National Vaccine Information Center : Différence entre versions

De Psiram
m (Liens externes)
(Liens externes)
Ligne 65 : Ligne 65 :
 
== Liens externes ==
 
== Liens externes ==
 
* http://scienceblogs.com/insolence/2010/01/04/suppression-of-speech-anti-vaccine-editi/ Publié par Orac le 4 Janvier, 2010: Suppression de la parole par l'intimidation juridique, édition anti-vaccin: Barbara Loe Fisher poursuit en justice le Dr Paul Offit, Amy Wallace, et Condé Nast pour diffamation :<br>"''En général, l'une des plus grandes différences entre ceux qui défendent la médecine scientifique et ceux qui défendent la pseudo-science, le charlatanisme, et l'anti-science est que la science inculque à ses adhérents une culture de débat libre et ouvert. [...] En revanche, les partisans de la pseudo-science sont très caractérisés par leur aversion au débat scientifique. La raison est évidente. Ils n'ont pas les munitions [rien à l'appui]. Ils ne peuvent pas gagner sur la science, la raison et les preuves. [...]''"<br>La suite de l'article décrit comment les anti-vaccins, dont Mme Loe Fisher, ou d'autres dissidents ont l'habitude, au lieu d'accepter le débat d'idées avec leurs adversaires, d'intenter des procès sous prétexte de diffamation pour interdire la parole à ceux qui critiquent leurs opinions.
 
* http://scienceblogs.com/insolence/2010/01/04/suppression-of-speech-anti-vaccine-editi/ Publié par Orac le 4 Janvier, 2010: Suppression de la parole par l'intimidation juridique, édition anti-vaccin: Barbara Loe Fisher poursuit en justice le Dr Paul Offit, Amy Wallace, et Condé Nast pour diffamation :<br>"''En général, l'une des plus grandes différences entre ceux qui défendent la médecine scientifique et ceux qui défendent la pseudo-science, le charlatanisme, et l'anti-science est que la science inculque à ses adhérents une culture de débat libre et ouvert. [...] En revanche, les partisans de la pseudo-science sont très caractérisés par leur aversion au débat scientifique. La raison est évidente. Ils n'ont pas les munitions [rien à l'appui]. Ils ne peuvent pas gagner sur la science, la raison et les preuves. [...]''"<br>La suite de l'article décrit comment les anti-vaccins, dont Mme Loe Fisher, ou d'autres dissidents ont l'habitude, au lieu d'accepter le débat d'idées avec leurs adversaires, d'intenter des procès sous prétexte de diffamation pour interdire la parole à ceux qui critiquent leurs opinions.
* https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/fisherbl.html Articel "Barbara Loe Fisher" sur le site des sceptiques du Québec. Traduit par Brigitte Axelrad, Observatoire Zététique et Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS). Source: Skeptic's Dictionary
+
* https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/fisherbl.html Articel "Barbara Loe Fisher" sur le site des sceptiques du Québec. Traduit par Brigitte Axelrad, Observatoire Zététique et Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS). Dernière mise à jour le 24 août 2019. Source: Skeptic's Dictionary
  
 
== Références ==
 
== Références ==

Version du 16 mai 2020 à 18:40

Barbara Loe Fisher en mars 2015. Source la vidéo "La vaccination Guerre des cultures en Amérique : Êtes-vous prêts ?" Source [1]
"Discrimination, sanctions sociales, tout a commencé avec quelques cas de rougeole à Disneyland. [...] Pourquoi les politiciens dans 12 états ont déjà déposé une loi dans 12 États pour éliminer les exemptions de vaccins non médicaux [...]", demande-t-elle ?

Le National Vaccine Information Center (NVIC)[2] se définit lui-même comme une oeuvre de bienfaisance publique[3] anti-vaccination[4], un groupe de pression qui remet en question la sécurité et l'efficacité des vaccins couramment utilisés[5]. Le groupe a été fondé en 1982 par des parents qui accusaient la vaccination de routine d'être responsable de la maladie ou de la mort d'un enfant. Michael Specter[6] a décrit le NVIC comme la "plus puissante organisation anti-vaccin en Amérique, et sa relation avec le gouvernement U.S. consiste presque entièrement en une opposition aux efforts du gouvernement fédéral visant à vacciner les enfants.[7].

