Philippe Bry

De Psiram
Source capture d'écran [1]

Le Philippe Bry, né le 21 septembre 1963 à Levallois-Perret (92), pédiatre homéopathe, opposant à la vaccination, radié à vie de l'Ordre des médecins le 8 juillet 2016 par la Chambre disciplinaire nationale ordinale (juridiction indépendante du Conseil national de l'Ordre des médecins)[2].

Procédures disciplinaires devant la Chambre Régionale de l'Ordre des médecins (CROM) en 2015-2016

Condamnation pour avoir produit un faux certificat de vaccination de complaisance

"Le Dr Philippe Bry, 52 ans, pédiatre homéopathe, exerce depuis 28 ans à Fondettes. Il a été suspendu provisoirement cinq mois le 9 octobre 2015 par l'Agence régionale de santé (ARS), suspecté d'avoir produit un faux certificat de vaccination de complaisance pour un jeune de 8 ans qui, en tombant sur un tesson de poterie, le 13 juin 2015, a contracté le tétanos.
Hospitalisé d'urgence à Tours-Clocheville, le 28 juin 2015 en réanimation, l'enfant est admis en rééducation le 17 août et sort guéri du centre le 27 août. Il repend l'école et ses activités sportives en septembre 2015. Traduit devant la chambre disciplinaire du conseil de l'ordre régional des médecins (Crom) Centre-Val de Loire, il est représenté à l'audience par Me Clémentine Czorny aux fins d'obtenir la relaxe.
Tout au long des débats, s'affrontent la position des obligations vaccinales auxquelles se serait soustrait le Dr Bry selon les expertises et celle du médecin qui, dans ses déclarations constantes (23 juillet, 12 octobre et 21 octobre 2015) soutient avoir bien vacciné l'enfant contre cette maladie.
En arrière-plan, s'invite aussi la controverse des partisans des vaccinations libres, constituant une part importante du comité de soutien dont une cinquantaine de membres présents dans la salle, contre la médecine conventionnelle représentée par le conseil de l'ordre et l'ARS.
L'ARS a procédé à la saisine de cette chambre disciplinaire en application du non-respect du code de la santé publique et de la déontologie professionnelle qui interdit à un praticien de produire de faux documents. Le carnet de santé du jeune porte trace des étiquettes correspondant à des lots, ainsi que la signature du Dr Bry, mais les examens biologiques concluent à l'absence de trace de vaccination.
[...]
Une autre affaire le mettant en cause pour intrusion dans les affaires familiales au nom de l'assistance thérapeutique est évoquée. Il s'agit d'une plainte d'un homme, transmise par le conseil départemental de l'ordre des médecins d'Indre-et-Loire qui s'y associe, enregistrée le 20 juillet 2015. Le Dr Bry n'aurait pas respecté la confidentialité et se serait immiscé dans la vie d'un couple et de ses huit enfants au nom de sa profession. Décision dans deux mois sur cette affaire.
"[3]

Le Dr Philippe Bry, jeudi 17 décembre 2015, a été interdit d’exercer la médecine pendant 18 mois. La sanction a été prononcée par la Chambre régionale de l’Ordre des médecins d’Orléans. « Le médecin peut faire appel, mais cet appel ne sera pas suspensif » précise La Nouvelle République du Centre Ouest.[4].

Il est désormais radié à vie depuis le 8 juillet 2016 comme mentionné supra. Relatant cette condamnation, le journal Le PARISIEN écrit : "Soutenu par des parents, le pédiatre tourangeau est décrit par certains confrères comme un « gourou » surfant sur les peurs et l'hostilité au système médical." [5]

Citations du Dr Bry, lors de conférences pour ALIS

Le Dr Bry est très clair lorsqu'il parle à ses amis. Voici ce qu'il dit, dans les vidéos mises sur Youtube : "je n'ai plus aucune confiance [dans le système médical]", puis "en tant que médecin, je ne peux plus accorder le moindre crédit dans aucune étude médicale que ce soit" (à 4mn40 sur BRY3 [6]) "il est évident que aucun médicament, quel que ce soit, et encore moins aucun vaccin, ne peut prétendre améliorer notre santé" (à 0mn50, sur BRY4 [7]) et surtout : "3e possibilité [face aux obligations vaccinales], si on veut que le carnet [de santé] soit rempli, vous vous débrouillez pour le remplir, c'est tout, je ne peux pas en dire plus" (à 7mn05, sur BRY 7/2 [8])

Le Dr Bry "dénonce" les dangers de la médecine classique. Il cite au contraire d'autres modes de "soins" : NAET, DIEN CHAN, Aromathérapie, huiles essentielles, Peter Joseph Mouvement Zeitgeist, psychogénéalogie, hypnose, kinésiologie, boire ses urines, méthode isothérapique, etc.

