Lise Bourbeau

De Psiram
Source: capture d'écran sur la vidéo de l'interview de Lise Bourbeau par Julien Peron mise en ligne le 26 oct. 2015[1]

Lise Bourbeau[2], née le 14 février 1941 à Richmond, un hameau en Estrie (Canada), est la fondatrice, en 1982, d'un centre de développement Ecoute ton corps situé au Québec, qui figure sur la liste noire des voies à risque sectaire de la MIVILUDES, ainsi que, en 1987, de la maison d'édition « Les éditions E.T.C. » (Écoute ton corps)[3].

Lise Bourbeau a vendu des centaines de milliers de ses livres qui expliquent que toute maladie a une origine psychologique. Surtout, elle fait référence à la nouvelle médecine germanique du Dr. Ryke Geerd Hamer, plusieurs fois condamné pour avoir incité des patients atteints du cancer à abandonner leur traitement.

Lise Bourbeau prétend décoder la signification métaphysique et spirituelle des malaises et maladies. Au chapitre du cancer, on lit : « Si le cancer atteint un sein, c'est parce que tu devrais t'accepter dans ta façon de materner les autres, même si ça ne répond pas toujours à leurs désirs et attentes ou à ce que tu as appris. »

« On est bien dans une dérive sectaire », assène Lionel Gauguin, président du Cippad en Maine-et-Loire. Qui énumère les critères de risque : « La rupture avec les proches. Selon Lise Bourbeau, les maladies ont toujours un lien avec l'enfance, avec les parents. Ensuite, la culpabilité du malade. Enfin, la captation : le patient revient tout le temps voir son soi-disant thérapeute. » [4]. Et dans l'article du Cippad est mis un lien vers l'article integral publié dans le journal Ouest-france du 26 septembre 2013 [5].

Citons ce que dit Olivier Hertel à propos de Lise Bourbeau dans son autition du 5 décembre 2012 devant la comission du Sénat Dérives thérapeutiques et dérives sectaires : la santé en danger (Auditions): « Je ne résiste pas à l'envie de vous lire un passage de la méthode Lise Bourbeau concernant la maladie d'Alzheimer : « Cette maladie est un moyen utilisé pour fuir la réalité du présent. La personne atteinte de cette maladie a souvent été du genre à s'occuper des autres. Elle utilisait beaucoup sa mémoire pour effectuer les tâches du quotidien, s'immergeant dans celles-ci pour essayer d'oublier les incidents du passé qui l'ont fait souffrir... ».
Quant au cancer, selon Lise Bourbeau, « cette maladie se manifeste chez une personne qui a subi une blessure importante dans son enfance - avec un ou les deux parents - et qui a dû la vivre dans l'isolement ». Le stress vécu dans l'isolement est une théorie du docteur Hamer. La genèse du cancer et Le sida et l'infarctus, ouvrages du docteur Hamer, sont d'ailleurs cités dans la bibliographie...[6].

Les conférences de Louise Bourbeau prévues pour 2014

  • Val-David, Québec 18 au 20 avril 2014
  • Dijon, France 2 au 4 mai 2014
  • Saint-Petersbourg, Russie 9 au 11 mai 2014 et 13 au 14 mai 2014
  • Voyage-atelier avec Lise Bourbeau Bali (Îles des Dieux) du 24 mai au 5 juin 2013 (Nota de Psiram: y-a-t-il eu erreur de frappe sur l'année ?)
  • Asbestos, Quebec le 17 juin 2014
  • Conférences en France et en Belgique :
    Bruxelles 15 septembre
    Lille 16 septembre
    Nevers 18 septembre
    Avignon 21 septembre
    Romans 22 septembre
    Archamps 26 septembre
    Lyon 27 septembre (Salon Mieux-être Lyon)
    St Etienne 28 septembre
    Dijon 30 septembre
    Colmar 1er octobre et 3 au 5 octobre
  • Bucharest, Roumanie 31 octobre au 2 novembre 2014
  • Almaty, Kazakhstan 8-9 novembre et 11-12 novembre

Dans la plupart des villes cités, il y a des correspondants ... [7]

