Xavier Uriarte

De Psiram
Xavier Uriarte, co-fondateur de l'EFVV Source capture d'écran sur la vidéo intitulée "Droit de ne pas se vacciner"

Xavier Uriarte, né à Bilbao en 1954[1], médecin naturopathe homéopathe exerçant à Girona en Catalogne, un des trois membres fondateurs de l'EFVV, en français European Forum for Vaccine Vigilance et en espagnol Foro Europeo para la supervisión de la vacunación[2], en compagnie de Juan Manuel Marín Olmos[3], médecin homéopathe et de la française Françoise Joët fondatrice d'ALIS. Uriarte est, en 2015, président de la "Liga por la libertad de Vacunación"[1] créée en 1989.

Uriarte est l'auteur du livre "Los peligros de las vacunas", ("Les dangers des vaccins") (2002).

Critiques

Avis de Carlos González

Un médecin pédiatre, Carlos González, a publié un livre "En defensa de las vacunas" (Pour la défense des vaccins) où il analyse et démonte les affirmations du dr Uriarte [4]. Traduction Google du post de février 2011 :

Les mensonges des anti-vaccins :

Certains parents, heureusement très rares, ne vaccinent pas leurs enfants, trompés par une propagande active anti-vaccins.

Deux des livres anti-vaccins les plus répandus en Espagne ont été écrits par des médecins homéopathes, Xavier Uriarte ("Los peligros de las vacunas", 2002) et Juan Manuel Marín Olmos " Vacunaciones sistemáticas en cuestión", "Les vaccins systématiques en question", 2005). Leur lecture est une pilule amère; non seulement ils nient l'efficacité des vaccins et exagèrent (ou inventent) leurs effets secondaires; ils nient également que les germes [pathologiques] causent des maladies et recommandent de contaminer délibérément nos enfants avec la rougeole, en utilisant la prochaine épidémie.

Mais leurs mensonges les plus évidents sont les falsifications délibérées de leurs sources présumées. Par exemple, en ce qui concerne la vaccination contre la méningite C au Royaume-Uni en 1999, Uriarte dit (sans citer de sources) ce qui suit :

« Pendant l'année scolaire 1999-2000, 5 millions de personnes entre 2 mois et 19 ans ont été vaccinées en Grande-Bretagne. Les personnes affectées [par des effets secondaires] ont atteint [le nombre de] 4000. Comme effets adverses qui se sont produits, il faut remarquer la méningite, l'encéphalite, la mononucléose infectieuse, la thrombocytopénie, les convulsions et les réactions allergiques. [...] Ces données, curieusement, ont été étouffées par les autorités sanitaires des deux pays [l'Espagne et le Royaume-Uni] ».

Marin [Jean Manuel Marin Olmos] dit ceci :

« [...] Selon la direction générale de santé publique de Catalogne [...] en Grande-Bretagne, en moins d'un an, ont été rapportés, 4764 réactions adverses après l'administration de 13 millions de doses, ce qui donne un taux d'une réaction pour 2.700 (392). Parmi celles-ci, remarquons : la méningite, l'encéphalite, la mononucléose, la thrombocytopénie et les convulsions ».

Et ces « (392) », c'est, cette fois-ci, la source, un document de la Generalitat de Catalogne qui cite à son tour les sources officielles britanniques (mais ? n'en restons-nous pas à que "les autorités des deux pays" ont étouffé ?). Ce document est facilement accessible sur Internet: Departament de Sanitat i Seguretat Social. Programa per a la vacunació antimeningocòccica C conjugada a Catalunya, Generalitat de Catalunya, Barcelona, 2000. (PDF)[5]

Et, en effet, le nombre d'effets adverses, celui que cite Marin, 4764 sur 13 millions de doses de vaccin. Mais la nature de ces effets est très diverse :

« Les effets adverses peuvent être locaux sur le lieu de l'injection (rougeur, gonflement, douleur) et généraux (fièvre, irritabilité, anorexie, diarrhée, céphalées, myalgies, somnolence). Ces manifestations sont d'intensité modérée et se résorbent/disparaissent dans les 24 à 72 heures après la vaccination ».

Juste un exemple de plus. Uriarte dit :

« Quelques études nous montrent que les enfants meurent avec une fréquence huit fois plus grande que la normale durant les trois jours qui suivent l'administration du DT-Polio ».