Condamnation pour non-respect des règles déontologiques

Le Dr Bry a été mis en cause pour intrusion dans les affaires familiales au nom de l'assistance thérapeutique. Il s'agit d'une plainte d'un homme, transmise par le conseil départemental de l'ordre des médecins d'Indre-et-Loire qui s'y associe, enregistrée le 20 juillet 2015. Le Dr Bry n'aurait pas respecté la confidentialité et se serait immiscé dans la vie d'un couple et de ses huit enfants au nom de sa profession. Décision dans deux mois sur cette affaire.[3]

Dans cette affaire, la décision de la CROM le 26 janvier 2016 a été:
Sanction de l'interdiction d'exercer la médecine pendant une durée de 3 mois, assortie d'un sursis partiel de deux mois, infligé au Dr Bry.
Cette sanction, pour la partie non assortie d'un sursis, prendra effet le 17 juin 2017 à 0 heures et cessera de porter effet le 16 juillet 2017 à 24 heures.[9]

Antécédents du Dr Philippe Bry

Le Dr Bry est loin d'être un inconnu. Il avait déjà été suspendu temporairement en février 2001[10].

Dès 1999, un environnement proche de personnalités controversées et/ou de sectes

Dans le journal de décembre 1999 de la LNPLV, il est fait un compte-rendu d'un colloque "Faut-il avoir peur des vaccinations ?" auquel la LNPLV a participé. Le journal donne des détails sur l'intervention de Philippe Bry:
"Le Dr Philippe BRY, pédiatre à Fondettes, a dénoncé cette polyvaccination du nourrisson qui perturbe le système immunitaire encore immature à tel point que le Japon a reporté les primo-vaccinations à …2 ans. Il a montré des documents témoignant de l'affaiblissement du système immunitaire matérialisé par l'effondrement du rapport T4/T8 (il s'agit de deux types de lymphocytes – globules blancs – intervenant dans l'immunité). Enfin il a dénoncé « l'artifice » de changement de dénomination du Virus Respiratoire Syncitial (VRS) qui, découvert en 1956, s'appelait alors Chimpanzé Coryza Agent (CCA). Serait-ce pour éviter que l'on se pose la question de savoir comment on a pu « écoper » d'un virus de chimpanzé ? Avec pertinence, notre orateur ne se prive pas de rappeler que les premiers vaccins antipolio des années 60 étaient contaminés par le SV40, virus provenant des singes verts sur les reins desquels étaient faites les cultures du vaccin antipolio…"[11]

Dans ce colloque, il côtoie des personnalités déjà très marquées. Le compte-rendu cite : "Michel RANDOM, écrivain et philosophe, animait une partie des débats", Sylvie Simon, Michel Georget, Jean-Pierre Willem, Françoise Joët, le Dr. Jacqueline BOUSQUET (chercheur honoraire au C.N.R.S.), a restitué la maladie dans une vision plus globaliste de l'Homme en privilégiant le psychisme : " on devient ce que l'on pense ! ", et les bactéries et virus ne seraient que les témoins du terrain que nous fabriquons nous-mêmes". M Random et Jacqueline_Bousquet apparaîssent sur le site officiel de la Scientologie [12] et [13], Jacqueline Bousquet y est même à l'honneur, avec un onglet qui lui est personnellement dédié dans la colonne de droite de la page d'accueil[14]. Etait présent également le Dr Marc_Vercoutère : "Le Dr VERCOUTÈRE, interdit depuis dix ans d'exercice de la médecine par l'Ordre des Médecins, n'a fait que confirmer par ses exemples tout ce qui avait été dénoncé ci-dessus. S'appuyant sur le philosophe Glüksmann qui recommande la « désobéissance civile » dans certains cas, il aimerait que cette idée soit étendue au domaine médical."

Cette désobéissance civile implique-t-elle de faire des faux certificats de vaccination ? Le compte-rendu du colloque ne le précise pas.

