Alliance for Natural Health

De Psiram
Robert Ververk (Alliance for Natural Health)
Capture d'écran sur une video youtube mise en ligne le 14 avril 2020 par une Association of Naturopathic Practitioners (ANP) du Royaume-Uni [1]

L'Alliance for Natural Health (ANH) est un groupe de pression fondé en 2002 par Robert Verkerk et basé au Royaume-Uni. L'ANH a été fondé pour lever des fonds afin de financer une contestation juridique de la directive européenne sur les compléments alimentaires. L'ANH fait pression contre la réglementation des compléments alimentaires, en faveur de la médecine alternative pseudo-scientifique, et préconise des approches diététiques et d'autres modes de vie pour la santé. Elle critique également la science établie qui montre que la thérapie par mégavitamines ne présente aucun avantage pour la santé.

Histoire

L'ANH est un groupe de pression fondé en 2002 par Robert Verkerk et basé au Royaume-Uni. L'ANH a été initialement fondé pour collecter des fonds afin de financer une contestation juridique de la directive européenne sur les compléments alimentaires. L'ANH fait pression contre la réglementation des compléments alimentaires, en faveur de la médecine alternative pseudo-scientifique, et préconise des approches diététiques et d'autres modes de vie pour la santé. Elle critique également les recherches scientifiques montrant que les mégadoses de vitamines ne présentent aucun avantage pour la santé.

Positions

L'ANH mène des campagnes en faveur des compléments alimentaires, des "soins de santé durables" et des cultures médicinales traditionnelles telles que l'Ayurveda et la médecine traditionnelle chinoise. Elle fait également campagne contre les OGM, la fluoration de l'eau potable, l'influence des entreprises dans l'agriculture, les radiations électromagnétiques et l'harmonisation mondiale du commerce alimentaire par la Commission du Codex Alimentarius des Nations Unies.

L'ANH estime que la publicité négative faite par les médias à propos de nutriments tels que la vitamine E n'est que le résultat d'interprétations erronées de la science. Elle critique également les dernières recherches proposant que la supplémentation en vitamine C ne protège pas contre le rhume, car elles présentent un certain nombre de défauts fondamentaux.

Verkerk a été cité dans des journaux critiquant les résultats scientifiques du JAMA et de la Cochrane Collaboration, entre autres, qui ont trouvé que certains suppléments de vitamines antioxydantes peuvent raccourcir la durée de vie.

S'exprimant lors de la conférence inaugurale "Scientific Research in Homoeopathy" organisée par la Complementary Medical Association (CMA) à l'Université de Westminster en juin 2008, Verkerk a déclaré qu'il était "tout à fait inapproprié" d'utiliser des essais contrôlés randomisés (ECR) pour évaluer l'homéopathie et d'autres médecines complémentaires, arguant que "dès que vous mettez quelqu'un dans une situation d'essai, vous détruisez beaucoup des effets qui existent entre le patient et le praticien".

S'adressant à la BBC au Royaume-Uni, Verkerk a déclaré que les normes de l'UE sur les allégations de santé favorisent les grandes entreprises alimentaires, ajoutant que les grandes entreprises qui disposent de ressources suffisantes peuvent jouer le système et revendiquer des avantages pour la santé simplement en insérant une petite quantité d'un ingrédient approuvé tel que la vitamine C dans un produit.

Défis juridiques

Contestation juridique de la directive de l'Union européenne sur les compléments alimentaires

En 2004, avec deux associations professionnelles britanniques, l'ANH a contesté juridiquement la directive de l'Union européenne sur les compléments alimentaires, renvoyée devant la Cour européenne de justice par la High Court de Londres. L'avocat général de la Cour européenne de justice a déclaré que le projet de l'Union européenne de renforcer les règles relatives à la vente de vitamines et de compléments alimentaires devait être abandonné, mais il a été infirmé par la Cour européenne, qui a décidé que les mesures en question étaient nécessaires et appropriées aux fins de la protection de la santé publique. L'ANH a interprété l'interdiction comme ne s'appliquant qu'aux compléments produits synthétiquement - et non aux vitamines et minéraux normalement présents ou consommés dans le cadre d'un régime alimentaire. Les juges européens ont reconnu les préoccupations de l'avocat général, en déclarant qu'il doit exister des procédures claires permettant d'ajouter des substances à la liste autorisée sur la base de preuves scientifiques. Ils ont également déclaré que tout refus d'ajouter un produit à la liste doit pouvoir être contesté devant les tribunaux.

