Claudia Rainville

De Psiram
Source [1]

Claudia Rainville [2] est une canadienne née le 9 mai 1951 au Québec qui vit actuellement en Italie, fondatrice de ce qu'elle a appelé la Métamédecine [3]. Elle a publié de nombreux livres, surtout en français et en italien, dont le "Grand dictionnaire de la métamédecine" (en italien "Il grande dizionario della metamedicina").

Selon sa créatrice,la "Métamédecine recherche les événements à l’origine des maladies ou des scénarios répétitifs dans la vie des personnes." [4]

À l'instart de la Médecine Nouvelle Germanique et de la Biologie Totale, les maladies auraient pour origine des traumatismes passés, Mme Rainville cite d'ailleurs Ryke Geerd Hamer dans son livre "Métamédecine : La guérison à votre portée": « C'est un fait que la plupart des gens atteints de cancer meurent aujourd'hui d'une peur panique. Or, cette panique absolument superflue est d'origine iatrogénique, c'est à dire qu'elle est provoquée par des médecins, dont les pronostics pessimistes déclenchent de nouveaux chocs, de nouveaux cancers, immédiatement baptisés "métastases par la médecine classique. Tout médecin aurait dû, à un moment ou un autre, se douter qu'il n'y a pas d'autre explication à un fait que pourtant tous connaissent bien, à savoir qu'il est extrêmement rare de trouver un cancer secondaire chez un animal. Dr Hamer » et y met également une référence à un livre de Christian Flèche de 1996, "Décodage biologique des maladie", édité par Le Souffle d'Or [5]. [6]

Dans son livre "J'ouvre la porte à l'abondance", le chapitre 1 (qu'on peut lire dans ce document [7]) raconte ses débuts, à savoir, sa rencontre en 1883 avec Lise Bourbeau qui fut son mentor pendant trois ans, sa participation au centre "Écoute Ton Corps" de celle-ci et leur collaboration. C'est dans ce contexte qu'elle rencontra Herbert Beierle: "J’avais envie de croire aux enseignements d’Herbert Beierle, un brillant philosophe qui était venu au centre Écoute Ton Corps pour nous présenter son séminaire « Master your life ». Il nous invitait à chanter Dream the impossible dream2 (« Rêve, même les rêves qui te semblent impossibles »)." Un personnage peu recommandable qui a eu de sérieux problèmes avec la justice en raison de sa pédophilie. [8] [9] [10] Après ces trois années, en juin 1986, Claudia Rainville, reprit son indépendance et ouvre alors son Centre d’harmonisation intérieur L’Éveil Radieux qui eut des difficultés financières. Puis, elle part aux "Jardins de Findhorn" en Écosse où Peter Caddy et ses collaborateurs ont découvert la manière de contacter les esprits de la nature et les dévas, et de coopérer avec eux; en clair, un lieu New-Age où on pratique le channeling [11]. Ensuite, elle se rend en Inde où elle fait la connaissance du grand Avatar Sathya Saï Baba [12]. En 1989 parait son premier livre « Participer à l’Univers, sain de corps et d’esprit ». En 1991, nouveau périple, elle revoit le Maître Sathya Saï Baba[12], oubliez le grand Maître de Béas (introuvable sur Internet), et elle aurait suivi une formation à l’Université Brahma Kumaris qui n'est pas une université au sens habituel mais une "université spirituelle mondiale" fondée dans les années 1930, en fait un nouveau mouvement religieux [13]. Quant aux rencontres avec "Sa Sainteté Le Dalaï Lama" et avec Mère Teresa de Calcutta, disons que cela fait bien dans le paysage.

Ses activités de psychothérapeute, de publication de livres, et de conférences sont complétées par des propositions de formations à la Métamédecine; il y a tout un parcours: formation de base, formation pour devenir Consultant(e) et, enfin, formation pour devenir Animateur/trice. [14]

Analyse critique par Sophie Mangado du « grand dictionnaire de la métamédecine »

Tout un programme proposé par Claudia Rainville, « spécialiste de l’intervention psychosomatique ». Autoproclamé Grand dictionnaire de la Métamédecine, son pavé promet au lecteur les remèdes à tous les maux, à grand renfort de préceptes hasardeux. « Je suis bien consciente à quel point ce livre est fabuleux », déclare sans ambages l’auteure en avant-propos. Effectivement, au fil des quelque 600 pages on fraye avec le fantastique et l’invraisemblable. Le postulat est simple : comprendre les causes de nos maux est le premier pas vers la guérison. Claudia Rainville ne se targue pas de l’avoir inventé et reprend Hippocrate : « Si tu es malade, cherche d’abord ce que tu as fait pour le devenir ». L’appliquant à n’importe quel « problème de santé », notre « psychothérapeute éclairée » livre les clés de la guérison, rien de moins.

