Julien Venesson

De Psiram

Julien Venesson[2][3], nutrithérapeute autoproclamé prônant les régimes sans caséine voire l'alimentation paléolithique, partisan des suppléments nutritionnels et critique de la médecine conventionnelle.

Mr Venesson a pour bagage académique un bac S. Dans sa vidéo "Qui je suis", il mentionne s'être orienté vers des études de médecine. Il les aurait arrêtées pour des problèmes de santé. Puis, il aurait fait une licence de mathématique et d'informatique. Ailleurs, il précise "Issu d'une famille de pharmaciens et médecins, et doté lui-même d'une formation médicale et scientifique" [4]. Une formation médicale hérédidaire génétiquement transmissible ?

Description de Julien Venesson par lui-même[5]

  • Professeur de nutrition pour les coachs sportifs[6]
  • Journaliste scientifique pour plusieurs sites internet et notamment LaNutrition.fr (voir à Thierry Souccar)
  • Rédacteur en chef, du magazine numérique Alternatif Bien Être [c'est une publication de Santé Nature Innovation[7]]
  • Consultant en nutrition et santé [...] Notamment pour Santé Nature Innovation
  • Nutrition de pointe : conseil en nutrition pour les sportifs de niveau intermédiaire ou de haut niveau, en particulier dans les sports de force (musculation, arts martiaux, sports de combats)
  • Conseiller scientifique, je travaille de concert avec des entreprises compétentes dans l’élaboration, l’optimisation ou le conseil dans le domaine des compléments alimentaires

Les consultations de Julien Venesson

Il consulte le premier samedi du mois à l'adresse : 5 Place Emile Zola 58500 Clamecy. Tarif 80 € la première consultation puis 60 € [8].

Prix de la consultation d'un médecin généraliste en 2015: 23 €.
Prix de la consultation d'un médecin nutritionniste 80 €, dont 23 € seront remboursés par l'assurance maladie obligatoire, certaines mutuelles complètent dans des proportions variables[9].
Moyenne des tarifs des consultatons d’un diététicien (diplômé), 1er rendez-vous tarif = 40 €, rendez-vous de suivi = 32 €[10]. Les consultations ne sont pas remboursées par les caisses d'assurance maladie obligatoire, cependant, certaines mutuelles participent au remboursement de ces consultations en fonction de la formule choisie, par exemple, un forfait de 20 € remboursé mais limité à 3 séances par an.

Les convictions de Mr Venesson

Autisme : Le gluten est bien impliqué dans l'autisme[11]

Selon Julien Venesson, le gluten serait impliqué dans l'autisme en raison d'une perméabilité intestinale augmentée chez les enfants autistes:

"Depuis longtemps le régime sans gluten est promu dans les milieux alternatifs pour améliorer le traitement de l’autisme. Récemment des chercheurs suédois ont lancé une vaste étude dans le but de déterminer si les enfants autistes sont plus fréquemment intolérants au gluten ou non. Leur étude a...
Depuis longtemps le régime sans gluten est promu dans les milieux alternatifs pour améliorer le traitement de l’autisme. Récemment des chercheurs suédois ont lancé une vaste étude dans le but de déterminer si les enfants autistes sont plus fréquemment intolérants au gluten ou non.
Leur étude a porté sur plus de 15 000 enfants. L’intolérance au gluten a été recherchée par prise de sang. Les résultats montrent que les enfants autistes sont en moyenne 3 fois plus sujets à l’intolérance au gluten ! Mais ils sont surtout touchés par l’intolérance au gluten sous sa forme asymptomatique ou latente (1).
Dans l’intolérance au gluten latente ou asymptomatique, les enfants présentent peu ou pas de symptômes digestifs et si on leur fait une biopsie (l’examen standard pour diagnostiquer une intolérance au gluten en France) alors le résultat s’affiche comme normal. En fait il n’en est rien car l’organisme produit déjà des anticorps face au gluten, typiques de la maladie coeliaque mais qu’on ne peut voir que par une prise de sang spécifique. Les symptômes digestifs apparaissent mais parfois au bout de plusieurs dizaines d’années, laissant les enfants malades et sans traitement pendant tout ce temps.
Le régime sans gluten et sans produits laitiers inutile dans l’autisme ?
Dans un rapport rendu public en avril 2009 par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et intitulé Efficacité et innocuité des régimes sans gluten et sans caséine proposés à des enfants présentant des troubles envahissants du développement (autisme et syndromes apparentés), l’agence déconseillait le régime sans gluten et sans lait aux enfants autistes. Bien entendu le fait que le comité d’experts ayant travaillé sur cette question ait été piloté par le Pr Jean-Louis Bresson, qui a été le président de la mission scientifique de Syndifrais, une organisation professionnelle qui regroupe les industriels des secteurs privés et fabricants des yaourts et laits fermentés, des fromages frais, des desserts lactés frais ainsi que des crèmes fraîches n’a absolument aucun rapport avec la conclusion !
A côté de ça, une récente analyse de la littérature médicale dirigée par un groupe de chercheurs anglais et norvégiens a conclu que le régime sans gluten et sans caséine pouvait être efficace chez un certain nombre d’enfants bien qu’on n’en connaisse pas la raison (2). Les recherches montrent en effet une perméabilité intestinale augmentée chez les enfants autistes, ce qui a poussé fort logiquement de nombreux chercheurs et parents à mettre en place un régime sans blé ni produits laitiers c’est-à-dire sans gluten ni caséine. Les recherches montrent souvent (mais pas toujours) une amélioration de nombreux symptômes même si une rémission totale semble exclue (3).
"

