Friedrich Douwes

De Psiram
Publicité pour le MMS, médicament non autorisé [sans AMM], faite par le directeur médical de la "Klinik St. Georg" de Bad Aiblingen, Friedrich R. Douwes
Publication de la Klinik St. Georg appelant les patients de Friedrich Douwes à participer à des études sur le médicament non autorisé GcMAF

Friedrich R. Douwes, (né le 27 mai 1942), est un spécialiste des maladies internes allemand et directeur médical de la Klinik St. Georg à Bad Aiblingen en Bavière. Outre son activité de directeur de la clinique, il est président de la Deutschen Gesellschaft für Onkologie e.V. (Association déclarée Société Allemande pour l'Oncologie), 1r président du cercle des amis de la thérapie holistique du cancer - Gesellschaft für gemeinnützige Krebshilfe e.V (Association déclarée Société contre le cancer à but non lucratif) [1] ainsi que membre de la Deutschen Gesellschaft für Hyperthermie (Société allemande pour l'hyperthermie) [2].

Douwes est surtout actif dans la propagation et la diffusion du traitement biologique du cancer. Déjà, quand il a en 1988 a pris le relais à la Sonnenberg Klinik (clinique Sonnenberg) en tant que directeur médical, il a développé diverses thérapies du cancer pseudo-médicales. Les autres cliniques fondées par Douwes comme, par exemple, la Veramed-Klinik à Brannenburg ou la Veramed-Klinik à Meschede travaillent aussi selon son concept qui comporte des procédés comme l'hyperthermie (aussi bien l'hyperthermie du corps entier que l'hyperthermie locorégionale ou l'hyperthermie de la prostate), la thérapie de la fièvre active, l'immunologie clinique, la médecine préventive, la thérapie-GcMAF, la médecine nutritionnelle, la naturopathie, la médecine orthomoléculaire, l'utilisation de l'artémisinine, l'hydrothérapie du côlon, le lavement au café, la thérapie enzymatique, l'organothérapie [3], la cosmétologie dermatologique, l'anti-aging, le Miracle Mineral Supplement.

Douwes est d'avis que la prise préventive d'acide acétylsalicylique (ASS), c'est à dire d'aspirine, pourrait prévenir certaines formes de cancer [4]. Dans les milieux de médecine alternative règne en revanche un certain scepticisme au sujet de la prise d'aspirine car cette substance serait responsable de plusieurs milliers de morts en Allemagne.

A côté de cela il existe des liens entre la clinique et l'académie Im Leben [5] à Greiz, où, par exemple, il dirige des séminaires en tant qu'intervenant.

Publicité pour le Miracle Mineral Supplement (MMS)

Sur les pages web de la Klinik St. Georg, Douwes fait aussi de la publicité pour le médicament non autorisé [sans AMM] Miracle Mineral Supplement [6], un agent de blanchiment (de la pâte à papier et des textiles) et de désinfection de l’eau de distribution que l'ingénieur, évêque auto-proclamé et profane en médecine Jim Humble [7] promeut en tant que panacée contre presque n'importe quel type de maladie. Après qu'il ait eu dans le monde entier des effets secondaires importants dus au MMS, depuis 2010 plusieurs services publics mettent en garde contre l'achat et l'ingestion du MMS. Il s'agit de la Food and Drug Administration (FDA) américaine, du Swissmedic suisse (l'Institut suisse des produits thérapeutiques), des services publics français de l'"Institut de veille sanitaire" (InVS), de l'"Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)[8] et du Comité de Coordination de Toxicovigilance [9], de la "Food Standards Agency" (FSA) anglaise et des autorités publiques canadiennes "Health Canada". En Allemagne, il y a eu au moins une perquisition de maison et une saisie chez un fournisseur de MMS et en Italie deux arrestations de vendeurs de MMS.

Une malade française qui pense avoir la maladie de Lyme décrit ce qui lui est proposé à la clinique St Georg

L'association Nath'alive voit le jour en mai 2018 pour venir en aide à Nathalie, maman de deux enfants et gravement malade depuis des années. Aujourd'hui, son état est tel que seul un traitement à l'étranger lui permettrait de retrouver l'espoir d'une vie meilleure et d'atténuer la souffrance qu'elle subit au quotidien. Pour cela, elle a besoin d'une aide financière car ces traitements ne sont pas remboursés et ils sont très chers.

Nathalie est atteinte par la maladie de Lyme à un stade très avancé, [...]

