Mualla McManus

De Psiram
Mualla McManus
Capture d'écran sur la video Lyme Disease in Australia[1]

Mualla McManus est une australienne, docteur en pharmacie, membre de la Tick Borne Diseases Unit de la School of Medical Sciences (Pharmacology) de l'Université de Sydney. Elle est également directrice fondatrice de la Fondation Karl McManus (KMF), directrice de la pharmacie Gold Cross de Redfern en Nouvelle-Galles du Sud (Australie) et fait partie des directeurs de l'ILADS.[2]

Description de la maladie et du décès de Karl McManus par Mualla McManus, sa veuve

Traduction Deepl:

Karl McManus a été mordu à la poitrine par une tique en juillet 2007 dans un parc animalier sur les plages du nord de Sydney. Une semaine plus tard, il a développé des symptômes semblables à ceux de la grippe, mais en raison d'un manque de connaissances sur les maladies transmises par les tiques en Australie, les signes révélateurs et la gravité potentielle de la morsure de tique ont été négligés.

Cinq semaines plus tard, Karl a éprouvé d'autres symptômes d'une maladie transmise par les tiques : des crises de sueur, des contractions musculaires, des sautes d'humeur et un assombrissement de son teint. Il est devenu sensible à la lumière et au bruit et a refusé de voir ses amis. Il a commencé à perdre de la dextérité dans les doigts de sa main gauche et a également commencé à perdre ses muscles.

En novembre 2007, Karl a consulté un neurologue qui a reconnu qu'il souffrait d'atrophie musculaire et de contractions musculaires, mais qui a diagnostiqué chez Karl une neuropathie motrice multifocale (NPMF) malgré des résultats incohérents. En décembre, Karl a commencé à prendre un agent immunosuppresseur, l'immunoglobuline intraveineuse (IVIg) à forte dose pour le MFMN. Après chaque perfusion, son état s'est aggravé et à la huitième perfusion en mars 2008, sa langue a commencé à trembler.

Les propres recherches de Karl sur Internet indiquaient qu'il avait peut-être la maladie de Lyme ou une forme de borréliose ou une autre maladie transmise par une tique similaire, mais comme l'opinion du gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud (présentée sur son site Web à l'époque) indiquait qu'il n'y avait aucune maladie de Lyme en Australie, il était peu probable que Karl ait la maladie de Lyme.

Ma recherche médicale dans la littérature a trouvé des cas cliniques très similaires à celui de Karl. Tous ces cas présentaient une neuroborréliose (borréliose avec symptômes neurologiques prédominants), mais les tests sanguins ELISA de Karl en Australie sont revenus négatifs pour la maladie de Lyme. Karl a pu constater que son état s'aggravait avec les IgIV, alors ce traitement a été interrompu et l'administration d'antibiotiques a commencé. Il a ensuite subi une réaction d'Herxheimer (qui se produit lorsque de grandes quantités de toxines sont libérées dans le corps lorsque les bactéries sont tuées) ; cette réaction a confirmé que Karl avait une grave infection et venait donc à l'appui du diagnostic de la borréliose. Les antibiotiques ont ensuite été adaptés aux niveaux de tolérance de Karl.

Ce n'est qu'en avril 2008 que le sang de Karl a été envoyé au Laboratoire des maladies transmises par les tiques IGeneX accrédité aux USA, et que ses tests sont revenus positifs non seulement pour la bactérie Borrelia, mais aussi pour Babesia duncani et Rickettsia (deux co-infections bien connues transmises avec Borrelia) qui ont confirmé nos suspicions de borréliose.

En même temps, nous avons trouvé un article de journal dans lequel le Dr David Martz décrivait ses propres symptômes et son rétablissement après ce que les neurologues avaient d'abord diagnostiqué initialement comme un motor neurone disease (MND), mais qui était en fait une borréliose de Lyme et autres infections transmises par des tiques. Un résumé de cet article se trouve à la US National Library of Medicine.

Nous avons commencé le protocole de traitement de la borréliose décrit par Harvey et Martz, et Karl a commencé à retrouver sa force musculaire et se sentait mieux en lui-même. Malheureusement, en août 2008, il a attrapé la grippe et a régressé. Il a ressenti les symptômes de la babésiose et de la borréliose - sueurs nocturnes extrêmes et contractions musculaires - ainsi qu'une perte de fonction dans ses mains. Il n'a pas pu trouver un médecin dans toute l'Australie qui pourrait soigner et traiter sa neuroborréliose.

