Weleda

De Psiram

Weleda (ou plus exactement Weleda AG) est une entreprise pharmaceutique d'envergure mondiale, spécialisée dans les remèdes anthroposophiques et les produits de soins corporels, qui est étroitement liée au concept ésotérique de l'anthroposophie. Le siège de l'entreprise se trouve à Arlesheim (Suisse).

Weleda AG est une société anonyme de droit suisse. Le groupe Weleda est géré par la direction du groupe Weleda (WGL). Elle est responsable de la mise en œuvre de la stratégie de l'entreprise au niveau international. Le 1er juin 2008, Patrick Sirdey a pris la présidence de WGL jusqu'à la fin de son mandat en 2012. Il est également membre des comités de direction en Suisse, en Allemagne et en France.

La Allgemeine Anthroposophische Gesellschaft (AAG) et la Ita-Wegmann Klinik détiennent chacune 40% du capital et environ 80% des voix. Les actions nominatives restantes et les bons de participation sans droit de vote sont en free float. Seuls les membres d'AAG ont droit à l'inscription au registre des actions.

La plus grande partie de la gamme de produits pharmaceutiques et cosmétiques naturels est produite dans les usines de ces trois pays. En outre, Weleda possède des succursales dans plus de 15 autres pays qui, avec les trois sociétés principales, emploient au total plus de 1 700 personnes. En 2007, le chiffre d'affaires s'est élevé à 361 millions de francs suisses. En 2010, le chiffre d'affaires s'est élevé à CHF 385.3 millions avec une perte simultanée de CHF 4.7 millions. En 2011, les pertes ont atteint CHF 10 millions avec un chiffre d'affaires de CHF 380 millions.

Depuis 1976, les collaborateurs de Weleda militent pour la médecine anthroposophique auprès de la Commission allemande des médicaments homéopathiques (Deutsche Homöopathische Arzneimittel-Kommission) sur les monographies de pharmacopée de la Pharmacopée homéopathique (HAB).

Weleda AG est issue de l'International Laboratories & Clinical-Therapeutic Institute Arlesheim AG fondé en 1922 avec la participation de la Futurum AG – ökonomische Gesellschaft zur Förderung wirtschaftlicher und geistiger Werte (Dornach). Six ans plus tard, le nom Weleda était protégé par le droit des marques. Le nom de Weleda remonte à la Veleda germanique.

Avec d'autres entreprises pharmaceutiques, Weleda AG parraine actuellement (2012) le projet de lobby CAM-Media-Watch, financé à hauteur de 43 000 euros par an et contrôlé principalement par Claus Fritzsche [1]. Après que les pages Facebook de Weleda sur Facebook aient critiqué CAM-Media-Watch en juillet 2012, le porte-parole de Weleda, Theo Stepp, a indiqué que l'entreprise souhaitait se séparer du blog. [2] [3]

Origine du nom Weleda

Le nom "WELEDA" est celui d’une personnalité historique de la tribu germanique des Bructères........ Weleda était une prêtresse douée dans l’art de guérir, qui jouissait d’une vaste renommée. Le nom "WELEDA" ("Velleda" dans l’Antiquité) est d’origine celte et signifie "voyante" ou "prophétesse".[4]

Gamme de produits

Weleda AG fabrique environ 1400 remèdes anthroposophiques. Il s'agit de nombreuses préparations homéopathiques, mais aussi des dites compositions fabriquées à partir de substances végétales, animales et minérales. Pour la thérapie anthroposophique au gui, est également produit le remède anticancéreux Iscador.

En tant que deuxième secteur d'activité, l'entreprise produit et vend une centaine de produits de soins corporels.

"Crème de protection contre le gel naturopathique" de Weleda pour des expériences dans le camp de concentration de Dachau

Dans les années 1980, la société a été critiquée, car il était devenu notoire que Weleda avait fourni, à l'époque du national socialisme, au médecin de camp de concentration et protégé de Himmler, Sigmund Rascher, une Naturheilkundliche Frostschutzcreme (crème de protection contre le gel naturopathique). Rascher a utilisé la crème Weleda dans le cadre d'expériences d'hypothermie sur des prisonniers dans le camp de concentration de Dachau.

Franz Lippert, ancien responsable de la culture des plantes médicinales chez Weleda AG à Schwäbisch Gmünd, était responsable de la plante médicinale des SS du camp de concentration de Dachau. Lippert avait quitté ses fonctions chez Weleda AG à l'automne 1940 et, en septembre 1941, il avait pris ses fonctions à Dachau, où il était resté jusqu'en mars 1945. Une procédure engagée à l'encontre de Lippert après la fin de la guerre a été abandonnée.

Littérature

  • Uwe Werner: Anthroposophen in der Zeit des Nationalsozialismus: (1933–1945), München 1999, ISBN 3-486-56362-9
  • Ernst Klee: Auschwitz, die NS-Medizin und ihre Opfer, Frankfurt am Main 1997 – vgl. dazu die Rezension von Götz Aly: In der Geisterbahn des Fortschritts, in: Berliner Zeitung vom 6. September 1997, online abrufbar über das Textarchiv der Berliner Zeitung.

Liens externes

Références

  1. https://www.psiram.com/de/index.php/Claus_Fritzsche
  2. Zitat Facebook/Weleda: „Aufgrund der Debatte um das Blog CAM Media werden wir noch mehr als bisher auf Transparenz setzen, damit künftig keine Missverständnisse entstehen. Eine klare Trennung von Anzeigen und Redaktion ist uns wichtig. Wir sind am echten Austausch und Feedback interessiert. Das bisherige Blogsponsoring werden wir in diesem Falle sofort stoppen. Theo Stepp, Pressesprecher Weleda AG Deutschland“
    Citation de Facebook/Weleda : "En raison du débat sur le blog du CAM Media, nous nous concentrerons encore plus qu'avant sur la transparence afin qu'aucun malentendu ne surgisse à l'avenir. Une séparation claire entre la publicité et l'éditorial est importante pour nous. Nous sommes intéressés par des échanges et des retours d'expérience réels. Dans ce cas, nous mettrons immédiatement fin au parrainage du blog précédent. Theo Stepp, porte-parole de presse de Weleda AG Allemagne"
  3. http://dieausrufer.wordpress.com/2012/07/09/weleda-und-die-weisheit-der-menschen/ (Weleda et la sagesse des hommes)
  4. http://www.info-sectes.org/sante/weleda.htm