Marc Fréchet

De Psiram
Marc Fréchet Source clesbien-etre.typepad.fr

Marc Fréchet, né en 1947 et décédé vers la mi-janvier 1998, est l'inventeur de la théorie des Cycles Biologiques Cellulaires Mémorisés (C.B.C.M.) utilisée par la Biologie Totale très proche de la MNG d'Hamer. Tandis qu'Hamer recherche le "conflit" à l'origine du cancer dans l'histoire personnelle du patient, la Biologie Totale, en ajoutant la Bio-psychogénéalogie, "le regard transgénérationnel"[1], cherche aussi le "conflit" à l'aide du volet pré-natal des C.B.C.M. de Fréchet, donc pendant la gestation ou dans les générations antérieures.

Biographie

Fréchet était un psychologue clinicien qui avait exerçé depuis 1978 en exercice libéral (il aurait été, selon Léon Renard pendant 20 ans l’assistant d'un professeur de médecine psychiatrique), puis qui avait exercé durant neuf ans au sein de l’hôpital Paul Brousse de Villjuif en Oncologie médicale en collaboration directe avec Le Pr Georges Mathé (qui atteint d’un cancer du poumon aurait été suivi par Ryke Geerd Hamer[2]. A Villejuif, Fréchet assurait des consultations une journée par semaine, le restant de son temps était consacré à des recherches consistant dans la vérification d’affirmations faites par de nombreuses personnes, à propos des cancers, d’un point de vue psychologique.


Convaincu par les théories de Ryke Geerd Hamer, Fréchet écrit le 20 août 1997 une lettre en français[3] à l'intention du tribunal de Cologne en faveur d'Hamer, qui, après avoir été traduite en allemand[4], fut produite lors du procès à Cologne.


Le décès de Fréchet vers la mi-janvier 1998, à peine 5 mois après avoir écrit cette lettre, alors que, lors de sa dernière année à l'höpital Paul Brousse de Villejuif, nous savons qu'il ne recevait plus de patients et se contentait de poursuivre ses recherches "car il savait qu'il allait cesser son travail", ainsi qu'une lettre de Ryke Geerd Hamer [5] à son sujet disant qu'il était atteint d'ostéolyses au col du fémur [6] [4], c'est à dire une destruction du tissu osseux pouvant être provoquée par un cancer appelé tumeur ostéolytique et ses métastases, permettent d'affirmer que son décès à l'âge de 50 ans est très probablement dû à un cancer. On comprend mieux l'intérêt que portait Fréchet à Hamer et ses théories, ainsi que son investissement sur le sujet du cancer: un cancéreux voulant à tout prix guérir, prêt à croire, comme beaucoup d'autres, à toute théorie l'assurant qu'elle peut le guérir. Fréchet avait préparé un compte-rendu de ses recherches et de sa théorie, et était sur le point de les publier quand il est décédé.

Un autre point n'est pas clair: Fréchet précise dans sa lettre du 20/08/1997[3] que, depuis un an, donc depuis environ août 1996, il ne reçoit plus de patients et se consacre à ses recherches, sa théorie en somme. Or dans la lettre de nécrologie d'Hamer publiée vers 2006[4], Hamer dit que Fréchet a été jeté dehors de l'hôpital. Simple fanfaronnade d'Hamer ?, détail exact que les partisans de la MNG et de la Biologie Totale passent pudiquement sous silence ?, mise au placard d'un malade qu'on ne peut licencier vu son état, mais qu'on désire tenir à l'écard des malades vu ses idées dangereuses ?, ou bien simplement l'état avancé du cancer de Fréchet faisait qu'il n'était plus en état de recevoir des patients depuis le milieu de 1996 ?