Il était constamment nié l'existence de Borrelia chez les tiques australiennes, et les médecins essayaient de diagnostiquer Karl comme souffrant d'autre chose qu'une maladie transmise par une tique - souvent la NMD [Motor Neurone Disease [3][4]] ou la Multiple sclerosis (MS) La traduction de "Multiple sclerosis" en français semble être "Sclérose en plaque"</ref>.

En avril 2009, un voyage dans une clinique de borréliose à Augsbourg, en Allemagne, qui utilise la médecine intégrée, s'est révélé très positif. De retour en Australie, Karl a continué à prendre des antibiotiques par voie intraveineuse et a recommencé à renforcer ses muscles entre juillet et octobre. Cependant, en décembre 2009, la langue de Karl est devenue paralysée et il a commencé à perdre du poids parce qu'il ne pouvait pas consommer suffisamment de calories, alors il a été admis à l'hôpital en janvier 2010 pour se faire insérer un tube PEG dans l'estomac.

Le personnel de l'hôpital a refusé d'admettre que Karl souffrait de borréliose et a voulu le diagnostiquer comme étant atteint de MND ou de MS et l'on classé comme malade en phase terminale. Ils ont ignoré son infection et l'ont traité comme s'il avait la MND.

Ils ont restreint la consommation de liquides de Karl, ce qui l'a empêché d'évacuer les toxines. Ils ont mal diagnostiqué son problème de déglutition et lui ont prescrit des liquides épaissis qu'il ne pouvait pas bouger avec sa langue paralysée et ne pouvait pas manger. Il a encore perdu 5 kg. De plus, une diététicienne hospitalière a supposé qu'une personne atteinte d'infections multiples pouvait prendre du poids avec 2000 calories par jour, alors qu'une diététicienne privée que nous avons consultée a calculé qu'il lui fallait au minimum 3500cal par jour.

Avant d'entrer à l'hôpital, Karl pesait 55 kg, pouvait se promener dans la maison si quelqu'un lui tenait les mains et était capable de parler, même si son discours était déficient. Il est sorti de l'hôpital bien pire en tout point. En quatre jours, Karl s'était tellement détérioré qu'il ne pouvait plus marcher, parler et ressemblait à la mort réchauffée. La négligence du système médical a accéléré sa détérioration.

Karl est décédé subitement le 14 juillet 2010 après avoir attrapé la grippe : en raison de la paralysie de sa langue, un mucus excessif l'a étouffé.

Au cours des sept mois précédant la mort de Karl, nous avions réussi à inverser sa détérioration - il avait pris 15 kg et ses muscles avaient cessé de se contracter ; il avait une croissance de petits muscles dans les bras et il se sentait positif car il pouvait sentir son corps commencer à se réparer et à se muscler. Le déclin et la mort de Karl étaient dus au fait que le système médical ignorait son état et refusait d'accepter sa borréliose et de le traiter en conséquence.

Karl ne voulait que plus jamais quelqu'un ne souffre comme lui.

L'objectif de la Fondation Karl McManus est d'éliminer les obstacles à la reconnaissance et au traitement de la borréliose, en particulier de la neuroborréliose, en Australie et de contribuer à la connaissance mondiale sur la borréliose et autres infections transmises par les tiques.[5]

Commentaire de Psiram

" ... les tests sanguins ELISA de Karl en Australie sont revenus négatifs pour la maladie de Lyme. ... en avril 2008 que le sang de Karl a été envoyé au Laboratoire des maladies transmises par les tiques IGeneX accrédité aux USA, et que ses tests sont revenus positifs non seulement pour la bactérie Borrelia, mais aussi pour Babesia duncani et Rickettsia (deux co-infections bien connues transmises avec Borrelia) qui ont confirmé nos suspicions de borréliose. ... En avril 2009, un voyage dans une clinique de borréliose à Augsbourg, en Allemagne, qui utilise la médecine intégrée, s'est révélé très positif."