Contexte

Le National Vaccine Information Center a été co-fondé en 1982 par Jeff Schwartz, Barbara Loe Fisher [8] (Barbara Loe Fisher a utilisé le nom "Barbara Loe Arthur" dans le procès contre Paul Offit[9], l'affaire a été classée sans suite) et Kathi Williams[10]. Le siège du NVIC est situé à Vienna, Virginia, U.S. En 1985, Fisher a co-écrit avec Harris Coulter une critique du système de vaccination de masse, DPT: A Shot in the Dark[11] qui présentait un avis d'un lien entre le vaccin contre la coqueluche à cellules entières dans le DPT (le vaccin diphtérie-coqueluche-tétanos) et les dommages au cerveau et au système immunitaire qu'on croit causer l'autisme[12].

Au début des années 1980, les co-fondateurs du NVIC se sont joint à l'American Academy of Pediatrics pour rédiger le projet de loi initial pour le National Childhood Vaccine Injury Act de 1986[13], qui a créé un programme fédéral d'indemnisation pour préjudice causé par la vaccination, qui exigeait que les docteurs donnent aux parents des informations sur les bénéfices et les risques et demandait l'enregistrement et la déclaration des préjudices et décès dûs aux vaccins (voir Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS)[14]). Depuis lors, le NVIC a surveillé la recherche sur les vaccins, le développement, le règlement, la politique et la législation et a critiqué la politique de vaccination obligatoire comme manquant de protections de consentement éclairé pour les personnes[15].

Critique

Michael Specter a décrit le NVIC comme :

  1. "... une organisation qui, en raison de son nom, a certainement l'air d'être un organisme fédéral. En fait, c'est exactement le contraire : le NVIC est la plus puissante organisation anti-vaccin en Amérique, et sa relation avec le gouvernement U.S. consiste presque entièrement en une opposition aux efforts du gouvernement fédéral visant à vacciner les enfants"[6].

Le NVIC soutient qu'il y a eu des recherches inadéquates sur le lien entre l'augmentation du nombre d'enfants diagnostiqués autistes et les programmes de vaccination massive. Il y a, cependant, eu un grand nombre d'études évaluées par des pairs et de meta-analyses qui n'ont montré aucune corrélation entre l'administration de vaccins et le diagnostic d'autisme[16][17][18].

Le NVIC a été critiqué en avril 2011 pour les publicités qu'il avait placées sur un Jumbotron à Times Square[19][20]. Les publicités critiquaient l'immunisation [la vaccination] des enfants et faisait la promotion d'un site de médecine alternative. Dans une lettre à CBS, le propriétaire du Jumbotron, l'American Academy of Pediatrics a déclaré, "En fournissant de l'espace publicitaire à une organisation comme le NVIC... vous mettez en danger des milliers de vies d'enfants à risque." [21]

Une autre pub controversée produite par NVIC et diffusée sur certains vols de Delta Air Lines concernant les mesures préventives pour la grippe a incité le président de l' American Academy of Pediatrics à écrire une lettre au PDG de Delta le 4 novembre 2011 et à exhorter Delta de "supprimer ces messages nuisibles"[22][23]. Une pétition en ligne a également été mise en place pour exhorter Delta à supprimer les pubs[22][23].

Le refus de Delta Air Lines d'arrêter immédiatement d'afficher la pub a incité l'Institute for Science in Medicine à protester, qualifiant la décision :

"... indéfendable dans une perspective de santé publique..." et "l'annonce NVIC est, comme un commentateur l'a remarqué à juste titre, un Trojan Horse (cheval de Troie). Les passagers de Delta en Novembre sont dirigés vers le site Web d'une organisation anti-vaccination de premier plan, une [organisation] qui a essayé de contrecarrer les campagnes de vaccination nationales depuis trois décennies. En outre,le NVIC a le genre de nom qui sonne comme [celui d']un organisme fédéral, un [nom] que les passagers pourraient confondre avec une source d'information fiable"[24].

Conférences publiques internationales sur la vaccination

En 1997, le NVIC a commencé à accueillir une conférence anti-vaccin pour donner une tribune à ceux qui soutiennent que les vaccins peuvent causer des effets indésirables graves. La première conférence a eu lieu à Alexandria, en Virginie. Certains intervenants notables lors des conférences ont été Mark Geier, Andrew Wakefield, Boyd Haley, Robert Sears, Joseph Mercola[25][26], Gary Null[27][28], et Dan Olmsted[29]. Tous ont des avis non-conventionnels (minoritaires) en ce qui concerne la vaccination. La plupart contestent la majorité des grands organismes de recherche scientifique, tandis que Geier et Wakefield ont perdu leur autorisation d'exercer.