Le seul espoir de Nathalie est donc de bénéficier des traitements de pointe qui sont dispensés en Allemagne à la clinique St Georges. Leur approche permettrait dans un premier temps d'atténuer ses souffrances pour, petit à petit, un traitement après l'autre, atteindre la guérison. L'approche de la clinique consiste tout d'abord à détoxifier l'organisme: filtrage du sang, vitamines en intraveineuse, oxygénothérapie [10], etc... qui permettront au traitement par hyperthermie [11] d'être le plus efficace possible. La température corporelle du patient est ensuite montée à 41,6 °C, température à laquelle on peut se débarasser de la bactérie borélia. Des antibiotiques sont injectés en intraveineuse à ce moment. C'est une première étape. Pendant 6 mois après ce traitement, le patient procède à une détoxification à la maison afin d'éliminer les co-infections.

D'autres pathologies devront être ensuite traitées (prolifération bactérienne du grêle et intoxication aux métaux lourds entres autres choses) mais il s'agit de soigner une pathologie à la fois. (nota bene, uniquement pour nous: elle ne peut pas le faire en France car les protocoles médicaux sont trop rigides. Les rares médecins prêts à aider les patients en sortant des protocoles établis risquent la radiation)

Il y a une réelle urgence et grâce à la générosité de nombreuses personnes qui ont déjà manifesté leur soutien lors de la diffusion de la vidéo de Nathalie ou des parutions dans la presse, elle va pouvoir déjà débuter le traitement. Malgré cela, la somme déjà récoltée par la cagnotte ne suffit pas et il va falloir rapidement se mobiliser afin de réunir la totalité des fonds nécessaires, pour que Nathalie puisse survivre, être soulagée et enfin GUÉRIR. [12]

Commentaire de Psiram

Le texte ci-dessus appelle à la générosité publique (crowd-founding). La malade a publié une vidéo décrivant ses problèmes, syndrome de fatigue chronique, intolérances à beaucoup d'aliments, allergies, problèmes intestinaux, amaigrissement, etc. Elle cherche un diagnostic et évoque une maladie de Lyme alors qu'elle est négative aux tests français mais positive aux tests allemands. Ce n'est pas en se rendant dans une clinique décriée proposant de l'hyperthermie, des thérapies non éprouvées ou pire (chélations, MMS, GcMAF) qui l'aidera.

Quelques réflexions sur la Klinik St. George

Some Thoughts about the Klinik St. George, article en anglais publié par Robert McIntosh, MB BS, FRACP. [13] Il est précisé à la fin de l'article que le Dr McIntosh est spécialiste du cancer à Hobart, en Australie, et qu'il se concentre principalement sur le cancer gynécologique et les soins palliatifs.
[Traduction DeepL de l'article :]

En tant que cancérologue en exercice, je vois de nombreux patients dont le cancer est incurable, et le but de toute thérapie - qu'il s'agisse de chimiothérapie, de radiothérapie ou de soins purement symptomatiques - est de réduire leurs symptômes et d'améliorer ainsi leur qualité de vie. Une fois les options de traitements actifs épuisées, il est facile de comprendre pourquoi tant de patients choisissent des traitements peu orthodoxes. Les praticiens de ces traitements promettent habituellement aux patients beaucoup plus que moi, et ils offrent de l'espoir aux personnes désespérées. Mes patients justifient souvent un tel traitement en disant : "Je n'ai rien à perdre." Malheureusement, je suis maintenant bien informé sur ce qu'ils ont à perdre.

La sœur de ma femme, Robyn, avait 42 ans lorsqu'on lui a diagnostiqué un cancer du sein métastatique. Malheureusement, sa maladie était agressive et ne répondait que de façon passagère ou pas du tout aux divers traitements chimio-thérapeutiques que son oncologiste médical a essayé. Ayant atteint le point où une chimiothérapie supplémentaire était susceptible de lui offrir une seule toxicité sans aucune chance réaliste de bénéfice, elle a été informée par un autre patient de la Klinik St. Georg, à Bad Aibling, en Allemagne, sous la direction du Dr Friedrich Douwes. Robyn a eu deux enfants âgés de 9 et 7 ans, et elle était désespérée d'essayer quoi que ce soit qui pourrait lui offrir la chance de les voir grandir. En fait, on ne lui a pas seulement offert une chance, mais une probabilité de guérison de 80 %. Elle est partie en Allemagne avec son mari. Mes conseils n'ont été ni sollicités ni offerts. Ma femme et moi avions décidé de dire, si on nous le demandait, que nous appuyions tout ce que Robyn décidait de faire. Toute opposition de notre part aurait été futile de toute façon, parce qu'elle était absolument déterminée à suivre cette voie.

