Dentisterie holistique

De Psiram

La Dentisterie holistique est une médecine non conventionnelle qui prétend tenir compte du patient dans sa globalité et sa totalité. Le terme « holistique » vient du grec ancien « holos » qui signifie « tout ». La dentisterie holistique ne considère pas la dent comme un organe isolé du reste du corps mais comme un élément vivant en interaction permanente avec l'individu à de multiples niveaux[1]. La dentisterie holistique est aussi parfois qualifiée de dentisterie énergétique.

Selon Estelle Vereeck, la dentisterie serait "une approche globale des soins dentaires, incluant le décodage dentaire, l'énergétique dentaire, l'abord psychosomatique et les clés des soins naturels et biologiques" et "tout problème dentaire exprime un mal-être, une souffrance intérieure, une émotion [[blocage[bloquée]] parce que non verbalisée." Voir les articles d'E. Vereeck "LA DENTISTERIE HOLISTIQUE" [2] et "L'art de décoder le langage des dents"[3].

Caractéristiques de la dentisterie holistique

  • Dépose des plombages ou amalgames dentaires (en fait les "plombages ne contiennent pas du plomb mais essentiellement du mercure, plus quelques autres métaux) [4]
  • Soins dentaires utilisant l'homéopathie, la naturopathie, la phytothérapie et l'acupuncture
  • Utilisation pour les diagnostics ou les traitements d'appareils de médecine quantique[5]: Cameras DGV, Bio-Well de Konstantin Korotkov, Physioscan, le sonoscope de Pier Rubesa, Mora, Véga. Voir aussi le contenu des fichiers pdf de la page du dentiste suisse Nicolas Stelling [6]
  • Recherche de l'origine psychologique des problèmes dentaires (Il est émis l'hypothèse qu'il seraient dûs à des somatisations d'un stress ou d'un conflit psychologique non résolu)
  • Décodage psychologique des dents
  • Il peut même être préconisé l'arrachage des dents dévitalisées [4]

Personnes se situant dans la mouvance de la dentisterie holistique

  • Estelle Vereeck déjà citée, condamnée en 2015 pour exercice illégal de la médecine
  • Bruno Darmon, radié de l'Ordre des dentistes
  • Christian Beyer, ayant choisi d'exercer au Canada
  • Sandrine Valette, chirurgien-dentiste diplômée de la faculté de Montpellier, ayant soutenu sa thèse sur les profils protéiques appliqués à la dentisterie en collaboration avec le Dr Bernard Vial, médecin généraliste, créateur de la médecine affective en décembre 1988. Aujourd'hui elle réside à 38250 Lans en Vercors, dirige des ateliers (qui lui auraient été demandés en mai 2006 par ses guides et maîtres de Lumière) et écrit des livres; elle n'exerce plus en tant que chirurgien-dentiste depuis 2007.
    Mentionnons un article de Sandrine Vallette sur la dépose des amalgames dentaires, à faire sans anesthésie; les raisons évoquées: Toxicité des métaux lourds, Electrolyse des métaux lourds générant un courant électrique, Perversion énergétique[7]. Son site: "Nos dents à la source" (www.dent-ta-source.org).
  • Nicolas Stelling, dentiste exerçant en Suisse[8]
  • Berdj Haroutuniam, dentiste suisse[9]
  • Jean-Claude Dierieck - Médecin-Dentiste, formé en Belgique, a exercé en Belgique, en France. Il exerce en 2013 en Suisse à 1008 Prilly - Suisse [10]. Son centre de soin fait aussi partie de l'association Dentenerg dont il est un des quatres membres.
  • Gilbert Crussol[11].
  • Marie Grosman[12], lobbyiste (non au mercure dentaire / NAMD). Oui, le mercure est dangereux pour l'environnement. Mais Me Grosman, dans son prosélytisme militant, ajoute à la liste de ses cibles tous les métaux et rejoint le camp des anti-vaccinalistes (la thèse discréditée d'Andrew Wakefield des vaccins causant soi-disant l'autisme). Ainsi elle fait partie du collège scientifique de la douteuse association suisse STELIOR[13] les vaccins infantiles ne contenant plus de mercure, on accuse les amalgames de mères de contaminer pendant la grossesse leurs enfants, rejoint les rangs des opposants aux autorités de santé d'Alliance pour la santé[14]. Le documentaire "Alerte au mercure" de France 5 du 01 02 2015 où Me Grosman fait figure de vedette, on va même jusqu'à prôner la Thérapie par chélation chère aux partisans de la thèse discréditée d'Andrew Wakefield[15].
  • Le Dr Marie-Christine Boutrais du CHU d'Orléans[16]
  • Gérard Dieuzaide à Toulouse

