Health freedom movement

De Psiram

Le Health freedom movement (qu'on pourrait traduire en français par Mouvement pour la liberté en matière de santé) est une coalition libertaire qui s'oppose à la réglementation des pratiques de santé et plaide pour un accès accru aux soins de santé "non traditionnels".

La John Birch Society[1] est l'un des principaux défenseurs de l'Health freedom movement (Mouvement de la liberté en matière de santé) depuis au moins les années 1970, et le terme spécifique de "Health freedom movement" est utilisé aux États-Unis depuis les années 1990.[2][3]

Les vitamines et les compléments ont été exemptés aux États-Unis des réglementations exigeant des preuves de sécurité et d'efficacité, en grande partie grâce à l'activisme des défenseurs de la liberté de la santé. La croyance selon laquelle les suppléments et les vitamines peuvent améliorer de manière démontrable la santé ou la longévité et que leur utilisation n'a pas de conséquences négatives n'est pas largement acceptée par la communauté médicale.[4] Très rarement, de fortes doses de certaines vitamines entraînent un empoisonnement aux vitamines (hypervitaminose).[5]

Racines et base de soutien

La liberté en matière de santé est une position libertaire qui ne s'aligne pas sur l'axe politique conventionnel gauche/droite. Le député républicain libertaire Ron Paul a présenté la loi sur la protection de la liberté de santé à la Chambre des représentants des États-Unis en 2005.

Parmi les célébrités qui soutiennent le mouvement, citons le musicien Sir Paul McCartney, qui déclare que les gens "ont le droit d'acheter des compléments alimentaires légitimes" et que "ce droit est aujourd'hui clairement menacé", ainsi que la pop star et actrice Billie Piper, qui a participé à une marche à Londres en 2003 pour protester contre le projet de législation européenne visant à interdire les compléments vitaminés fortement dosés.

Législation

États-Unis

Le Dietary Supplement Health and Education Act de 1994 (DSHEA)[6] définit les compléments comme des aliments et autorise donc leur commercialisation, sauf si la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis prouve qu'ils présentent un risque significatif ou déraisonnable de préjudice, plutôt que d'exiger du fabricant qu'il prouve la sécurité ou l'efficacité du complément. La Food and Drug Administration ne peut prendre des mesures que si les producteurs font des allégations médicales sur leurs produits ou si les consommateurs de ces produits tombent gravement malades.[7]

Un sondage national Harris d'octobre 2002 a montré qu'à l'époque, les consommateurs étaient encore très confus quant aux différences entre les compléments et les produits pharmaceutiques. Ainsi, 59 % des personnes interrogées croyaient que les compléments devaient être approuvés par une agence gouvernementale avant de pouvoir être commercialisés ; 68 % croyaient que les compléments devaient énumérer les effets secondaires potentiels sur leurs étiquettes ; et 55 % croyaient que les étiquettes des compléments ne pouvaient pas faire d'allégations de sécurité sans preuves scientifiques. Toutes ces croyances sont incorrectes en raison des dispositions de la DSHEA[6].

Une loi de l'État américain de Virginie accorde aux adolescents de 14 ans ou plus et à leurs parents le droit de refuser des traitements médicaux pour des maladies telles que le cancer, et de rechercher des traitements alternatifs tant qu'ils ont envisagé toutes les autres options médicales, présentée comme "significative pour la liberté de santé en Virginie".[8]

Europe

En Europe, les auteurs et les militants du mouvement pour la liberté de choix en matière de santé estiment que les lois de l'Union européenne (UE), telles que la directive sur les compléments alimentaires et la directive sur les médicaments à usage humain (produits pharmaceutiques), réduiront leur accès aux compléments alimentaires et aux "médicaments" à base de plantes[14] Les producteurs, les détaillants et les consommateurs européens d'aliments diététiques ont protesté énergiquement contre cette législation, le mouvement pour la liberté de choix en matière de santé invitant ses partisans à "empêcher Bruxelles de tuer la médecine naturelle"[15]. 15] Des députés européens ont été accostés par des activistes qui distribuaient une vidéo de propagande accusant cinq commissaires européens de collusion corrompue avec les grandes entreprises pharmaceutiques dans le but de détruire le réseau alternatif de l'homéopathie et des "médecines naturelles"[16], bien qu'il soit apparu que la plupart des pratiques homéopathiques au Royaume-Uni sont illégales depuis quelques années et que les changements réglementaires européens proposés n'ont pas d'incidence matérielle[17][18][19].

