OLIGOSCAN

De Psiram
Le scanner qui envoie une impulsion de lumière sur la peau, supposé capable de mesurer par ce moyen des éléments à l'état de traces
Bilan d'une mesure avec l'Oligoscan Source capture d'écran[1]
Bilan d'une mesure avec l'Oligoscan Source capture d'écran [1]
Bilan d'une mesure avec l'Oligoscan Source capture d'écran [1]

L'OLIGOSCAN[2] (aussi Zell-Check), est un appareil pseudo-médical, un spectophotomètre portable à main, avec lequel il serait possible de mesurer l’intoxication aux métaux lourds, la biodisponibilité des oligo-éléments & minéraux ainsi que le stress oxydatif d'un patient en temps réel, avec un résultat en quelques secondes, sans prise de sang. En Allemagne, l'appareil est aussi commercialisé sous le nom de Zell-Check. En fait, l'appareil est un colorimètre [3] de la société X-Rite développé pour les photographes et pour les arts graphiques (modèle i1Photo pro2). [4]

Il n'y a aucune preuve de l'adéquation de l'appareil aux fins indiquées. Dans la publicité en allemand pour l'Oligoscan, est publiée une remarque destinée aux clients: "Hinweis: Die Oligoscan® Analyse kann/darf nicht als medizinische Diagnose genutzt werden." (Remarque: l'analyse Oligoscan® ne peut/ne doit pas être utilisée comme diagnostic médical). [5]

Le PDG de la Sarl Nemopharm[6] (site web : physioquanta.com[7]) est Guillaume Moreau. Déjà en mars 2010, Physioquanta s'était vu interdire en France de faire de la publicité telle qu'elle était faite pour ses dispositifs pseudo-médicaux Physiodétox, Physioscan, Physioalcali, Quantarelax, Quantapulse faute de preuve de leur efficacité allégée dans le secteur de la santé. [8]

Comme ce n'est pas un procédé reconnu, les séances Oligoscan ne peuvent pas être facturées en tant qu'«examen de laboratoire». Le client/patient doit donc payer lui-même la facture, les caisses d'assurance maladie ne prennent pas en charge les frais, ni en Allemagne, ni en France. Étant donné que les clients doivent indiquer leur nom et d'autres informations (poids, âge, groupe sanguin, etc.) pour chaque mesure, chaque fois qu'une connexion Internet est établie avec un serveur distant, la protection des données prévue par la loi reste incertaine.

Le procédé

L'élément essentiel de l'OligoScan est un scanner optique portable qui permet au praticien de scanner quelques points de la peau du patient, par ex. quatre points de la paume. Grâce à la spectrophotométrie, il serait possible de déterminer la concentration "intracellulaire" (c.-à-d. à l'intérieur de la cellule) de 34 éléments chimiques au total. Dans les vidéos publicitaires, on peut voir lors de l'utilisation du scanner un bref flash de lumière émis sous celui-ci dont la lumière réfléchie par la peau serait alors prétendument mesurée. Pour ce qui est des éléments, il s'agit des minéraux calcium, magnésium, phosphore, silicium, sodium, potassium, cuivre, zinc, fer et manganèse, des oligoéléments chrome, vanadium, bore, cobalt, molybdène, iode, lithium, germanium, sélénium et soufre, et des "métaux lourds" aluminium, antimoine, argent, arsenic, baryum, béryllium, bismuth, cadmium, mercure, nickel, platine, plomb, thallium et thorium. Peut-être parce que l'aluminium et le baryum ne font pas partie des métaux lourds, Physioquanta utilise dans la publicité récente l'expression "métaux toxiques".

Le scanner est connecté à un PC qui envoie les données mesurées au "serveur central sécurisé d'Oligoscan". De là, "en quelques secondes", est renvoyé un résultat qui consiste en une valeur numérique pour chacun des éléments chimiques mentionnés.

La norme (la fourchette des valeurs normales) est donnée. Les valeurs respectives des minéraux sont classées en Bas-, Bas, Norme-, OK , Norme+, Haut et Haut+; celles des métaux lourds dans les catégories Moyen, Élevé, Excès, Grosse surcharge. Pour les chiffres indiqués, parfois à quatre décimales, aucune unité n'est spécifiée. On ne sait pas s'il s'agit de masse par kilogramme de poids corporel ou d'autre chose; de même on ne sait pas comment les valeurs de la norme (la fourchette des valeurs normales) sont fixées.

D'autres tableaux contiennent des "interprétations" des nombres mesurés du genre "métabolisme 33%", "état émotionnel 88%" ou "prédisposition au diabète 27%". L'analyse pourrait servir de "base pour une supplémentation individuelle et efficace" (c.-à-d. à la prise de compléments nutritionnels). En cas d'excès de métaux lourds, on recommande à l'utilisateur de prescrire une thérapie par chélation.

Dans la page publicitaire française (oligoscan.fr) on lit: "Ce bilan est une technique révolutionnaire pour veiller en temps réel à l'équilibre minéral de vos patients pour une complémentation individuelle et adaptée. En cas de surcharge ou d'intoxication aux métaux lourds, vous pouvez prescrire des chélateurs adaptés."

La formation à l'OLIGOSCAN organisée par le site physioquanta est décrite ainsi : "Cette formation est destinée à découvrir les effets des carences/excès des métaux lourds, oligo-éléments et minéraux sur la santé.
Les signes cliniques d'intoxication et l'évaluation de la toxicité par la méthode Oligoscan seront présentés.
Elle est proposée par le CERS et animée par Mr Daniel Bobin
"[9]. Mr Bobin anime également les formations au Physioscan et à la Mil-thérapie et était vendeur de l'Oligoscan pour la France et la Suisse[10] [11].

Absence de plausibilité et de validation

Principe de Photométrie: une source lumineuse monochromatique (unicolore) traverse l'échantillon (analyte). Une partie de la lumière de la substance à analyser est absorbée. Cet affaiblissement de la lumière est détecté avec un détecteur et permet (en principe) de déterminer la concentration de l'analyte dans l'échantillon. L'Oligoscan ne respecte aucun des principes exposés ici présentés. Source: Wikipedia[12]

En tant que procédé de mesure des oligo-éléments dans le corps, ou bien dans la peau, est mentionné la spectrophotométrie. A cet effet, habituellement, un échantillon est traversé par une lumière (colorée) filtrée pour mesurer la concentration d'une seule substance. Ce faisant, il n'est possible de mesurer qu'une seule substance colorée étant donné que seule celle-ci absorbe une partie de la lumière incidente et rend ainsi possible une analyse quantitative. Dans la pratique, les substances qui doivent être mesurées, pour la plupart elles-mêmes incolores, sont colorées avec des produits chimiques spéciaux. L’Oligoscan serait soi-disant capable de mesurer en même temps divers éléments dans les cellules sans l'addition de réactifs colorants. Étant donné que les éléments, dans la plupart des cas, n’existent pas sous forme non liée (élémentaire) mais sont le plus souvent contenus dans des molécules plus grosses, il est quasiment impossible de détecter ceux-ci à l'aide de la spectrophotométrie. Chaque composé dans lequel l'élément en question est intégré, aurait – le cas échéant – une couleur différente de celle de l'élément recherché.

