Électrosmog

De Psiram
Propagande électrosmog typique des adversaires des téléphones mobiles (Image: Le "Truther" US et antisémite David Dees)
Proposition de vêtements de protection contre les ondes de radiotélégraphie de l'année 1911 [1]
Joachim Mutter avec une protection contre l'Électrosmog au congrès Akasha de 2016 [2] (à droite Jo Conrad [3])

Électrosmog ou pollution électromagnétique sont des appellations non scientifiques utilisées par certains groupes de personnes pour qualifier la présence de champs électro-magnétiques créés artificiellement par l'activité humaine qu'ils supposent avoir en général et globalement des effets néfastes sur les êtres humains et les êtres vivants même à de faibles intensités de champs. Il s'agit là tacitement de la bande de fréquence allant des ondes longues (quelques hertz) jusqu'aux micro-ondes qu'on peut qualifier d'ondes-radio; le domaine se rapporte exclusivement au rayonnement non-ionisant. L'appellation scientifique pour de possibles interactions entre les champs électromagnétiques (CEM) (anglais: Electromagnetic field/EMF)[4] et les structures biologiques est en allemand elektromagnetische Umweltverträglichkeit (EMVU), qu'on pourrait traduire en français par "impact environnemental électromagnétique". Celui-ci est l'objet de la recherche actuelle. Jusqu'à aujourd'hui, les effets pathogènes des EMF (champs électromagnétiques) athermiques n'ont pas été démontrés de manière fiable malgré une recherche intensive. Le terme «smog» est un mot inventé, physiquement imprécis, composé du mot anglais «smoke» pour fumée et de «fog» pour brouillard, qui mettrait en évidence le facteur polluant des champs créés artificiellement. Dans le milieu des soi-disant géobiologues s'est implanté le terme «électrobiologie».

Une partie des effets supposés de l'électrosmog dans le domaine athermique laisse à penser qu'ils proviendraient de l'effet nocebo.

Les craintes d'éventuels effets nocifs des champs électromagnétiques ne sont pas nouveaux. Déjà en 1911 il a été émis l'hypothèse que les ondes radio pourraient être responsables de toutes sortes de maux allant jusqu'à la cécité, l'édentation et la démence [5].

Les champs électromagnétiques exclus du discours

Curieusement, sont exclues par définition dans les discussions au sujet de la pollution électromagnétique certaines gammes de fréquences, autrement dit certaines formes de rayonnement électromagnétique, bien qu'elles soient facilement mesurables en raison du même phénomène physique (photons) et d'une forte intensité et puissent manifestement avoir des effets importants sur l'homme. À titre d'exemples, mentionnons ici seulement les coups de soleil et les tumeurs de la peau induites par la lumière et les rayons ultraviolets qui sont dus aux effets de la lumière du soleil. En général, dans le contexte de l'électrosmog et de l'hypersensibilité, les effets possibles d'un rayonnement électromagnétique provenant de sources naturelles (soleil, Sferics) sont jugés différemment que les autres sources créées par l'activité humaine (radio, téléphonie mobile).

Les sources de rayonnement électromagnétique d'origine naturelle ou issues de méthodes thérapeutiques sont par exemple:

  • La lumière en général.
  • Le rayonnement thermique. L'être humain adulte génère en permanence par rayonnement thermique une densité de rayonnement de 30 W/m2 dans le domaine infrarouge (dans la plage du terahertz).
  • Sferics (champs électromagnétiques concomitants aux orages [6]). Voir aussi Résonances de Schumann.
  • Les EMF des appareils de thérapie par champ magnétique fonctionnant à l'électricité. (voir l'article allemand "Thérapie par champ magnétique" [7])

Paradoxalement, dans le contexte de l'électrosmog, il est souvent attribué un effet global positif à la lumière, mais aussi aux rayonnements thermiques ainsi qu'aux thérapies par champ magnétique.