Analyse des méthodes et arguments de Mme Loe Fisher

A l'occasion d'un projet de loi visant à supprimer les exemptions de vaccination pour des raisons non-médicales est paru, en mars 2015, un article "the-antivaccine-movement-wins-in-oregon-senate-bill-442-is-dead" sur le site scienceblogs "Respectful Insolence" dans lequel il est question de Barbara Loe Fisher[30].

"[...] C'est un projet de loi qui était à l'étude en Oregon suite à l'épidémie de rougeole à Disneyland qui permettrait de supprimer les exemptions non-médicales [pour des raisons religieuses ou de choix personnels] pour les vaccins obligatoires scolaires. C'est aussi le même projet de loi pour lequel les chiropraticiens (étonnamment) voulait que le gourou anti-vaccination Andrew Wakefield témoigne devant le Senate health care committee (le comité de protection de la santé du Sénat), mais ce plan a été rendu nul et non avenu par la réaction à juste titre négative à propos de la possibilité de témoigner d'un fraudeur scientifique comme Wakefield contre un projet de loi. À l'époque, je pensais que ce était un signe que la loi pourrait avoir une chance de passer.
J'avais tort. J'aurais dû me méfier. La capacité des anti-vaccination à rameuter à coup de sifflets est difficile à dénier. [...]

Dernièrement, la grande dame du mouvement anti-vaccination, Barbara Loe Fisher elle-même, a rameuté à coup de sifflets, ayant recours au language favori de droite de "guerre des cultures" dans un billet intitulé La vaccination. Guerre des cultures en Amérique: Êtes-vous prêt? :
Dans ce cas, en plus des habituels appels à la "liberté" et aux "droits", les arguments de Barbara Loe Fisher prennent une tournure particulièrement ignoble :

Plus de 1,2 millions de personnes aux États-Unis sont infectés par le VIH 1, mais les fonctionnaires n'interdisent pas aux enfants et aux adultes infectés par le VIH de fréquenter l'école, de recevoir des soins médicaux, d'être employés, ou de participer autrement à la société. En fait, il existe des lois anti-discrimination qui garantissent la protection des droits civils des américains infectés par le VIH ou vivant avec le SIDA.
En 2012, les autorités de santé publique ont indiqué que près de deux millions de personnes en Amérique sont infectées par la chlamydia, la tuberculose, la syphilis et la gonorrhée, et ils estiment qu'encore trois autres millions de personnes sont infectées par l'hépatite C. Comme ceux avec le VIH ou le SIDA, ces citoyens ne sont pas victimes de discrimination et il ne leur est pas interdit de recevoir une éducation publique, d'être employés ou de se déplacer librement dans la société.

Dès le départ, Fisher est d'une malhonnêteté intellectuelle à un degré allant au-delà de ce que je suis habitué à voir de sa part. Vous pouvez la voir mettant en place une comparaison avec les enfants non-vaccinés, en comparant la façon dont ceux_ci ne sont pas autorisés à aller à l'école avec la façon dont les enfants atteints du sida et de diverses maladies sexuellement transmissibles le sont. C'est clairement et manifestement une tentative de faire valoir que le gouvernement traite les personnes atteintes de ces maladies mieux qu'elle ne traite les enfants non-vaccinés. Bien sûr, le VIH ne se transmet pas facilement. Il nécessite le sexe ou le contact avec le sang ou les fluides corporels comme le sperme, et même alors, il ne s'attrape pas facilement. L'Hépatite C nécessite également un contact direct avec le sang ou les fluides corporels, mais il est beaucoup plus facile à transmettre par ces moyens que le VIH. Le reste des maladies, à l'exception de la tuberculose, sont toutes des maladies sexuellement transmissibles qui ne se propagent pas à moins que les enfants aient des relations sexuelles.
La tuberculose elle-même - heureusement - n'est plus si fréquente aux US, et, si elle a été traitée correctement, devient rapidement non-contagieuse. En outre, si un cas de tuberculose active est identifié chez un étudiant, les autorités sanitaires prennent des mesures énergiques. C'est justement ce qui est arrivé à Oklahoma il y a une semaine, quand un étudiant avec une tuberculose active a été identifié. Cet étudiant a été isolé et traité, et il a été enjoint à 315 étudiants de subir un test de tuberculose.
Alors, quel est le problème? Les maladies contre lesquelles on vaccine pour l'école, à l'exception du VPH [Virus du Papillome Humain], vaccination qui est destinée à prévenir le cancer du col utérin, sont très contagieuses. La rougeole, par exemple, est l'une des maladies humaine les plus contagieuses connues, avec des agents infectieux restants en suspens dans l'air longtemps après qu'une victime de la rougeole ait toussé. Comparer un tas de maladies transmises par contact sexuel et par contact avec le sang avec des maladies se propageant par voie aérienne avec des gouttelettes ou par contact avec des vecteurs passifs [des objets] est on ne peut plus malhonnête intellectuellement. En tous cas, le reste de la tirade de Fisher est un "Grand Succès" des réponses récentes des anti-vaccins à l'épidémie de rougeole de Disneyland, et à la moindre parcelle d'un soupçon que les Etats veuillent limiter les exemptions [pour raison] non-médicale de vaccination, avec des plaintes au sujet de la censure, de la "stigmatisation", et des inquiétudes concernant la révocation des licences des médecins anti-vaccins (laquelle, d'ailleurs, n'arrivera presque certainement jamais nulle part).