Liens externes

  • http://fr.chatelaine.com/sante/ecoute-ton-corps-le-cote-noir-dun-petit-livre-rose/ Par Jean-Yves Girard, 26 mai 2006. [...] Dans la préface de son petit livre rose, Lise Bourbeau précise que son enseignement est « le fruit de recherches, d’études et d’observations personnelles ». Ce qu’elle ne dit pas, par contre, c’est que la plupart de ses théories ressemblent presque point par point au contenu d’un livre publié… 10 ans plus tôt, Heal Your Body (Guéris ton corps) de l’Américaine Louise Hay, l’une des pionnières du nouvel âge.
    [...] Dans les versions anglaise, espagnole et italienne du site Internet d’ETC, elle affirme détenir un bac en philosophie de l’Université de philosophie en Californie. « Ce n’est pas une université traditionnelle, a expliqué Lise Bourbeau dans une entrevue accordée à Châtelaine. Mais elle est reconnue par l’État de Californie. »
    Vérifications faites, Lise Bourbeau a obtenu un bac en philosophie métaphysique de la University of Healing/God Unlimited (Université de la guérison/dieu illimité) à Campo, près de San Diego. Un diplôme qui n’a rien à voir avec ceux que décerne l’Université de Montréal… Fondée il y a 30 ans par Herbert Beierle, la University of Healing enseigne le concept de divinité intérieure. C’est de Beierle que Lise Bourbeau a adopté son « Je suis Dieu wow ! » Ancien agent immobilier devenu pasteur puis gourou, Herbert Beierle a été reconnu coupable en 1987 d’avoir eu des rapports sexuels avec un jeune garçon; condamné à 42 ans de prison, il a été remis en liberté en 1996 quand le jugement fut cassé, faute de preuves. En 2001, le magazine San Diego Reader rapportait que le nudisme se pratique souvent sur le campus de la University of Healing. « C’est une secte, dira même un voisin. Ils s’assoient sur une roche, psalmodiant : “Je suis Dieu, je suis Dieu !” »
    [...] Mais l’approche d’ETC a aussi son lot de détracteurs. En 1993, l’ACEF-Centre, ancêtre d’Option consommateurs, a publié Pour être bien dans sa peau sans y laisser sa peau, un petit livre qui, loin d’être rose, est plutôt le livre noir des cours de croissance personnelle. [...] À l’époque, l’ACEF-Centre avait répertorié au Québec plus de 450 cours de croissance différents. Mais, plus souvent que tous les autres, ETC et Lise Bourbeau étaient pris à partie dans le guide de cet organisme. La notoriété a un prix… Ce qui lui était reproché ? De promettre beaucoup et de ne rien garantir, de certifier avoir obtenu des guérisons miraculeuses de cancer et de sida, de prétendre changer la personnalité de quelqu’un en un clin d’œil ou en deux week-ends, de « miner la capacité [d’une personne] à réfléchir par elle-même et la confiance qu’elle peut avoir en son propre jugement ». La liste était longue, les mises en garde sérieuses, ce qui n’a pas empêché le compte en banque d’ETC de connaître une croissance personnelle exceptionnelle.
    Les psychologues aussi s’inquiètent, mais sur d’autres plans. Mentionnez le nom de Lise Bourbeau devant Conrad Lecomte, et voyez ses cheveux se dresser sur sa tête. Psychologue et psychothérapeute, professeur titulaire au Département de psychologie de l’Université de Montréal, chercheur réputé, Conrad Lecomte s’intéresse depuis 30 ans à la formation et à la supervision des intervenants en santé mentale. [...]
  • http://www.sos-derive-sectaire.fr/03%20ARCHIVES%202012/03%20ARCHIVES%202012%20E.htm#ECOUTE Écoute ton corps : le côté noir d’un petit livre rose Par Jean-Yves Girard, 26 mai 2006
    Samedi matin, neuf heures. Quatorze personnes sont rassemblées dans une petite salle de réunion d’un hôtel de Gatineau. Douze femmes et un homme, assis sur des chaises inconfortables, ont un gros cahier sur les genoux et un stylo à la main. La treizième femme reste debout, près d’un tableau. C’est Carole*, l’animatrice.
    « Bonjour. Avez-vous tous votre livre Ton corps dit : “Aime-toi !” ? »
    Tout le monde répond affirmativement. L’atelier de deux jours, intitulé La métaphysique des malaises et des maladies, peut commencer.
    « La maladie est un appel de l’âme, explique Carole. C’est un déséquilibre, un désir bloqué par une croyance mentale. Il faut dire merci à la maladie, car c’est un cadeau. C’est un message écrit. Il manque juste le timbre. » (Rires.) Mais il faut apprendre à décoder ce message, poursuit l’animatrice. Sinon... « Le cancer, par exemple, c’est souvent relié à une grosse souffrance dans notre enfance qu’on n’a pas exprimée. Car tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime. »
    « C’est beau, ça », chuchote une participante à sa voisine.
    * Les prénoms et certains détails ont été changés. Notre journaliste assistait à l’atelier incognito.

