ACAM

De Psiram

ACAM est l'acronyme de American College for Advancement in Medicine, une association controversée affirmant être sans but lucratif, regroupant des médecins se réclamant, entre autre, de la médecine intégrative, dont le siège est situé à Bozeman dans le Montana aux USA.

Article sur Science Based Medicine à propos de l'ACAM publié en 2008

L'article est certes un peu ancien, mais reste instructif. Il est intitulé "The Pseudomedical Pseudoprofessional Organization (PPO*)" (L'organisation pseudoprofessionnelle pseudo-médicale PPO*) et est signé par Kimball C. Atwood IV[1].[2] [Traduction essentiellement à l'aide de Deppl:]

(*À ne pas confondre avec "Preferred Provider Organization", qui partage l'acronyme)

Cela fait partie d'une série de discussions en cours sur les pièges de la réglementation des médecins, mais j'ai décidé, dans l'intérêt de la souplesse, de modifier le titre. Il y a quelques semaines, j'ai donné quelques exemples de la façon dont des médecins qui pratiquent une médecine inférieure aux normes et peu plausible parviennent à éviter ou à retarder l'imposition de mesures disciplinaires par les Conseils médicaux étatiques. J'ai constaté que les commissions elles-mêmes semblent réticentes ou lentes à agir contre de telles pratiques, même illégales, et que cela contraste avec leurs actions rapides contre d'autres types de malversations : celles du type "cibles faciles". Dans un commentaire, David Gorski m'a rappelé qu'il avait déjà donné quelques raisons de cette divergence, que je partage. Néanmoins, il semble étrange que les Conseils étatiques ne fasse pas mieux.

Afin d'essayer de trouver plus d'explications, cette semaine, nous allons examiner une autre tactique des praticiens de la pseudomédecine : se regrouper pour créer des organisations pseudo-médicales pseudoprofessionnelles (PP0), avec des noms pseudo-légitimes, des conférences pseudo-légitimes, des sites Web pseudo-légitimes, des pseudo-"certifications de Conseil", des protocoles pour les pseudo-thérapies, des brochures pour les patients présentant des pseudothérapies, des formulaires de pseudo-consentement pour les pseudo-thérapies, des commissions d'examen pseudo-institutionnelles pour approuver les pseudo-recherches, des pseudo-revues pour publier des rapports de pseudo-recherches, des contributions financières très réelles de sociétés pseudoscientifiques pour aider à payer une publicité très réelle, un lobbying très réel, une représentation juridique réelle, et plus.

Il y a beaucoup plus de PPOs que nous ne pourrons en examiner, mais elles ont des caractéristiques communes. Nous verrons aussi comment certaines institutions qui devraient être plus avisées réagissent aux PPOs, ce qui peut être effrayant.

Nous avons mentionné deux PPOs représentatives dans la première partie de cette série : l'International Bio-Oxidative Medicine Foundation (IBOMF) et l'International Oxidative Medicine Association (IOMA), chacune fondée par feu Charles Farr, le "Père de la médecine oxydative", pour promouvoir le peroxyde d'hydrogène [aussi appelé eau oxygénée] intraveineux et autres traitements douteux. Nous avons vu que l'IOMA a récemment été absorbée par une autre PPO dont Charles Farr était un des fondateurs : l'American College for Advancement in Medicine (ACAM).

L'ACAM : la mère de toutes les PPOs

L'ACAM, fondée en 1973 (webmaster note : URL malveillante supprimée, désolé !) sous le nom de American Association of Medical Preventics, "pour aider à éduquer les médecins et promouvoir l'utilisation de la thérapie par chélation EDTA pour les maladies cardiovasculaires", est au centre de ce qui est probablement la famille la plus grande et la plus insidieuse d'organisations hypothéquant les pratiques peu plausibles et la "liberté" pour les vendre. Il s'agit notamment de l'International College of Integrative Medicine (ICIM ; anciennement appelé Great Lakes College of Clinical Medicine et Great Lakes Association of Clinical Medicine), de l'American Board of Clinical Metal Toxicology (ABCMT; anciennement American Board of Chelation Therapy) et de l'American Association for Health Freedom (AAHF, ancienne American Preventive Medical Association). Les rôles de chacun sont quelque peu différents, bien qu'il y ait un chevauchement considérable : l'ACAM et l'ICIM sont avant tout "éducatifs", l'ABCMT confère une "certification de Conseil" pour la "thérapie par chélation" et les lobbies de l'AAHF à Washington défendent, entre autres choses, le programme trompeur "Health Freedom" [Liberté en matière de santé]. (À la suite de cet affichage, la FAAA a changé son nom pour Alliance for Natural Health.-KA)

