Thérapie par chélation

De Psiram

La thérapie par chélation est un procédé controversé, pratiqué à l'origine aux USA et apparue dans les années 1980 en Europe venant des États-Unis. Ce procédé est vanté en tant que procédé thérapeutique pour des indications des plus diverses. Sont employés des agents chélatants, par exemple de L'EDTA (Ethylène Diamine Tétra Acétique), ou acide éthylène diamine tétraacétique qui est un acide diaminotétracarboxylique de formule C10H16N2O8.

En Allemagne, la thérapie par chélation est propagée, entre autres, par la Ärztegesellschaft für Klinische Metalltoxikologie e.V. (KMT).

Domaines d'utilisation

Médecine

La thérapie par chélation a débuté comme branche de la médecine afin d’éliminer les métaux lourds et autres toxines du corps en y introduisant des agents chimiques puissants qui s’associent aux toxines et sont ensuite excrétées. Cette forme conventionnelle de thérapie par chélation est certainement efficace en cas d'intoxication aux métaux lourds et a sauvé des vies.

Les chélates sont utilisés dans la médecine fondée sur les preuves depuis les années 1940 en cas de grave intoxication par les métaux lourds. Après l'arrêt de la cause de l'intoxication (fin de l'exposition), l'utilisation d'agents chélateurs est la forme de thérapie la plus importante.

Les métaux lourds tels que le plomb, le mercure, etc., sont emmagasinés dans le corps, s'accumulent dans les tissus (par exemple, le plomb dans les os) et persistent dans le corps après l'élimination de la source contaminante. Par une libération progressive des métaux lourds emmagasinés, existe une charge durable du corps. Les agents chélateurs accélèrent l'élimination naturelle de ces métaux lourds emmagasinés dans le corps en liant les ions bivalents dans des composés complexes.

En outre, la maladie de Wilson, une maladie génétique secondaire liée à une accumulation de cuivre dans l'organisme et se manifestant par des atteintes du foie et du système nerveux, est traitée avec des agents chélateurs.

Médecine alternative

En médecine alternative, la thérapie par chélation est surtout utilisée pour l'élimination de faibles charges en métaux lourds (et souvent seulement supposées), souvent aussi sans qu'il n'existe de contamination concrète, par exemple des symptômes d'intoxication (par exemple des personnes avec des amalgames-plombages).

La thérapie par chélation est aussi vantée pour l'artériosclérose, et trouve, dans le même ordre d'idées, une utilisation prônée pour les pathologies suivantes : Maladie d'Alzheimer, sénilité, schizophrénie, arthrite rhumatismale, ostéoarthrite, goutte, calculs rénaux, coma dû à un accident vasculaire cérébral, calculs biliaires, sclérose en plaques, ostéoporose, syndrome de fatigue chronique, varices, hypertension, troubles de la mémoire, sclérodermie, syndrome de Raynaud, intoxication par la digitaline, claudication intermittente (maladie du lèche-vitrine), ulcères diabétiques, troubles circulatoires, ulcères aux jambes, morsures de serpents venimeux, impuissance, difficultés émotionnelles, les problèmes visuels et les problèmes auditifs ([1].

En outre, on a entrepris d'essayer de guérir l'autisme avec cette thérapie par excrétion car on croit que l'exposition aux métaux lourds en serait le facteur déclenchant. Cependant, l'autisme est un trouble inné et incurable de la perception et du traitement de l'information du cerveau. Les contaminations par les métaux lourds n'ont aucun lien avec l'autisme. Dans ce domaine, entre autres, Luc Montagnier s'est fait remarquer par la mise en place d'un groupe de travail CHRONIMED ayant pour objectif de définir des protocoles de traitement de l'autisme. De plus, ce groupe de travail (dont font partie Corinne Skorupka et Lorène Amet) fait un essai clinique sur enfants autistes sans l'autorisation d'un quelconque comité d'éthique, essai qui, dans ces circonstances, n'a pu trouver d'autre financement que celui (très insuffisant) de l'Autism Research Institute pour apporter la preuve du lien de l'autisme avec l'intoxication aux métaux lourds[2]. En conséquence, les frais financiers sont supportés, de fait, par les parents des petits autistes-cobayes.

