COMUSAV

De Psiram
une réunion-COMUSAV en 2020 à Mexico
Andreas Kalcker avec des membres de COMUSAV (2021)
En raison de l'utilisation de dioxyde de chlore, la clinique "Centro Médico Jurica" de Juriquilla (Querétaro), au Mexique, a été fermée en juillet 2020. Le directeur en était ou en est toujours le membre de COMUSAV Manuel Aparicio Alonso.

COMUSAV (Coalición Mundial de Salud y Vida, également Comusav Internacional ou Comusav Mundial, en : Global Health and Life Coalition) est le nom d'une organisation de lobbying anonyme fondée en 2020 par les fournisseurs et les utilisateurs du dioxyde de chlore désinfectant pour la prévention et le traitement de toutes sortes de maladies. L'organisation semble avoir ses origines en Bolivie et prétend réunir 3000 médecins de 14 pays (principalement d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud). Le président actuel (2021) et fondateur de COMUSAV semble être le lieutenant Guillermo Tamayo Herrera, originaire de l'Équateur.[1] Le membre honoraire est Andreas Kalcker, militant activiste du MMS originaire de Wuppertal. COMUSAV a initialement opéré dans le monde hispanophone. Par la suite, les annonces ont été de plus en plus diffusées dans d'autres langues, notamment en anglais.

L'organisme déclare à son propre sujet :

Nous sommes une organisation mondiale à but non lucratif composée de personnes ouvertes d'esprit dont le seul désir est d'apprendre, d'explorer et d'approfondir les différentes spécialités de la santé intégrative. Notre organisation rassemble des médecins et des professionnels de la santé de toutes spécialités, mais aussi des personnes ordinaires qui sont intéressées et déterminées à prendre en main leur propre santé.

Le statut juridique est inconnu. Il est donc impossible de savoir s'il s'agit d'une association enregistrée. Une association dérivée, COMUSAV Mexico A.C., existerait au Mexique, mais aucune information sur cette prétendue association n'a pu être trouvée sur Internet. L'organisation COMUSAV utilise un site web multilingue enregistré de manière anonyme et organise des conférences et des manifestations en ligne. Aucune adresse n'est donnée pour cette organisation.

Un membre mexicain de COMUSAV est le médecin Manuel Aparicio Alonso. Il a été le directeur d'un "Centro Médico Jurica" à Querétaro, au Mexique. L'organisme de réglementation sanitaire mexicain Dirección de de Protección contra Riesgos Sanitarios (COFEPRIS) a fermé cet établissement en juillet 2020 car il violait les directives sanitaires. Plusieurs centaines de patients du COVID-19 auraient reçu entre 5 et 10 ml de dioxyde de chlore[2]. Aparicio a lui-même admis avoir traité des patients du COVID-19 dans l'établissement avec du dioxyde de chlore, un désinfectant qui n'était pas approuvé comme médicament.[2]

En janvier 2021, un groupe anonyme "COMUSAV - Allemagne / Autriche / Suisse" a été fondé, avec sa propre page Facebook.

Dans les pays germanophones, outre Andreas Kalcker, le vétérinaire hambourgeois Dirk Schrader et le Heilpraktiker Heinz Reinwald sont considérés comme des propagandistes de COMUSAV. Un nombre important de partisans allemands de COMUSAV sont en même temps actifs dans le milieu de "Querdenken Initiativen" [3] qui s'opposent aux mesures de protection contre le nouveau coronavirus CoV-2. Un exemple est le groupe "Ärzte für Aufklärung" (Médecins pour des éclaircissements)[4] qui a promu le dioxyde de chlore comme un remède efficace contre le COVID-19 dans un document qui a été supprimé depuis, et qui mentionnait explicitement COMUSAV. Paradoxalement, les partisans de la théorie du complot niant les maladies infectieuses sont également engagés dans COMUSAV, comme Arne Freiherr von Hinkelbein[5].