Organismes et associations dans cette mouvance

  • France: ODENTH (ODontologie ENergétique et THérapeutique) site de l'Association Française de Médecine Dentaire Holistique[17]. En 2013, sa présidente est Dr Elisabeth Johan-Amourette, elle l'est toujours en 2016. Le Dr Didier SIMONNET est, en 2016, Membre du conseil d’administration d’ODENTH.
  • Belgique: http://www.biodenth.be/dents-au-naturel/concept.html (Biological Dentistry Therapeutic)
  • USA: IAOMT : Académie Internationale de Médecine Bucco-Dentaire et de Toxicologie. Adresse 8297 ChampionsGate Blvd, #193, ChampionsGate, FL 33896 (USA). The IAOMT is a membership organization for dental, medical and research professionals who seek to promote mercury-free dentistry, and raise the standards of scientific biocompatibility in dental practice. Ils ont des correspondants dans plusieurs pays anglophone, dont l'Angleterre. Boyd Haley est le président de leur Scientific Advisory Board (Conseil consultatif scientifique)[18]
  • Suisse: L'association Dentenerg[19] constituée par 4 médecins dentistes suisses, Jean-Claude Dierieck, Léopold Kun, Adèle Ruh et Nicolas Stelling.
  • Suisse romande: Association Suisse Romande pour l’Etude Holistique de l’Odonto-Stomatologie (ASREHOS)[20] "L’Association Suisse Romande pour l’Etude de l’Homœopathie en Odonto-Stomatologie a été fondée à Genève en novembre 1980, par Nicolas Stelling, médecin-dentiste (déjà correspondant suisse à la Ligae Pars Dentaria de la Liga medicorum homœopatica internationalis), avec 15 autres de ses consoeurs et confrères, élèves du Dr Jean Meuris, fondateur de la Fédération Française des Sociétés d’Homœopathie Hahnemanienne Odonto-Stomatologique, dite FFSHHOS.
    En octobre 1983, l’ASREHOS est rattachée à la FFSHHOS (actuelle ANPHOS, Association Nationale française Pour l’Homœopathie Odonto-Stomatologique) en tant que « Société Affiliée », participant activement à ses congrès.
    En septembre 1994, l’ASREHOS s’orientant de plus en plus vers les autres médecines complémentaires et énergétiques, elle opte pour une adaptation de son intitulé, passant d’ Homœopathie à Holistique, en conservant ainsi son sigle fondateur, mais restant toujours affiliée à l’ANPHOS.
    Dans ce cadre, l’ASREHOS a organisé le Congrès ANPHOS 1993 à Genève (président : Nicolas Stelling), et le Congrès ANPHOS 2005 à Gruyères (Président : Berdj Haroutunian)."
    Il est a noter que parmi les 34 membres d'Asrehos, 6 exercent en France: les drs Nathalie Dart à Saint-Julien en Genevois (74160), Valérie Dejaune à Cran-Gevrier (74960), Noëlle Gojon à Saint-Julien (74160), Brigitte Martin Hiver à Annecy (74000), Claude Meynadier à Villiers le Lac (25130) et Emilie Perrin-Turenne à Macon (71000).
  • L'Association Nationale pour l'Homéopathie Odonto-Stomatologique[21] regroupant plusieurs associations en France et ASREHOS ci-dessus en Suisse
  • ARGOS-HDI (Association de Recherche pour le Grand Ouest Sud pour l’Homéopathie et la Dentisterie Informative), co-crée en 2011 par Bernard Boufflers, Marielle Ferran et le Dr Didier Simonnet. En 2016, son président est le Dr Didier Simonnet.[22]