Citons l'article "Une étude sur la chélation a été abandonnée" publiée le 18 septembre 2008 sur le site charlatan.info : "Les responsables de la santé [aux USA] ont vivement réagit face à la prévision d’une étude visant à examiner un type de traitement controversé, que certains activistes de l’autisme considèrent comme une thérapie médicale alternative pour les enfants autistes.
L’Institut National de la Santé Mentale US (NIMH) qui fait partie de l’Institut National de la Santé (le NIH), a déclaré mercredi qu’il avait annulé l’étude visant à vérifier l’efficacité d’un traitement nommé thérapie par chélation. [...]"
[3].

La thérapie par chélation est également préconisée en tant que moyen anti-vieillissement (anti-aging) à des personnes saines qui veulent simplement vieillir en bonne santé ainsi qu'à des personnes âgées.

Mise en pratique

Dans la thérapie par chélation, les patients reçoivent jusqu'à 70 perfusions intraveineuses d'acide éthylènediaminetétraacétique (EDTA), auxquelles sont souvent ajouté en parallèle l'administration de fortes doses de vitamines, d'oligo-éléments, de minéraux et autres médicaments. Les perfusions durent 3-4 heures et sont effectuées une ou deux fois par semaine. Le traitement est complété par des recommandations d'un mode de vie sain.[1]

Mécanisme d'action prétendu

L'idée de départ de la thérapie par chélation est de soi-disant obtenir, grâce à la liaison d'ions Ca2+ au moyen de dits agents chélateurs (EDTA, D-pénicillamine, Déféroxamine), une décalcification des plaques d'athérosclérose et de redonner ainsi de la souplesse aux vaisseaux pour favoriser la circulation sanguine. On veut éliminer « le calcaire des veines ». Mais le calcaire ne joue pas un rôle essentiel dans la genèse de la formation des plaques dans les vaisseaux sanguins.

Situation de l'autorisation de mise sur le marché en Allemagne

Dans les années 1980, en Allemagne, les partisans de la thérapie par chélation ont cherché à donner l'impression que les agents chélateurs tels que l'EDTA étaient des médicaments autorisés et donc que la thérapie par chélation serait une thérapie sérieuse. Ainsi Martin écrivait en 1986 : " Nous disposons en Allemagne d'un produit-EDTA dûment autorisée par l'Office de la Santé Fédéral de Berlin pour le traitement des maladies vasculaires". En fait, le médicament avait été autorisé avant 1976, à une date où aucune preuve d'efficacité n'était nécessaire pour obtenir une autorisation de mise sur le marché en Allemagne. Le produit en question avait à l'époque une autorisation seulement pour des indications tout à fait précises (par exemple: le test diagnostique pour le plomb et thérapie du saturnisme aigu, chronique et latent, l'élimination de métaux lourds tels que plomb, cadmium, cobalt, cuivre, nickel, chrome, manganèse, mercure, vanadium et zinc et d'isotopes radioactifs comme l'uranium). Pour les maladies vasculaires ou les autres indications citées par les thérapeutes par chélation, le produit n'était pas autorisé (Meyer, 1998).

Etat de la recherche

Les études cliniques n'ont pas pu apporter la preuve d'une quelconque efficacité de la thérapie par chélation sur les plaques artérielles.

