Serum Compatibility Testing

De Psiram
Thomas Levy (Thomas E. Levy)
Capture d'écran sur une vidéo youtube mise en ligne le 21 mars 2020 [1]
Livre de Robert Kulacz D.D.S. et Thomas E. Levy M.D., avec une préface de James Earl Jones, paru le 24 avril 2002 [2]
Livre de Hal A. Huggins et Thomas E. Levy paru le 21 janvier 2003 [3]

Le Serum Compatibility Testing est un test conçu par Hal A. Huggins, DDS (Doctor of Dental Surgery), un dentiste dont le permis a été révoqué en 1996 pour négligence grave et autres fautes professionnelles. Le principal fournisseur de ce type de test est désormais Scientific Health Solutions, de Colorado Springs, au Colorado, dont le directeur, Thomas Edward Levy, M.D., J.D., a co-écrit avec Huggins un livre (Uninformed Consent : The Hidden Dangers in Dental Care).

Article Évitez les tests "Compatibilité de sérum" sur le site quackwatch

Traduction en français de l'article « Steer Clear of "Serum Compatibility" Testing » de Robert S. Baratz, MD, DDS, PhD publié sur le site Quackwatch [4] :

Le Serum Compatibility Testing™, aussi appelé Dental Filling Compatibility (Compatibilité d'amalgame dentaire) ou Blood Compatibility Testing (Test de compatibilité sanguine) a été conçu par Hal A. Huggins, DDS, un dentiste dont le permis [d'exercer] a été révoqué en 1996 pour négligence grave et autres fautes professionnelles. Huggins a faussement prétendu que les plombages d'amalgame au mercure (« argent ») étaient toxiques, pourraient causer la fatigue chronique et de nombreuses maladies graves, et devraient être remplacés. Il est affirmé que le test aide à sélectionner les matériaux de remplacement les plus sûrs. Le juge de droit administratif[5] qui a recommandé la révocation conclu que Huggins avait diagnostiqué une "toxicité [due] au mercure" chez tous les patients qui l'ont consulté dans son cabinet, même chez certains qui n'avaient pas de plombages au mercure[6]. Un dépliant de Huggins[7], distribué au milieu des années 1990, conseillait :

Ne vous précipitez pas et ne faites pas remplacer vos amalgames dentaires mercure-argent juste parce que vous êtes fatigués d'être fatigué. Si vous le faites, vous pourriez faire l'expérience de la "Poêle à frire dans le Syndrome de Feu". Étant donné que beaucoup d'amalgames dentaires alternatifs contiennent d'autres ingrédients toxiques, le remplacement d'un amalgame dentaire toxique par un autre amalgame dentaire toxique n'est pas sain, est imprudent et cher. Cela peut conduire à un re-remplacement de vos amalgames dentaires.

Soyez avisé.
Pourquoi prendre le risque?
Faites-le [dès] la première fois comme il faut.

Le Dental Compatibility Testing fonctionne comme ceci:

- Un échantillon de votre sang est prélevé et préparé spécialement.

- Il est mélangé avec près d'une centaine de produits chimiques dentaires qui sont inclus dans plus de 1000 produits dentaires pour déterminer:

• Une grande réactivité - interprétation - ne pas l'utiliser.
• Une réactivité modérée - l'utiliser seulement si vous le devez.
• Une réactivité moindre - il est plus compatible avec votre corps.

Parlez-en à votre dentiste aujourd'hui pour savoir comment:

1) Éliminer les métaux toxiques de votre corps.
2) Participer avec lui en sélectionnant le matériau dentaire d'obturation le plus sûr pour vos besoins.

Le principal fournisseur de ce type de test est maintenant Scientific Health Solutions, de Colorado Springs, Colorado, dont le directeur, Thomas Edward Levy, MD, JD [8], co-auteur d'un livre (Uninformed Consent: The Hidden Dangers in Dental Care [c.à.d. Consentement non éclairé: Les dangers cachés dans les soins dentaires]) avec Huggins qui attaque les obturations dentaires à l'amalgame. Le test de Levy -- appelé Clifford Matériaux Réactivité Testing (CMRT) -- est promu avec un langage plus subtil, par exemple « L'utilisation du CMRT pour aider à réduire les risques relatifs aux matériaux, sur une base patient par patient, est un moyen par lequel le médecin peut fournir une mesure accrue de la diligence requise pour le bien-être du patient individuel et un niveau plus élevé de soins de qualité pour le patient ».