Ces « quelques études » sont en réalité une seule étude, citée dans la bibliographie d'Uriarte :

Walker AM, Jick H., Perera DR, Thompson RS, Knauss TA. Diphtheria-tetanus-pertussis immunization and sudden infant death syndrome. Am J Public Health 1987; 77: 945-51.

Une étude facilement accessible sur Internet (Voir ici) :

En lisant simplement le résumé de l'article, nous voyons ce qui suit :

« we found the SIDS mortality rate in the period zero to three days following DTP to be 7.3 times that in the period beginning 30 days after immunization (95 per cent confidence interval, 1.7 to 31). The mortality rate of non-immunized infants was 6.5 times that of immunized infants of the same age (95 per cent CI, 2.2 to 19) »
« Nous avons trouvé que le taux de mortalité des PEID (mort subite du nourrisson) dans la période de zéro à trois jours suivants le DTP est de 7,3 fois celle de la période commençant 30 jours après la vaccination (intervalle de confiance de 95 pour cent, 1,7 à 31). Le taux de mortalité des enfants en bas âge non vaccinés était de 6,5 fois celui des nourrissons vaccinés du même âge (intervalle de confiance 95 pour cent, 2,2 à 19) ».

Autrement dit, les enfants vaccinés avaient, au total, un taux de mort subite six fois plus faible (quelque chose qui coïncide, bien sûr, avec [les résultats de] plusieurs autres études). Seuls quelques-uns de ces quelques décès ont été concentrés dans les trois jours suivant la vaccination, probablement un artefact que les auteurs analysent dans la discussion de leur travail. Uriarte a apparemment juste lu jusqu'à « 7,3 fois », qu'il arrondit à 8 dans son livre. Mais il n'a pas lu les deux lignes suivantes, ou n'a pas jugé nécessaire d'informer les lecteurs de leur contenu.

Pour de l'information sérieuse sur les vaccins et la mort subite, consultez : au sujet Institute of Medicine Immunization Safety Review. Vaccinations and sudden unexpected death in infancy, National Academies Press, Washington, 2003. (Voir ici[6])

Un enfant d'Olot (district de Girona en Catalogne), non vacciné, atteint de diphtérie en 2015

Fin mai 2015, un cas de diphtérie est détecté chez un enfant de 6 ans à Olot, dictrict de Girona [7][8]

El Mondo, Madrid, 27/06/2015 "Muere el niño de 6 años de Olot infectado de difteria" (l'enfant de 6 ans infecté par la diphtérie est décédé), El Mondo, Madrid, 27/06/2015[9] (traduction) :
El niño de seis años infectado de difteria hace casi un mes en Olot ([dictrict de] Girona) ha fallecido esta madrugada en el hospital Vall d'Hebron de Barcelona (Le garçon de six ans infecté par la diphtérie il y a près d'un mois à Olot (Gérone) est décédé ce matin à l'hôpital Vall d'Hebron).
Le conseiller de la Santé de la Generalitat, Boi Ruiz, est convaincu que la mort de l'enfant de six ans d'Olot (Gérone) atteint de diphtérie servira pour l'émergence d'une «réflexion collective» sur la nécessité pour la population de se faire vacciner.
L'enfant avaient les fonctions respiratoires, cardiaques et rénales affectées par la toxine de la diphtérie et avait besoin d'une respiration assistée, était branché sur un rein artificiel et a passé plusieurs jours avec une circulation extracorporelle.
Il se trouvait à l'Unité de Soins Intensifs depuis le 30 mai dernier.
Le petit avait commencé à avoir des symptômes cinq jours avant de présenter un tableau [clinique] de malaise général, de céphalée, de maux de gorge (douleur en mangeant) et de fièvre. Le 27 de ce mois, il a dû être admis à l'Hôpital d'Olot avec des problèmes de déglutition.
Trois jours après, le Centre national de microbiologie a confirmé la présence de la bactérie qui provoque la diphtérie, Corynebacterium difhteriae, devenant ainsi le premier cas de diphtérie en Espagne depuis 1986.
Comme l'avait signalé à ce moment là le Ministère de Santé, l'enfant n'avait pas été vacciné, bien que le vaccin se trouve dans le calendrier volontaire de vaccination infantile. Les réactions ne se sont pas fait s'attendre et son cas a réouvert le débat sur le caractère obligatoire des vaccins pour les enfants.
Actuellement, le vaccin contre la diphtérie est inclus dans le calendrier de vaccination et s'administre conjointement avec d'autres immunisations aux deuxième, quatriéme, sixième et 15-18ièmes mois de la vie. Il fait également partie de la préparation trivalente qu'on prescrit à quatre ou six ans et au rappel qu'on fait aux adolescents vers les 13 ou 14 ans.
L'enfant a reçu un traitement basé sur des anti-toxines qui ont dûes être importées de Russie parce qu'aucun pays européen ne disposait de réserves.
La diphtérie est une maladie respiratoire qui peut être mortelle et affecte très gravement les voies aériennes supérieures ce qui peut conduire à l'asphyxie. De plus, la bactérie qui provoque la maladie attaque aussi le coeur et le système nerveux central, où elle peut laisser des séquelles.
"Les premiers symptômes ressemble beaucoup aux signes cliniques des angines", a expliqué Francisco Alvarez, secrétaire du Comité Asesor de Vacunas de la Asociación Española de Pediatría (Comité consultatif sur les vaccins de l'Association espagnole de pédiatrie).
Le défenseur du peuple catalan et syndic de Greuges, Rafael Ribó, a ouvert une enquête d'office devant l'apparition de la diphtérie en Catalogne, après que le ministère de la Santé ait annoncé que huit compagnons de l'enfant infecté étaient porteurs de la bactérie mais n'ont pas développé la maladie parce qu'ils étaient vaccinés.

