DAN!

De Psiram

Le projet Defeat Autism Now! (DAN!), en français "Vaincre l'Autisme Maintenant!", est un ensemble de traitements pour l'autisme élaboré par l'Autism Research Institute (ARI) et non validés par la science.

Les traitements préconisés qui y figuraient continuent à être utilisés actuellement dans de nombreux pays[1] par maints thérapeutes, dont les "Docteurs DAN!" (aussi connus sous l'appellation "Praticiens DAN!"), bien qu'ARI ait annoncé avoir mit fin au projet DAN! et ne publie plus de liste des doctors DAN!".

Avant de passer à l'utilisation actuelle (2015) de ces diverses méthodes controversées de traitement de l'autisme, les organismes ou personnes qui les promeuvent, voici la traduction d'un article en anglais publié sur site américain Quackwatch de Stephen Barrett intitulé "A Critical Look at Defeat Autism Now! and the «DAN! Protocol»" (Un regard critique sur Vaincre l'Autisme Maintenant! et le «protocole DAN!») signé par Stephen Barret lui-même et mis en ligne le 1er juin 2015 [2] :

A Critical Look at 'Defeat Autism Now! and the «DAN! Protocol»

Defeat Autism Now! (DAN!), qui a été fermé en 2011, était un projet de l'Autism Research Institute (ARI), une organisation à but non lucratif fondée en 1967 par Bernard Rimland, Ph.D. (1928-2006). Rimland, qui était un psychologue de recherche, a aidé à dissiper l'opinion longtemps dominante selon laquelle l'autisme était causé par un maternage défectueux [3]. Mais plus tard dans sa carrière, il a conclu incorrectement que l'autisme était causé par des vaccins et pourrait être traité efficacement par désintoxication et des suppléments alimentaires.

Le projet DAN!, qui a été lancé en 2005, est né de discussions entre Rimland, Jon Pangborn, Ph.D., et Sidney MacDonald Baker, MD, qui tous s'intéressaient aux approches non standard pour le traitement des enfants autistes [4]. Rimland et Pangborn avaient tous les deux des membres de leur famille qui étaient autistes. Pangborn est un ingénieur chimiste qui, de 1988 à 1995, a servi de président à Doctor's Data, un laboratoire qui fournit/propose des tests d'urine et de cheveux qui sont utilisés pour diagnostiquer la toxicité de métaux lourds inexistante [4] [5]. Il est également consultant pour Kirkman Laboratories, qui commercialise "plus de 100 produits dédiés à la supplémentation nutritionnelle dans l'autisme." [6]. Baker est un pédiatre qui avait prescrit des suppléments diététiques pour beaucoup de ses patients. Rimland l'avait rencontré en 1978 quand Baker avait assisté à un exposé de Rimland et [Baker] a dit par la suite que rien de ce qu'il avait essayé dans sa pratique pédiatrique n'avait marché aussi rapidement que la megavitamin therapy [7]. Rimland a également indiqué que "Baker et Pangborn avaient travaillé ensemble sur la biochimie de l'autisme depuis le début des années 1980" [8].

Autism : Effective Biomedical Treatments (Autisme : Traitements biomédicaux efficaces) Source [2]

En 1995, ARI a sponsorisé un meeting de 3 jours auquel ont assisté environ 30 professionnels qui ont discuté de ce qu'ils faisaient et de ce qu'ils croyaient avoir marché pour eux. Ces déterminations ne provenaient pas d'études bien conçues, mais étaient fondées sur des impressions cliniques, des observations rapportées par les parents aux médecins traitants et de réponses aux questionnaires qu'ARI avait recueillis. Le meeting a produit un document de consensus - co-rédigé par Baker et Pangborn - qui a été publié en 1996 en tant que Biomedical Assessment Options for Children with Autism and Related Problems (évaluation des options biomédicales pour les enfants atteints d'autisme et problèmes connexes), mais auquel il était souvent fait référence sous le nom de "DAN! Clinical Manual" (Manuel clinique DAN!) ou de "DAN! Protocol" (Protocole DAN!). En 2005, après avoir subi cinq révisions, le rapport a été largement réécrit, révisé une fois de plus, et publié par ARI sous la forme d'un gros livre appelé Autism: Effective Biomedical Treatments (Autisme: Traitements biomédicaux efficaces). La version originale du livre comportait 41 pages. La version 2005, que j'ai, a environ 330 pages et mesure 8,25 x 10,75 pouces [9]. J'estime qu'il contient environ 220.000 mots.

Enquête d'évaluation parentale de l'efficacité des traitements

Tableau des résultats de l'enquête parentale Source [2]
Note de Psiram : Les données étaient recueillies à l'aide d'une "Grille d'évaluation de l'autisme", en anglais "Autism Treatment Evaluation Checklist" (ATEC)

En 1967, Rimland a commencé à encourager les parents à évaluer leurs expériences avec diverses méthodes de traitement. Il pensait que si un nombre suffisant étaient recueillies, les données pourraient suggérer quels traitements devraient être étudiés de plus près. En 2009, ARI a indiqué que des données avaient été recueillies auprès de plus de 27.000 parents [10]. Le rapport de 2009 comprenait des données sur environ 40 médicaments standards et environ 40 types de traitements non-standards avec les pourcentages évalués comme "aggravation" (comportement pire), "sans effet", ou "amélioration". La quatrième colonne, "améliorations:aggravations" est le nombre des améliorations rapportées divisé par le nombre des aggravations. La figure à droite [l'illustration à droite ci-contre] est une petite partie du tableau sans-médicaments.

Rimland, Baker, et beaucoup d'autres ont affirmé que les rapports des parents à ARI sont la preuve que les traitements sont efficaces. Mais cela est absolument faux. Pour déterminer si quelque chose fonctionne, il est nécessaire de prouver qu'un échantillon représentatif de personnes utilisant la méthode fait mieux que des personnes similaires qui ne le font pas [utiliser la méthode]. Pourtant :