Contestation juridique de la directive de l'Union européenne sur les médicaments traditionnels à base de plantes

En mars 2011, l'ANH a annoncé son intention de lancer un recours juridique contre la directive européenne sur les médicaments traditionnels à base de plantes. La directive sera tout d'abord contestée devant la Haute Cour de Londres, au motif qu'elle est "disproportionnée, non transparente et discriminatoire". L'ANH espère ensuite que l'affaire sera renvoyée devant la Cour de justice des Communautés européennes à Luxembourg. Elle fait valoir que les nouvelles règles ont un impact négatif sur les pratiques de médecine alternative telles que l'Ayurveda et que les coûts d'enregistrement sont abordables pour les produits à base de plantes uniques ayant de gros marchés, comme l'échinacée, mais pas pour les petits producteurs de remèdes composés à base de plantes.

Contestation juridique de l'adoption par la FDA américaine de nouvelles règles de fabrication

En avril 2011, un juge fédéral américain s'est prononcé contre une contestation judiciaire de l'ANH concernant l'adoption de nouvelles règles de fabrication par la Food and Drug Administration américaine. Le juge de district américain Beryl Howell a estimé que les règlements "n'ont pas dépassé l'autorité statutaire de la FDA, ne sont pas inadmissiblement vagues en vertu de la clause de procédure régulière, et ne sont pas arbitraires et capricieux en vertu de la loi sur la procédure administrative". La plainte a été déposée en 2009 par ANH, ainsi que par Durk Pearson, Sandy Shaw et la Coalition to End FDA and FTC Censorship.

"Robert Verkerk (Alliance for Natural Health) at his finest" Par Edzard Ernest

[Traduction DeepL:] "Robert Verkerk (Alliance for Natural Health) à son meilleur"

Robert Verkerk, directeur exécutif et scientifique de l'Alliance for Natural Health (ANH), semble m'adorer (c'est peut-être pour cette raison que j'ai gardé ce billet pour la Saint-Valentin ?). En 2006, il a publié cet article sur moi (il est long, et j'ai donc raccourci un peu, mais n'hésitez pas à l'étudier dans toute sa beauté) :

DÉBUT DE LA CITATION

Le PROFESSEUR EDZARD ERNST, premier professeur de médecine complémentaire au Royaume-Uni, est très exposé pour ses opinions souvent ouvertement négatives sur la médecine complémentaire. Il est devenu la ressource préférée des médias pour obtenir un point de vue sur ce sujet controversé...

Ce qui est intéressant avec le professeur Ernst, c'est qu'il semble avoir parcouru un long chemin depuis ses humbles débuts en tant que bénéficiaire des thérapies qu'il semble maintenant si critique. Dans un article de Geoff Watts publié dans le British Medical Journal, le professeur Ernst nous raconte : Notre médecin de famille dans le petit village près de Munich où j'ai grandi était homéopathe. Ma mère ne jurait que par lui. Enfant, j'ai été traité par homéopathie. Ce type de médecine m'est donc venu naturellement. Même pendant mes études, j'ai pratiqué d'autres choses comme la massothérapie et l'acupuncture. En tant que jeune médecin, j'ai eu un rendez-vous dans un hôpital homéopathique, et j'ai été très impressionné par son taux de réussite. Mon patron m'a dit qu'une grande partie de ce succès provenait de l'abandon des médicaments classiques. Cela m'a fait une grande impression". (BMJ Career Focus 2003 ; 327:166 ; doi:10.1136/bmj.327.7425.s166)...