Voir aussi l'article publié le 27/06/2015 dans le Journal El Pais, relatant la conférence de presse donnée par les autorités de santé de Catalogne le jour du décès de l'enfant. On y lit :"Après avoir su la contamination de leur fils, les parents ont déclaré s'être sentis "trompés" par les défenseurs du [point de vue qu'il faut] s'abstenir des vaccins." et aussi : "Sans nommer la religieuse Teresa Forcades, qui s'est montrée contre la vaccination à de nombreuses reprises et a réitéré après l'infection de l'enfant, ni aucun antivaccins, le conseiller [de santé, Boi Ruiz,] a critiqué "les gens qui font des déclarations publiques contre la vaccination" et a appelé à plus de "conscience sociale" : «La vaccination n'est pas seulement une position individuelle, mais la responsabilité est explicitement nécessaire c'est une maladie que tu peux transmettre à un tiers," a-t-il insisté. [10]. Et deux liens dans l'article mènent l'un vers un autre article antérieur daté du 05/06/2015 "Los padres del niño con difteria se sienten “engañados” y “destrozados”" (Les parents se sentent trompés et brisés), publié également par El Pais. Il y est précisé : "En fait, après l'événement, les parents de l'enfant ont également accepté de vacciner sa petite sœur"[11], et l'autre vers l'article "Teresa Forcades i Vila et les vaccins du 15 juin 2015 sur blog de El Pais : [...] Forcades a défendu les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants et a demandé qu'ils ne sont pas culpabilisés "parce que les vaccins sont dans les mains de quelques entreprises, et que tout ce qu'elles veulent, c'est de faire des affaires." [...] A propos du vaccin contre la diphtérie Forcades Teresa a dit "il est testé et il fonctionne, mais pas à cent pour cent", et a ajouté, les enfants vaccinés "courent le risque d'effets secondaires de l'aluminium qu'il contient." [...] Que les entreprises pharmaceutiques veuillent faire des affaires avec les vaccins n'est pas un argument pour arrêter la vaccination des enfants. C'est irresponsable. En outre, elles font des affaires avec les antibiotiques ou la chimiothérapie, et nous ne proposons pas d'arrêter de les prendre pour cette raison. [...][12].

Le jour même du décès, le 27/06/2015, El Pais publie également "Quiénes son los antivacunas" (Qui sont les antivaccins) où sont mentionnés nommément la LIGA para la libertad de la vacunación, Xavier Uriarte et son collègue Juan Manuel Marín Olmos, ainsi que Miguel Jara[13].

