigue et faiblesse." L'administration intraveineuse d'ail a commencé. De plus, l'administration orale de Septra, un antibiotique, a été amorcée, et la L.T. a été poursuivie avec Sporanox et Nystatin, deux antifongiques. Il a également continué à prendre Lymphomosot et Itires, deux remèdes homéopathiques.

32. Une liste de médicaments T.L. de février 2011 indique qu'il était traité avec plus de 50 médicaments, suppléments et remèdes à base de plantes médicinales et homéopathiques.

33. Les notes de l'intimé datées du 14 avril 2011 indiquent que T.L. souffrait de "tendinose grave et de douleurs au corps entier". Le répondant a noté que les priorités de M. R. étaient "Borrelia et les métaux lourds". T.L. a rapporté s'être senti beaucoup plus mal pendant plusieurs jours après le traitement IV à l'ail. T.L. a déclaré avoir dû augmenter ses analgésiques, avoir de graves nausées et de graves faiblesses, et avoir besoin de marcher avec une canne. Le plan de traitement de l'intimé consistait à " augmenter le taux de rocephine ", à " commencer Actigall ", à " diminuer l'ail " et à " utiliser la kétamine par voie intranasale toutes les quelques heures ". Le ou vers le 5 mai 2011, T.L. a été admis à l'hôpital Good Samaritan avec des plaintes de fièvre, de frissons et de douleur adnominal. T.L. a déclaré avoir reçu des perfusions IV d'ail et IV de DMSO (Dimethyl sulfoxide) par Mediport. On a diagnostiqué chez T.L. une bactériémie à Klebsiella oxytoca et une dyskinésie de la vésicule biliaire. Le Mediport de T.L. a été retiré et il a été libéré le 9 mai 2011, avec l'avis de ne pas prendre de matériel et de substances intraveineuses qui ne sont pas approuvés par la FDA et fabriqués selon les normes strictes de la FDA pour assurer la sécurité. Après son congé de l'Hôpital du Bon Samaritain, T.L. a continué de recevoir un traitement sous les soins de l'intimé, y compris un traitement IV Levaquin, IM Invanz, Takuna, Facteur de transfert, une dose accrue de Nystatine, Facilité de levure, Extrait de feuille d'olivier sécuritaire ; Enhansa Lee Silsby Pharmacy, Aloe 225, Malate de magnésium, vitamine C, Réanimation GI, Aloe vera jus, Thé de camomille, DGL, Cromolyn sodium, Reglan, Cryptolepis, et Malarone. Le répondant a également fait remarquer qu'il faudrait envisager d'" éliminer les métaux de la bouche ".

36. La liste des médicaments de T.L. datée du 28 novembre 2011 identifie plus de 15 médicaments prescrits (y compris le glutathion IV et la kétamine IV), 4 remèdes à base de plantes médicinales et homéopathiques, et 29 suppléments.

37. Rien ne prouve que l'intimé ait obtenu un consentement éclairé de T.L. pour le traiter avec de l'ail IV, du glutathion IV, du DMSO IV ou de la kétamine IV.

38. La conduite générale de l'intimé, ses actes et/ou omissions à l'égard du patient T.L. constituent une conduite non professionnelle par négligence grave et/ou actes répétés de négligence et/ou d'incompétence. Plus précisément, l'intimé est coupable de conduite non professionnelle à l'égard de T.L. comme suit :

A. Le répondant a continué de prescrire de multiples doses d'antibiotiques (IV, orale et intramusculaire) pendant plus d'un an même s'il n'y avait aucun signe d'amélioration. La prise prolongée d'antibiotiques peut entraîner des réactions indésirables et une résistance sélective aux infections bactériennes courantes qu'il pourrait contracter plus tard dans sa vie. [...] [6]

Pour tous les détails voir la DECISION AND ORDER of the Medical Board of California du 5 novembre 2013 concernant Steven Harris; dans ce document officiel, à la suite de la décision est rappelé les faits qui lui sont reprochés [7].

Article "Kris Kristofferson: The latest celebrity quackery victim"

Traduction avec l'aide de Deepl : Kris Kristofferson: la dernière victime du charlatan des célébrités.

Si vous avez grandi enfant dans les années 1970 aux États-Unis comme moi (j'ai terminé mes études secondaires en 1980), vous ne pourriez probablement pas échapper à l'influence de Kris Kristofferson. Il était grand, et il était à son apogée dans les années 1970, avec des succès de musique country et de musique grand public, des apparitions dans des films et, en général, une barbe impressionnante et rockante. Quoi qu'il en soit, les années 1980 sont arrivées, et la carrière de Kris Kristofferson s'est arrêtée. Eh bien, il n'a pas vraiment disparu. Kristofferson continue de travailler et de jouer dans des films, et ses disques se vendent encore assez bien. Cependant, il n'a plus jamais été aussi grand que dans les années 1970.