L'utilisation du CMRT a occupé une place importante dans l'action disciplinaire contre Scott McAdoo, D.D.S., un ancien employé d'Huggins qui a été accusé de faute professionnelle [9] et a signé en 2004 un accord de consentement[10] en vertu duquel il a accepté de cesser immédiatement de faire les procédures contestées et de renoncer définitivement à sa licence dentaire [autorisation d'exercer en tant que dentiste] au plus tard le 12 Février 2005. Le document accusateur, qui fait référence à McAdoo en tant que "Défendeur", déclare/indique/:

L'essai des matériaux dentaires que le défendeur "offre" est le Clifford Materials Reactivity Testing ("le test Clifford") effectué par Clifford Consulting and Research, Inc. ("Clifford"); à l'occasion, le défendeur utilise un test identique fait par Huggins Diagnostic Center ("Huggins"). Le défenseur a prescrit des tests de compatibilité de matériaux dentaires pour les 15 patients suivants (14 l'avait fait chez Clifford et un l'avait fait chez Huggins). Le test réalisé à la fois par Clifford et par Huggins est un test de compatibilité de sérum dans lequel le sérum sanguin d'un patient est mélangé avec une petite quantité de la matière en question et observé pour la formation d'un complexe immun qui précipite de la solution et s'accumule au fond du puits de test. Le ALJ dans l'affaire numéro DE 95-04 a trouvé que les tests de compatibilité sérique étaient inférieurs aux normes standards [en matière de tests médicaux] et sans justification clinique.

À la fin du test de chaque patient, Clifford (et Huggins) ont produit un rapport pour le défendeur. Le rapport détaillait des groupes de matériaux à laquelle le patient avait une réaction immunologique "positive" (ce qui signifie que le patient pourrait être allergique et que les matériaux particuliers ne doivent pas être utilisés à des fins dentaires dans la bouche du patient).

Le rapport listait aussi environ 3558 matériaux dentaires qui étaient ou indiqués ou contre-indiqués pour le patient, selon le groupe de matériaux pour lequel le patient avait été testé "positif".

À réception des résultats de test, le défendeur a dit à ces patients qu'il éliminerait les matériaux identifiables pour lesquels il avait été démontré par le test de compatibilité que le patient réagissait immunologiquement. Le défendeur a en outre déclaré qu'il restaurerait les dents du patient en utilisant des matériaux pour lesquels le patient n'avait pas montré de réaction avec le test de compatibilité...

Le test de compatibilité de sérum du défendeur n'a aucune base scientifique pour déterminer quels matériaux vont réagir avec le système immunitaire et quels [matériaux] ne le feront pas. Le test de compatibilité de sérum du défendeur est sans justification clinique.

La nécessité de tester la réactivité pour des matériaux dentaires, en tant que composante acceptée ou de routine d'un examen dentaire complet ou en tant que composante acceptée ou de routine pour formuler un diagnostic dentaire ou plan de traitement, ne figure dans aucun programme d'études [dentaire] agréé.

Quand une réaction allergique à un matériau dentaire est soupçonné ou quand une manifestation médicale systémique due à l'utilisation d'un matériau dentaire est suspectée, la norme de soins [ce que le praticien doit faire normalement] est d'aiguiller le patient vers une consultation médicale. De tels tests et l'interprétation [de leurs résultats] relèvent de la pratique de la médecine. Le défendeur n'a envoyé aucun de ces patients à une consultation médicale et/ou consulter pour une interprétation des résultats des tests.

Quels que soient les résultats réels des tests de compatibilité. . . , le défendeur a utilisé le même matériau dentaire pour restaurer leurs dents.