Soutien de CAP LC en 2001

Roselyne Morel, vice-présidente de CAP LC, donne sa version des faits et une description détaillée des pratiques médicales du Dr Bry (voir la page 17 de ce document (datée de 2001)[15]), il s'agit de la méthode d'isothérapie séquentielle de Jean Elmiger: "Le 19 décembre 1999, le docteur Philippe BRY, pédiatre homéopathe à Fondettes (37), a fait l'objet d'une sanction d'interdiction temporaire d'exercer la médecine pendant un mois, prononcée à son encontre par le Conseil Régional de l'Ordre des Médecins. Le Conseil lui reproche d'avoir, le 3 décembre 1998, établi une ordonnance relative à une isothérapie séquentielle de vaccins. La technique d'isothérapie séquentielle, a été largement diffusée par un médecin suisse, le docteur Elmiger, depuis les années soixante-dix. Elle consiste à administrer une dilution homéopathique du ou des vaccins incriminés devant un effet secondaire suspecté, à des concentrations de plus en plus faibles, selon la technique de Korsakov, et dans l'ordre inverse où les vaccinations ont été reçues, en remontant le temps, de la vaccination la plus récente vers la vaccination la plus ancienne. [...], le docteur Bry a fait appel de la décision du Conseil Régional, auprès du Conseil National de l'Ordre. Dans le même temps, le Conseil Départemental, à l'origine de cette plainte en association avec celle d'un pédiatre de Saint-Cyr, faisait également appel, estimant le docteur Bry, insuffisamment sanctionné._Le Conseil National de l'Ordre, par sa décision du 12 janvier 2001, a rejeté la requête du docteur Bry, et a alourdit la sanction, portant l'interdiction d'exercer de un à deux mois. [...]"

A propos de Isothérapie

Ajout de Psiram: Description de l'isothérapie aussi appelée Isopathie. En gros, on prélève chez le patient les produits de son propre corps (sang, urine, excrétions purulentes, matières fécales, salive, calculs biliaires et urinaires), puis on les dilue comme en homéopathie, dilution qu'on administre au patient à titre de médication. (Cette description provient d'un site partisan de la méthode[16])

Soutien de l'association ALIS en 2001

L'association anti-vaccination ALIS avait pris sa défense dans son courrier N° 33 de 2001 reproduisant un article paru dans le journal Nouvelle République du Centre Ouest signé Marie-Paule Memy[17]. On y lisait: "Nous connaissons le Dr Philippe BRY et savons qu'il est la conscience professionnelle même. Que lui reprochent ses confrères de l'Ordre ? Tout simplement "de jeter la suspicion sur l'utilité des vaccinations". Le médecin est condamné une première fois à un mois de mise à pied, le 12 février 1999, par l'instance régionale et à trois mois par l'instance nationale, le 8 février 2001. "L'aggravation de la peine, fait rare, fait suite au recours du Conseil départemental qui estimait que "la dangerosité des opinions et du mode d'exercice du Dr Bry était insuffisamment sanctionnée en première instance."
Il n'y a pas eu de plainte de patients. Le Dr BRY a été dénoncé par un confrère pédiatre de Tours, très engagé dans la lutte contre les sectes, pour avoir prescrit un traitement isothérapique (à base de dilutions homéopathiques de vaccins) à un enfant qui présentait une grande fatigue à la suite de toute une série de vaccinations.
C'est là un comble: accuser quelqu'un de mettre la vie en danger, alors qu'il tente de soigner un patient dont la vie a été mise en danger par des vaccins. Les accusateurs mesurent-ils le paradoxe? [...] L'Ordre des Médecins l'a donc accusé d'utiliser des procédés insuffisamment éprouvés faisant courir des risques injustifiés aux patients (Code de déontologie art. 39 et 40) ! [...]
Philippe BRY, pour sa part, analyse la mesure qui le frappe comme un procès en sorcellerie: "On m'a déjà enlevé mes cours auprès des sages-femmes, on m'a supprimé les gardes pédiatriques et mes interventions à l'hôpital Clocheville. J'ai été parmi les premiers à tiquer contre le vaccin de l'hépatite B. Il y a un tabou médical sur les vaccins, il ne faut pas entacher le dogme selon lequel le vaccin va sauver le monde. Je paie pour ma liberté de parole". [...]
"
Et l'article du journal cité dans le courrier N° 33 d'ALIS concluait: "Tous ceux qui veulent manifester leur soutien au Dr Bry peuvent lui envoyer un petit d'encouragement par l'intermédiaire d'ALIS (Ecrire au siège à RIOM)."

