Josef Issels

De Psiram
Josef Issels Source windstosser.ch

Josef Issels, né Josef Maria Leonhard Issels (né le 21 novembre 1907 à Mönchengladbach, ville de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, décédé le 11 février 1998 à San Francisco) était un médecin allemand créateur d'une méthode personnelle de thérapie alternative contre le cancer, l'Immunothérapie intégrative d'Issels[1].

L'épouse d'Issels, Ilse Marie Issels, et ses deux fils, le Dr Christian N. Issels [qui est naturopathe, et non médecin] et Hellmut J. Issels, après le décès de Joseph Issels en 1998, ont poursuivi le travail de leur mari et père et dirigent le centre de recherche "Fondation Issels"[1][1] en Arizona. Quant aux traitements selon Issels proprement dits, ils sont effectués aujourd'hui au Mexique, sur des bases juridiques mexicaines, pays qui jouit d'une loi plus libérale de la santé. Les patients américains reçoivent les traitements préconisés à Tijuana près de la frontière avec les États-Unis.

Parmi les patients célèbres d'Issels, on trouve l'athlète britannique Lillian Board, l'acteur américain Steve McQueen et le musicien reggae jamaïcain Bob Marley[2]. Tous sont morts de leur cancer ou de complications liées au traitement.

Biographie

Lillian Boord, une athlète olympique anglaise, patiente d'Issels, décédée en 1970 Source news.bbc.co.uk
Bob Marley, chanteur reggea jamaïcain, patient d'Issels, décédé en 1981 Source guardian.co.uk

Josef Issels a étudié la médecine aux universités de Fribourg, Bonn, Munich, Vienne, Rostock, Düsseldorf et Würzburg. Il a passé l'examen d'Etat à Würzburget a obtenu son doctorat avec la thèse "Tableau clinique de la leucémie." Il a ensuite exercé dans un cabinet privé à Mönchengladbach en tant que médecin généraliste. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il était officier sanitaire (médecin) des forces armées allemandes (Wehrmacht). A partir de 1948 Issels s'est spécialisé dans le traitement du cancer et a fondé en 1951, grâce à des dons privés, la Clinique Ringberg à Rottach-Egern, qui acquis une renommée au niveau national et fut fréquentée par de nombreux patients éminents. Les journaux à sensation comme Revue, New Illustrated et Neue-Post firent la renommée de la clinique dans toute l'Allemagne et ensuite au niveau international. Des gros titres comme "Rendu à la vie" ou "Arraché à la mort certaine" et "Victoire sur le cancer en phase terminale" ont attiré des patients atteints de cancer et leurs familles. En 1961, Issels a été condamné à un an de prison avec sursis. Il fut jugé coupable d'être responsable de la mort de trois de ses patients cancéreux par négligence parce qu'il ne leur avait pas conseillé de se faire opérer. A la suite de quoi la clinique fut fermée[3]. Toutefois Issels, qui avait fait appel, fut acquitté en 1964 de toutes les accusations. En 1965, la Clinique Ringberg a été rouverte. Après la fermeture de cette clinique, Issels a exercé, de 1975 à 1985, à Bad Wiessee. A partir de 1985, Issels exerça de plus en plus aux États-Unis, d'abord en Floride, puis en Californie, où il exerça jusqu'à sa mort dans le sens de son concept thérapeutique dans le centre anticancereux (il s'agirait selon le site sceptiques.ca de la "Clinique Baja Nutri Care"[4]) de Gerson à Tijuana au Mexique (près de San Diego).

Le concept de la thérapie anti-cancer d'Issels

Publicité dans un journal:

Clinique-Ringberg
Clinique spéciale pour thérapies internes des tumeurs et des maladies chroniques
Rottach-Egern au Tegernsee
Médecin en chef Dr. Josef Issels
Cancer (prévention et consultation), lymphogranulomatose, leucémie, maladies chroniques

Mise en œuvre, après opération et radiothérapie, du traitement interne spécial considéré aujourd'hui comme nécessaire pour protéger le cancéreux contre la récidive et les métastases.
Unique traitement possible pour les patients qui ne sont plus opérables ou aptes à la radiothérapie
Téléphone : Tegernsee 43 41 et 43 33 demander des prospectus SVP

Le concept thérapeutique d'Issels se basait sur l'idée que les cancers sont en général le résultat d'un affaiblissement du système immunitaire. Par conséquent, il fallait, dans le traitement du cancer, selon lui, chercher à renforcer par la thérapie le système immunitaire.