Les références citées par Venesson:

  • (1) Ludvigsson JF, Reichenberg A, Hultman CM, Murray JA. A Nationwide Study of the Association Between Celiac Disease and the Risk of Autistic Spectrum Disorders. JAMA Psychiatry. 2013;70(11):1224-1230.[12]
  • (2) Whiteley P, Shattock P, Knivsberg AM, Seim A, Reichelt KL, Todd L, Carr K, Hooper M. Gluten- and casein-free dietary intervention for autism spectrum conditions. Front Hum Neurosci. 2012;6:344.[13]
  • (3) Christison GW, Ivany K. Elimination diets in autism spectrum disorders: any wheat amidst the chaff? J Dev Behav Pediatr. 2006 Apr;27(2 Suppl):S162-71.[14]

Et il renvoie à son propre livre "Gluten, comment le blé moderne nous intoxique".

La référence (1) de Mr Venesson est l'étude de Ludvigsson de 2013

Il est impossible de publier ici une traduction de l'étude en son entier[12], mais dans un article "No Link Between Autism and Celiac Disease" de Fran Lowry publié le 26 septembre 2013 dans Medscape Medical News[15], l'auteur et le Dr Jonas Ludvigsson discutent des dernières nouvelles:

Une étude épidémiologique de cas-témoins de Suède ne signale aucune association entre la maladie coeliaque, un trouble immunitaire avec des symptômes gastro-intestinaux provoqués par l'exposition au gluten, et des troubles du spectre autistique (TSA).

Mais la nouvelle étude a trouvé un risque accru de TSA chez les personnes avec une muqueuse normale dans leur tractus gastro-intestinal, mais avec un résultat de test positif pour des anticorps couramment observés dans la maladie coeliaque.

"Ce sont de bonnes nouvelles pour les patients atteints de maladie cœliaque", a déclaré l'auteur principal Jonas F. Ludvigsson, MD, PhD, professeur d'épidémiologie clinique à l'Institut Karolinska, Stockholm, Suède, à Medscape Nouvelles médicales.

"La maladie coeliaque se produit dans environ 1% de la population américaine, et ces patients n'avaient aucune risque accru d'autisme", a déclaré le Dr Ludvigsson.

L'étude a été publiée en ligne le 25 Septembre dans le JAMA psychiatrie.

Réponse au régime sans gluten

Les enquêteurs [de l'étude JAMA, Ludvigsson et al. donc] ont décidé de faire cette étude parce que des rapports précédents ont indiqué une association entre la maladie coeliaque et l'autisme et que certains patients autistes auraient répondu à un régime sans gluten.

Ils ont recueilli des données dans 28 registres suédois de biopsies sur 26.995 personnes atteintes de la maladie coeliaque, 12.304 patients présentant une inflammation de l'intestin grêle, et 3719 personnes avec une muqueuse normale mais des résultats positifs au test sérologique de la maladie coeliaque.

Les enquêteurs ont ensuite comparé ces individus avec 213,208 participants de contrôle, du même sexe et du même âge et ont estimés les ratios [taux] de probabilité [odds ratios] d'avoir un diagnostic préalable d'une ASD selon le National Patient Register suédois. Ils ont également estimé les ratios de risque relatif (RR) de futurs TSAs [troubles du spectre autistique] chez les individus subissant une petite biopsie intestinale .

L'analyse a montré que d'avoir un diagnostic préalable d'un TSA n'était pas associé à la maladie cœliaque (OR, 0.93; 95% intervalle de confiance [IC], 0,51 à 1,68) ou à une inflammation intestinale (OR, 1,03; IC 95%, 0,40 à 2,64).

Cependant, un diagnostic préalable d'ASD était associé à un risque nettement accru d'avoir une muqueuse normale mais un résultat de test sérologique de la maladie coeliaque positif (OR, 4,57; IC 95%, 1,58 à 13,22).

Quand ils ont analysé seulement ces individus sans diagnostic de TSA au moment de la biopsie, la maladie coeliaque et l'inflammation ont tous deux été associés à des risques modérément accrus de TSAs ultérieurs. Pour la maladie cœliaque, le HR [augmentation de risque] était de 1,39 (IC 95%, 1,13 à 1,71), et pour l'inflammation, le HR était de 2,01; (IC à 95%, 1.29 à 3.13).

Toutefois, pour les personnes ayant une muqueuse normale mais une sérologie positive de la maladie cœliaque, le HR d'un ASD ultérieur était de 3,09 (IC 95%, 1,99 à 4,80).

Dr Jonas Ludvigsson

"Le lien entre autisme et muqueuse normale et sérologie coeliaque positive pourrait être dû à 3 choses," a déclaré le Dr Ludvigsson. "Cela pourrait être une découverte fortuite [dûe au hasard]. Ou peut-être que les patients atteints d'autisme sont plus souvent testés pour la maladie coeliaque. Ou cela pourrait être une vraie cause biologique, peut-être une augmentation de la perméabilité muqueuse. Nous spéculons à ce sujet, mais dans notre paper [étude], nous ne disposons d'aucune donnée sur la perméabilité, donc par conséquent, je ne peux pas dire."

En résumé pour la référence (1)

Mr Venesson a mal lu l'étude, celle-ci n'a pas constaté que "les enfants autistes sont en moyenne 3 fois plus sujets à l’intolérance au gluten !"