Soutien de la LNPLV en 2001

La Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations (LNPLV) avait elle aussi pris sa défense en 2001 dans un article "Hommage à un médecin courageux".[18] On y apprend que:
"Le 8 février le Conseil National de l’ordre des médecins a condamné le Dr Philippe BRY, pédiatre à Fondettes près de Tours, à 2 mois d’interdiction d’exercer.
La plainte à son encontre n’émane pas de patients mais d’un confrère pédiatre le Dr MIET. Le motif est une ordonnance du Dr BRY, prescrivant à un enfant de 7 ans des médicaments isothérapiques des vaccins ROR, Genhévac B, HI B, Tétracoq et BCG (soit tous les vaccins administrés habituellement aux enfants). L’enfant se plaignant de fatigue et de troubles digestifs le Dr BRY avait voulu soigner les effets secondaires de ces vaccinations.
Le Conseil National reproche au Dr BRY :
* d’attribuer les troubles de l’enfant aux vaccinations,
* de pratiquer l’isothérapie séquentielle de manière habituelle, et sans examens complémentaires,
* d’employer des procédés thérapeutiques insuffisamment éprouvés,
* de jeter la suspicion sur l’utilité des vaccinations chez les jeunes enfants en leur faisant courir des risques injustifiés.
Lucide, le Dr BRY fait remarquer :
“Il y a un tabou médical sur les vaccins, il ne faut pas entacher le dogme selon lequel le vaccin va sauver le monde. Je paie pour ma liberté de parole”.
(Source La Nouvelle République du Centre-Ouest – 12 février 2001).
R & V : Le Dr BRY avait participé au colloque “Faut-il avoir peur des vaccinations” qui s’était tenu à Paris le 16 octobre 1999. Son exposé figure dans le livre “Synthèse du Colloque” (voir notre Service Librairie).
Dernière minute...
Au moment de mettre sous presse, nous apprenons qu’une conférence d’information et de soutien au Dr BRY aura lieu le 10 avril à 20 h 30, salle polyvalente des Halles, place Gaston Pailhou, 37000 Tours. L’entrée est gratuite.
Cette action est organisée par la coordination ouest. Pour tout renseignement, téléphonez à M. [Paul] PLOUGONVEN au 02 47 49 93 95. Nous invitons tous ceux qui le peuvent à y participer.
"
[Le numéro de téléphone indiqué est celui de Paul Plougonven président de l'association Santé Liberté Touraine, et participant à des rencontres quelque peu ésotériques[19].

Le journal qui rapporte ces faits signale que certains confrères évoquent la personnalité du plaignant [le dr Miet] “très engagé dans la lutte contre les sectes”.

Être "très engagé dans la lutte contre les sectes", étrange prétexte pour tenter de discréditer le plaignant !

Conférencier en 2011 à une rencontre annuelle d'ALIS

Le Dr Bry a été l'un des conférenciers lors des Journées d'été d'ALIS, qui ont eu lieu du 25 août 2011 au 28 août 2011 en Normandie, et au cours de desquelles se sont tenues l'AG annuelle d'ALIS et diverses réunions des délégués locaux d'ALIS. Les conférenciers étaient Bernard Clavière sur le thème «Les moyens naturels de santé», le Dr Jean Méric sur le thème «Le tétanos» [auteur du livre Vaccinations, je ne serai plus complice!], Françoise Billy sur le thème «De la naissance sans violence à l’enfance sans violence», le dr Bry clôturait la journée sur le thème «Des enfants en bonne santé»[20].

Les soutiens du Dr Bry en 2015

Les soutiens du Dr Bry sont ici le groupe Facebook Info Vaccin Prevenar, groupe en cheville avec l'association belge Initiative citoyenne, et Sophie Guillot, présidente de l'association Info Vaccin France et membre active du groupe facebook précité.

Sophie Guillot affirme donc que le Dr Bry n'aurait pas falsifié le carnet de son patient:
"Or cet enfant avait bien été vacciné à plusieurs reprises en 2008 et 2009 conformément aux lois d'obligations vaccinales",
alors qu'elle a elle-même falsifié celui de ses enfants, comme elle l'avouait en 2013 sur un forum québécois.[10]

Le Dr Bry lance un vibrant appel au soutien du public, que s'empresse de relayer l'association belge opposée à la vaccination Initiative citoyenne[21]. Il demande
" - un soutien moral au travers d’une pétition
- physique en venant assister à mon jugement au Conseil de l’Ordre le 16 décembre à Orléans
- financier en m’aidant à payer cette procédure juridique infondée
".
La cagnotte se monte début février à 12 633 €[22].

