Mark Geier

De Psiram
Mark Geier Source: le blog leftbrainrightbrain[1]

Mark Geier (ou Mark R. Geier, en fait Mark Robin Geier)[2], né le 5 mars 1948, Washington, DC, est un médecin américain exerçant en milieu libéral, généticien et témoin professionnel controversé qui a témoigné dans plus de 90 cas concernant des allégations de dommages ou de maladies causées par les vaccins.[3][4] Depuis 2011, la licence médicale de Geier a été suspendue ou révoquée dans tous les états ​​dans lesquels il avait été autorisé en raison des préoccupations au sujet de ses traitements de l'autisme.

Geier et son fils, David Geier, sont fréquemment cités par les tenants de la thèse selon laquelle les vaccins causent l'autisme. La crédibilité de Geier comme témoin expert a été mise en question dans 10 affaires judiciaires. En 2003, un juge a statué que Geier s'est présenté comme un témoin expert dans des "domaines pour lesquels il n'a pas de formation, d'expertise et d'expérience." Dans d'autres cas dans lesquels Geier a témoigné, les juges ont qualifié son témoignage d'«intellectuellement malhonnête», «non- fiable» et «tout à fait non-qualifié." Un autre juge a écrit que Geier "peut être intelligent, mais il n'est pas crédible".

Le travail scientifique de Geier a aussi été critiqué quand l'Institute of Medicine (IOM)[5] a passé en revue l'innocuité des vaccins en 2004, il a rejeté le travail de Geier comme gravement compromis, "non interprétable" et entaché par l'utilisation incorrecte des termes scientifiques.[3] En 2003, l'American Academy of Pediatrics a critiqué une des études de Geier qui affirmait un lien entre les vaccins et l'autisme, comme contenant "de nombreux défauts conceptuels et scientifiques, des omissions de faits, des inexactitudes et des déclarations fausses"[6] Le magazine scientifique international New Scientist[7] a rapporté que le comité d'éthique de la recherche qui a approuvé certaines des expériences cliniques de Geier avec des enfants autistes était situé à adresse professionnelle de Geier et comprenait Geier [lui-même], son fils et sa femme, un partenaire d'affaires de Geier, et un avocat d'un plaignant impliqué dans une procédure judiciaire à propos de vaccin[8]. En Janvier 2007, l'étude des Geiers père et fils, visant à prouver que la Lupron Therapy était utile pour traiter l'autisme a été retractée par le journal Autoimmunity Reviews.[4][9]

Préambule

Mark Geier, un inconditionnel de la théorie d'Andrew Wakefield (vaccin = Thimérosal = mercure = intoxication par les métaux lourds = autisme), par ses publications d' "études" dans des revues ou des journaux plus ou moins fiables, sert de référence à tous les tenants de cette théorie, dont des organisations US comme l'Autism Research Institute (ARI), Autism One, Generation Rescue etc. En plus de ses publications, il prônait et pratiquait en dehors de toute règle éthique la thérapie par chélation qui est aussi conseillée par ses diverses organisations.

Il se trouve que cette thérapie par chélation est pratiquée (à distance par téléphone, mail et skype) conjointement par deux françaises, également en dehors de toute règle éthique, à partir de la France et de l'Écosse, à savoir, par Corinne Skorupka, docteur radiée de l'ordre des médecins et présidente de l'association Ariane et Lorène Amet, et par la principale scientifique du très critiqué Autism Treatement Trust à Edinburgh, toutes deux Dan! praticiennes (une émanation de l'Autism Research Institute) déjà cité.

De même que les diverses "études" des Geiers, celle de 2006 de Robert Nataf, Corinne Skorupka, Lorène Amet, Alain Lam, Anthéa Springbett et Richard Lathe "Porphyrines urinaires et autisme infantile : l’incidence d’une intoxication environnementale" sert de référence au même public [10]. Or Robert Nataf est le directeur du laboratoire Philippe Auguste de Paris où se font principalement les tests servant de base aux thérapies par chélation que pratiquent Me Skorupka.

Les points de vue et les pratiques de Mark Geier et de Robert Nataf étant proches, il n'est pas surprenant de les trouver co-auteurs d'une étude controversée "Biomarkers of Environmental Toxicity Susceptibilty in Autism" avec les Geiers[11] publiée en 2008, de les voir figurer tous les deux ensemble en diverses occasions, par exemple à la conférence d'Autism One de 2007 (le même jour 26 mai se succèdent à la tribune Robert Nataf, Andrew Wakefield, le Dr. Dan Rossignol, le Dr. Jim Adams, le Dr. Richard Deth et le Dr. Mark & David Geier[12]) et sur la vidéo 2 faisant partie des 9 vidéos rediffusant le film franco-canadien Silence, on vaccine sorti fin 2009. Apparaissent sur cette vidéo les Geier, père et fils, et Robert Nataf[13]. Évidemment, sur une des autres vidéos de cette redifusion du film Silence, on tourne figure Andrew Wakefield lui-même. Cette proximité de Robert Nataf avec les Geiers et les organisations déjà citées ont valu à celui-ci un article dans le wikipedia-anglais.[14]