Voici où va Fisher en mode rameutage à coup de sifflet :

La pensée rationnelle a été le premier accident de ce 21ème siècle, équivalant à une chasse aux sorcières du 17ème siècle, conduite par des médecins défensifs dans le gouvernement, l'industrie, le milieu universitaire et les médias, qui en ont ras le bol des parents qui leur posent des questions sur les risques et les échecs de la vaccination auxquelles ils ne peuvent pas répondre. Assistés par des conglomérats de communication et des manipulateurs, ils agitent pieusement le drapeau de la science et qualifient les parents d'"anti-sociaux" s'ils ne vaccinent pas, mais ignorent complètement les parents avec des enfants ayant subi des préjudices dûs aux vaccins et qui disent que leurs enfants vaccinés ne seront plus jamais sains. Certaines des attaques les plus vicieuses ont été sur les familles qui choisissent consciemment de rester en bonne santé d'une manière différente et sur les médecins qui s'occupent des familles dont les enfants ne sont pas vaccinés ou qui reçoivent moins de vaccins sur un calendrier de vaccination modifié.
Après des titres comme "Que ferait Jésus à propos de la rougeole?" et "Dieu veut que vous vacciniez vos enfants" [cela] a marqué un nouveau [point] bas dans le journalisme américain, il est devenu évident que la soi-disant "guerre des vaccins" est vraiment une guerre des cultures sur les libertés, les valeurs et les croyances qui ont longtemps défini qui nous sommes en tant que nation. Comment elle est menée et où elle se finit déterminera le genre de nation que l'Amérique deviendra au 21ème siècle.

Drôle que Barbara Loe Fisher fasse référence au 17ème siècle, étant donné que les intentions qui la pousse à répandre peur, incertitude et doute sur les vaccins proviennent d'idées datant d'au moins aussi loin. Quoi qu'il en soit, remarquez comment elle a habilement co-opté le language de droite de la "guerre des cultures", le language qui a pris de l'importance lorsque Pat Buchanan, dans son discours à la Convention du Parti républicain de 1992, a déclaré une "guerre des cultures", un "combat pour l'âme de l'Amérique". Sa vidéo est à peu près ce que j'ai pû trouver de plus évident en tant qu'exemple de rameutage à coup de sifflets pour l'anti-vaccination, dans laquelle il ne s'agit pas vraiment de vaccins, mais plutôt de "libertés", de "valeurs", et de ce que l'Amérique devrait être.

Si vous voulez savoir pourquoi les anti-vaccinationistes utilisent cette rhétorique, ne cherchez pas plus loin que l'Oregon. Ça marche. Cela fait appel à un puits très profond de méfiance envers le gouvernement outrecuidant datant de la formation de notre pays et profondément ancrée dans l'ADN-même de notre culture. C'est pour cette raison cela attire des gens qui ne sont pas anti-vaccination à travailler pour les objectifs des anti-vaccins, comme les exemptions non-médicales plus faciles à obtenir, tout cela au nom de la liberté. C'est pourquoi les anti-vaccinationistes ont gagné dans l'Oregon, même au milieu d'une épidémie de rougeole majeure, une épidémie qui a représenté 119 cas pour le seul Québec seulement en raison d'un enfant d'un missionnaire qui a visité Disneyland sur le chemin du retour et a apporté la rougeole à une communauté religieuse dont les membres ne vaccinent pas.[...]"