La Miviludes au sujet des pratiques pouvant conduire à un dérive sectaire dans le domaine dentaire

Article "La santé toujours en tête des dérives sectaires" publié le 11 mai 2015[23] [...]: "Dans le domaine dentaire, la Miviludes liste les pratiques « les plus couramment rencontrées » pouvant conduire à une dérive sectaire:
- la lecture des informations portées par les dents, dans l’intention de permettre au patient une prise de conscience d’un problème relationnel traumatisant, conflictuel ». Exemples : « Si les incisives centrales supérieures sont séparées des latérales, l’enfant se sent seul dans sa famille. Si ce sont les inférieures, il se sent seul dans l’existence » ;
- les constellations dentaires. La pratique se fonde sur une théorie similaire à la première. « La dent, en tant que partie de soi, est un lieu de stockage, en lien avec les mémoires appartenant au système familial. À partir d’une dent, se retrouvent des séquences de notre vécu, de celui de nos parents ou aïeux, voire de notre entourage. » L’acte thérapeutique consiste à réparer ses fondements ;
- la dentisterie holistique. Cette technique veut traiter le patient dans sa totalité. Elle englobe le soin de la dent, les aspects psychologiques et « les blocages émotionnels ».
La Lettre du Conseil de l’Ordre du mois de mai fait d’ailleurs état de la condamnation à un an de prison avec sursis et 22 000 € d’amende pour exercice illégal de la chirurgie dentaire, « d’une ancienne consœur » condamnée « pour avoir proposé des consultations et des analyses payantes en médecine dentaire holistique »

Liens externes

  • http://www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr/journaliste/communiques-de-presse/communiques-de-presse.html?tx_ttnews%5Btt_news%5D=314&cHash=1a98ceee987c62e97ec7925c535eac57 14/12/2011 Pour les experts scientifiques, l’amalgame est un matériau sûr et parfaitement adapté dans de nombreuses situations cliniques
    Des médias ont récemment relayé des informations erronées concernant les amalgames dentaires, pouvant générer des craintes irrationnelles, alors que, selon les données scientifiques disponibles, ces dispositifs constituent un matériau sûr et parfaitement adapté dans de nombreuses situations cliniques et que des études rigoureuses ont réfuté l’existence d’un lien entre amalgames dentaires et maladie d’Alzheimer ou sclérose en plaque.
    Aucune étude scientifique sérieuse n’a pu mettre en évidence des effets néfastes des obturations à l’amalgame sur l’état de santé général des patients et cela en dépit des innombrables amalgames dentaires utilisés dans le monde entier.
    Depuis 20 ans, cette position est partagée par l’ensemble des comités d’experts qui ont publié sur ce sujet, tant au niveau international (Organisation mondiale de la santé (OMS), American Council on Science and Health, de la Food and Drug administration, Santé Canada) qu’au niveau européen (Scientific Committee on Emerging and Newly Identified Health Risks ou SCENIHR, Scientific Committee on Health and Environmental Risks ou SCHER) et français (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé ou Afssaps).
    Les matériaux alternatifs à l’amalgame – principalement les composites – en dépit de leurs qualités esthétiques et des progrès réalisés ces dernières années, n’ont ni les qualités bactériostatiques ni les qualités mécaniques des amalgames. Leur durabilité de même que leur biocompatibilité sont nettement moindres et leur utilisation comporte un risque plus grand de récidive de carie sous l’obturation. Néanmoins, leurs indications correctement posées restent pertinentes (entre autres, reconstitution de l’angle d’une incisive fracturée …).
    Il n’est donc pas justifié, d’un point de vue de santé publique, de déconseiller l’utilisation des amalgames dentaires. Au nom d’un risque de nocivité purement hypothétique et jamais démontré, on risquerait alors de se priver d’un moyen thérapeutique encore irremplaçable à ce jour dans la lutte contre la carie dentaire – carie dont la nocivité, elle, est bien avérée.
    C’est pourquoi depuis 150 ans les amalgames dentaires sont utilisés pour le traitement des caries dans la quasi-totalité des pays (USA, Canada, Allemagne, Royaume Uni, Italie, Espagne, Pays-Bas, France, Belgique, Pologne, etc…) et que les rares pays qui ont interdit (Norvège) ou restreint (Suède, Danemark) son usage ne l’ont fait que pour des raisons environnementales (afin d’éviter la diffusion des déchets mercuriels dans l’environnement et la chaîne alimentaire notamment lors de crémations) et jamais pour une supposée nocivité des amalgames sur la santé humaine.