Les autorités de santé des USA ont supprimé le thimérosal dans presque tous les vaccins pour enfants en 2001, non parce qu'elles soupçonnaient un quelconque danger, mais pour calmer les inquiétudes du public anti-vaccination. Depuis, le nombre de cas d'autisme a continué d'augmenter de façon importante, prouvant à postiori que la théorie de [[Andrew Wakefield|Wakefied]) était de toute évidence fausse. Les parents d'autistes et d'enfants atteints de troubles apparentés n'en continuent pas moins à accuser les vaccinations, à se précipiter vers des thérapies alternatives dangereuses et à se joindre aux opposants farouches à la vaccination.

Carrière

Dans les années 1970 et 1980, Mark Geier, au Laboratory of General and Comparative Biochemistry (Laboratoire de biochimie générale et comparée), National Institutes of Health[15], était un étudiant-chercheur de 1969-1970, un généticien de recherche de 1971-1973, un chercheur titulaire de 1973-1974, dans le personnel d'encadrement de 1974-1978, et un travailleur invité de 1980-1982. Il s'est penché sur les questions de l'innocuité des vaccins depuis.[3] Il est membre de l'American College of Medical Genetics.

Il est actuellement un généticien indépendant et, avec son fils David Geier, à partir de son adresse privée dans le Maryland, il exploite plusieurs organisations, y compris l'Institute for Chronic Illness and the Genetic Centers of America (Institut pour la Maladie Chronique et les Centres Génétiques de Amérique). Comme témoin professionnel, il a témoigné dans plus de 90 affaires de vaccins, à l'appui de l'opinion selon laquelle il existe un lien évident entre le thiomersal et l'autisme.[3]

Recherche

En 1970, lorsqu'il était à l'Institut national de la santé mentale, Geier a été co-auteur d'une étude publiée dans Nature rapportant la première expérience réussie de génie génétique dans laquelle le bactériophage Lambda portant le galactose opéron a corrigé l'incapacité des cellules en culture tissulaire d'un patient souffrant de galactosémie à métaboliser le sucre de lait galactose.[16] Ce travail a suscité beaucoup d'attention, et, en conséquence, l'équipe de recherche a fait l'objet d'articles dans Newsweek et le New York Times.[17]

Geier a co-écrit l'article, "The true story of pertussis vaccination: a sordid legacy?" (L'histoire vraie de la vaccination contre la coqueluche : un héritage sordide ?"[18] Hist Med Allied Sci qui a gagné le prix Stanley Jackson 2003 pour les articles publiés dans le Journal of the History of Medicine and Allied Sciences (Le journal de l'histoire de la médecine et des sciences connexes).

Geier a publié plusieurs articles spéculatifs avec son fils David Geier suggérant une relation entre l'exposition au mercure pendant la petite enfance et l'apparition de troubles du développement neurologique ainsi qu'un certain nombre d'études épidémiologiques qui en venaient à la même conclusion.[19][20][21].

Controverses

Mark Geier et son fils ont publié plusieurs articles spéculatifs sur un lien possible entre les troubles du spectre autistique et les vaccins qui contiennent du thimérosal[22], générant une controverse[23]. L'American Academy of Pediatrics conteste la conclusion de l'article des Geiers affirmant une corrélation entre le thimérosal et l'autisme, et l'a critiquée pour "de nombreux défauts conceptuels et scientifiques, des omissions de faits, des inexactitudes et des déclarations fausses".[6]

Accès limité aux dossiers Vaccine Safety Datalink

Il avait été accordé aux Geiers l’accès aux dossiers Vaccine Safety Datalink[24], [20] mais le National Immunization Program (programme national de vaccination) a constaté que lors de la première visite, les chercheurs ont fait une analyse non autorisée de leurs bases de données (croisement et fusion de plusieurs bases de données), et, à la deuxième visite, ils ont tenté de faire des analyses non approuvées, mais n'ont pas pu achever cette tentative. Cette analyse, si elle avait été achevée, aurait augmenté le risque d'une violation de confidentialité. Avant de partir, les chercheurs ont renommés des fichiers pour les supprimer (en les dotant de l'extention ".SAS"), fichiers qu'on n'était pas autorisés à supprimer. Si cela n'avait pas été détecté, cela aurait constitué une violation des règles de confidentialité[24].

