Roberto Fradera

De Psiram

Roberto Fradera, kinésithérapeute et ostéopathe, s'est également formé à la kinésiologie, à la thérapie cranio-fasciale, aux concepts du Dr Hamer (1989) et à la biologie totale des êtres vivants avec le Dr Claude Sabbah (promotion 1998). Il est l’un des cofondateurs, en Belgique, de l’association "Pour Aller Plus loin", dont l’un des objectifs est de diffuser l’enseignement de la biologie totale de manière correcte et juste, dans le respect du concepteur de cette approche"[1]

Les formateurs de l'association "Pour Aller Plus Loin"

Les cours de formation à la Biologie Totale étaient animés pendant les années 2010 à 2014 [2] par:

  • Anicée FRADERA : Licenciée en Psychologie clinique – formée à la Biologie Totale par Claude Sabbah (promotion 2001).
  • Roberto FRADERA : Gradué (IPK) – Licencié en Kinésithérapie (ULB) – Agrégé E.S.S ( ULB) – Ostéopathe diplômé (Europ. Sch. of osteop) – formé à la Kinésiologie Appliquée (ICAK) ; au concept cranio-fascial de P. Hammond; au concept du Dr. Hamer (1989); à la Biologie Totale par Claude Sabbah (promotion 1998) – conférencier.
  • Didier FRERE : Diplômé en communication – en Comportementalisme – Conseiller en Harmonie Vitale par la Sophrologie caîcédienne – formé à la Kinésiologie; à la Biologie Totale par Claude Sabbah (promotion 2002) – conférencier.
  • Alain LECHAT : Licencié en Education Physique (UCL-1982) – Licencié en Kinésithérapie (UCL-1986) – Agrégé E.S.S (UCL) – formé en Magnothérapie [3]; en Géobiologie par W. Kunnen; en Electrospectrographie ; au concept du Dr. Hamer (1989) ; à la Biologie Totale par Claude Sabbah (promotion 1995).

Liens externes

  • http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Depliant_Biologie_totale_dec2012_2.pdf
    Biologie totale

    L’objectif de cette fiche est de vous éclairer sur le contenu, les limites voire les dangers de cette pratique.

    En quoi consiste la « biologie totale » ?

    La biologie totale repose sur une hypothèse qui explique le processus de formation des maladies : les maladies seraient causées par un conflit psychologique qui toucherait une zone précise du cerveau et l’organe relié à cette zone selon le principe de la « programmation biologique ».
    La technique utilisée se nomme la « déprogrammation biologique ». Elle requiert la participation active du patient qui doit relater son histoire et tous les événements de son existence vécus comme négatifs, puis résoudre les conflits identifiés comme étant à l’origine de la pathologie.

    Dans quelles situations la biologie totale peut-elle vous être proposée ?

    La biologie totale est une méthode dont les promoteurs estiment qu’elle est en mesure de traiter toutes les affections, elle ne s’adresse pas à une pathologie en particulier. Elle est souvent proposée dans des pathologies graves telles que les cancers, la sclérose en plaques, l’hypothyroïdie, le syndrome de Gilles de la Tourette ou dans des situations telles que l’obésité, les fibromyalgies, etc.

    Cette pratique est-elle validée scientifiquement ?

    La biologie totale propose une théorie explicative des maladies humaines qui n’est pas en accord avec les données actuelles de la science.
    Il n’existe, actuellement, aucune validation scientifique de ces méthodes quant à leur efficacité et leur sécurité. Il n’existe pas non plus d’étude rigoureuse* visant à prouver le mode d’action, à garantir la sécurité ou à prouver l’efficacité de la biologie totale.
    Les présupposés théoriques peu crédibles de cette forme de soins font cependant craindre qu’elle soit inefficace voire dangereuse.

    Quels sont les risques ?

    Il n’existe pas d’étude sur les effets indésirables de la biologie totale, mais cela ne signifie pas qu’il n’y en ait pas.
    Le risque essentiel est d’écarter les patients présentant des pathologies graves des traitements dont l’efficacité a été démontrée ce qui peut entraîner une perte de chance ou un risque vital pour ces patients.

    En conclusion

    La biologie totale repose sur la théorie qu’un être humain malade peut guérir de nombreuses maladies graves par la pensée. Cette théorie n’est pas validée par les données actuelles de la science. La biologie totale est enseignée en dehors des apprentissages officiels de la médecine et des professions paramédicales.
    De plus, l’absence de preuves scientifiques sur la sécurité et l’efficacité de cette technique doit inciter les patients à la prudence et ne pas conduire à l’abandon des traitements conventionnels.
    Si cette pratique vous est proposée pour le traitement d’une affection ou d’une maladie, vous pouvez, si le professionnel est un médecin, vous adresser au conseil départemental de l’ordre des médecins du département dans lequel il exerce. Si le professionnel n’est pas un médecin, vous pouvez porter plainte pour exercice illégal de la médecine.

    Cette fiche a été réalisée à partir du rapport de l’Inserm sur l’évaluation de l’efficacité de la pratique de la biologie totale des êtres vivants et de la déprogrammation biologique. Ce rapport est consultable à l’adresse suivante : www.u669.idf.inserm.fr.

Voir aussi

Pour Aller Plus Loin

Références

  1. http://www.lessymboles.com/wp-content/uploads/2014/03/neosante31-copie.pdf Page 22 du N° 31 de février 2014 du journal Néosanté se trouve l'article "Être au chômage Un choix ou un programme ?" de Roberto Fradera faisant partie du "Cahier Décodages" a propos duquel il est précisé que " Les auteurs de ce cahier sont tous formés à la médecine nouvelle, à la biologie totale ou au décodage biologique des maladies."
  2. http://www.pourallerplusloin.be/wp-content/uploads/2011/09/Plaquette.pdf
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Magn%C3%A9toth%C3%A9rapie
cet article est une ébauche