On y lit: "Quand ils ont analysé seulement ces individus sans diagnostic de TSA au moment de la biopsie, la maladie coeliaque et l'inflammation ont tous deux été associés à des risques modérément accrus de TSAs ultérieurs. Pour la maladie cœliaque, le HR [aumentation de risque] était de 1,39, et pour l'inflammation, le HR était de 2,01.
Toutefois, pour les personnes ayant une muqueuse normale mais une sérologie CD positive, le HR d'un ASD ultérieur était de 3,09.
" Ce sont les chiffres figurant dans les trois lignes du tableau, et c'est ce 3,09 de la 3ème ligne que Mr Venesson a retenu.

L'étude ne dit pas si les patients ayant une muqueuse normale mais une sérologie positive de la maladie cœliaque parmi lesquels on a décelé ultérieurement 3 fois plus de TSAs ont évolué vers une maladie coéliaque ou une pathologie d'intestin inflammatoire ou non, autre possibilité leur intestin est resté normal comme avant la biopsie et leur sérologie au CD de positive est redevenue négative. (Une étude antérieure de Jonas F Ludvigsson de juillet 2009 dit que "pas tous les individus ayant une sérologie positive pour la CD développent une CD, et que la sérologie positive pour la CD peut parfois être transitoire"[16]). Il n'y a pas eu de suivi de ces personnes après le diagnostic ultérieur à la biopsie, et l'étude ne dit rien à ce sujet. Mais Mr Venesson voit le chiffre 3,09 à côté de TSAs, et par une sorte de réflexe automatique (on pourrait parler de réflexe conditionné) aboutit à la conclusion "les enfants autistes sont en moyenne 3 fois plus sujets à l’intolérance au gluten". Or TSA, ou autisme, n'est pas égal à intolérance au gluten !

La seule démonstration qui soit faite ici, c'est que Mr Venesson met en conclusion son opinion personnelle préconçue, alors que normalement quand on veut vérifier une hypothèse on met celle-ci en début de la démonstration, que le chiffre sur lequel il se base et dont il se sert n'a pas de lien avec ce qu'il prétend vouloir démontrer, et qu'en fait il ne propose aucune hypothèse à vérifier puisque son opinion est déjà faite. Mr Venesson n'a donc rien démontré du tout et son affirmation est sans fondement.

La référence (2) est l'étude Whiteley, Shattock, Knivsberg, Reichelt de 2012[13]

La revue "Frontiers in human neuroscience"[17] en libre accès dans laquelle la dite étude a été publiée est un peu spéciale: "L'éditeur suisse a affiché des papers en ligne depuis 2007. Ses pairs examinateurs, dont les noms sont connus, acceptent 80-90% des demandes, ne rejetant que celles qui sont fondamentalement viciées. Les auteurs des manuscrits acceptés payaient une taxe de publication, allant de 750 $ à 2 600 $, de manière à ce que les lecteurs puissent avoir libre accès aux articles. Le mérite d'un document est jaugé après la publication, en utilisant des mesures de succès Internet comme le nombre de téléchargements"[18]. Une revue payante donc, à défaut d'une revue scientifique reconnue.

Ce document n'est donc pas une référence scientifique recevable. Pour clore définitivement le sujet de la crédibilité des chercheurs Whiteley, Shattock, Knivsberg, Reichelt, il se trouve qu'une méta-analyse Cochrane s'est penchée sur leurs publications. C'est instructif.

la méta-analyse "Gluten- and casein-free diets for autistic spectrum disorder" publiée dans la Cochrane Database en 2008 [19]

Ont été rejeté parce que n'étant pas des essais contrôlés randomisés (RCT):

  • Knivsberg 1990 {published data only}. Knivsberg A-M, Wiig K, Lind G, Nødland M, Reichalt KL. Dietary intervention in autistic syndromes
  • Knivsberg 1995 {published data only}. Knivsberg A-M, Reichalt KL, Nødland M, Høien T. Autistic syndromes and diet: a follow-up study. Scandanavian Journal of Educational Research
  • Knivsberg 2001 {published data only}. Knivsberg AM, Reichalt KL, Nødland M. Report on dietary intervention in autistic disorders. Nutritional Neuroscience. 2001
  • Reichelt 1991 {published data only}. Reichalt KL, Knivsberg A, Lind G, Nødland M. Probable etiology and possible treatment of childhood autism. Brain Dysfunction.
  • Reichelt 1997 {published data only}. Reichelt WH, Knivsberg A-M, Nødland M, Stensrud M, Reichalt KL. Urinary peptide levels and patterns in autistic children, from seven countries, and the effect of dietary intervention after four years. Developmental Brain Dysfunction.
  • Shattock 2002 {published data only}. Shattock P, Whiteley P. Biochemical aspects in autism spectrum disorders: updating the opioid-excess theory and presenting new opportunities for biomedical intervention.
  • Whitely 1999 {published data only}. Whitely P, Rogers J, Savery D, Shattock P. A gluten-free diet as an intervention for autism and associated spectrum disorders: preliminary findings.
  • Whitely 2000 {published data only}. Whiteley P, Rodgers J, Shattock P. Commentary: Feeding patterns in autism.