Issels, pour poser son diagnostics de cancer, utilisait pour le détecter des méthodes de médecine alternative inappropriées pour cela: le 'Bolen-Heitan-Test' et le 'Dunkelfeld Blutdiagnostik nach von Brehmer' (Voir ces articles sur le Psiram allemand).

Sur le plan thérapeutique devait suivre ensuite une élimination des "facteurs causaux". Issels considérait en tant que tels en particulier les infections ou "foyers latents" dans le domaine dentaire. Les patients atteints de cancer devaient se faire arracher de manière radicale les dents et enlever les amalgames dentaires. En outre, les ammydales étaient enlevées généreusement, en totalité (amygdalectomie) ou partiellement (amygdalotomie), même à des patients leucémiques pour qui une telle intervention présente des risques particuliers. Dans le cas d'un patient leucémique, chez qui une telle amydalectomie inutile fut faite, une hémorragie incontrôlable se produisit si bien qu'il dût être transporté de la clinique de Ringberg vers Munich, et là, il fut hospitalisé dans la clinique ORL (HNO-Klinik) locale. Comme il fut mis en évidence, au cours du procès pénal contre Josef Issels, dans des dossiers de malades étaient notées des ablations d'ammydales (amygdalectomies) alors qu'en réalité étaient faites seulement des ablations partielles (amygdalotomie). Issels considérait aussi comme autres facteurs causaux de cancer des supposées "zones géopathologiques]]" (voir à Géobiologie), c'est pourquoi dans sa clinique des sourciers déterminaient l'endroit d'installation des lits[5].

Issels préconisait aussi l'utilisation des toxines de Coley, d'injections de Pyrifer, d'injections de E. coli, de Vaccineurin (société Südmedica, un lysat[6] bactérien de streptocoques pyogènes (qui engendrent le pus) et de Serratia marcescens), de CH-23 (Anti-malignité ou F16), de Novocarcin (Neocarcin ) et l'hyperthermie thérapeutique. Seraient aussi à utiliser des agents de la médecine orthomoléculaire, des vaccins contre le cancer (des vaccins anti-cancéreux de médecine-alternative), la thérapie par chélation, la thérapie enzymatique, l'utilisation de l'amygdaline (Laetrile) et aussi des doses élevées de vitamines C[7]. Faisaient également partie des remèdes utilisés les gouttes-AV (AV-Tropfen). Ces gouttes-AV, c'était du sang des patients atteints de cancer dilué 1:1000000000000 - fois. Le sang très dilué était ensuite frictionné sur la peau de l'abdomen au-dessus du nombril.

Les boulettes "bénies" de Gröning Source merkur-online.de/lokales/muenschen

Issels tablait aussi sur un régime alimentaire anti-cancer avec des légumes, des fruits, des pommes de terre, des céréales, du fromage blanc, du fromage, des jus de fruits et tisanes (voir l'article régime anti-cancer). En même temps devaient être évités l'alcool et la caféine[8]. Un certain nombre de patients ont été complètement couverts de feuilles de chou blanc, on a mis à une patiente 20 crabes frais venant d'une épicerie fine sur sa tumeur. L'un des collaborateurs étroits du guérisseur Bruno Gröning, le Dr. Kurt Trampler, diplômé en droit, fut conduit par Issels lui-même, auprès des lits des malades; il lui laissa distribuer les fameuses boulettes-de feuilles d'aluminium de Gröning (Gröning-Stanniolkugeln). Gröning, pour soigner des malades distants, proposait des boulettes de feuilles d'aluminium (Stanniolkugeln), soi-disant bénites, supposées aider à transmettre son flux guérisseur. Selon les propres déclarations de Gröning au cours d'un interrogatoire de police, ces boulettes étaient les feuilles d'aluminium froissées servant à l'emballage de ses paquets de cigarettes contenant des transmetteurs de forces. Comme transmetteurs de forces (guérissantes), Bruno se servait de ses propres produits physiques : cheveux, rognures d'ongles des mains et des pieds ainsi que de son propre sperme, soi-disant le plus efficace de tous.