Nous avons fourni un historique de ces organisations dans notre article sur l'essai des NIHs pour l'évaluation de la thérapie par chélation (TACT). Cette histoire fournit une abondante documentation pour chacune des "pseudo-"pratiques nommées ci-dessus, que je ne vais pas répéter ici, sauf pour faire quelques remarques. Tout d'abord, bien que j'aie utilisé le terme "le plus grand", ces groupes sont en fait assez petits. L'ACAM compte environ 1000 membres, dont 800 vivent aux Etats-Unis. Cela représente 1/1000e des MDs [Docteurs en médecine] et des DOs [Docteurs en osthéopathie] licensiés [c.-à-d. autorisés à exercer] dans le pays (il y a aussi un énorme chevauchement dans l'adhésion parmi ces PPOs, mais je ne me suis pas donné la peine de faire un recensement officiel). Ensuite, je voulais dire la "mère" dans le sens saddamien, pas dans le sens "original". L'ACAM et les organismes qui lui sont liés, comme la plupart des entités qui ont vu le jour au cours des dernières décennies pour promouvoir des revendications médicales invraisemblables, font partie de la "House that Laetrile Built" [Psiram: ici un lien vers un autre article de site SBM: [3]].

Le Laetrile, vous vous en souviendrez, est un médicament contre le cancer de charlatan qui a atteint son apogée dans les années 60 et 70, lorsqu'il est devenu la fraude en matière de santé la plus lucrative de l'histoire des États-Unis. Pratiquement tous les trafiquants de Laetrile étaient des anti-communistes d'extrême droite, anti-gouvernement, à qui on avait appris à se battre pour la "liberté en matière de santé" depuis le début des années 60 et même avant. Lorsque la drogue est devenue illégale en 1979, ils étaient [comme] des frelons furieux coincés dans un nid. À leur avantage, mais au détriment de la médecine rationnelle et de la santé publique, ils ont commencé à apprendre à jouer le système plus efficacement, par l'intermédiaire de leurs amis au Congrès et autres moyens. Parmi les résultats, mentionnons les PPOs dont il est question ici, le Office of Alternative Medicine [Bureau de la médecine alternative] et son successeur, le NCCAM [National Center for Complementary and Alternative Medicine], l'Office of Cancer Complementary and Alternative Medicine (OCCAM) du National Cancer Institute [Institut national du cancer], l'atténuation du pouvoir des Conseils médicaux étatiques de discipliner les médecins qui pratiquent le charlatanisme, et plus.

Les PPOs peuvent-elles vraiment être aussi insidieuses ?

La plupart des médecins honnêtes et travailleurs ont du mal à croire que des organisations "professionnelles" à l'apparence inoffensive se livreraient à des activités pernicieuses, mais les preuves sont là pour quiconque se donne la peine de les chercher. Est-il possible, par exemple, qu'un organisme médical crée un institutional review board (IRB) [4] - dont l'objectif légitime est de protéger les sujets humains dans les essais cliniques - pour donner une apparence de "recherche" afin de protéger ses membres contre la surveillance par l'organisme de réglementation de de leurs pratiques douteuses ? Eh bien, oui :

La GLACM [Great Lakes Association of Clinical Medicine] dispose également d'un comité d'examen institutionnel, ou IRB, qui examine les projets de recherche des membres. Cela donne à ces projets le statut et la protection de l'IRB…
Le commité d'examen institutionnel de la Great Lakes Association of Clinical Medicine a été formé en 1990. L'IRB a respecté les lignes directrices des National Institutes of Health…
Avec l'augmentation du nombre de médecins qui font l'objet d'un examen de la part des Conseils médicaux étatiques pour la pratique de la médecine parallèle, l'IRB pourrait offrir une protection. L'IRB recommande à tout membre de la GLACM qui souhaite organiser des procédures dans leurs bureaux et faire approuver par des pairs une recherche officiellement sanctionnée de communiquer avec Karen au bureau du Dr Chappell, au (419) 358-4627, pour obtenir des directives pour la préparation d'une proposition.