Références

  1. http://fr.wikiquote.org/wiki/Dentisterie_holistique
  2. http://www.editionsluigicastelli.com/editionsluigicastelli/index.php?sp=page&c=406
  3. http://www.onpeutlefaire.com/l-art-de-decoder-le-langage-des-dents Article "L'art de décoder le langage des dents" signé Estelle Vereeckpublié sur le site onpeutlefaire.com (date non indiquée)

    "Un langage à part entière
    Nombre d'idées reçues nous font attribuer nos problèmes dentaires au hasard ou la fatalité. "J'ai toujours eu de mauvaises dents" ou encore "mes parents avaient de mauvaises dents donc j'ai de mauvaises dents" sont des justifications souvent invoquées. Pour la médecine psychosomatique, le corps parle à travers les maux qui l'affectent. Chaque partie du corps revêt un sens symbolique qui permet de comprendre la signification des malaises et des maladies. L'approche s'applique avec plus de justesse encore à la bouche et aux dents. La bouche est par excellence la zone du corps dévolue à la parole. Les mots qui n'ont pu être verbalisés s'expriment à travers les maux de dents. Ainsi, nulle atteinte (carie, déchaussement, fracture, etc.) n'apparaît par hasard, mais exprime un langage à part entière: le langage des dents, langage du dedans.

    Le rôle du psychisme
    Invoquer des causes psychosomatiques n'implique pas de nier le rôle du sucre et des bactéries mais de le recadrer dans une perspective plus globale incluant d'autres facteurs. Produits par les bactéries buccales à partir des résidus sucrés, les acides responsables des caries n'agissent que sur un terrain préalablement fragilisé. Si les carences en minéraux et vitamines contribuent à fragiliser le terrain dentaire, d'autres carences de nature plus subtile, telles que manque d'attention, de présence ou de marques de tendresse, y contribuent également. Toute dent saine est douée d'une immunité naturelle qui la protège contre les attaques acides des bactéries. Une dent fragilisée par un stress passé ou présent est une dent qui se défend moins bien. Ainsi, certaines dents s'abîment alors que leurs voisines restent saines. Les problèmes dentaires sont le témoin d'une souffrance psychique qui s'exprime de manière préférentielle à travers certaines dents. La cause première des problèmes dentaires est psychique, le sucre n'est qu'un révélateur de nos failles intérieures préexistantes. On constate d'ailleurs que les problèmes dentaires apparaissent à des périodes clés de la vie, en réaction à des stress ou perturbations (deuil, chômage, période de bouleversement affectifs ou professionnels, dépressions, remise en question intérieure, etc.).