Lupron

Les états des USA où Mark Geier avait obtenu des licenses pour exercer la médecine Source le site web harpocratesspeaks.com[25]
Maison principale de Mark Geier dans l'état du Maryland Source [26]
Maison secondaire de Mark Geier en Floride Source[26]

Les Geiers ont développé un protocole pour le traitement de l'autisme qui utilise le médicament Lupron qui agit comme une castration chimique. Mark Geier a appelé le Lupron le "médicament miracle" et les Geiers ont commercialisé le protocole aux États-Unis.[27] Les Geiers ont déposé quatre demandes de brevet aux États-Unis pour l'utilisation du Lupron en association avec la thérapie par chélation comme protocole de traitement de l'autisme basé sur l'hypothèse que le «testostérone mercure" avec de faibles niveaux de glutathion bloque la conversion du DHEA en DHEA-S et augmente donc les androgènes qui, à leur tour, baisse encore plus le niveau du glutathion, fournissant en fin de compte une connexion entre l'autisme, l'exposition au mercure, et l'hyper-androgénicité, la puberté particulièrement précoce.[28][29][30][31]

Selon les endocrinologues pédiatriques experts, le protocole Lupron pour l'autisme est étayée uniquement par de la science de caniveau (pseudo-science, science de pacotille).[27] La réaction du mercure et de la testostérone que le traitement est destiné à traiter est en fait basée sur un protocole utilisé pour créer des cristaux de testostérone pour une utilisation en cristallographie aux rayons X plutôt qu'un processus physiologique qui se produit dans le corps humain. [32] Bien que Abbott Laboratories vende du Lupron aux États-Unis et ait coopéré avec les Geiers dans l'une des demandes de brevet, il ne continue plus à travailler avec eux citant l'inexistence de preuves scientifiques pour justifier des recherches plus approfondies.[33]

Lors du traitement d'un enfant autiste, les Geiers ont ordonné plusieurs douzaine de tests de laboratoire coûtant 12,000 $ : si au moins un résultat concernant la testostérone est anormal, les Geiers envisagent des traitements avec du Lupron en utilisant 10 fois la dose quotidienne utilisée habituellement pour traiter la puberté précoce. Le traitement coûte environ 5000 $ par mois. Les Geiers recommandent de commencer le traitement sur des enfants aussi jeunes que possible, et disent que certains ont besoin de traitement jusqu'à l'âge adulte.[27]

A propos du Lupron

Lupron[34] est le nom commercial du Leuprorelin (ou acétate de leuprolide) fabriqué par Abbott Laboratories (USA). Ce médicament, aussi proposé par d'autres laboratoires pharmaceutiques sous d'autres noms, est utilisé pour des applications cliniques diverses dont le traitement du cancer de la prostate, l'endométriose, les fibromes utérins, la puberté précoce et dans les techniques de fécondation in vitro. Il sert aussi à la castration chimique des délinquants sexuels. Ses effets secondaires sont nombreux à court terme (migraine, nausées, bouffées de chaleur, myalgies, insomnies, dépression, prise de poids) et à long terme (atrophie des organes génitaux)[35], et aussi pour le coeur et les os..[36]

Témoignage en tant que témoin expert

Geier a été qualifié comme témoin expert à la Federal Court[37] et a été accepté comme témoin expert dans environ 100 auditions pour des parents qui cherchaient à obtenir des compensations du National Vaccine Injury Compensation Program[38] pour des accidents vaccinaux présumés chez leurs enfants. Dans 10 de ces cas, soit le témoignage de l'avis du dr Geier a été exclu, soit il lui a été accordé que "peu ou pas de poids" se fondant sur le fait qu'il témoignait au-delà de son expertise.[39][40]

Autorisations d'exercer la médecine révoquées

La license de Mark Geier pour exercer la médecine a été révoquée

Le 27 Avril 2011, le Maryland State Board of Physicians (équivalent de notre ordre national des médecins) a suspendu la licence médicale de Mark Geier par "mesure d'urgence", disant qu'il "met en danger les enfants autistes et exploite leurs parents en administrant aux enfants un protocole de traitement qui présente un risque substantiel connu de dommages graves et qui n'est ni conforme à la médecine fondée sur les preuves ni généralement accepté dans la communauté scientifique elle-même".[41] Le conseil a jugé que Geier avait mal diagnostiqué les patients, diagnostiqué les patients sans avoir fait des tests suffisants, et qu'il recommandait des traitements risqués sans expliquer pleinement les risques aux parents. Il a également jugé qu'il a menti sur ses lettres de créance (Geier disait faussement qu'il était généticien et épidémiologiste), y compris lors d'un entretien avec le jury (du conseil des médecins du Maryland). L'avocat de Geier, Joseph A. Schwartz III dit que la base de la plainte était un «différend de bonne foi par rapport au traitement", et qu'il espère obtenir une audience équitable pour contester les accusations du conseil.[36]

