Agriculture biodynamique

De Psiram
(image: Laborjournal)

L'Agriculture biodynamique ou Agriculture biologique biodynamique ou Biodynamie est une agriculture conforme à la conception du monde et aux enseignements nutritionnels anthroposophiques de l'anthroposophie et remonte aux idées de Rudolf Steiner et autres anthroposophes. Elle comporte des éléments ésotériques-magiques et se recoupe en partie avec les méthodes de production et de culture d'aujourd'hui pour les produits biologiques (agriculture biologique). Certaines pratiques de ce type d'agriculture sont scientifiquement complètement extravagantes. Ainsi, le credo biologique-dynamique inclut l'enseignement astrologique des influences planétaires et des phases de la lune sur la croissance des plantes, scientifiquement réfutées. [1]

On trouve les produits biodynamiques en question principalement dans les magasins d'alimentation naturelle / magasins bio à des prix plus élevés que dans les magasins discount habituels, entre autres, vendus sous la marque déposée "Demeter" [2].

Historique

L'agriculture biodynamique est apparue dans les années 1920 dans le contexte de l'anthroposophie et peut être considérée en relation avec l'augmentation de la production alimentaire.

Steiner n'avait aucune formation spéciale dans le domaine de la biologie ou de l'agriculture, il pense l'agriculture depuis son bureau. En 1924, il a fondé un Cours d'agriculture sur les fondements de sciences humaines pour la prospérité de l'agriculture près de Wroclaw. Les agriculteurs participants et les parties intéressées se sont associés dans ce qu'on appelle le « Cercle d´expérimentation ». La méthode d'agriculture biodynamique a trouvé par la suite des partisans dans les cercles de la direction nationale-socialiste. La Deutsche Versuchsanstalt für Ernährung und Verpflegung (Institut de recherche allemand pour l'alimentation et la restauration) de la SS, sous la responsabilité du chef de la SS Heinrich Himmler, a adopté l'agriculture biodynamique. Elle a même été utilisée dans le camp de concentration de Dachau. [3]

En 1946, fut recréé le « Cercle de recherche pour l’agriculture biodynamique » d'où est issu l'Institut für biologisch-dynamische Forschung (Institut pour la recherche biodynamique) de Darmstadt qui a relancé la commercialisation et la diffusion de la méthode. En 1954, s'est constitué le Demeter-Bund. (L'appelation Demeter fait référence à la déesse de la fertilité et des fruits de la terre dans la mythologie grecque)

Particularités

Les instructions pour préparer les huit composés biodynamiques sont compliquées et peuvent être trouvées sur de nombreux sites internet ou dans la littérature spécialisée. Pour faire court, deux des composés sont produits en bourrant de la bouse de vache (préparation 500) et de silice (préparation 501) dans des cornes de vaches, puis il faut les enterrer plusieurs mois avant que leur contenu soit mélangé dans de l'eau chaude, pour être finalement épandus sur le terrain. Les cornes de vaches sont utilisées en tant qu'"antennes" qui permettent de recevoir et de concentrer les "forces cosmiques" qui sont ainsi transmises au contenu.

Les six autres composés (préparations 502 à 507) sont des extraits de différentes plantes soit stockées dans des crânes ou des organes d'animaux (par exemple, dans des vessies de daims, des péritoines ou des intestins de bovins) soit dans la tourbe ou le fumier, où on les fait vieillir avant de les diluer et les appliquer au compost. Les éléments chimiques contenus dans ces préparations sont considérés comme permettant de transporter "les forces cosmiques et terrestres" qui communiqueraient ces forces aux récoltes, et ainsi aux humains qui les consommeraient.

Citations[4]

« la méditation, la concentration sur les représentations symboliques et les sentiment décrits plus haut a en réalité pour but la formation d’organes de perception supérieurs dans le corps astral humain. »

« Celui qui cultive (un) sentiment (de vénération ou de dévotion) ou chez qui il existe comme une heureuse aptitude naturelle possède une base excellente, pour les forces de connaissance supra-sensorielles. (…) Seul celui qui est capable de ces sentiments peut accéder à la vision des mondes supérieurs. Celui qui ne peut éprouver aucun sentiment de vénération n’ira pas loin dans la connaissance. »

« les phénomènes psychiques et spirituels deviennent visibles (…) dans les mondes de l’âme et de l’esprit qui l’entourent. Les sentiments lui apparaissent sous forme de phénomènes lumineux qui ont leur source dans les êtres sentants. »

L'« œil spirituel [perçoit des couleurs qui] rayonnent autour de l’être physique absorbé dans ses occupations et l’enveloppent comme d’un nuage (…), c’est ce que l’on appelle l’Aura humaine ».