    La dent est une facette
    La répartition des caries, propre à chaque individu, semble parfois défier toute logique. Une personne ne développe des caries qu'à la mâchoire du haut, une autre à la mâchoire du bas, une troisième voit la même dent s'abîmer inexorablement au fil du temps. Chaque dent, dans sa singularité, exprime une partie de nous, représente un domaine de notre vie, une qualité spécifique ou facette de notre personnalité. La canine, pointue, à la racine très longue, exprime la puissance intérieure. Dent du carnivore, elle représente le prédateur à l'intérieur de soi, qui happe et garde sa proie, sait se défendre en montrant les crocs. Dents les plus fines et les plus petites, les incisives du bas représentent la vulnérabilité de notre part la plus fragile: l'enfant en soi. Quant aux incisives du haut, exposées en pleine lumière au centre du sourire, elles représentent l'identité, l'image de soi, notre facette féminine à droite, masculine à gauche.

    La dent est une étape de notre enfance
    l'intérieur de nos mâchoires selon une chronologie précise. Durant la période où elle se forme, la dent, structure minérale cristalline, mémorise les informations (chocs nerveux, états émotionnels) vécus par l'enfant. Chaque dent est le témoin d'une période précise de l'enfance. Par exemple, les premières molaires ou dents de six ans correspondent aux six premières années de la vie. Elles représentent les bases de la personnalité construites à partir des apports des parents. Les engrammes d'émotions négatives inscrivent une fragilité dans la structure de la dent qui s'abîme en écho avec la souffrance passée. Une lésion sur une première molaire révèle un manque (affectif ou éducatif) hérité du parent qui correspond à la dent. Le moment de sa vie où la lésion se manifeste montre que la personne vit une situation qui réactive son manque. Par exemple, une jeune femme qui perd sa maman à l'âge de 5 ans verra sa première molaire en bas à gauche s'abîmer à chaque fois qu'elle vit une situation d'insécurité affective (éloignement familial, rupture affective, etc.).

    Le décodage de chaque lésion dentaire
    La manière dont la dent s'abîme aide à comprendre comment est vécue la souffrance liée à une facette de soi et à une période de l'enfance. Les dents montrent que chacun exprime sa souffrance avec ses propres maux. La carie traduit le vide, la carence affective ou éducative ressentie par la personne. "Je n'ai pas eu de maman" exprime la carie sur la première molaire de la jeune femme de l'exemple précédent. L'abcès qui se forme de manière sournoise au fil des années, exprime le trop plein d'émotions négatives générées en réaction au manque initial. La personne entretient au plus profond d'elle-même une ranc½ur qui 'empoisonne au propre comme au figuré. L'expression "avoir une dent contre quelqu'un" prend ici tout son sens. L'usure des dents traduit la colère dirigée contre elle-même d'une personne qui n'ose pas agir ou dire ce qu'elle a sur le c½ur. Etc.

    La personnalité inscrite dans les dents
    Forme, implantation, taille, aspect et teinte des dents révèlent notre nature profonde. Par exemple, des dents larges, blanches et brillantes, implantées vers l'avant, traduisent le tempérament extraverti d'une personnalité de nature rayonnante. Une teinte plus grise ou plus terne, une implantation vers l'arrière ou des dents étroites sont les indices d'une personnalité effacée ou en retrait qui manque de confiance en elle. Tout défaut d'implantation est parlant. Par exemple, une dent cachée derrière les autres est une facette de soi qu'on cherche à dissimuler. Une dent incomplètement sortie est un domaine de sa vie où la personne n'a pu s'épanouir entièrement, etc.

    Un langage d'une infinie richesse
    Nos dents représentent une fantastique banque de données, d'accès immédiat et facile. La denture est une cartographie de l'inconscient d'une précision étonnante. Elle permet de lire en soi-même comme dans un livre ouvert, d'identifier des blocages présents depuis l'enfance. En cas de problème, comprendre le message de la dent malade est une étape incontournable de la guérison. Tout message non compris a tendance à se répéter, parfois jusqu'au délabrement de la dent. Pour éviter d'en arriver là, il suffit de faire parler nos dents ou plutôt d'écouter ce qu'elles ont à nous dire. Il nous appartient d'en finir avec la fatalité des problèmes dentaires, en décodant les mots du dedans cachés derrière les maux de dent.