L'IRB de la GLACM a approuvé de nombreux essais absurdes, dangereux et contraires à l'éthique jusqu'à ce qu'il soit finalement dissous en 2001, sous la pression de la FDA. L'un de ces essais a acquis une certaine notoriété dans la littérature sur l'éthique médicale et dans la presse populaire : "Induced Malaria Therapy for HIV/AIDS ", menée en Chine par Henry Heimlich (oui, [ce-]lui de la Maneuvre). Malgré cela, L. Terry Chappell, la cheville ouvrière de l'ACAM et de la GLACM, le secrétaire de l'IRB qui avait approuvé l'étude en 1994, a volé sous le radar lorsqu'il a comparu comme témoin vedette lors de l'audition du député (et ancien champion du Laetrile) Dan Burton sur la réforme gouvernementale, en 1999, lors de l'audition du Comité de la Chambre des représentants, où Burton a forcé Claude Lenfant, le directeur du NHLBI [National Heart, Lung, and Blood Institute] à accepter un essai sur la chélation ; puis lorsque Chappell fut nommé par le Protocole TACT original (p. 284) comme l'un des "éminents experts en thérapie par chélation" nommés au "Liaison Committee de l'American College for Advancement in Medicine" ; encore une fois lorsqu'il a été nommé co-investigateur de l'essai ; et encore une fois lorsqu'il a été nommé membre du "Special Emphasis Panel" du NIH qui a porté un jugement sur le protocole original, en violation claire des politiques des NIHs sur les conflits d'intérêt.

Est-il possible que ces gestionnaires du NIH aient été si naïfs ? Voici l'opinion publique du Dr Chappell sur l'essai de Heimlich sur le paludisme pour le sida, cité dans l'Enquirer de Cincinatti en mars 2003, quelques mois seulement avant l'apparition des premiers sujets TACT, mais bien après qu'il soit devenu évident que la Highly Active AntiRetroviral Therapy (HAART) avait révolutionné le traitement du sida :

La malariothérapie mérite d'être étudiée
Le Dr Henry Heimlich mérite d'être applaudi pour ses recherches sur le traitement du sida par la malariothérapie. Le type de paludisme utilisé était facilement guérissable avec des médicaments, et il n'y a d'ailleurs pas eu de complications graves rapportées dans son projet de recherche. La recherche a été menée conformément aux lignes directrices scientifiques.
Les médicaments utilisés pour traiter le sida ne sont pas très efficaces, peuvent être toxiques et sont prohibitifs. La résistance à ces médicaments se développe.
La malariotherapy est beaucoup moins chère que les médicaments conventionnels contre le sida. Les responsables de la santé de plusieurs pays africains ont manifesté un intérêt considérable pour le projet pilote de Heimlich. La thérapie a le potentiel d'être une force majeure contre l'un de nos plus grands défis de la maladie.
Terry Cappell (sic), M.D., Bluffton, OH

Hmmmm. Comme l'a si bien dit ma collègue Liz Woeckner :

Contrairement à l'affirmation du Dr Chappell selon laquelle aucune complication grave n'a été signalée dans le projet de recherche [de Heimlich], deux sujets de recherche [sur 30] sont morts. En tout état de cause, la mort constitue une complication grave.
Vous devez vous demander ce que le Dr Chappell pense des directives scientifiques. Le protocole de l'essai n'avait pas de bibliographie, de sorte que lui et ses collègues du IRB n'avaient aucun moyen de juger de la valeur scientifique de l'étude qu'ils avaient approuvée. Les membres du IRB ne connaissaient pas le nom du chercheur principal menant l'étude en Chine - il est difficile de comprendre comment ils pouvaient évaluer la façon dont l'étude devait être menée s'ils ne savaient pas qui la menait. Dans le cadre de leur obligation d'examiner les protocoles de recherche proposés, les membres du IRB devraient évaluer les titres de compétences des chercheurs ainsi que les ressources et les politiques de l'établissement.

Petite PPO, tu as l'air en pleine forme !

