Aromathérapie : Différence entre versions

De Psiram
 
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
Les activités antibactériennes et anti-infectieuses des huiles essentielles sont connues. En cas de rhume, on peut toujours se frictionner avec un peu de Vicks, un mélange de camphre, de menthol et d’huile d’eucalyptus et se transformer soi-même en aromathérapeute. Malheureusement, quand on jette un coup d’œil à tout ce que les aromathérapeutes ou [[naturopathie|naturopathes]] racontent sur leur pratique, on doit conclure que l’aromathérapie demeure avant tout une thérapie de médecine parallèle [[pseudo-science|pseudo-scientifique]], un ensemble de [[Système de croyance|croyances]] folkloriques, d’essais et d’erreurs, d’anecdotes, de témoignages, de [[New Age|Nouvel Âge]] et d’imagination. Le moins qu’on puisse dire, c’est que lorsqu’il s’agit de faire preuve de réalisme, les aromathérapeutes manquent de flair.<ref>http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/aroma.html</ref><ref>http://www.charlatans.info/aroma.shtml</ref>
 
Les activités antibactériennes et anti-infectieuses des huiles essentielles sont connues. En cas de rhume, on peut toujours se frictionner avec un peu de Vicks, un mélange de camphre, de menthol et d’huile d’eucalyptus et se transformer soi-même en aromathérapeute. Malheureusement, quand on jette un coup d’œil à tout ce que les aromathérapeutes ou [[naturopathie|naturopathes]] racontent sur leur pratique, on doit conclure que l’aromathérapie demeure avant tout une thérapie de médecine parallèle [[pseudo-science|pseudo-scientifique]], un ensemble de [[Système de croyance|croyances]] folkloriques, d’essais et d’erreurs, d’anecdotes, de témoignages, de [[New Age|Nouvel Âge]] et d’imagination. Le moins qu’on puisse dire, c’est que lorsqu’il s’agit de faire preuve de réalisme, les aromathérapeutes manquent de flair.<ref>http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/aroma.html</ref><ref>http://www.charlatans.info/aroma.shtml</ref>
  
Par exemple, la plaquette publicitaire d'une aromathérapie proposée sous le nom de "psycho-aromatologie-réflexe" par [[Dominique Delaporte]] [[naturopathie|naturopathe]] [[iridologie|iridoloque]]<ref>[[media:Plaquette_E.KI.LIBRE.pdf|Plaquette publicitaire de la psycho-aromatologie-réflexe destinée aux thérapeutes]]</ref> est à classer résolument dans le domaine des [[médecine alternative|thérapies alternatives]] et des croyances folkloriques.<ref>https://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/aromether.php L'arômethérapie: ça sent drôle! Stephen Barrett, M.D.</ref>
+
Par exemple, la plaquette publicitaire d'une aromathérapie proposée sous le nom de "psycho-aromatologie-réflexe" par [[Dominique Delaporte]] [[naturopathie|naturopathe]] [[iridologie|iridoloque]]<ref>[[media:Méthode-EKILIBRE.pdf|Plaquette publicitaire de la psycho-aromatologie-réflexe destinée aux thérapeutes]]</ref> est à classer résolument dans le domaine des [[médecine alternative|thérapies alternatives]] et des croyances folkloriques.<ref>https://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/aromether.php L'arômethérapie: ça sent drôle! Stephen Barrett, M.D.</ref>
  
 
== Études scientifiques ==
 
== Études scientifiques ==

Version actuelle en date du 9 juin 2019 à 11:34

L'Aromathérapie est une thérapie pseudo-médicale par les odeurs dans laquelle divers parfums, en particulier les huiles essentielles, sont utilisés pour guérir, soulager ou prévenir les maladies, infections ou malaises, les substances correspondantes devant être exclusivement inhalées. L'aromathérapie remonte au chimiste français René Maurice Gattefossé (1881-1950)[1], qui a introduit ce terme dans les années 1920. Il croyait que certaines huiles essentielles avaient un effet antiseptique et pouvaient pénétrer à travers la peau. Elle est une branche de la phytothérapie.