Guldager et al. (1993) ont prouvé lors d'une étude clinique préliminaire en double aveugle, randomisée, contrôlée par placebo (le placebo : NaCl 0.9%), que l'administration d'EDTA à l'homme n'avait aucun effet sur les taux sériques de cholestérol, LDL, HDL et triglycérides.[4]

Par la suite, dans une autre étude randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo sur 80 patients (EDTA) et 79 patients (placebo: 0,9% de NaCl), on a essayé de traiter leur claudication intermittente (boiterie épisodique due à une artériopathie oblitérante périphérique) au moyen de la thérapie par chélation. Bien que tous les patients aient été invités à s'abstenir de fumer, à effectuer de l'exercice physique, à respecter des règles diétiques et à réduire leur poids, il n'y avait pas de différences entre le placebo et le traitement avec l'EDTA après 20 injections sur une période de 5-9 semaines (une perfusion durait 3-4 heures). Ni la distance (en mètres) couverte par le patient sans douleurs, ni la distance maximale parcourue ou les impressions subjectives, ni quelques paramètres de laboratoire ou des effets secondaires n'étaient différents entre les deux groupes de l'étude.[5]

Van Rij et al. (1994) ont également étudié dans une recherche contrôlée par placebo, la distance parcourue par les patients atteints de claudication intermittente et ont trouvé qu'il n'y avait pas de différence entre un groupe traité avec de l'EDTA et un groupe traité par placebo[6]. Détail piquant, la distance parcourue s'est même améliorée de 60% ​​dans les deux groupes de l'étude, ce qui permet d'en conclure un important effet placebo de telles thérapies. En conséquence, les attentes (d'amélioration) des patients sont renforcées par un traitement en apparence efficace, et, étant motivés, les patients arrivent à parcourir des distances plus longues.

La chélation contre l’autisme fait plus de mal que de bien, article publié le 30 novembre 2012 sur le site charlatan.info[7]: "La thérapie par chélation est le scénario typique où l’on met 'la charrue avant les bœufs' dans lequel l’hypothèse qui soutient le recours à la chélation n’a jamais été validée scientifiquement, alors que certains l’utilisent tout de même comme traitement. Les éléments de preuve ne confirment pas l’hypothèse selon laquelle les symptômes de l’autisme seraient associés à des niveaux spécifiques de métaux dans le corps" dit la doctoresse Tonya Davis, co-auteure de l’étude dirigée par des chercheurs de l’Université Baylor, publiée dans la revue Research in Autism Spectrum Disorders: "Chelation treatment for autism spectrum disorders: A systematic review" (Le traitement par chélation pour les troubles du spectre autistique: Une revue systématique) [8]. "Les substances chimiques utilisées dans le traitement de chélation peuvent être à l’origine d’une myriade d’effets secondaires potentiellement nocifs comme de la fièvre, de l’hypertension, une arythmie cardiaque et une hypocalcémie, qui peuvent causer un arrêt cardiaque" explique-t-elle encore. "Mon vœu est que cette recherche aidera les parents à faire des choix éclairés quand il s’agit de sélectionner des traitements pour leur enfant autiste. Bien que je comprenne le désir de tout parent de tout tenter pour aider son enfant, il est difficile de regarder une famille perdre son temps, son argent et ses ressources dans des interventions que la recherche scientifique a trouvé être totalement inefficaces, ou pire, potentiellement dangereuses" conclut la chercheuse.

Les effets secondaires

Bien que les personnes qui proposent la thérapie par chélation affirment encore et toujours que la thérapie par chélation serait sans danger, il y a déjà depuis des décennies encore et toujours des rapports d'effets secondaires graves qui sont décrits dans la littérature spécialisée. Les agents chélateurs enlèvent non seulement des ions de métaux lourds du corps, mais aussi des ions d'oligo-éléments métalliques et des minéraux ce qui peut provoquer des carences. L'élimination du calcium peut conduire à un trouble du métabolisme calcique et par la suite à des arythmies cardiaques, des convulsions et même un arrêt respiratoire. Des cas de décès ont même été rapportés. Le manque de calcium peut également conduire à des troubles de la coagulation sanguine, l'insuffisance rénale et un disfonctionement de la moelle osseuse.[9]

A propos des effets secondaires de la thérapie de chélation signalés la littérature :

