Ginkgo biloba

De Psiram
Branche d'un Ginkgo biloba femelle avec fruits
Culture

Le Ginkgo biloba ou Arbre aux 40 écus, est un arbre dont les fruits et les feuilles sont utilisés en naturopathie et en pseudo-médecine pour produire des remèdes utilisés pour traiter les troubles de la mémoire et de la concentration, les états dépressifs, les vertiges, les bourdonnements d'oreilles (acouphènes), les maux de tête, les troubles des fonctions cognitives (démence vasculaire), la claudication intermittente et les TDAH (troubles du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité).

Le Ginkgo biloba est le seul représentant récent d'un groupe de plantes à graines par ailleurs éteint et est donc aussi qualifié de "fossile vivant". Il est plus étroitement lié aux conifères qu'aux arbres à feuilles caduques. Les populations naturelles ne sont connues que dans les provinces de Chongqing et de Guizhou, dans le sud-ouest de la Chine.

Culture

Le Ginkgo utilisé à des fins médicinales est cultivé dans des plantations. En Allemagne, les zones de culture se trouvent par exemple dans la vallée du Rhin. Les produits en feuilles sont également importés de Chine, du Japon, de Corée et de France.

Bien que le ginkgo importé de Chine au XVIIe siècle puisse atteindre une très grande taille, le Ginkgo cultivé dans les plantations a la forme d'un buisson bas en raison d'une taille constante.

Ingrédients

Les principaux ingrédients de l'extrait sont des lactones terpéniques (ginkgolides A, B et C et bilobalide) et des flavonoïdes. Cependant, on ne sait toujours pas quelles sont les substances biologiquement actives et de quelle manière. Le principe de base de la phytothérapie s'applique donc ici, c'est l'ensemble des ingrédients qui est le principe actif. [1]

Utilisation dans la médecine traditionnelle chinoise

Dans la médecine traditionnelle chinoise (MTC), les graines de Ginkgo (Baiguo) sont utilisées à des fins thérapeutiques. Il s'agit de la graine mûre et séchée du Ginkgo biloba. Les graines sont récoltées en automne, l'enveloppe charnue extérieure de la graine est enlevée, la graine est lavée, brièvement cuite à la vapeur ou blanchie, puis séchée à l'air chaud.

Deux préparations différentes sont connues dans la MTC : le Baiguoren (ren = amande) est une préparation faite à partir de la graine écrasée, qui a été retirée de l'enveloppe et libérée de ses impuretés.

Le chao baiguoren est un produit fabriqué à partir de l'amande torréfiée et pelée, sans ajout d'additifs. Pour cela, le grain est grillé jusqu'à ce qu'une odeur aromatique s'en échappe. Ce produit est également broyé avant utilisation. Il est recommandé de prendre 4,5 à 9 grammes de ces préparations par jour. La préparation non traitée est toxique.

Utilisation en dehors de la MTC

En Europe, contrairement à la MTC, ce ne sont pas les fruits mais les feuilles (Ginkgo folium) du ginkgo qui sont utilisées. Les indications comprennent les troubles de la mémoire et de la concentration, les humeurs dépressives, les vertiges, les bourdonnements d'oreilles (acouphènes), les maux de tête, la démence vasculaire et la claudication intermittente. [2]

L'extrait de plante est pris en quantité de 120-240 mg en 2-3 doses uniques par jour.

De 2012 à janvier 2015, le comité des médicaments à base de plantes de l'Agence européenne des médicaments a procédé à une évaluation des preuves scientifiques et des publications existantes. Par conséquent, le Comité ne recommande pas son utilisation pour les maladies artérielles périphériques occlusives, les vertiges ou les acouphènes. La raison en est que les études menées dans les années 1980 et au début des années 1990 ne décrivaient pas de manière adéquate la population étudiée et que trop de diagnostics différents étaient enregistrés. Désormais, il faut également en tenir compte lors de l'approbation de nouvelles préparations. Dans le cas de préparations déjà approuvées, les recommandations d'application modifiées doivent être respectées dans le cadre de la formation et de la formation continue dans les professions de santé. Étant donné que le matériel scientifique disponible ne fournit pas de preuves suffisantes de l'efficacité, les risques éventuels doivent être pris en considération en vue d'une application ultérieure.