L’homosexualité, dont on se surprend qu’elle figure parmi un « grand dictionnaire » répertoriant 1300 « malaises et maladies », tiendrait à un arrimage défaillant du yin et du yang. Et l’auteure de s’empêtrer dans une tentative d’explication pour le moins opaque. « L’homosexualité n’est pas une maladie en soi ». Nous voilà rassuré. Si ça n’est pas une maladie, on en déduit qu’il doit s’agir d’un « malaise », et pas des moindres puisque plus de trois pages y sont consacrées, alors que dans l’ensemble il n’en faut pas plus d’une à Claudia Rainville pour régler ses « cas ». Une fois passée la théorie de la « loi de la polarité », elle nous propose cinq histoires de vies cassées, de traumatismes de l’enfance d’où résulterait l’homosexualité des protagonistes. Hum… « Alors, docteur, l’homosexualité : ‘‘problème’’ (de santé) ou pas ? », a-t-on envie de demander. On reste pantois devant la façon dont l’auteure clôt ce chapitre. Parce que les homosexuels éprouveraient une intense culpabilité, on ne devrait pas « être surpris qu’ils constituent le groupe le plus atteint par les MST (maladies sexuellement transmissibles, ndlr) et par le Sida ».

Sans queue ni tête

Après avoir lu ça, on ne résiste pas à la curiosité de découvrir les dessous du Sida et des MST. Ces dernières « résultent très souvent de culpabilités sexuelles, culpabilités en lien avec des croyances provenant de notre éducation religieuse ou familiale, d’avoir eu des rapports avec une personne du même sexe ». Édifiant. Le raisonnement est partiel autant qu’erroné. « On peut remarquer que les partenaires vivant une relation de couple harmonieuse (…) sont rarement sujets à ces maladies. » De là à en déduire que les MST seraient l’apanage d’homosexuels incapables de vivre une relation harmonieuse… Mais la solution, docteur, la clé ? La culpabilité, bien entendu (ad nauseam, on avait prévenu) ! Un « sentiment de honte » suffirait pour contracter une MST. Apprivoiser un tel sentiment est-il gage de guérison ? La fable ne le dit pas. [...] [15]

Références

  1. https://www.youtube.com/watch?v=A4LqFz06gqc Ajoutée_le_19_oct_2018
  2. http://fr.metamedecine.com/claudia-rainville/ Présentation de Claudia Rainville sur le site officiel de la Métamédecine
  3. http://www.connais.org/metamedf/metamedecine1.htm Comment ai-je développé l'approche de la métamédecine ? Par Claudia Rainville
  4. http://fr.metamedecine.com/metamedecine-definition/
  5. https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Souffle_d%27or
  6. https://books.google.fr/books?id=GAbZBAAAQBAJ&pg=PT86&lpg=PT86&dq=Hamer+%22m%C3%A9tam%C3%A9decine+la+gu%C3%A9rison+%C3%A0+votre+port%C3%A9e%22&source=bl&ots=Z-htQlIloB&sig=ACfU3U1qOGZUObV23M7hkJEreFXbl9V1Ew&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwj27rDCu7bgAhUgAWMBHV3eDY8Q6AEwAXoECAkQAQ#v=snippet&q=Hamer%20&f=false (recherche du mot Hamer dans le livre Métamédecine: La guérison à votre portée)
  7. https://secure.sogides.com/editeurs/2/552/ext_9782897034665.pdf
  8. http://childrenshealthcare.org/wp-content/uploads/2014/04/1987_Spring-fnl.pdf (Voir page 9)
    GOD UNLIMITED/UNIVERSITY OF HEALING
    LEADER CONVICTED

    A Campo, California, religious leader was convicted March 12 of eight counts of molesting a 10-year-old boy who was a member of the group.