Pourquoi le test de comptabilité de sérum n'est pas valide

Le test est effectué sur un échantillon de sang qu'on laisse coaguler et qui est centrifugé ensuite pour séparer la partie coagulée du sérum[11]. De petites quantités de sérum sont alors mises dans des puits [creux] dans un plat de test et une "solution" de chaque matériau dentaire à être testé est ajoutée. Si la solution résultant devient trouble, le test est considéré comme positif. Les résultats sont lus avec un densitomètre, affichés en tant que mesures de densité optique, et présentés sous forme de tableau dans un rapport de 30 pages qui recommande les matériaux les plus sûrs pour remplacer les garnitures et les ponts précédents. De cette façon, le patient peut subir de nouveaux soins dentaires -- en général à des prix très élevés -- en utilisant seulement les matériaux recommandés.

Ce qui se passe réellement au cours des réactions «positives» est que les protéines sont altérées (dénaturées) et précipitent en dehors de la solution. Cela ressemble à ce qui se passe quand certains sels de métaux, des plastiques ou d'autres réactifs, des agents dénaturants sont ajoutés à du blanc d'oeuf dissous dans l'eau. La solution de blanc d'oeuf normalement claire devient trouble en tant que précipité de protéine. Le même processus se produit quand des protéines sériques sont chauffées ou exposées au formaldéhyde ou de nombreux autres agents. Huggins prétendait que le test n'était pas un test d'allergie, mais représentait "la surveillance immunitaire réelle de ces produits."[12] Cependant, rien dans le test ne montre en réalité aucune forme de «compatibilité» des substances testées avec le sérum de la personne. Le test n'a pas non plus rien à voir avec l'immunité ou le système immunitaire. Les réactions «positives» sont des réactions chimiques non spécifiques qui ont aucune signification pratique. Les immunologistes qualifiés qui ont évalué le test le juge absurde.

Robert Kulacz, co-auteur d'un livre de Thomas E. Levy, "discipliné"

Disciplinary Action against Robert Kulacz, D.D.S., par Stephen Barrett, M.D., publié le 7 janvier 2016. [13]

En 2006, Robert J. Kulacz, D.D.S, qui pratiquait ce qu'il appelait "la médecine orale intégrative", a été sanctionné par le Bureau de discipline professionnelle du Département de l'éducation de l'État de New York. Les documents publics pertinents, signés au printemps 2006, indiquent qu'il avait réglé une accusation de faute professionnelle en acceptant une ordonnance par consentement. Sa demande d'ordonnance indiquait :

J'ai été accusé d'une (1) spécification de faute professionnelle. . . .
Je ne peux pas défendre avec succès la qualification de faute professionnelle susmentionnée, en m'accusant de conduite non professionnelle (au cours du traitement d'un patient, je n'ai pas tenu un dossier reflétant avec précision l'évaluation et le traitement d'un patient en ce sens que je n'ai pas détaillé dans le dossier du patient l'évaluation qui a conduit à ma décision d'extraire deux des dents du patient).
J'accepte par la présente la sanction suivante : suspension de mon permis d'exercer en tant que dentiste pour une période de deux (2) ans ; suspension de l'exécution de ladite suspension ; mise à l'épreuve pour une période de deux ans . ... et que je paie une amende de mille dollars. . . ” [1]

Les documents publics le confirment mais ne donnent pas plus de détails. Toutefois, M. Kulacz a déclaré sur son site web aujourd'hui disparu (DrKulacz.com) qu'avant de recevoir une copie écrite des accusations, un enquêteur du conseil d'administration lui avait dit que les autorités chargées de délivrer les licences craignaient qu'il n'ait extrait inutilement une dent traitée par canal radiculaire.

Contexte historique

Les versions archivées de DrKulacz.com ont indiqué ce qui suit.

Kulacz a reçu son diplôme de dentiste du Collège de dentisterie de l'Université de New York en 1986. Après avoir obtenu sa licence en 1986, il a suivi une formation complémentaire en chirurgie et a fondé, puis présidé, l'Institut de médecine intégrative [2]. En 2001, DrKulacz.com a déclaré:

Le Dr Kulacz utilise des protocoles de traitement scientifiquement fondés qui mettent l'accent sur la relation entre la santé bucco-dentaire et la santé systémique globale. Lui et son personnel utilisent les matériaux, les procédures et les équipements les plus modernes pour effectuer des opérations de chirurgie buccale afin d'éliminer les infections des mâchoires (cavitations et canaux radiculaires) et les procédures de restauration dentaire [3].

