Laetrile

De Psiram
Laetrile.jpg

Laetrile (ou laétrile orthographié à la française)[1] est un mot créé à partir des premières lettres de « laevorotatory » (lévogyre) et des dernières lettres de « mandélonitrile » et décrit une forme semi-synthétique de l'amygdaline.

L'amygdaline (orthographiée amygdalin dans les pages en anglais) tire son nom du grec amygdalis (amygdale), sa formule moléculaire est C20H27NO11 et son nom systématique (2R)-{[6-O-(β-D-Glucopyranosyl)-β-D-glucopyranosyl]oxy}(phenyl)acetonitrile; phenylacetonitrile est synonyme de Mandelonitril. Il est souvent appelé, à tort, Vitamine B 17. L'amydaline désigne un cyanogène, un glycoside végétal, qui, en présence d'eau, produit de l'acide cyanhydrique (aussi appelé acide prussique) (HCN[2]. Dans sa forme pure, c'est une substance incolore et cristalline. L'amygdaline est un composé qui peut être isolé à partir des noyaux de nombreux fruits, tels que les pêches, les amandes amères et les abricots. Le laetrile et l'amygdaline ont une composante structurelle commune, le mandélonitrile, qui contient du cyanure. Son utilisation est dangereuse et strictement rêglementée pour protéger les professionnels qui l'utilisent, surtout si ce sont des jeunes: "Travaux interdits aux jeunes de moins de 18 ans, sauf pour les besoins de leur formation "[3].

Utilisation de l'amygdaline en tant que remède anti-cancer

Noyaux d'abricots

L'amygdaline est parfois employée dans la médecine alternative en tant qu'éventuelle panacée contre le cancer et ces produits sont promus avec de la publicité mettant en avant des promesses de guérison intenables et mis sur le marché commercial bien qu'il n'y ait aucune autorisation de mise sur le marché de l'amygdaline en tant que médicament. Les prix vont jusqu'à 25 € / kg. Elle relève en tant que denrée alimentaire du Code de la consommation qui interdit une publicité concernant la santé, Article L121-1-1[4]. Les pharmacologues tiennent la pseudo-vitamine B17 pour un "remède miracle douteux". L'amygdaline est considérée en Allemagne comme une substance active médicamenteuse inquiètante. La fabrication, l'importation et le commerce ne sont pas autorisés. La délivrance d'amygdaline pour l'usage humain par le pharmacien est punissable selon le §5 de la loi sur les produits pharmaceutiques et peut, même sans cas de dommage concret, être poursuivie pénalement.

Certains utilisateurs de l'amygdaline complètent leur traitement par l'addition de DMSO (diméthylsulfoxyde).

Mécanisme d'action

L'amygdaline se décompose en glucose, en benzaldéhyde [5] et en acide cyanhydrique (Cyanwasserstoff en allemand)

L'amygdaline est décomposé par l'enzyme glucuronidase en benzaldéhyde, en cyanure (acide cyanhydrique) et en glucose (dextrose). Il est démontré que l'enzyme β-glucuronidase est présente dans le corps humain dans les cellules tumorales en très petites quantités, cependant cette enzyme est présente de même dans les cellules saines du corps et est produite par les bactéries dans l'intestin. Par conséquent, on ne peut pas supposer que la substance amygdaline nuise aux cellules cancéreuses sélectivement sans endommager les autres cellules saines. Le cyanure (acide cyanhydrique) libéré de la manière indiquée est très toxique car il bloque la respiration cellulaire. Il s'agit de suffocation au niveau cellulaire. La détoxification du cyanure a lieu normalement au moyen de l'enzyme rhodanese, grâce auquel le cyanure est converti en thiocyanate moins nuisible. Le Rhodanese se trouve de la même façon dans les cellules saines du corps, mais aussi dans les cellules tumorales. Etant donné que l'amygdaline, à cause de la grande concentration en Glukuronidase[6] dans l'intestin, doit être prise seulement en petites quantités (danger d'intoxication aïgue), la voie orale (par la bouche) est problématique. De grandes quantités d'amygdaline doivent être prises pour atteindre dans le sang et dans les tissus une grande concentration d'amygdaline. Par conséquent, dans le cadre d'essais cliniques, dans le passé, très souvent l'amygdaline a été injectée et ainsi été évité le passage au travers du tube digestif.