A cela s'ajoute le problème de l'étalonnage. Bien que l'absorption de la lumière dépende de la concentration de la substance à mesurer (analyte), elle dépend encore de nombreux autres facteurs. Par exemple, la longueur du parcours du faisceau lumineux qui est réfléchi vers l'appareil au travers de la peau. Étant donné que chaque personne - et ici chaque partie du corps, même dans un espace aussi petit que la paume - a des propriétés cutanées différentes (épaisseur, couleur, perméabilité, etc.), il faudrait adapter spécialement (étalonner) l’appareil pour chaque personne et pour chaque partie du corps pour chaque élément à détecter. Puisque cela n'est pas fait pour l'Oligoscan (la dépense serait extrêmement élevée), pour cette seule raison, aucune mesure fiable n'est possible.

Pour des éléments ou de l’analyse élémentaire, la spectrophotométrie est généralement utilisable seulement de façon limitée, surtout qu’il s’agit ici en plus d’une forme particulière - la spectroscopie de réflectance – qui a un champ d’application très limité (par exemple dans le contrôle de la couleur). A cela s’ajoute que, dans de telles conditions (à travers la peau, dans un milieu quasiment opaque: à l'intérieur des cellules), il est pratiquement impossible de mesurer dans la plage de concentration – très faible. Ce n’est pas sans raison que la détermination de quelques-uns des oligos-éléments énumérés soit seulement possible pour les biopsies et les prises de sang dans des laboratoires cliniques avec un équipement de mesure spécial. Les principes et utilisations de la spectrophotométrie sont décrits en détail dans Wikipedia [12]. Les limitations inhérentes au procédé - et donc l'impossibilité du fonctionnement de l’Oligoscan - sont décrites dans les livres de cours de chimie analytique, en particulier pour l'analyse instrumentale.

Stephen Barrett à propos de l'OligoScan conclut :

Pour valider l'utilisation d'un tel appareil, plusieurs sortes d'études seraient essentielles. L'une d'elles serait de valider l'exactitude avec des tests de laboratoire qui examinent si l'appareil peut mesurer de manière fiable le contenu d'extraits de sang/plasma purifiés dont on sait qu'ils ont des concentrations diverses de métaux lourds et autres ions. Si de telles mesures sont exactes, des essais approfondis seraient nécessaires pour voir (a) si les mesures sur la paume de la main reflètent les valeurs dans le reste du corps (b) pour déterminer quels niveaux sont préoccupants, et (c) si la modification de ces niveaux avec la chélation améliore la santé du patient. De telles études n'existent pas. Les sites Web d'OligoScan offrent une liste de 35 articles supposés à l'appui de l'utilisation de l'appareil [13]. Certains concernent les minéraux contenus dans les aliments. Certains évoquent les risques des métaux lourds pour la santé. Certains traitent de la spectroscopie. Mais aucun, pour autant que je sache, n'évalue ce que la vidéo OligoScan affirme ou ne démontre que les patients ont bénéficié de l'utilisation de l'appareil. Sans études publiées, dont certaines de chercheurs indépendants, je ne vois aucune raison de considérer le test utile, ou même potentiellement utile.[14].

La société Project Health Consulting GmbH, qui distribue l'appareil sous le nom de Zell-Check, soutient que la détection des carences minérales sur la base d'un échantillon de sang ne serait pas fiable. La mesure avec le Zell-Check serait beaucoup plus précise et aurait l'avantage que les minéraux seraient détectés au niveau intracellulaire et pas seulement dans le sang. [15]

Il n'existe en 2018 aucune publication sérieuse qui valide l'OligoScan. Côté allemand, dans des discussions d'utilisateurs, il est question de mesures de comparaison qui ont échoué. Il en ressort que les comparaisons avec des résultats de laboratoire doivent avoir échoué. Il existe aussi des rapports de patients avec des maladies chroniques persistantes pour lesquels l'oligoscan a donné des valeurs "dans la gamme normale". Il n'est pas prouvé que les répétitions de plusieurs mesures chez un patient conduisent à des résultats comparables. Le fabricant ne semble pas aimer ces mesures répétitives: d'une part, il faut payer au moins 30 euros par mesure, ce qui est cher et, d'autre part, le fabricant affirme que chaque mesure conduit (soi-disant) à des "changements physiques quantiques" qui rendent la comparaison impossible. De cette manière, la méthode est par principe infalsifiable et par conséquent non scientifique (sort du domaine de la science). Les résultats doivent obligatoirement être crus. Un contrôle de répétabilité / reproductibilité est donc impossible dès le départ. Côté français, des internautes ont constaté qu'en changeant seulement l'âge ou le mode de vie qu'ils déclaraient préalablement à la mesure leurs résultats étaient différents (voir ci-dessous).

Modèle commercial et distributeurs

(Alexander Pregizer a été co-gérant de la société Nemopharm de Guillaume Moreau jusqu'en janvier 2015)
(Alexander Pregizer a été co-gérant de la société Nemopharm de Guillaume Moreau jusqu'en janvier 2015)

Pour chacune des "analyses" générée automatiquement, Physioscan facture 30 euros ou 50 US$. L'utilisateur de l'Oligoscan doit de plus réserver à l'avance un pack de, par exemple, 60 analyses. Aux USA en 2013, était indiqué pour l'appareil lui-même un prix de 2000 $, s'y ajoutait cependant 500 $ pour une "activation", 250 $ de plus pour un "enregistrement" et une "personnalisation" de l'interface Oligoscan on-line et encore divers autres frais, le total final se montait à 5000 $ [16]. Depuis, les prix ont augmenté, en 2016-2017, il faut débourser 5700 $ avec 50 tests inclus et 6880 $ avec 80 tests inclus [17].

La distribution aux USA (OligoScan North America, LLC) était assurée en 2014 par Rashid Buttar, un ostéopathe controversé qui, à cause de thérapies pour l'autisme et contre le cancer inefficaces s'est trouvé dans la ligne de mire des services publics de l'état fédéral de Caroline du Nord (USA), et qui est également un anti-vaccination.[18][19][20][21].

L'Oligoscan est vendu aux USA au travers de la société Luxometrix, 3, rue d'Arlon Windhof, L-8399 (Luxembourg)[22], Alexander Pregizer, alors co-gérant de la sarl Nemopharm de Guillaume Moreau, avait lui-même enregistré en octobre 2012 le domaine web oligoscan.us[23].