En septembre 2004, la page d'accueil du site indiquait:

Le Dr Kulacz a consacré sa pratique au diagnostic et au traitement des infections buccales et à leur relation possible avec les maladies systémiques. Après avoir appris les dangers des canaux radiculaires, des amalgames au mercure et d'autres procédures dentaires, le Dr Kulacz a abandonné sa pratique dentaire traditionnelle. Vous trouverez sur ce site des informations intéressantes concernant les traitements de canal, l'ostéomyélite et l'ostéonécrose de la mâchoire, et les différences entre la manière dont la dentisterie présente ces procédures et la réalité. Le Dr Kulacz examine la dentisterie selon une approche médicale du corps entier, plutôt que de limiter le diagnostic et le traitement à la seule bouche. De nombreuses maladies telles que la NICO, les douleurs faciales atypiques, les névralgies, les maladies cardiaques, l'arthrite, les troubles épileptiques, la fatigue chronique / fibromyalgie, les troubles auto-immuns ne sont que quelques-unes des maladies, entre autres, qui peuvent être attribuées à une infection. Beaucoup de ces infections ont pour origine la bouche. Le Dr Kulacz donne des conférences sur ce sujet, fait de la recherche et maintient une pratique clinique pour le traitement des patients.
Notre émission de radio en ligne ainsi que notre apparition hebdomadaire du lundi sur l'émission de radio The Deborah Ray permettent de sensibiliser davantage le public à ces sujets importants.
Le Dr Kulacz limite sa pratique chirurgicale à deux jours par semaine pour se concentrer sur la recherche et l'éducation, car il pense que ses efforts pour aider le public seront mieux servis que s'il exerçait à plein temps en cabinet privé [4].

Kulacz est co-auteur d'un livre, The Roots of Disease (2006), qui soutient que les dents traitées par canal radiculaire sont souvent la cause principale de problèmes médicaux apparemment sans rapport et qu'elles devraient être enlevées pour cette raison. Il affirme également que "presque toutes les dents traitées par canal radiculaire sont infectées". [5]

Recommandations de traitement douteuses

En 2004, DrKulacz.com a proposé "Dr. Kulacz's Daily Protocols" et "Advanced Clinical Protocols" pour la SLA (sclérose latérale amyotrophique), le syndrome de fatigue chronique et la fibromyalgie, l'hépatite C, le VIH/sida, la modulation et le renforcement du système immunitaire, la leucémie (LMA, LMC, LLC), le lupus et la rhumatoïde, le lymphome ; mélanome, sclérose en plaques, sarcome, cancer du cerveau, cancer du sein, cancer du colon, cancer du foie, cancer du poumon à cellules épidermoïdes, cancer du poumon à adénocarcinome, cancer de l'ovaire, cancer du pancréas, cancer de la prostate, maladies cardiovasculaires, amélioration des performances sportives et virus/grippe [5]. Toutes ces pathologies ne relèvent pas de la médecine dentaire classique. Leurs protocoles comprenaient de longues listes de compléments alimentaires non standard. Par exemple, le "protocole sur le cancer de l'ovaire [6] comprenait des lavements quotidiens au café, un régime végétarien, 50 à 75 grammes de vitamine C par voie intraveineuse et les compléments suivants :

Le livre "La Panacée originelle - La vitamine C" du Dr Thomas E. LEVY [14]

La version en français du livre PRIMAL PANACEA de Thomas E. Levy, avec une préface de Jean-Marc Robin parue vers 2016 ou 2017.
Le livre en anglais "PRIMAL PANACEA" de Thomas E. Levy avec une préface de Garry Gordon paru le 1er janvier 2011

La page de couverture porte en plus : "Un défaut génétique héréditaire empêche l'homme de produire, contrairement à presque tous les animaux, cette miraculeuse substance qui guérit quasiment tout. Hélas d'habiles financiers, pour protéger leur business à plusieurs trillions de dollars, font tout pour nous interdire....". "Étudiée dans des dizaines de milliers de publications probantes, elle est capable à des doses suffisantes, de prévenir et de guérir des cancers, des maladies cardiovasculaires, des maladies infectieuses, des maladies dégénératives et même d'éviter les dommages causés par presque toutes les toxines, les venins et les radiations !".
En fait le titre du livre en anglais était "Primal Panacea" [15], la comparaison de la couverture et du contenu, des préfaces et avant-propos ne laisse aucun doute.