  • L'enquête sur l'efficacité des traitements d'ARI a simplement demandé aux parents d'évaluer les interventions sur une échelle de six points. Elle n'a rien demandé au sujet de la posologie, de la durée d'administration avant que l'estimation n'ait été faite, les critères utilisés par les parents pour donner leur évaluation, ou si d'autres choses étaient faites en même temps.
  • Le processus d'enquête n'avait prévu aucun mécanisme de communication de suivi si une "amélioration" s'avérait être temporaire et que le parent conclut plus tard que le produit "arrêtait de marcher."
  • Les évaluations ne sont pas normalisées afin d'assurer que tous les critères pour juger l'amélioration étaient les mêmes d'un parent à l'autre.
  • Il n'y a aucune raison de croire que les parents qui ont soumis des rapports étaient un échantillon représentatif des parents ayant des enfants autistes. Il est beaucoup plus probable qu'ils considéraient généralement les interventions biomédicales comme dignes d'intérêt.
  • Il n'y avait aucun moyen de déterminer si les rapports reflètent même un échantillon représentatif de l'expérience de ceux qui envoyé un rapport. Il y a tout lieu de croire que les traitements ont été donnés à des dizaines de milliers d'enfants autistes et que beaucoup d'entre eux en ont reçu beaucoup [de traitements]. Mais pendant les + de 40 ans où l'enquête a été effectuée, le nombre moyen de rapports par an était inférieur à 700 et le nombre moyen des items non standard figurant dans les rapports était entre 2 et 3. Personne ne sait si les enfants qui étaient englobés dans les rapports faisaient, en fait mieux, que les enfants similaires dont les parents qui n'ont pas envoyé de rapport. On ne sait pas non plus pourquoi le nombre d'items rapportés [qui ont fait l'objet d'un rapport] étaient beaucoup moins nombreux que le nombre des items testés. Mais il est bien connu que les gens sont plus susceptibles de signaler des expériences positives que les expériences négatives.
  • Des rapports positifs auraient pu avoir été le résultat de coïncidence, comme une variation quotidienne du comportement d'un enfant, le résultat de mesures éducatives, d'un bon parentage ([bon accompagnement par les parents], ou la tendance naturelle des enfants de mûrir quand ils deviennent plus âgés. Pour mesurer l'efficacité, il est nécessaire de comparer les personnes traitées avec d'autres qui ne reçoivent pas le traitement.
  • Parce que prendre ses rêves pour la réalité et d'autres biais peuvent influencer la façon dont les observations sont reçues, il est également important que les évaluations des résultats soient faire par des tiers qui ne soit pas avec émotionnellement impliquées et qui ne sachent pas quelles interventions ont été utilisées.

En conclusion, les données de l'enquête ont identifié des mesures que les parents ont essayées, mais elles ne devraient pas être considérées comme des preuves d'efficacité. La seule façon de déterminer l'efficacité est de réaliser des études en double aveugle, randomisées et contrôlées sur un ou quelques traitements à la fois. Jusqu'à présent, très peu de suppléments, de régimes alimentaires, ou de traitements médicamenteux non-standard couverts par l'enquête ont été soumis à de tels tests, et les rares qui l'ont été n'ont pas démontré avoir des effets bénéfiques [11].

Pendant la préparation de cet article, j'ai parlé avec le président d'ARI, Stephen M. Edelson, Ph.D., un psychologue de recherche qui, je crois, pense beaucoup plus scientifiquement que Rimland ne le faisait. Il a été d'accord avec beaucoup de mes préoccupations au sujet de l'enquête et a déclaré qu'ARI avait cessé de le faire en 2009, car il y avait eu une vague de rapports "faussés" [12]. (Il a indiqué que les données des rapports faussés ont été enlevées des résultats publiés.)

Les nombres d' "amélioration" dans les tableaux peuvent en fait refléter autre chose. Quarante-trois pour cent des rapports des parents ont déclaré que leur enfant allait mieux après avoir reçu de la sécrétine intraveineuse, une hormone qui est administrée sur une période de quelques semaines à quelques mois. La sécrétine a été suffisamment étudiée pour savoir qu'elle n'est pas efficace contre l'autisme [13]. Donc, il est raisonnable de conclure que l'amélioration rapportée après la sécrétine était due à quelque chose d'autre - et que, la raison, quelle qu'elle soit, qui a fait que les parents ont donné une note élevée à la sécrétine, pourrait également avoir eu de l'influence sur la façon dont ils ont évalué tout le reste. La note moyenne des 28 items dans la section «biomédical/non-médicament/Suppléments» du rapport était de 47%, ce qui est très proche de 43% pour la sécrétine inefficace. Donc, plutôt que de suggérer un bénéfice, les nombres d' "amélioration" ne suggèrent que peu ou pas d'effet!

Autisme: Effective Biomedical Treatments exagère énormément la portée de l'enquête. À la page 19, Baker y fait référence en tant qu' "ensemble croissant de données anecdotiques soigneusement compilées" ce qu'elle n'est certainement pas. Tout aussi mauvais, en plusieurs endroits, il a omis les données «sans effet» et utilisé les nombres dans la colonne 4 pour représenter l'efficacité. Par exemple, au lieu de dire que 46% des rapports ont déclaré que la vitamine C avait aidé, il a indiqué que la vitamine C était 20 fois plus susceptible de produire des effets bénéfiques que d'avoir des effets néfastes, ce que la plupart des lecteurs vont interpréter comme une efficacité de 95%. Je crois que c'est une fausse déclaration grave.

La philosophie et le "Protocole" DAN!

Le "Protocole DAN!" était centré autour de la croyance que l'autisme est causé par une combinaison de réponse immunitaire affaiblie, de toxines externes provenant de vaccins et d'autres sources, et de problèmes causés par certains aliments. La philosophie sous-jacente, qui a été publié sur le site web du Center for the Study of Autism depuis plusieurs années [14], contient les idées suivantes:

L'autisme et les problèmes connexes sont les symptômes de dysfonctionnement du système immunitaire, nerveux et / ou des systèmes digestifs qui surviennent chez les personnes génétiquement sensibles à des facteurs tels que la sous-nutrition optimale, intolérances alimentaires, la prolifération microbienne et les toxines. Le traitement approprié consiste à identifier et à atténuer les problèmes causant les symptômes de cette personne, plutôt que de simplement tenter de supprimer les symptômes grâce à l'utilisation de substances psychoactives.

Bien que nous croyons qu'une variété de méthodes d'éducation intégratives et sensorielles soient des thérapies importantes pour les enfants autistes, notre intérêt principal et expertise est dans les aspects du traitement biomédical, qui est basé sur les considérations suivantes:

• Une épidémie d'autisme a actuellement lieu en Amérique du Nord et dans de nombreuses autres parties du monde développé.
• Les options de diagnostic et de traitement devraient être compatibles avec un tableau évolutif des causes environnementales de l'épidémie.
• Chaque enfant est différent et ses bilans de laboratoire et ses réponses au traitement devraient être les guides de l'intervention clinique.
• Les parents sont à la fois la source et les destinataires d'une grande partie de nos connaissances concernant les traitements efficaces. Ils doivent être considérés par les cliniciens comme des participants à part entière dans la recherche de réponses pour leur enfant. Les praticiens DAN! font tout leur possible pour créer un environnement dans lequel le travail de détective clinique en cours ait lieu dans une atmosphère de dialogue intelligent entre les parents et les professionnels. Un tel dialogue devrait inclure l'enfant, qui peut être à l'écoute, même quand il ou elle semble inattentif/inattentive.