En 2004, l'Alliance for Natural Health (ANH) et deux associations commerciales britanniques ont introduit une contestation juridique de la directive sur les compléments alimentaires, renvoyée devant la Cour européenne de justice par la Haute Cour de Londres[20]. Les juges européens ont estimé que les restrictions étaient légales, mais ont déclaré qu'il devait y avoir des procédures claires permettant d'ajouter des substances à la liste autorisée sur la base de preuves scientifiques. Ils ont également déclaré que tout refus d'ajouter un produit à la liste doit pouvoir être contesté devant les tribunaux[21]. Certains observateurs des médias pensent que cette législation entraînera l'émergence d'un marché noir et la disparition des contrôles sur les ingrédients et la qualité[22].

Théories du complot

Les écrivains et les militants favorables à la liberté en matière de santé ont tendance à considérer que la législation restrictive sur les compléments est conçue pour protéger les intérêts de l'industrie pharmaceutique[16]. Si les médicaments et les compléments à base de plantes sont retirés de la vente, les patients n'auront d'autre choix que d'utiliser des médicaments pharmaceutiques conventionnels[23][24].rmaceutical medicines.[23][24]

Le pharmacien et écrivain sceptique Scott Gavura note que l'inverse est plus souvent vrai, et que "les gouvernements du monde entier ont constamment donné la main aux fabricants, donnant la priorité au désir d'une entreprise de vendre un produit sur le droit du consommateur à un marché avec des produits sûrs et efficaces". 25] En particulier, la loi américaine sur la santé et l'éducation en matière de compléments alimentaires (Dietary Supplement Health and Education Act) a permis de commercialiser des compléments existants sans aucune preuve de leur efficacité ou de leur innocuité, et pour les nouveaux ingrédients de compléments alimentaires, elle a exigé seulement qu'un nouvel ingrédient "soit sûr". 26] Cela a donné lieu à un certain nombre d'incidents graves, y compris l'adultération avec des drogues synthétiques. 27] 28]

Commission du Codex Alimentarius

Le mouvement de défense de la santé s'oppose avec véhémence[29] aux Directives concernant les compléments alimentaires en vitamines et minéraux, adoptées par la Commission du Codex Alimentarius en tant que norme volontaire lors de sa réunion à Rome en juillet 2005, qui comprennent des exigences relatives à l'emballage et à l'étiquetage des compléments en vitamines et minéraux. Le texte précise que "les compléments doivent contenir des vitamines/provitamines et des minéraux dont la valeur nutritionnelle pour les êtres humains a été prouvée par des données scientifiques et dont le statut de vitamines et de minéraux est reconnu par la FAO et l'OMS". Il précise en outre que les "sources de vitamines et de minéraux peuvent être naturelles ou synthétiques" et que "leur sélection devrait être fondée sur des considérations telles que la sécurité et la biodisponibilité."

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont déclaré que les lignes directrices sont une mesure de protection des consommateurs "afin d'empêcher les consommateurs de faire une overdose de compléments alimentaires en vitamines et minéraux." La Commission du Codex Alimentarius (CAC) a déclaré que les directives préconisent "un étiquetage contenant des informations sur les niveaux de consommation maximums des compléments alimentaires en vitamines et minéraux." L'OMS a également déclaré que les lignes directrices "garantissent que les consommateurs bénéficient des effets bénéfiques des vitamines et des minéraux sur la santé"[30].

Organisations et militants

États-Unis et Amériques

La Weston A. Price Foundation (WAPF), cofondée en 1999 par Sally Fallon (Morell) et la nutritionniste Mary G. Enig (PhD), est une organisation américaine 501(c)(3) à but non lucratif active dans le débat sur le lait cru aux États-Unis.

La National Health Federation (NHF) est une organisation internationale à but non lucratif fondée en janvier 1955, qui décrit sa mission comme étant la protection des droits des individus à utiliser des compléments alimentaires et des thérapies alternatives sans restriction gouvernementale. La NHF s'oppose également à des interventions telles que la fluoration de l'eau et les vaccins pour enfants. La Fédération a le statut d'observateur officiel aux réunions de la Commission du Codex Alimentarius, l'organe international le plus élevé en matière de normes alimentaires. Basée en Californie, la Fédération compte parmi les membres de son conseil d'administration des médecins, des scientifiques, des thérapeutes et des défenseurs de la santé naturelle. C'est la seule organisation de défense de la santé qui dispose d'une accréditation du Codex lui permettant de participer activement aux réunions du Codex Alimentarius.

Europe

L'Alliance for Natural Health (ANH) est un groupe de défense fondé en 2002 par Robert Verkerk et basé au Royaume-Uni. L'ANH a été fondée à l'origine pour lever des fonds afin de financer une contestation juridique de la directive européenne sur les compléments alimentaires. L'ANH fait pression contre la réglementation des compléments alimentaires et en faveur des approches médicales alternatives telles que l'homéopathie, et préconise également une alimentation saine, l'exercice physique et d'autres approches de la santé basées sur le mode de vie. Elle rejette les recherches scientifiques montrant que les mégadoses de vitamines ne présentent aucun avantage pour la santé.