La suspension a été réaffirmé en mai 2011,[42] et confirmé en appel en mars 2012, après une audition complète des preuves complète devant l'Office of Administrative Hearings (le Bureau des audiences administratives du Maryland).[43] Les licences (les autorisations) de Geier à pratiquer la médecine dans les États de Washington,[44] Virginie[45] et de Californie[46] ont également été suspendues. Le 15 Juin 2012, Geier a été accusé de violation de la suspension (de l'autorisation d'excercer la médecine) du Maryland en continuant à pratiquer la médecine sans autorisation.[47] Le 22 Août 2012, le permis de Geier a été officiellement révoqué par le Maryland State Board of Physicians (Conseil national de l'ordre des médecins du Maryland)[48] Le 5 Novembre 2012, le Missouri Medical board (Conseil de l'ordre des médecins du Missouri) et l'Illinois Department of Financial and Professional Regulation (le département de la régulation financière et professionnelle de l'Illinois) ont révoqué la licence de Geier, tous deux citant les mesures prises par le Maryland State Board of Physicians[49] Le 4 novembre 2013, la dernière licence médicale de Geier aux États-Unis a été révoquée par state medical board of Hawaii (le conseil de l'ordre des médecins d'Hawaii)[50]

La licence d'un collaborateur de Mark Geier a aussi été révoquée

En février 2013, le Maryland State Board of Physicians (Conseil de l'Ordre des médecins de l'état du Maryland) a suspendu par mesure d'urgence la licence de John Ling Young, MD après avoir conclu qu'il avait traité de manière inadéquate neuf patients et représentait un danger pour le public. L'ordre de suspension indique :

De 1980 à Avril 2011, Young avait conclu un partenariat de pratique médicale avec Mark A. Geier, MD. En Avril 2011, le conseil avait suspendu par mesure d'urgence le permis de Geier après avoir conclu qu'il avait administré du Lupron et pratiqué des thérapies par chélation de manière inappropriée à des enfants autistes qu'il avait omis d'examiner et de surveiller de façon adéquate. En 2012, le permis de Geier avait été révoqué.

Young avait obtenu un permis de délivrance de médicaments afin qu'il puisse prendre en charge les soins d'un grand nombre de patients de Geier, et il a admis que certaines prescriptions étaient fondées sur les recommandations faites par Geier après qu'il eut été suspendu. Young avait également obtenu des licences dans d'autres Etats dans lesquels existent des cliniques détenues par Geier.

Les patients traités avec ces prescriptions vivaient hors du Maryland, et Young, conformément aux règlements de télémédecine du Maryland, n'avait pas le droit légal de les traiter.

Young n'a examiné aucun des patients, n'a fourni aucune documentation (médicale) justifiant son traitement et n'a pas pu expliquer de façon adéquate le raisonnement derrière ses traitements.

En Mars 2013, après la tenue d'une audience avec l'avocat de Young, le conseil a rendu la suspension définitive. Ses licences dans d'autres Etats sont expirées, ou ont été suspendues, ou sont susceptibles d'être suspendues dans un proche avenir.[51][52]

David Geier

Le 16 mai 2011, David Geier, le fils de Mark Geier, a été accusé par le Maryland State Board of Physicians de pratiquer la médecine comme s'il était un médecin diplômé (accusation de pratique illégale de la médecine) alors qu'il a seulement un diplôme de bachelier ès art en biologie (équivalent d'une licence en France, c'est à dire de 3 années d'études universitaires),[53] et a été condamné à une amende 10,000 $ en juillet 2012.[49]

CoMeD (Coalition for Mercury free Drugs)

David A. Geier est le vice-président de CoMeD (Coalition pour des médicaments sans mercure), fondé en 2004 par les deux Geier, Mark Geier en était précédement le président et actuellement le trésorier[54][55], un cabinet de conseil médico-légal qui aide des plaignants d'accidents vaccinaux à essayer d'obtenir des fonds tant du Programme national Vaccine Injury Compensation (programme national américain d'indemnisation pour préjudice causé par la vaccination) que par le litige civil. Dans un document émis par CoMeD[56] il est question de deux études, celle de Robert Nataf de 2006 et une étude intitulée "Autistic Children Clinically Provende Mercury Poisened" des deux Geier datant aussi de 2006, puis il est dit "Tout d'abord, l'étude de Geier et Geier [2006] confirme les résultats de Nataf et al. [2006]. Puisque Geier et Geier en 2006 ont utilisé un laboratoire d'essai clinique différent, "LabCorp inc." que Nataf et al. 2006, «Laboratoire Philippe Auguste", il est évident pour tout scientifique que ce que Geier et Geier en 2006 avaient l'intention de réaliser était de confirmer les conclusions de Nataf et al. à l'aide d'un laboratoire de test différent et des enfants différents et pas une réplication de l'étude de Nataf comme le rédacteur (de la lettre) l'affirme. La suite est une comparaison des deux études.