La Klinik St. Georg offre aux patients un large éventail de traitements anticancéreux, allant de la chimiothérapie conventionnelle (bien qu'à des doses beaucoup plus faibles que la plupart des cancérologues considèrent optimales) à la chimiothérapie résolument non conventionnelle : Thérapie galvanique, haute dose de vitamine C par voie intraveineuse, hyperthermie, phytothérapie, "stimulants immunitaires", réflexologie, et plus encore. Accompagnée de son mari, Robyn a passé trois semaines en Allemagne où elle a reçu une combinaison de chimiothérapie et d'hyperthermie avant de rentrer chez elle. Les effets secondaires inconfortables de la chimiothérapie étaient plus graves que ceux qu'elle avait subis lors de ses traitements précédents, et elle a perdu ses cheveux. Au cours des trois semaines qui ont suivi son retour de la Klinik, elle a développé de nouveaux symptômes et ses radiographies ont révélé une masse importante (tumeur métastatique) dans son poumon droit. Même pour un profane, la logique voudrait que son traitement récent ait été inefficace. Robyn a également soupçonné que c'était le cas et a faxé le rapport de radiographie à la Klinik St Georg. Mais malgré plusieurs tentatives, elle n'a pas pu parler à un médecin de la Klinik des implications du film radiographique. Un membre du personnel du secrétariat de la Klinik lui a dit que si elle n'avait pas d'autres nouvelles, elle devrait se rendre à son prochain rendez-vous à la Klinik dans quelques jours à peine. Je n'ai pas été surpris qu'on ne l'ait pas contactée. Mais, parce qu'elle était désespérée, elle est retournée en Allemagne.

La santé de Robyn s'était considérablement détériorée à son retour à la Klinik St Georg. Elle était trop malade pour recevoir un traitement contre le cancer, quel qu'il soit, et elle était clouée au lit pendant la première semaine qui a suivi son arrivée. Le Dr Douwes a dit à son mari de " commencer à prier pour un miracle ", ce qui reflétait probablement son opinion sur la probabilité d'un bénéfice quelconque résultant de son traitement. Pourtant, Robyn a reçu plus de chimiothérapie, cette fois-ci un médicament auquel son cancer s'était déjà révélé résistant par son oncologue australien. À aucun moment Douwes n'a suggéré qu'elle devrait retourner à la maison avec ses enfants. Il a attribué son état affaibli à une infection contractée avant son retour en Allemagne, et il a reproché à son oncologue à domicile de ne pas l'avoir détectée et traitée correctement. Cet affaiblissement de son oncologue conventionnel avait été une caractéristique de la stratégie du Dr Douwes et avait entraîné des critiques et de la condescendance (" Ce traitement est accepté partout ailleurs dans le monde, mais l'Australie a mis du temps à l'accepter "). En fait, la cause du déclin de Robyn était une maladie appelée obstruction de la veine cave supérieure, dans laquelle la tumeur du côté droit de sa poitrine s'était développée jusqu'à ce qu'elle comprime la grosse veine qui retournait le sang de sa tête, de ses bras et du haut du corps vers son cœur. Il en a résulté un gonflement massif de ces parties du corps, y compris le cerveau, entraînant une perte de conscience intermittente. Il ne s'agit pas d'une situation rare dans la pratique de la médecine anticancéreuse, mais d'une urgence médicale. Elle est généralement traitée d'urgence par radiothérapie et des stéroïdes. Cependant, l'obstruction de la SVC de Robin n'a pas été diagnostiquée et n'a pas été traitée.

Alors que sa mort semblait imminente, les enfants de Robyn, ses parents, ses deux sœurs et son frère sont venus d'Australie pour être à ses côtés. Ils ont découvert que la partie supérieure de son corps était enflée. Douwes a attribué cette situation à une " insuffisance rénale " qui était censée s'être résorbée, mais il n'a pas été en mesure d'expliquer pourquoi l'enflure avait persisté une fois que l'insuffisance rénale s'était rétablie. La famille a également constaté que Robyn souffrait de douleurs dues à des métastases dans la colonne vertébrale, mais le personnel infirmier incompétent, qui ne considérait même pas qu'il était de son devoir d'assurer un niveau d'hygiène de base à son patient, ne lui offrait que peu ou pas de soulagement de sa douleur. C'était à la famille de faire les bains à l'éponge. Pendant ce temps, tout contact avec Douwes se faisait sur rendez-vous seulement. Au cours de ces rendez-vous, la famille l'a trouvé arrogant et détaché, et ouvertement agressif si on l'interrogeait sur le traitement de Robyn.