Militants individuels

Le mouvement pour la liberté en matière de santé comprend des partisans tels que Gary Null [9][10], le Dr Joseph Mercola[11][12] et le fraudeur condamné Kevin Trudeau[13][14].

Voir aussi

cet article est une ébauche
Cet article est partiellement ou en totalité issu d'un article du Wikipédia anglais

Références

  1. https://en.wikipedia.org/wiki/John_Birch_Society
  2. "Gallegly Is Key Foe of FDA's Vitamin Rules - Simi Valley: The GOP congressman has emerged as leader of effort to minimize new labeling requirements" Los Angeles Times, 2 January 1994
  3. "Doctor's supporters go to bat for him - Followers of alternative medicine organize to defend physicians they see as under attack" The Orange County Register, 7 February 1999
  4. Counseling for Vitamin Supplementation to Prevent Cancer and Cardiovascular Disease, from the U.S. Preventive Services Task Force. Released June 2003; accessed 28 September 2007.
  5. https://web.archive.org/web/20110105180120/http://poison.org/prevent/documents/TESS%20Annual%20Report%202004.pdf
  6. 6,0 et 6,1 https://en.wikipedia.org/wiki/Dietary_Supplement_Health_and_Education_Act_of_1994
  7. Causes naturelles: mort, mensonges et politique dans l'industrie américaine des suppléments à base de plantes. Par Hurley, Dan. Date de publication 2006
  8. https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:PUG_RNfIo7oJ:https://repository.library.georgetown.edu/handle/10822/965419+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr
  9. https://en.wikipedia.org/wiki/Gary_Null
  10. https://www.psiram.com/de/index.php/Gary_Null (allemand)
  11. https://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Mercola
  12. https://www.psiram.com/de/index.php/Joseph_Mercola (allemand)
  13. https://en.wikipedia.org/wiki/Kevin_Trudeau
  14. https://www.psiram.com/de/index.php/Kevin_Trudeau (allemand)
  15. https://fr.wikipedia.org/wiki/Codex_Alimentarius
  16. https://en.wikipedia.org/wiki/Codex_Alimentarius
  17. https://en.wikipedia.org/wiki/Megavitamin_therapy
  18. https://quackwatch.org/related/ortho/ [...] Cette revue et critique a examiné minutieusement la littérature produite par les partisans des mégavitamines et celle de ceux qui ont essayé de reproduire le travail de base et clinique. La conclusion est que la crédibilité des partisans des mégavitamines est basse. Leur crédibilité est de plus abaissée par le refus continuel depuis la dernière décennie d'entreprendre des études cliniques contrôlées et de rapporter leurs résultats d'une façon scientifique acceptable. Dans ces circonstances, ce comité considère la publicité énorme qu'ils font sans cesse via la radio, la presse laïque et livres populaires, utilisant des expressions attrayantes qui sont réellement fausses comme "thérapie mégavitaminique" et "traitement orthomoléculaire," déplorable.
    Le Research Advisory Committee of the National Institute of Mental Health a revu les données scientifiques pertinentes jusqu'à 1979 et était d'accord que la thérapie de mégavitamines est inefficace et pourrait même être dommageable. Après que le U.S. Defense Subcommittee a évalué cette thérapie, elle a été enlevée comme traitement couvert par CHAMPUS, le programme d'assurance pour les familles des membres des forces armées.

    Plusieurs déclarations que les mégavitamines et mégaminéraux sont efficaces dans la psychose, les difficultés d'apprentissage, et le retard mental chez les enfants ont été considérées comme absurdes dans des rapports par les comités de nutrition de l'American Academy of Pediatrics en 1976 et 1981 et par l'Académie Canadienne de Pédiatrie en 1990. Les deux groupes ont averti qu'il n'y a pas de bénéfice prouvé dans aucune de ces conditions et que les mégadoses peuvent avoir de sérieux effets secondaires. Le rapport de 1976 a conclu qu'un "culte" a été développé chez les partisans de la thérapie mégavitaminique. [...]
  19. https://fr.qaz.wiki/wiki/Megavitamin_therapy
  20. https://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/therorthom.php Traduction en français de l'article de Stephen Barrett sur la Thérapie orthomoléculaire où on trouve des informations sur les partisans des mégavitamines.
  21. https://www.psiram.com/fr/index.php/Naturopathie
  22. https://en.wikipedia.org/wiki/Naturopathy
  23. https://www.psiram.com/fr/index.php/M%C3%A9decine_orthomol%C3%A9culaire
  24. https://en.wikipedia.org/wiki/Orthomolecular_medicine