CoMeD fait même de la publicité, sur son site web, pour le Laboratoire Philippe Auguste de Robert Nataf[57] et le livre de Richard Lathe, qui est co-auteur de l'étude de Nataf-Skorupka-Lorène Amet.[58]

Sur le site web leftbrainrightbrain, se trouve un article "Tax forms for CoMed (a Geier nonprofit)", en clair une étude des formulaires fiscaux de CoMeD qui est supposé être une association charitable sans but lucratif. On y découvre la composition du staff de CoMeD, Mark Geier, David Geier, Lisa Sykes et Paul King, et comment sont organisées les finances de l'organisme. Les fonds proviennent des ASD Centers, de l'Institute for Chronic Illness et de MEDCON qui sont tous dirigés par les Geiers. Donc, CoMeD est dirigé par et financé en grande partie par les Geiers. CoMeD utilise apparemment son argent à payer les voyages en avion des Geiers, à payer les avocats, et, de plus, à payer aux Geiers de petits honoraires. Mais comme ils sont les principaux donateurs, CoMeD paie les Geiers avec leur propre argent. Plus de l'impression et des publications. [...] En conclusion : si vous voulez payer pour que les Geiers voyagent de par le monde, payez les avocats et payer les eux-mêmes, ceci pourrait être votre contribution charitable[59].

L'avis d'un Spécial Master de l'Omnibus Autism Proceeding sur les études des Geier [60]

L'Omnibus Autism Proceeding est le nom d'un procès fleuve au sujet des vaccins qui auraient causé des cas d'autisme. Trois Special Masters avaient été nommés, un pour chaque hypothèse de cause (le ROR, le Thimérosal contenu dans les vaccins, les vaccins). En effet, devant le nombre de plaintes, il avait été décidé de classer les plaintes selon trois catégories types.

Communiqué ayant pour en-tête: In the United States Court of Federal Claims (un tribunal fédéral des États-Unis qui entend créances pécuniaires contre le gouvernement américain), bureau des Maîtres spéciaux.

Ce communiqué contient le jugement de Hastings, un de ces Special Masters, dans le cas des pétitionnaires (les plaignants), Fred King and Mylinda King, parents of Jordan King, un mineur, qui attribuaient l'autisme de leur enfant au Thimerosal. Le Special Master examine tous les documents présentés par les plaignants à l'appui de cette hypothèse, puis celles des Geier, bien que les plaigants n'aient pas eux-mêmes jugé bon de s'y référer. Voir les pages 86 et 87. Hastings a examiné 10 études des Geier - dont celle-ci "David A. Geier & Mark R. Geier, An Assessment of the Impact of Thimerosal on Childhood Neurodevelopmental Disorders, 6 Pedriatic Rehabilitation 97 (2003)". Son jugement est sévère:

Après mûre réflexion, je conclus qu'il ne peut être accordé aucun poids aux études Geier.
Un certain nombre de ces études ont été examinés par le comité de l'Institute of Medicine (IOM) qui a étudié pleinement toute la question de la causalité de l'autisme thimérosal en 2004. Ce comité a conclu que les études présentaient des défauts au point d'être "ininterprétables", et que les études ont contribué en rien de significatif («non contributif») concernant la question de la causalité. Le Comité a noté que les études étaient fondées sur des bases de données qui avaient des «limitations substantielles», et que les études avaient "de sérieux problèmes méthodologiques» ou de «graves limitations méthodologiques». Le comité a ajouté que les articles des Geier décrivant leurs méthodes analytiques étaient «non transparentes» et avaient omis des "détails importants ", si bien qu'il était impossible d'évaluer les études. D'autres carences spécifiques dans les études ont également été discutées, notamment le fait que les Geier ont utilisé incorrectement plusieurs termes épidémiologiques et mesures.
De plus, le Dr Fombonne [61]était d'accord avec les critiques de l'OIM des études Geier, et a testifié que les études Geier en général n'utilisaient pas des méthodes épidémiologiques acceptées. Le Dr Rutter était également critique des études Geier. En outre, le Dr. Greenland, le propre témoin expert des pétitionnaires concernant l'épidémiologie, était d'accord avec les critiques des articles Geier, reconnaissant que ces études sont «déficientes dans la méthodologie». Et aucun des témoins experts pour les pétitionnaires ne s'est porté garant de la fiabilité des études Geier.
J'ai examiné les études publiées Geier [qui avaient été] discutées dans le rapport de l'IOM en 2004, et je suis d'accord avec l'analyse de ces études énoncée dans ce rapport de l'OIM. De plus, j'ai examiné d'autres études publiées par les Geier depuis le rapport de l'IOM de 2004, et constaté que ces études souffrent du même type de défauts que les études Geier antérieures. Ce point de vue comprend une étude publiée en 2008 par les Geier, avec Young en tant que troisième auteur. Deux des experts des défendeurs, les Drs. Fombonne et Rutter, ont témoigné que cette étude de 2008 était de nouveau profondément viciée, et ces experts ont fourni un certain nombre d'exemples concrets des défauts dans l'étude. Et, encore une fois, aucun des experts des requérants n'a témoigné à l'appui de cette étude de 2008 Young, Geier, et Geier.
En résumé, je conclus que toutes les études épidémiologiques Geier sont non-fiables, et qu'il ne peut leur être accordé aucun poids.

