Kenneth Bock : Différence entre versions

De Psiram
Ligne 46 : Ligne 46 :
 
{{DEFAULTSORT:Bock, Kenneth}}
 
{{DEFAULTSORT:Bock, Kenneth}}
 
[[category:DAN! Doctor ou DAN! Practitioner]]
 
[[category:DAN! Doctor ou DAN! Practitioner]]
 +
[[category:ILADS]]
 
[[category:Médecin]]
 
[[category:Médecin]]
 
[[category:Traitement de médecine-alternative de la Borréliose‏‎]]
 
[[category:Traitement de médecine-alternative de la Borréliose‏‎]]
 
[[category:Utilisateur de la thérapie par chélation]]
 
[[category:Utilisateur de la thérapie par chélation]]

Version du 12 juillet 2019 à 20:40

Kenneth Bock (ou Kenneth A Bock) est un médecin américain qui a exercé au Rhinebeck Health Center [1] dans l'État de New York co-fondé avec son frère Steven Bock et exerce aujourd'hui au centre médical Bock Integrative Medicine [2] [3]. Kenneth Bock est un DAN! doctor, l'un des signataires du "consensus paper d'ARI" de 2005 [4], mais aussi l'un des auteurs des lignes directrices de l'ILADS de 2004, et un ancien président du American College for Advancement in Medicine (ACAM) [5].

Les services proposés par le centre médical Bock Integrative Medicine de Kenneth Bock [3]

  • Maladie de Lyme
  • PANDAS/PANS [Remarque de Psiram: PANDAS est l'abréviation de Pediatric Autoimmune Neuropsychiatric Disorders Associated with Streptococcal Infections. Le terme est utilisé pour décrire un sous-ensemble d'enfants et d'adolescents qui ont un trouble obsessionnel-compulsif (TOC) et/ou des troubles tic, et chez qui les symptômes s'aggravent à la suite d'infections streptococciques telles que la "Strep throat" et la fièvre scarlatine. PANS est un terme plus récent utilisé pour décrire la classe plus large des cas de trouble obsessionnel-compulsif aigu. PANS signifie Pediatric Acute-onset Neuropsychiatric Syndrome et comprend tous les cas de TOC aigu pas seulement ceux associés aux infections à streptocoques. L'idée sous-jacente est que ce sont des troubles qui peuvent également affecter les enfants ou adolescents souffrant de troubles du spectre autistique.]
  • TDAH (Trouble du Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité)
  • Troubles du système immunitaire
  • Dysfonctionnement surrénal
  • Supplémentation nutritionnelle
  • Traitement de l'allergie
  • Thérapie de chélation
  • Désintoxination
  • Asthme
  • Insuline

La qualité d'expert en matière d'autisme de Kenneth Bock déniée lors d'un des procès fait à Steven Edelson

En 2002, Steven B. Edelson, MD, d'Atlanta, en Géorgie, a été poursuivi par un couple (M. et Mme M) qui a accusé Edelson de les avoir fraudés et d'avoir diagnostiqué et soigné leur enfant autiste (GM) avec négligence. Selon les documents du procès :

  • Edelson avait promis une forte probabilité de succès tout en avertissant que l'échec de subir son traitement bientôt pourrait conduire leur fils à développer la maladie de Parkinson.
  • Bien qu'Edelson ait cité un prix de 7 000 $ pour les tests, les frais demandés après l'arrivée de la famille au Centre totalisaient 11 000 $.
  • Pour obtenir les tests, environ 20 tubes de sang ont été retirés du garçon en une seule séance, lui faisant perdre conscience.
  • Le premier jour, avant les résultats du test, Edelson a diagnostiqué chez le garçon une «neurotoxicité», une «diathèse allergique» et une «hyperactivité».
  • Le traitement comportait une «désintoxication», de l'ozone, de la chélation et des vitamines I.V. administrées par des employés non supervisés qui n'ont apparemment aucune formation professionnelle en soins infirmiers ni aucune licence professionnelle d'aucune sorte.
  • Les traitements quotidiens étaient douloureux, impliquant de multiples administrations intraveineuses avec de nombreux changements de sites d'aiguilles en raison d'erreurs de technicien.
  • Le garçon devait également subir plusieurs séances quotidiennes de thérapie de «sueur» au sauna, suivies d'exercices intenses.
  • Le régime de supplément nutritionnel comprenait environ 70 pilules et gélules par jour, ce qui l'a fait vomir après l'avoir ingéré.
  • Le garçon a également eu des réactions physiques et comportementales défavorables à la thérapie de désintoxication d'ozone et de sauna.
  • Au lieu de s'améliorer, l'état du garçon a empiré. Il a perdu environ trente livres et a inversé les progrès qu'il avait réalisés grâce à une thérapie comportementale et éducative.
  • Pour payer le coût total, qui dépassait 40 000 $, les parents ont dû hypothéquer leur maison.