Est-ce le genre de personne sur laquelle vous voudriez porter un jugement et participer en tant qu'enquêteur à un dangereux procès de 30 millions de dollars, financé par votre argent, en 2000 ? Je crois qu'au moins une partie de la raison pour laquelle cela s'est produit se trouve dans l'emballage lisse de groupes comme l'ACAM et la GLACM (maintenant le ICIM [International College of Integrative Medicine]). Nous avons vu dans la première partie que les conférences de l'ACAM, y compris les cours sur l'administration intraveineuse des drogues dangereuses et illégales EDTA disodique et peroxyde d'hydrogène, reçoivent des crédits de formation médicale continue de l'Accreditation Council for Continuing Medical Education (ACCME). Le protocole original TACT qualifie l'ACAM de "l'organisation la plus importante et la plus respectée au monde des médecins qui emploient une thérapie par chélation" et fait référence à plusieurs reprises à la "certification du Conseil en matière de thérapie par chélation" comme si cela équivalait à la certification du Conseil en cardiologie, par exemple. Ce n'est pas le cas : une véritable certification de Conseil signifie la reconnaissance par l'American Board of Medical Specialties (ABMS). La "thérapie par chélation", bien sûr, n'est pas reconnue ainsi.

De peur que vous ne pensiez, raisonnablement, que le NIH n'a pas remarqué de telles manigances seulement parce que les dés était pipés (ce qui était le cas, grâce à Burton), il y a des raisons de penser qu'il y avait plus que cela. Il est juste de supposer que, pour certains initiés, cette "ignorance" était délibérée. Beaucoup d'autres, cependant, ont probablement été bernés par le battage médiatique dont il a été question plus haut. Il y a plusieurs années, le site Web de santé grand public InteliHealth (The Trusted Source®) a publié un article trompeur intitulé "Finding a Doctor Who Understands Complementary And Alternative Medicine". Comme beaucoup d'autres articles sur ce site, il avait été écrit par un membre du corps enseignant de la Harvard Medical School (HMS). L'article recommandait aux lecteurs

Recherchez des organismes dans votre communauté pour les personnes intéressées par les thérapies complémentaires et parallèles. Recherchez des cours de yoga, des groupes pour la santé des femmes ou des sections locales d'organismes nationaux qui appuient la santé alternative, comme l'American Holistic Medical Association et l'American College For the Advancement of Medicine. Suivez un cours ou assistez à une réunion. Renseignez-vous auprès des gens que vous rencontrez sur les médecins locaux qui offrent les thérapies qui vous intéressent. [Hyperliens dans l'original]

J'ai écrit à un doyen de la HMS pour me plaindre de cet article, faisant valoir que l'ACAM avait pour but de promouvoir la " thérapie par chélation", un traitement dangereux, peu plausible et discrédité (je me suis également opposé à la recommandation de l'auteur de l'AHMA, autre PPO, mais qui, au moins, télégraphie son programme avec "Holistique"). Un peu plus tard, Steve Barrett de Quackwatch s'était plaint directement à InteliHealth, faisant remarquer de façon plus colorée que "référer des lecteurs aux membres de l'ACAM, c'est comme référer des gens qui veulent emprunter de l'argent aux usuriers de la mafia".

Le rédacteur en chef Howard LeWine lui a répondu en admettant que le véritable agenda de l'ACAM avait échappé à l'attention des réviseurs de Harvard, y compris des "experts en CAM" [médecine complémentaire et alternative]. Pire encore, ils n'ont toujours pas pu le discerner lorsqu'ils ont parcouru le site de l'ACAM après avoir été mis au courant par le Dr Barrett ! Le résultat, soit dit en passant, c'est qu'InteliHealth a laissé tomber ces recommandations, mais seulement celles qui provenaient de l'article promotionnel, qui est toujours affiché sur le site Web, et qui est autrement déjanté.

En parlant de Quackwatch, on y trouve de nombreux exemples de PPOs, beaucoup avec des noms à l’emporte-pièce comme American Academy of Quantum Medicine (AAQM), mais d'autres ont des noms qui contredisent leur véritable identité, allant de l'American Academy of Environmental Medicine (AAEM), qui parle de "toxines" et promeut la fausse maladie connue sous le nom de "syndrome de Sensibilité Chimique Multiple" (SCS) [Psiram: voir l'article Multiple Chemical Sensitivity:A Spurious Diagnostic (Sensibilité chimique multiple: un diagnostic fallacieux)[5]], à la How-Nerdy-Can-You-Get National Academy of Research Biochemists (NARB), qui n'est rien de plus qu'un pourvoyeur de faux diplômes.