On peut trouver une traduction en français de l'étude ci-dessus citée et étudiée par le Special Master Hastings "David A. Geier & Mark R. Geier, An Assessment of the Impact of Thimerosal on Childhood Neurodevelopmental Disorders, 6 Pedriatic Rehabilitation 97 (2003)" sur un des sites web de l'association Stelior d'Elke Arod[62].

Liens externes

Stephen Barrett, M.D.

Références

  1. Article intitulé "Autism doctor with clinic in St. Peters under scrutiny" (Le médecin de l'autisme et la clinique de Saint-Peters sous surveillance) et publié dans le journal St. Louis (Missouri) le 28 juillet 2011.
  2. Article sur Mark Geier dans le wikipedia-anglais
  3. 3,0, 3,1, 3,2 et 3,3 http://www.nytimes.com/2005/06/25/science/25autism.html?pagewanted=all&_r=1& Article "On autism's cause, it's parents vs. research" (Dans la cause de l'autisme, c'est les parents contre la recherche), signé Gardiner Harris et Anahad O'Connor et publié dans le New York Times le 25 juin 2005.
  4. 4,0 et 4,1 http://www.bmj.com/content/334/7595/666 Résumé de l'article intitulé "What makes an expert?" (Qu'est ce qui fait un expert ?) publié dans The New scientist le 29 mars 2009.
  5. https://en.wikipedia.org/wiki/Institute_of_Medicine
  6. 6,0 et 6,1 http://web.archive.org/web/20030604060812/http://aap.org/profed/thimaut-may03.htm Article "Study fails to show a connection between thimerosal and autism." (L'étude ne parvient pas à établir un lien entre le thimérosal et l'autisme), publié dans l'American Academy of Pediatrics le 16 mai 2003.
  7. https://fr.wikipedia.org/wiki/New_Scientist
  8. http://www.newscientist.com/data/pdf/press/2609/260906.pdf Article intitulé "US vaccines on trial over link to autism. A question mark hangs over the credentials of experts advising parents in the latest autism court case", signé Jim Giles et publié dans le New Scientist le 23 juin 2007.
  9. http://briandeer.com/wakefield/geier-mark.pdf L'intégralité de l'étude des Geiers de 2006 intitulée "The biochemical basis and treatment of autism: Interactions between mercury, transsulfuration, and androgens" et rétractée par le journal Autoimmunity Reviews
  10. http://www.autism.com/ari/newsletter/202/page1.pdf Journal de l'Autism Research Institute où l'étude de Robert Nataf and al de 2006 sert de référence
  11. http://www.drd411.com/storage/documents/Biomarkers_of_Environmental_Toxicity__Susceptibilty_in_Autism_In_Press1.pdf
  12. http://adventuresinautism.blogspot.fr/2007/05/autism-one-conference-updates.html Programme de la conférence d'Autism One du 25 au 27 mai 2007
  13. Vidéo 2 faisant partie des 9 vidéos qui rediffusent le film "Silence, on vaccine".
  14. https://en.wikipedia.org/wiki/Robert_Nataf Article sur Robert Nataf dans le wikipedia anglais
  15. https://fr.wikipedia.org/wiki/National_Institutes_of_Health
  16. http://www.nature.com/nature/journal/v233/n5319/abs/233398a0.html
  17. http://abcnews.go.com/Nightline/story?id=3317576&page=1 Article "Researchers Raise Eyebrows With Autism Findings", signé John Donovan et co-auteurs, publié dans ABC News le 26 juin 2007
  18. http://jhmas.oxfordjournals.org/content/57/3/249 Article intitulé "The true story of pertussis vaccination: a sordid legacy ?" publié dans le Journal of the History of Medicine and Allied Science en 2002. (accès à l'article payant)
  19. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12773696 Etude intitulée "Neurodevelopmental disorders after thimerosal-containing vaccines: a brief communication" publiée dans Experimental biologie and medicine (Maywood) en juin 2003
  20. http://www.jpands.org/vol11no1/geier.pdf Etude intitulée "Early Downward Trends in Neurodevelopmental Disorders Following Removal of Thimerosal-Containing Vaccines (Les premières tendances à la baisse des troubles du développement neurologique après le retrait des vaccins contenant du thimérosal) publiée dans le Med. Sci. Monit en juin 2006
  21. http://www.jns-journal.com/article/S0022-510X(08)00157-3/abstract Etude intitulée "Thimerosal exposure in infants and neurodevelopmental disorders: an assessment of computerized medical records in the Vaccine Safety Datalink" publiée dans le Journal of the Neurological Sciences le 15 août 2008
  22. http://www.medical-hypotheses.com/article/S0306-9877(04)00615-2/abstract Article "The potential importance of steroids in the treatment of autistic spectrum disorders and other disorders involving mercury toxicity" (L'importance potentielle de stéroïdes dans le traitement de troubles du spectre autistique et autres troubles impliquant la toxicité du mercure) publié dans Medical Hypotheses (Pages 946-954) en 2005.