Études relatives à l'efficacité

La communauté médicale est divisée sur l'efficacité médicale des extraits de feuilles de Ginkgo biloba. Il existe un grand nombre d'études cliniques qui ont abouti à des résultats différents. Il n'est pas possible de les présenter en détail, faute de place ; toutefois, les examens en cours seront examinés.

La Cochrane Library, connue pour ses analyses de la littérature spécialisée, a publié en 2002 une évaluation positive des extraits de feuilles de Ginkgo biloba. En 2002, Birks et ses collaborateurs [3] ont recherché des documents contenant les mots Ginkgo, Tanakan et la combinaison spéciale d'ingrédients EGB 761. Les performances cognitives ont été améliorées avec le ginkgo (200 mg/jour) par rapport au placebo. Les activités de la vie quotidienne, c'est-à-dire l'activité des patients, étaient également nettement meilleures avec le Ginkgo qu'avec le placebo. L'humeur et le fonctionnement émotionnel étaient également mieux influencés par le Ginkgo que par le placebo. Les effets secondaires n'ont pas été plus fréquents qu'avec le placebo. Les auteurs estiment qu'il existe des indications encourageantes sur les effets positifs de l'extrait et que des études de grande qualité devraient être menées pour prouver son efficacité.

Canter et Ernst [4] sont également arrivés à la conclusion inverse en 2002, en étudiant neuf essais cliniques avec un extrait de Ginkgo biloba et en constatant que la fonction cognitive ne s'était pas améliorée. Ils étaient contre la classification du Ginkgo comme "drogue intelligente". Cependant, ils ont également demandé des études à long terme pour clarifier la preuve de l'efficacité.

Une étude Cochrane de 2013, après avoir examiné quatre essais impliquant 1543 personnes, a conclu que les extraits de Ginkgo biloba n'avaient aucun effet sur les acouphènes. [5] Une étude précédente publiée dans le British Medical Journal en 2001 est arrivée à cette conclusion. [6] Pendant 14 semaines, 354 patients souffrant d'acouphènes ont reçu du Ginkgo biloba (3 x 50 mg/jour avec une proportion de 25% de bioflavonoïdes, 3% de ginkgolides et 5% de bilobalides) ou un placebo. Le produit du fournisseur de ginkgo Lichtwer Pharma s'est finalement avéré aussi efficace qu'un placebo, c'est-à-dire qu'il n'a pu démontrer aucun effet indépendant.

Cependant, dans la recommandation officielle de thérapie pour la démence ou les troubles cérébraux (y compris la maladie d'Alzheimer), le Ginkgo est mentionné en Allemagne. La Commission des médicaments de l'Association médicale allemande a publié ces recommandations thérapeutiques pour la démence en décembre 2004. [7]

Cependant, une étude contrôlée sur la question des effets possibles du Ginkgo biloba a montré qu'aucun effet sur la démence ou la maladie d'Alzheimer n'a pu être prouvé. [8] Dans une autre étude, la "Ginkgo Evaluation of Memory Study", des chercheurs de l'Université de Pittsburgh, aux États-Unis, ont indiqué que la plante n'avait aucun effet sur la démence. Dans une autre partie de l'étude, les chercheurs ont maintenant évalué les effets possibles du ginkgo en termes de prévention des maladies cardiovasculaires. [9]

Dans l'ADHS, cependant, le Ginkgo biloba semble avoir un effet lorsqu'il est combiné avec le Ginseng.