    Herbert Beierle, 59, president of God Unlimited/University of Healing, was ordered jailed immediately without bail after the jury returned guilty verdicts on all counts.

    The San Diego Superior Court jury ruled that the molestations were forcible and that Beierle occupied a position of trust over the boy.

    Beierle’s theology belongs with a growing number of metaphysical religions. On the witness stand, he spoke of realizing the perfection of God. He said, „Godis in me. I am God; God I am.“

    He runs a correspondence school and has a campus in a isolated area near the Mexican border. He has affiliated schools in Europe. Many followers come to his California campus from Europe. Those who complete the curriculum are ordained as ministers.

    Mike, the boy whom Beierle molested, was deserted by his father and psychologically abused by his mother. She reportedly blamed him for every malady that befell the family. The state had placed him in foster care; his mother refused to cooperate with social workers in changing her attitude and behavior so that Mike could be returned to her.

    Then Mike’s grandmother, a devotee of Beierle, suggested that Mike and his brothers be placed at the God Unlimited campus. Given the impasse with the mother, the Department of Social Services agreed even though the agency was aware that nudism was practiced there.

    For a while, the boys seemed to do much better at the campus. Beierle became the first caring parent Mike had known. Mike loved, respected and trusted him deeply.

    Beierle coerced Mike into keeping the molestation secret by threatening harm to his brothers. Mike felt responsible for his brothers, both because he was the oldest ans because his mother blamed him for family problems.

    The state social worker became aware oft he molestation six months after the boys were placed on the campus and immediatly removed them.

    Beierle’s followers, of course, remained loyal. A lady in Switzerland gave $100,000. cash for his bail. Several „Reverends“ testified that Mike was a discipline problem. Mike’s mother testified against him at trial. The only bright spot for Mike ist hat his natural father now has the boys and is reportedly providing a caring home for them.

    Beierle also face charges of molesting two other boys.

    Taken from The Los Angeles Times, March 13, 1987, and conversations with the prosecutor.

    Traduction Deepl:

    GOD UNLIMITED/UNIVERSITY OF HEALING
    DIRIGEANT CONDAMNÉ

    Un chef religieux de Campo, en Californie, a été reconnu coupable le 12 mars de huit chefs d'accusation pour avoir agressé un garçon de 10 ans qui faisait partie du groupe.

    Herbert Beierle, 59 ans, président de God Unlimited/University of Healing, a été condamné à une peine d'emprisonnement sans caution, immédiatement après que le jury eut rendu son verdict de culpabilité sur tous les chefs d'accusation. Le jury de la Cour supérieure de San Diego a jugé que les agressions étaient forcées et que Beierle occupait un poste de confiance à l'égard du garçon.

    La théologie de Beierle fait partie d'un nombre croissant de religions métaphysiques. À la barre des témoins, il a parlé de la réalisation de la perfection de Dieu. Il dit : "Dieu est en moi. Je suis Dieu ; Dieu je suis."

    Il dirige une école par correspondance et possède un campus dans une zone isolée près de la frontière mexicaine. Il a des écoles affiliées en Europe. De nombreux adeptes viennent d'Europe sur son campus californien. Ceux qui terminent le programme sont ordonnés ministres.

    Mike, le garçon que Beierle a agressé, a été abandonné par son père et maltraité psychologiquement par sa mère. Elle l'aurait blâmé pour toutes les maladies qui sont arrivées à la famille. L'État l'avait placé en famille d'accueil ; sa mère refusait de coopérer avec les travailleurs sociaux pour changer son attitude et son comportement afin que Mike puisse lui être rendu.

    Puis la grand-mère de Mike, une adepte de Beierle, a suggéré que Mike et ses frères soient placés sur le campus de God Unlimited. Compte tenu de l'impasse dans laquelle se trouvait la mère, le ministère des Services sociaux était d'accord, même si l'agence était consciente que le nudisme y était pratiqué.

    Pendant un certain temps, les garçons ont semblé être beaucoup mieux sur le campus. Beierle est devenue le premier parent bienveillant que Mike ait connu. Mike l'aimait, le respectait et lui faisait profondément confiance.

    Beierle a forcé Mike à garder le secret en menaçant de faire du mal à ses frères. Mike se sentait responsable de ses frères, à la fois parce qu'il était l'aîné et parce que sa mère le blâmait pour les problèmes familiaux.