Ont été retenues pour la méta-analyse "Gluten- and casein-free diets for autistic spectrum disorder" de la base de données Cochrane, vu la piètre qualité des documents existants, seulement 2 études. Il faut préciser que la deuxième étude était pourtant seulement contrôlée en simple-aveugle:

  • Elder 2006 {published data only}. Elder JH, Shanker M, Shuster J, Theriaque D, Burns S, Sherrill L. The gluten-free, casein-free diet in autism: Results of a preliminary double blind clinical trial. Journal of Autism and Developmental Disorders.
  • Knivsberg 2002 {published and unpublished data}. Knivsberg A-M, Reichalt KL, Høien T, Nødland M. A randomised, controlled study of dietary intervention in autistic syndromes. Nutritional Neuroscience, associée au document Knivsberg A-M, [[Karl Reichelt|Reichalt KL, Høien T, Nødland M. Effect of dietary intervention on autistic behavior. Focus on Autism and Other Developmental Disablities, publié en 2003.
Étude Knivsberg (2002 et 2003)

Méthode: Essai en simple aveugle [les sujets savaient s'ils suivaient le régime ou non], randomisé (par pile ou face).
Participants Vingt enfants avec syndrome autiste et peptides urinaires anormaux.
La tranche d'âge moyenne du groupe d'intervention était 91 mois; la tranche d'âge moyenne du groupe témoin était 86 mois.
Les interventions: régime alimentaire sans gluten et sans caséine v le régime alimentaire normal.
Durée de l'étude, 12 mois
Résultats Traits Autistes (mesurés par le DIPAB).
Résultats :
Compétences cognitives (Leiter International Performance Scale).
Capacité linguistique (ITPA & Reynells språktest).
Capacité motrice (Movement Assessment Battery for Children)
Risques de biais: Les auteurs notent un certain nombre de limitations à l'étude, y compris que «le suivi de la conformité avec le régime n'a pas été effectuée», la difficulté de décider si «changements sont dus à l'intervention ou à la maturation», et la possibilité d'un effet placebo. Chacun d'eux a le potentiel d'introduire des biais[20].

Répartition [des enfants dans les groupes suivant le régime ou ne le suivant pas] en aveugle? Avis de l'auteur: oui

Discussion:
Knivsberg et al. ont fait un rapport de leurs résultats dans quatre domaines dans leur premier papier [terme anglais pour étude ou essai] (Knivsberg 2002). Malheureusement nous n'avons pas pu utiliser les données dans un des domaines, l'âge linguistique, parce que les données étaient faussées. Sans surprise dans une étude à si petite d'échelle, les résultats pour deux de ces domaines (les compétences cognitives et la capacité motrice) avaient de larges intervalles de confiance qui enjambaient la ligne d'effet nul. Cependant, le troisième domaine, la réduction des traits autistes, a montré un effet bénéfique du traitement par régime alimentaire combiné sans gluten et sans caséine. Le deuxième papier (Knivsberg 2003) a rapporté les résultats des quatre sous-échelles du DIPAB, mais malheureusement nous avons été incapables d'utiliser les résultats pour deux des échelles, la résistance à la communication et un comportement bizarre, parce que les données étaient faussées. Les résultats pour les deux autres domaines, la communication et l'interaction et l'isolement social, ont tous montré une valeur significative de l'effet du traitement en faveur de l'intervention alimentaire. Toutefois, en interprétant ces résultats, il convient de garder à l'esprit que les données relatives à l'un des domaines importants dans le deuxième papier, l'isolement social, est également une composante des données du résultat significatif dans le premier document, les traits autistiques.

Conclusions des auteurs de l'analyse Cochrane "Gluten- and casein-free diets for autistic spectrum disorder"

" [...] de nouveau, nous ne pouvons pas recommander des régimes alimentaires d'exclusion comme traitement standard.", et encore "Implications pour la recherche. La recherche a montré des taux élevés d'utilisation des thérapies complémentaires et alternatives (CAM) pour les enfants atteints d'autisme, y compris les régimes alimentaires d'axclusion sans gluten et/ou sans caséine. Les données actuelles de l'efficacité de ces régimes est pauvre. Des essais contrôlés randomisés à grande échelle, de bonne qualité sont nécessaires."

En résumé pour l'analyse Cochrane "Gluten- and casein-free diets for autistic spectrum disorder"

Cette conclusion des auteurs de l'analyse Cochrane n'est pas étonnante, l'étude Knivsberg et al. (2002 et 2003) effectuée en simple-aveugle, la seule qui a pu être retenue outre celle d'Elder (2006), comportait 20 participants dont 10 suivaient donc le régime sans gluten et sans caséine.

Voilà tout ce qui est à mettre à l'actif d'Anne-Marie Knivsberg et Karl Reichelt, Paul Shattock et Paul Whitely: 10 enfants suivant un régime SGSC pour lesquels le régime aurait été bénéfique dans le domaine des traits autistes (2002), dans le domaine de la communication et de l'interaction (2003) et dans le domaine de l'isolement social (2003), les données dans les autres domaines étant faussées. Avec en outre un bémol, à savoir, le domaine de l'isolement social (2003) était déjà inclu dans le domaine traits autistique (2002).

Autres sources de renseignements au sujet de la référence (2)

Un petit tour sur nos articles Psiram concernant Karl Reichelt, Boyd Haley (Reichelt et Haley forment un duo qui se produit ensemble à l'association suisse STELIOR de Elke Arod qui s'occupe d'autisme), voir également Paul Shattock et notre catégorie Autisme[21]. Il n'y a rien de tel pour avoir des résultats d'études concluant dans le sens souhaité que de regarder uniquement celles de ceux qui font partie des convaincus de la théorie discréditée du malhonnête Andrew Wakefield et d'ignorer celles en sens contraire des autorités médicales de tous les pays USA.[22], France[23][24] etc.