Selon l'étude pilote de Lyon et al. [10], les enfants âgés de 3 à 17 ans souffrant de troubles de l'attention et d'hyperactivité (TDAH) ont été traités avec succès après quatre semaines de traitement. Ils avaient pris du Ginseng américain (Panax quinquefolium) à la dose de 200 mg par capsule + 50 mg de Ginkgo biloba deux fois par jour à jeun. Cinq des 36 enfants ont présenté des effets secondaires légers, dont deux cas directement attribuables au médicament à base de Ginseng.

Un produit analogue avait déjà été étudié un an plus tôt par Wesnes et al. [11] dans un essai randomisé en double aveugle sur 256 volontaires sains. Un schéma d'évaluation (Index de la qualité de la mémoire) a montré une amélioration des performances de la mémoire après douze semaines d'utilisation.

Parfois, on décrit des troubles gastriques, des maux de tête, des modifications de la peau et une légère augmentation de la tendance aux saignements. Le Ginkgo augmente l'effet des médicaments qui inhibent l'agrégation des plaquettes.

La prise d'extraits de Ginkgo biloba ne peut pas arrêter le déclin cognitif chez les personnes âgées. C'est le résultat d'un essai randomisé contre placebo publié dans JAMA en 2009. [12] Comme le rapportent Beth Snitz et ses collègues de l'Université de Pittsburgh, aucun effet positif de l'extrait n'a pu être trouvé ici - ni dans les tests globaux, ni dans les études spécifiques sur les performances de la mémoire, les capacités spatiales visuelles, la parole, l'attention et la vitesse psychomotrice ou dans les "fonctions exécutives" (performances de l'esprit). Les résultats sont conformes à l'évaluation précédente de la Collaboration Cochrane, qui n'a pas été en mesure de confirmer que les extraits de Ginkgo biloba ont un effet prouvé contre la démence.

Liens externes

  • https://www.revmed.ch/RMS/2011/RMS-318/Rien-ne-va-plus-avec-le-Ginkgo-biloba Rien ne va plus avec le Ginkgo biloba. Jean-Yves Nau. Rev Med Suisse 2011; volume 7. 2316-2317
    C’était il y aura bientôt deux ans. Nous annoncions alors que les produits pharmaceutiques à base de Ginkgo biloba étaient «sans effet sur la mémoire» (Rev Med Suisse 2010; 6:158-9). Telle était du moins alors la conclusion, résumée à l’extrême, d’une publication du Journal of the American Medical Association (JAMA)1 daté du 23/30 décembre 2009. Une première conclusion dans ce domaine avait été fournie l’année précédente avec la publication (dans le JAMA, déjà) d’une étude financée par le National center for complementary and alternative medicine et le National institute on aging.2 Ce travail randomisé contre placebo portait sur 3069 personnes et avait duré six ans. Conclusion, là encore : démonstration de l’absence totale d’effet sur l’évolution de la maladie d’Alzheimer en particulier, de la démence en général.

    Fin 2009, l’étude du JAMA prolongeait et élargissait les conclusions de la précédente : la simple prévention des troubles de la mémoire, une indication qui correspond à une large part de la consommation internationale. «Des extraits de Ginkgo biloba sont largement commercialisés et utilisés avec l’espoir d’améliorer, de prévenir ou de retarder des troubles cognitifs associés au vieillissement et aux maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer, écrivaient les auteurs de ce travail. Aux Etats-Unis et en Europe, Ginkgo biloba est peut-être le plus utilisé des traitements par les plantes pour empêcher ce phénomène.»

    Fin 2011 : une nouvelle étape est franchie avec la toute récente décision de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Cette dernière va très prochainement informer l’ensemble des médecins français de sa décision concernant tous les médicaments fabriqués à partir du Ginkgo biloba, médicaments toujours pris en charge par la collectivité à hauteur de 15%. La Commission d’autorisation de mise sur le marché de l’Afssaps estime désormais disposer de preuves lui permettant de conclure que le rapport «bénéfice/risque» de ces spécialités est, tout bien pesé, «défavorable».
    [..].