Notre compréhension actuelle de la biologie de l'autisme se concentre sur les facteurs interdépendants suivants:

• Les carences nutritionnelles et les besoins spéciaux - ils concernent principalement des vitamines B6, B12, A et du magnésium, du calcium, du sélénium, du zinc, et des acides gras omega-3.
• Dysfonctionnement de l'intestin du à de multiples facteurs, y compris nutrition sous-optimale, infections, antibiotiques et anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).
• Prolifération microbienne incluant infections virales chez les enfants sensibles après a) certains vaccins, b) parasites intestinaux et c) proliférations bactériennes et levures dans l'intestin.
• Toxines, comme les PCB, et en particulier les métaux lourds tels que le mercure provenant de sources environnementales et certains vaccins de l'enfance.
• L'intolérance alimentaire, y compris l'intolérance au gluten et à la caséine (qui se trouve dans les céréales et les produits laitiers), l'allergie alimentaire immunoglobuline médiation (pas toujours évident sur la peau-tests), l'intolérance des aliments dits Feingold et additifs (composés phénoliques) et excitotoxins (certains exhausteurs de goût de la famille MSG).
• Des anomalies dans la chimie de désintoxication et la fonction immunitaire
• Avantages de la sécrétine, l'immunoglobuline intraveineuse (IgIV), facteur de transfert, le colostrum, et les enzymes digestives spéciaux dans de nombreux individus avec des symptômes autistiques


Source [2]

La figure à droite montre le protocole tel que décrit à la page 67 d'Autism: Effective Biomedical Treatments. Il commence au milieu avec un choix de quatre directions générales. Les choix ultérieurs comprennent la thérapie par chélation et plus de 50 compléments alimentaires, des médicaments, des stratégies alimentaires, et d'autres modalités. Cependant, sur les pages 67 et 68 du livre, Baker déclare:

• "Nous n'avons pas de protocole pour traiter l'autisme. Nous avons une façon d'aborder l'individualité dans le contexte d'une épidémie qui a des causes environnementales."
• "Nos patients ont répondu à une variété d'approches qui dépend des caractéristiques de chaque enfant."
• "Chaque traitement est vraiment un essai de diagnostic"
• "La séquence des options peut changer en fonction de la réponse au traitement."
• "Résistez SVP à toute tendance de considérer les options de traitement. . . comme visant un quelconque symptôme particulier. Chaque traitement, quand il est efficace, traite tous les symptômes, bien que pas toujours au même degré. Quand une thérapie particulière répond à un besoin particulier d'obtenir ou de se débarrasser d'un item crucial dans l'équilibre biochimique et immunitaire d'un individu, le résultat est la guérison de l'organisme entier".

le Consensus_Position_Paper du DAN! sur désintoxication du mercure

Les activités les plus nuisibles du DAN! étaient sa promotion de la thérapie par chélation et l'opposition à la vaccination. En 2001, DAN! a convoqué une conférence de consensus sur la désintoxication et a publié un document de consensus qui prétendait que le mercure dans certains vaccins pourrait causer l'autisme et que le traitement des enfants autistes avec la thérapie par chélation pourrait produire une amélioration chez beaucoup d'entre eux [15]. Le document a été financé en partie par une subvention de Kirkman Laboratories. Suite à une autre conférence, le document a été mis à jour en 2005 [16]. Les deux versions de la déclaration affirment (à tort) que la concentration de mercure urinaire après qu'un médicament chélateur ait été administré peut mesurer la «charge corporelle» de mercure. Ce procédé, appelé test de provocation ou test de mobilisation, a été dénoncé comme (étant) dénué de sens par le American College of Medical Toxicologists [17] et qualifié de "en dessous des normes/standards de soins» par l'Oregon Medical Board (équivalent de notre ordre des médecins pour l'Oregon) [18]. La version 2005 du Paper de Détoxication du Mercure du DAN! a également déclaré que les enfants peuvent être exposés au mercure par la consommation maternelle de fruits de mer, les plombages dentaires maternels (amalgames), et les vaccins de l'enfance [16].

Il est prudent pour les femmes enceintes d'éviter ou de minimiser la consommation de poissons connus pour contenir du mercure, mais les deux autres sources sont insignifiantes. Le mercure dans les amalgames dentaires est étroitement lié [chimiquement) afin que la quantité absorbée dans le corps soit pas significative. Pendant des années, les enfants ont été exposés à de très petites quantités de mercure en raison de l'utilisation du thimérosal comme agent de conservation dans certains vaccins. Il n'y avait jamais eu de preuve que l'exposition soit nocive, mais, en 2001, par mesure de précaution, les fabricants américains l'ont éliminé de presque tous les vaccins de routine administrés aux enfants. Des études bien conçues n'ont trouvé aucune preuve que l'exposition des enfants au thimérosal des vaccins ait quelque lien que ce soit avec l'autisme ou tout autre trouble du développement [19]. Et il n'y a aucune raison logique de croire que l'autisme soit causé par la toxicité des métaux lourds. Curieusement, le document de 2005 a effectivement admis que rien de particulier au protocole DAN! n'avait en fait été prouvé utile par des études scientifiques appropriées.

Les théories et les modèles médicaux sur lesquels ces thérapies sont basées ne sont pas universellement acceptés dans la communauté médicale et sont vigoureusement étudiés par un certain nombre de chercheurs. Les preuves cliniques venant à l'appui de ces thérapies sont intéressantes, mais aucune étude bien contrôlée sur les résultats n'a encore été effectuée; les preuves sont en grande partie basées sur l'expérience clinique pour le moment . . . .
À l'heure actuelle, il est impossible de déterminer quels patients tireront profit de ces thérapies de façon très précise. Quelques patients qui semblent être de parfaits candidats n'auront aucune amélioration et d'autres à qui il semble y avoir peu (de raisons) de recommander la thérapie montreront une amélioration marquée [16].