Il s'agit de la première édition en français, parue en 2016. Celle-ci comporte une préface du Dr Jean-Marc Robin (voir ci-dessous). Le Dr Robin donne aussi son avis sur le livre : "Ce livre nous explique les indications, les contre-indications, les modalités d’action et les effets biologiques et cliniques de l’administration de hautes doses de vitamine C. Ce livre est une véritable encyclopédie documentée par près de 1 200 références scientifiques. Ainsi vous pourrez mettre en place une ascorbathérapie efficace, optimale et sûre à des doses pharmacologiques personnalisées. Bonne lecture.
Dr Jean-Marc Robin Phytonutrition & Environnement,
Tanger, Maroc. 2 octobre 2016. Pdt de la Société de Médecine nutritionnelle et de Prévention Santé (SMNPS)
E-mail : phytonutrition.environnement@gmail.com
".

Le traducteur-éditeur Michel Dumestre est aussi préfacier :
Un défaut génétique héréditaire empêche l'homme de produire, contrairement à presque tous les animaux, la vitamine C, miraculeuse substance qui guérit quasiment tout. D'habiles financiers, pour protéger leur business, font tout pour interdire son homologation. "La situation en cette fin 2016 est alarmante. Au stade actuel de marchandisation de la vie, une médecine pharmaceutique peut se vanter d'avoir soumis la santé. La médecine est droguée aux considérables crédits alloués via la prétendue recherche et répète inlassablement l'antienne commerciale de la nécessité d'accepter une vie, possible uniquement sous sa surveillance médicamenteuse. Pourtant, depuis plus de 70 ans, la recherche orthomoléculaire nous démontre que nous sommes des enfants de la Nature, en manque non pas de médicaments mais de produits naturels, à des doses étudiables, véritables, sûres et déjà pratiquées par les animaux ; que le modèle animal, absent des gadgets électroniques, ne ment pas. Que celui qui le comprend et s'en inspire aura la possibilité de ne pas obéir à une quelconque autorité politique ou médicale ; de tester par lui-même, de créer et de partager avec les autres hommes une vie pleine et édifiante, dans un monde meilleur. Parmi les découvertes de cette recherche, la non-brevetable Vitamine C, aux étonnantes mais réelles et irremplaçables capacités, ne peut laisser indifférent. Il fallait offrir au public des démonstrations simples et logiques, plus d'un millier de références scientifiques, des réponses rassurantes et constructives, des dosages illicitement adéquats, des modes d'emploi éprouvés et facilement reproductibles, un courage et une force scientifiquement tranquille. C'est ce qu'a construit, page après page, le cardiologue américain Thomas E. Lévy. Aucun ouvrage complet sur ce sujet de la vitamine C n'existait en français. Naturopathe orthomoléculaire, j'ai eu le bonheur d'y participer, en tant que traducteur-éditeur". Michel Dumestre, préfacier.

Autre préface, celle de Gordon, Garry F. (1935-....)