« elle [la culture païenne] repose sur une connaissance, une vision, une action humaine, fondées sur des forces extra-terrestres. (…) L’homme, tel qu’il vivait sur la terre au temps de cette ancienne civilisation païenne, se sentait membre du cosmos tout entier ».

« Ayant enfoui la corne remplie de fumier, nous conservons dans celles-ci les forces que la corne de vache avait l’habitude d’exercer à l’intérieur même de la vache, à savoir réfléchir l’éthérique et l’astral. »

« Si l’on capture un mulot encore assez jeune, on peut l’écorcher, dépouiller ce mulot assez jeune de sa peau. Mais il s’agit de se procurer de cette peau (…) à l’époque où Vénus est dans le signe du Scorpion. (…) Nous la brûlons, nous recueillons soigneusement le produit de la combustion, les cendres résiduelles où se trouvent en somme les éléments décomposés. (…) Et dans ce qui se trouve anéanti par le feu par cette opération, il reste la force négative qui s’oppose à la force de reproduction du mulot. Si maintenant vous répandez sur vos champs le poivre ainsi obtenu (…), vous aurez là le moyen d’écarter les mulots du champ traité. »

« La vache a des cornes afin d’envoyer dans son propre corps les forces formatrices astrales et éthériques qui doivent déployer tous leurs efforts dans ce sens pour progresser jusqu’au système digestif de telle manière que dans ce système se développe un travail intense par l’intermédiaire précisément du rayonnement en provenance des cornes et des sabots. (…) Vous avez dans la corne quelque chose qui rayonne la vie, qui rayonne même l’astral. »

« Le cerf est une créature animale qui se trouve dans un rapport particulièrement étroit, non pas tellement avec la terre qu’avec l’environnement de la terre, avec ce qui dans cet environnement est de nature cosmique ; c’est pourquoi le cerf possède la ramure. (…) D’où la présence dans la vessie du cerf (…) des forces qui sont en liaison (…) avec les forces du cosmos, si bien que la vessie du cerf est presque une image reflétée du cosmos. »

« la tomate est l’être le plus asocial de tout le monde végétal (…) elle peut agir sur toute organisation qui a tendance à l’autonomie dans l’organisme humain et animal. (…) Il faudrait immédiatement interdire de consommer des tomates à une personne qui souffre d’un cancer, puisqu’un cancer crée a priori dans l’organisme humain (…) une zone d’autonomie. »

« la pomme de terre a aussi des tendances semblables » [à celles de la tomate] « Elle a aussi un comportement indépendant, indépendant au point de traverser de préférence tout le processus de la digestion sans aucun mal, de pénétrer dans le cerveau et de le rendre indépendant, indépendant même de l’action des autres organes humains. (…) Si les hommes et les animaux sont devenus matérialistes depuis l’introduction de la pomme de terre en Europe, c’est entre autres qu’ils consomment trop de pommes de terre, précisément. »

Efficacité

La biodynamie, en plus des idées originales de Steiner, a aussi naturellement intégré des pratiques de l'agriculture biologique. [5]

Le fait d'associer des pratiques bénéfiques, l'agriculture biologique, au mysticisme de la biodynamie, donne à cette dernière un vernis de crédibilité scientifique qui, pourtant, n'est pas mérité. En effet, quand les chercheurs ont comparé l'agriculture biodynamique à l'agriculture biologique, ils ne trouvèrent aucune différence entre les deux.

Conclusion de l'étude publiée en 2013 par Linda Chalker-Scott Ph.D. of Washington State University dans la revue HortTechnology :

"À ce jour, il n'y a pas d'effets clairs, cohérents ou concluants des préparations biodynamiques dans les systèmes de production biologique. D'autres pratiques alternatives non abordées dans cette revue font désormais partie du mouvement biodynamique, notamment l'utilisation des rythmes cosmiques pour programmer diverses activités agricoles et la formation d'images pour visualiser la qualité nutritionnelle des plantes. Ces pratiques ne se prêtent pas à des tests expérimentaux rigoureux et ne fournissent pas non plus d'informations scientifiques pratiques pour améliorer la production végétale. Étant donné la maigreur de la littérature scientifique et l'absence de données claires à l'appui de l'efficacité des préparations biodynamiques, l'agriculture biodynamique ne se distingue pas de manière mesurable de l'agriculture biologique et ne devrait pas être recommandée en tant que pratique scientifique pour le moment."[6]

La biodynamie en France

En France, le mouvement se développe sous l'impulsion de Claude Monziès, Xavier Florin, François Bouchet, Nicolas Joly, Pierre Masson ou encore Jacques Mell. L'Association française de culture biodynamique est créée en 1958, le Syndicat d'agriculture biodynamique en 1973 et le Mouvement de culture biodynamique en 1975[7]. Toujours en France, l'association Demeter et la marque homonyme voient le jour en 1979. [8]

En 1996 une association viticole, le Syndicat international des vignerons en culture biodynamique, avec un label spécifique Biodyvin[9].