Pour en revenir un instant à l'ACAM, elle compte aussi des membres assez sympathiques, si l'on en juge par la photo sur le site. Qu'ils ont l'air troublants et engagés ! Et quelle polyvalence !

Votre attention, médecins brûlés [au sens figuré] : Ne soyez pas ennuyés, soyez "Board-Certified" ! C'est rapide et facile !

Comme nous l'avons mentionné plus haut, la "certification d'un Conseil" légitime dans une spécialité ou sous-spécialité médicale signifie être certifié par un Conseil qui est reconnu par l'American Board of Medical Specialties. Il s'agit généralement d'une formation postdoctorale dans une résidence légitime de trois à sept ans ou plus, souvent suivie d'une à quatre années de formation en tant que boursier, et de la réussite d'examens rigoureux, habituellement en plusieurs parties. Pour devenir "board-certified" par l'American Board of Chelation Therapy (maintenant l'ABCMT), la dernière fois que j'ai regardé, il fallait [suivre] des cours [de la durée d'] un week-end, [obtenir] un score de 65% à un examen dans lequel 60% des questions étaient [de type] Vrai/Faux et avoir administré 1000 perfusions non supervisées d'acide éthylène diamine-tétra-acétique disodique (Na2EDTA) [de l'EDTA disodique, un agent chélateur].

Il y a quelques années, j'ai comparé la composition du conseil d'administration de l'ABCMT à celle de l'American Board of Preventive Medicine, qui est reconnue par l'ABMS et qui offre une certification de surspécialité en toxicologie médicale. Comme on pouvait s'y attendre, il n'y avait pas de membres communs. C'est un soulagement : si vous soulevez la souche pourrie à l'ABCMT aujourd'hui, vous trouverez un repaire de vermine qui vous fera frissonner. Trois membres, Rozema, Chappell et Trowbridge, étaient membres du IRB de la GLACM mentionnée ci-dessus. À la liste suivante, j'ai ajouté des hyperliens vers des informations supplémentaires faciles à trouver - ne supposez pas que l'absence d'un hyperlien implique l'absence d'un charlatan :
[Psiram: En 2019, Rashid Buttar n'est plus le président de l'ACAM, il continue cependant à proposer la thérapie par chélation et autres thérapies alternatives.]

Président
Rashid A. Buttar, DO [Docteur en osthéopathie], FAAPM, FACAP

Vice-président
James M. Holbert, MD, PhD

secrétaire
John P. Trowbridge, MD

Trésorier
James Smith, DO

Directeurs
Theodore C. Rozema, MD, FAAFP, FACAM, CP
H. Joseph Holliday, MD
Robban Sica, MD

Conseillers
Robert Rowen, MD
John L. Wilson Jr., MD
Terry Chappell, MD
Peter J. Van Der Schaar MD, PhD, CMT
William Duncan, PhD
H. Vasken Aposhian, Ph.D.
L'Université de l'Arizona

Buttar est également le président et John Wilson, le vice-président d'une autre PPO remarquable: la North Carolina Integrative Medical Society (NCIMS). La NCIMS parle pour elle-même:

Notre position
Qui sommes-nous....

La North Carolina Integrative Medical Society (NCIMS) est composée de médecins dévoués et professionnels profondément engagés dans la profession de guérisseur, peu importe l'oppression que nous subissons ou les conséquences que nous subissons personnellement pour rester fidèles à notre vocation.

Ce que nous faisons....

La NCIMS -

Est une occasion viable pour les médecins de se joindre à un groupe de médecins aux vues similaires qui ont reconnu que les méthodes de médecine traditionnelle font défaut. Nous nous considérons comme "l'option naturelle", si vous voulez.
Offre de précieuses possibilités de formation à nos confrères médecins et à nos patients potentiels.
Aide à uniformiser les méthodes de pratique entre les différents types de médecins non conventionnels.
Aider les médecins à se protéger eux-même contre le fait d'être isolés simplement parce qu'ils ont choisi de pratiquer et d'offrir une autre option de soins de santé à leurs patients.
Offre un forum à nos membres pour rester en contact et partager des sujets d'intérêt commun.
Est une ressource publique précieuse pour des problèmes tels que la faute professionnelle, la toxicité des métaux lourds et d'autres sujets pertinents en matière de soins de santé.