Les effets des champs électromagnétiques

En ce qui concerne les rayonnements électromagnétiques, il faut différencier les rayonnements non-ionisants tels que les ondes radio ou les ondes lumineuses des rayonnements ionisants tels que les rayons x et les rayons gamma. Contrairement aux rayonnements ionisants, le rayonnement non-ionisant n'a pas d'énergie suffisante pour modifier et en particulier, pour ioniser des constituants élémentaires tels que les molécules ou les atomes. Les effets potentiels des EMF faibles à intenses sur les humains et l'environnement ont longtemps été un sujet de recherche et au cours des 30 dernières années, environ 25 000 articles scientifiques ont été publiés (en 2017) sur les effets biologiques et les applications médicales des rayonnements non ionisants ainsi que d'innombrables publications de vulgarisation et journalistiques. Par ailleurs, il y a un grand nombre de livres et d'articles pseudo-scientifiques ou non scientifiques de profanes en la matière.

On différencie scientifiquement deux sortes d'interactions entre les EMF et les humains:

  • Les effets thermiques
  • Les effets athermiques

L'expression «effets thermiques» ne décrit pas les effets stochastiques (non alléatoires, déterminés) en raison de la production de chaleur des parties du corps irradiées (pertes diélectriques). Ici, cela peut causer des dommages permanents chez l'homme et jusqu'à la mort si la température monte à plus de 40 ° Celsius. On peut mentionner ici, à titre d'exemple, des techniciens-radar qui se sont brûlés ou sont morts en raison d'une erreur sur des systèmes radar de haute puissance (impulsions dans le domaine des mégawatts). Lorsque les champs sont éteints, l'effet nuisible cesse brusquement. Des limites et des zones de protection ont donc été introduites pour protéger les personnes et l'environnement.

L'expression «effets athermiques» concerne les champs électromagnétiques faibles qui n'induisent pas d'effets thermiques et qui ne provoquent pas de dommages ou de variations complètement imprévisibles, pour lesquels sont souvent supposés des effets ultérieurs à long terme, ce qui est une autre caractéristique distinctive par rapport aux effets thermiques. Il n'y a actuellement aucun mode d'action généralement accepté sur lequel on pourrait se baser pour prouver scientifiquement des dommages à la santé causés par les rayonnements électromagnétiques non-ionisants faibles. Ainsi, des rapports individuels sur les effets mutagènes de la téléphonie mobile se sont révélés être faux (falsifications de données). Il est discuté d'un effet athermique sur la synthèse et la libération de la mélatonine (la mélatonine est une hormone). Les rapports sur l'impact des champs électromagnétiques intensifs sur l'EEG humain sont contradictoires. Par ailleurs, il est discuté d'un impact possible des sférics naturels sur les [personnes] météo-sensibles.

Un cas particulier est le Frey effect (Microwave Auditory Effect, Microwave Hearing Effect) [8]. Il désigne la perception acoustique directe du rayonnement pulsé haute fréquence, par exemple des ondes radar, qui peut se produire à des intensités de champ très élevées. L'effet pourrait maintenant être expliqué par une onde de pression sonore dans les tissus de la tête qui est déclenchée thermiquement par le rayonnement pulsé et atteint l'oreille interne par conduction osseuse. Le mécanisme de la perception est donc le même que dans l'audition « normale »; il n'y pas pas d'influence directe sur le nerf auditif ou les cellules sensorielles par le rayonnement de haute fréquence. [9]

Effets génotoxiques possibles des rayonnements non-ionisants?

Il est discuté de dommages directs possibles à l'ADN situé dans le noyau cellulaire, en particulier des cassures à simple ou double brin. La signification biologique des cassures de brin-ADN est cependant incertaine, car celles-ci peuvent également se produire, par exemple, lors d'activités sportives comme la course et peuvent être efficacement réparées la plupart du temps par le corps au moyen des enzymes. Des études avec des rayonnements ionisants montrent une réparation rapide et complète des dommages par les enzymes réparateurs appropriés.

Il ne peut pas être attribué à des effets mutagènes directs ou génotoxiques directs des effets cancérigènes possibles des champs électromagnétiques tels qu'ils sont utilisés pour la téléphonie mobile ou la radio. Les fréquences (et donc les énergies) utilisées dans la technologie de la communication mobile ou de la radio ne suffisent pas pour endommager directement les biomolécules comme l'ADN par fracture des liaisons atomiques covalentes ou par "cassure". [10][11][12][13][14][15]

Cela dit, il existe des résultats d'études publiées régulièrement qui ont démontré à l'aide d'une procédure de test appelé "COMET assay [16] neutre ou alcalin" des cassures de brins d'ADN. Cependant, ces résultats de laboratoire n'ont pas permis ou ne permettent pas de tirer des conclusions quant à l'émergence de maladies causées par un tel rayonnement [17]. Dans certains cas, dans les études, il a supposé ou suspecté que des "radicaux libres" (radicaux oxygène réactifs/ROS) ou que le type de modulation du rayonnement joueraient un rôle. Sont à citer les études sur les rats ou les cultures de cellules de Lai et Singh [18] [19] et de Verschaeve et al. [20]. Des influences thermiques ainsi que des artefacts (influences dues aux divers modes de mise à mort dans les expérimentations animales) ne peuvent pas toujours être exclus.