Après avoir soutenu l'homéopathie à ses débuts, le professeur Ernst est devenu, de facto, l'un de ses principaux opposants. Robin McKie, rédacteur scientifique de The Observer (18 décembre 2005) a rapporté les propos d'Ernst : "Les remèdes homéopathiques ne fonctionnent pas. Des études successives ont montré qu'il s'agit simplement de la forme la plus pure de placebo. Vous pouvez aussi bien prendre un verre d'eau qu'un médicament homéopathique". Ernst, ayant fait le proverbial virage à 180 degrés, a décidé de se ranger fermement aux côtés d'un certain nombre d'autres grands pourfendeurs des thérapies non pharmaceutiques, comme les professeurs Michael Baum et Jonathan Waxman. Le 22 mai 2006, Baum et douze autres chirurgiens, pour la plupart à la retraite, dont Ernst lui-même, se sont réunis et ont cosigné une lettre ouverte, publiée dans le Times, qui condamnait la décision du NHS d'inclure un nombre croissant de thérapies complémentaires...

Aussi célèbres que soient les Ernst, Baum et Waxman de ce monde, leurs opinions ne font pas l'unanimité au sein de la profession médicale orthodoxe. Certaines de ces opinions contraires ont été exprimées pas plus tard que dimanche dernier dans le Sunday Times (Lost in the cancer maze, 10 décembre 2006)...

Le véritable perdant des batailles ouvertes entre factions belligérantes dans le domaine des soins de santé pourrait être le consommateur. Imaginez à quel point vous pourriez devenir schizophrène après avoir lu l'un des nombreux journaux qui contiennent à la fois des articles en faveur des thérapies naturelles et des attaques cinglantes comme celle du Daily Mail de cette semaine. Mais là encore, nous risquons de mal juger le consommateur qui est bien connu pour sa capacité à voter avec ses pieds, sans se soucier des autres. Le consommateur, tout comme Robert Sandall et les millions de personnes dans le monde qui continuent à s'adonner aux thérapies complémentaires, fera en fin de compte les choix qui lui conviennent. La "survie du plus fort" pourrait expliquer pourquoi les attaques hostiles de la communauté médicale orthodoxe, des médias et des régulateurs trop zélés n'ont pas entamé l'augmentation constante de la popularité de la médecine alternative.

Bien que nous vivions dans une ère technocratique où nous avons confié une grande partie des décisions aux spécialistes, il s'agit peut-être d'un domaine où la puissance de l'individu va régner. Peut-être que la désillusion que beaucoup ressentent à l'égard des soins de santé basés sur la pharmacie commence à se faire sentir. Peut-être les diktats des blouses blanches seront-ils annulés par l'instinct de survie toujours puissant et par notre besoin de rester en contact avec la nature, dont nous sommes issus.

FIN DE LA CITATION

Ailleurs, Robert Verkerk m'a même qualifié de "maître de la médecine fondée sur les preuves" et a déclaré que le professeur Ernst et ses collègues semblent évaluer la "mauvaise" variable. Comme Ernst l'a admis lui-même, son équipe se concentre sur l'exploration d'une seule des variables, "l'effet thérapeutique spécifique" (figures 1 et 2). Il est toutefois évident que le résultat qui a le plus d'importance pour les soins de santé est l'effet combiné de toutes les variables, appelé par Ernst "effet total" (Fig. 1). Ernst ne semble pas reconnaître que la somme de ces effets peut être très différente entre les situations expérimentales et non expérimentales.

Pour ajouter l'insulte à l'injure, l'autre grand faux pas apparent d'Ernst concerne son interprétation, ou sa mauvaise interprétation, des résultats. Ces problèmes fondamentaux se retrouvent dans un nombre très important de travaux du professeur Ernst, en particulier ceux qui ont été le plus largement diffusés parce qu'ils sont si antagonistes à l'égard des cultures de guérison qui, dans de nombreux cas, ont existé et évolué pendant des milliers d'années.