Le Mouvement de l'Agriculture Bio-Dynamique (MABD). Le site est édité par: Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique, Fédération francophone des organismes régionaux de l’Agriculture Bio-Dynamique, Association d’Alsace Moselle (association de droit local). Enregistrée au Tribunal d’instance de Colmar. Siège social : 5 place de la Gare – 68000 Colmar.[10]. Il est proposé sur le site, outre les préparations-biodynamiques, une formation qualifiante délivrant un Brevet Professionnel de Responsable d’Entreprise Agricole (BPREA), et quelques vidéos donnant des exemples de formations. Voir aussi la vidéo "approche biodynamique en viticulture: DOMINIQUE MASSENOT (notion de polarité)", noter en début de la vidéo, sur l'écran, les deux labels côte à côte: FNAB (Fédération Nationale d'Agriculture Biologique) et MABD, puis la présentation de Dominique Masselot: conseiller formateur en agronomie et biodynamie[11].

Liens externes

  • https://www.ccmm.asso.fr/anti-vaccins-delires-cosmologiques-les-etranges-verites-des-anthroposophes/?fbclid=IwAR1zJaDAavIOJi6JAjBr1zzpQxeUMMBVbRg2QecHWgmtHz6W9TFoA066MWY Anti-vaccins, délires cosmologiques… les étranges « vérités » des anthroposophes. Publié le 30 Avr 2019. « Repenti », Grégoire Perra est devenu un farouche critique de cette mouvance en plein essor, à l’origine des écoles Steiner ou encore de la biodynamie. [...]
  • http://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_biodynamique
  • http://www.charlatans.info/agriculture-biodynamique.php L'agriculture biodynamique ou biodynamie. Point de vue critique et scientifique sur la biodynamie.
  • http://www.charlatans.info/pseudos.shtml La biodynamie dans la bouteille de vin
    Le vin biodynamique
    Douglass SMITH & Jesus BARQUÍN
    Le super-naturalisme est-il en train de devenir la nouvelle mode du monde vinicole ? Voici une analyse du phénomène biodynamique, ses origines, et son efficacité supposée. Le super-naturalisme est-il en train de devenir la nouvelle mode du monde vinicole ? Voici une analyse du phénomène biodynamique, ses origines, et son efficacité supposée.
  • https://veritesteiner.wordpress.com/2014/03/13/pierre-rabhi-la-biodynamie-et-lanthroposophie/
  • https://www.agriculture-environnement.fr/2014/04/07/viticulteur-bio-decryptage-dune-affaire Viticulteur bio : décryptage d’une affaire 7 avril 2014.
    À sa sortie du tribunal correctionnel de Dijon, le 24 février 2014, Emmanuel Giboulot (viticulteur bio) crie victoire. Alors qu’un arrêté préfectoral l’obligeait à traiter ses 11 hectares de chardonnay et de pinot noir contre la cicadelle, l’insecte vecteur de la flavescence dorée, ce viticulteur bourguignon de 52 ans a réussi un coup médiatique digne de José Bové.
    «Je suis jugé pour avoir refusé d’empoisonner mes propres terres!», s’est-il écrié, acclamé par une foule de militants altermondialistes. Venue lui apporter son soutien, l’eurodéputée EELV Sandrine Bélier confirme : «Cette affaire nous questionne sur la liberté de choix dont nous disposons pour produire autrement. Notre modèle agricole a montré ses limites et doit entamer sa mutation vers des pratiques plus vertueuses sans utilisation de pesticides». Elle ajoute : «L’intérêt des citoyens européens doit passer avant celui des lobbies de l’industrie chimique, pour une agriculture respectueuse de notre santé et de l’environnement». Parmi les soutiens au viticulteur figurent également l’association Générations Futures, Greenpeace, et même le NPA [Le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) est un parti politique français d'extrême gauche créé en février 2009] !
    Sauf que les 147 producteurs de vin certifié bio de la Côte d’Or sont loin de partager le combat d’Emmanuel Giboulot –même si certains d’entre eux ont fait la démarche de venir soutenir «un ami». En effet, l’immense majorité d’entre eux ont traité leurs vignes contre la cicadelle, suivant en cela les recommandations du Service d’écodéveloppement agrobiologique et rural de Bourgogne (Sedarb), principal organisme pour la promotion et le développement de l’agriculture biologique en Bourgogne. Pour autant, ils ne s’estiment pas être à la solde «des lobbies de l’industrie chimique», ni ne jugent «empoisonner» leur terre. Comme le reste de la profession, le Sedarb est d’ailleurs à l’origine de l’arrêté du préfet, que conteste Emmanuel Giboulot. Agnès Buisson, responsable du bureau de Beaune, déplore la tournure qu’a prise cette affaire. Elle digère mal l’argumentaire technique du viticulteur, qui critique l’usage du Pyrevert, une formulation à base de pyréthrine autorisée en agriculture biologique, notamment dans le cadre de la lutte contre la cicadelle.
    Un produit bio dangereux