Articles de journaux anglophones sur l'épidémie de rougeole aux USA

Articles francophones

Le Californien Carl Krawitt a poussé un soupir de soulagement l'an dernier en apprenant que son fils Rhett, atteint de leucémie il y a quatre ans et demi, était en rémission. Mais l'inquiétude l'a vite rattrapé.

Ce père de deux enfants vit désormais dans la crainte que son cadet, aujourd'hui âgé de 6 ans, n'attrape à son tour la rougeole. Depuis la fin de décembre, 91 personnes ont été contaminées dans son État, la Californie, par ce virus théoriquement disparu des États-Unis depuis 15 ans. Comme la plupart d'entre elles, Rhett n'a pas été vacciné. Non pas par choix, mais par nécessité: après trois ans de chimiothérapie, son système immunitaire n'est pas encore prêt à recevoir le vaccin contre la rougeole.

Or, dans l'état où se trouve ce garçon, le virus pourrait mener à des complications graves. Aussi son père a-t-il entrepris une démarche singulière la semaine dernière pour le protéger: il a envoyé une lettre au directeur de sa commission scolaire, située dans le comté de Marin, près de San Francisco, le priant de fermer les portes de ses écoles aux enfants dont les parents refusent de les faire vacciner.

«Je respecte le droit de ces parents de ne pas faire vacciner leurs enfants. Mais ce droit ne les autorise pas à mettre en danger la vie de mon enfant en pleine épidémie de rougeole», a déclaré Carl Krawitt au cours d'un entretien téléphonique.

Le directeur de la commission scolaire n'a pas accédé à la demande du père. Mais la démarche de Carl Krawitt n'est pas passée inaperçue dans un pays qui se réveille aujourd'hui avec des cas de rougeole recensés dans 14 États, dont la plupart ont démarré en décembre dans un incubateur idéal: le parc d'attractions Disneyland, en banlieue de Los Angeles.[...]

Selon les experts, ce courant [anti-vaccination] contribue aujourd'hui au retour de la rougeole aux États-Unis, où ce virus très contagieux a touché 644 personnes en 2014 (après avoir été éliminé en 2000, selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies). [...]

Le comté d'Orange, près de Los Angeles, est une autre région aisée où le taux d'exemption est élevé. Dans certaines écoles maternelles, il varie de 20% à 40%. Là comme dans le comté de Marin, plusieurs parents disent vouloir élever leurs enfants de la façon la plus naturelle possible.

Et Barbara Loe Fisher continuera à défendre ce choix. La présidente du Centre national d'information sur les vaccins ne met pas seulement en doute l'efficacité du vaccin contre la rougeole, mais également la sévérité de l'épidémie actuelle. [...]

Activités en Europe

Le NVIC a étendu son influence à l'Europe. En effet, sa présidente, Barbara Loe Fisher, est membre d'honneur de l'European Forum for Vaccine Vigilance (EFVV). Cette association étant un réseau des adversaires de la vaccination de divers pays d'Europe (et même au delà), elle permet de faire circuler les nouvelles, les documents, les vidéos, et ce en plusieurs langues. On peut constater qu'en retour le NVIC met des liens vers les associations qui font partie de l'EFVV [31].

Liens externes

  • http://scienceblogs.com/insolence/2010/01/04/suppression-of-speech-anti-vaccine-editi/ Publié par Orac le 4 Janvier, 2010: Suppression de la parole par l'intimidation juridique, édition anti-vaccin: Barbara Loe Fisher poursuit en justice le Dr Paul Offit, Amy Wallace, et Condé Nast pour diffamation :
    "En général, l'une des plus grandes différences entre ceux qui défendent la médecine scientifique et ceux qui défendent la pseudo-science, le charlatanisme, et l'anti-science est que la science inculque à ses adhérents une culture de débat libre et ouvert. [...] En revanche, les partisans de la pseudo-science sont très caractérisés par leur aversion au débat scientifique. La raison est évidente. Ils n'ont pas les munitions [rien à l'appui]. Ils ne peuvent pas gagner sur la science, la raison et les preuves. [...]"
    La suite de l'article décrit comment les anti-vaccins, dont Mme Loe Fisher, ou d'autres dissidents ont l'habitude, au lieu d'accepter le débat d'idées avec leurs adversaires, d'intenter des procès sous prétexte de diffamation pour interdire la parole à ceux qui critiquent leurs opinions.
  • https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/fisherbl.html Articel "Barbara Loe Fisher" sur le site des sceptiques du Québec. Traduit par Brigitte Axelrad, Observatoire Zététique et Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS). Dernière mise à jour le 24 août 2019. Source: Skeptic's Dictionary