Tous les essais cliniques sur l'utilisation de l'amygdaline ont démontré l'inefficacité de celle-ci sur le cancer. .[7][8]

Il existe un risque d'intoxication mortelle par le cyanure. Plusieurs enfants sont morts ou ont souffert d'une intoxication potentiellement mortelle après avoir pris des comprimés de B17 parce que les parents croyaient en l'innocuité de comprimés de soi-disantes vitamines.

La dose létale minimale pour un adulte de 60 kg de poids corporel est de 0,57 mg / kg, ce qui correspond à environ 40 noyaux d'abricot.[9]. Compte-tenu de la teneur en acide cyanhydrique, au vu de la valeur la plus basse du taux de métabolisme (taux de désintoxication) pour l'acide cyanhydrique qui est de 0, 1 mg / kg / h, il en ressort le résultat suivant: un adulte peut ainsi détoxifier, par le métabolisme, 6,0 mg par heure d'acide cyanhydrique, ce qui correspond à un taux de consommation de l'ordre de 7 noyaux par heure.[10]

Présence dans les denrées alimentaires

L'amygdaline, la prunasine et autres cyanogènes (les dérivés de l'acide cyanhydrique, dit aussi acide prussique), les glycosides (linamarine, lotaustraline (lin, légumes secs, manioc, etc), dhurrine (millet), Taxiphyllin (pousses de bambou), Sambunigrin (sureau) et plus de 70 autres) se trouvent en quantités importantes dans des aliments non transformés (supérieur à 0,02% en substances liées à l'acide cyanhydrique[11]). Grâce à des méthodes de transformation traditionnelles, la teneur en acide cyanhydrique est réduit à une concentration sans danger.

Les plus fortes concentrations d'acide cyanhydrique se trouvent dans les fruits de certaines rosacées, en particulier les amandes amères et les amandes d'abricot. Ainsi, les noyaux d'abricot contiennent jusqu'à 8% d'amygdaline[12], correspondant à environ 0,4% de substances liées à l'acide cyanhydrique, les amandes amères jusqu'à 5% (0,3% d'acide cyanhydrique)[13].

Par les partisans de la pseudo vitamine B17 sont souvent mentionnés d'autres denrées alimentaires, mais qui contiennent soit que des quantités négligeables de glycosides cyanogènes (mûres, fraises, haricots verts, petits pois), ou pour qui l'acide cyanhydrique est en grande partie éliminé par les méthodes traditionnelles de préparation des aliments (manioc/tapioca, igname, haricots de Lima).

La dose mortelle chez l'homme est d'environ 0,7 mg / kg de poids corporel ou d'une amande amère par kg de poids corporel. Toutefois sont considérés comme sans danger 5 microgrammes / kg de poids corporel, car ils ne sont jamais dépassés dans la nourriture habituelle, d'autant plus que ceux contenant le plus de produits liés à l'acide cyanhydrique ne sont jamais consomés crus aussi chez nous.

Wichtige cyanogene Nahrungspflanzen (Les plus importantes plantes comestibles cyanogènes), nach (selon) [14]
Cyanogenes Glykosid Gehalt/teneur (mg HCN/kg Nahrungsmittel / mg HCN/kg d'aliment) Nahrungsmittel/denrée alimentaire
Amygdalin 2,5 - 5 Bittermandel-, Pfirsich- und Aprikosenkerne/amande amère, noyaux de pêche, d'abricot
Amygdalin <1 Pflaumen-, Birnen- und Apfelkerne/noyaux de prune, de cerise, pépin de pomme
Prunasin 1,0 - 1,5 Kirschlorbeer/laurier-cerise
Linamarin 0,3 - 2,5 Maniok-knollen/tubercules de manioc
Linamarin bis 8 Bambussprossen (unreif)/pousses de bambou (vertes)
Linamarin bis 3 Lima-bohnen/haricots de Lima
Linamarin bis 0,5 Leinsamen/graines de lin
Dhurrin 0,3 - 2,5 Sorghum-Hirse/sorgo-millet
Sambunigrin 1 Holunder, Apfelkerne/sureau, pépins de pomme