Les pages web de COMUSAV et ses pages facebook ont été supprimées à plusieurs reprises. La page principale de COMUSAV sur facebook a été supprimée par facebook, en raison de violations de son propre ensemble de règles. Des suppressions de sites web de COMUSAV ont eu lieu en Argentine et au Mexique. Le groupe a réagi à cette situation par une sorte de jeu du chat et de la souris et a créé de nouveaux sites web. Des vidéos ont également été supprimées de Youtube, ce qui a entraîné le téléchargement de vidéos sur d'autres plateformes telles qu'Orbys. Le principal canal de distribution semble être devenu Telegram. En Espagne, le groupe maldita (https://maldita.es) s'est retourné contre COMUSAV en tant que vérificateur de faits par exemple par cette mise en garde[6], en Argentine c'est le groupe Chequeado (https://chequeado.com), par exemple dans cet article[7].

Les responsables de la santé mettent en garde et enquêtent sur les trafiquants de produits chimiques

Mark Scott Grenon et Joseph Timothy Grenon, dealers de produits chimiques à base de dioxyde de chlore, lors de leur arrestation en Columbie en 2020

Des arrestations et des mises en examen ont eu lieu aux États-Unis en rapport avec l'utilisation non autorisée de dioxyde de chlore contre le nouveau coronavirus et la maladie Covid-19 correspondante. Les autorités sanitaires du Chili ont également déterminé que le médicament MMS n'est pas approuvé en tant que médicament.[8] Dès 2016, l'Argentine a mis en garde contre les risques liés à l'utilisation du MMS. L'Espagne met en garde le public contre les dangers du dioxyde de chlore depuis 2010.[9] Les autres pays d'Amérique du Sud qui ont mis en garde contre le dioxyde de chlore sont l'Équateur[10], la Colombie, le Pérou et le Paraguay. Au Mexique, l'agence fédérale de réglementation Cofepris a déclaré le 23 juillet 2020 qu'il n'existe aucune preuve scientifique sur l'utilisation du dioxyde de chlore pour traiter une maladie.[11][12]

En Bolivie, l'agence gouvernementale des médicaments et des technologies de la santé (AGEMED) a mis en garde contre l'utilisation du chlorite de sodium le 27 juin 2020.[13]

Des organisations similaires à COMUSAV sont l'AEMEMI de l'Équateur[14] et l'Association médicale pour la vérité et Humans for Truth.

Galerie

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Article de Psiram dans d'autres langues

Références

  1. https://wayka.pe/el-pseudomedico-y-los-doctores-espirituales-invitados-a-comision-del-congreso/
  2. https://www.animalpolitico.com/2020/09/medicos-ciudadanos-manifestacion-cubrebocas-dioxido-cloro-falsa-cura-covid/
  3. https://www.psiram.com/de/index.php/Querdenken_Initiativen
  4. https://www.psiram.com/de/index.php/Au%C3%9Ferparlamentarischer_Corona_Untersuchungsausschuss
  5. https://www.psiram.com/de/index.php/Arne_Hinkelbein
  6. https://maldita.es/malditaciencia/20210409/mms-clorito-sodio-coronavirus-cientifico-aleman-cura/
  7. https://chequeado.com/el-explicador/no-consumir-dioxido-de-cloro-no-cura-el-coronavirus-y-es-peligroso-para-la-salud/
  8. http://www.ispch.cl/noticia/29969
  9. https://www.aemps.gob.es/informa/notasInformativas/medicamentosUsoHumano/medIlegales/2010/NI_MUH_Ilegales_05-2010.htm
  10. https://www.controlsanitario.gob.ec/alerta-sobre-publicidad-y-venta-de-producto-de-clorito-de-sodio-denominado-miracle-mineral-solution-mms/
  11. https://www.gob.mx/cofepris/articulos/comunicado-a-la-poblacion-248797?idiom=es
  12. https://www.eleconomista.com.mx/arteseideas/Alertan-sobre-riesgos-por-el-uso-del-dioxido-de-cloro-contra-el-Covid-19-20200727-0013.html
  13. https://www.minsalud.gob.bo/4339-agemed-advierte-a-la-poblacion-sobre-los-riesgos-de-usar-el-dioxido-de-cloro-contra-la-covid-19
  14. AEMEMI (Asociacion Ecuatoriana de Medicos Expertos en Medicina Integrativa), Sede Principal: Sauces 9 Mz 553 V17 - Sucursal: Cdla Guayaquil Mz 12 V6, www.aememi.org, Vorsitzender: Mauricio Quiñonez Mendoza