Références

  1. https://www.youtube.com/watch?v=VQT5dS6mq4U Vidéo mise en ligne le 11 mars 2015
  2. https://en.wikipedia.org/wiki/National_Vaccine_Information_Center
  3. http://apps.irs.gov/app/eos/pub78Search.do?ein1=54-1951769&names=&city=&state=VA&country=US&deductibility=all&dispatchMethod=searchCharities&submitName=Search
  4. http://scienceinmedicine.org/news/delta.html
  5. http://www.nytimes.com/2009/10/16/health/16vaccine.html?_r=0 Article Swine Flu Shots Revive a Debate About Vaccines Par Jennifer Steinhauer, publié le 15 octobre 2009 dans The New York Times
  6. 6,0 et 6,1 https://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Specter
  7. Specter, Michael (2009). Denialism: How Irrational Thinking Hinders Scientific Progress, Harms the Planet, and Threatens Our Lives. The Penguin Press. p. 7. ISBN 978-1-59420-230-8
  8. http://skepdic.com/fisherbl.html Barbara Loe Fisher
  9. https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Offit
  10. Voir page 3 du Rapport annuel du NVIC pour 2011
  11. Fisher, Barbara Loe; Coulter, Harris (1985). DPT: A Shot in the Dark. Avery Trade. ISBN 978-0895294630
  12. http://www.cbsnews.com/news/to-vaccinate-or-not/
  13. http://en.wikipedia.org/wiki/National_Childhood_Vaccine_Injury_Act
  14. https://en.wikipedia.org/wiki/Vaccine_Adverse_Event_Reporting_System
  15. http://www.nvic.org/informed-consent.aspx
  16. Vaccines and Autism: A Tale of Shifting Hypotheses. Jeffrey S. Gerber and Paul A. Offit
  17. The Rise in Autism and the Mercury Myth. Lawrence Scahill, MSN, PhD and Karen Bearss, PhD
  18. Article on About.com which links to some informative articles concerning the safety of vaccines
  19. http://www.salon.com/2011/04/25/vaccine_ad_times_sqaure_poprx/ The ad that could help fuel a health crisis Anti-vaccinationists took out a billboard in Times Square. How can they do that, and why aren't we fighting back? Par Rahul Parikh, publié le 25 avrik 2011, dans le journal Salon
  20. Doctors demand the removal of anti-vaccine ad from Times Square, The Guardian
  21. Consumer Health Digest #11-10, National Council Against Health Fraud, April 28, 2011
  22. 22,0 et 22,1 Herper, Matthew Pediatrician Group Slams Delta Airlines For Running Video Made By Vaccine Skeptics, Forbes, Nov. 7, 2011
  23. 23,0 et 23,1 Khan, Amina Pediatricians decry in-flight vaccine-questioning ad on Delta, Los Angeles Times, Nov 16, 2011
  24. Delta’s Decision Doesn’t Fly with Us. Airline Continues to Show Anti-Vaccinationists’ Ad. Institute for Science in Medicine, Nov. 2011
  25. https://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Mercola
  26. http://www.psiram.com/ge/index.php/Joseph_Mercola
  27. https://en.wikipedia.org/wiki/Gary_Null
  28. http://www.psiram.com/ge/index.php/Gary_Null
  29. https://en.wikipedia.org/wiki/Dan_Olmsted
  30. Article intitulé "Le mouvement anti-vaccination gagne en Oregon : Le projet de loi 442 du Sénat est mort", publié par Orac (David Gorski) le 12 mars 2015
  31. http://www.nvic.org/resource-center/internationaladvocacy.aspx
Cet article est partiellement ou en totalité issu d'un article du Wikipédia anglais