  • Peterson (1983) a décrit un cas d'une vasculite sévère (inflammation des vaisseaux sanguins) sous traitement à l'EDTA, dans lequel une issue fatale a pu évitée seulement par une intervention chirurgicale rapide. Cet auteur décrit aussi un cas d'anémie hémolytique et un infractus consécutif. Proksch et Kölmel (1985) décrivent des complications psychiatriques aiguës (dépression, troubles de la mémoire, aggravation d'une démence) après la thérapie d'EDTA, qui étaient dues à une perte massive de zinc induite par l'EDTA.[10]
  • Proksch et Kölmel ont décrits des complications aiguës psychiatriques (dépression, troubles de la mémoire, une aggravation de la démence) après une thérapie-EDTA, lesquelles étaient dues à une perte massive de zinc induite par l'EDTA.[11]
  • Nissel (1986) a décrit le cours dramatique du cas d'un patient âgé de 77 ans souffrant de changements vasculaires artériosclérotiques augmentant depuis des années qui avait reçu pendant plus de 3 semaines des perfusions d'agents chélatants. Sept heures après la dernière perfusion, l'homme a dû être conduit dans un hôpital avec un œdème cérébral prononcé en raison d'une hypocalcémie sévère, hôpital où il est décédé malgré des mesures thérapeutiques intensives.[12]
  • On connait des cas aux USA dans lesquels cette thérapie a également aboutit à la mort du patient. Au Texas, un médecin a été condamné à une peine de $ 2.150.000. En 1992, il avait traité sans succès avec l'inefficace thérapie par chélation la maladie cardiaque de Frank Vecchio, âgé de 61 ans, propriétaire de la Del Vecchio Foods Distribution Company.[13]
  • Zwerling et Estes (1993) ont fait un rapport au sujet de deux patients chez lesquels une branche de l'artère centrale de la rétine se fermait sous la thérapie d'EDTA et la capacité visuelle était restreinte. Après l'arrêt de l'EDTA, cet effet secondaire ne fut réversible que dans une faible mesure.[14]

La thérapie de chélation est inutile et dangereuse

La thérapie de chélation est inefficace contre l'artériosclérose et, en outre, dangereuse pour le patient. L'élimination des métaux lourds en l'absence d'une exposition concrète aux métaux lourds par le passé ou l'apparition de symptômes d'intoxication est inutile. De même, ce traitement est inefficace et inutile en tant que simple remède anti-âge. De plus, les coûts pour les patients sont élevés.[15]

La thérapie par chélation a déjà été rejetée par le National Institut of Health pour le traitement des maladies vasculaires en raison de son inefficacité[16]. L'American Medical Association, l'article scientifique du conseil de l'ordre des médecins allemand (Wissenschaftliche Beitrag der Bundesärztekammer) et également la National Heart Foundation of New Zealand ont émis leurs prises de position et évaluations négatives au sujet de la thérapie par chélation.[17][18][19]

Le 14 octobre 2010, La Food and Drug Administration (FDA)(Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) "émet publiquement des avertissements à l'encontre de commerçants de produits de chélation non approuvés.
La US Food and Drug Administration a prévenu aujourd'hui huit sociétés que leurs produits de chélation en vente libre sont des médicaments et des dispositifs non autorisés et que c'est une violation de la loi fédérale de faire des affirmations non prouvées au sujet de ces produits. Il n'y a pas de produits de chélation en vente libre approuvés par la FDA.
Les sociétés qui ont reçu des lettres d'avertissement prétendent que leurs produits traitent une gamme de maladies par l'élimination des métaux toxiques de l'organisme. Certains prétendent aussi traiter les troubles du domaine de l'autisme, les maladies cardiovasculaires, la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer, la dégénérescence maculaire et d'autres maladies graves. Certaines compagnies qui ont reçu des lettres d'avertissement affirment également, pour justifier la nécessité d'une thérapie par chélation, que leurs produits détecteraient la présence de métaux lourds. [...] En outre, il y a des problèmes de sécurité graves associés aux produits de chélation, qui peuvent modifier les concentrations de certaines substances dans le sang. Même lorsqu'ils sont utilisés sous contrôle médical, ces produits peuvent causer des dommages graves, y compris la déshydratation, l'insuffisance rénale et la mort.
"Ces produits sont dangereusement trompeurs, car ils ciblent les patients atteints de maladies graves pour lesquels les options de traitement sont limitées», a déclaré Deborah Autor, directrice de l'Office of Compliance in the FDA’s Center for Drug Evaluation and Research (Bureau de la Conformité du Centre d'Evaluation et de Recherche sur les médicaments de la FDA). "La FDA doit adopter une position ferme contre les entreprises qui s'attaquent à la vulnérabilité des patients en quête d'espoir et de soulagement."
"[20].

