Mesmérisme

De Psiram
Mesmérisme
Franz Anton Mesmer

Le Mesmérisme est une forme de thérapie par champs magnétiques dans laquelle sont utilisés à des fins thérapeutique des champs magnétiques statiques créés au moyen d'aimants permanents. De temps en temps, le terme de magnétothérapieest également utilisé dans ce but pseudo-médical dans lequel on parle de "magnétisme animal" [1]. Le nom du traitement remonte au médecin allemand Franz Anton Mesmer, longtemps actif en France et convaincu de l'existence d'un fluide magnétique universel, un concept dont la validité n'a jamais été prouvée scientifiquement. Mesmer introduisit l'expression allemande animalischen Magnetismus en 1773, d'où la désignation française "magnétisme animal". Dans le processus classique de mesmérisation, ont également été utilisées par Mesmer des décharges électriques provenant de charges électriques stockées dans des bouteilles de Leyde. [2]

Les utilisations historiques du magnétisme animal (du 18ème au 19ème siècle) sont à attribuer, d'un point de vue moderne, à l'hypnose et à la suggestion. Aucun effet réel de quelque nature que ce soit de faibles champs magnétiques sur le corps humain n'est prouvé. Par conséquent, de possibles effets curatifs ne peuvent pas être obtenus au moyen de faibles champs magnétiques.

Mesmer avait une prétention scientifique qui n'a cependant aboutit à aucun résultat scientifique et reste donc vaine. [3] Mais du point de vue actuel, Mesmer devient l'archétype du charlatan [4] et selon l'encyclopédie "Le petit Larousse" de 2000, le magnétisme animal devient l'archétype d'une pseudo-science. [5].

Déjà du vivant de Mesmer, Mesmer et son magnétisme animal mesmérien qui a été publiquement présenté en public lors de séances de groupe a rencontré des critiques en médecine. Ce fut particulièrement le cas en France, où la méthode fut rejetée par la faculté de médecine de l'Université de la Sorbonne (Paris) en 1784. Néanmoins, divers adeptes du Mesmérisme continuent à pratiquer la méthode dans diverses manifestations.

Franz Anton Mesmer

Aux XVIIIe et XIXe siècles, dans le conglomérat des théories explicatives contradictoires et non prouvées de la perception de la réalité médicale s'est établi le magnétisme animal du médecin souabe Franz Anton Mesmer (né le 23 mai 1734 à Iznang, décédé le 5 mars 1815 à Meersburg).

Mesmer, adepte de l'Aufklärung allemand (un mouvement contemporain et un peu similaire à l'« âge des Lumières » français), obtint son doctorat en 1766 à Vienne, où il lui fut confirmé une "excellente érudition et connaissance de la pharmacologie".

Sa thèse de doctorat "De influxa planetarum" - L'influence des planètes sur la santé humaine - serait considérée comme astrologique du point de vue actuel, mais est basée, d'une part, sur les lois de la gravité de Newton ainsi que sur l'idée de Descartes de l'éther omniprésent, et, d'autre part, sur le fait que la physique ne fait pas encore la différence entre les différentes forces telles que la gravité, le magnétisme, l'électricité et autres forces hypothétiques comme une vis vitalis (force vitale [6]) essentielle au maintien de la vie.

Comme la majorité du monde savant de son époque, Mesmer était convaincu qu'il devait y avoir un principe naturel, une vis, une force qui non seulement agirait dans le cosmos, c'est-à-dire qui maintenait les planètes sur leur orbite, mais qui régirait également l'équilibre physiologique de l'homme.

Il croyait maintenant avoir trouvé cette force et écrivait dans sa thèse : "Elle augmente, diminue et perturbe la cohésion, la mobilité, l'irritabilité, le magnétisme et l'électricité dans les plus petites particules des composants solides et liquides de notre machine, et de ce point de vue, on pourrait aussi l'appeler, à juste titre, «Gravitas animalis» (gravité animée). Plus tard, Hahnemann et surtout ses élèves devaient développer des idées similaires.

Sur la suggestion de son ami l'astronome Maximilien Hell, Mesmer croyait avoir trouvé la gravitas animalis définie dans sa thèse de doctorat dans les forces de l'aimant. Hell lui-même avait fabriqué des aimants et traité une connaissance souffrant de crampes d'estomac avec un certain succès. Il recommanda donc cette thérapie à Mesmer.

Mesmer pensait maintenant que le corps aussi devait avoir nécessairement des propriétés magnétiques pour qu'il puisse vraiment y avoir une interaction entre corps et aimant. De manière logique, son propre corps lui-même dispose par conséquent de l'influence magnétique nécessaire, c'est pourquoi l'aimant devient superflu.

Le monde scientifique était hostile à ces méthodes. Mesmer a certes été admis à l'Académie bavaroise des sciences dans le cadre de la lutte contre la démonologie de Gaßner (le père Gaßner était connu pour ses activités exorcistes) dans laquelle il avait pris le parti des sciences contre le "Moyen Age", l'Académie de Berlin s'y est cependant opposé.

Mesmer croyait en une force régulatrice de l'énergie corporelle en tant que fluide cosmique enrichi qui se servait de certaines personnes comme médiateurs. Mesmer, par une manipulation indirecte et directe du corps du patient, a provoqué des crises de guérison qui mettaient le patient en transe ou en extase. A cette fin, il utilisait ce qu'on appelle des passes magnétiques sur le corps des patients, censées transférer la force de guérison du magnétiseur directement aux processus du corps perturbés, et [sur] les récipients en forme de baignoire magnétisés par lui et avec le contenu desquels les patients était reliés par des barres de fer.

