Vega Test

De Psiram
Appareil pour le Vega-Test
Nouvel appareil de la firme Wegamed

L'appareil VEGA TEST (ou VEGA-TEST, VEGA, WEGA) permettrait de déterminer des causes profondes d'une maladie pour ensuite la traiter d'une manière homéopathique. Le VEGA TEST est une sorte d'appareil d'électroacupuncture selon VOLL (EAV). L'appareil serait capable de répertoriser, c'est à dire de choisir lui-même le remède homéopathique. La publicité explique que "cet appareil permet des analyses holistiques d'une méthode plein de succès et fiable, une synthèse de la médecine millénaire ancestrale chinoise avec la technologie occidentale moderne." Les "maladies" les plus fréquemment trouvées sont des manques de vitamines, des allergies, la non-tolérance à des aliments, des charges géopathologiques, la sensibilité par rapport aux substances chimiques et l'inflammation chronique et non reconnue.

L'inventeur est le médecin et dentiste allemand de Nuremberg Helmut Schimmel qui a conçu la méthode dans les années 1970. [1]

Fonctionnement

SI-Card

Dans le Vega Test, comme c'est souvent le cas avec l'EAV, la résistance cutanée du patient est mesurée entre une électrode à main et une électrode en forme de gros stylo à bille et avec laquelle le praticien explore différents points de l'autre main du patient. Auparavant, des ampoules contenant diverses substances à tester (par exemple, du pollen ou des toxines, mais aussi des médicaments conventionnels sont possibles) sont "introduites dans le circuit de mesure", comme on l'appelle habituellement. En fait, cela signifie simplement que les substances sont dans l'appareil ou dans un support sur l'appareil. En EAV classique, cette procédure est appelée "test de résonance". A l'aide d'une prétendue réaction de la résistance de la peau à diverses substances, il serait possible d'en tirer des conclusions sur des charges des organes, les influences stressantes de l'environnement du patient et la tolérabilité ou l'incompatibilité de certaines substances pour le patient.

À la place des ampoules, les nouveaux appareils Vega-Test fonctionnent en partie avec une «banque de données sur les ampoules», des «vibrations» supposées numérisées de substances, de la même façon qu'il est prétendu en holopathie [2]. En outre, les appareils ont diverses fonctions supplémentaires, telles que la mesure du courant buccal [3], ou un "test Yin-Yang" ésotérique avec lequel l'écart du patient d'un «équilibre harmonique» pourrait être constaté. De plus, sur la base du diagnostic, des "informations thérapeutiques" doivent pouvoir être transférées sur une carte en carton avec bande magnétique appelée SI-Card. La carte est faite pour être portée par le patient sur le corps en tant que "mesure d'accompagnement thérapeutique".

Histoire

En 1976, au cours de nombreux essais scientifiques, l'EAV a été jugée, dans un essai en présence de Reinhold Voll lui-même, comme étant une méthode manipulable et peu fiable. Cela n'a pas empêché Voll et d'autres personnes de continuer à commercialiser le procédé et d'en faire dériver des méthodes de thérapie similaires à ce mode de pensée : Vega-Test, Bioelektrische Funktionsdiagnostik (BFD) [4] (qu'on pourrait traduire en français par "diagnostic de fonction bioélectrique"), Bioelektronischer Regulationstest (qu'on pourrait traduire en français par Test de Régulation Bioélectronique), Impuls-Dermographie (IDG), Decoderdermographie [5] (Segmentelektrogramm, SEG).[6] La thérapie de biorésonance [7] aussi peut être considéré comme un perfectionnement de l'EAV ou du Vega-Test.

Les appareils Vegatest ont été fabriqués à l'origine par la société "VEGA Grieshaber KG" à 77761 Schiltach, qui depuis 1997 est également propriétaire de la marque verbale VEGATEST. Depuis 2007, les appareils ont été commercialisés par la société "Wegamed GmbH" à Essen sous le nom de Test expert plus. La gamme de produits de Wegamed comprend également des appareils pseudo-médicaux similaires, par ex. un appareil appelé Check medical sport pour la dermographie par décodeur (Decoderdermographie).