Cependant, le grand nombre de résultats de tests publiés (dont des tests de réplication directe des études mentionnées ci-dessus) montrent que les résultats expérimentaux positifs montrent que les ruptures de fil d'ADN ne se produisent pas avec une irradiation à haute fréquence (même jusqu'à 100 watts/kg). Toutefois, peuvent être montrées les résultats secondaires des influences des divers modes de mise à mort des expérimentations animales. [21] [22] [23] [24] [25] [26] [27] [28] [29] [30] [31] [32] [33] [34] [35] [36]

Peur et propagation de craintes infondées à propos de l'électrosmog

Électrosensibilité: La peur dévore l'âme

BfeD [37]: Dispute stupide entre voisins au sujet des EMF
Femme électrosensible portant une combinaison de protection
Hoax sur Heise.de au sujet d'un Thumpmobile-Zapper avec un micro-onde-Magnetron aménagé. [38]
Grotte près de Marseille dans laquelle deux femmes vivent par peur de l'électrosmog.
Traduction du commentaire: Elles ne peuvent plus supporter le rayonnement provenant des téléphones mobiles, des antennes et du wifi. Source de l'image [39]
Une neurologue allemande opposée à la téléphonie mobile du nom de Christine Aschermann prétend qu'il s'agirait d'une rougeur de peau due à un coup de soleil chez une patiente de 55 ans (Z.). Source: [1]
La secte-électrosmog japonaise "Pana Wave Laboratory"[40]

Une partie de la population se considère comme électrosensibles (nom anglais: EHS Electromagnetic Hypersensitivity, c.à.d. hypersensibilité électromagnétique) et croit que leur santé est mis en danger par les champs électromagnétiques faibles. Les études scientifiques sur les effets possibles athermiques n'ont montré chez les personnes prétendument électrosensibles aucun lien entre l'exposition au rayonnement et l'apparition des symptômes. De surcroît, survenaient de multiples douleurs même en cas de nouvelles antennes-relais qui n'émettaient cependant pas encore, alors que les électrosensibles n'étaient en fait pas capables de faire la distinction entre les champs électromagnétiques existants et ceux inexistants. [41] [42] [43] [44] [45] [46] [47] [48] [49] [50] [51]

À l'Université anglaise d'Essex, il a été étudié sur une période de trois ans le comportment de 44 personnes qui croyaient être électrosensibles et en même temps celui de 114 personnes qui n'avaient encore jamais remarqué d'effets négatifs sur elles dus à la téléphonie mobiles. Dans un laboratoire, ces personnes ont été exposées dans diverses expériences à des rayonnements électromagnétiques à des fréquences dans les gammes GSM (Global System for Mobile Communications) et UMTS (Universal Mobile Telecommunications System). Dans l'étude en double aveugle, il a été dit aux participants à l'étude qu'une antenne avec le rayonnement approprié serait en fonctionnement pendant 50 minutes. Les sujets de l'expérience qui se considéraient comme sensibles aux rayonnements se plaignaient ensuite de nausées, de maux de tête ou de symptômes grippaux. Les médecins ont pu également mesurer chez les personnes concernées des changements de fréquence cardiaque et d'humidité de la peau. Toutefois, ces plaintes perçues subjectivement et des symptômes mesurables étaient tout à fait indépendants du fait, à savoir, si l'antenne était réellement ou non en fonctionnement. Douze personnes ont dû mettre fin au test en raison d'importants problèmes de santé. [52] [53][54][55]

L'étude suisse de cohorte Qualifex (à partir de 2008, financée par la Swiss National Science Foundation) a étudié des habitants de la région de Bâle qui pensaient qu'ils étaient électrosensibles, et une population de comparaison. Au total, plus de 1 300 personnes ont participé à l'étude de deux ans. Les auteurs concluent:

"... que la situation d'exposition chez les personnes atteintes d'EHS était semblable à celle de la population générale, seule l'utilisation de téléphones sans fil était moins fréquente. Les symptômes non spécifiques étaient plus fréquents dans le groupe EHS, mais on a constaté peu de lien entre l'exposition à haute fréquence et le début des symptômes. Les auteurs recommandent un examen des tendances observées observées dans d'autres études." [56]

Dans l'étude du sommeil "Epros", quelques participants se méfiaient manifestement de leur «sensibilité aux rayonnements» annoncée par eux-mêmes. Ils ont tenté au moyen d'équipement [technologique] apporté secrètement et caché d'obtenir la certitude de l'immision [électromagnétique] effective actuelle/momentanée (à un moment donné?). Ces participants ont dû être exclus de l'évaluation de l'étude en raison de la tentative de fraude car l'étude était en aveugle et par conséquent ni l'examinateur ni le participant étudié n'auraient dû disposer d'informations sur la présence ou l'absence de champs électromagnétiques. [57]

Les impressions subjectives ne disent rien sur l'existence d'un dommage puisqu'elles sont sujettes à des influences suggestives, et c'est la raison pour laquelle elles ne sont pas utilisables. Étant donné que les installations de téléphones mobiles allumées ou éteintes vont la plupart du temps de pair avec un agencement de mat, il a aussi été parlé maintenant de perturbations purement "induites par des mats" sur l'état d'esprit ou la santé. Dans des cas particuliers, sont survenus des affrontements acharnés entre voisins au sujet d'antennes soi-disant rayonnantes sur le toit, dont ont dû s'occuper parfois aussi des tribunaux.

Il est intéressant de noter qu'a été observé une influence géographique sur l'électrosensibilité: un sondage de contrôle fait au hasard dès 2004 chez 30 047 personnes en Allemagne âgées de 14 à 69 ans (il avait été écrit à 51,444 personnes) a montré que 9,5% des répondants ressentaient une atteinte à leur état de santé en raison de la téléphonie mobile. Des disparités Nord-Sud a été trouvées: le pourcentage de ceux qui attribuaient des atteintes à leur santé aux stations émettrices de téléphonie mobile était le plus faible (6,2%) au Mecklembourg-Poméranie occidental et le plus haut en Bavière (13,0%).

Dans sa prise de position du 13 mai 2008 sur le programme allemand de recherche sur la téléphonie mobile, la Deutsche Strahlenschutzkommission (SSK) [Commission de protection contre les rayonnements allemande] arrive à la conclusion suivante :

"[...] on peut conclure, dans le contexte de la littérature internationale, que, selon toute vraisemblance, l'électrosensibilité n'existe pas. La poursuite de la recherche devraient par conséquent se faire dans un domaine en dehors de la recherche-EMF»." [58]

Également extrêmement étonnant est un diagnostic émis en 2011 par une neurologue allemande et adversaire de la téléphonie mobile du nom de Christine Aschermann de 88299 Leutkirch, qui affirme que l'un de ses patients est non seulement capable de reconnaître les champs à haute fréquence, mais peut même reconnaître la source:

"Electrosensibilité: Un patient avec des changements cutanés genre brûlures - Il est fait un rapport sur un patient ayant un sensibilité aux produits chimiques préexistante chez qui s'est développé une forte électrosensibilité. Le patient peut même, selon ses propres indications, différencier les sources de rayonnement électromagnétique (par exemple, W-LAN, DECT ou téléphone portable, télévision-DVBT). Les symptômes vont des changements dermiques nécessitant surveillance, en passant par l'hypotonie et des troubles liés au cerveau et jusqu'à des saignements intestinaux. Les réactions cutanées inhabituelles qui se sont produites plusieurs fois, comme une brûlure, sont particulièrement troublantes et impressionnent. Il n'y a pas jusqu'à présent d'explication par quoi elles auraient été déclenchées." [59]


Il existe une pléthore de fabriquants et/ou de vendeurs de prétendus dispositifs de protection contre les ondes électromagnétiques (la pollution électromagnétique) par exemple Rayonex, Memon France, ATOX Systemtechnik GmbH etc.[60]

Communiqué de presse de L'Académie de médecine "Electrosensibilité"[61] (5 mai 2014)

L’Académie de médecine désapprouve le financement public de dispositifs « anti-ondes ».