James R. Laidler, MD, un médecin avec deux enfants autistes, a écrit un récit fascinant sur la façon dont lui et sa femme ont été induit en erreur dans l'administration des méthodes biomédicales pendant plusieurs années mais, en fin de compte, ont conclu qu'elles étaient sans valeur. Son article décrit également comment il a écrit la première ébauche du document détoxification du mercure mais a renoncé aux versions publiées:

Très vite, j'ai été invité à participer à une conférence pour mettre en place un «protocole» pour l'utilisation de la chélation dans le traitement de l'autisme. J'y ai assisté et, pour la première fois, j'ai pu voir beaucoup des leaders du traitement "non conventionnel" de l'autisme à l'extérieur de la salle de conférence. La plupart de ces personnes semblaient avoir des convictions sincères, mais basaient leur évaluation de leurs efforts thérapeutiques sur des anecdotes, des enquêtes et des études simplistes. J'ai pensé qu'ils accueilleraient favorablement une étude scientifique plus rigoureuse de leurs méthodes et leurs résultats. Après la conférence, on m'a demandé de rédiger un "rapport de consensus." J'ai accepté volontiers, pensant que ma vérification pourrait tempérer la pensée non scientifique du reste du groupe. Cependant, mon contrôle éditorial s'est avéré être nul. Le rapport final comprenait de grandes portions de matériaux qui étaient les croyances favorites des membres supérieurs de l'organisation. Pire encore, bien que je sois en désaccord avec des portions considérables du rapport, mon nom y figurait en tant qu'auteur unique! Il m'a été possible de faire enlever mon nom sur le document «officiel», mais les copies Internet de l'original abondent [20].

Les théories DAN! recalées au tribunal

L'Omnibus Autism Proceeding a offert aux personnes soutenant que leurs enfants ont développé l'autisme après avoir été vaccinés une occasion de prouver leur cas devant les tribunaux. En 2001, les parents ont commencé à déposer des pétitions alléguant que la vaccination ROR, les ingrédients du thimérosal dans certains autres vaccins, ou une combinaison de facteurs pourraient causer ou contribuer à l'autisme. Quand il est devenu évident que des milliers de cas auraient des allégations similaires, l'Omnibus Autism Proceeding a été créé. Pour procéder efficacement, les parties ont convenu de traiter "des cas-test" pour chaque théorie de "causalité générale", présentée par le Comité Directeur des Pétitionnaires. En fin de compte, deux de ces théories [parmi les 3 théories citées ci-dessus] ont été retenues: (1) le ROR (rougeole/oreillons/rubéole) et les vaccins contenant du thimérosal combinés peuvent causer l'autisme, et (2) les vaccins contenant du thimérosal peuvent causer l'autisme. Trois Special Masters ont été désignés pour trois cas de tests pour chaque théorie. Les audiences pour la première théorie ont été conduites en 2007, après quoi les parties ont rempli des documents et des mémoires supplémentaires. En plus des 5.000 pages de transcriptions d'audiences et de bien plus de 700 pages de mémoires après audiences, les enregistrements dans les trois premiers cas de test contiennent 939 articles médicaux (un cas typique de vaccin en présente au moins 10). Un total de 50 rapports d'experts ont été déposées et 28 experts ont témoigné, alors que les cas typiques de vaccins ne présentent que 2 à 6 experts. Les auditions de témoins sur la deuxième théorie de la causalité ont été menées en 2008 et ont généré 3.200 pages de transcriptions. Les preuves comprenaient plus de 1200 articles et des extraits de la littérature médicale et le témoignage de 20 experts. Les preuves comprenaient plus de 1200 articles et extraits de littérature médicale et le témoignage de 20 experts.

Pendant la procédure, la pédiatre Elizabeth A. Mumper, M.D, a témoigné plusieurs fois à l'appui des familles qui cherchaient à prouver que les vaccins pourraient avoir causé l'autisme de leurs enfants. Mumper, qui a dit qu'elle avait traité entre 400 et 500 enfants autistes, était aussi directeur médical d'ARI et directeur de la formation des médecins et a signé le paper (document de consensus) sur la désintoxication du mercure de 2005. En 2008, lors du contre-interrogatoire, (a) il était toujours vrai qu'aucune étude de résultats bien contrôlée n'avait été exécutée sur les composants de l'approche DAN! et (b) la théorie que le thimérosal peut contribuer à l'autisme n'est pas acceptée par la communauté scientifique [21]. Mais elle a également dit que, parce que les enfants du spectre autistique ne sont pas tous pareils, le fait qu'une étude de nombreux enfants n'ait trouvé aucun effet n'excluait pas la possibilité qu'un sous-ensemble des enfants puisse tirer bénéfice de cette méthode [22].

En 2009, dans un trio remarquable de décisions, les Special Masters ont conclu qu'il n'y a aucune preuve crédible que le vaccin ROR ou des vaccins contenant du thimérosal peuvent se combiner pour causer l'autisme. En 2010, dans trois autres cas, les Special Masters ont conclu que le thimérosal lui-même n'était pas un facteur causal. Les décisions ont également critiqué les médecins qui basent leurs traitements sur ces notions [23]. Quand j'ai passé en revue les transcriptions, j'ai trouvé qu'au moins trois des six familles avaient assisté aux conférences DAN! où ils avaient rencontré les médecins qui ont traité leurs enfants.

Registre clinicien DAN!

De 2001 à 2011, le site Web ARI a publié les noms des "DAN! doctors" dans un registre clinicien qui indiquait leurs coordonnées de contact, leurs "spécialités", leurs participations aux conférences DAN! et, dans la plupart des cas, lesquelles des 33 modalités ils proposaient. Les modalités étaient Actos[24], acides aminés, anti-inflammatoires pour la maladie inflammatoire de l'intestin (Rx), régimes alimentaires anti-levures, produits pharmaceutiques antifongiques, médications antivirales, chélations (IV), chélation (orale), chelation (rectale), chélation (produits transdermiques), colostrum, régimes alimentaires évitant les allergènes alimentaires, enzymes digestives, supplémentation en acides gras essentiels, régime alimentaire Feingold, glutathion (IV), régime sans gluten et sans caséine, désintoxication des métaux lourds, oxygénothérapie hyperbare (caisson dur), l'oxygénothérapie hyperbare (douce), immunoglobulines intraveineuses (IgIV), naltrexone à faible dose, régime alimentaire bas en oxalate, méthylcobalamine (injection), méthylcobalamine (nasale), nutraceutiques, probiotiques, sécrétine, régime alimentaire spécifique de glucides, spironolactone, facteur de transfert, supplémentation en vitamine/minéraux, et vitamine C et/ou minéraux (IV). Le registre de 2011 comprenait 366 praticiens, dont 166 étaient docteurs en médecine, 30 étaient docteurs en ostéopathie, 66 étaient chiropraticiens, 60 avaient un diplôme en naturopathie, 16 étaient infirmières, 4 étaient assistants de médecins, 3 étaient optométristes, 2 étaient acupuncteurs, et le reste n'indiquait pas la nature de leur licence [25].