La référence (3) est l'étude de Christison de 2006 [14]

"L'utilisation d'approches de traitement complémentaire ou alternative chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA) augmente, et les plus populaire de ces approches sont les régimes qui éliminent soit le gluten ou la caséine, ou les deux. La popularité de ces régimes indique un besoin de recherches plus rigoureuses dans leur efficacité. En raison de lacunes méthodologiques importantes, les données actuellement disponibles sont insuffisantes pour guider les recommandations de traitement. Le but de cette étude est d'examiner les essais de régimes gluten/caséine disponibles chez les enfants atteints de TSA quant à la solidité de leurs résultats et aussi les points préoccupants qui peuvent être utiles pour la conception des futures études. Sept essais de ces régimes dans les TSA ont été examinés de façon critique; 6 d'entre eux étaient des essais non contrôlés et 1 était conçu en simple aveugle [en simple insu]. Tous signalaient une efficacité à réduire certains symptômes de l'autisme, et 2 groupes de chercheurs ont également signalé une amélioration de la cognition non verbale. Les défauts de conception dans toutes les études affaiblissent la confiance qui peut être accordée à leurs conclusions. Des études rigoureuses en double aveugle controlées par placébo sont nécessaires pour évaluer si un avantage réel sous-tend la popularité des régimes alimentaires et pour fournir de meilleurs conseils pour les cliniciens et le personnel soignant. La littérature actuellement disponible suggère que les régimes qui éliminent à la fois gluten et caséine (plutôt qu'un seul [des deux]) doivent être étudiés d'abord et que les mesures des résultats devraient inclure des évaluations de la cognition non verbale."

En résumé pour la référence (3)

C'est se moquer du monde de citer cette étude comme une preuve ! L'étude dit justement qi'il n'y a aucune étude probante.[14].

Vous trouverez la morale de l'histoire dans le post "Pour en finir avec la mode SANS GLUTEN" sur le site du pharmachien [25].

L'UFC Que choisir et le livre Gluten, comment le blé moderne nous intoxique de Mr Venesson

La propagande pour le régime sans gluten de Mr Venesson dans son livre "Gluten, comment le blé moderne nous intoxique" a attiré l'attention du magazine Que choisir qui préparait un article publié en septembre 2013 sous le titre Gluten, un coupable trop idéal[26]. L'article "Gluten, un coupable trop idéal" de Que choisir n'a pas été du goût de Mr Venesson, on y lisait par exemple: "Effet de mode ou nécessité? [...] Il n'est pas sûr que nous consommions plus de gluten que dans le passé [...] La rumeur veut que la teneur en protéine (et donc en gluten) des blés ait sensiblement augmenté pendant ces dernières décennies. Elle est démentie par Gérard Branlard, chercheur à l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) selon qui la hausse a seulement atteint 1 à 2% pendant les Trente glorieuses et a cessé depuis.
[...] Les consommateurs dont l'alimentation est très riche en produits de type industriel pourraient donc ingérer davantage de gluten que leurs ancêtres. Mais ce n'est pas sûr: ce qui en apporte le plus dans notre alimentation, c'est le pain. Or, nous en mangeons deux fois moins qu'en 1960, quatre fois moins qu'il y a un siècle. L'invasion de nos assiettes par le gluten est donc loin d'être avérée.
" Après des renseignements sur la maladie coéliaque qui nécessite des tests pour être diagnostiquée et un régime exclant totalement le gluten, l'article analyse la mode du régime sans gluten prescrites à des personnes non coéliaques: "Cette propension de certains médecins à prescrire ce régime repose sur l'idée qu'il existerait, à côté de la maladie coéliaque, une pathologie voisine que faute de mieux on nomme "hypersensibilité" (et non "intolérance) au gluten. Pour l'heure, cette idée n'est pas étayée par beaucoup d'éléments concrets, à part les témoignages des malades. Mais ils se multipient. [...] L'idée fausse que le gluten est dangereux pour tous se répand. [...] Conclusion, ceux qui se disent soulagés par ce régime peuvent être uniquement influencés par le discours anti-gluten ambiant, ils peuvent aussi être réellement incommodés par ce composé. [...] Pour l'instant, on n'a pas de données claires ni sur le mécanisme qui serait en jeu ni sur les moyens de diagnostic. [...] Leur absence actuelle [de méthodes d'analyse fiables] laisse une place démesurée aux marchands de peur... et de produits sans gluten." L'article est accompagné d'un encart intitulé "Produits sans Gluten. Un marché juteux": "Le chiffre d'affaire des produits sans gluten, au prix prohibitif, a triplé en trois ans. [...] Exploitant le filon, les industriels de l'agroalimentaire ont étoffé leur offre de produits ans gluten. Cela facilite la vie des personnes réellement intolérantes mais favorise aussi une mode qui n'est pas forcément à encourager."

L'article de Que choisir a été commenté par Julien Venesson dans un article intitulé « Gluten : Que Choisir nous roule dans la farine ! », Que choisir a demandé un droit de réponse qu'on trouve à la suite de l'article de Venesson ... [27].

Julien Venesson dispense sans compter ses conseils en tant que "spécialiste de nutrition et micro-nutrition" ...