Le Conseil Général de l’Essonne vient d’accorder une aide financière à une personne électrosensible, à qui le statut de maladie professionnelle avait été refusé, pour lui permettre d’acquérir des dispositifs « anti-ondes » supposés l’aider à surmonter son « handicap »…

L’Académie de médecine s’interroge sur la pertinence de cette décision et considère qu’il est de son devoir d’alerter l’opinion publique et les décideurs à tous les niveaux sur le risque d’encourager des pratiques inutiles et coûteuses et de cautionner officiellement un commerce ayant pour objet de vendre des dispositifs destinés à protéger des ondes de radiofréquence dont l’innocuité dans les conditions règlementaires de leur utilisation est reconnue par la communauté scientifique.

L’Académie s’étonne qu’une telle pratique soit financée sur des fonds publics, parce que :

- légitimer de la sorte ces dispositifs anti-ondes revient à conforter une croyance dans la réalité de l’effet des ondes sur l’organisme, alors que, d’une part nous ne disposons physiologiquement d’aucun système sensoriel sensible à ces ondes et que, d’autre part, plus de 40 études en aveugle à travers le monde ont démontré que les personnes électrosensibles incriminent les ondes sans savoir faire la différence entre un émetteur de radiofréquences éteint ou allumé [62] [63];

- aucune étude sérieuse ne confirme l’efficacité des dispositifs anti-ondes sur la santé, sinon des arguments d’autorité comme des articles de vulgarisation sur les rayonnements des téléphones mobiles, voire des constats d’huissier sans la moindre valeur scientifique, mais susceptibles cependant d’impressionner par leur caractère « officiel » ;

- aucune réglementation n’empêche d’habiles commerçants de se lancer sur ce marché, d’autant plus florissant qu’il est alimenté par une inquiétude largement distillée dans les médias et que ces produits s’adressent à des personnes particulièrement fragiles ;

- ces dispositifs sont en principe interdits de publicité puisque, en application des articles L. 5122-15, L. 5422-12, L. 5422-14 et R. 5122-23 à R. 5122-26 du code de la santé publique, « la publicité pour un objet, appareil ou méthode présenté comme bénéfique pour la santé est interdite lorsqu’il n’est pas établi que ledit objet, appareil ou méthode possède les propriétés annoncées ».

L’Académie déplore que le battage médiatique mené autour d’une décision administrative isolée, scientifiquement infondée et médicalement contre-productive, n’accentue encore les troubles de ces personnes et ne suscite la survenue d’autres cas.

L’ Académie regrette le détournement des personnes électrosensibles des circuits de prise en charge médicale. Elle rappelle que les 12 sites dédiés créés dans des hôpitaux, sur tout le territoire, sont boycottés à l’appel d’associations qui voudraient que la France reconnaisse l’électrosensibilité comme un handicap dû aux ondes. Ces associations s’appuient sur l’exemple de la Suède, en « oubliant » de préciser que ce pays a aussi officiellement déclaré s’associer à la communauté scientifique internationale pour considérer que ce handicap n’est pas lié à l’effet des champs électromagnétiques. Les sujets se considérant électrosensibles éprouvent une réelle souffrance ; cet état peut entraîner un lourd handicap, qui doit être pris en charge comme une affection à part entière, sans tromperie sur son origine et non en arguant d’une sensibilité aux ondes dont le traitement relèverait de « dispositifs anti-ondes » ou de « zones blanches ».

L’Académie met en garde contre des allégations inexactes sous le couvert d’un « débat scientifique » qui n’a pas lieu d’être puisque le consensus sur ce point est largement acquis avec la totalité des instances scientifiques mondiales, européennes ou nationales (Organisation mondiale de la santé, « Scientific commitee on emergent and newly identified health risks », Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail). Les Académies (médecine, sciences, technologies) ont pris position sur cette question à plusieurs reprises [64] [65][66] et continueront à lutter dans l’intérêt de malades qu’il convient de soigner.

L’ Académie s’inquiète de l’absence de réaction des autorités face à une mesure qui malgré ses apparences compassionnelles reste une tromperie envers les électrosensibles. Favoriser le commerce des dispositifs anti-ondes, c’est duper des personnes fragiles sur la foi de fausses allégations et de références pseudo-scientifiques, comme le rapport Bioinitiative, dont le principal auteur, Cindy Sage, propose de tels dispositifs sur internet [67].