Flash Actu publié le 27/06/2015 par lefigaro.fr avec AFP :
Un enfant de six ans, premier cas de diphtérie en Espagne depuis 1987, est décédé après un mois de lutte contre la bactérie et de polémique sur la vaccination, l'enfant n'étant pas vacciné.
L'hôpital de Vall d'Hebron de Barcelone, dans l'est du pays, a confirmé sur son compte Twitter "la mort du patient affecté par la diphtérie" qui était hospitalisé depuis fin mai. Le traitement du petit garçon, originaire de Olot, avait été retardé en raison de la difficulté à trouver l'antitoxine en Europe, finalement fournie par la Russie.
Neuf enfants et un adulte de l'entourage de l'enfant ont été contaminés mais sans développer la maladie, tous étant vaccinés, selon les services de santé de Catalogne. La contamination de l'enfant que les parents avaient refusé de vacciner par peur d'effets secondaires, a relancé la polémique sur les risques des vaccins et de l'absence de vaccination.
"Nous lançons un appel aux parents: qu'ils vaccinent leurs enfants", a déclaré samedi le responsable de la santé de la région de Catalogne Boi Ruiz, lors d'une conférence de presse. "Il n'y a pas de risque zéro. Mais ce qu'on ne peut pas faire c'est utiliser le fait qu'il n'y ait pas de risque zéro pour créer une peur chez les parents vis-à-vis du vaccin", a-t-il ajouté. "Qu'il nous arrive quelque chose comme ça dans un pays ou l'accès à la vaccination est gratuit et universel doit, en tant que société, nous faire réfléchir", a-t-il ajouté, précisant toutefois que le niveau de vaccination est "très haut" en Espagne. [...][14]

Liens externes

  • http://www.rmedica.es/edicion/240/la-gran-mentira-de-los-antivacunas (Le grand mensonge des anti-vaccins) Publié le 07/06.2015.
    Les mouvements anti-vaccins vivent en dehors des statistiques. Ils rejettent la preuve scientifique qui, au XXIème siècle, serait comme soutenir que la terre est plate et défendent un supposé « droit de décider » au sujet de la vaccination de leurs enfants, hé oui, profitant bien tranquillement de « l'effet de groupe » des autres enfants vaccinés. Ils sont peu nombreux, mais ils se croient forts. Aller à contre-sens est toujours à la mode. Et ils font beaucoup de torts, beaucoup de torts, selon la grande majorité des experts, à la santé. Bienvenue à la république indépendante du grand mensonge des anti-vaccins.
    Le retour de la diphtérie trois décennies après le dernier cas en Espagne a permis de découvrir l'un des mouvements qui a récemment acquis plus de force. Il y a dix ans, il aurait été impensable que les opposants aux vaccins allaient avoir la représentation qu'ils ont aujourd'hui, qui, pour être exacts, n'est pas élevée mais, hé oui, tenace. Cependant, ils sont là. Vendant leurs théories et défendant un "droit de décider" (oui, c'est ainsi qu'ils l'appellent) au sujet de la vaccination. [...]
    La Generalitat de Catalogne a jeté le gant: le ministre de la Santé [de Catalogne], Boi Ruiz a publiquement affirmé être en faveur de la vaccination obligatoire. Et bien que les principaux partis politiques ont montré une certaine prudence, habituelle dans ces cas, pour éviter la législation très critiquée à chaud, la polémique a tellement crû que des médias nationaux (El Mundo et Onda Cero) se sont prononcés pour réclamer en ligne avec de nombreuses sociétés scientifiques et des groupes professionnels la-dite exigence. [...]
  • https://www.mesvaccins.net/web/news/7054-cas-grave-de-diphterie-chez-un-enfant-de-6-ans-en-espagne-les-messages-anti-vaccinaux-en-cause Cas grave de diphtérie chez un enfant de 6 ans en Espagne : les messages anti-vaccinaux en cause. Par Flavie Burelle, 4 juin 2015. (Contient la description de la maladie)