    La scène se passe au Québec, mais elle aurait pu être observée en France, en Suisse, en Italie, en Guadeloupe, en Russie, à Tahiti, bientôt au Japon. Depuis son siège social de Saint-Jérôme, dans les Laurentides, Écoute ton corps Inc. rayonne partout dans le monde.
    La genèse de cet « empire » ? Un petit livre rose, Écoute ton corps ? Ton plus grand ami sur la Terre, publié en 1987. Dès les premières pages, l’auteure, Lise Bourbeau, qui tutoie le lecteur, y va de quelques promesses :
    « Deviens maître de ta vie ; tu pourras accomplir tout ce que tu veux dans la vie ; tu peux créer tout ce que tu veux dans ce monde. »
    Au fil des chapitres, elle pose des diagnostics : « Quelqu’un qui tousse très souvent, de façon chronique, est un être étouffé par la vie. » Parle de subconscient, de chakras, d’énergie : « Un spécialiste de Californie a affirmé que le corps humain possède suffisamment d’énergie pour maintenir une ville, telle Montréal ou New York, éclairée pendant tout un mois. » De réincarnation : « Tu es responsable de ta vie depuis ta naissance. Tu as choisi tes parents, ton milieu familial, même ton pays. » D’inceste : « Mon travail me permet de rencontrer bien des gens et plusieurs d’entre ceux qui ont eu des expériences incestueuses portent le blâme sur le père. Attention avant d’accuser quelqu’un ! Toujours nous souvenir que nous récoltons ce que nous semons. »
    Réédité maintes fois, le petit livre rose est devenu au fil des ans l’un des plus gros succès de librairie au Québec. Traduit en 13 langues (dont le japonais, le lituanien et le croate) et écoulé à près d’un demi-million d’exemplaires dans 22 pays, Écoute ton corps, le bouquin, a surtout donné naissance à ETC, l’industrie.

    J'achète tout !
    Pendant la pause-café (sans café, car il n’y a qu’une carafe d’eau et rien à grignoter), plusieurs participantes font leur shopping sur place. Avec 16 livres (deux millions d’exemplaires vendus, tous écrits par Lise Bourbeau et publiés par sa propre maison, Les Éditions E.T.C. Inc.), une centaine de cassettes et de CD (sur lesquels la très prolifique fondatrice traite d’une kyrielle de sujets, allant de l’homosexualité au végétarisme en passant par l’influence de la télé), le choix est vaste.
    « Moi, j’achète tout », dira Marjolaine, une serveuse de restaurant dans la cinquantaine, qui a éclaté en sanglots un peu plus tôt quand l’animatrice lui a demandé de parler de la maladie (la jaunisse) vécue dans son enfance. Comme la plupart des femmes réunies ce matin, Marjolaine a déboursé 3 000 $ pour accomplir la Phase 1 de la formation personnelle, Un retour au cœur de soi, et apprendre à s’aimer davantage. Cette étape s’échelonne sur une année complète et comprend neuf ateliers d’un week-end donnés dans divers endroits. À tout cela s’ajoutent les frais de déplacements, les livres, les consultations privées à 40 $ l’heure... « Ça vaut plus que ça, affirme Marjolaine. Je m’aime tellement, maintenant ! Personne va me dire quoi faire, j’ai pas de comptes à rendre, tassez-vous de d’là ! »
    Marjolaine s’inscrira peut-être l’année prochaine à la Phase 2, Rejoindre le cœur de l’autre. Linda, elle, compte bien se rendre jusqu’au bout, jusqu’à la Phase 3, Aider l’autre, et devenir animatrice ou conférencière. « C’est mon rêve », avoue cette conseillère pédagogique, fin de la trentaine et mère de famille. Linda a « traîné » Stéphane, son deuxième mari, à une conférence donnée par Lise Bourbeau à Laval. Stéphane n’est pas très emballé par l’engouement de Linda pour ETC. « Il pense que je fais ça contre lui, mais non, je fais ça pour moi. » Stéphane devra s’y faire, conclut-elle d’un ton sans appel. Des unions qui se sont dissoutes sur l’autel d’ETC, cela s’est déjà vu...