Aucun prix de vente de l'appareil sur les sites de physioquanta et du CERS-TA de Daniel Bobin qui proposent les formations[24]. Sur les sites publicitaires oligoscan.fr et oligoscan.es est uniquement indiqué "Pour plus d'information, veuillez remplir le champs d'information dans le formulaire de contact" et l'email du destinataire est anonymisé. Sur Oligan.be, pas de prix, mais on y trouve l'adresse et n° de téléphone d'un vendeur des suppléments nutritionnels de physioquanta ainsi qu'un n° de téléphone (celui de Nemompharm à Montpellier). En ce qui concerne le site publicitaire suisse oligoscan-info.ch, son propriétaire était Daniel Bobin[25] et le prix annoncé, début 2015, était de 1210 Euros hors taxe[26].

Outre le prix de la vente de l'appareil et les frais annexes, physioquanta perçoit à chaque utilisation le prix de l' "analyse complète" que le praticien-Oligoscan répercute sur son patient/client, ce qui représente un revenu régulier. Mais il y a une autre retombée, la vente de ses "suppléments nutritionnels; on peut constater que les directives contenues dans les notices d'utilisations qui sont fournies aux praticiens-Oligoscan sont très explicites à ce sujet [27] [28].

En rendant ainsi difficile de contrôler quelle est la société qui vend l'Oligoscan, où en effectuant les ventes au travers de sociétés à l'étranger (Espagne, Suisse, Belgique, Luxembourg, USA), on met l'Oligoscan à l'abri de l'Agence Nationale de sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) qui interdit les publicités pour les objets, appareils ou méthodes présentés comme bénéfique pour la santé lorsqu'il n'est pas établi que ledit objet, appareil ou méthode possède les propriétés annoncées. Une mésaventure que la Sarl Nemopharm a déjà expérimentée en 2009 pour plusieurs de ses produits.

Le nom de marque OLIGOSCAN est protégé depuis le 25-03-2011 pour la France au bénéfice de Guillaume Moreau[29] et depuis le 09-09-2013 à l'international [30] et depuis le 09-09-2013 au bénéfice de la société anonyme luxembourgeoise LUXOMETRIX-IPC.EU 3 RUE D’ARLON, L-8399 Windorf, Luxembourg, qui a été créée le 24-08-2011 [31], laquelle n'est qu'une société écran.

En France, le prix demandé par un praticien à son client pour un bilan complet avec l'OligoScan peut varier de 60€ [32] à 89€[33].

En Allemagne, l'appareil coûterait un peu moins de 2000 euros. Selon l'organisation belge néerlandophones Skepp, un scanner Oligoscan coûterait 6500 € + l'abonnement aux tests. [34]

Dans les pays de langue espagnole et portugaise (Espagne, Portugal, Brésil), l'Oligoscan est distribué par Quantum Salud [35] ayant pour siège Plaça de l'Ajuntament, 2, 25230 Mollerussa, Lleida, Espagne, qui commercialise également le QUANTUM MILTA d'origine russe et le Physioscan, deux autres appareils de Guillaume Moreau.

Dans les pays germanophones, l'Oligoscan est offert par les sociétés suivantes:

  • Oligotrade UG ayant pour siège D-76479 Steinmauern
  • HOD/OLIGOTRADE - Oligoscan Österreich ayant pour siège 76698 Ubstadt-Weiher
  • Mitocare GmbH à Munich (en fait, fournisseur de compléments alimentaires)
  • IMC UG - Innovative Medical Care ayant pour siège D-66111 Saarbrücken
  • Vertrieb Neue Medizin ayant pour siège D-76344 Eggenstein-Leopoldshafen. La page web vnm-gmbh.com est maintenant hors-ligne.
  • Cellopart (Gabriele Flöck)
  • Schweizer Holigomed AG ayant pour siège Küssnacht am Rigi [36]
  • Perfect health solutions ayant pour siège L-3937 Mondercange, Luxembourg
  • Au Pays-Bas, l'Oligoscan est proposé par Oligoscan Europa, une filiale de Alethomantis (Health Optimization Devices BV, ALETHOMANTIS, Internationaal Biomedisch Centrum Leende (IBCL) du médecin néerlandais Raymond Pahlplatz)
Offre dans la vitrine d'une pharmacie (mars 2018) :
Une belle peau commence dans une cellule saine
Vos cellules sont-elles en bon état ?
Faites chez nous votre Zell-check !

Un produit analogue et concurrent est distribué sous le nom de Zell-Check par Projekt Gesundheit Consulting GmbH in D-14913 Schlenzer.

L'Oligoscan est distribué à Hong Kong par Spiren Ventures.

La commercialisation aux États-Unis (OligoScan North America, LLC) est assurée par Rashid Buttar, un ostéopathe controversé qui, à cause de ses traitements contre le cancer et l'autisme, s'est retrouvé dans la ligne de mire des autorités de l'Etat américain de Caroline du Nord, et qui est également farouchement adversaire de la vaccination. [37] [38] [39] [40]

Dietrich Klinghardt prômeut l'Oligoscan dans une oeuvre "Die Grundlagen der logischen Medizin" traitant, entre autres, de la borréliose. [41]

A Skeptical Look at the OligoScan par Stephen Barret

Traduction de l'article A Skeptical Look at the OligoScan publié le 17 novembre 2013 sur le site Device Watch (Votre guide pour les dispositifs médicaux douteux) [14] :
Un regard sceptique sur l'OligoScan.

L'OligoScan™ est un appareil manuel de spectrophotométrie dont on prétend qu'il offre " un test instantané des minéraux et des métaux toxiques dans les tissus". [La société] OligoScan North America LLC, qui commercialise l'OligoScan via son site web décrit ainsi son utilisation :

La technologie OligoScan vous permet de faire une analyse rapide et précise des oligo-éléments et des métaux lourds dans les tissus de vos patients. La mesure se fait directement dans votre bureau avec un dispositif de spectrophotomètre portable approuvé par OligoScan. Les données recueillies sur votre patient sont envoyées au serveur central sécurisé OligoScan en quelques clics. Et en 20 secondes, vous obtenez en retour les résultats. Ce test est une technique révolutionnaire pour vérifier l'état minéral de vos patients en temps réel. Ce test est une technique révolutionnaire pour vérifier l'état minéral de vos patients en temps réel. Pour un prestataire de soins de santé, il vous permet de connaître la supplémentation la plus efficace qui permettrait de maximiser les avantages nutritionnels pour vos patients. En cas de toxicité des métaux lourds, vous pouvez prescrire des techniques de chélation, des suppléments et/ou des changements de style de vie. Chose plus importante encore, la mobilisation efficace est facilement discernable avec l'OligoScan et nos prochaines vidéos cliniciennes vous expliqueront tous les détails."

