Paul Shattock

De Psiram
Le texte accompagnant cette vidéo mise en ligne le 4 mars 2009 est "Enjoy a preview of this lecture given at the Defeat Autism Now Conference: Sponsored by the Autism Research Institute. Purchase the full lecture at www.instatapes.com/DAN Item # DAN081WD201"

Paul Shattock est un chercheur anglais sur l'autisme qui était autrefois directeur de l'Autism Research Unit (il est actuellement directeur de "Education and Services for People with Autism") à l'Université de Sunderland.

Il est connu pour sa recherche controversée sur la thérapie alimentaire et l'autisme affirmant que les enfants autistes pourraient avoir un "intestin perméable" (en anglais Leaky gut) qui permetrait à certains peptides de passer dans le système sanguin et aurait produit des preuves qu'ils en excrèteraient des taux anormalement élevés.[1] Suite à cette spéculation, il a promu l'utilisation du régime sans gluten et sans caséine (SGSC) pour améliorer les symptômes de l'autisme, une théorie qu'il a développée de concert avec Karl Ludvig Reichelt.[2] En outre, il a affirmé qu'une protéine se trouvant dans le lait pourrait jouer un rôle dans l'étiologie de l'autisme.[3] Il est également le président élu de la "World Autism Organization" (Organisation mondiale pour l'autisme) et membre du conseil scientifique de l'association STELIOR d'Elke Arod.

En 2002, Shattock a effectué une étude et a affirmé que cette étude avait identifié un sous-ensemble d'enfants autistes qui seraient particulièrement sensibles au vaccin ROR. Ces enfants étaient identifiés par le fait qu'ils avaient tendance à souffrir de troubles d'intestinaux, avaient une démarche anormale et étaient plus amicaux que les autres enfants autistes.[4] De plus, cette étude a conclu qu'un parent d'enfant autistique sur dix attribuait l'autisme de son enfant à ce vaccin et que ces enfants avaient des taux beaucoup plus élevés d'indolyl-3-acryloylglycine (aussi connu sous le nom de trans-indolyl-3-acryloylglycine ou IAG, qui est un des opioïde dérivé du gluten) urinaire[5].

Cependant, Shattock a été critiqué par Peter Dukes du Medical Research Council (le Medical Research Council (MRC) est un organisme public, financé par le gouvernement, responsable de la coordination et du financement de la recherche médicale au Royaume-Uni), qui a fait remarqué que les conclusions de Shattock n'avaient pas encore été publiées dans une revue à comité de lecture.[6]

Paul Shattock, tout comme Karl Reichelt et Boyd Haley, est membre du collège scientifique de l'association suisse STELIOR[7] d'Elke Arod s'occupant d'autisme et de troubles du spectre autistique.

Vie personnelle

Shattock a un fils, Jamie, qui a été diagnostiqué autistique en 1975.

Les hypothèses que Paul Shattock avance pour prôner le régime sans gluten et sans caséine

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant
Figure 1:
Pourquoi certaines personnes absorbent-elles ces peptides ?
Gut = intestin
Blood = sang
Brain = cerveau
Gut permeability = perméabilité de l'intestin
Blood-brain barrier permeability = perméabilité de la barrière sang-cerveau
Source du shéma[8]

Le shéma ci-contre figure dans l'intervention intitulée "Situation actuelle dans les connaissances médicales", que Paul Shattock a faite le 23 mars 2002 à une rencontre sur le thème "Approches Biologiques de l'Autisme" organisée à Paris par l'association autisme-france[8]. Elle est accompagnée des commentaires suivants:

Pourquoi certaines personnes absorbent-elles ces peptides ?
Figure 1: Shéma illustrant le mécanisme proposé. Les "étoiles" représentent les peptides.

Dans la Figure 1a (situation normale): Il y a une faible quantité de peptides dans l'intestin et une très petite quantité d'entre eux passe à travers la paroi intestinale et la barrière hémato-encéphalique vers le SNC (Système Neurologique Central). Les quantités sont faibles et sans effet.