Il n'y a aucune preuve scientifique que l'autisme ait une base toxique ou allergique ou que l'un des traitements contestés ait une valeur pour les enfants autistes. Kenneth Bock, MD, qui pratique la «médecine intégrative» dans l'État de New York et se spécialise dans le traitement des enfants autistes, a été récusé en tant qu'expert pour le compte du Dr Edelson. Au moment de la déposition, Bock était également le président élu du American College of Advancement in Medicine, un groupe dont l'activité principale a été de promouvoir l'utilisation non standard de la thérapie par chélation. Lors de la déposition, Bock a révélé qu'il était un co-chercheur dans une étude de désensibilisation potentialisée par l'enzyme que la FDA avait interrompue pour des raisons qu'il disait ne pouvoir se rappeler. (L'étude, qui impliquait l'utilisation d'un produit biologique non autorisé, a été annulée par la FDA en 2001 parce que les enquêteurs avaient (a) échoué à obtenir le consentement éclairé des sujets, (b) contraint les sujets à signer des dérogations (d) a omis de déposer une demande de drogue nouvelle de recherche, qui est la condition préalable fondamentale pour tester de nouveaux médicaments expérimentaux sur des sujets humains (c) ont facturé aux sujets de recherche [participants] le médicament expérimental sans autorisation.)

Pour établir une faute professionnelle, il est nécessaire d'établir que le praticien n'a pas respecté la norme de soins généralement acceptée. Pendant la déposition, Bock a indiqué qu'il n'avait aucune formation spécialisée en autisme, mais qu'il se considérait comme un expert. Pourtant, il a refusé de préciser une norme de diligence ou d'indiquer si Edelson a accompli diverses choses dans une telle norme. En 2004, l'affaire a été réglée avec le paiement d'une somme non divulguée aux plaignants.

Suit la déposition (édifiante) de Kenneth Bock qui s'est tenue le 27 février 2004 [6]

Liens externes

  • https://www.quackwatch.org/11Ind/edelson.html Edelson Center Closed after Three Suits Alleging Fraud and Malpractice. Par Stephen Barrett, M.D. Cet article a été révisé le 22 septembre 2013.
    Traduction Deepl :
    Le Centre Edelson fermé après trois poursuites en matière de fraude et de faute professionnelle

    Trois familles ont poursuivi le Centre Edelson pour la médecine environnementale et préventive et son propriétaire, Stephen B. Edelson, MD, d’Atlanta, en Géorgie, pour négligence médicale, violation du devoir de fiduciaire, déclaration inexacte faite par négligence, agression et fraude. Le premier procès a été intenté en 2001 à Atlanta par un couple californien, individuellement et au nom de leur fils âgé de 7 ans [1]. La deuxième action en justice a été intentée en 2002 par un couple de Géorgie, au nom d’eux-mêmes et de leur fils âgé de 10 ans [2]. La troisième a été déposée en 2004 par un couple du New Jersey au nom de leur fils âgé de 6 ans [3]. En octobre 2004, Edelson a annoncé qu'il "se retirait" de la pratique médicale [4]. Le site Web du centre a été supprimé peu de temps après.

    Edelson est diplômé de l’Université Tulane en 1967. Son curriculum vitae, affiché sur son site Web, indiquait qu'il avait effectué un stage d'un an suivi d'une résidence d'un an en obstétrique et gynécologie. Ses adhésions à la procession ont inclus dix organisations figurant sur la liste non recommandée de Quackwatch, et bon nombre des tests de diagnostic et des traitements qu'il propose sont répertoriés dans notre index des tests de diagnostic douteux et des traitements douteux.