L’Académie estime qu’un pas de trop a été franchi dans le déni scientifique et l’erreur médicale, et qu’il est urgent de protéger les consommateurs, en particulier en matière de santé, contre l’expansion incontrôlée de thérapies douteuses.

Liens externes

Article de Psiram dans d'autres langues

Références

  1. http://www.izgmf.de/Aktionen/Meldungen/Archiv_11/100_jahre_elektrosmog/100_jahre_elektrosmog.html
  2. https://www.psiram.com/de/index.php/Akasha_Congress
  3. https://www.psiram.com/de/index.php/Jo_Conrad
  4. http://www.who.int/peh-emf/about/WhatisEMF/fr/
  5. https://izgmf.de/Aktionen/Meldungen/Archiv_11/100_jahre_elektrosmog/100_jahre_elektrosmog.html
  6. https://fr.wikipedia.org/wiki/Parasite_atmosph%C3%A9rique
  7. https://www.psiram.com/de/index.php/Magnetfeldtherapie
  8. https://en.wikipedia.org/wiki/Microwave_auditory_effect
  9. Lin JC, Wang Z (2007): Hearing of microwave pulses by humans and animals: effects, mechanism, and thresholds. Health Physics 92(6): 621–628
  10. Bernhardt J. H. (1992). "Non-ionizing radiation safety: radiofrequency radiation, electric and magnetic fields." Phys Med Biol 37(4): 807-844.
  11. Tenforde T. S. (1990). "Biological responses to static and time-varying magnetic fields", in Wilson B. W., Stevens R. G., Anderson L. E. (Eds.) Extremely-Low-Frequency Electromagnetic Fields: The Question of Cancer, Battelle Press, Columbus, OH, 1990, 291.
  12. Tenforde T. S. (1991). "Biological interactions of extremely-low-frequency electric and magnetic fields", Bioelectrochemistry Bioenergetics, 25, 1.
  13. Tenforde T. S. (1992). "Biological interactions and potential health effects of extremely-lowfrequency magnetic fields from power lines and other common sources." Annu Rev Public Health 13: 173-196.
  14. Cridland N. A. (1993). "Electromagnetic fields and Cancer: A Review of Relevant Cellular Studies", Rep. No. NRPB-R256, National Radiological Protection Board, Chilton, Didcot, Oxon, UK, 1993
  15. Heikkinen P., V. M. Kosma, et al. (2001). "Effects of mobile phone radiation on X-ray-induced tumorigenesis in mice." Radiat Res 156(6) : S. 775-785.
  16. https://en.wikipedia.org/wiki/Comet_assay
  17. http://www.powerwatch.org.uk/pdfs/20041222_reflex.pdf (Compte-rendu complet de d'étude REFLEX en anglais)
  18. Lai H. and N. P. Singh (1995). "Acute low-intensity microwave exposure increases DNA single-strand breaks in rat brain cells." Bioelectromagnetics 16: S. 207-210.
  19. Lai H. and N. P. Singh (1996) "Single- and double-strand DNA breaks in rat brain cells after acute exposure to radiofrequency electromagnetic radiation." Int. J. Rad. Biol. 69 (4): 513-521.
  20. Verschaeve L., D. Slaets, et al. (1994). "In vitro and in vivo genetic effects of microwaves from mobile phone frequencies in human and rat peripheral blood lymphocytes", in: Proceedings of Cost 244 Meetings on Mobile Communication and Extremely Low Frequency field: Instrumentation and measurements in Bioelectromagnetics Research. (ed.: Simunic D.), S. 74-83.
  21. Malyapa R. S., E. W. Ahern, et al. (1997). "Measurement of DNA damage after exposure to 2450 MHz electromagnetic radiation." Radiat. Res. 148(6): 608-617.
  22. Malyapa R. S., E. W. Ahern, et al. (1997). "Measurement of DNA damage after exposure to electromagnetic radiation in the cellular phone communication frequency band (835.62 and 847.74 MHz)." Radiat Res 148(6): 618-627.
  23. Malyapa R. S., E. W. Ahern, et al. (1998). "DNA damage in rat brain cells after in vivo exposure to 2450 MHz electromagnetic radiation and various methods of euthanasia." Radiat Res 149(6): 637-645.