Les victimes du business de l'amygdaline

Chad Green avait développé une leucémie lymphocytaire aiguë (ALL) à l'âge de 2 ans. Bien qu'il ait été rapidement mis en rémission avec une chimiothérapie, ses parents lui ont fait commencer une «thérapie métabolique» administrée par une sorte de médecin du métabolisme. Quand Chad a développé des signes de toxicité au cyanure, les autorités du Massachusetts l'ont placé sous tutelle judiciaire pour le traitement seulement. Ses parents ont alors intenté une procédure pour que la «thérapie métabolique» soit rétablie. Quand la court s'est prononcée contre eux, ils ont fui avec Chad au Mexique, où il a été traité par le docteur Contreras. Plusieurs mois plus tard, Chad est décédé d'une suggérant un empoisonnement au cyanure. Le Dr Contreras a déclaré que le garçon était mort de leucémie, mais que c'était un bon exemple de l'efficacité du Laetrile parce qu'il était mort d'une mort agréable! [15] [16]

Joseph Hofbauer était un enfant de neuf ans de New York, qui avait un lymphome de Hodgkin. Ses parents ont refusé les thérapies conventionnelles et également opté pour Laetrile. Le tribunal compétant a refusé de retirer la garde aux parents. L'enfant est mort deux ans plus tard. Aussi bien ALL, comme aussi le lymphome de Hodgkin, sont considérées comme des cancers qui sont traités avec succès.

L'acteur Steve McQueen aussi n'a pas survécu à un traitement avec du Laetrile que lui avait recommandé un William D. Kelley dans le cadre d'un traitement Kelley-Gonzales.

Propagandistes de l'amygdaline en France

Il existe des partisans des médecines alternatives, en général des théoriciens du complot dans le sillage de G. Edward Griffin[17], ou des malades qui en discutent dans le forums ou même proposent des blogs anonymes. Attention au centre de santé Juscogens (66230 Prats-de-Mollo-la-Preste, Pyrénées-Orientales) de Christian Joubert qui est très au fait de toutes les pratiques douteuses anti-cancer, y compris celle de l'ingestion d'Amygdaline / Laetrile [18]. Le centre de santé Juscogens de Christian Joubert a été rebaptisé "Centre de Bien-Être et de Médecine Holistique, on y retrouve le même colloque/congrès de 2004 organisé au prieuré de Marcevol[19].

Il faut aussi signaler la clinique d'un médecin allemand, Dieter Hartung, Hauptstraße 122, 77694 Kehl / Strasbourg (Allemagne). Sa clinique est installée juste de l'autre côté du Rhin à quelques km de Strasbourg. Il vise la clientèle française, tout son site est en français ! [20]. Il se fait référencer dans toutes sortes d'annuaires médicaux. Le Dr Hartung propose aussi d'autres sortes de traitements anti-cancer dont l'effet curatif est dénié par l'ensemble de la communauté médicale: hyperthermie, la "détoxification", la vitamine C par perfusion, la thérapie par l'ozone (Oxygénothérapie active), le gui /Iscator (spécifité de la médecine anthroposophique de Rudolf Steiner) sous forme d'injections, l'hydrothérapie du colôn, la "vaccination" anti-cancer, etc.