    Le site Web d'Edelson offrait des informations et des traitements sur l'autisme, les allergies, la colite, la fatigue chronique, la toxicité du mercure et du plomb, la SLA (maladie de Lou Gehrig) [Psiram: aussi connue en France sous le nom de maladie de Charot], le TDAH / TDAH, la sclérose en plaques, la sensibilité aux substances multiples et la maladie de Parkinson. En 2001, le site comprenait 20 lettres de témoignage, dont quatre concernant des cas d'autisme. La page d’accueil comportait une clause de non-responsabilité selon laquelle, "Les informations suivantes ont pour objet d’informer et d’éduquer. Aucune prétention, dans les domaines thérapeutiques, n’est valable sur le plan scientifique, mais seulement une expérience personnelle. la supériorité de ces méthodes sur aucune autre. La thérapie doit être guidée par votre médecin, pas les informations fournies dans ce document."

    Un service proposé par Edelson pour l’autisme était le traitement par chélation, une série de perfusions intraveineuses contenant de l’EDTA et diverses autres substances. Parce que la chélation a un usage valable dans certains cas d’intoxication par les métaux lourds, de nombreux praticiens diagnostiquent faussement le plomb, le mercure ou une autre toxicité des métaux lourds. Son utilisation contre l'autisme est basée sur l'idée que le problème est causé par un empoisonnement au mercure que la chélation supposerait. Cette idée n'a aucune validité scientifique [5,6].

    En 1995, le Georgia Board of Medical Examiners a porté des accusations contre Edelson: a) pour ne pas avoir documenté un examen physique initial dans le dossier d'un patient et pour ne pas avoir noté des progrès suffisants dans le dossier d'un autre patient, ce qui constituait un manquement à se conformer aux normes minimales acceptables en vigueur pratique médicale; et b) ne pas tenir des registres adéquats des stupéfiants prescrits pour lui-même et les membres de sa famille. L'affaire a été réglée avec un accord de consentement en vertu duquel il a été condamné à une amende de 5 000 dollars et à une probation de deux ans, à condition qu'il n'effectue pas de traitement de chélation, sauf en cas d'intoxication par un métal lourd, sauf dans le cadre d'un essai clinique approuvé [7]. Quelques mois plus tard, sur la base de l'action menée en Géorgie, l'État de New York a émis une censure et une réprimande et l'a placé en probation [8]. Quand la période probatoire de Géorgie a été terminée, il n’était plus limité. Cependant, en 2004, la commission géorgienne l'a de nouveau condamné, lui a imposé une amende et l'a placé en probation pour une durée indéterminée [9]. En 2005, il a révoqué son permis de manière permanente [10].

    Le premier procès accusait:

    Edelson s'est lui-même présenté comme un "expert en biologie de l'autisme", même s'il n'a aucune formation en pédiatrie ou en troubles du développement. Edelson a incorrectement prétendu avoir démontré que la cause de l'autisme était "une cause toxique".
    Son site Web a suggéré que son traitement pouvait normaliser les fonctions cérébrales d’enfants autistes et avait un taux de réussite élevé.
    Après que la mère du garçon eut indiqué dans un formulaire de candidature qu'elle était disposée à dépenser "tout ce qu'il fallait" pour soigner son fils, les défendeurs ont recommandé que le garçon subisse une batterie de tests de diagnostic pour lesquels on lui avait facturé 11 720 $.
    Après avoir reçu les résultats du test, Edelson a recommandé au garçon de suivre un [thérapie par chélation|[traitement de chélation]] long et coûteux et un traitement intraveineux par gammaglobulines, suivi d'une "désintoxication" avec des compléments alimentaires.
    Edelson a expliqué que si le garçon ne recevait pas immédiatement le traitement recommandé, son cerveau serait endommagé, mais qu'avec ce traitement, il pourrait être "guéri" de l'autisme.
    Les traitements comportaient des suppositoires et des sondes anaux répétés, de multiples traitements quotidiens par voie intraveineuse, avec des changements fréquents du site de l’aiguille dus à des erreurs du technicien, et un régime coûteux de compléments alimentaires.
    Les défendeurs ont insisté pour que les suppléments recommandés soient achetés par l'intermédiaire du Centre, même si certains d'entre eux étaient disponibles dans des magasins de produits de santé et d'autres fournisseurs à des prix beaucoup plus bas. Quand la mère a demandé à Edelson pourquoi elle ne pouvait pas acheter les suppléments ailleurs, il a répondu: "Je dois être capable de faire un bénéfice de cette manière."
    L'enfant ne tirait aucun bénéfice du traitement et régressait des progrès qu'il avait réalisés grâce à une thérapie comportementale et éducative standard. Il a également développé une neutropénie, une affection dans laquelle le nombre de globules blancs devient anormalement bas.
    Aucun des traitements reçus par le garçon n'a été accepté par la communauté scientifique comme efficace contre l'autisme. On n'a pas non plus démontré que l'autisme avait une base "toxique".