    Selon M.Giboulot, ce produit, utilisé par ses collègues bio, serait «un dangereux pesticide qui détruit entre autres les abeilles et la faune auxiliaire. Il détruit toutes sortes d’insectes nécessaires à la régulation de la vigne pour éviter les parasites». C’est en tout cas le message qu’il a largement fait passer grâce à une vidéo réalisée et mise en ligne par Augustin de Livois. À peine quinze jours avant l’audience, cet ancien consultant de FairValue Corporate and Public Affairs, un cabinet bruxellois spécialisé en lobbying auprès des institutions européennes, a pris contact avec le viticulteur bourguignon. C’est que le cas Giboulot présente toutes les caractéristiques recherchées par le jeune avocat pour faire connaître son Institut pour la protection de la santé naturelle (IPSN) ! Augustin de Livois lui soumet donc un projet de vidéo associé à une pétition, qu’il promet d’adresser à son fichier de gens «passionnés par les médecines naturelles et le bio», dont il a récolté les adresses grâce à d’autres opérations de pétition –notamment une campagne sur les adjuvants dans les vaccins et une pétition dénonçant l’application en France d’une directive européenne censée rendre illégal l’usage des plantes médicinales. Le buzz est au rendez-vous, et en moins de 15 jours, la pétition de soutien au viticulteur recueille plus de 500000 signatures (http:// ipsn.eu/petition/viticulteur.php).
    Difficile en effet de ne pas être touché par l’histoire d’Emmanuel Giboulot, dont tout laisse à penser qu’il serait la cible d’une administration zélée et aveuglée par «des réglementations qui marchent à l’envers et qui nuisent autant à l’environnement qu’au bon sens». «Si je suis condamné, les agriculteurs bio et non bio comprendront qu’ils doivent obéir aveuglément aux injonctions des autorités, y compris si cela implique d’empoisonner leur propre terre et décimer encore plus les abeilles et autres insectes pollinisateurs», s’insurge Emmanuel Giboulot. Pour lutter contre la propagation de la flavescence dorée, le viticulteur propose l’emploi «d’alternatives naturelles», comme les fougères, l’argile calcinée ou les pièges à cicadelle de couleur orange. «Dire qu’il suffit de mettre un peu de couleur orange et d’argile, ce n’est pas vrai. Si c’était aussi simple, ça se saurait», rétorque Pascal Lambert, le directeur du Sedarb. «Nous avons conduit une expérience avec trois produits alternatifs, de l’argile (Argibio), un engrais foliaire (Silical) et de l’huile de neem (http:// www. biobourgogne.fr/experimentations-viticulture-bio_92.php). Résultat: zéro efficacité pour les deux premiers. Seule l’huile de neem montrait une efficacité, mais très insuffisante pour lutter contre la cicadelle. En outre, ce produit est interdit en France», confirme Agnès Buisson.
    L’agriculture ésotérique de Monsieur Giboulot
    Qu’importe ces résultats bien réels tirés d’expérimentations conduites par les techniciens de la filière bio ! Emmanuel Giboulot défend en effet une tout autre forme d’agriculture: l’agriculture biodynamique, avec son cortège de remèdes plus ésotériques les uns que les autres, qu’il applique depuis 1985. En France, l’agriculture biodynamique a toujours été ultra-marginale. À peine 231 viticulteurs bénéficient du label Demeter, la marque de certification des produits biodynamiques. Sur les 85000 exploitants que compte le vignoble français, ils représentent donc… 0,3%! À lire les écrits de Rudolf Steiner le fondateur de l’agriculture biodynamique, on comprend aisément pourquoi. Dans son traité sur l’agriculture [Agriculture – Fondements spirituels de la méthode Bio-dynamique, Rudolf Steiner, 1924.] – qui assemble des discours tenus à la fin des années 1920 –, le père de l’anthroposophie traite de tout et n’importe quoi. [...] C’est à partir de ce genre d’élucubrations que Steiner a développé son enseignement à l’origine des préparations biodynamiques, dont se servent aujourd’hui ses adeptes.
    [...]
    Prétendre, comme l’a fait Emmanuel Giboulot, qu’il n’y avait aucune urgence à mettre en place un programme préventif de lutte relève d’une analyse bien risquée. Claude Chevalier, président du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB), rappelle l’historique: «Jusqu’à très récemment, les traitements préventifs se résumaient dans la région à l’arrachage des pieds de vignes contaminés. Malheureusement, certains foyers n’ayant pas été détectés, le département de Saône-et-Loire a été atteint. En 2011, un hectare de vigne a donc dû être arraché à 80%, et l’année suivante, 11,4 ha ont subi le même sort tragique.» On peut s’imaginer le vent de panique qui s’est répandu sur le vignoble limitrophe de la Côte d’Or ! Rencontres professionnelles, mise en place d’un plan de combat, coordination avec les élus et les services administratifs, la profession s’est massivement mobilisée pour apporter une réponse appropriée (http:// www. stop-flavescence-bourgogne.fr/ lutte.html#plan-de-lutte-insecticide-par-departe- ment-hors-yonne ). «Nous avons élargi le programme déjà existant en Saône-et-Loire en prenant en compte d’une part les connaissances actuelles concernant le cycle de vie de la cicadelle, et d’autre part les spécificités de chaque département : trois traitements obligatoires en Saône-et- Loire, un seul dans le département de la Côte d’Or et aucun, pour l’instant, en Yonne. En outre, nous avons apporté aux agriculteurs bio un moyen efficace de lutte», poursuit Claude Chevalier. Le 7 juin 2013, l’arrêté imposant aux viticulteurs le traitement de leurs vignes a été signé par le préfet. D’emblée, Emmanuel Giboulot a refusé de participer à cette action collective, au motif «qu’il n’y [aurait] pas de cas avéré dans le département». Or, cet argument ne tient pas davantage. En effet, lors du programme de prospection de 2013, des pieds de vignes contaminés par la flavescence dorée ont été détectés à Pommard, Volnay, Saint-Aubin et Meursault. Soit à moins de cinq kilomètres de chez lui…