  24. Li L., K. S. Bisht, et al. (2001). "Measurement of DNA damage in mammalian cells exposed in vitro to radiofrequency fields at SARs of 3-5 W/kg." Radiat Res. 56(3): 328-332.
  25. Malyapa R. S., L. Li, et al. (2001). "Measurement of DNA damage after exposure to electromagnetic radiation in the cellular phone communication frequency band (835.62 and 847.74 MHz)." Radiat Res 156(3): 328-332.
  26. Vijayalaxmi, B. Z. Leal, et al. (2000). "Primary DNA damage in human blood lymphocytes exposed in vitro to 2450 MHz radiofrequency radiation." Radiat Res 153(4): 479-486.
  27. McNamee J. P., P. V. Bellier, et al. (2002). "DNA damage and micronucleus induction in human leukocytes after acute in vitro exposure to a 1.9 GHz continuous-wave radiofrequency field." Radiat Res 158(4): 523-533.
  28. McNamee J. P., P. V. Bellier, et al. (2002). "DNA damage in human leukocytes after acute in vitro exposure to a 1.9 GHz pulse-modulated radiofrequency field." Radiat Res 158(4): 534-537.
  29. Tice R. R., G. G. Hook, et al. (2002). "Genotoxicity of radiofrequency signals. I. Investigation of DNA damage and micronuclei induction in cultured human blood cells." Bioelectromagnetics 23(2): 113-126.
  30. Roti Roti J.L. (2004). "2450 MHz (CW) exposure and effects on DNA crosslinking." Radiation Research 161: 201-214.
  31. f alkali-labile DNA damage and protein-DNA crosslinks after 2450 MHz microwave and low-dose gamma irradiation in vitro." Radiat Res 161(2): S. 201-214.
  32. McNamee J. P., P. V. Bellier, et al. (2003). "No evidence for genotoxic effects from 24 h exposure of human leukocytes to 1.9 GHz radiofrequency fields." Radiat Res 159(5): 693-697.
  33. Hook, G. J., P. Zhang, et al. (2004). "Measurement of DNA damage and apoptosis in Molt-4 cells after in vitro exposure to radiofrequency radiation." Radiat Res 161(2): 193-200.
  34. Hook, G. J., P. Zhang, et al. (2004). "Measurement of DNA damage and apoptosis in mammalian cells exposed to radiofrequency fields at high SAR in vitro." Radiat Res. 161: S. 193-200.
  35. Miyakoshi, R. S., et al. (2002/2004). "2.4 GHz (CW) and 1.5 GHz (PDC) exposure on micronucleus formation, sister chromatid exchange, chromosome aberrations, DNA damage, and genetic mutation as well cell cycle, signal transduction, transformation and cell division." Electrical Engineering in Japan (2002) 141: 9-15, Mutation Research (2004) 541: 81-89.
  36. Sound Exposure & Risk Assessment of Wireless Network Devices - FP7-ENV-2009-1, 2013
  37. https://www.psiram.com/de/index.php/BfeD
  38. https://www.heise.de/ct/Redaktion/cm/Thumpmobile_Zapper.html
  39. http://www.metropolistv.nl/en/themes/against-the-system/the-french-way-of-life-in-a-cave
  40. http://www.saz-aktuell.com/Magazin/Warten-auf-den-Weltuntergang-Sekten-zwischen-Apokalypse-und-Tod-/24446.html
  41. Stacy Eltiti, Denise Wallace, Anna Ridgewell, Konstantina Zougkou, Riccardo Russo, Francisco Sepulveda, Dariush Mirshekar-Syahkal, Paul Rasor, Roger Deeble, en Elaine Fox (2007) "Does Short-Term Exposure to Mobile Phone Base Station Signals Increase Symptoms in Individuals who Report Sensitivity to Electromagnetic Fields? A Double-Blind Randomised Provocation Study", Environmental Health Perspectives, 24 July 2007
  42. Rubin GJ, Das Munshi J, Wessely S. Electromagnetic hypersensitivity: a systematic review of provocation studies. Psychosom Med. 2005 Mar-Apr;67(2):224-32
  43. Martin Röösli. Radiofrequency electromagnetic field exposure and non-specific symptoms of ill health: A systematic review. Environmental Research Volume 107, Issue 2, Juni 2008, Seiten 277-287. doi:10.1016/j.envres.2008.02.003