Robyn est décédée le 12 novembre 2001. Le Dr Douwes n'a pas parlé à sa famille juste avant ou à un moment quelconque après sa mort. Le père de Robyn a déclaré que la personne la plus sympathique qu'il a rencontrée à la Klinik était le croque-mort appelé après la mort de sa fille.

Alors, qu'est-ce que Robyn avait à perdre ?

  • Du temps avec sa famille et ses amis. Environ 7 des 10 dernières semaines de sa vie ont été passées dans un pays étranger loin de ceux qu'elle aimait.
  • De l'argent. Le coût du traitement de Robyn était exorbitant, dépassant les 70 000 dollars australiens, la plupart payés d'avance. Cet argent aurait pu être mieux dépensé pour l'éducation de ses enfants, ce qui, ironiquement, était sa principale préoccupation.
  • De la qualité de vie. Robyn a dû subir des effets secondaires de chimiothérapie alors qu'il n'y avait aucune chance significative que le traitement puisse l'aider ; et elle a dû souffrir des symptômes d'une complication bien connue du cancer parce que le médecin de la Klinik n'a pas fait le diagnostic.
  • Foi en son oncologue d'origine. Il n'est pas surprenant que l'affaiblissement des soins de son oncologue australien ait causé une certaine angoisse à Robyn et à son mari. Si elle n'était pas morte en Allemagne, la relation avec son médecin d'origine aurait pu être détruite au moment où elle en avait le plus besoin.
  • La dignité des soins en phase terminale. Un soulagement adéquat de la douleur et des soins infirmiers appropriés sont le droit de chaque patient.
  • La vie. Par-dessus tout, Robyn a perdu ce qu'elle cherchait le plus : vivre. Il est très probable qu'un traitement approprié de l'obstruction supérieure de la cavalerie veineuse aurait prolongé sa vie de façon significative. Robyn est morte d'une complication de son cancer plutôt que du cancer lui-même. Il est inconcevable que ce diagnostic n'ait pas été posé par son oncologue initial ou tout autre médecin compétent. Le jour de son décès, on lui a administré des médicaments pour abaisser sa tension artérielle en partant du principe erroné que son rythme cardiaque rapide était dû à une insuffisance cardiaque, malgré le fait qu'elle était profondément choquée. Ces médicaments ont certainement accéléré sa mort.

Robyn a pris sa propre décision de se rendre à la Klinik St Georg, comme elle en avait le droit. Ce qui est tragique, c'est que sa décision était fondée sur de fausses informations et sur des affirmations incroyablement optimistes quant à l'issue du traitement. Il est très malheureux que des gens qui prétendent posséder le remède contre le cancer puissent s'en prendre à des personnes désespérées comme Robyn, dont le seul souhait était d'être là pour ses enfants. Je pense qu'elle a beaucoup perdu.

Liens externes

Article de Psiram dans d'autres langues

Références

  1. http://www.klinik-st-georg.de/portrait/dr_med_douwes.html Lien mort
  2. http://www.dght-ev.de/mitgliederadressen.html Lien mort
  3. https://www.psiram.com/ge/index.php?title=Organotherapie
  4. http://www.klinik-st-georg.de/fileadmin/publikationen/informiert/24_KSG_DrDouwes_Info_Krebsverhuetung.pdf Lien mort
  5. https://www.psiram.com/ge/index.php/Arbeitskreis_im_Leben
  6. http://www.klinik-st-georg.de/pdf/dr_douwes_informiert/2010-04_MMS_Wirkung.pdf Le document n'est plus accessible
  7. https://www.psiram.com/ge/index.php/Jim_Humble
  8. http://www.ansm.sante.fr/S-informer/Presse-Communiques-Points-presse/Mise-en-garde-sur-les-risques-lies-a-la-consommation-du-produit-denomme-Solution-minerale-miracle-MMS-1-Communique
  9. http://www.centres-antipoison.net/CCTV/Rapport_CCTV_Solution_minerale_miracle_2010.pdf
  10. https://www.psiram.com/de/index.php/Sauerstoff-Therapie (oxygénothérapie)
  11. https://www.psiram.com/de/index.php/Hyperthermie
  12. https://www.facebook.com/pages/category/Community-Organization/NathAlive-1665125686940926/
  13. https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/Victims/ksg.html