    Le succès phénoménal et mondial d’Écoute ton corps tient en deux mots : Lise Bourbeau. Toujours entre deux avions et trois conférences, la dame est rarement au Québec et, à 65 ans, son dynamisme légendaire ne présente aucun signe d’essoufflement. Même en vacances, à sa villa du Costa Rica, Lise Bourbeau n’arrête pas. Pendant sa récente croisière de trois mois autour du globe, elle en a profité pour écrire Arissiel, le premier roman d’une série initiatique sur le « monde de l’âme ».
    Cette native de Richmond, un hameau en Estrie, a découvert son don pour la vente en 1966 en devenant, par hasard, démonstratrice de produits Tupperware. Deux ans plus tard, elle était nommée gérante numéro un au Canada et aux États-Unis. Une ascension fulgurante détaillée en long et en large dans son autobiographie, Je suis Dieu wow !, un titre qui démontre, explique-t-elle, la réalité du divin en soi.
    Puis, une nuit de 1981, son « Dieu intérieur » lui envoie un rêve « extraordinaire, prémonitoire ». Il « me dit que je dois quitter la vente pour me diriger vers la croissance personnelle ». (Lise Bourbeau aura par la suite des visions ? et non pas des rêves ? dont une très élaborée où elle se voit au XIXe siècle, Australienne et défigurée par son père, un homme qui, dans la vie d’aujourd’hui, est son premier investisseur dans l’aventure d’ETC. « Il veut se racheter », écrit-elle.)
    Dans la préface de son petit livre rose, Lise Bourbeau précise que son enseignement est « le fruit de recherches, d’études et d’observations personnelles ». Ce qu’elle ne dit pas, par contre, c’est que la plupart de ses théories ressemblent presque point par point au contenu d’un livre publié... 10 ans plus tôt, Heal Your Body (Guéris ton corps) de l’Américaine Louise Hay, l’une des pionnières du nouvel âge. Par exemple : « L’habitude de critiquer cause souvent de l’arthrite » (Hay) ; « Le message de l’arthrite : cesse de critiquer » (Bourbeau).
    Comme c’est souvent le cas chez ses nombreux « compétiteurs », Lise Bourbeau dit avoir beaucoup étudié « aux États-Unis », généralement en Californie, où est née dans les années 1960 la psychologie humaniste, mère du mouvement de croissance personnelle. Dans les versions anglaise, espagnole et italienne du site Internet d’ETC, elle affirme détenir un bac en philosophie de l’Université de philosophie en Californie. « Ce n’est pas une université traditionnelle, a expliqué Lise Bourbeau dans une entrevue accordée à Châtelaine. Mais elle est reconnue par l’État de Californie. »
    Vérifications faites, Lise Bourbeau a obtenu un bac en philosophie métaphysique de la University of Healing/God Unlimited (Université de la guérison/dieu illimité) à Campo, près de San Diego. Un diplôme qui n’a rien à voir avec ceux que décerne l’Université de Montréal... Fondée il y a 30 ans par Herbert Beierle, la University of Healing enseigne le concept de divinité intérieure. C’est de Beierle que Lise Bourbeau a adopté son « Je suis Dieu wow ! » Ancien agent immobilier devenu pasteur puis gourou, Herbert Beierle a été reconnu coupable en 1987 d’avoir eu des rapports sexuels avec un jeune garçon ; condamné à 42 ans de prison, il a été remis en liberté en 1996 quand le jugement fut cassé, faute de preuves. En 2001, le magazine San Diego Reader rapportait que le nudisme se pratique souvent sur le campus de la University of Healing. « C’est une secte, dira même un voisin. Ils s’assoient sur une roche, psalmodiant : “Je suis Dieu, je suis Dieu !” »
    [...]

Références

  1. https://www.youtube.com/watch?v=NhRmctxfvoo
  2. Site officiel de Lise Bourbeau
  3. Maison d'édition de Lise Bourbeau
  4. http://www.cippad.com/2013/09/cette-secte-qui-prone-labandon-des.html
  5. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/cette-secte-qui-prone-labandon-des-therapies-682583
  6. http://www.senat.fr/rap/r12-480-2/r12-480-223.html Audition d'Olivier Hertel du 5 décembre 2012
  7. http://www.ecoutetoncorps.com/fr/calendrier-des-activites/ateliers-france-et-dom-tom/