Contexte historique

Le fabricant d'OligoScan semble être Physioquanta, de Montpellier, France. OligoScan North America, qui est décrit sur son site Web comme "partenaire exclusif pour les USA d'OligoScan Europe", s'est enregistré et a déposé ses statuts d'organisation en tant que société à responsabilité limitée locale dans le Nevada, le 5 Juin 2013, le domaine de l'entreprise (oligoscan.net) a été enregistré pour un an le 25 mai 2013, par Rashid A. Buttar, DO [docteur en ostéopathie], de Cornelius, Caroline du Nord, qui est identifié dans les vidéos en tant que directeur médical de l'entreprise. Le document d'enregistrement du Nevada mentionne Seguros Management LTD de Nassau comme son "directeur". Le site Web de Seguro offre de fournir des directeurs généraux, des officers [membres dirigeants de l'entreprise] ou des chefs d'entreprise nominaux "pour éliminer sur les documents publics les identités des dirigeants de la société de l'entreprise, et, ce faisant, vous procurer la vie privée que vous méritez." La base de données FDA's 510(k) qui liste les appareils dont la commercialisation est autorisée aux États-Unis, n'a donné aucun résultat quand Psiram a cherché le 26 octobre pour "OligoScan". Buttar décrit l'appareil comme "probablement la chose la plus excitante que j'ai vue dans le diagnostic dans ma carrière professionnelle de médecin, et je suis médecin maintenant depuis 22 ans."

Buttar, un promoteur majeur de la thérapie par chélation, est président de l'American Board of Clinical Metal Toxicology, un groupe qui prône la thérapie par chélation pour un large éventail d'utilisations non standards [42]. Au cours d'une audience disciplinaire [les conseils de l'ordre des médecins de chaque état des USA "disciplinent", c'est à dire convoquent, auditionnent et sanctionnent le cas échéant les médecins déviants] qui s'est tenue en 2008, il a indiqué que presque tous les patients qu'il voit sont diagnostiqués intoxiqués par des métaux lourds et reçoivent la thérapie par chélation[43].

OligoScan North America propose l'appareil OligoScan avec des "packs d'options un ou deux." Le forfait de base comprend un appareil, un enregistrement et une activation du compte, une inscription sur un annuaire en ligne, des renvois (transferts?) de demandes de renseignements à oligoscan.net, et 10 scans d'essais "gratuits". Le prix du «pack» est de $ 3990 avec 30 tests prépayés ou $ 4990 avec $ 60 essais prépayés.

Utilisation clinique

Oligoscan1.png

L'appareil OligoScan est passé sur la main gauche du patient et transmis à un ordinateur qui génère un rapport comme celui montré à droite. La section du haut compare le résultat de la mesure aux «NORMES» de 18 minéraux et, les graphes des résultats [sont figurés à droite] dans les colonnes intitulées «BAS-, BAS, NORMAL-, OK, NORMAL+, HAUT, ou TRES HAUT". La section du milieu compare les résultats pour 14 "métaux toxiques" : à une "NORME" de <0,010 et les graphes des résultats comme NORMAL, ACCEPTABLE, ou EN EXCÈS.

Dans une vidéo d'instructions, Buttar dit que les patients peuvent être divisés en quatre groupes: (1) en bonne santé (absence de maladie) + métaux bas; (2) en bonne santé (absence de maladie) + métaux élevés; (3) malade (présence de la maladie) + métaux bas; et (4) malade (présence de la maladie) + métaux élevés. Mais il avertit qu'une mesure "basse" ne signifie pas nécessairement que le patient a des métaux bas parce que le scan peut avoir des résultats faux-négatifs et que les personnes dont le test est faible pourraient tout simplement ne pas être capable d'excréter leurs métaux. Il poursuit en disant: « Vous ne pouvez vraiment pas avoir une personne qui est malade et qui a des métaux bas. Dans mes 17 années de pratique de ce type de médecine ... je n'ai jamais vu une personne malade qui n'ait pas des métaux."[44] La conclusion de Buttar semble être que, indépendamment de ce que le test montre, les patients auront probablement besoin de détoxication.

Pourquoi je suis sceptique

Pour valider l'utilisation d'un tel appareil, plusieurs types d'études seraient essentielles. L'un serait de valider l'exactitude avec des tests de laboratoire qui examinent si l'appareil peut mesurer de manière fiable le contenu d'extraits de sang/plasma purifiés dont on sait qu'ils ont des concentrations diverses de métaux lourds et autres ions. Si de telles mesures sont exactes, des tests approfondis seraient nécessaires pour voir (a) si les mesures sur la paume de la main reflètent les valeurs dans le reste du corps, (b) pour déterminer quelles concentrations justifient une inquiétude, et (c) si la modification de ces concentrations avec la chélation améliore la santé du patient. De telles études n'existent pas. Les sites Web de OligoScan offrent une liste de 35 articles supposés à l'appui de l'utilisation de l'appareil [13]. Certains concernent les minéraux dans les aliments. Certains évoquent les risques des métaux lourds pour la santé. Certains traitent de la spectroscopie. Mais aucun, pour autant que je sache, n'évalue ce que la vidéo OligoScan affirme ou ne démontre que les patients ont bénéficié de l'utilisation de l'appareil. Sans études publiées, dont certaines de chercheurs indépendants, je ne vois aucune raison de considérer le test utile, ou même potentiellement utile.

Eleonore Blaurock-Smith considère que l'Oligoscan est une escroquerie

Eleonore Blaurock était une collaboratrice, depuis environ 2008, de l'International Board of Clinical Metal Toxicology (IBCMT), un organisme dont le Dr Peter J. Van Der Schaar était encore tout récemment le président et dont l'un des administrateurs et des directeurs est en 2016 le Dr Raymond Pahlplatz[45]. Elle a cessé sa collaboration avec l'IBCMT, comme l'explique Peter Van Der Schaar dans une courte lettre du 03-30-15 adressée à l'équipe administrative de l'IBCMT:
"Our co-worker Eleonore Blaurock has put forward in several media that she does not want to be associated with IBCMT anymore. I regret this decision, because we all have cooperated many years in good harmony.
Mrs. Blaurock does not want to take part in an organization that discusses the Oligoscan in our Textbook. She comes to that verdict on the basis that she is a scientist and has many years experience with spectrophotometry. Mrs Blaurock does not have any experience with the Oligoscan and did not want to investigate it.
Mrs Blaurock considered the Oligoscan as a scam, but without detailed argumentation. Our argumentation, based on intensive utilization of the instrumentation (more than 500 tests by Dr. Raymond Pahlplatz) was not paid attention to.
Initially I was very sceptic about the Oligoscan, but my curiosity prevailed over my scepticism. My conception is that curiosity is the basis for a scientific approach.
In our opinion the Oligoscan is not a stand-alone instrument but should always be combined with a Provocation test on toxic metals.
" [46]