En 2010, ARI a annoncé qu'il avait décidé d'arrêter d'utiliser le nom "Defeat Autism Now!" parce que, (a) il n'a pas décrit avec précision l'approche médicale pour la compréhension et le traitement de l'autisme, (b) quelques personnes étaient offusquées par la phrase, et (c) le Divers Alert Network, qui revendiquait la propriété du mot «DAN», a demandé à ARI de cesser de l'utiliser. ARI a également annoncé qu'il avait décidé de "geler" le registre clinicien et le retirer du site Web de d'ARI parce que (a) bien que les cliniciens reçoivent des informations similaires et cohérentes lors des séminaires, il n'y a pas de façon uniforme de traiter les patients par la suite, (b) bien que le registre énumère simplement des personnes qui ont assisté à des séminaires cliniques du DAN!, beaucoup de personnes ont perçu le registre comme une liste de médecins recommandés, et (c) ARI n'a pas certifié de médecins et ne pouvait pas assurer que chaque praticien figurant sur la liste fournisse un service de haute qualité [26]. ARI a également affiché un avis indiquant que les participants n'étaient pas autorisés à se qualifier eux-mêmes de «DAN!-certified". Mais si vous googlisez "'DAN! -Certified' + Autism", vous verrez que beaucoup le font.

Après qu'ARI eut mis fin à son projet DAN!, Dan Rossignol, MD, a lancé la Medical Academy of Pediatric Special Needs (MAPSN)[27] pour perpétuer le réseau de praticiens DAN!. En mai 2015, le répertoire de cliniciens (Clinician Repertory) en ligne de l'organisation listait 49 membres aux États-Unis, dont 33 étaient des docteurs en médecine ou des docteurs en ostéopathie.

Actions gouvernementales

Je crois que beaucoup de choses que font les "DAN! doctors" sont au-dessous de la norme de soin (inférieures à la qualité minimale requise pour des soins fournis par un docteur). Donc, cela ne m'a pas étonné quand j'ai cherché les sites de licensing board (organismes délivrant les autorisations à exercer la médecine) et que j'ai trouvé que 67 (environ 15 %) des docteurs en médecine et docteurs en ostéopathie listés dans le registre clinicien du DAN! ont fait l'objet de mesures gouvernementales entre 2001 et 2011 [28]. Les raisons variaient considérablement. Sept étaient étaient liées à des pratiques qui sont centrales dans l'approche DAN! : Roy E. Kerry, MD, Richard E. Layton, MD, Seshagiri Rao, MD, Alan Schwartz, MD, Stephen L. Forgeron, MD, Kenneth P. Stoller, MD (accusation pendante) et Anjum Usman, MD. Au moins 18 d'autres étaient liées à l'utilisation de méthodes non conformes à la norme ou pseudo-scientifiques. Le reste incluait : défaut de donner des soins d'un niveau suffisant; tenue des dossiers inadéquate; publicité mensongère; utilisation incorrecte ou prescription de médicaments narcotiques; aider ou encourager la pratique de la médecine sans licence; fraude fiscale; et irrégularités liées à de la recherche. Le plus notable était peut-être le Dr. Smith, qui avait diagnostiqué une toxicité au plomb inexistante et avait prescrit environ 25 produits inappropriés à un adolescent autiste. En 2014, il a été placé en probation et il lui a été interdit de continuer à traiter des patients de moins de 18 ans.

Les actions gouvernementales contre trois alarmistes anti-vaccination peuvent aider à réduire le niveau de la croyance chez les parents que les vaccins et/ou la toxicité des métaux lourds peuvent provoquer l'autisme :

  • En 2009, le FBI a fait une descente dans le Center for Autistic Spectrum Disorders (Centre pour les troubles du spectre autistique) à Austin au Texas (pour suspicion de fraude à l'assurance) et a fermé définitivement ses portes. Faisant des affaires en tant que Care Clinics, son équipe diagnostiquait de la toxicité aux métaux lourds chez pratiquement toutes les personnes qui venaient pour une évaluation [29].
  • En 2010, le British General Medical Council (GMC) anglais (équivalent de notre Conseil National de l'Ordre des Médecins) a rayé le Dr Andrew Wakefield de son registre médical après avoir conclu qu'il avait agi de façon malhonnête et irresponsable relativement à un projet de recherche et à sa publication ultérieure. La préoccupation du GMC était centrée sur une étude d'enfants par Wakefield et douze de ses collègues qui faisaient un lien entre le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) avec l'autisme et des problèmes intestinaux. The Lancet a publié l'étude en 1998, et la publicité sensationnelle a provoqué une baisse du taux de vaccination au Royaume-Uni de plus de 10%. Des recherches ultérieures n'ont pas trouvé de lien, et, en 2004, dix des co-auteurs de l'étude ont renoncé à leurs conclusions. Après que le verdict du GMC eut été annoncé, The Lancet a rétracté le papier (l'étude) [30]. L'action du GMC interdit définitivement à Wakefield la pratique de la médecine au Royaume-Uni.
  • En 2012, le State Board of Physicians (Conseil National des Médecins) du Maryland a révoqué la licence médicale de Mark R. Geier, MD, Ph.D., après avoir conclu qu'il avait diagnostiqué indûment des patients (comme étant atteints) de puberté précoce et administré indûment de la thérapie par chélation. Geier, qui dirigeait une chaîne de cliniques pour l'autisme, est également l'auteur le plus prolifique d'articles de journaux qui prétendent démontrer un lien entre l'autisme et la toxicité du mercure. De nombreux tribunaux ont exclu son témoignage en tant qu'expert témoin [31], mais il avait des partisans influents chez les parents.

Quand les parents sont en désaccord

Quand l'un des parents veut poursuivre le traitement DAN! et l'autre n'a pas, la situation peut être très difficile. Dans certains cas, le différend a même abouti à un divorce. Quand je suis consulté pour venir au secours d'un enfant, je conseille de faire trois choses:

  • Obtenir une copie complète du dossier médical de l'enfant pour que ce qui est arrivé soit documenté.
  • Envoyer une copie du dossier au state licensing board (organisme d'état habilité à délivrer les licences médicales) avec une requête qu'il mène une enquête. Il est pas nécessaire de fournir la «preuve» que quelque chose ne va pas parce que le board peut établir sa propre conviction.
  • Après avoir obtenu le dossier (de sorte qu'il ne puisse pas être modifié), informer le docteur ou la doctoresse qui veulez que votre enfant soit déchargé de ses soins et que vous avez demandé au state licensing board de mener une enquête.