Résultats des études

Dans une étude de 2001, en Angleterre, a été étudié la fiabilité des diagnostics obtenus au moyen du Vegatest. Les participants étaient 15 volontaires qui ont eu un résultat positif et 15 volontaires qui ont eu un résultat négatif lors d'un précédent Prick-test cutané sérieux pour une allergie aux acariens ou aux squames de chat. Chaque participant a été testé avec 6 items (substances) par chacun des 3 opérateurs de l'appareil de test électro-dermique Vegatest en 3 sessions séparées (un total de 54 tests par participant). Pour chaque participant, les 54 items comprenaient 18 échantillons d'acariens, de squames de chats et d'eau distillée, bien que ceux-ci aient été répartis au hasard parmi les opérateurs de chaque session. Une infirmière de recherche était assise avec le participant et l'opérateur lors de toutes les séances pour assurer le respect du protocole en double aveugle et pour enregistrer les résultats de chaque test.
Les résultats des tests électro-dermiques ne sont pas corrélés avec ceux des tests cutanés. Le test électro-dermique n'a pas pu faire la distinction entre les participants atopiques (allergiques) et non atopiques (non allergiques). Aucun opérateur d'appareil Vegatest n'était meilleur que les [deux] autres, et aucun statut atopique d'un seul participant n'a été diagnostiqué correctement.
Conclusion de l'étude: Les tests électro-dermiques ne peuvent pas être utilisés pour diagnostiquer les allergies environnementales. Les résultats et la conclusion ne sont pas surprenants. Des études similaires sérieuses en sont arrivés maintes et maintes fois à la même conclusion depuis l'introduction de la méthode jusqu'à aujourd'hui. [8] [9] [10]

En 1997, ont été publiés les résultats d'une étude en double aveugle de M. H. Schöni et ses collaborateurs, de la Alpine Kinderklinik (clinique pour enfants) de Davos. Ils ont examiné, au cours d'un séjour à l'hôpital de Davos, 32 enfants atteints de dermatite atopique, randomisés selon l'âge, le sexe et la gravité de la dermatite atopique (score Costa), avec un traitement actif (A) de biorésonance (appareil Bicom) ou un traitement placebo (P) en double insu. Dans les conditions de l'étude randomisée en double aveugle (randomized paired double-blind study), il n'y eu aucun effet statistiquement significatif de la biorésonance. Les auteurs concluent qu'étant donné le coût élevé du traitement et les fausses promesses des partisans de cette thérapie, ce type de faux-traitement (le traitement de biorésonance) ne devrait pas être utilisé chez les enfants atteints de dermatite atopique. [11]

Utilisation en médecine vétérinaire

Le Vega-Test est de plus en plus utilisé par les vétérinaires et les Heilpraktikers pour animaux et il lui est également fait explicitement de la publicité par le fabricant à cette fin. Généralement, un "diagnostic" est effectué sur la base d'échantillons de poils ou de salive qui sont "testés" avec l'appareil. Ont également du succès les diagnostics à distance à l'aide d'un échantillon de poils et d'une photo de l'animal malade envoyés. L'expéditeur reçoit, outre une facture de plus de 100 euros, une liste de substances alimentaires contre lesquelles l'animal est supposé être allergique, mais aussi des diagnostics à distance de maladies graves comme, par exemple, une pancréatite, ont été signalés par des propriétaires de chiens. Les recommandations de traitement basées sur le test sont pour la plupart de genre médical alternatif, par exemple l'homéopathie. Il est aussi parfois recommandé d'attacher au collier des animaux malades la SI-Card montrée ci-dessus, qui de plus peut être découpée à la taille si nécessaire.

Littérature

Liens externes

Article de Psiram dans d'autres langues

Références

  1. Katelaris, CH; Weiner, JM, Heddle, RJ, Stuckey, MS, Yan, KW (1991): Vega testing in the diagnosis of allergic conditions. Med J Aust. 1991 Jul 15;155(2):113-4
  2. https://www.psiram.com/de/index.php/Holopathie
  3. https://www.psiram.com/de/index.php/Mundstrommessung
  4. https://www.psiram.com/de/index.php/Bioelektrische_Funktionsdiagnostik
  5. https://www.psiram.com/de/index.php/Decoderdermographie
  6. http://www.neuro24.de/show_glossar.php?id=1741
  7. https://www.psiram.com/de/index.php/Bioresonanz
  8. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11159567 George T Lewith, Julian N Kenyon, Jackie Broomfield, Philip Prescott, Jonathan Goddard, and Stephen T Holgate: Is electrodermal testing as effective as skin prick tests for diagnosing allergies? A double blind, randomised block design study. BMJ 2001;322:131 (Abstract)
  9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC26588/ Is electrodermal testing as effective as skin prick tests for diagnosing allergies? A double blind, randomised block design study. (l'étude complète)
  10. http://www.bmj.com/content/322/7279/131.full
  11. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9066509 Efficacy trial of bioresonance in children with atopic dermatitis. Schöni MH1, Nikolaizik WH, Schöni-Affolter F. Int Arch Allergy Immunol. 1997