Le baquet de Mesmer

Baquet de Mesmer Source: Musée d'Histoire de la médecine et de la Pharmacie de Lyon
Source [7]

En 1780, ayant en France plus de patients qu'il n'en peut traiter individuellement, Mesmer introduit la méthode de traitement collectif dite du « baquet ». [8]

La cuve en bois, dont le fond était garni de morceaux de fer magnétisables (d'autres sources mentionnent du verre pilé, du sable, du mâchefer, de la limaille avec de la sidérite), était remplie d'eau jusqu'au bord. Des tiges de fer courbées étaient insérées, au travers d'un couvercle avec des trous, pointées vers l'extérieur aux extrémités supérieures. Des cordes de soie étaient attachées aux barres de fer à l'intérieur des baquets. Il est souvent ignoré que Mesmer n'utilisait pas seulement des aimants permanents, mais a également exposé les patients à de faibles décharges électriques. À cette fin, dans sa cuve se trouvaient aussi des bouteilles dites de Leyde, des condensateurs pouvant stocker des charges électriques [2], lesquelles pouvaient ensuite être déchargées via des électrodes accessibles.

Mesmer magnétisait le contenu de la cuve en frottant de ses mains les tiges de fer, il était fermement convaincu que le fluide magnétique animal passerait de ses mains dans la cuve. Il demandait aux patients de positionner les extrémités des tiges de fer (on trouve aussi l'appelation cannes) qui dépassaient de la cuve sur les parties malades de leur corps ou d'enrouler les extrémités des cordes de soie humides autour de leurs bras ou de leurs jambes pour recevoir le magnétisme. De temps en temps, était formée une sorte de ronde dans laquelle les patients et le magnétiseur se prennaient par la main et s'unissent dans une séquence thérapeutique (Florey 1995).

Avec cette méthode, Mesmer obtint tout d'abord beaucoup de succès dans les cercles aristocratiques à Vienne, mais, en raison de protestations médicales contre sa méthode suggestive et hypnotique, blessé par ces attaques dans son pays, il installa à Paris en 1778. Là aussi, il réussit à obtenir rapidement la faveur de la cour royale et à rassembler autour de lui une clientèle enthousiaste et fortunée.

En 1784, Mesmer put fonder en France des sociétés dites d'"Harmonie Universelle" (la loge maçonnique de l'harmonie qui deviendra plus tard la Société de l'Harmonie Universelle) dans lesquelles étaient formés les adeptes de son enseignement. Ces sociétés manifestaient un caractère sectaire de la doctrine de Mesmer qui, en tant que doctrine secrète, ne laissait pas ses disciples quitter son cercle. Mesmer, cependant, a également fait l'objet de critiques à Paris. Cela ne l'a pas affecté, puisqu'il a pu acquérir une fortune considérable grâce à ses pratiques dans les milieux nobles. Lorsque Mesmer a fui Paris en 1789 en raison de la tourmente de la Révolution française, il a dû abandonner l'essentiel de ses richesses. Malgré des tentatives ultérieures en 1798 et 1801, il n'a pas été en mesure de récupérer son argent de Paris. Mesmer quitta Paris en 1803 et s’installa au bord du lac de Constance où, en 1814, il écrivit son essai le plus important Mesmerismus oder System der Wechselwirkungen, Theorie und Anwendung des thierischen Magnetismus auf die allgemeine Heilkunde zur Erhaltung des Menschen. Le 5 Mars 1815, Mesmer est mort à Meersburg am Bodensee. (Wolfgang Eckart 1998).

L'influence de Mesmer sur les courants ésotériques de son époque était considérable et se poursuit jusqu'à nos jours. Des spirites, des occultistes, des loges maçonniques et groupes similaires ont assimilé sa théorie. Mesmer était une personne résolument autocratique qui ignorait fondamentalement les faits opposés à sa théorie. Il lisait peu et, dans ses oeuvres, on trouve seulement huit livres (Florey 1995).

La technique de Mesmer a été perpétuée pendant des décennies parmi les médecins germanophones et francophones malgré le caractère controversé de sa théorie, et même aujourd'hui, elle a encore une place importante dans les domaines de la biorésonance et l'homéopathie.

Références bibliographiques

  • Eckart W (1988): Geschichte der Medizin. Thieme Verlag, Stuttgart, 12. Auflage
  • Florey E (1995): Ars Magnetica. Franz Anton Mesmer. 1734-1815. Magier vom Bodensee. Universitätsverlag, Konstanz
  • Schott HH (1985): Franz Anton Mesmer und die Geschichte des Mesmerismus. Franz Steiner Verlag Wiesbaden GmbH, Stuttgart

Liens externes

Article de Psiram dans d'autres langues

Références

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Magn%C3%A9tisme_animal
  2. 2,0 et 2,1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Bouteille_de_Leyde
  3. Wolfart, Karl Christian; Friedrich Anton Mesmer. Mesmerismus: Oder, System der Wechselwirkungen, Theorie und Anwendung des thierischen Magnetismus als die allgemeine Heilkunde zur Erhaltung des Menschen. Cambridge University Press, 2011
  4. Isabelle Stengers, L'hypnose, entre magie et science, 2002, S. 28
  5. Magnétisme animal: propriété occulte, Petit Larousse illustré, Montréal, 2000, S. 614
  6. https://fr.wikipedia.org/wiki/Force_vitale
  7. https://hypnose-clinique.ca/conference/hypnosis2018/
  8. https://fr.wikipedia.org/wiki/Franz-Anton_Mesmer
  9. http://www.ampere.cnrs.fr/parcourspedagogique/zoom/video/leyde/video/leyde.php