Face à cette fermeté, la plupart des docteurs donnent congé à l'enfant de leurs soins.== Quand les parents sont en désaccord ==

Quand un des parent veut poursuivre le traitement DAN! et l'autre n'a pas, la situation peut être très difficile. Dans certains cas, le différent a même abouti à un divorce. Quand je suis consulté pour venir au secours d'un enfant, je conseille de faire trois choses:

  • Obtenir une copie complète du dossier médical de l'enfant pour que ce qui est arrivé soit documenté.
  • Envoyer une copie du dossier au State licensing board (organisme d'état habilité à délivrer les licences médicales) avec une requête pour qu'il mène une enquête. Il n'est pas nécessaire de fournir la «preuve» que quelque chose ne va pas parce que le board peut établir sa propre conviction.
  • Après avoir obtenu le dossier (de sorte qu'il ne puisse pas être modifié), informer le docteur ou la doctoresse qui voulez que votre enfant soit déchargé de ses soins et que vous avez demandé au State licensing board de mener une enquête.

Face à cette fermeté, la plupart des docteurs donnent congé à l'enfant de leurs soins.

Mon opinion en résumé

Pour déterminer l'efficacité, les variables doivent être isolées et testées dans des expériences contrôlées. Le DAN! protocole, en tant qu'un tout, n'a jamais été validé ni même testé, et était non testable. Il provenait d'observations qui n'étaient pas structurées pour déterminer l'efficacité. C'était un méli-mélo de tout ce que les fondateurs du DAN! avaient spéculé pouvoir être utile. Beaucoup de ses promoteurs semblent croire que :

  • Si un enfant s'améliore ou est rapporté s'être amélioré suite à l'administration d'un traitement, ce résultat viendrait à l'appui du diagnostic, du traitement, et de la théorie sous-jacente alléguée.
  • Si suffisamment de rapports sont mis en commun, ils vont révéler ce qui marche - donc, essayez beaucoup de choses et attribuez toute amélioration à ce que vous avez essayé plutôt qu'à d'autres choses comme un bon professeur ou la tendance naturelle des enfants à mûrir au fil du temps.
  • Bien que des études bien conçues puissent démontrer que quelque chose (comme la chélation ou la sécrétine) ne marche pas, ces études peuvent être ignorées parce que chaque enfant est particulier et peut quand même répondre positivement à n'importe quelle intervention.

Je ne crois pas que la science marche comme ça. Et vous non plus ne le devriez pas.

Fin de la traduction libre de l'article en anglais publié sur site américain Quackwatch de Stephen Barrett intitulé "A Critical Look at Defeat Autism Now! and the «DAN! Protocol»".

La FDA à propos de l'autisme et des allégations fausses ou trompeuses

La FDA a publié le 24 avril 2014 à l'intention des consommateurs une mise en garde intitulée "Beware of False or Misleading Claims for Treating Autism" (Méfiez vous des allégations fausses ou trompeuses pour traiter l'autisme).

Après un premier paragraphe général sur l'autisme où elle précise, entre autres, qu'elle a approuvé l'utilisation des antipsychotiques tels que la rispéridone et aripripazole pour traiter les enfants âgés de 5 ou 6 ans et plus qui ont des crises graves ou des comportements d'agression et d'automutilation. [32] et cite (et par là même cautionne comme source d'informations fiables) l'Association for Science in Autism Treatment (ASAT)[33], la FDA fait le tour des allégations fausses ou trompeuses : Thérapie par chélation, Oxygénothérapie hyperbare, Miracle Mineral Supplement, Detoxifying Clay Baths (bains détoxifiants Clay), Coconut kefir et autres produits probiotiques.

Les signataires du Consensus Position Paper de 2005 d'ARI

Sidney M. Baker, M.D.; Sag Harbor, New York; Stuart Freedenfeld, M.D. Stockton, New Jersey; Derrick Lonsdale, M.D., Westlake, Ohio; David Quig, Ph.D., St. Charles, Illinois; Teresa Binstock, Estes Park, Colorado; Allan Goldblatt, PA-C, Woodbury, New York; Jaquelyn McCandless, M.D., Woodland Hills, California; Lyn Redwood, R.N., C.R.N.P., Tyrone, Georgia; Kenneth Bock, M.D., Rhinebeck, New York; John Green, III M.D., Oregon City, Oregon; Maureen H. McDonnell, R.N., Pennington, New Jersey; Bernard Rimland, Ph.D., San Diego, California [l'ancien directeur d'ARI]; Marvin Boris, M.D., Woodbury, New York; Boyd E. Haley, Ph.D., Lexington, Kentucky; Mary Megson, M.D., Richmond, Virginia; Cindy Schneider, M.D., Phoenix, Arizona; Stephanie Cave, M.D., Baton Rouge, Louisiana; Paul M. Hardy, M.D., Hingham, Massachusetts; Elizabeth Mumper, M.D., Lynchburg, Virginia; Lauren W. Underwood, Ph.D., Diamondhead, Mississippi; Richard Deth, Ph.D., Boston, Massachusetts; S. Jill James, Ph.D., Little Rock, Arkansas; James Neubrander, M.D., Edison, New Jersey; Anju Usman, M.D., Naperville, Illinois; Stephen M. Edelson, Ph.D. [l'actuel directeur d'ARI], Salem, Oregon; Andrew Levinson, M.D., Aventura, Florida; Susan Owens, M.S., Garland, Texas; et Aristo Vojdani, Ph.D., Beverly Hills, California. Vous en retrouverez quelques-uns mentionnés dans d'autres articles de Psiram car certains ont des activités en Europe et/ou y participent à des conférences.

Le réseau international DAN!

Malgré la réprobation et la critique de la communauté scientifique, les mises en garde des autorités sanitaires de maints pays ou même les interdictions officielles de certaines des recommandations du projet DAN!, celles-ci continuent à être promues et mises en oeuvre en dehors des USA : Australie, France et ses anciennes colonies, Angleterre, Suisse, Belgique, Espagne, Italie, mais aussi Mexique, Pologne, Egypte, Europe centrale, turquie, Jordanie, Koweit, Inde, Chine, Indonésie, etc.

"Docteurs DAN!" exerçant en dehors des USA

Restons-en à ceux des pays les plus proches. Il n'est pas prouvé que la liste du site hopetism.com [34] soit exhaustive et à jour. On trouve 20 praticiens DAN! mentionnés au Canada.

France

  • Corinne Skorupka (Association Ariane en 2015 à Clichy 92110, auparavant à Paris 75006), praticienne DAN! depuis 2002.