    Estelle Vereeck

    Auteur du Pratikadent, dictionnaire holistique des atteintes dentaires et de la biocompatibilité des soins

    Sources : Le site d'Estelle Vereeck
    "
  4. 4,0 et 4,1 http://www.quackwatch.com/01QuackeryRelatedTopics/mercury.html The "Mercury Toxicity" Scam: How Anti-Amalgamists Swindle People (L'escroquerie de la toxicité du mercure: Comment les anti-amalgames escroquent les gens). Par Stephen Barrett. Publié en mars 2006
  5. http://www.biodenth.be/seminaire-dentiste/numero6.pdf
  6. http://www.stellinginfo.com/index.php?id=52w
  7. http://www.dent-ta-source.org/site/imgs/p_approche/giroflate.pdf
  8. http://www.editionsdelahutte.com/RESSOURCES/EXTRAITS-ETABLIR.pdf Extraits du livre de Georges Hadjo, Raymond Herren, Dr Nicolas Stelling: "Etablir un bilan bio-énergétique. L’électrophotonique pour traquer les maux du corps et mieux comprendre les manifestations de l’esprit." Remarque de Psiram: Il s’agit de l'étude des effets supposés de la dépose d’amalgames à l'aide de photographies kirlian. Les auteurs citent le Dr Elmiger: La maladie résulte d'une altération de l'énergie vitale désaccordée, dont les symptômes et les signes sont les visages de la maladie.
  9. http://www.haroutunian.ch/
  10. http://www.dentenerg.ch/index.php
  11. http://michel.raynaud.pagesperso-orange.fr/txt_crussol.htm Mr Crussol apporte son appui à Bruno Darmon, il dit à cette occasion : "[...] j’ai bientôt réalisé à partir de documents scientifiques irréfutables, l’extrême toxicité irréversible des dents dévitalisées, sans pour autant qu’elles ne montrent de signes cliniques dentaires, radiologiques ou même médicaux. Seule l’autopsie de la dent permet son analyse dans des laboratoires spécialisés et la mise en évidence de son caractère infectieux. Travaillant de concert avec de nombreux médecins, nous sommes persuadés que l’extraction de toutes les dents dévitalisées est l’attitude dentaire idéale et indispensable à tout traitement des maladies dégénératives. Il existe de nombreux sites internets sur le sujet. J’estime que ne pas proposer aux patients, l’élimination de tous les sites dentaires ou osseux infectieux, donc des dents dévitalisées, est une faute professionnelle. [...]
  12. http://www.charlatans.info/news/Dangereux-les-plombages-au-mercure Dangereux les plombages au mercure ? Le 9 août 2008
  13. http://www.stelior.com/
  14. http://cdurable.info/Congres-National-2010-de-l-Alliance-pour-la-Sante,2876.html
  15. https://www.youtube.com/watch?v=rjykcZOCFpw Alerte au mercure - France 5 - 01 02 2015
  16. http://fibroetmetaux.canalblog.com/archives/2016/05/11/33796257.html
  17. http://www.odenth.com/
  18. https://iaomt.org/about/scientific-advisory-board/
  19. http://www.dentenerg.ch/association.php
  20. http://www.asrehos.ch/fr/presentation.html
  21. http://anphos.fr/html/composition.html
  22. https://odenth.wordpress.com/2016/01/13/congres-odenth-2016/
  23. http://www.information-dentaire.fr/011-1423-La-sante-toujours-en-tete-des-derives-sectaires.html Article "La santé toujours en tête des dérives sectaires" publié le 11/05/2015