Article de Psiram dans d'autres langues

Liens externes

  • http://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/tortducharlatanisme_000.htm Comment le charlatanisme fait du tort aux cancéreux. Par William T. Jarvis, Ph.D.
    "Votre argent ou votre vie" c'est ce que le voleur dit habituellement, mais le charlatan lui veut "votre argent ET votre vie!" Ceci est particulièrement vrai pour ce qui est des traitements de cancer de valeur douteuse. Les dommages causés par le charlatanisme peuvent être qualifiés économiques, directs, indirects, psychologiques et à la société. [...] Dans presque tous les cas de dommages que j'ai étudié, la foi déplacée a soit précédé l'emploi d'une procédure directement nuisible ou empêché les soins nécessaires indiqués. Le message fatal promulgué par les charlatans traitant le cancer est que "le traitment orthodoxe n'est pas fiable." Minimisant les avances dans la recherche et le traitement, dans la réglementation gouvernementale, et à la Société Américaine du Cancer, est l'outil fondamental à la promotion des approches "alternatives" dans le traitement du cancer.
    Un cas dont j'ai eu à investiguer en Oregon apporte un aperçu de la pensée et actions des "convainvus." Une propriétaire d'un magasin de produits de santé (health foods) un jour a découvert une masse à un de ses seins. Après l'avoir diagnostiquée comme un cancer, elle était fière de se vanter à ses amis dans le domaine des produits de santé qu'elle était pour "prouver une fois pour toutes" que ses produits nutritionnels sont efficaces. Malheureusement, 80% des masses mammaires auto-découvertes s'avèrent bénignes, mais la sienne était cancéreuse.
    Les premiers traitements qu'elle a utilisé étaient ceux décrits dans le livre intitulé 'The Grape Cure.' Ce livre maintient que le raisin a des "propriétés puissantes et antiseptiques"qui aident à "éliminer le mal en créant de nouveaux tissus." Selon le livre, "la purification et nettoyage" sont accomplis en ne mangeant que du raisin et buvant du jus de raisin jusqu'à l'arrêt de la perte de poids. Dans une deuxième phase, on peut ajouter au raisin d'autres fruits frais, des tomates et du lait sûr. Durant la troisième phase, on introduit une plus grande variété d'aliments crus, et pour la quatrième phase, une "diète mixte." Après plusieurs mois, il était évident que la cure de raisin n'a pas empêché la tumeur de grossir.
    Par la suite, elle a consulté un herboriste de sa communauté qui l'a traité avec des remèdes d'herbes pour environ six mois sans amélioration. Elle est ensuite partie pour le Mexique pour un traitement avec du laetrile. Plusieurs semaines plus tard, elle demanda à son mari de la ramener chez elle parce que le traitement avec le laetrile, lui aussi, était une faillite. Son mari s'en ai occupé pendant plus d'un an jusqu'au moment où la lésion devienne tellement grotesque et sa souffrance tellement intolérable qu'elle demanda d'être amenée chez un médecin pour la première fois. Elle est décédé cinq jours plus tard.
    La partie la plus effrayante de l'histoire est qu'elle est allé à sa tombe croyant encore qu'elle a agit de la bonne façon. Son mari, qui m'a conté les détails de cette tragédie, lui aussi a continué à croire à la valeur de la diète curative. Il a dit qu'il sait où elle s'est trompé, et que s'il ferait du cancer, il utiliserait le même traitement diététique correctement. Il continua à s'occuper du magasin d'aliments 'de santé', à référer des patients à l'herboriste, et prêcher les bienfaits du laetrile.
  • http://www.charlatans.info/cancer.shtml "Une étude a été faite portant sur 179 patients ayant un cancer intraitable et des lésions mesurables qui ont été traités avec du Laetrile. Comme il était de coutume à l'époque, ils reçurent aussi des vitamines et des enzymes pancréatiques. Seul un patient réunissait les critères d'une réaction partielle au traitement, 90% des sujets virent une progression de la maladie dans les 3 mois. La durée de vie moyenne n'était que de 4.8 mois."
  • http://cochrane.fr/index.php?option=com_k2&view=item&id=1305&recherche=laetrile&Itemid=537 "Il y a un risque considérable d'effets indésirables graves dus à un empoisonnement au cyanure après une utilisation de laetrile ou d'amygdaline, en particulier après une ingestion. Le rapport bénéfices-risques du laetrile ou de l'amygdaline comme traitement contre le cancer est donc clairement négatif"
  • https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/Cancer/laetrile.html