Les activités antibactériennes et anti-infectieuses des huiles essentielles sont connues. En cas de rhume, on peut toujours se frictionner avec un peu de Vicks, un mélange de camphre, de menthol et d’huile d’eucalyptus et se transformer soi-même en aromathérapeute. Malheureusement, quand on jette un coup d’œil à tout ce que les aromathérapeutes ou naturopathes racontent sur leur pratique, on doit conclure que l’aromathérapie demeure avant tout une thérapie de médecine parallèle pseudo-scientifique, un ensemble de croyances folkloriques, d’essais et d’erreurs, d’anecdotes, de témoignages, de Nouvel Âge et d’imagination. Le moins qu’on puisse dire, c’est que lorsqu’il s’agit de faire preuve de réalisme, les aromathérapeutes manquent de flair.[2][3]

Par exemple, la plaquette publicitaire d'une aromathérapie proposée sous le nom de "psycho-aromatologie-réflexe" par Dominique Delaporte naturopathe iridoloque[4] est à classer résolument dans le domaine des thérapies alternatives et des croyances folkloriques.[5]

Études scientifiques

Adverse effects of aromatherapy: a systematic review of case reports and case series[6]

En janvier 2012, a été publiée par Posadzki P (Paul Posadzki), Alotaibi A, Ernst E (Edzard Ernst[7]) une étude "Effets indésirables de l'aromathérapie: un examen systématique des rapports de cas et de séries de cas".

  • But: Cette revue systématique visait à évaluer de manière critique les éléments de preuve concernant les effets indésirables associés à l'aromathérapie.
  • Méthode: Cinq bases de données électroniques ont été fouillés pour identifier tous les rapports de cas et de séries de cas pertinents.
  • Résultats: Quarante-deux rapports primaires répondaient à nos critères d'inclusion. Au total, 71 patients ont éprouvé des effets indésirables de l'aromathérapie. Les effets indésirables ont varié de légèrs à sévères et comprenaient un décès. L'effet indésirable le plus fréquent était la dermatite. Les huiles essentielles de lavande, de menthe poivrée, d'huile d'arbre à thé et d'ylang-ylang étaient les responsables les plus fréquentes des effets indésirables.
  • Conclusion: L'aromathérapie a le potentiel de causer des effets indésirables dont certains sont sérieux. Leur fréquence reste inconnue. Le manque de preuves suffisamment convaincantes quant à l'efficacité de l'aromathérapie combiné avec son potentiel de causer des effets indésirables questionne sur l'utilité de cette modalité dans tous les états de santé [maladies].

Aromatherapy for health care: an overview of systematic reviews

En mars 2012, Lee MS, Choi J, Posadzki P (Paul Posadzki), Ernst E (Edzard Ernst) ont publié "Aromathérapie pour les soins de santé: une vue d'ensemble des examens systématiques" [8] :

L'aromathérapie est l'utilisation thérapeutique des huiles essentielles à partir d'herbes, de fleurs et autres plantes. Le but de cette vue d'ensemble est de fournir un aperçu des examens systématiques [méta-analyses] évaluant l'efficacité de l'aromathérapie. Nous avons cherché dans 12 bases de données électroniques et nos dossiers ministériels sans restriction de temps ou de la langue. La qualité méthodologique de tous les examens systématiques a été évaluée indépendamment par deux auteurs. Sur 201 publications potentiellement pertinentes, 10 répondaient à nos critères d'inclusion. La plupart des examens systématiques étaient de mauvaise qualité méthodologique. Les domaines cliniques étaient l'hypertension, la dépression, l'anxiété, soulagement de la douleur, et la démence. Pour aucun état de santé [aucune maladie] la preuve n'était convaincante. Plusieurs examens systématiques de l'aromathérapie ont été récemment publiés. En raison d'un certain nombre de mises en garde, les preuves ne sont pas suffisamment convaincantes [pour considérer] que l'aromathérapie est une thérapie efficace dans un quelconque état de santé.

Références

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9-Maurice_Gattefoss%C3%A9
  2. http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/aroma.html
  3. http://www.charlatans.info/aroma.shtml
  4. Plaquette publicitaire de la psycho-aromatologie-réflexe destinée aux thérapeutes
  5. https://www.sceptiques.qc.ca/quackwatch/aromether.php L'arômethérapie: ça sent drôle! Stephen Barrett, M.D.
  6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22936057
  7. https://en.wikipedia.org/wiki/Edzard_Ernst
  8. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22285469