Allemagne

  • Brigitte Esser, M.D. 52134 Herzogenrath[35]. Elle publie les informations la concernant telles qu'elles devaient figurer dans le "registery clinician", on apprend que sa spécialité est la naturopathie. Dans la liste des traitements proposés, elle a coché oui pour Vitamin/mineral supplementation, Essential fatty acids, Gluten and Casein-free diet, Diet avoiding food allergens and yeast, Digestive aids/Probiotics, Colostrum, Antifungal pharmaceuticals and nutriceuticals, dans autres traitements, elle a mentionné Homeopathy. Elle ne propose pas Feingold diet, Transfer Factor, Secretin, Heavy metal detoxification, IVIG, Antiviral medications. On apprend qu'elle a assisté à la Conferences DAN! de Boston en 2005, qu'elle a suivi une formation intensive de 8 heures prodiguée par l'équipe de formation des médecins DAN! en 2005. [36]

Angleterre et Ecosse

  • Lorène Amet (Autism Treatment Trust à Edimbourg), praticienne DAN! depuis décembre 2005.
  • Asha Rekah Chagarlamudi, MBBS, DRCOG, 4 Boulter Close, Bromley, Kent BR1 2FD
  • Damien Downing, MBBS, (New Medicine Group, 144 Harley St., London)
  • Maria Griffiths, Dip ION, (Family Nutrition Clinic @ Dr. Alan Stewarts Clinic, 47 Priory Street, Lewes, East Sussex, BNJ 1HJ) et (amily Nutrition Clinic, 1 Halliwick Gardens, Felpham, Bognor Regis, West Sussex P022 75D)
  • Mercedes Laudano, MSc, Nutritional Interventions, 56 The Marlowes, London
  • Nina Lteif, NMC, 8 Myers Way, Frimley, Camberly, Surrey, United Kingdom
  • David O Connell, 41 Elystan Pl., Chelsea Green, London
  • Sue Simmons, 12 Grosvenor Gardens, Kingston Upon Thames, Surrey KT2 5BE
  • Jonathan Tommey, The Autism Clinic, 45 Nightingale Rd., Hampton, Middlesex TW12 3HX
  • Mark W Westaway, MBBS, Breakspear Hospital, Hertfordshire House, Wood Lane, Hemel Hempstead, Herts HP2 4FD

Irlande

  • Noreen Cronin BSc PhD (Chemistry) MSc Nutritional Medicine[37]
  • Majella M. Perry, MB, Bch Bao, Tinahely, Co Wicklow

Italie

  • Franco Verzella, M.D., 40069 Bologna, Italy, Président de DAN! Europe[38]
  • Gabriella Maria Lesmo, M.D., Settimo Milanese 20019, Italy. Elle exerce dans un centre qui vend le probiotique Bravo de Marco Ruggiero[39][40] qui contient du GcMAF, produit au centre d'un scandale international.
  • Nicola Antonucci, M.D., Bari 70124, Italy. Il est psychiatre et dirige le "Biomedical Center for Autism Research and Treatment"[41] [42].

Nicola Antonucci et Dario Siniscalco ont publié des études sur les cellules souches avec Jeff Bradstreet en vue de traiter des enfants autistes. Antonucci, parfaitement au courant que ce traitement est interdit dans l'UE, accompagne ses petite patients au "Centre de Thérapie Cellulaire EmCell" de Kiev (Ukraine) pour faire faire des transplantations de cellules souches fœtales [43]. Il semble que ce ne soit pas à la satisfaction de tout le monde. Le père d'un enfant autiste, Rocco Urcioli, raconte qu'après avoir essayé en vain toutes les autres voies, il s'est tourné vers le Dr. Antonucci, un spécialiste en psychiatrie et représentant de EmCell, projet de propagation à la Chine, les Emirats Arabes Unis, la Finlande, Chypre et la Corée, qui vise à traiter des maladies telles que le diabète, le sida, la SLA et l'autisme à l'aide d'injections de cellules souches foetales. Le prix est de 12 000€ la perfusion, y compris le voyage et le remboursement pour une escorte médicale, pour l'Italie le Dr Nicola Antonucci. Le père à dépensé au total 300 000€ en traitements divers. L'enfant a reçu à Kiev deux perfusions, il a mal supporté la première et la deuxième n'a eu aucun effet bénéfique [44].

Espagne

D'autre part, il existe une "Asociación para Vencer el Autismo y Trastornos del Desarrollo" (AVA), Membre d'honneur de l'European Forum for Vaccine Vigilance. L'association AVA est présidée par Ana Medina et applique "el Protocolo DAN, confeccionado por el Autism Research Institute que, periódicamente, convoca a los mejores médicos a escala mundial para poner en común los avances que se van produciendo en los tratamientos biológicos de este trastorno."[46]

Pologne

  • Magdalena Cubala-Kucharska, M.D., 02-517 Warsaw (Varsovie). Depuis 2004, elle a été membre du Defeat Autism Now!. Fondatrice (en 2005), propriétaire, directrice médicale du "Arcana Institute of Integrational Medicine" (introuvable sur internet). Elle a travaillé de 2007 à 2009 à l'Autism Treatment Trust de Lorène Amet qui est aussi membre du Defeat Autism Now!. On trouve une seule publication de Mme Cubera mentionné sur le PubMed[47] (ici le texte intégral de cette publication[48]), il s'agit d'une publication datant de 2010 dans la revue scientifique polonaise trimestrielle Acta Neurobiologiae Experimentalis.
    Magdalena Cubala a organisé en 2013 une conférence sur l'autisme à Varsovie[49] où les sujets abordés par les conférenciers étaient:
    Treatment of chronical infections and neuroinfections (Traitement des infections chroniques et des neuro-infections)
    Role of immunological system in autism (Rôle du système immunitaire dans l'autisme)
    Treatment with GcMaf (Traitement avec du GcMaf)
    Stem cells for autism spectrum disorders (Cellules souches pour les troubles du spectre autistique. )
    Allergy, food intolerance, desensitization (Allergie, intolérance alimentaire, désensibilisation)[50][51].
    A propos du GcMAF et des thérapies par cellules souches voir l'article-Psiram Jeff Bradstreet qui pratiquait les deux traitements.
  • Ewa Tomaszewska-Kryk, M.D., (Institute Holistic Medicine, Tychy 43-100) et (Instytut Medycyny Holistycznej Vega Medica, 01-227 Warszawa)