Sur le site de lanutrition.fr de Thierry Souccar avec par exemple les articles « LE BLÉ MODERNE EST UN OGM TOXIQUE » [28] et « QU'EST-CE QUE LA SENSIBILITÉ AU GLUTEN? »[29], sur le site de Santé Nature Innovation en tant que rédacteur en chef du journal Alternatif Bien-Être, le journal des solutions alternatives de santé, sur le site commercial de complément/suppléments alimentaires nutriting.com[30] dont il fait partie. Les produits de nutriting, NuVitamin' et NuPower, ont été classés meilleurs multivitamines « made in France » par le comité de scientifiques de lanutrition.fr[31] de Thierry Souccar. Il est également très actif sur le site superphysique.org[32], sur le site All-musculation.com en compagnie de Michael Gundill et Christophe Carrio[33].

Il est conférencier au 6ème Congrès International de Quantique Planète intitulé Eurêka de Marion Kaplan le 13 avril 2014 à Aix sur le thème « Gluten: comment le blé nous intoxique? »; à l'occasion de ce congrès a été mise en ligne une vidéo d'une interview intitulée « Julien Venesson nous parle du blé et du gluten »[34] par Déborah Donnier habituellement animatrice de la chaine « Radio Malherbe Grenoble ». On trouve de lui en 2014 4 vidéos intitulées "Comment avoir une alimentation sans blé ?", "Régime sans Gluten : le cas Djokovic", "Tout savoir sur les blés" sur le site web TV "Des Maux et des Mots", "la première et la seule web TV en France entièrement consacrée aux médecines complémentaires et alternatives". Sans compter les nombreuses vidéos qu'il met lui-même sur le web.

Livres publiés par Julien Venesson

  • "Nutrition de la force". Auteur : Julien Venesson, préface de Michael Gundill. Editeur : Thierry Souccar éditions. Paru le 7 juillet 2011.
  • "Assiette de la force". Auteurs: Julien Venesson et Christophe Bonnefont. Editeur : Thierry Souccar éditions. Paru le 6 décembre 2012.
  • "Gluten, comment le blé moderne nous intoxique". Auteur : Julien Venesson. Editeur : Thierry Souccar éditions. Paru le 20 juin 2013.[35]
  • "Paléo Nutrition". Auteur : Julien Venesson. Editeur : Thierry Souccar éditions, parution prévue pour le 21 août 2014[36]
  • "Wie der Weizen uns vergiftet" Der Ratgeber für Glutensensitive (Comment le blé nous empoisonne). Le guide pour la sensibilité au gluten) ISBN 978-3-86883-477-2 Editeur: riva Verlag, München 2014 Riva Verlag
  • "L’Assiette Paléo, 101 recettes spécial force et endurance" de Christophe Bonnefont et Julien Venesson Paru le 26 février 2015 Edition : T. Souccar [en fait, seule l'introduction est de Julien Venesson. Voir les commentaires sur le livre ici[37]]

Liens externes

  • http://briandeer.com/solved/2010-buie-gastro-consensus.pdf Étude "Evaluation, Diagnosis, and Treatment of Gastrointestinal Disorders in Individuals With ASDs: A Consensus Report" (Évaluation, diagnostic et traitement des troubles gastro-intestinaux chez les personnes atteintes d'ADS: Un rapport de consensus) Auteurs : Barry K. Wershil, Sharon C. Weston, Lonnie Zeltzer and Harland Winter Levy, Jeffery D. Lewis, Katherine F. Murray, Marvin R. Natowicz, Aderbal Sabra, Jirapinyo, Harumi Jyonouchi, Koorosh Kooros, Rafail Kushak, Pat Levitt, Susan E. Arthur L. Beaudet, Edward G. Carr, Michael D. Gershon, Susan L. Hyman, Pipop Levy, Judy VandeWater, Agnes H. Whitaker, Dan Atkins, Margaret L. Bauman. Publiée en 2010 dans Pediatrics, Official Journal of the American Academy of Pedriatics (Journal Officiel de l'Académie Américaine de Pédiatrie)
    Essai de traduction du paragraphe concernant les régimes alimentaires GFCF (sans gluten et sans caséine) page 60 :
    "Les données de recherche disponibles ne justifient pas l'utilisation d'un régime sans caséine, d'un régime sans gluten, ou, d'un régime combiné sans gluten et sans caséine (GFCF) en tant que traitement de première intention pour les personnes atteintes d'ASD [désordres du spectre autistique].
    Peu d'études se sont penchées sur les effets d'un régime sans caséine, d'un régime sans gluten, ou sur le régime combinée GFCF sur le comportement des personnes atteintes d'ADS. À notre connaissance, seule une étude contrôlée par placebo en double aveugle a été publiée à ce jour.
    [L'étude en question est "Elder JH, Shankar M, Shuster J, Theriaque D, Burns S, Sherrill L. The gluten-free, casein-free diet in autism: results of a preliminary double blind clinical trial. J Autism Dev Disord. 2006;36(3):413– 420"]
    Dans cette étude en double aveugle avec permutation des régimes alimentaires GFCF ou d'une alimentation normale menée sur 15 enfants atteints d'ADS, il n'y avait pas de différences dans les mesures de la sévérité des symptômes d'ADS, communication, réactivité sociale et niveaux des peptides urinaires après 12 semaines. Néanmoins, après avoir été informés des résultats, 9 parents voulaient continuer le régime alimentaire et faisaient état de changements cliniques positifs subjectifs quand leurs enfants suivaient le régime GFCF. Les limites de l'étude comprenaient la petite taille et l'hétérogénéité de l'échantillon, le respect et les infractions alimentaires possibles des sujets de l'étude, et l'absence d'une mesure des résultats par observation directe.
    Les parents ont besoin d'informations pour les aider à planifier une alimentation équilibrée lors des restrictions imposées par le régime choisi. Étant donné les difficultés réelles de la mise en œuvre d'un régime GFCF strict, des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer les facteurs de risque et les marqueurs possibles qui identifient les personnes pour qui ces régimes pourraient être bénéfiques.
    Le groupe [du consensus signataire] a souligné que les parents et les fournisseurs de soin devraient se mettre d'accord sur des mesures objectives qui doivent, dans l'idéal, être évaluées par des observateurs en aveugle pour examiner l'effet de l'intervention ainsi que les délais raisonnables avant de se lancer dans des régimes restrictifs ou inhabituels. La littérature actuelle ne permet pas de recommandation quant à la durée d'un essai d'intervention sur l'alimentation. En l'absence de données, tout essai devra être suffisament long pour s'assurer que la variabilité du comportement n'est pas responsable de la réponse au régime alimentaire perçue."