Traduction :
Notre collaboratrice Eleonore Blaurock a dit dans plusieurs médias qu'elle ne voulait plus désormais être associée à l'IBCMT. Je regrette cette décision, parce que nous tous avons coopéré de nombreuses années en bonne harmonie.
Mme Blaurock ne veut pas prendre part à une organisation qui discute de l'Oligoscan dans notre manuel. Elle arrive à ce verdict sur la base qu'elle est un scientifique et a de nombreuses années d'expérience avec la spectrophotométrie. Mme Blaurock n'a aucune expérience avec l'Oligoscan et n'a pas voulu l'examiner.
Mme Blaurock a considéré l'Oligoscan comme une escroquerie, mais sans argumentation détaillée. Notre argumentation, basée sur l'utilisation intensive de l'instrumentation (plus de 500 tests par le Dr Raymond Pahlplatz) n'a pas été prise en considération.
Au début, j'étais très sceptique à propos de l'Oligoscan, mais ma curiosité l'emporta sur mon scepticisme. Ma conception est que la curiosité est la base d'une approche scientifique.
À notre avis, l'Oligoscan n'est pas un instrument indépendant mais doit toujours être combiné avec un test de provocation sur les métaux toxiques.

La publicité à propos de l'Oligoscan a été jugée trompeuse par les autorités de santé des Pays-Bas

Source [47]

Le 7 juin 2107, suite à une plainte datant de décembre 2016, il a été jugé que la publicité faite par www. oligoscan-europa.com allégant que l'"OligoScan vous offre la possibilité de déterminer rapidement et facilement les niveaux de minéraux, d'oligo-éléments et de métaux lourds toxiques en utilisant la spectrophotométrie" constituait une violation de l'article 7 du NRC (Nederlandse Reclame Code, c.à.d. le code néerlandais de la publicité). [48]

L'Oligoscan figure dans la liste des "appareils étranges" de l'association belge SKEPP

SKEPP, Studiekring voor de Kritische Evaluatie van het Pseudowetenschap en paranormale (Cercle d'étude pour l'évaluation critique de la pseudo-science et du paranormal), a une longue liste de ces "appareils étranges" qui comprend l'Oligoscan. L'Oligoscan y est classé dans la catégorie "Harry Potter" et le jugement de publicité mensongère du 7 juin 2017 aux Pays-Bas y est rappelé.[47]

Mise en doute de la fiabilité de l'OligoScan sur Internet

Un échange entre internautes édifiant [49]:

Re: oligoscan DR COMET, le 14 Sep à 15:43
J'ai acheté l'appareil, et je l'ai essayé sur moi à plusieurs reprise, en changeant ma date de naissance et mon identité, et ce dans la même journée…
Si j'étais vieux (j'ai 66 ans) j'avais beaucoup de carences et de métaux lourds, alors que je suis un régime bio depuis 20 ans, et que je distribue des compléments alimentaires depuis 15 ans,et que je venais de me traiter avec 35 perfusions destinées à éliminer les éventuels métaux lourds du corps…
Rajeunissant subitement, 18 ans administrativement parlant, tout à coup très peu de carences, et surtout très peu de métaux lourds.
Je refis la même choses avec certains de mes proches, et…idem !!!
Je suis un ancien expert en toxicologie près la cour d'appel de Toulouse, habitué à prendre en charge les intoxications aux métaux lourds, plomb et mercure en particulier…
Là je suis tombé sur de véritables escrocs, et je constate que de nombreux "thérapeutes" sont complices de cette arnaque (il faut savoir que les heureux possesseurs de l'Oligoscan touchent des commissions sur les ventes de produits fabriqués par cette société. Mon éthique médicale me pousse à être totalement révoltée contre ce genre de pratique indigne.

Re(2): oligoscan DR COMET, le 14 Sep à 15:46
j'ai oublié de préciser qu'ils m'ont immédiatement remboursé, suite à ma plainte, et que dorénavant si je rencontre quelqu'un qui présente ça dans un salon, je dépose plainte!

Répondre Re(3): oligoscan mp5078, le 14 Mar à 08:33 Bonjour
Je viens de voir vos commentaires sur cet appareil et je vais vous expliquer ma petite expérience toute fraîche puisque je suis allé au Salon Vivre Autrement ce samedi 12 Mars à Paris-Vincennes.Je vais aller à l'essentiel
J'ai 66 ans.
Je précise que je ne connaissais pas cet appareil
Sur ce salon il y avait un stand consacré à L'Oligoscan.
J'ai donc fait le test qui dure environ 2 minutes à la suite de quoi on m'a indiquer des carences principalement en Chrome , Phosphore et silicium ; on m'a indiqué que je devais être certainement fatigué , etc...etc...
A la suite de ce test la personne qui m'a pris en charge a commencer a établir immédiatement un bon de commande ; j'ai indiqué que ma libido était en baisse et sur l'écran apparaît le coût du traitement qui est de 650 euros environ pour 3 mois de traitement.......! j'ai demandé a ce que l'on retire les produits "libido" et on arrive à 450 euros (payable en 3 fois) pour ce qui est du traitement proprement dit pour les oligoéléments en carence; j'ai demandé un temps de réflexion car je ne me décides jamais à chaud ; je n'achètes jamais ce genre de produits immédiatement ; j'ai donc payé l'analyse : 30 euros et on m'a envoyé par email le bilan en pdf que j'ai récupéré chez moi.Sur le stand de nombreuses personnes attendaient leur tour au moment ou j'ai fait le test.
Je me félicite de ne pas avoir acheté ce traitement suite à vos commentaires et à plusieurs autres vus sur d'autres sites ; je ne récupérerai surement pas mes 30 euros à moins qu'il y ai une solution pour ce genre de situation?
Merci d'avance pour vos réponses éventuelles.
Cordialement.

Re(3): oligoscan Professeur PETZOUILLE, le 25 Sep à 16:09 bonjour
la SPECTROMETRIE est une bonne méthode pour doser les minéraux et metalloides dans une solution
mais un dosage trans cutané me laisse un peu sceptique
d'autre part ces mineraux ne sont pas répartis de manière uniforme dans le corps et le seul "dosage"dans la paume des mains ne donne pas une image réelle de leur concentration dans d'autres organes
j'ai constaté que leur classification entre élèments utiles et métaux lourds était bien faite ..à part pour le GERMANIUM sur lequel j'ai quelques réticences car il est positionné dans la colonne IV de MENDELEIEV ;cad dans la colonne du CARBONE et de la SILICE..il devrait donc s'en rapprocher quant à son rôle dans l'organisme..et avoir..eventuellement..un rôle de structure et pas un rôle "fonctionnel "
je n'ai pas vu le FLUOR..ce n'est pas un métal lourd..mais c'est un OXYDANT terrible...et à classer dans la même rubrique des toxiques que les métaux lourds idem pour le BROME et le CHLORE...et accessoirement l'IODE qui est nécessaire pour la THYROIDE ,mais reste un oxydant à manipuler avec précaution
enfin ....connaître les dosages ne résout pas les problèmes liés à la connaissance du rôle exact que jouent ces divers élèments...encore beaucoup de zones inconnues en ce domaine
j'ai noté que d'après le Dr COMET ,ce test manque de fiabilité..on devrait obtenir d'une fois à l'autre les mêmes résultats ..Or ce ne serait pas le cas
sinon ..c'est "à explorer"..on peut ..peut-être en tirer des infos utiles
Bonne journée
PETZOUILLE