La NCIMS s'est opposé carrément à "l'oppression" du North Carolina Medical Board, qui a surpris le Dr Buttar dans des pratiques qui ne semblent pas très professionnelles, engagées dans la guérison ou le naturel. Je suppose qu'il doit s'agir de ce que la NCIMS appelle des "options alternatives de soins de santé". Amusant : certaines personnes très influentes pensent que Buttar est un type génial. L'un d'eux est le membre du Congrès Dan Burton.

Où est l'argent

Je vais manquer de « gaz », mais avant de quitter ce sujet, j'aimerais vous diriger vers des listes de commanditaires de certaines des PPOs dont il a été question ci-dessus. Pour l'ACAM, cliquez ici [Lien [6] mis dans l'article PPO de Kimball Atwood]. Lisez les textes de présentation et aidez-vous sur les sites Web. Rosemary, Fifi et le Dr Val ont raison : le charlatanisme rapporte beaucoup d'argent. Je vais vous donner une longueur d'avance sur le deuxième commanditaire de la liste, parce que vous ne trouverez pas cette information sur son site Web : American Biologics est le fabricant originel de l'arnaque Laetrile.

Pour les sponsors de l'AAHF, l'aile politique de l'ACAM, regardez ici. Il n'est donc pas étonnant que cette PPO soit si désireuse de garder la DSHEA dans les livres :

Nous croyons que le Dietary Supplement Health and Education Act de 1994 est l'un des événements les plus importants pour la liberté [en matière] de santé. C'est pourquoi nous croyons en la protection et la défense de ce projet de loi.
…………………….

The State Regulation Series (La série sur la réglementation étatique)

Pitfalls in Regulating Physicians. Part 1 [7]
Pitfalls in Regulating Physicians. Part 2: The Games Scoundrels Play [8]
The Pseudomedical Pseudoprofessional Organization (PPO*)
A New Twist for Autism: A Bogus “Biomedical” Board [9]
How State Medical Boards Shoot Themselves (and You) in the Foot [10]
“Integrative Medicine Experts”: Another Barrier to Effective Discipline [11]
Bogus Diagnostic Tests [12]

Références

  1. https://en.wikipedia.org/wiki/Kimball_Atwood
  2. https://sciencebasedmedicine.org/the-pseudomedical-pseudoprofessional-organization-ppo/ The Pseudomedical Pseudoprofessional Organization (L'organisation pseudoprofessionnelle pseudo-médicale) (PPO*). Kimball Atwood on October 17, 2008
  3. https://sciencebasedmedicine.org/the-ethics-of-cam-trials-gonzo-part-ii/
  4. https://en.wikipedia.org/wiki/Institutional_review_board An institutional review board (IRB), also known as an independent ethics committee (IEC), ethical review board (ERB), or research ethics board (REB), is a type of committee that applies research ethics by reviewing the methods proposed for research to ensure that they are ethical.
    (traduction en français:) Un comité d'examen institutionnel (IRB), également connu sous le nom d'un comité d'éthique indépendant (IEC), comité d'éthique (ERB), ou comité d'éthique de la recherche (REB), est un type de comité qui applique l'éthique de la recherche en examinant les méthodes proposées pour la recherche pour s'assurer qu'elles sont éthiques. [...]
  5. https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/mcs.html
  6. https://web.archive.org/web/20080327072720/http://www.acamnet.org/site/c.ltJWJ4MPIwE/b.2073037/k.C638/Industry_Directory.htm
  7. https://sciencebasedmedicine.org/pitfalls-in-regulating-physicians-part-1/ Par Kimball Atwood on September 19, 2008
  8. https://sciencebasedmedicine.org/pitfalls-in-regulating-physicians-part-2-the-games-scoundrels-play/ Par Kimball Atwood on October 3, 2008
  9. https://sciencebasedmedicine.org/a-new-twist-bogus-biomedical-boards/ Kimball Atwood on October 17, 2008
  10. https://sciencebasedmedicine.org/how-physician-regulators-shoot-themselves-in-the-foot/ Par Kimball Atwood on October 31, 2008
  11. https://sciencebasedmedicine.org/integrative-medicine-experts-another-barrier-to-effective-discipline/ Par Kimball Atwood on November 14, 2008
  12. https://sciencebasedmedicine.org/bogus-diagnostic-tests/ Par Kimball Atwood on April 29, 2010