En octobre 2013, la conclusion de l'étude de Anne-Michelle Ruha dépendant du Department of Medical Toxicology, du Banner Good Samaritan Medical Center, du Center for Toxicology and Pharmacology Education and Research, University of Arizona College of Medicine, Phoenix, AZ USA est:
En résumé, les preuves actuelles ne supportent pas l'utilisation des DMPS, DMSA, ou d'autres tests de provocation par chélation pour le diagnostic de la toxicité des métaux. Comme il n'y a pas de plages de référence établies pour les échantillons d'urine provoqués chez les sujets en bonne santé, pas de preuves fiables à l'appui d'une valeur diagnostique pour les tests et des dommages potentiels, ces tests ne devraient pas être utilisés.[21]

Personnes, organismes, associations ou laboratoires prônant et/ou pratiquant la chélation

  • Corinne Skorupka[22]
  • L'association Ariane de Corinne Skorupka[23]
  • Lorène Amet
  • Le laboratoire Philippe Auguste (Paris) de Robert Nataf
  • Autism Research Institute (ARI), 4182 Adams Ave., San Diego, CA 92116, USA[24] [25]
  • Anjum Usman
  • Mark Geier et son fils David
  • Marc Verheyen, médecin belge[26][27][28]
  • Raymond Pahlplatz médecin à Leende (Pays-Bas)
  • Peter Van der Schaar médecin à Leende (Pays-Bas)
  • Laboratoire allemand MicroTrace Minerals du Dr. Eleonore Blaurock-Busch chez qui l'organisation STELIOR suisse (d'Elke Arod) demandait de faire faire les analyses (en 2016, STELIOR ne communique plus les adresses des laboratoires où elle recommande de faire effectuer les analyses que par mails privés)
  • L'IBCMT (International Board of Clinical Metal Toxicology, Renheide 2, Leende 5595XJ, Pays-Bas) dont le président était Peter J. van der Schaar (Pays-Bas) qui a eu quelques ennuis avec les autorités médicales en 2011-2012[29], mais qui en reste cependant administrateur, ainsi que directeur de leur Centre de recherche situé à Renheide 2 Leende 5595XJ, Pays-Bas, en fait ce soi-disant Centre de recherche est l'International Biomedisch Centrum, un petit cabinet médical privé). En 2016, le président de l'IBCMT est Peter Jennrich (Allemagne), les trois directeurs sont Raymond Pahlplatz MD., FCMT, (2 Renheide, Leende 5595XJ Netherlands), le Prof. Yahya Kisyanto MD, PhD, FCMT, (23 Raden Saleh Jakarta, Indonesia) et Marc Verheyen, MD, FCMT, (Kapelstraat 43, Bus 1 Tienen B-3300, Belgium) déjà mentionné. Le Dr. E. Blaurock-Busch déjà également citée ci-dessus en a été la conseillère scientifique jusqu'en 2015.[30]
  • Internationaal Biomedisch Centrum (appelé en français Centre Biomédical International) de Peter J. Van der Schaar (Renheide 2, Leende 5595XJ, Pays-Bas) qui, après les tests de provocation des métaux toxiques, demande au patient d'envoyer par la poste l'échantillon d'urine en Allemagne, où se trouve le laboratoire « Micro Trace Minerals (MTM) » qui réalisera les analyses.[31][32]
  • Deutsche Akademie für Chelat-Therapie e.V. (DACT) (63303 Dreieich, Allemagne) qui fait partie de l'IBCMT[33]
  • KMT (Ärztegesellschaft für Klinische Metalltoxikologie e.V. (65388 Schlangenbad, Allemagne), Mme Blaurock-Busch fait partie de son conseil scientifique.
  • La clinique Swiss Medical Detox (1260 Nyon, Suisse)[34]par dirigée par le Dr Daniel Chervet et le dr Bernard Taillefer, élève du Dr Van der Schaar. Le dr Bernard Taillefer a intégré le groupe Chronimed autour du Pr Montagnier en 2013. Swiss Medical Detox comprend également une clinique dentaire dirigée par Sami Sandhaus. Les champs d'action proposés sont éloquents. La clinique Swiss Medical Detox est affiliée à l'IBCMT.
  • Les DAN! doctors et les DAN! practitioners