Commentaire de Jean-Daniel Metzger au sujet du soutien d'Initiative citoyenne[23] et lien avec Patrick Le Berre

Lorsqu'on a le culot de se présenter en martyr après avoir commis des faux en écriture, en trompant les bonnes gens afin de tenter de lever des fonds (12 000 € aux dernières nouvelles !) pour atténuer le poids des condamnations dont on a écopé, lorsqu'on n'est pas blanc comme neige, et que l'on veut poser avantageusement sur la toile, il faut s'attendre à se faire gifler publiquement par les mêmes voies.

Le Dr Bry en plus d'une levée de fond se fait entretenir par l'ex-femme du mari qu'il a bafoué.

Le mari me fait observer ceci :
Mon épouse lui apporte actuellement (janvier 2015) plus de 3500 euros par mois (2200 de pension alimentaire à cause d'une erreur de calcul, plus 700 euros de Supplément Familial par mon employeur, plus 691 d'AF... Même sans travailler, Bry peut survivre...
La notion de "sursis" est à creuser : si Bry n'est qu'un "thérapeute" comme il le prétend, alors le sursis devrait sauter s'il continue à s'immiscer dans nos affaires familiales. En clair, s'il continue à héberger mon épouse et nos enfants au titre de "thérapeute", il détruit son sursis. S'il l'héberge désormais au titre de "compagne", il détruit son argumentaire.

En effet, si l'épouse (le divorce n'étant pas encore prononcé) vit toujours au domicile de Bry, le trouble causé par l'ingérence perdure et justifie un appel et non seulement la révocation du sursis mais l'alourdissement de la peine en raison du manquement aux obligations morales d'un médecin. Risque auquel s'ajoute les conséquences possible de la plainte au pénal pour bris et vol d'ordinateur au détriment du fils, plus les dommages et intérêts que ne manquera pas de réclamer le mari bafoué devant la juridiction civile ou pénale compétente, la justice ordinale n'étant pas compétence sur ce plan précis.
J'ai le sentiment d'avoir débusqué une affaire qui si elle est menée à son terme risque de faire date en raison du contexte de dérive sectaire, lequel ne résulte pas d'un manquement aux obligations vaccinales mais d'une confusion des genres. Lorsque les médecins et les "psys" en viennent à se substituer aux curés et aux directeurs ou conseillers spirituels dont c'est le métier, rien ne va plus ! Cela devient même une véritable plaie, c'est la raison pour laquelle j'ai proposé à la victime de tout faire pour tenter de mettre définitivement ce médecin hors d'état de nuire !
J'ose espérer que vous conviendrez que l'affaire n'est pas banale !
Notons que l'interdiction d'exercer pendant x mois ne représente que le volet disciplinaire, et l'ARS aurait entrepris de vérifier la couverture vaccinale de tous les enfants d'une certaine tranche d'âge traités par Bry, ce qui revient à dire qu'un volet pénal pourrait s'ajouter au volet disciplinaire... C'est ce que l'on appelle se foutre dans le pétrin...

Lien avec Patrick Le Berre
Jean-Daniel Metzger montre également le lien étroit entre le Dr Philippe Bry et Patrick Le Berre, ce "passeur d'âme - initiateur ésotérique" de la région de Tours, chez qui il a envoyé cette "patiente - compagne" en "consultation" le 3 juillet 2015 (c'est le mot que le Dr Bry emploie lui-même).