Re(5): oligoscan ecogenos, le 15 Mar à 19:40
je confirme que le système OLIGOSCAN est une escroquerie monumentale, et que les utilisateurs sont complices de ce système en ce sens qu'ils profitent grassement.
J'attends que Oligoscan me fasse un procès en diffamation, et je sortirai les examens que j'ai fait sur moi le même jour en changeant simplement mon nom et ma date de naissance !
Si vous êtes sceptique, faites-le vous même sur vous, et vous verrez !

Re(6): oligoscan Professeur PETZOUILLE, le 17 Mar à 09:40 Bonjour
vous êtes plutôt direct et vous ne mâchez pas vos mots c'est aussi mon avis qu'une méthode qui n'est pas parfaitement reproductible n'est absolument pas crédible donc je ne sais plus qui sur ce forum avait déja mentionné cette "variabilité" inacceptable dans les résultats.
Pour ma part;c'est aussi le principe même de la méthode qui me paraît très discutable
donc je n'accorde aucune confiance à ce type de pratiques
Bonne journée
PETZOUILLE

Re(7): oligoscan Professeur PETZOUILLE, le 17 Mar à 09:46
je viens de relire le témoignage du Dr COMET sur cet OLIGOSCAN et il confirme bien que ce n'est pas crédible
et je sais que ce médecin est particulièrement compétent sur ces questions
Bonne journée
PETZOUILLE

Re(3): oligoscan Whatever, le 29 Dec à 16:33
La directive 93/42/cee concerne la présence de brucellose dans les pays membres. Le certificat montré sur le site Oligoscan semble aussi bidon que l'oligoscan

Re(2): oligoscan Whatever, le 29 Dec à 16:43
Pour avoir travaillé dans un laboratoire qui pratique l'analyse d'éléments par différentes méthodes spectroscopique je peux affirmer qu'il nexi aucun appareil de cette taille capable d'analyser sans préparation une telle gamme d'éléments (ni plus gros, d'ailleurs)

Re(4): oligoscan ingenieur optique, le 18 Mai à 20:49 Bonjour,
Je travaille sur les technologies optiques médicales de ce type avec différents chercheurs,physiciens.
Je ne me permettrais pas de donner mon avis sur la partie médicale.
Par contre, mesurer des métaux lourds sur des tissus avec ce type d'appareil, c'est du bidon, ça, je peux vous l'affirmer.
On peut mesurer la mélanine, l'oxygenation, des paramètres sur la densité des cellules ou de colorants (et c'est déjà très difficile à valider), mais certainement pas les 20 ou 30 composés que prétend mesurer ce système.
D'ailleurs, il n'y a aucune publi qui traite de la validité de cette méthode.
Cordialement,
G Labarthe

Re(6): oligoscan Bob, le 23 Aou à 09:55
L'oligoscan me parait peu fiable.
Le différentes valeurs entrées AGE/POIDS/TAILLE/GROUPE SANGUIN+++ donnent effectivement des résultats différents, ce qui veux dire:
Que nous sommes en présence d'un algorithme informatique qui interprète un delta (une valeur), que c'est donc subjectif en fonction de l'algorithme utilisé et non pas la réelle présence de métaux en dépôt dans les tissus.
D'autre part, la différence entre les dépôts stratifiés dans la paume de la main analysé par la spectrométrie et les métaux en libre circulation dans le sang n’ont pas le même sens biologique.
Un mercure sidéré par les cellules et en dépot est moins dangereux qu'un mercure mis en circulation par des chélateurs par exemple, ou en circulation libre.
Cet appareil est plus proche de l’anecdote rigolote qu'un réel appareil d'analyse.
Il surfe sur la vague de matériel basé sur les algorithmes issus de physioscan et de l'amsat (technique d'évaluation par équations mathématiques et impédancemétrie
L'oligoscan fonctionne sur la spectrométrie (10%) et 90% de subjectif et d'interprétation.
Les test urinaires faits en Allemagne sont bien plus fiables (car ce sont les métaux en circulation), ou éventuellement les test sanguins.
Quant aux produits et compléments alimentaires vendu par Oligoscan pour les détox, je ne sais même pas s'ils passent la barrière hématoencépahlique (le cerveau).
Très peu de produits sont capables de le faire, et c'est pourtant la seule garantie d'un retour à la santé : Déloger les métaux lourds stockés dans la masse graisseuse du cerveau.......
Ah oui autre chose, j'ai été en contact avec cette société , j'ai demandé 10 analyses au physioscan, et j'ai demandé 10 prises de sang en comparaison....
Jamais reçu une seule réponse à ma demande
Car je crois que la comparaison auraient vite statué sur la fiabilité du matériel....
Après bcp de marchand de soupe ont un oligoscan, ils vendent plus de soupe, mais des OLIGO-ELEMENTS à 30e le pot?

Re(8): oligoscan seve, le 07 Sep à 11:14 Bonjour,
Je reviens sur mon 1er témoignage et avis sur cet appareil.
Je l'ai fait une fois et après en voir discuté avec des médecins avertis, je suis convaincue que c'est de la foutaise.
On m'a proposé de faire une séance de physioscan récemment et j'ai appris que c'était la même boîte que l'Oligoscan qui le commercialisait donc je ne toucherai pas à ce truc sauf si on m'offrait une séance mais je crois qu'il n'y a pas de risque.
Il y a quelques temps, j'ai fait de séance de cryolipolyse pour geler mes petits bourrelets sur les hanches. Les pionniers de la technique sont américains et cela s'appelle coolsculpting, la machine porte la marque Zeltiq. J'ai appris récemment que si les tarifs étaient si chers entre 450 et 650 euro l'application (x2 pour des poignées d'amour), c'est parce qu'ils ont mis un système de carte sur la machine et qu'à chaque mise en route, il y a une redevance qui est due par l'utilisateur. De plus, les consommables (feuille en gel pour protéger la peau) sont hors de prix.
C'est vraiment très ingénieux d'un point de vue commercial.
Peut-être que la société qui commercialise Physioscan et Oligoscan fait pareil.
L'avantage malgré tout du Coolsculpting, c'est que ça marche bien et que les résultats sont visibles.
seve