Références

  1. https://www.youtube.com/watch?v=itlmZkc-kFw
  2. http://www.julienvenesson.fr/qui-suis-je/
  3. http://www.nutriting.com/qui-sommes-nous/
  4. https://www.santenatureinnovation.com/publications/alternatif-bien-etre/
  5. http://www.julienvenesson.fr/qui-suis-je/
  6. http://www.psyvig.com/default_page.php?menu=1007&page=3 [...] Faire du sport chez soi? Coach sportif! Régler ce problème de look un peu ringard ou trop passe-partout? Coach image! Et cette décision professionnelle difficile à prendre? Business coach! Des rondeurs récalcitrantes? Coach minceur! L’adolescent qui nous fait tourner en bourrique? Fastoche: coach parental! Le choix de la couleur du futur canapé? Coach déco. Celui du prochain amour? Love coach! Permanente ou mèches? Coach capillaire! La vie est devenue facile au pays des coachs: à chaque problème son coaching, à chaque carrefour une main qui se tend, une oreille qui se prête et un soutien en béton. [...] Les coachs sont partout nous dit-on, pourquoi s’en priver?
    Quelques clics sur le web suffisent à donner la mesure de l’offre: elle flambe. [...] La plupart se sont installés ces derniers mois. Souvent, ils étaient formateurs, conseillers, psychothérapeutes, décorateurs ou relookeurs, et collent juste l’étiquette «coach» sur leur CV. Ça fait air du temps. D’autres y ont vu le moyen de changer d’activité professionnelle, de se lancer à leur propre compte. [...]
  7. http://www.santenatureinnovation.com/publications/alternatif-bien-etre/
  8. http://www.julienvenesson.fr/consultations-avec-julien-venesson/
  9. https://www.mutuellemgc.fr/mutuelle-sante-remboursements/dietetique-nutrition
  10. http://www.dieteticien-nutritionniste-sante.com/tarifs-consultation-dietetique.html#1
  11. http://www.thierrysouccar.com/blog/le-gluten-est-bien-implique-dans-lautisme
  12. 12,0, 12,1 et 12,2 http://archpsyc.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1743008 A Nationwide Study of the Association Between Celiac Disease and the Risk of Autistic Spectrum Disorders. JAMA Psychiatry. 2013
  13. 13,0 et 13,1 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23316152 Gluten- and casein-free dietary intervention for autism spectrum conditions Front Hum Neurosci (2012). Résumé de la déclaration commune des auteurs, qu'on pourrait difficilement qualifier d'étude:
    L'intervention diététique en tant qu'outil pour maintenir et améliorer la santé physique et le bien-être est un sujet largement étudié et discuté. La spéculation que le régime alimentaire pourrait de la même façon avoir une influence sur la santé mentale et le bien-être notamment en cas de symptomatologie psychiatrique et comportementale laisse entrevoir de nouvelles pistes potentielles pour améliorer la qualité de vie. Nous examinons les preuves suggérant qu'un régime sans gluten (GF), sans caséine (CF), ou sans gluten ni caséine (GFCF) peut améliorer les symptômes centraux et périphériques, et améliorer les résultats du développement dans certains cas de troubles du spectre de l'autisme. Bien que pas totalement affirmatives, la majorité des études publiées indique des changements positifs statistiquement significatifs de l'état des symptômes après l'intervention diététique. En particulier, les modifications apportées dans les domaines de la communication, de l'attention et de l'hyperactivité sont détaillées, en dépit de la présence de diverses lacunes méthodologiques. Les caractéristiques spécifiques des non-répondeurs et des meilleurs répondeurs à l'intervention n'ont pas été complètement élucidées, ni [n'a été complètement élucidé] le mode d'action précis pour un effet universel en dehors des cas individuels connus de comorbidité alimentaire. Avec la publication d'études de régime sans gluten ni caséine de groupes contrôlés sur le long et moyen terme aux côtés de résultats biologiques plus consolidés potentiellement liés à l'intervention, l'apparition d'un phénotype possible d'autisme lié au régime alimentaire semble être en faveur d'un effet diététique positif dans certains cas. Suite au débat, à savoir si une telle intervention diététique devrait faire partie des directives de bonne pratique pour les maladies du spectre autistique (ASCs) et dorénavant représentant un autisme à entéropathie sensible à la diététique est justifié.
  14. 14,0, 14,1 et 14,2 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16685183 Elimination diets in autism spectrum disorders: any wheat amidst the chaff? J Dev Behav Pediatr. 2006 Apr
  15. http://www.medscape.com/viewarticle/811709 No Link Between Autism and Celiac Disease, par Fran Lowry 26 sept 2013
  16. http://www.biomedcentral.com/1471-230X/9/57 Symptoms and signs in individuals with serology positive for celiac disease but normal mucosa Auteurs: Jonas F Ludvigsson, Lena Brandt and Scott M Montgomery Publié dans BMC Gastroenterology le 22 juillet 2009
  17. https://en.wikipedia.org/wiki/Frontiers_in_Neuroscience
  18. http://www.economist.com/blogs/babbage/2013/02/scientific-publishing
  19. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4164915/ Gluten- and casein-free diets for autistic spectrum disorder. Auteurs: Claire Millward, Michael Ferriter, Sarah J Calver, and Graham G Connell-Jones. Publiée le 16 avril 2008
  20. ttps://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4164915/table/T5/
  21. http://www.psiram.com/fr/index.php/Cat%C3%A9gorie:Autisme
  22. http://www.autism-watch.org/general/nimh.pdf Essai de traduction du paragraphe "Problèmes gastro-intestinaux" du Guide des parents pour les désordres du spectre autistique (A Parent’s Guide to Autism Spectrum Disorder) américain :
    "Certains parents d'enfants atteints d'ADS [désordres du spectre autistique] disent que leur enfant a fréquement des problèmes GI (gastro-intestinaux) ou des problèmes de digestion, incluant maux d'estomac, diarrhée, constipation, reflux acide, vomissements ou ballonnements. Les enfants atteints d'ADS [désordres du spectre autistique] peuvent, eux-aussi, avoir des problèmes dus aux allergies alimentaires. On ne sait pas si les enfants atteints d'ADS sont plus nombreux à avoir des problèmes IG [gastro-intestinaux] que les enfants ayant un développement normal. Si votre enfant a des problèmes IG, un médecin spécialisé dans les problèmes IG appelé un gastro-entérologue peut aider à trouver la cause et de proposer un traitement approprié.
    Certaines études ont rapporté que les enfants atteints d'ADS semblent avoir plus de symptômes GI, mais ces résultats ne s'applique pas à tous les enfants atteints de ADS. Par exemple, une étude récente a trouvé que les enfants atteints d'ADS dans le Minnesota étaient plus nombreux à avoir des difficultés physiques et comportementales liées au régime alimentaire (par exemple, intolérance au lactose ou mettant l'accent sur certains aliments), ainsi que de constipation, que les enfants sans ADS. Les chercheurs suggéraient que les enfants atteints d'ADS pourraient ne pas avoir de problèmes GI sous-jacents, mais que leurs comportements créeraient les symptômes GI, par exemple, un enfant qui insiste pour manger uniquement certains aliments peut ne pas recevoir assez de fibres ou de liquides dans son régime alimentaire, ce qui conduit à la constipation.
    Certains parents essaient de soumettre leur enfant à un régime alimentaire spécial pour contrôler les symptomes d'ADS ou d'IG.
    Bien que certains enfants puissent tirer bénéfice d'une limitation de certains aliments, il n'y a pas de preuves solides que ces régimes alimentaires spéciaux réduisent les symptomes ADS. Si vous voulez essayer un régime alimentaire spécial, parlez en d'abord avec un médecin ou un spécialiste de la nutrition pour s'assurer que les besoins nutritionnels de votre enfant sont satisfaits."