Recrudescence des cas de tétanos en France

Dans l'article "Certificat de complaisance. Enfant atteint du tétanos : le pédiatre de Tours suspendu", par Bruno Martrette, sous-titré "Un pédiatre tourangeau a été suspendu par son ARS, suite à un cas de tétanos décelé sur un enfant de neuf ans. Il aurait établi une fausse déclaration de vaccination" se trouve un encart intitulé "Recrudescence des cas de tétanos en France":

"Selon un récent bilan de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS), le tétanos, maladie qu'on pensait éradiquée, connaît une recrudescence en France : 3 cas en 2008, 15 en 2010. « Tous ces cas et décès auraient pu être évités par une meilleure application du calendrier de vaccination antitétanique », soulignait l'étude. Au total, entre 2008 et 2011, 36 cas ont été notifiés, dont 11 décès.[24]

Pour la période 2005-2014, 96 cas de tétanos en France, dont 26 décès. Le taux de létalité est de 27%.[25]

Liens externes

Références

  1. http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2015/12/18/Tetanos-le-pediatre-sanctionne-par-ses-pairs-2568758
  2. https://jeanyvesnau.com/2016/07/25/tetanos-un-pediatre-homeopathe-accuse-de-ne-pas-avoir-vaccine-est-radie-a-vie-du-conseil-de-lordre/
  3. 3,0 et 3,1 http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2015/12/18/Tetanos-le-pediatre-sanctionne-par-ses-pairs-2568758 Article "Tétanos : le pédiatre sanctionné par ses pairs" publié le 18/12/2015
  4. http://jeanyvesnau.com/2015/12/17/affaire-du-tetanos-lordre-condamne-le-pediatre-homeopathe-a-un-an-et-demi-dinterdiction-dexercice/
  5. http://www.leparisien.fr/informations/un-pediatre-anti-vaccin-radie-27-07-2016-5997053.php
  6. https://www.youtube.com/watch?v=3s2Ddd4GrN8
  7. https://www.youtube.com/watch?v=2yOkHmj_91s
  8. https://www.youtube.com/watch?v=qa0q_v2Nvz0
  9. http://silicium.blogspirit.com/files/jugement_contre_dr_Bry.pdf
  10. 10,0 et 10,1 http://rougeole-epidemiologie.overblog.com/2015/12/tetanos-quand-des-enfants-paient-pour-les-decisions-des-adultes.html#top
  11. http://www.infovaccin.fr/199912.html#colloque
  12. http://scientologie-scientifique.fr/michel-random/ Lien mort
  13. http://scientologie-scientifique.fr/jacqueline-bousquet/ Lien mort
  14. Les deux liens précédents sont morts. Psiram a pu récupérer à l'aide du cache google de scientologie-scientifique l'article publié par Jacqueline Bousquet (biologiste)

    “En effet, le problème qui se pose à l’homme dès qu’il réfléchit au sens de la vie est : D’où venons nous ? Qui sommes-nous ? Où allons nous ? Pouvons-nous, aujourd’hui, compte tenu de l’irruption de la physique quantique dans la biologie, de la reconnaissance des champs informationnels et surtout des extraordinaires travaux du mathématicien Emile Pinel, répondre “scientifiquement” à ces questions ? La réponse est oui. Il importe seulement d’avoir quelques connaissances en mathématique et en physique. Les biologistes doivent d’urgence revoir le programme de physique appris dans l’enseignement secondaire pour revenir à la physique classique qui nous situe dans un continuum d’espace-temps tramé dans les ondes électromagnétiques constituées de vibrations. David Böhm définit le cerveau comme “un hologramme qui analyse l’hologramme de l’Univers”. Nous savons aujourd’hui, grâce aux travaux du Biophysicien allemand D.A Popp, que les cellules communiquent par des photons corrélés et que le système de réparation de l’A.D.N. Se fait dans l’ultraviolet. Cependant, l’information étant par nature immatérielle (…), le photon n’est pas un bon candidat au support de la pensée.R. Sheldrake et tous les précurseurs depuis Gurwich en passant par E.Pinel l’ont abondamment démontré. Il faut donc trouver autre chose afin que le monde scientifique _ réductionniste par nature – accepte de changer de paradigme, donc de concepts. C’est ainsi que des chercheurs dont L.Kervran ont été amenés à envisager que ce rôle pourrait être tenu par une particule énigmatique, sans charge ni masse pour l’instant, le neutrino. L’hypothèse est séduisante puisque les photons sont toujours décrits comme accompagnés de neutrinos. L’analyse fine de la lumière, photon par photon, permet de mesurer d’un côté, l’énergie du photon, de l’autre, la présence d’une onde vide capable, par ailleurs, d’effets matériels.