Les interventions chirurgicales et les thérapies médicamenteuses (chimio), par contre, ne jouaient aucun rôle ou seulement un rôle mineur.

En France, Bruno Darmon, dentiste radié de l'Ordre, partisan d'Issels, a fait la traduction d'une partie d'un texte d'Issels[9], celle où il est question des amydalotecmies, des arrachages de dents dévitalisées et des déposes d'amalgames dentaires.


Aux États-Unis, les thérapies d'Issels pour les patients cancéreux sont proposées par la fondation Issels pour environ £ 45,000 (en 2006). Un couple d'Anglais, Tracey et Nick Trezise, avait hypothéqué leur maison et fait appel à la générosité publique pour faire soigner leur fille Nikita cancéreuse en phase terminale avec le traitement de Joseph Issels​​[10].


La "American Cancer Society" a déclaré (en 1972) dans un rapport d'expertise qu'il n'y avait aucune preuve de l'efficacité de l'Issels Combination Therapy. Il s'agit en fait de ce qu'on appelle en français l' "Immunothérapie intégrative d'Issels"[11].

Article de Psiram dans d'autres langues

Bibliographie

  • Unproven methods of cancer management. Issels combination therapy. CA Cancer J Clin. 1972 Mai-Juni;22(3):188-91 (anglais)
  • Thomas, Gordon: Cancer Doctor: The Biography of Josef Issels, M.D. ISBN 1-893302-18-0
  • Hildenbrand, G: An appraisal of the life and work of Dr. Josef Maria Issels 1907-1997. J Altern Complement Med. 1998 4(2):137-40 (anglais)
  • Issels, Josef: Mein Kampf gegen den Krebs. C. Bertelsmann Verlag München 1981 ISBN 3-570-04736-9 (allemand)
  • Kölmel K F, Vehmeyer K, Göhring E, Kuhn B, Wieding U: Treatment of Advanced Malignant Melanoma by a Pyrogenic Bacterial lysate. A Pilot Study Onkologie 1991 14:411-17 (anglais)
  • Walther Koerting: "Der Strafprozess gegen Dr. Issels", Bayerisches Ärzteblatt, 9/1961 Volltext, 33 MB

Liens externes

Références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/issels.html Article "Immunothérapie intégrative d'Issels" très complet sur la biographie de Joseph Issels et description des recommandations de celui-ci
  2. http://www.reggae.fr/artiste-biographie/57_Bob-Marley.html
  3. Walther Koerting: "Der Strafprozess gegen Dr. Issels", Bayerisches Ärzteblatt, 9/1961 (allemand)
  4. http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/gersontherapy.html Centre où a aussi été soigné Steve Mcqueen
  5. http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_Hartmann
  6. http://www.cnrtl.fr/definition/lysat
  7. http://www.issels.com/TreatmentSummary.aspx The Official Issels Treatment Summary (2010)
  8. http://www.cancer.org/docroot/ETO/content/ETO_5_3X_Metabolic_Therapy.asp?sitearea=ETO
  9. http://michel.raynaud.pagesperso-orange.fr/txt_issels.htm
  10. http://news.bbc.co.uk/1/hi/5090126.stm Home remortgaged for cancer girl. A Somerset couple have remortgaged their home to pay for a cancer treatment which they hope will save their 11-year-old daughter's life. BBC News, 2006
  11. "Unproven methods of cancer management. Issels combination therapy". CA Cancer J Clin, 22 (3): 188–91. 1972. doi:10.3322/canjclin.22.3.188. PMID 4339809