    En résumé les enfants souffrant d'ADS, comme tous les autres enfants, peuvent être allergiques au gluten (ou à tout autre type d'aliment comme par exemple la caséine ou le lait), mais pas plus que les autres. Ce n'est pas un régime sans gluten (ou sans caséine ou sans lait) qui réduira les syptômes du spectre autistique.
    Dans ce document est cité, entre autre, une étude "Gastrointestinal symptoms in a sample of children with pervasive developmental disorders", qui comporte un passage concernant les régimes alimentaires, voir ci-dessus à Liens externes
  23. https://www.anses.fr/sites/default/files/documents/NUT-Ra-Autisme.pdf
  24. http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2010-03/autisme__etat_des_connaissances_argumentaire.pdf
  25. http://lepharmachien.com/gluten/ posté le 14 septembre 2014
  26. http://www.bonsansgluten.com/wp-content/uploads/2013/10/QueChoisir_2013_09-Gluten.pdf Article "Gluten, un coupable trop idéal" paru en septembre 2013 dans Que choisir
  27. http://www.lanutrition.fr/communaute/opinions/point-de-vue/julien-venesson-gluten-que-choisir-nous-roule-dans-la-farine.html
  28. http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/julien-venesson-le-ble-moderne-est-un-ogm-toxique-304
  29. http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/quest-ce-que-la-sensibilite-au-gluten-353
  30. http://www.nutriting.com/author/julien-venesson/
  31. http://www.nutriting.com/nu-shop/nuvitamin-multivitamines/
  32. http://www.superphysique.org/musculation/articles_par_auteur/5
  33. http://www.all-musculation.com/interviews/nutrition-force/julien-venesson-nutrition.html
  34. https://www.youtube.com/watch?v=nITqdQ7PeyU
  35. http://www.julienvenesson.fr/le-gluten-est-bien-implique-dans-lautisme/
  36. http://www.julienvenesson.fr/portfolio/paleo-nutrition/
  37. http://www.fitnessfriandises.fr/2015/03/ma-recette-copiee-collee-dans-le-livre-lassiette-paleo/