    La seconde poursuite accusait:
    Edelson a promis une forte probabilité de succès tout en prévenant que le fait de ne pas subir son traitement pourrait bientôt conduire leur fils à développer la maladie de Parkinson.
    Bien que les accusés aient indiqué un prix de test de 7 000 dollars, les frais demandés après l’arrivée de la famille au Centre s’élevaient à 11 000 dollars.
    Pour obtenir ces tests, les accusés ont prélevé environ 20 tubes de sang du garçon en une seule séance, le faisant ainsi perdre connaissance.
    Le premier jour, avant que les résultats du test ne soient connus, Edelson diagnostiqua chez le garçon une "neurotoxicité", une "diathèse allergique" et une "hyperactivité".
    Le traitement comportait une "désintoxication", une ozone, une chélation et des vitamines IV administrées par des travailleurs non surveillés qui, apparemment, n'avaient aucune formation d'infirmière ou de licence professionnelle.
    Les traitements quotidiens étaient douloureux et impliquaient de multiples administrations intraveineuses avec de nombreux changements de site d'aiguille dus à des erreurs de technicien.
    Le garçon devait également subir de nombreuses séances quotidiennes de thérapie au sauna «sueur», suivies d'exercices intenses.
    Le régime de supplément nutritionnel comprenait environ 70 comprimés et gélules par jour, ce qui le faisait vomir après l'avoir ingéré.
    Le garçon a également eu des réactions physiques et comportementales défavorables au traitement de désintoxication à l'ozone et au sauna.
    Au lieu de s'améliorer, l'état du garçon a empiré. Il a perdu environ 30 livres et inversé les progrès qu’il avait réalisés grâce à une thérapie comportementale et éducative.
    Pour payer le coût total, qui dépasse 40 000 dollars, les parents ont dû hypothéquer leur maison.

    La troisième action en justice portait que:
    Edelson a vu le garçon pour la première fois à l'âge de quatre ans. Edelson a dit à M. et à Mme T que l'autisme avait une base toxique et que tous ceux qui subissent ses traitements s'amélioraient, mais si le traitement n'était pas commencé immédiatement, l'autisme deviendrait "permanent" à partir de l'âge de six ans.
    Edelson a effectué des tests sur 20 tubes de sang et a indiqué que le corps du garçon avait été "extrêmement endommagé par des poisons" et avait besoin d'une biodétoxification, d'une chélation et d'un traitement nutritionnel à compter de sept semaines de traitements quotidiens. Bien que cela ait occasionné des difficultés financières, la famille a versé 43 700 dollars à l’avance pour ces traitements.
    Les traitements étaient difficiles et douloureux, impliquant plusieurs traitements intraveineux (traitement par chélation) avec de fréquents changements d’aiguilles dus à des erreurs du technicien. Le régime alimentaire comprenait environ 50 pilules et capsules par jour, ce qui faisait souvent vomir le garçon.
    Au cours des sept semaines de traitement, l'état du garçon s'est aggravé, il a perdu beaucoup de poids et il a annulé ses gains antérieurs grâce à une thérapie comportementale et éducative. Cependant, Edelson n'a pas surveillé personnellement les progrès de l'enfant.
    Les avocats Elizabeth T. Kertscher et Douglas R. Kertscher représentent les demandeurs, tandis que Robert S. Baratz, MD, DDS, Ph.D., est consultant et expert. Le premier procès a été réglé avec des termes non divulgués. La base de données de licences de la Géorgie indique que le 12/23/02, Edelson a réglé une poursuite pour faute professionnelle pour un montant de 180 000 dollars. Il ne précise pas quelle poursuite était en cause, mais je pense qu'il est prudent de supposer qu'il s'agissait de la première poursuite pour autisme. Les deux autres poursuites ont été réglées avec des termes non divulgués.