    Les expérimentateurs précisent que le cerveau est sensible à ces ondes d’espace. Il nous reste à aborder le problème de la manière dont ces informations viennent structure la matière et lui donner sa cohérence. Ces ondes vides ou d’espace sont capables d’utiliser la propriété essentielle du vivant à savoir la piézo-électricité… C’est ainsi que se constituent les limites des formes, autrement dit les membranes constituées de polarités + et – ; nous savons que la piézo-électricité est la première propriété du vivant à disparaître au moment de la mort. Puisque le cerveau est sensible à ces ondes, les neurones (cellules cérébrales) transforment la vibration en courant électrique par l’intermédiaire du centriole sorte de centrale énergétique – mémoire relais des médecins quantique – à l’origine de l’énergie cinétique de la cellule (E.Pinel). Dans cette approche, le cerveau est un transcodeur, il permet l’entrée de la pensée dans la matière, justifiant ainsi au passage, les théories de Hamer et la présence de “fusibles” capables de sauter ou de perturber l’énergie (support de l’information ) d’un psychisme perturbé par une information déstructurante. Compte tenu de tout ce qui précède, nous ne sommes pas ce que nous croyons. Nous devons cesser de nous identifier au corps matériel qui est seulement le résultat de la manifestation d’un champ complexe contenant tous nos concepts donc notre psychisme”.

    La première manifestation matérielle est la particule. “Dans cette nouvelle sorte de physique, il n’y a pas de place à la fois pour le champ et la matière, car le champ est la seule réalité ». Albert Einstein.

    Elle est toujours accompagnée d’une onde appelée onde psi qui renseigne sans arrêt la particule – et donc le champ qui lui est associé – de l’état énergétique – donc informationnel – de son environnement. Ceci est à l’origine des différentes lois de la physique (théorème de Bell, théorie du Boostrap de Chew, hologramme de l’univers) et surtout l’apparition d’une nouvelle vision du monde dans laquelle tout est inter-relié et où « on ne peut cueillir une fleur sans ébranler une étoile ou encore : le battement d’aile d’un papillon peut déclencher un cyclone !  » Cette analyse doit nous conduire à la démonstration que la mort n’existe pas. Elle consiste seulement à la disparition de notre corps physique et permet à l’entité de faire le point sur ses différents concepts, ses acquis et ses erreurs et de survivre dans un champ de lumière démontré par F.A Popp dans l’attente d’une nouvelle incarnation pour continuer son évolution. Nous devons absolument partir des travaux d’Emile Pinel parfaitement résumés par un excellent article du physicien Serge Nahon que vous pouvez consulter sur Internet.

    Je me contenterai de citer les conclusions de Serge Nahon : « Ces champs sont, pour nous, aussi impalpables que le champ magnétique, pourtant ils agissent sur nous.

    Mais le plus curieux est qu’à la mort de l’individu, les équations indiquent que deux de ces champs « meurent » mais pas le troisième. C’est pourquoi nous disons que les champs H1 et H2 « meurent ». Mais le champ H3 ne « meurt » pas, c’est sa variation en fonction du temps qui meurt. Autrement dit, à la mort de l’individu, le champ H3 ne varie plus, il doit donc rester constant. Or il se trouve que ce champ a une composante psychologique, constatée par Emile Pinel sur les malades qu’il a soignés.

    Toute incarnation implique une mort inéluctable de la forme physique, mais implique également une survivance au niveau du champ de forme contenant les impondérables, donc le psychisme. Notre liberté réside dans la maîtrise de ce que nous acceptons de croire donc du contenu immatériel de notre psychisme ».
  15. http://roselyne.morel.free.fr/CAP-LC.pdf
  16. http://santenature.over-blog.com/article-10505499.html
  17. http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/dec-2011/Un-pediatre-devant-l-Ordre-des-Medecins.pdf
  18. http://www.infovaccin.fr/200103.html Voir l'article situé vers la fin de page
  19. http://autour-d-un-cours-en-miracles.over-blog.fr/article-25077666.html
  20. http://www.alis-france.com/download/inscript_AG2011.pdf
  21. http://initiativecitoyenne.be/2015/12/vaccination-dr-philippe-bry-un-pediatre-injustement-inquiete-a-soutenir-d-urgence.html
  22. https://www.lepotcommun.fr/pot/i426qfgg
  23. http://silicium.blogspirit.com/archive/2016/01/28/condamnation-du-dr-philippe-bry-pour-entrave-aux-oligations-3065365.html
  24. http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/12916-Enfant-atteint-du-tetanos-le-pediatre-de-Tours-suspendu
  25. http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Tetanos/Donnees-epidemiologiques