Par exemple, un récent "examen systématique" de la phytothérapie individualisée entrepris par Ernst et ses collègues a commencé par 1345 études évaluées par des pairs. Cependant, toutes les études (ECR) sauf trois (0,2 %) ont été rejetées. Ces trois ECR portaient chacun sur des types très spécifiques de traitement par les plantes, ciblant des patients souffrant respectivement de SCI, d'arthrose du genou et de cancer, ce dernier étant également soumis à une chimiothérapie. Les conclusions de l'étude, qui ont alimenté les médias négatifs dans le monde entier, allaient de manière déconcertante bien au-delà de la portée de l'étude ou de ses résultats. En voici un extrait : "La phytothérapie individualisée, telle qu'elle est pratiquée dans l'herboristerie médicale européenne, la phytothérapie chinoise et la phytothérapie ayurvédique, dispose d'une base de données très limitée et il n'existe aucune preuve convaincante de son efficacité dans quelque indication que ce soit [nous soulignons]. En raison du risque élevé d'effets indésirables et d'interactions négatives entre les plantes et entre les plantes et les médicaments, cette absence de preuves d'efficacité signifie que son utilisation ne peut être recommandée (Postgrad Med J 2007 ; 83 : 633-637).

Robert Verkerk a récemment attiré à nouveau mon attention - en tant qu'auteur principal d'un long rapport publié en décembre 2018. Son "résumé exécutif" présente les points suivants, pertinents dans le contexte de ce blog (les chiffres dans son texte ont été ajoutés par moi et renvoient à mes commentaires ci-dessous) :

Ce document de synthèse propose un cadre universel, fondé sur les principes de l'écologie et de la durabilité, visant à permettre aux professionnels de santé qualifiés (1), quelles que soient leurs modalités (disciplines) respectives, de travailler en collaboration et avec la pleine participation du public dans les efforts visant à maintenir ou à régénérer la santé et le bien-être. Par conséquent, plutôt que de proposer des "solutions" pour le NHS, ce document propose une approche qui pourrait réduire de manière significative la charge de morbidité actuelle et croissante du NHS, qui devrait atteindre le point de crise compte tenu des niveaux actuels de la demande et du financement.
L'un des principaux facteurs à l'origine de l'augmentation incessante des coûts du NHS est sa dépendance excessive à l'égard des produits pharmaceutiques (2) pour traiter une série de troubles chroniques évitables. Ces troubles (3) sont le résultat - non pas d'une infection ou d'un traumatisme - mais plutôt de nos modes de vie du XXIe siècle, auxquels le corps humain n'est pas bien adapté. L'incapacité des approches pharmaceutiques à ralentir, et encore moins à inverser, le double fardeau de l'obésité et du diabète de type 2 signifie qu'un déploiement plus large d'approches multifactorielles efficaces est désespérément nécessaire (4).
Le NHS a été créé à une époque où les maladies infectieuses étaient les plus meurtrières (5). Ce n'est plus le cas, c'est pourquoi le NHS doit s'intégrer dans un système plus large qui facilite la régénération ou le maintien de la santé. Cet article décrit les principaux mécanismes qui sous-tendent ces maladies métaboliques chroniques, qui réclament une part de plus en plus importante du financement du NHS. Il identifie 12 domaines de la santé humaine, dont beaucoup sont régulièrement déséquilibrés par nos modes de vie contemporains. La manière la plus efficace de traiter les troubles liés au mode de vie consiste à apporter des changements appropriés au mode de vie, adaptés aux individus, à leurs besoins et à leur situation. De telles approches, si elles sont soutenues et guidées de manière appropriée, tendent à être beaucoup plus économiques et plus durables comme moyen de maintenir ou de rétablir la santé des gens (6).
Un système de santé durable, tel que proposé dans ce document de synthèse, est un système dans lequel l'individu devient beaucoup plus responsable du maintien de sa propre santé et où davantage d'efforts sont investis plus tôt dans la vie d'un individu, avant la manifestation en aval de maladies chroniques, dégénératives et évitables (7). Les professionnels de la santé devront fournir beaucoup plus d'éducation, de soutien et de conseils que ce qui est généralement disponible dans le NHS aujourd'hui (1), en s'appuyant, si nécessaire, sur une série de marqueurs et de techniques de diagnostic (8). Les choix et les comportements en matière d'alimentation et de mode de vie sains (9) sont plus efficaces lorsqu'ils sont transmis à un stade précoce, avant que les symptômes des maladies chroniques ne deviennent évidents et avant que des maladies ou des troubles supplémentaires (comorbidités) ne soient profondément ancrés.
Le moment de la publication du document de position coïncide non seulement avec une période où le NHS est en crise, mais aussi où le Royaume-Uni est en pleines négociations sur son extraction de l'Union européenne (UE). Le document identifie notamment les lois européennes incompatibles avec des systèmes de santé durables, que le Royaume-Uni ferait bien de rejeter lorsque le moment sera venu de réexaminer les lois britanniques après la mise en œuvre du Great Repeal Bill (10).
Ce document représente la première tentative complète d'appliquer les principes de durabilité à la gestion de la santé humaine dans le contexte de notre compréhension actuelle de la biologie et de l'écologie humaines, adaptée spécifiquement à la situation unique du Royaume-Uni. Il incarne des approches qui travaillent avec, plutôt que contre, la nature (11). Les principes de durabilité ont déjà été appliqués avec succès à d'autres secteurs tels que l'énergie, la construction et l'agriculture.
Il est désormais impératif que les divers intérêts et spécialités (12) impliqués dans la gestion de la santé humaine s'unissent. Nous devons aux générations futures de travailler ensemble de manière urgente, sérieuse et coopérative pour développer et évaluer de manière approfondie de nouvelles façons de gérer et de créer la santé dans notre société. Le présent plan directeur représente un effort de collaboration visant à donner à ce processus l'élan dont il a tant besoin.