    L'assistante sociale de l'Etat a eu connaissance de l'agression sexuelle six mois après que les garçons aient été placés sur le campus et les a immédiatement enlevés.

    Les partisans de Beierle, bien sûr, sont restés fidèles. Une dame en Suisse a donné 100 000 $ en liquide pour sa caution. Plusieurs "Révérends" ont témoigné que Mike était un problème de discipline. La mère de Mike a témoigné contre lui au procès. Le seul point positif pour Mike, c'est que son père naturel a maintenant les garçons et qu'il leur fournit un foyer de soins.

    Beierle est également accusé d'avoir agressé deux autres garçons.

    Extrait du Los Angeles Times du 13 mars 1987, et de conversations avec le procureur.
  9. http://www.sos-derive-sectaire.fr/03%20ARCHIVES%202012/03%20ARCHIVES%202012%20E.htm#ECOUTE [...] Vérifications faites, Lise Bourbeau a obtenu un bac en philosophie métaphysique de la University of Healing/God Unlimited (Université de la guérison/dieu illimité) à Campo, près de San Diego. Un diplôme qui n’a rien à voir avec ceux que décerne l’Université de Montréal... Fondée il y a 30 ans par Herbert Beierle, la University of Healing enseigne le concept de divinité intérieure. C’est de Beierle que Lise Bourbeau a adopté son « Je suis Dieu wow ! » Ancien agent immobilier devenu pasteur puis gourou, Herbert Beierle a été reconnu coupable en 1987 d’avoir eu des rapports sexuels avec un jeune garçon ; condamné à 42 ans de prison, il a été remis en liberté en 1996 quand le jugement fut cassé, faute de preuves. En 2001, le magazine San Diego Reader rapportait que le nudisme se pratique souvent sur le campus de la University of Healing. « C’est une secte, dira même un voisin. Ils s’assoient sur une roche, psalmodiant : “Je suis Dieu, je suis Dieu !” » [...]
  10. https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&tl=fr&u=http%3A%2F%2Farticles.latimes.com%2F1987-06-05%2Flocal%2Fme-2949_1_herbert-beierle&anno=2
    Campo
    DIGEST DU COMTÉ DE SAN DIEGO
    05 juin 1987
    Le responsable du Campus de guérison God Unlimited à Campo a été condamné jeudi à 42 ans de prison d'État pour avoir agressé un garçon de 10 ans.
    Herbert Beierle, 60 ans, a également été condamné à une amende de 7 000 dollars par le juge de la Cour supérieure de San Diego, Napoleon Jones, fils.
    Tout en maintenant son innocence, Beierle a déclaré au juge que seul Dieu, le garçon et lui savaient qu'il n'avait commis aucun acte sexuel avec l'enfant.
    Beierle doit faire face à un autre procès lundi pour avoir molesté deux autres garçons du groupe religieux, dans lequel la nudité est pratiquée dans l'enceinte du 1101 Far Valley Road.
    Beierle a été reconnu coupable le 11 mars de huit chefs d’accusation.
    Original en anglais:
    Campo
    SAN DIEGO COUNTY DIGEST
    June 05, 1987
    The leader of the God Unlimited Campus of Healing in Campo was sentenced Thursday to 42 years in state prison for molesting a 10-year-old boy.
    Herbert Beierle, 60, was also fined $7,000 by San Diego Superior Court Judge Napoleon Jones Jr.
    Still maintaining his innocence, Beierle told the judge that only God, the boy and he know that he did not commit any sexual acts with the child.
    Beierle faces another trial Monday on charges that he molested two other boys in the religious group, in which nudity is practiced at the compound, 1101 Far Valley Road.
    Beierle was convicted March 11 of eight counts.
  11. http://www.sos-derive-sectaire.fr/FICHES/findhorn.htm
  12. 12,0 et 12,1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Sathya_Sai_Baba
  13. https://en.wikipedia.org/wiki/Brahma_Kumaris
  14. http://fr.metamedecine.com/formation-metamedecine/
  15. https://www.ccmm.asso.fr/analyse-critique-de-sophie-mangado-du-grand-dictionnaire-de-la-metamedecine/ Publié le 17 Mai 2012