Il s'avère que Kristofferson a 80 ans maintenant et n'est pas en très bonne santé. Il s'avère également qu'il est aussi totalement sous l'emprise du charlatanisme de la maladie de Lyme chronique, devenant la dernière célébrité dont j'ai entendu parler et qui est tombé dans le charlatanisme. C'est une triste histoire, en effet, car Kristofferson a d'abord reçu un diagnostic de maladie d'Alzheimer parce qu'il avait des problèmes de mémoire. Cela s'est avéré être un diagnostic erroné, mais le diagnostic qui l'a remplacé n'était guère meilleur parce que c'est une fausse maladie très appréciée des naturopathes et des praticiens de "médecine intégrative". J'ai entendu parler de son histoire l'autre jour dans un article du Huffington Post (qui, comme on pouvait s'y attendre, était assez crédule au sujet du charlatanisme de la maladie de Lyme chronique utilisé pour traiter Kristofferson), qui faisait référence à un article de Rolling Stone (qui n'était guère meilleur).

L'article de Rolling Stone décrit comment il a été diagnostiqué. Après avoir décrit ses problèmes de perte de mémoire, que les médecins soupçonnaient être dus soit à un traumatisme crânien qu'il aurait subi dans sa jeunesse en jouant au football et au rugby ou en boxant, soit à une démence précoce, peut-être à la maladie d'Alzheimer.

Alors:

Puis, plus tôt cette année, un médecin a décidé de tester Kristofferson pour la maladie de Lyme. Le test est revenu positif. Sa femme croit qu'il l'a attrapé d'une tique alors qu'il rampait sur le sol de la forêt du Vermont pendant six semaines pendant le tournage du film Disappearances.

"Il prenait tous ces médicaments pour des choses qu'il n'a pas, et ils ont tous des effets secondaires, dit-elle. Elle porte l'une des chemises de son mari. Après avoir cessé de prendre ses médicaments contre la maladie d'Alzheimer et la dépression et avoir suivi trois semaines de traitement contre la maladie de Lyme, Lisa a été choquée. "Tout d'un coup, il est revenu", dit-elle. Il y a encore des jours difficiles, mais " certains jours, il est tout à fait normal et il est même facile d'oublier qu'il se bat contre quelque chose ".

[...]

Fondamentalement, toute une industrie de médecine alternative/"médecine intégrative" s'est développée pour utiliser de faux tests pour "diagnostiquer" la maladie de Lyme chronique [MLC, Chronic Lyme Disease (CLD) en anglais] et des thérapies bidon pour la traiter. Elles sont devenues si puissantes que certaines législatures d'État s'inclinent maintenant devant elles, comme celle du Connecticut l'a fait récemment en protégeant la capacité des charlatans de traiter les patients atteints de la MLC par des antibiotiques à long terme. Il n'est pas surprenant que le Whitaker Wellness Institute [8] ait une pleine page de témoignages élogieux pour son traitement de MLC avec de la vitamine C [par voie] intraveineuse, du glutathion, de l'oxygène hyperbare, de la naltrexone à faible dose, et divers autres traitements de médecine alternative.

Naturellement, il n'a pas fallu longtemps après que Kristofferson ait été "diagnostiqué" atteint de MLC pour que le charlatan s'y mette. Par exemple, Lisa Kristofferson décrit ce qu'elle et son mari ont fait après avoir reçu le "diagnostic" :

Eh bien, nous avons appris la nouvelle quand nous étions en tournée au Royaume-Uni et en Irlande, alors immédiatement après notre arrivée aux États-Unis, je suis allé dans une pharmacie locale et j'ai pris les ordonnances de Kris pour la Doxycycline et l'Alinia. Peu de temps après, nous avons également commencé l'oxygénothérapie hyperbare (OHB) et la stimulation magnétique transcrânienne (SMT) du lobe frontal.

Et :

À ce stade, quelqu'un vous a-t-il référé à un Lyme-Literate Doctor ?
Oui, par chance, la cardiologue de Kris a fait son internat dans le New Jersey pour comprendre l'implication cardiaque dans [la maladie de] Lyme et a dit d'aller voir un spécialiste de Lyme. Nous avons commencé à travailler avec le Dr Steve Harris en Californie qui a ajouté des injections intramusculaires d'antibiotiques au protocole de Kris et qui continue à traiter Kris.

[...] [9]

Voir aussi

Références

  1. https://www.youtube.com/watch?v=DDfXYrocLEw Ajoutée le 12 mai 2015
  2. https://www.pacificfrontiermedical.com/ Site web de Pacific Frontier Medical, Inc.
  3. https://www.pacificfrontiermedical.com/patientForms/Forms/Dr_Harriss_CV.pdf CV de Steven Harris. A propos de ses fonctions au sein de QMedRx, voir la page 6.
    Mais le document contient beaucoup d'autres informations intéressantes.
  4. https://www.casewatch.net/board/med/harris_s/accusation_2013.shtml Disciplinary Action against Steven J. Harris, M.D. Par Stephen Barrett, M.D. Cet article a été révisé le 30 octobre 2018.
  5. www.casewatch.net/board/med/harris_s/ca_order_2013.pdf
  6. https://lymescience.org/steven-harris/
  7. DECISION AND ORDER of the Medical Board of California, DEPARTMENT OF CONSUMER AFFAIRS, STATE OF CALIFORNIA, In the Matter of the Accusation Against: STEVEN JEFFREY HARRIS, M.D., November 5, 2013.
  8. https://rationalwiki.org/wiki/Julian_Whitaker (anglais)
  9. https://respectfulinsolence.com/2016/07/08/kris-kristofferson-the-latest-celebrity-quackery-victim/ Publié par Orac (Pseudo de David Gorski, voir l'article le concernant sur le wikipedia anglais) le 8 juillet 2016