    En avril 2004, le Conseil des examinateurs médicaux de la Géorgie a réprimandé Edelson, lui a imposé une amende de 1 000 USD et l'a placé en probation pour une période de 3 ans après avoir conclu qu'il s'était auto-médicamenté de manière inappropriée et qu'il était devenu toxicomane aux somnifères. Les pièces de l'affaire indiquent qu'entre janvier 2000 et la moitié de 2001 environ, il avait (a) des ordonnances écrites pour lui-même, (b) utilisé le nom d'un autre médecin pour obtenir des ordonnances par téléphone et (c) des ordonnances écrites au nom d'employés pour: sa propre utilisation. La chambre a également conclu qu'il n'avait pas tenu des registres adéquats [9].

    Les générateurs d'ozone utilisés par Edelson pour administrer les traitements à l'ozone n'avaient pas été approuvés par la FDA et avaient été importés illégalement. En septembre 2004, des fonctionnaires fédéraux ont fait une descente chez Edelson et ont saisi deux de ces dispositifs [11].

    En octobre 2004, Edelson a posté sur son site Web une lettre indiquant:

    Parce que je ne pratique pas le "médicament standard", il est facile pour la FDA, le Georgia Medical Board et les patients qui ne voient pas de résultats immédiats, ou l'ampleur des résultats espérés, de m'attaquer. Tout cela a eu un impact énorme sur moi et ma famille. . . . J'ai commencé le processus de fermeture de ma clinique et de transition à la retraite [4].

    Peu de temps après, son site Web a été fermé. Je pense qu'il est étonnant qu'il blâme tout le monde, sauf lui-même, pour ses difficultés juridiques.

  • https://www.casewatch.net/mal/edelson/complaint3.shtml IN THE UNITED STATES DISTRICT COURT FOR THE NORTHERN DISTRICT OF GEORGIA

ATLANTA DIVISION (Action en justice des parents d'un enfant mineur contre Steven B. Edelson et son Centre Edelson) [...]

Références

  1. 187 East Market Street Rhinebeck N.Y. 12572
  2. 50 Old Farm Rd, Red Hook, NY 12571
  3. 3,0 et 3,1 https://www.bockintegrative.com/what-we-do/ Les traitements proposés par le centre médical de Kenneth Bock
  4. Consensus Position Paper Mercury/Metal Toxicity in Autism, publié par l'Autism Treatment Institute en février 2005
  5. https://www.quackwatch.org/02ConsumerProtection/ftcchelation.html Le Collège américain pour l'avancement de la médecine (ACAM) a accepté de régler les accusations de la Federal Trade Commission selon lesquelles elle aurait fait de la publicité sans fondement et mensongère affirmant qu'un "traitement par chélation" à l'EDTA non chirurgical est efficace dans le traitement de l'athérosclérose et que l'efficacité de ce traitement a été prouvé par des études scientifiques. Le règlement proposé interdirait à ACAM de faire valoir, dans la publicité, que le traitement par chélation est un traitement efficace de l’athérosclérose sans posséder ni disposer de preuves scientifiques compétentes et fiables à l’appui de la représentation. En outre, il serait interdit à ACAM de faire des déclarations sur l'efficacité ou l'efficacité comparative du traitement par chélation pour toute maladie du système circulatoire humain, à moins de preuves scientifiques compétentes et fiables.
    L’ACAM, basée à Laguna Hills, en Californie, est une association composée principalement de médecins qui administrent des traitements médicaux traditionnels et complémentaires / alternatifs, y compris un traitement par chélation. L’ACAM fait la promotion de la traitement par chélation dans les brochures et le matériel promotionnel et en maintenant une page Web sur Internet. Le traitement par chélation consiste à injecter par voie intraveineuse un médicament d'ordonnance, l'acide éthylène diamine tétraacétique (EDTA), approuvé par la Food and Drug Administration pour son utilisation limitée pour débarrasser le corps humain de l'excès de métaux lourds.[...]
    Selon la FTC, l’ACAM a affirmé que, par l’utilisation de telles déclarations, le traitement par chélation à l’EDTA était un traitement efficace contre l’athérosclérose et que l’ACAM possédait une base raisonnable sur laquelle elle s’appuyait.
    La FTC a accusé les déclarations d'être fausses et trompeuses, car l'ACAM ne possédait pas et ne s'appuyait sur aucune base raisonnable pour étayer ses affirmations. [...]
  6. https://www.casewatch.org/depos/bock2004.shtml Deposition of Kennneth Bock, M.D. February 27, 2004.
cet article est une ébauche