Références

  1. 1,0 et 1,1 http://www.cienciayespiritu.com/Xavier_Uriarte.php
  2. http://www.vacunacionlibre.org/ Site officiel de la Liga para la libertad de vacunación
  3. Présentation du dr Juan Manuel Marín Olmos sur le site de la Liga para la libertad de vacunación
    Licenciado en Medicina y Cirugía por la UAB.
    Licenciado en Geografía e Historia por la UB.
    Es miembro fundador del European Forum for Vaccine Vigilance.
    Autor del libro "Vacunaciones sistemáticas en cuestión"
  4. https://malaciencia.wordpress.com/2011/02/24/las-mentiras-de-los-antivacunas/
  5. http://canalsalut.gencat.cat/web/.content/home_canal_salut/professionals/temes_de_salut/vacunacions/documents/spantime.pdf Reaccions adverses
    Els efectes adversos poden ser locals en el lloc de la injecció (eritema, tumefacció, dolor) i generals (febre, irritabilitat, anorèxia, diarrea, cefalea, miàlgia, sommolència). Aquestes manifestacions són d’intensitat moderada i es resolen entre 24 i 72 hores després de la vacunació.
    La reactogenicitat es presenta amb una freqüència inferior a 1 cas per cada 10.000 vacunats. En el Regne Unit, des de novembre de 1999 s’han comunicat 4.764 reaccions dels més de 13 milions de dosis administrades.
  6. http://books.nap.edu/openbook.php?record_id=10649
  7. http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/06/10/30-ans-apres-son-eradication-la-diphterie-reapparait-en-espagne_4650778_3244.html Trente ans après son éradication, la diphtérie réapparaît en Espagne LE MONDE, 10.06.2015
  8. http://www.humanite.fr/espagne-premier-cas-de-diphterie-depuis-28-ans-les-anti-vaccins-mis-en-cause-576125 Espagne. Premier cas de Diphtérie depuis 28 ans, les anti-vaccins mis en cause. Antoine Déchoz, 5 Juin 2015 :
    Un enfant de six ans est atteint de diphtérie en Espagne. C’est le premier cas détecté depuis presque trente ans. Ce cas relance le débat sur la vaccination, les parents n’ayant pas fait vacciner leur enfant.
    Le petit garçon est dans un état « grave mais stable » en soins intensifs à l'hôpital Vall d'Hebron à Barcelone. Il y a été admis dans un état critique la nuit de lundi à mardi après que les médecins aient confirmé qu’il est atteint de diphtérie, maladie infectieuse respiratoire dont le dernier cas recensé dans le pays remonte à 1987. Devant l’absence des antitoxines nécessaires, l’Espagne a du faire appel à l’OMS (Organisation mondiale de la santé). C’est finalement Moscou qui a envoyé le traitement. Malade depuis le 25 Mai, l’enfant, originaire d’Olot en Catalogne, a croisé entre 100 et 150 personnes durant la période d’incubation. Elles sont prises en charge par l’Agence de la santé publique de Catalogne et subissent des examens médicaux et des mises à jour de vaccin.
    Et si cette maladie oubliée revient, c’est parce que les parents, adeptes de la médecine alternative, n’ont pas fait vacciner leur enfant, ce qui est pourtant obligatoire en Espagne.
    Le taux de vaccination en Espagne est de 95%.
    La maladie est causée par le bacille corynebacterium diphtheriae. Elle touche majoritairement des jeunes enfants et des personnes de plus de 65 ans. L’infection affecte les voies respiratoires en obstruant le larynx. Elle dégage également une toxine qui touche le cœur et le cerveau, pouvant causer des paralysies, et la mort dans 10% des cas. La maladie est contagieuse par voie aérienne. Les médecins sont optimistes quant au risque de propagation : le taux de vaccination dans le pays est de 95%.
    Cette contamination surgit en pleine polémique sur le vaccin DTP (diphtérie-tétanos-polyo) qui est en pénurie au niveau mondial depuis plusieurs mois. Les autorités sanitaires recommandent généralement de le remplacer par un autre vaccin qui protège contre ces trois maladies, mais aussi contre la coqueluche et l’Hépatite B. Et c’est là que les anti-vaccins s’en mêlent, en affirmant que ce sérum augmente le risque de sclérose en plaque ou encore qu’il déclenche l’autisme, des allégations qui n’ont jamais été prouvées scientifiquement. Or l’absence de vaccination est un véritable risque pour l’enfant qui n’est pas protégé mais aussi pour son entourage qu’il peut contaminer. Les opinions anti-vaccins se répandent en Espagne, ou le taux vaccination DTP a chuté de 3% en 4 ans. On les retrouve également en France. Si le phénomène s’aggrave, on pourrait voir la recrudescence de maladies comme la coqueluche ou la rougeole. Pour cette dernière, dont la vaccination n’est pas obligatoire, l’OMS considère la France comme un foyer épidémique.
  9. http://www.elmundo.es/cataluna/2015/06/27/558e5fb2e2704ea41e8b4576.html Muere el niño de 6 años de Olot infectado de difteria" (l'enfant de 6 ans infecté par la diphtérie est décédé), El Mondo, Madrid, 27/06/2015
  10. http://ccaa.elpais.com/ccaa/2015/06/27/catalunya/1435403549_462619.html
  11. http://ccaa.elpais.com/ccaa/2015/06/05/catalunya/1433508112_300915.html
  12. http://blogs.elpais.com/cosas-que-importan/2015/06/teresa-forcades-y-las-vacunas-.html
  13. http://elpais.com/elpais/2015/06/02/planeta_futuro/1433262146_575760.html
  14. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/06/27/97001-20150627FILWWW00098-deces-d-un-enfant-atteint-de-diphterie.php