Donc, un couple qui, confronté à une pathologie lourde cherche à se renseigner sur Internet où il trouve le laboratoire IGeneX du groupe ILADS aux USA, puis par ce biais le Borreliose-Centrum-Augsburg, dont à l'époque Armin Schwarzbach était le directeur du laboratoire. Et les voilà persuadés que la pathologie de Karl McManus serait une borréliose de Lyme, malgré les tests sanguins ELISA négatifs de Karl en Australie.

Petite parenthèse, les test IGeneX, ne sont pas accrédités pour la maladie de Lyme, ni aux USA ni ailleurs.

Représentation de la KMF auprès du Comité consultatif clinique sur la maladie de Lyme (CACLD)

Ce comité australien ("Clinical Advisory Committee on Lyme Disease" ayant pour acronyme CACLD) comprend surtout des organismes officiels de santé australiens, par ex., l'Australian Government Department of Health, mais aussi quelques associations de patients, dont la Karl McManus Foundation (KMF). En 2013, la KMF était représentée par la pharmacienne Mualla McManus, le Dr Armin Schwarzbach et la Dre Ann Mitrovic.[6]

Liens externes

  • https://lymescience.org/journalists-expose-german-lyme-clinics-snyd-eller-borrelia-fraud-lyme-disease/ En 2016, les journalistes danois de TV2 ont diffusé Snyd eller borrelia («Fraud ou maladie de Lyme»), un documentaire présentant les cliniques allemandes de «Lyme». En 2017, une version néerlandaise du documentaire a été présentée par Zembla. [...]
  • http://www1.health.gov.au/internet/main/publishing.nsf/Content/ohp-lyme-disease.htm/$File/wPosit-State-Lyme-June18.docx Position Statement: Lyme disease in Australia
  • https://lymescience.org/australia/
  • https://www.youtube.com/watch?v=SvV_AgL63d0 Zecken - Lyme Borreliose - Unterschätzte Gefahr oder eingebildete Krankheit (Danger sous-estimé ou maladie imaginaire?) Ajoutée le 30 mai 2012. Un documentaire du médecin et journaliste allemand Patrick Hünerfeld qui avait été diffusé par ARTE et par une chaîne télé allemande SWR (Südwestrundfunk) et qui avait valu à Patrick Hünerfeld Le Prix du Journalisme décerné par la Société allemande de neurologie
  • https://www.presseportal.de/pm/7169/2329490 20.09.2012 - 16:31 SWR - Southwest Broadcasting. Le prix de journalisme 2012 de la Société allemande de neurologie est décerné au journaliste scientifique Patrick Hünerfeld. Il reçoit le prix pour son documentaire scientifique "betrifft : Der Zeckenkrieg" ("La guerre des tiques"). Le prix est décerné à des contributions qui se distinguent par une recherche solide, une compétence journalistique et une créativité. Le raisonnement du jury souligne que le film décrit de manière vivante et exemplaire les mauvaises façons "dont les patients atteints de la maladie de Lyme passent de médecin en médecin". Le film démasque l'entreprise douteuse avec le pseudo-diagnostic souvent fait de la neuroborréliose. Le prix sera décerné le 27 septembre 2012 lors du congrès annuel de la Société allemande de neurologie à Hambourg, qui réunira environ 5000 neurologues.
    Après la diffusion de "betrifft : Der Zeckenkrieg", les réactions ont été particulièrement violentes. Hünerfeld a été exposé à la colère ouverte de certaines des personnes touchées, y compris allant jusqu'à la diffamation extrême sur Internet. "C'est pourquoi je suis particulièrement heureux que la Société allemande de neurologie ait reconnu ce travail", déclare M. Hünerfeld. [...]
  • https://www1.health.gov.au/internet/main/publishing.nsf/Content/ohp-cacld-lyme-disease.htm
cet article est une ébauche

Références

  1. https://www.youtube.com/watch?v=ao75lCItDVA Ajoutée le 27 nov. 2011 par KarlMcManusFdn
  2. https://www.ilads.org/about/ilads-board-of-directors/
  3. https://www.nhs.uk › conditions › motor-neurone-disease
  4. https://en.wikipedia.org/wiki/Motor_neuron_disease
  5. https://karlmcmanus.org.au/who-we-are/karl-mcmanus-story/
  6. https://karlmcmanus.org.au/who-we-are/clinical-advisory/