Figure 1b: montre la situation si les enzymes responsables de la dégradation des peptides dans l'intestion fonctionne mal. Si la quantité de peptides augmente à ce niveau, par effet de masse, une quantité supérieure atteindra le SNC et aussi les urines.

Que les quantités de peptides soient importantes ou pas au niveau intestinal, toute augmentation de la perméabilité conduira à un passage accru de peptides à partir des intestins.

Figure 1c. L'augmentation de la perméabilité pourrait très certainement résulter de déficiences nettes dans les processus de sulfatation. Celles ci ont été bien documentées chez les personnes avec autisme. Cela pourrait aussi résulter de métabolites anormaux du tryptophane (comme l'Indolyl Acrolyl Glycine (IAG) ou ses métabolites que nous avons trouvés).
De façon plus controversée, il est suggéré que l'infection par la rougeole résultant du vaccin combiné MMR [appellation anglaise du ROR] pourrait déclencher l'autisme en provoquant une augmentation de la perméabilité intestinale chez ce sous groupe d'enfants qui développent des symptômes autistiques dans un court délai après la vaccination MMR. L'identification d'une hyperplasie nodulaire contenant des anticorps contre le virus de la rougeole dans ce sous groupe d'enfants [là est cité en référence l'étude d'Andrew Wakefield de 1998 qui sera ultérieurement rétractée] serait en faveur des allégations parentales. Dans une étude en aveugle, Wakefield et O'Leary ont rapporté la présence de RNA du virus rougeoleux dans les intestins des enfants de ce sous groupe mais la publication complète de l'étude revue par des experts est encore attendue.

Une augmentation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique [sang-cerveau] peut résulter d'une méningite ou d'un autre type d'infection ou de dommage physique (Fig. 1d).

Liens externes

  • http://briandeer.com/wakefield/legal-experts.htm Ce que dit Brian Deer à propos de Mr Shattock : "Chauffeur de salle pour Wakefield et pourvoyeur de tests d'urine non vérifés d'enfant. Enseignant en pharmacologie à la retraite. Décrit par le LSC comme "le Professeur Shattock", il apparaît fréquemment à des conférences aux États-Unis et en Grande-Bretagne comme un chauffeur de salle pour Wakefield avec qui il a collaboré pendant de nombreuses années. Il affirme trouver des preuves de possibles dommages dûs aux vaccins dans des échantillons d'urine, mais, selon Mike FitzPatrick, docteur de Londres et auteur sur le ROR, dans le magazine politique en ligne Spiked : "il est impossible d'évaluer les conclusions de M. Shattock parce qu'elles n'ont pas été publiées sous quelque forme que ce soit." Il y a maintenant un réseau florissant de laboratoires privés proposants des analyses d'urine et de sang comme celles effectuées par M. Shattock - toutes d'aucune valeur diagnostique reconnue. Il y a un secteur d'activité substantiel vendant des suppléments diététiques, des vitamines, des minéraux, des enzymes et toutes sortes de produits diététiques spéciaux - tous de valeur thérapeutique non prouvée. La caractéristique commune, tant des tests que des suppléments, est leur coût exorbitant. "LSC rapporte des honoraires : £ 8,218.
    Remarque : le LSC (Learning and Skills Council) est un organisme responsable du financement, de la planification de l'éducation et de la formation pour les plus de 16 ans en Angleterre.
  • http://leftbrainrightbrain.co.uk/2006/03/14/paul-shattock-what-the/
  • http://leftbrainrightbrain.co.uk/2014/10/13/the-quacks-behind-the-warrior-moms/ [...] En plus des régimes alimentaires d'exclusion et des suppléments, M [le fils autiste de la plaignante] a été traité avec de l'homéopathie, ostéopathie crânienne, réflexologie, naturopathie, luminothérapie et sonothérapie, entrainement d'intégration auditive et oxygénothérapie hyperbare. [...] En plus de ces thérapeutes, E [la plaignante, mère de M] a appelé comme témoins experts deux vétérans de la campagne anti-ROR de Wakefield: le Dr Ken Aitken, un psychologue clinicien anciennement associé au (maintenant défunt) Autism Treatment Trust fournissant des traitements alternatifs à Edimbourg et M. Paul Shattock, enseignant en pharmacologie à la retraite du Sunderland, un promoteur de longue date de régimes alimentaires d'exclusion et de thérapies biomédicales non orthodoxes. Contrairement à d'autres témoins experts (dont le Dr Peter Carpenter, le Dr Alison Beck, le professeur Robin Williamson, le Dr Gwyn Adshead, M. Keith McKinstrie), que le juge Baker a trouvé être « entièrement fiables et professionnels », il a exprimé des réserves considérables quant à Aitken et Shattock: "J'étais un peu inquiet quant à leur qualification pour donner leur avis sur quelques unes des matières au sujet desquelles ils ont témoigné.
    Dans sa conclusion, M. Baker a rejeté catégoriquement l'approche préconisée par Aitken et Shattock par rapport à M. [...]
  • http://leftbrainrightbrain.co.uk/2013/05/21/two-steps-forward-one-step-back/ Les bonnes nouvelles: les groupes britaniques de soutien aux approches biomédicales peu orthodoxes de l'autisme prennent leurs distances avec les théories attribuant l'autisme aux vaccins.
    Mauvaises nouvelles: Ces groupes font toujours la promotion pour des traitements - comme les thérapies par cellules souches - pour lesquels il n'y a pas de justification scientifique cohérente et pas de bonne preuve d'efficacité ou d'inoccuité.
  • http://www.autisme-france.fr/offres/file_inline_src/577/577_P_21064_77.pdf "Interventions diététiques dans le traitement des troubles autistiques". L'auteur de ce document, Paul Shattock, a publié des études avec Karl Reichelt. Le document lui-même est une description en français du Syndrome de l'intestin perméable et de l'Opioid excess theory (théorie de l'excès d'opioïdes)[9]
Cet article est partiellement ou en totalité issu d'un article de Wikipédia en anglais