Gordon, Garry F. n'est pas une référence de bon aloi, son "Gordon Research Institute" (Garry F. Gordon, DO) figure sur le site de Stephen Barrett dans la catégorie des "Questionable "Research" Entities" (Entités "de recherche" douteuses) à la rubrique "Voluntary Organizations" [16], tout comme le livre "The Roots of Disease: Connecting Dentistry & Medicine" co-écrit par Robert Kulacz, DDS et Thomas E. Levy, MD" figure parmi les livres non recommandés par Stephen Barrett [17]

L'examen d'un exposé de Garry F. Gordon lors de la Anti-Aging Conference London (AACL) en 2013 (Thursday Pre-conference Workshop19th September 2013) [18] permettra de comprendre pourquoi Jean-Marc Robin a préfacé le livre "La panacée originelle" [18]; y est recommandé sur fond de médecine orthomoléculaire, la thérapie par chélation, la vitamine C, une multitude de compléments alimentaires (page 95, Dr. Gordon’s Personal Daily Supplement Regimen), etc. Précisons que Garry F. Gordon est Co-Founder of the American College for Advancement in Medicine (ACAM). [19] [20]

Préface à l’édition française du livre "La panacée originelle" de Garry F. Gordon par le Dr Jean Marc ROBIN

La vitamine C et moi, c’est une longue histoire. Mon premier souvenir sur la vitamine C date de mon premier stage d’externe en médecine interne à l’hôpital Avicenne à Bobigny, près de Paris. Lors de mon premier jour de stage, l’interniste, praticien hospitalier me présente une personne âgée alitée et traitée pour une infection avec de multiples pétéchies (tâches hémorragiques sous la peau). Il me demande de faire le diagnostic. Je lui réponds que ces tâches sont liées à la vieillesse. Non, me répond-il c’est un scorbut (maladie de carence en vitamine C). Je croyais à l’époque que cela n’existait plus. Il me dit que presque toutes les personnes âgées infectées qui sont hospitalisées dans le service présentent un scorbut. Il me pose une deuxième question : Quand une personne présente une infection nosocomiale multirésistante à tous les antibiotiques hospitaliers, que prescris-tu ? Je ne sais que répondre, étant donné que dans ce cas, aucun antibiotique utilisé à l’hôpital ne sera efficace. Il me dit alors, qu’il prescrit de l’acide ascorbique (acide supprimant le scorbut) appelée aussi vitamine C et des probiotiques. Et contre toute attente, ces personnes vont guérir de leur infection nosocomiale. Depuis ce jour-là, je me suis intéressé à la vitamine C et je l’ai prescrite chez toutes les personnes infectées. J’ai pris et recommandé de consommer tous les jours 1 gramme de vitamine C à chaque repas à titre préventif contre les infections, la fatigue chronique, le stress... Cela m’a changé la vie... J’étais un asthénique chronique, je ne le suis plus depuis que je suis abonné à la prise quotidienne de vitamine C. Lorsque je suis devenu interne en médecine, mes confrères internes me demandaient comment je faisais pour être en forme au matin après une garde de nuit aux urgences de l’Hôpital sans avoir pu dormir. Je leur montrais alors le tube de vitamine C que j’avais toujours sur moi. Sans la vitamine C, je n’aurais pu travailler à l’hôpital 33 heures de suite (de 9 h à 18 h le lendemain) sans sommeil.
L’homme est dépendant de la prise régulière de vitamine C comme il l’est de l’oxygène. Chez l’animal, du fait de la synthèse endogène de vitamine C, la quantité quotidienne de vitamine C synthétisée est adaptée au besoin journalier d’acide ascorbique. La quantité synthétisée peut atteindre 1,3 g par kilogramme de poids corporel et par jour. Cela expliquerait la capacité d’autoguérison plus importante de l’animal par rapport à l’homme. L’homme est une des 3 espèces sur terre ne synthétisant pas la vitamine C. Bien que son génome contienne les gènes de la synthèse de vitamine C, ces gènes ne sont pas activés. Cette synthèse étant coûteuse en énergie, son absence participerait à la longévité plus élevée de l’homme par rapport aux autres animaux. Les effets pharmacologiques de la vitamine C à partir de 8 à 12 grammes par jour à raison de 1 gramme par heure par voie orale sont bien différents de ceux des effets nutritionnels de réduction du scorbut. Ce livre nous explique les indications, les contre-indications, les modalités d’action et les effets biologiques et cliniques de l’administration de hautes doses de vitamine C. Ce livre est une véritable encyclopédie documentée par près de 1 200 références scientifiques. Ainsi vous pourrez mettre en place une ascorbathérapie efficace, optimale et sûre à des doses pharmacologiques personnalisées.
Bonne lecture.
Dr Jean-Marc Robin. Phytonutrition & Environnement,
Tanger, Maroc. 2 octobre 2016. Pdt de la Société Médecine nutritionnelle et de Prévention Santé (SMNPS)
E-mail : phytonutrition.environnement@gmail.com [21]