Bibliographie

  • Ernst E. Deaths associated with EDTA chelation therapy - a systematic review. Perfusion 2009, 22(1) 9-11

Liens externes

  • http://charlatans.info/news/La-therapie-par-chelation 28 octobre 2008. "[...] Des effets secondaires sérieux, allant jusqu’à la mort dû à un épuisement électrolyte, ont été associés à la thérapie par chélation. En 2005, deux enfants, dont l’un autiste, ont souffert d’arrêts cardiaques et sont décédés après une chélation. En 2008, des études ont été stoppées car trop dangereuses.
    Conclusion
    La thérapie par chélation, telle qu’elle est utilisée en médecine alternative, n’a jamais fait la preuve de son utilité, coûte très cher et est dangereuse. Traitement à éviter de toute urgence."
  • Chelattherapie Stellungnahme des AOK-Bundesverbandes zur Chelattherapie, Dezember 2011 (allemand)
  • Nochmals – EDTA-Chelattherapie der koronaren Herzkrankheit ohne Nutzen arznei-telegramm 2002; 33: 23 (allemand)
  • http://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/chelation.html Saul Green: Chelation Therapy: Unproven Claims and Unsound Theories. Publié le 24.07.2007 (anglais).
  • http://www.quackwatch.com/01QuackeryRelatedTopics/Tests/urine_toxic.html How the "Urine Toxic Metals" Test Is Used to Defraud Patients (Comment le test des "métaux toxiques dans l'urine" est utilisé pour tromper les patients), Par Stephen Barrett, MD (anglais). Il y est expliqué comment et pourquoi les résultats des tests par chélation sont une arnaque. En gros, toute personne, malade ou en bonne santé, voit ses taux de métaux toxiques augmenter considérablement dans ses urines suite à l'administration d'agents chélateurs, ces taux sont ensuite comparés à des taux (minimes et normaux) sans administration d'agents chélateurs. La personne testée se voit diagnostiquée "intoxiquée" et déclarée malade, et il est alors conseillé au nouveau patient toutes sortes de traitements, thérapie par chélation, autres traitements par voie intraveineuse, compléments alimentaires, ou n'importe quoi d'autre que le praticien arrive à "vendre". (paragraphe Why Provoked Testing Is a Scam). Suit une liste de mises en garde des organismes officiels de santé, d'incidents, d'accidents, de procédures contre les organismes ou personnes utilisant ce test jusqu'en 2012.
  • http://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/chelation.html Thérapie par chélation: déclarations non prouvées et théories mal fondées. Saul Green, Ph.D. Cet article a été revisé le 24 juillet, 2007. Mise à jour en français le 9 déc. 2009
  • http://www.nice.org.uk/usingguidance/donotdorecommendations/detail.jsp?action=details&dndid=1402 NICE (National Institue for Health and Care Exellence. Angleterre. 2013)
    Do not use chelation to manage autism in any context in children and young people.
    Do not use exclusion diets (such as gluten- or casein-free diets) for the management of core features of autism in children and young people
    Do not use secretin to manage autism in any context in children and young people
    Do not use hyperbaric oxygen therapy to manage autism in any context in children and young people.
  • http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2012-03/recommandations_autisme_ted_enfant_adolescent_interventions.pdf Autres traitements médicamenteux et biomédicaux
    La sécrétine n’a pas d’indication dans le traitement des symptômes des TED (non-efficacité démontrée, grade A).
    D’après l’expérience clinique des professionnels et du fait de l’absence ou du peu d’études disponibles en 2011 ayant évalué leur efficacité et leur sécurité, les traitements suivants, en dehors de leurs indications spécifiques, ne sont pas recommandés chez les enfants/adolescents avec TED en vue de réduire les symptômes liés aux TED :
    - immunothérapie ;
    - chélation des métaux lourds ;
    - traitements antibiotiques ;
    - traitements antifongiques ;
    - vitamines, régimes sans gluten et sans caséine, acides oméga-3
    - dextromethorphan ;
    - famotidine ;
    amantadine et sédatifs (benzodiazépines, antihistaminiques).
    L’insuffisance de preuve et l’expérience clinique ne permettent pas de recommander la naltrexone ou les alpha 2 adrénergiques (clonidine, guanficine) (accord d’experts).
  • http://www.autisme-france.fr/offres/file_inline_src/577/577_P_21045_7.pdf Article en français intitulé "Sensibilisation et vigilance sur les faux traitements de l'autisme" publié le 25 avril 2014 par par la FDA, administration américaine du médicament. Les faux traitements dénoncés sont Les "thérapies par chélation", et également L'oxygénothérapie hyperbare, Solution Minérale Miracle aussi appelée Supplément Minéral Miracle ou en anglais Miracle Mineral Supplement (MMS), Détoxification Clay Bains (de l'argile soi-disant détoxifiante à ajouter à l’eau du bain) et CocoKefir produits pro-biotiques.