Références

  1. http://www.dailymail.co.uk/health/article-48156/Could-diet-beat-autism.html "Could this diet beat autism?" (Ce régime alimentaire pourrait vaincre l'autisme ?), publié dans The Daily Mail, signé Fleur Brennan (anglais)
  2. http://www.fabresearch.org/548 Food and Behaviour Research: Mr Paul Shattock (OBE)
  3. http://www.abc.net.au/worldtoday/stories/s726052.htm "The World Today - Autism, milk link played down" (Le monde aujourd'hui - Autisme, le lien avec le lait minimisé). Publié sur Abc.net.au, le 13 novembre 2002
  4. http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/1398630/MMR-may-be-linked-to-certain-type-of-autism.html "MMR 'may be linked' to certain type of autism" (Le ROR 'pourrait être lié' à un certain type d'autisme), publié dans Telegraph le 28 juin 2002. (anglais)
  5. http://www.spiked-online.com/newsite/article/3611#.UuqVVXddWUA "The dark art of the MMR-autism panic" (Le côté obscur de la panique ROR-autisme), publié dans le magazine Spiked le 17 juillet 2007, auteur : Michael Fitzpatrick (médecin)
  6. http://www.theguardian.com/society/2002/jun/28/research.medicalscience1 "MMR 'may cause 1 in 10 cases of autism'" (Le ROR 'pourrait être la cause d'un cas d'autisme sur 10'). Publié dans The Guardian le 28 juin 2002, auteur : James Meikle
  7. http://www.stelior.com/collegescientifique.html
  8. 8,0 et 8,1 http://www.autisme-france.fr/offres/file_inline_src/577/577_P_21064_77.pdf Intervention de Paul Shattock intitulée "Situation actuelle dans les connaissances médicales" le 23 mars 2002 à Paris
  9. https://en.wikipedia.org/wiki/Opioid_excess_theory (anglais)