Turquie

Afrique du Sud

Liens externes

Références

  1. http://hopetism.com/dan-practitioners/dan-practitioners-by-country
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 http://www.quackwatch.com/04ConsumerEducation/Nonrecorg/dan/overview.html
  3. http://en.wikipedia.org/wiki/Bernard_Rimland
  4. 4,0 et 4,1 http://www.quackwatch.com/01QuackeryRelatedTopics/hair.html
  5. http://www.quackwatch.com/01QuackeryRelatedTopics/Tests/urine_toxic.html
  6. Brudnak M and others. The Kirkman Guide to Intestinal Health in Autism Spectrum Disorder. Lake Oswego, OR: Kirkman Laboratories, 2001.
  7. http://www.ariconference.com/ari/newsletter/151/page3.pdf Article "Sidney Baker, M.D., and the Medigenesis breakthrough." publié dans Autism Research Review International 15(1):3, 2001
  8. Rimland B. The history of the Autism Research Institute and the Defeat Autism Now! (DAN(!) project. In Edelson SM, Rimland B, editors. Recovering Autistic Children. San Diego, CA: Autism Research Institute, 2006, pp 15-25.
  9. Pangborn J, Baker SM. Autism: Effective Biomedical Treatments. San Diego, CA: Autism Research Institute, Sept, 2005.
  10. Parent ratings of behavioral effects of biomedical interventions. ARI Publication 34, March 2009. (Évaluations parentales des effets sur le comportement des interventions biommédicales)
  11. http://researchautism.net/autism-interventions/our-evaluations-interventions Article "Our Evaluations of Autism Interventions, Treatments and Therapies"
  12. Edelson SM. Telephone conversation with Dr. Stephen Barrett, May 14, 2015.
  13. http://www.bibliotecacochrane.com/pdf/CD003495.pdf Intravenous secretin for autism spectrum disorders (ASD) (Review) Williams Kay, Wray JA, Wheeler DM. The Cochrane Collaboration, 2012
  14. http://www.autismtoday.com/clinician-list.html
  15. Baker SM and others. Defeat Autism Now! Mercury detoxification consensus group position paper. San Diego, CA: Autism Research Institute, May 2001.
  16. 16,0, 16,1 et 16,2 Consensus Position Paper Mercury/Metal Toxicity in Autism, publié par l'Autism Treatment Institute en février 2005
  17. Charlton N, Wallace, KL. Post-chelator challenge urinary metal testing. American Journal of Toxicology 6:74-75, 2010
  18. http://www.chelationwatch.org/reg/oregon_chelation_philosophy.pdf
  19. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24814559 Etude "Vaccines are not associated with autism: an evidence-based meta-analysis of case-control and cohort studies. Auteurs Taylor LE, Swerdfeger AL, Eslick GD. Publiée le 17 juin 2014
  20. http://www.autism-watch.org/about/bio2.shtml Through the Looking Glass: My Involvement with Autism Quackery. James R. Laidler, MD. December 7, 2004
  21. Mumper E. Testimony, May 16, 2008, p. 145. In King v Secretary of Health and Human Services. U.S. Court of Federal Claims case 1:03-vv-00584-UNJ, filed July 1, 2008.
  22. Mumper E. Testimony, May 30, 2008, p. 106. In King v Secretary of Health and Human Services. U.S. Court of Federal Claims case 1:03-vv-00584-UNJ, filed July 1, 2008.
  23. Barrett S. Omnibus Court rules against autism-vaccine link. Autism Watch, Oct 6, 2010.
  24. http://ansm.sante.fr/S-informer/Presse-Communiques-Points-presse/Suspension-de-l-utilisation-des-medicaments-contenant-de-la-pioglitazone-Actos-R-Competact-R-Communique Suspension de l’utilisation des médicaments contenant de la pioglitazone (Actos®, Competact®) - Communiqué publié par l'ANSM le 09/06/2011. (Référence au sujet d'Actos rajoutée par Psiram à l'intention des lecteurs français)
  25. Defeat Autism Now! (DAN!) clinician registry: Implementing the Defeat Autism Now! consensus report. Center for the Study of Autism Web site, archived April 24, 2011.
  26. Moving forward (2011). ARI Web site, accessed May 15, 2015
  27. Site de l'organisation MAPSN de Dan Rossignol
  28. http://www.autism-watch.org/reg/danreg.shtml Article "Government Actions against DAN! Doctors" Stephen Barrett, M.D. Article révisé le 11 juillet 2015.
  29. Barrett S. The Rise and Fall of CARE Clinics and the Center for Autistic Spectrum Disorders (CASD). Autism Watch, Jan 23, 2013.
  30. Barrett S. Lancet retracts Wakefield paper. Autism Watch, May 29, 2010.
  31. Barrett S. Dr. Mark Geier severely criticized. Casewatch, July 11, 2012.
  32. http://www.fda.gov/ForConsumers/ConsumerUpdates/ucm394757.htm Mise en garde "Beware of False or Misleading Claims for Treating Autism" publiée par la FDA le 24 avril 2014
  33. http://www.asatonline.org/for-parents/learn-more-about-specific-treatments/ Page où l'association ASAT (citée par la FDA) donne son avis sur les traitements pour l'autisme (à vérifier, efficace, non-efficace)
  34. http://hopetism.com/dan-practitioners/dan-practitioners-by-country
  35. http://www.kinderaerzte-im-netz.de/aerzte/esser/startseite.html
  36. DAN! Healthcare Practitioner Brigitte Esser M.D.
  37. http://www.noreencronin.com/id1.html
  38. http://www.autismdaneurope.com/docudown/archivio/Curriculum-Vitae.pdf CV de Franco Verzella
  39. https://www.bravo-europe.com/partners/ Voir le site www.naturelifetherapy.com pour l'Italie, qui est celui où exerce Gabriella Maria Lesmo
  40. http://www.naturelifetherapy.com/it/chi-siamo/lo-staff/gabriella-lesmo.ow?pageId=9618
  41. http://www.antonucci.eu/Default.asp?page=641-0 Le site d'Antonucci a été rendu inaccessible le 8 ou le 9 août 2015
  42. http://taodar.wix.com/autism Site en anglais du "Biomedical Center for Autism Research and Treatment" de Nicola Antonucci
  43. http://www.emcell.com/fr/ Page en français du Centre de Thérapie Cellulaire EmCell de Kiev
  44. http://insettopia.it/insettopia-news/notizie-dal-mondo/item/una-cura-per-l-autismo-le-staminali-della-clinica-dell-ultima-speranza (Un remède pour l'autisme, les cellules souches d'une clinique du dernier espoir). (italien)
  45. http://www.medicinadeldesarrollo.com/dra-clavera-ortiz/
  46. http://www.autismoava.org/la-asociacion
  47. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20628438
  48. http://www.ane.pl/pdf/7019.pdf
  49. http://www.konferencjaautyzm.pl/prelegenci-e.php
  50. http://www.konferencjaautyzm.pl/index-e.php
  51. http://www.konferencjaautyzm.pl/program-e.php
  52. http://carinsmit.co.za/
  53. http://carinsmit.co.za/services/chelation-counselling/