    L'autisme est un trouble neurologique qui selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC ) affecte 1 enfant sur 150 aux États-Unis. L'autisme est caractérisé par des déficiences dans les interactions sociales et de la communication, des comportements répétitifs, des mouvements anormaux, et des dysfonctions sensorielles. De nouvelles preuves récentes suggèrent que le mercure, notamment celui des vaccins pour enfants, semble être un facteur dans le développement des troubles autistiques, et que les enfants autistes ont une charge corporelle de mercure plus haute que la normale. En ce qui concerne la toxicité du mercure, il a été montré précédemment que la testostérone potentialise significativement la toxicité du mercure, tandis que l'oestrogène est protecteur. L'examen des enfants autistes ont montré que la sévérité des troubles autistiques est en corrélation avec la quantité de testostérone présente dans le liquide amniotique, et l'examen d'une série de cas d'enfants autistes a montré que certains ont des concentrations plasmatiques de testostérone qui étaient significativement élevés en comparaison avec les enfants témoins neurotypiques. Un examen de certaines des thérapies biomédicales actuelles pour les autistes, comme le glutathion et la cystéine, la chélation, la sécrétine, et l'hormone de croissance, suggère qu'ils peuvent en fait faire baisser les niveaux de testostérone. Nous émettons l'hypothèse médicale que les troubles autistiques, en fait, représentent une forme de toxicité mercure-testostérone, et, sur la base de ce constat, on peut concevoir de nouveaux traitements pour autistes axés sur les niveaux plus élevés de testostérone chez les enfants autistes. Nous suggérons une série d'expériences qui devraient être conduites pour évaluer les mécanismes exacts de la toxicité mercure-testostérone et les divers types de manipulations cliniques qui peuvent être utilisées pour contrôler les niveaux de testostérone. On espère, en concevant des thérapies qui s’adressent aux voies des hormones stéroïdes, en addition aux traitements actuels qui réussissent à baisser la charge corporelle des métaux lourds de mercure, qu’elles travailleront en synergie pour améliorer les résultats cliniques. Sachant qu'il existe un certain nombre d'autres maladies qui peuvent avoir une composante chronique de la toxicité du mercure, tels que la maladie d'Alzheimer, la maladie cardiaque, l'obésité, la SLA, l'asthme, et autres diverses formes de troubles auto-immunes, il est impératif que d'autres recherches soient entreprises pour comprendre la toxicité du mercure-testostérone.
  23. http://www.slate.com/articles/health_and_science/medical_examiner/2007/05/thimerosal_on_trial.html Article "Thimerosal on Trial. The theory that vaccines cause autism goes to court." signé Arthur Allen publié dans Medical Examiner le 28 mai 2007.
    [...] Malgré toute la mauvaise publicité, Geier s'est récemment investi dans un nouveau domaine en devenant médecin pour enfants autistes. Geier affirme avoir traité 120 enfants dans les deux dernières années et demie avec un ensemble puissant de médicaments qu'il appelle le "protocole Lupron". Le Lupron, le nom commercial de l'acétate de luprolide, est une hormone synthétique le plus souvent utilisé pour traiter le cancer de la prostate ou pour procéder à la castration chimique des délinquants sexuels. Il n'est prescrit pour les enfants que pour traiter la puberté précoce, une maladie rare chez les garçons. [...]
  24. 24,0 et 24,1 http://www.casewatch.org/fdawarning/rsch/geier.shtml
  25. http://www.harpocratesspeaks.com/2011/08/map-of-mark-geier-medical-licenses.html
  26. 26,0 et 26,1 http://leftbrainrightbrain.co.uk/category/vaccines/mercury/geier/Maison
  27. 27,0, 27,1 et 27,2 http://www.chicagotribune.com/health/chi-autism-lupron-may21,0,242705.story Article intitulé "'Miracle drug' called junk science" ('Médicament miracle' appelé science de caniveau), signé Trine Tsouderos et publié dans le Chicago Tribune le 21 mai 2009.
  28. US Patent application 20120129773 24 mai 2012
  29. US Patent application 20070254314 1er novembre 2007
  30. US Patent application 20060058271 16 mars 2006
  31. US Patent application 20060058241 16 mars 2006
  32. Offit, Paul. 2008. Autism's False Prophets, p. 141