Article de Psiram dans d'autres langues

Références

  1. 1,0 et 1,1 Meyer FP: Über die 'Omnipotenz' der Chelattherapie. Forsch Komplementärmed, 5, 266-271, 1998)
  2. http://www.pasapas-tunisie.org/pdf/curriculum_vitae_dr_skorupka.pdf
  3. http://charlatans.info/news/Une-etude-sur-la-chelation
  4. Guldager B, Foergeman O, Jorgensen SJ, Nexo E, Jelnes R: Disodium-ethylene diamine tretaacetic acid (EDTA) has no effect on blood lipids in atherosclerotic patients. Dan Med Bull, 40, 625-627, 1993
  5. Sloth-Nielsen J, Guldager B, Mouritzen C, Lund EB, Egeblad M, Nrregaard O, Jorgensen SJ, Jelnes R: Arteriographic findings in EDTA chelation therapy on peripheral arteriosclerosis. Am J Surg, 162, 122-125, 1991
  6. Rij AM van, Solomon C, Packer SGK, Hopkins WG: Chelation therapy for intermittent claudication. Circulation, 90, 1194-1199, 1994
  7. http://www.charlatans.info/news/La-chelation-contre-l-autisme-fait
  8. http://www.meadowscenter.org/files/resources/1-s2.0-S1750946712000724-main.pdf Auteurs: Tonya N. Davis, Mark O’Reilly, Soyeon Kang, Russell Lang, Mandy Rispoli, Jeff Sigafoos, Giulio Lancioni, Daelynn Copeland, Shanna Attai, Austin Mulloy, acceptée en juin 2012 et publiée dans Research in Autism Spectrum Disorders 7 (2013) pages 49–55
  9. Federspiel K, Herbst V: Die Andere Medizin. Nutzen und Risiken sanfter Heilmethoden. Stiftung Warentest Verlag, 2. Aufl., S. 219f, 1992
  10. Peterson GR: Adverse effects of chelation therapy. JAMA, 250, 2926, 1983
  11. Proksch, E.; Kölmel, K.: Zinkmangelsyndrom als Nebenwirkung von Chelatbildnern, Dt. med. Wochenschrift. 01/1985;110(25): 1001-1003
  12. Nissel H: Arteriosklerose und Chelattherapie. Wien Med Wochenschr, 136, 586-588, 1986
  13. NCAHF: Newsletter, 19, 2, 1996
  14. Zwerling CS, Estes EH: Branch retinal artery occlusion. A possible adverse effect of chelation therapy. N C Med J, 54, 172-174, 1993
  15. Federspiel K, Herbst V: Die Andere Medizin. Nutzen und Risiken sanfter Heilmethoden. Stiftung Warentest Verlag, 4. Aufl., S.217, 1996
  16. NCAHF: Newsletter, 19, 2, 1996
  17. American Medical Association: Chelation therapy. JAMA, 250, 672, 1983
  18. Wolff HP, Scheler F: Stellungnahme des Wissenschaftlichen Beirates der Bundesärztekammer und der Arzneimittelkommission der Deutschen Ärzteschaft: Wie sicher und wirksam ist die sogenannte Chelattherapie bei der Behandlung atherosklerotischer Gefäß-Erkrankungen? Dtsch Ärztebl, 81, 436, 1984