  44. Newsletter der Forschungsgemeinschaft Funk e.V. (Sept. 2006), S.28
  45. Gerlinde Kaul (Bundesanstalt für Arbeitsschutz und Arbeitsmedizin in Berlin Nov.2006) online: http://www.baua.de/nn_49914/de/Themen-von-A-Z/Elektromagnetische-Felder/pdf/Vortrag-05.pdf
  46. Rubin GJ, Nieto-Hernandez R, Wessely S. Idiopathic environmental intolerance attributed to electromagnetic fields (formerly 'electromagnetic hypersensitivity'): An updated systematic review of provocation studies. Bioelectromagnetics. 2009 Aug 13.
  47. Elaine Fox: Does Short-Term Exposure to Mobile Phone Base Station Signals Increase Symptoms in Individuals Who Report Sensitivity to Electromagnetic Fields? A Double-Blind Randomized Provocation Study, Environmental Health Perspectives vol 115, number 11, November 2007
  48. G Oftedal, A Straume, A Johnsson & LJ Stovner. Mobile phone headache: a double blind, sham-controlled provocation study. Cephalalgia 2007. London. Volume 27 Issue 5, Seiten 447 - 455. ISSN 0333-1024. DOI 10.1111/j.1468-2982.2007.01336.x
  49. Wolf R: Vom Sinn und Unsinn der Sinnestäuschung. Wie uns Wahrnehmen und Denken in die Irre führen. Studium Generale der Universität Würzburg (1998)
  50. Wolf R: Das 11. Gebot: Du sollst dich nicht täuschen. Skeptiker 12:140-149 (1999)
  51. Leitgeb N, Schröttner J, Cech R, Kerbl R (2008) EMF-protection sleep study near mobile phone base stations. Somnologie 12: 234-243
  52. Negativer Placebo – Elektrosmog wirkt auch ohne Strahlung. Dans: Spiegel-Online du 26 juillet 2007
  53. S. Eltiti: Does Short-Term Exposure to Mobile Phone Base Station Signals Increase Symptoms in Individuals who Report Sensitivity to Electromagnetic Fields? A Double-Blind Randomised Provocation Study. Dans: Environmental Health Perspectives, du 25 juillet 2007
  54. Empfindlichkeit gegen Mobilfunk nur eingebildet. Dans: silicon.de du 26 juillet 2007
  55. M. Röösli: Das Phänomen “elektromagnetische Hypersensibilität”: im Spannungsfeld von subjektiver Wahrnehmung und Fakten. Präsentation beim Workshop Mobilfunk in Nürnberg, 10. Oktober 2006
  56. http://www.elmar.unibas.ch/FMPro?-db=ELMAR.fp5&-format=details.html&identnummer=2541&-find
  57. http://www.bmub.bund.de/fileadmin/bmu-import/files/pdfs/allgemein/application/pdf/schriftenreihe_rs709.pdf
  58. http://www.ssk.de/SharedDocs/Beratungsergebnisse_PDF/2008/Mobilfunk_Forschungsprogramm.pdf?__blob=publicationFile Voir page 25: "... kann in der Zusammenschau mit der internationalen Literatur der Schluss gezogen werden, dass „Elektrosensibilität“ mit großer Wahrscheinlichkeit nicht existiert. Weitere Forschung sollte daher in einem Themenkreis außerhalb der EMF-Forschung erfolgen. ..."
  59. http://www.umg-verlag.de/umwelt-medizin-gesellschaft/211_a_z.pdf
  60. http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1177 Les « dispositifs protecteurs ». Par Jean Günther - SPS n° 285, avril 2009 Les peurs irraisonnées et manipulées des ondes électromagnétiques ont conduit d’habiles commerçants à vendre des dispositifs supposés protecteurs.
  61. http://www.academie-medecine.fr/le-5-mai-2014-communique-de-presse-electrosensibilite/
  62. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15784787
  63. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19681059
  64. http://www.academie-medecine.fr/publication100036100/
  65. http://www.academie-medecine.fr/publication100100257/
  66. http://www.academie-medecine.fr/communique-de-presse-radiofrequence-et-sante-2/
  67. http://www.silcom.com/~sage/emf/cindysage.html
  68. http://www.electrosensible.org/b2/ Site du collectif des électrosensibles