  33. http://www.chicagotribune.com/health/chi-autism-lupron-geiers-may21,0,983359.story Article intitulé "Physician team's crusade shows cracks. Dr. Mark Geier and son David tout powerful drug Lupron, but scientists see serious flaws in their research." (La croisade de l'équipe de médecins présente des failles. Le Dr Mark Geier et son fils David vantent les mérites du puissant médicament Lupron, mais les scientifiques voient des défauts sérieux dans leur recherche.) Par Steve Mills and Tim Jones. Publié le 21 mai 2009
  34. https://en.wikipedia.org/wiki/Lupron
  35. http://www.abbvie.ca/content/dam/abbviecorp/ca/fr/docs/LUPRON_ENDO_PM_FR.pdf Fiche technique en français d'une des formes du lupron. Voir page 15 pour les effets secondaires à court terme
  36. 36,0 et 36,1 http://www.chicagotribune.com/health/ct-met-autism-doctor-geier-watchdog-20110504,0,7727616.story Article intitulé "Trib Update: Md. suspends autism doctor's license" et sous-titré "Board: Drug therapy for children with autism was risky", signé par Steve Mills et Patricia Callahan et publié dans le Chicago Tribune le 4 mai 2011
  37. United States District Court, Western District of Washington at Seattle in James E. Franics, Plaintiff, v. Maersk Lines, Limited, et al., Defendants (Case No. C03-2898C)
  38. https://en.wikipedia.org/wiki/National_Vaccine_Injury_Compensation_Program
  39. http://www.gpo.gov/fdsys/pkg/USCOURTS-ncmd-1_03-cv-00669/pdf/USCOURTS-ncmd-1_03-cv-00669-1.pdf Voir page 9
  40. Dr. Mark Geier Severely Criticized Stephen Barrett, M.D., casewatch.org
  41. https://www.mbp.state.md.us/bpqapp/Orders/D2425004.271.PDF Ordonnance du conseil (de l'Ordre des médecins du Maryland) du 27 avril 2011.
  42. http://www.chicagotribune.com/health/ct-nw-autism-doctor-hearing-20110511,0,1449963.story Article intitulé "Maryland medical board upholds autism doctor's suspension" (Le conseil de l'ordre des médecins du Maryland réaffirme la suspension du médecin de l'autisme), signé Trine Tsouderos et Meredith Cohn, publié dans le Chicago Tribune le 11 mai 2011.
  43. Decision finale et ordonnance du conseil de l'ordre des médecins du Maryland prise le 26 septembre 2011.
  44. Article intitulé "Controverisal autism doctor suspended in Washington", signé VANESSA HO, SEATTLEPI.COM STAFF, publié par SEATTLEPI le 27 mai 2011.
  45. Suspension de l'autorisation d'exercer la médecine en Virginie le 9 juin 2011.
  46. http://archive.today/39Xk Suspension de l'autorisation d'exercer la médecine en Californie le 31 mai 2012
  47. Accusation le 15 juin 2012 : Violation de la suspension et exercice illicite de la médecine dans le Maryland.
  48. Révocation de la license (autorisation) d'exercer la médecine au Maryland le 22 août 2012.
  49. 49,0 et 49,1 http://articles.chicagotribune.com/2012-11-05/news/ct-met-autism-doctor-20121106_1_autism-doctor-david-geier-mark-geier Article intitulé "Autism doctor loses license in Illinois, Missouri" (Le docteur de l'autisme perd sa license dans l'Illinois et le Missouri), signé Deborah L. Shelton et publié dans le Chicago Tribune le 5 novembre 2012.
  50. Décision finale des autorités officielles de l'état d'Hawaii au sujet de la license d'exercer la médecine de Mark Geier dans l'état d'Hawaii
  51. http://www.casewatch.org/board/med/young/suspension.shtml
  52. http://www.harpocratesspeaks.com/2013/03/the-continuing-fall-of-house-of-geier.html La maison Geier continue à s'écrouler
  53. Accusation par le conseil de l'Ordre des médecins du Maryland d'exercice illégal de la médecine à l'encontre de David Geier Maryland State Board of Physicians, p. 2, point #1 of chapter "Allegations of Fact"
  54. http://www.quackwatch.com/04ConsumerEducation/Nonrecorg/comed.html
  55. http://leftbrainrightbrain.co.uk/2013/02/17/tax-forms-for-comed-a-geier-nonprofit/ Divers renseignements sur CoMedD et les personnes qui composent cet organisem
  56. Un document émis par CoMeD.
  57. http://mercury-freedrugs.org/docs/LaboratoirePhilippeAugusteTestingInformation1.pdf Publicité, dans le site web de CoMeD, pour le laboratoire Philippe Auguste de Paris
  58. http://mercury-freedrugs.org/docs/EvolvingViewsOnTheCausesOfAutisticSpectrumDisorders.pdf Publicité, dans le site web de CoMeD, pour le livre "Autism, Brain and Environment" de Richard Lathe
  59. http://leftbrainrightbrain.co.uk/2013/02/17/tax-forms-for-comed-a-geier-nonprofit/
  60. http://www.autism-watch.org/omniubus/king.pdf Publié le 12 mars 2010
  61. https://en.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Fombonne (Voir de préférence l'article à propos de Éric Fombonne sur le wikipedia anglais, celui sur le wikipedia français étant beaucoup plus succinct)
  62. http://www.http://www.hyperactif.net/images/Geier.pdf
Cet article est partiellement ou en totalité issu d'un article du Wikipédia anglais