Références

  1. Concepts ésothériques de la biodynamie illustrés ici par le document "L'agriculture à la lumière de la bio-dynamie" de Dominique Massenot
  2. https://www.psiram.com/de/index.php/Demeter
  3. Jacobeit W, Kopke C: Die biologisch-dynamische Wirtschaftsweise im KZ. Die Güter der Deutschen Versuchsanstalt für Ernährung und Verpflegung der SS von 1939 bis 1945. Berlin, 1999 Trafo-Verlag
  4. http://alerte-environnement.fr/enquete-sur-la-biodynamique/ Agriculture biodynamique : les racines ésotériques de l’agriculture bio Agriculture biodynamique : les racines ésotériques de l’agriculture bio Article mis en ligne le 21 avril 2008 (5 pages)
  5. http://www.charlatans.info/agriculture-biodynamique.php Le mythe de l'agriculture biodynamique
  6. http://horttech.ashspublications.org/content/23/6/814.full The Science Behind Biodynamic Preparations: A Literature Review (La science derrière les préparations biodynamiques: une revue de la littérature). Auteur: Linda Chalker-Scott. Publié dans HortTechnology December 2013 vol. 23 no. 6 814-819
    To date, there are no clear, consistent, or conclusive effects of biodynamic preparations on organically managed systems. Other alternative practices not discussed in this review have become part of the biodynamic movement, including use of cosmic rhythms to schedule various farm activities and image formation to visualize nutritional quality of plants. These practices do not lend themselves to rigorous experimental testing, nor do they provide practical scientific information for improving crop production. Given the thinness of the scientific literature and the lack of clear data supporting the efficacy of biodynamic preparations, biodynamic agriculture is not measurably distinct from organic agriculture and should not be recommended as a science-based practice at this time.
  7. http://www.bio-dynamie.org/ Site du Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique
  8. http://www.demeter.fr/consommateurs/historique/
  9. http://www.biodyvin.com/ Site Biodyvin du Syndicat international des vignerons en culture bio-dynamique
  10. https://www.bio-dynamie.org/
  11. https://www.youtube.com/watch?v=41dYhNq1cSA 6 mai 2015