Mes très brefs commentaires :

1. Je crains que cela ne soit destiné à inclure les praticiens de la SCAM qui ne sont ni qualifiés ni compétents pour s'attaquer à de telles tâches.
2. Les compléments alimentaires (fortement promus par l'ANH) ont soit des effets pharmacologiques, auquel cas ils doivent aussi être considérés comme des produits pharmaceutiques, soit ils sont inutiles, auquel cas nous ne devrions pas les promouvoir.
3. Je pense que "certains d'entre eux" serait plus correct.
4. Multifactoriels, oui, mais nous devons veiller à ce que les escroqueries inutiles ne soient pas introduites par la porte de derrière. Le charlatanisme ne doit pas être autorisé à devenir un "facteur".
5. Seulement, si nous excluons le cancer et l'artériosclérose, je pense.
6. Il a été démontré à maintes reprises que les adeptes du SCAM représentent un risque pour la santé publique.
7. Tout ce que nous savons sur la prévention des maladies provient de la médecine conventionnelle et rien de SCAM.
8. Informé par... ??? Je préférerais "fondé sur des preuves" (les preuves étant un terme que le rapport ne semble pas apprécier).
9. Tous les choix et comportements sains en matière d'alimentation et de mode de vie qui sont étayés par des preuves solides proviennent de la médecine conventionnelle et en font partie, pas de la SCAM.
10. Est-ce que je détecte la méchante odeur d'une attitude pro-Brexit ici ? Je me demande ce que l'ANH espère dans un Royaume-Uni post-Brexit.
11. La vieille rengaine de la médecine conventionnelle = contre-nature et de la SCAM = naturelle est réchauffée ici, il me semble. Des erreurs à profusion !
12. L'ANH aimerait probablement inclure quelques praticiens de la SCAM ici.

Vous pouvez dire que je suis méfiant, mais cette initiative de l'ANH me semble être un habile écran de fumée derrière lequel ils espèrent vendre leurs compléments alimentaires et leurs remèdes homéopathiques inutiles au public britannique sans méfiance. Est-ce que je me trompe ? [2]

Liens externes

Voir aussi

Cet article est partiellement ou en totalité issu d'un article du Wikipédia anglais

Références

  1. https://www.youtube.com/watch?v=nbu1vKyqLfU
  2. https://edzardernst.com/2019/02/robert-verkerk-alliance-for-natural-health-at-his-finest/ Published Thursday 14 February 2019.