  • https://www.cochrane.org/fr/CD006888/PVD_lextrait-de-ginkgo-biloba-pour-les-personnes-souffrant-de-douleurs-dans-les-jambes-lors-de-la-marche L'extrait de Ginkgo biloba pour les personnes souffrant de douleurs dans les jambes lors de la marche (claudication intermittente). Publié le 13 juin 2013.
    Le principal symptôme de la maladie artérielle périphérique (MAP) est une douleur dans un mollet ou les deux lors de la marche. Typiquement, cette douleur survient pendant la marche et est soulagée par une courte période de repos. Ce phénomène clinique est appelé claudication intermittente (CI). La maladie artérielle périphérique est provoquée par un rétrécissement progressif des artères dans un ou deux jambes et est une manifestation de l'athérosclérose systémique pouvant conduire à des événements cardiovasculaires. Le traitement conservateur consiste en un traitement contre les facteurs de risque cardiovasculaires et le soulagement symptomatique par un traitement à base d'exercices et de traitements pharmacologiques. L'une des options pharmacothérapeutiques est l'extrait de Ginkgo biloba, qui est dérivé des feuilles du Ginkgo biloba et a été utilisé en médecine traditionnelle chinoise depuis des siècles. Cest un agent vasoactif ayant un effet positif sur la capacité de marche chez les patients atteints d'une MAP. Cette revue montre que les personnes utilisant du Ginkgo biloba pouvaient marcher 64,5 mètres de plus, ce qui était une différence non significative par rapport au groupe du placebo. Globalement, il n'existe aucune preuve indiquant que le Ginkgo biloba présente un bénéfice cliniquement significatif pour les patients atteints d'une MAP.

    Conclusions des auteurs:
    Globalement, il n'existe aucune preuve indiquant que le Ginkgo biloba présente un bénéfice cliniquement significatif pour les patients atteints d'une maladie artérielle périphérique.

  • cp_afssaps_03112011_reevaluation_du_rapport_benefice_risque_de_ginkgo_biloba.pdf (document publié le 4 novembre 2011 par l'AFSSAPS, ancien nom de l'ANSM : Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé)
    [...]
    Réévaluation du rapport bénéfice / risque de Tanakan®, Tramisal®, Vitalogink®, Ginkogink®,Ginkgo Biogaran®, Ginkmongo®

    Les médicaments Tanakan®, Tramisal®, Vitalogink®, Ginkogink®, Ginkgo Biogaran®, Ginkmongo®, contenant des extraits de Ginkgo biloba, appartiennent à la classe des vasodilatateurs périphériques.
    Ils sont aujourd’hui autorisés dans :
    - le traitement d'appoint à visée symptomatique du déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé (à l'exclusion de la maladie d'Alzheimer et des autres démences) ;
    - le traitement symptomatique de la claudication intermittente des artériopathies chroniques oblitérantes des membres inférieurs (au stade 2) ;
    - le traitement d'appoint des baisses d'acuité et troubles du champ visuel présumés d'origine vasculaire ;
    - le traitement d'appoint des baisses d'acuité auditive et de certains syndromes vertigineux et/ou acouphènes présumés d'origine vasculaire ;
    - l’amélioration du phénomène de Raynaud.

    La première autorisation de mise sur le marché date de 1974. Toutefois, des nouvelles demandes d’AMM ont encore été déposées en 2011.
    L’Afssaps a procédé à une réévaluation des indications de ces médicaments en ophtalmologie, ORL, cardiologie et neurologie. Leur efficacité a été jugée insuffisante dans toutes les indications.
    [note de Psiram.com : dans le document, la phrase "Leur efficacité a été jugée insuffisante dans toutes les indications." est soulignée]