Re(9): oligoscan Professeur PETZOUILLE, le 08 Sep à 14:50 Bonjour
je vous rejoins dans votre analyse
l'imagination de ces "thérapeutes"pour nous sortir de nouvelles techniques, la plupart "bidon" ...est incommensurable
si on parcoure certains "publicités" de revue de axées sur le bio et les techniques dites "naturelles"..on est vite submergé
par ces noms nouveaux..ces nouvelles techniques et autres et qui ne valent pas un pet de lapin
Bonne journée
PETZOUILLE

Historique de l'Oligoscan

Guillaume Moreau présentant en avant-première son nouvel appareil l'Oligoscan lors du 2ème Symposium International Nutraceutique & Environnement Santé (28-29-30 janvier 2011) organisé par Jean-Marc Robin
Source capture d'écran sur la vidéo youtube [50]
L'OligoScan 1re version (en fait le Sensograma de Quantum Salud) Source [50]
Source [51]

L'oligoscan était à l'origine un appareil X-Rite (modèle EOXTRUV_i1XTreme [52] [53]) équipé d'un logiciel issu, parait-il, d'une colaboration entre Guillaume Moreau et le brésilien Victor Mattos qui était commercialisé par Quantum Salud sous le nom de Sensograma ou tout simplement Senso [54] [55]. C'est probablement à l'occasion d'évènements organisés par Quantum Salud que Guillaume Moreau à fait connaissance de Victor Mattos [56].

Ce premier modèle de X-Rite n'est plus fabriqué actuellement, il a évolué et été remplacé par le "i1Photo pro2" [4]. Le Sensograma, par la force des choses, a disparu du site Quantum Salud, le logiciel a été adapté au nouvel appareil X-Rite, et Quantum Salud propose maintenant l'Oligoscan, nom qui convenait apparement à Guillaume Moreau dès le départ.

Liens externes

  • http://www.physioquanta.com/images/pdf/Oligoscan/plaquette-OS-03-2014.pdf Le document n'est plus accessible en 2018 ...
    A la fin, on lisait:
    ""*Le spectrophotomètre est mis à disposition au tarif indiqué sur le bon de commande. Ce tarif inclut :
    - le Spectrophotomètre,
    - vos identifiants et mot de passe pour une connexion personnalisée au site OligoScan,
    - un accès illimité au test appelé «évaluation rapide»,
    - 10 «bilans Oligoscan complets» offerts.
    Par la suite, chaque «bilan Oligoscan complet» que vous effectué est facturé en fin de mois, au prix thérapeute [30 euros].
    Vous le proposez à vos patients au prix conseillé de 60€.
    Vous pouvez proposer un bilan «évaluation rapide» gratuitement à toute votre patientèle.
    Les avantages sont multiples : vous effectuez un bilan minéral rapide, précis et vous pouvez conseiller une complémentation nutritionnelle adaptée.
    Les améliorations peuvent être mesurées par une seconde prise de mesures au bout de trois mois. L’efficacité de votre action est alors objectivée."
  • https://www.soleil-levant.org/2015/03/promouvoir-medecine-du-futur-lequilibre-lhomme-guillaume-moreau/ Article publicitaire pour l'Oligoscan signé Guillaume Moreau et publié en mars 2015 dans le journal douteux Soleil Levant :
    [...] "Nous accompagnons ainsi l’avènement d’une nouvelle vision de l’homme vivant : globale, cybernétique et intégrée, pour la Médecine du futur.
    Elle sera une Médecine de l’Information, qui soignera aussi par l’information.
    Elle sera plus biophysique, avec un corps humain non seulement pensé comme système biochimique et moléculaire, mais comme expression d’une personne holiste, équipée de systèmes récepteurs et émetteurs de champs de diverses origines : électromagnétiques, ou non (sonores, torsionnels,…) et morphogénétiques. Nous sommes tissés de lumière, multi-résonnants aux champs cosmiques et terrestres.
    En travaillant avec les photons, devenons collaborateurs du soleil, optimiseurs de développements, amis de l’être humain enfin restauré dans toutes ses dimensions : en sa qualité de co-créateur en sa destinée toujours ouverte sur le Ciel
    ".
    Pour avoir la liste des thérapeutes équipés de l’Oligoscan : allez sur “annuaire.myoligoscan.com”
  • http://www.ncahf.org/digest13/13-43.html Traduction Psiram : "Un autre test des métaux démystifié. Rashid A. Buttar, DO, qui a témoigné à une audience disciplinaire qu'il chélate la plupart des patients qu'il voit, est maintenant directeur médical d'OligoScan North America Ltd., qui commercialise un appareil spectrographique (l'OligoScan) qui est dit mesurer la concentrations de métaux lorsqu'il est passé sur la peau de la main gauche. Dans une vidéo d'instruction, Buttar dit que (a) les résultats sont comparables à des tests d'urine provoquées, (b) il n'y a jamais de faux résultats positifs, et (c) les résultats faussement négatifs n'excluent pas un problème de métaux parce que le patient peut avoir de la difficulté à excréter les métaux. L'OligoScan n'est pas répertorié dans la base de données 510(k) de la FDA des dispositifs qui ont été autorisés à la commercialisation. Device Watch a publié un rapport sceptique." Il s'agit de l'article A Skeptical Look at the OligoScan par Stephen Barrett, M.D., voir la traduction en français ci-dessus.
  • http://www.quackwatch.org/04ConsumerEducation/Nonrecorg/abcmt/overview.html Dans cette page, on trouve des renseignements complémentaires sur le D.O. Buttar (président de ABCMT) et ses démêlés avec les autorités judiciaires et médicales (anglais)