  19. Swinburn BA: Randomised trial of chelation therapy. N Zeal Med J, 108, 20, 1995
  20. http://www.fda.gov/NewsEvents/Newsroom/PressAnnouncements/ucm229320.htm
  21. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3846974/ Recommendations for Provoked Challenge Urine Testing. Anne-Michelle Ruha. Published online 2013 Oct 12.
  22. http://www.coordonnance.fr/C%20nomade/links/12%20Dr%20%20Corinne%20SKORUPKA%20Le%20puzzle%20de%20l'autisme.pdf
  23. http://www.filariane.org/
  24. http://www.quackwatch.com/01QuackeryRelatedTopics/Tests/urine_toxic.html " [...] In 2005, the Autism Research Institute, which promotes a spectrum of questionable autism treatments, issued a 42-page consensus position paper called "Treatment Options for Mercury/Metal Toxicity in Autism and Related Developmental Disabilities"
  25. http://www.autism.com/pdf/providers/heavymetals.pdf Le document "Treatment Options for Mercury/Metal Toxicity in Autism and Related Developmental Disabilities", en anglais et en français.
  26. http://www.mange-mon-amour.be/index.php?pag=vision&vid=25 Site désactivé
  27. http://fibroetmetaux.canalblog.com/archives/2013/02/19/26453238.html Exemple d'une cliente de Marc Verheyen, perplexe, mais cependant satisfaite
  28. http://www.dhnet.be/archive/victime-du-dr-verheyen-51b86da1e4b0de6db9a52272 Une victime du Dr Verheyen, publié le 8 mars 2001
  29. http://www.kwakzalverij.nl/nieuws/zware-straf-voor-artschelatietherapeut-van-der-schaar/ (Néerlandais) publié le 8 juin 2011
    Traduction: Des peines sévères pour le médecin chélateur Van der Schaar
    Le Collège disciplinaire régional pour les soins de santé à Eindhoven a suspendu pour un an, avec six mois avec sursis et mise à l'épreuve pendant deux ans, le thérapeute en chélation P. J. van der Schaar.
  30. http://www.ibcmt.com/WebPage-BoardDirectory.html Site de l'IBCMT
  31. http://www.ibc-leende.com/test-de-provocation-des-metaux-toxiques/?lang=fr
  32. https://microtrace.eu/fr/accueil/ Site du laboratoire Micro Trace Minerals (MTM) du Dr Eleonore Blaurock-Busch
  33. http://www.chelat.biz/wir-uber-uns/ Site de la DACT
  34. http://www.swiss-medical-detox.ch/ Site de la clinique Swiss Medical Detox dirigée par le Dr Taillefer, le Dr. Chervet et le médecin dentiste Pr. Sandhaus