Le Foreword (avant-propos) du Dr Gary Gordon du livre "Primal Panacea"

Plutôt que de consulter les courts extraits en français de la préface du Dr Gary Gordon du livre "La panacée originelle", voir le foreword de celui-ci du livre en anglais "Primal Panacea" qui fait partie de la partie consultable sur Amazon (et dont on peut même demander une traduction en français en cliquant sur la partie consultable) [22].

Autre activité du Dr Thomas Levy

Thomas Levy fait partie du Conseil d'Administration (Board of Directors) de la Riordan Clinic, aux côtés du Dr Ron Hunninghake Médecin en chef, et de Verne Harnish Président du Conseil. [23] L'établissement principal de la Riordan Clinic est établi à Wichita, dans le Kansas. Les thérapies qui y sont utilisées:
* Thérapie Prolozone [24]
* Thérapie électromagnétique pulsée (PEMT) [25]
* Saunas infrarouges
* Thérapie au gui (Viscum album)
* Thérapie par injection régénérative (RIJ) ou prolothérapie
* Thérapie de remplacement hormonal bio-identique ou hormonothérapie substitutive bio-identique (BHRT)
* Vitamine C (IVC) à haute dose par voie IV (utilisée pour les patients qui ont un diagnostic de cancer) [26]
* Injection réflexe respiratoire infraspinatus
* Nutrition IV qui consiste à infuser une concenration élevée de vitamines, minéraux et nutriments essentiels directement dans la circulation sanguine… [27]
* Irradiation sanguine ultraviolette (UBI) qui est une procédure qui expose le sang à la lumière pour intensifier la réponse immunitaire du corps et tuer les infections
* Injections de nutriments: Traitez une grande variété de symptômes avec des injections de nutriments. … [28]
* Thérapie de chélation.