Article de Psiram dans d'autres langues

Références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 www.spirale-energie.fr/oligoscan-senso
  2. http://www.physioquanta.com/index.php?option=com_k2&view=item&layout=item&id=83&Itemid=819&lang=fr Présentation de l'OligoScan sur le site Physioquanta
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Colorim%C3%A8tre
  4. 4,0 et 4,1 Pour comparer, le colorimètre X-Rite-EO2PHO-i1Photo-Pro proposé par amazon.fr au prix de 1559 € : [1]]
  5. Angabe der deutschen Vertriebsfirma VNM Vertrieb Neue Medizin, Inhaber: Roland Stolzmann, Hauptstr. 104, 76344 Eggenstein-Leopoldshafen (Déclaration de la société de distribution allemande VNM Vertrieb Neue Medizin, propriétaire: Roland Stolzmann, Hauptstr. 104, 76344 Eggenstein-Leopoldshafen
  6. 1086 Avenue Albert Einstein, 34000 Montpellier
  7. http://www.physioquanta.com/index.php?lang=fr Site web physioquanta de la Sarl Nemopharm
  8. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021965714
  9. http://www.physioquanta.com/index.php?option=com_eventbooking&view=category&category_id=13&Itemid=628&lang=fr&limitstart=5 Le document est inaccessible en 2018
  10. http://www.oligoscan-info.ch/contact.html Le document est inaccessible en 2018
  11. http://www.spasmo-aide.ch/Pdf/Atelier%20sept%202013a.pdf
    [...] http:// www. oligoscan-info.ch /pourquoi_utiliser_l_oligoscan.htlm
    Daniel Bobin, thérapeute et ostéopathe bien connu des membres de notre association viendra en personne présenter ce nouvel instrument de mesure.
    M. Bobin distribue cet appareil en France et en Suisse et forme les thérapeutes qui l'utiliseront. [...]
  12. 12,0 et 12,1 https://de.wikipedia.org/wiki/Photometrie (allemand)
  13. 13,0 et 13,1 http://www.oligoscan.net/wp-content/uploads/2013/06/scientific_references_oligoscan_2.pdf Les 35 prétendus articles scientifiques publiés en 2013 sur le site OligoScan North America.
  14. 14,0 et 14,1 Stephen Barrett: A Skeptical Look at the OligoScan. Device Watch, 17. November 2013
  15. La société Projekt Gesundheit Consulting GmbH cherche à justifier l'utilité médicale du Zell-Check an particulier avec un article du Heilpraktiker et biologue Dirk Kuhlmann de Flensburg (Dr. Dirk Kuhlmann: Zell-Check in der täglichen Praxis – spektralphotometrische Mineralstoff- und Metallanalyse. Sonderdruck, Bio-Medoc-Verlag, 12/2016, 1-6). Cependant, ce n'est pas, comme l'indication de la source pourrait le suggérer, d'un tiré-à-part d'une revue scientifique établie. La maison d'édition Bio-Medoc est dirigée par Kuhlmann lui-même et utilisée pour la publication à compte d'auteur de ses livres, par exemple, sur la médecine orthomoléculaire ou sur la thérapie par biorésonance.
  16. Prix de vente d'Oligoscan North America pour 2013
  17. Prix de vente d'Oligoscan North America pour 2016-2017
  18. Beware, North Carolina. Beware. Dr. Rashid Buttar is free to practice medicine. Respectful Insolence, Scienceblogs.com, 7. April 2010
  19. http://media.wcnc.com/documents/032610-ButtarConsentForm.pdf
  20. http://skepdic.com/buttar.html
  21. http://americanloons.blogspot.de/2010/07/45-rashid-buttar.html
  22. http://www.statsinfinity.com/domain/Je4Yzod27-oeblSzIo_Wkg.._info.html
  23. http://domainsigma.com/whois/fr/oligoscan.us
  24. http://www.cers-ta-info.com/oligoscan.html
  25. http://www.oligoscan-info.ch/contact.html Le site est inacessible en 2018
  26. http://www.oligoscan-info.ch/qu_est_ce_que_l_oligoscan.html Pour trouver le prix de l'Oligoscan, il fallait cliquer sur "Tarif". En 2016, si on cliquait sur "Tarif", la réponse est "nous contacter". Le site est inaccessible en 2018.
  27. http://docplayer.fr/22227677-Le-nouveau-module-oligoscan.html
  28. https://www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=59&t=3923 Cliquer sur le fichier pdf que l'on peut télécharger "Comment corriger les carences et excès apparaissant à l’OligoScan" mentionné par un_ptit_gars le Sam 24 Nov 2012
  29. http://bases-marques.inpi.fr/Typo3_INPI_Marques/marques_fiche_resultats.html?index=2&refId=3817761_201236_fmark&y=199
  30. http://bases-marques.inpi.fr/Typo3_INPI_Marques/marques_fiche_resultats.html?index=1&refId=1186019_201503_tmint&y=0
  31. http://www.etat.lu/memorial/2011/C/Html/2668/2011129953.html
  32. http://www.naturevie.com/tarifs.html
  33. http://www.ceadetherapie.fr/Shiatsu/Oligoscan.htm
  34. https://skepp.be/nl/apparatuur/oligoscan
  35. http://www.quantumsalud.com/
  36. Holigomed AG, Luzernerstrasse 12, CH-6403 Küssnacht am Rigi, Suisse. Gérant: Jesse De Groodt
  37. Beware, North Carolina. Beware. Dr. Rashid Buttar is free to practice medicine. Respectful Insolence, Scienceblogs.com, 7. April 2010
  38. https://www.casewatch.org/civil/buttar/complaint.shtml Rashid Buttar Sued for Fraud. Article publié par Stephen Barrett, M.D.
  39. http://skepdic.com/buttar.html Rashid Buttar, D.O
  40. http://americanloons.blogspot.fr/2010/07/45-rashid-buttar.html Publié le 28 juillet 2010
  41. https://klinghardtinstitute.com/wp.../08/Biologische-Medizin.pdf Voir page 117
  42. http://www.quackwatch.org/04ConsumerEducation/Nonrecorg/abcmt/overview.html
  43. Transcript of hearing held before the North Carolina Medical Board, April 23-24, 2008. Dr. Buttar Truth Web site, accessed Feb 10, 2009
  44. https://www.youtube.com/watch?v=bAfTBWi8JX4 Video No. 11. OligoScan North America, 2013. Training: Interpretation of Tests
  45. http://www.ibcmt.com/WebPage-BoardDirectory.html
  46. https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/Tests/urine_toxic.html How "Provoked" Urine Metal Tests Are Used to Mislead Patients. Stephen Barrett, M.D.
  47. 47,0 et 47,1 https://skepp.be/nl/apparatuur/oligoscan
  48. https://www.reclamecode.nl/webuitspraak.asp?ID=186561&acCode
  49. http://forum.lixium.fr/d-1855234594.htm
  50. 50,0 et 50,1 https://www.youtube.com/watch?v=i4IC7KFgCkk Vidéo de présentation de l'OligoScan par Guillaume Moreau
  51. https://www.yumpu.com/es/document/view/46686126/quantum-salud-quantum-salud
  52. https://www.amazon.ca/X-Rite-EOXTR-i1XTreme/dp/B001NJ0C96
  53. https://www.bhphotovideo.com/c/product/583882-REG/X_Rite_EOXTRUV_i1XTreme_UV_Cut_Color.html
  54. http://docplayer.es/7160225-Mineralograma-intracelular-sensograma-detector-biofotonico-de-la-biodisponibilidad-mineral-intracelular-quantum-salud.html
  55. https://es.scribd.com/document/243707420/SENSO-BOLETIN-pdf
  56. https://www.youtube.com/watch?v=9z6988t4ogs Interview de Victor Mattos lors du IV Congresso International SCIO à Barcelone (en 2009, bien que la vidéo ait été mise en ligne plus tard). Il dit dans la vidéo qu'il est déjà venu à un évènement de Quantum Salud l'année d'avant à Madrid, en 2008 donc. (espagnol)