Références

  1. http://fr.wikipedia.org/wiki/La%C3%A9trile
  2. http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/9af8853be39c1534d89451f4ff970cbb.pdf Voir les "Propriétés physico-chimiques de l’HCN d'intérêt" qui sont ici décrits "pour la prise en charge" en cas d'intoxication par de l'acide cyanhydride
  3. http://www.travailler-mieux.gouv.fr/Acide-cyanhydrique-ou-Cyanure-d.html
  4. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000019293636&idSectionTA=LEGISCTA000018048139&cidTexte=LEGITEXT000006069565&dateTexte=20130224 Article L121-1-1. Sont réputées trompeuses au sens de l'article L. 121-1 les pratiques commerciales qui ont pour objet [...] 16° D'affirmer faussement qu'un produit ou une prestation de services est de nature à guérir des maladies, des dysfonctionnements ou des malformations ;
  5. http://fr.wikipedia.org/wiki/Benzald%C3%A9hyde
  6. http://fr.wikipedia.org/wiki/Glucuronidase
  7. Moertel, C.G., et al. (1982): A clinical trial of amygdalin (Laetrile) in the treatment of human cancer. In: N. Engl. J. Med. Bd. 306, S. 201-206. PMID 7033783
  8. Milazzo, S. et al. (Jun 2007): Laetrile for cancer: a systematic review of the clinical evidence. In: Supportive Care in Cancer. Bd. 15, S. 583-595.
  9. Lindner, E. (1990). Toxikologie der Nahrungsmittel
  10. Kaschuba WA, Bayerisches Landesamt für Gesundheit und Lebensmittelsicherheit
  11. http://www.uni-jena.de/img/unijena_/faculties/bio_pharm/ieu/ls_lmc/10.0_Obst_Gemuese_1.Teil.doc
  12. http://www.giftpflanzen.com/prunoidae.html (allemand)
  13. http://www.giftpflanzen.com/prunus_dulcis.html (allemand)
  14. H. Marquardt und S.G. Schäfer, Lehrbuch der Toxikologie, Mannheim 1994, BI Wissenschaftsverlag
  15. Brant J, Graceffa J: Rutherford, Priviteria, and Chad Green: Laetrile's setbacks in the courts. Am J Law Med. 1980 Summer;6(2):151-71 (Le document n'est plus accessible)
  16. https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/Cancer/laetrile.html [...] By 1974, Dr. Contreras stated that he was seeing 100-120 new patients per month, with many more patients returning to obtain additional Laetrile. Patients typically were charged $150 for a month's supply. Contreras acknowledged that few of his cancer patients were "controlled" with Laetrile. While admitting that 40% of the patients displayed no response, he claimed that 30% showed "most definite responses" to the drug. However, these statistics may not be reliable. In 1979, he claimed to have treated 26,000 cancer cases in 16 years. Yet when asked by the FDA to provide his most dramatic examples of success, Contreras submitted only 12 case histories. Six of the patients had died of cancer, one had used conventional cancer therapy, one had died of another disease after the cancer had been removed surgically, one still had cancer, and the other three could not be located. [...] As Laetrile became newsworthy, several cancer victims treated with it drew widespread media scrutiny. One was Chad Green, who developed acute lymphocytic leukemia at age 2. Although he was rapidly brought into remission with chemotherapy, his parents started him on "metabolic therapy" administered by a Manner Metabolic Physician. When Chad developed signs of cyanide toxicity, Massachusetts authorities had him declared a ward of the court for treatment purposes only. His parents then brought suit to reinstitute "metabolic therapy." When the court ruled against them, they fled with Chad to Mexico, where he was treated by Dr. Contreras. Several months later Chad died in a manner suggestive of cyanide poisoning. Dr. Contreras stated that the boy had died of leukemia, but was a good example of the effectiveness of Laetrile because he had died a pleasant death! Chad's parents stated that he had become very depressed because he missed his grandparents, his friends and his dog. [...]
  17. https://resistance71.wordpress.com/2012/11/04/sante-g-edward-griffin-un-monde-sans-cancer-lhistoire-de-la-vitamine-b17/
  18. http://www.juscogens.com/marcevolcolloque.html Voir à "Table ronde" le sujet proposé 10. Chimiothérapie naturelle (cyto-toxique ou anti-mitotique, mais sélectivement et sans ordonnance) via la molécule amygdalin (laetrile) qui se trouve en pleine nature. [...]
  19. http://centredebienetreholistique.com/?page_id=662 Voir à "Table ronde", y figure le même sujet proposé 10. Chimiothérapie naturelle (cyto-toxique ou anti-mitotique, mais sélectivement et sans ordonnance) via la molécule amygdalin (laetrile) qui se trouve en pleine nature. [...]
  20. http://www.traitement-cancer-therapie.com/la-vitamine-b-17-laetrile-amygdaline


cet article est une ébauche