Liens Externes

Références

  1. https://www.youtube.com/watch?v=Y9SbPqO_Ay4 mise en ligne le_21_mars_2020
  2. https://www.amazon.fr/Roots-Disease-Connecting-Dentistry-Medicine/dp/1401048943
  3. https://www.amazon.fr/Uninformed-Consent-Hidden-Dangers-Dental/dp/1571741178
  4. http://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/Tests/serum.html
  5. https://en.wikipedia.org/wiki/Administrative_law_judge
  6. http://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/huggins.html Article "Administrative Law Judge's Conclusions about Hal A. Huggins, D.D.S." Par Stephen Barrett, M.D.
  7. Safer dental fillings. Dépliant non datée distribué lors d'un séminaire de Huggins en 1995
  8. http://www.elmoudjahid.com/fr/mobile/detail-article/id/46846 Article "Lutte contre le cancer : Le professeur américain Thomas E. Levy défend la thérapie à base de vitamine C" publié le 22-09-2013:
    Le spécialiste américain de la thérapie du cancer à base de méga doses de vitamine C par voie intraveineuse, Thomas Edward Levy, a défendu samedi, hier à Alger, l’efficacité de ce protocole médical qu’il qualifie de « miraculeux ». « La vitamine C est une molécule miracle contre tout type de cancer. Elle a une grande capacité de tuer les cellules cancéreuses et de booster la réponse immunitaire chez les personnes atteintes de cancer », a expliqué le Pr. Levy lors d’une conférence de presse animée au quotidien DK News. Invité par la Société algérienne de nutrition et de médecine orthomoléculaire (SANMO), le spécialiste de cette méthode médicamenteuse, a ajouté que la recherche scientifique a permis de découvrir que les tumeurs cancéreuses « répondaient bien » à la vitamine C par voie intraveineuse. Le Pr. Levy, qui se trouve à Alger dans le cadre d’une visite pour tenir informés les médecins spécialistes en oncologie ainsi que les malades du cancer et leurs familles sur le développement de la recherche internationale sur cette méthode, a émis le vœu de la voir s’introduire dans les centres hospitaliers dans l’ensemble des pays du monde, dont l’Algérie. Il a déploré le fait que le traitement du cancer par la vitamine C, qui représente « l’une des avancées de la médecine orthomoléculaire », soit « indésirable » et « rejeté » chez les autorités publiques, sans apporter davantage d’explications sur les raisons de ce rejet, préférant dire : « Elle dérange certains intérêts. » Il a, à cet égard, rappelé que cette méthode est utilisée dans une seule clinique privée aux Etats unis d’Amérique. Le conférencier a saisi la rencontre pour évoquer toute l’ « efficacité » de cette technique de traitement du cancer, soulignant que cette forme thérapeutique a l’avantage de soulager la douleur du malade, booster son système immunitaire, diminuer la fatigue liée à la maladie et d’améliorer sa qualité de vie en diminuant les effets indésirables du traitement standard.
  9. http://www.dentalwatch.org/reg/mcadoo1.html
  10. http://www.dentalwatch.org/reg/mcadoo2.html
  11. Huggins HA. Serum compatibility testing: A revolutionary approach to selecting safer dental fillings (booklet). Colorado Springs, CO: Huggins Diagnostic Laboratory, Sept 15, 1989.
  12. Huggins HA. PAR: Proper amalgam removal (booklet). Colorado Springs, CO: Huggins Diagnostic Center, Jan 1, 1993.
  13. https://quackwatch.org/dental/reg/kulacz/
  14. http://www.sudoc.abes.fr/xslt/DB=2.1//SRCH?IKT=12&TRM=201753863&COOKIE=U10178,Klecteurweb,I250,B341720009+,SY,NLECTEUR+WEBOPC,D2.1,E94c87030-c45,A,H,R82.237.93.118,FY
  15. https://www.amazon.com/Primal-Panacea-Hardcover-Autographed-Author/dp/0983772819/ref=tmm_hrd_title_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=
  16. https://www.quackwatch.org/04ConsumerEducation/nonrecorg.html Questionable Organizations: An Overview
  17. https://www.dentalwatch.org/questionable/books.html
  18. 18,0 et 18,1 www.antiageingconference.com/ppt13/gordon-workshop13.pdf
  19. https://en.wikipedia.org/wiki/American_College_for_Advancement_in_Medicine [... Controverse
    Soutien au traitement par chélation
    L'ACAM est depuis longtemps un ardent défenseur du traitement par chélation, dont l'efficacité, l'innocuité et une bonne partie de la théorie est contestée par la communauté médicale. En 1998, la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis a affirmé que le site Internet de l'ACAM et une brochure publiée par celle-ci avaient fait des allégations fausses ou non fondées sur ce traitement. En décembre 1998, la FTC a annoncé qu'elle avait obtenu un accord de consentement interdisant à l'ACAM de faire des allégations publicitaires non fondées sur l'efficacité du traitement par chélation contre l'athérosclérose ou toute autre maladie de l'appareil circulatoire. En 2014, l'ACAM a été le premier organisme à offrir des séminaires en ligne pour enseigner les principes de la thérapie par chélation. (Traduit avec www.DeepL.com/Translator)
  20. https://www.quackwatch.org/01QuackeryRelatedTopics/chelation.html Thérapie de chélation: affirmations non prouvées et théories non fondées Saul Green, Ph.D.
  21. https://salon-du-bien-etre.org/wp-content/uploads/2018/09/MD-présa-Panaco.pdf
  22. https://www.amazon.com/Primal-Panacea-Thomas-Levy/dp/0983772800
  23. https://riordanclinic.org/board-of-directors/
  24. https://www.psiram.com/de/index.php/Prolozon-Therapie
  25. https://www.psiram.com/de/index.php/Magnetfeldtherapie#Pulsierende_Magnetfeldtherapie
  26. https://lepharmachien.com/injections-vitamine-c/
  27. https://riordanclinic.org/what-we-do/iv-nutrition/
  28. https://riordanclinic.org/what-we-do/nutrient-injections/