    L'analyse des données de sécurité a confirmé le profil de sécurité d'emploi déjà connu pour ces médicaments, à savoir des effets indésirables majoritairement non graves et de type digestifs et cutanés.
    Dans le cadre de cette réévaluation, l’avis de la Commission d’AMM du 3 novembre 2011 a été sollicité. Après examen des données d’efficacité et de sécurité d’emploi, la Commission d’AMM a conclu que le rapport bénéfice / risque de ces médicaments était défavorable.
    [note de Psiram.com : Dans le document, la phrase "la Commission d’AMM a conclu que le rapport bénéfice / risque de ces médicaments était défavorable." est ici à la fois en gras et souligné]
    L’Afssaps va adresser dans quelques jours une information aux professionnels de santé pour leur faire part de cet avis et leur demander de revoir de façon individuelle, lors d’une prochaine consultation et sans urgence, le rapport bénéfice/risque de ces médicaments en tenant compte du fait que leur efficacité a été jugée insuffisante dans toutes leurs indications.

  • https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000029254516&categorieLien=id Arrêté du 24 juin 2014 établissant la liste des plantes, autres que les champignons, autorisées dans les compléments alimentaires et les conditions de leur emploi.
    On trouve dans cette liste le "Ginkgo Biloba L" avec les précisions suivantes
    Famille : Ginkgoaceae
    Nom vernaculaire : Ginkgo, Arbre des pagodes, Arbre aux quarante écus
    Parties utilisées: feuille, graine grillée
    Substances à surveiller : acide ginkgolique, lactones terpéniques, glycosides de flavonols
    Restrictions : L'étiquetage des compléments alimentaires qui contiennent la feuille de la plante Ginkgo biloba L. doit comporter un avertissement avec la teneur suivante: "Consultez votre médecin en cas de prise simultanée d'anticoagulants."

Article de Psiram dans d'autres langues

Références

  1. http://www.pei.de/SharedDocs/Downloads/vigilanz/bulletin-zur-arzneimittelsicherheit/2016/4-2016.pdf?__blob=publicationFile&v=3 Inhaltsstoffe (Ingrédients)
  2. Wichtl M: Teedrogen und Phytopharmaka. Wiss. Verlagsgesellschaft Stuttgart, 3. Aufl. 1997 (allemand)
  3. Birks J, Grimley EJ, Van Dongen M: Ginkgo biloba for cognitive impairment and dementia (Cochrane Review). http://www.cochrane.org/cochrane/revabstr/ab003120.htm, Issue 4, 2002
  4. Canter PH, Ernst E: Ginkgo biloba: a smart drug? A systemativ review of controlled trials of the cognitive effects of ginkgo biloba extracts in healthy people. Psychopharmacol Bull, 36, 108-123, 2002
  5. Hilton MP, Zimmermann EF, Hunt WT. Ginkgo biloba for tinnitus. Cochrane Database Syst Rev. 2013 März 28;(3) doi: 10.1002/14651858.CD003852.pub3.
  6. Drew S, Davies E: Effectiveness of Ginkgo biloba in treating tinnitus: double blind, placebo controlled trial. Br Med J, 322, 1-6, 2001
  7. Empfehlungen zur Therapie der Demenz - Kurzversion Arzneimittelkommission der deutschen Ärzteschaft, Arzneiverordnung in der Praxis, Band 31, Sonderheft 4, Dezember 2004
  8. DeKosky ST et al: Ginkgo biloba for Prevention of Dementia JAMA. 2008;300(19):2253-2262
  9. http://www.springermedizin.at/fachbereiche-a-z/i-o/innere-medizin/angiologie/?full=14451
  10. Lyon MR, Cline JC, Totosy de Zepetnek J, Shan JJ, Pang P, Benishin C: Effect of the herbal extract combination Panax quinquefolium and Ginkgo biloba on attention-deficit hyperactivity disorder: a pilot study. J Psychiatry Neurosci, 26, 221-228, 2001
  11. Wesnes KA, Ward T, McGinty A, Petrini: The memory enhancing effects of a Ginkgo biloba/Panax ginseng combination in healthy middle-aged volunteers. Psychopharmacology (Berl), 152, 353-361, 2000
  12. Snitz BE et al: Ginkgo biloba for preventing cognitive decline in older adults: a randomized trial.JAMA 2009;302(24):2663-2670