La biographie de Fréchet revue à la mode Hamer: Fréchet obtenant des résultats extraordinaires avec les cancéreux qu'il traitait avec la MNG, il fut jeté hors de l'hôpital. Le choc psychologique qui s'ensuivit fit apparaître un cancer. Ayant réussi à mener à bien ses recherches et étant près de les publier, le choc précédant fut diminué, et signe de guérison "son ostéolyse est entré dans la phase de guérison et l'aine enfla" (le cancer qui va sortir du corps). Mais les ennemis de la MNG (ses chefs et la médecine conventionnelle donc) inquiets de la proche parution de ses travaux, voulant empêcher cela, profitèrent de l'erreur que commit Fréchet en allant dans un hôpital. Et là-bas, on l'assassina en lui administrant en secret de la morphine. Fréchet est un martyr qui a payé de sa vie d'avoir voulu proclamer la vraie science et le vrai savoir la MNG. On retrouve dans ce cavenas la paranoïa d'Hamer et sa théorie du complot.

Cycles Biologiques Cellulaires Mémorisés (C.B.C.M.)

Source page 65 sur le site www musee-evy.com/images/pdf/qui_sommes_nous_2010.pdf

Marc Fréchet avait cru observer que les événements importants de la vie d’une individu se produisaient de manière cyclique, il avait donné à son hypothèse le nom de Cycles Biologiques Cellulaires Mémorisés. Ainsi, le premier événement important de la vie d’une personne déterminerait un "cycle d’autonomie". Ce cycle serait le temps séparant la naissance de cet événement. Et chaque cycle suivant se terminerait avec un événement marquant: un évènement vécu dans l'enfance à l'âge de 5ans ou 10 ans se retrouverait 5 ans ou 10 ans plus tard sous une apparence différente mais qui aurait pour origine le même choc psycho-affectif que la première fois. Ce serait comme une date d'anniversaire qui se "fêterait" tous les 5 ans ou 10 ans, c'est à dire un cycle mémorisé à l'intérieur du cerveau qui se perpéturait et se réactiverait à travers différents évènements de la vie[7]. Ce serait dans la prise de conscience du choc émotionnel mais aussi dans le déblocage de l'émotion qui serait restée comme figée à l'intérieur de la personne, que celle-ci pourrait se libérer de cette répétition. Ceci pour la vie post-natale.
Cette théorie a un second volet, intitulé Projet/Sens qui concerne la vie pré-natale[8].

Nous ne savons pas qui a recueilli le travail. Baudouin Labrique signale qu'il a été formé aux C.B.C.M. par Alain Rossette Cazel qui aurait été un assistant de Fréchet, c'est la piste la plus probable puisque Rossette vend le CD "Logiciel Cycles Biologiques Cellulaires Mémorisés" (120€)[9]. Léon Renard pourait aussi être une hypothèse. En tout état de cause, sa théorie a été reprise et est pratiquée par les partisants de la Biologie Totale comme Christian Flèche, Baudouin Labrique et de nombreux autres sous l'appelation de psycho-généalogie ou psycho-bio-généalogie.

Lettre de Fréchet du 20 août 1997, en faveur d'Hamer, à l'intention du tribunal de Cologne

Cette lettre, rédigée à l'origine par Fréchet en français [10], a été traduite en allemand[4] et produite à titre de témoignage en faveur d'Hamer au procès de Cologne où Hamer était accusé à cause du décès de 3 de ses patients (Hamer fut condamné à 19 mois de prison ferme). Elle fut utilisée par la suite comme un des 15 témoignages de "preuve" de l'efficacité de la MNG (voir la page allemande GMN-Verificationen[11]), que les partisans d'Hamer exhibent pour leur propagande, tous plus contestables et contestés les uns que les autres.

Nous reproduisons la lettre originale en français[12], ne sachant pas si la présentation, les fautes de frappe ou d'orthographe sont dues à Fréchet où à l'auteur du mail:

Témoignage de Marc Fréchet, Psychologue clinicien à l'Hôpital Paul Brousse

Texte | Original Marc FRECHET Psychologue clinicien Rue Brancoeur 75018 PARIS


Paris, le 20 AOUT 1997

Objet: Témoignage

Mesdames et Messieurs de la cour

Je sais que ce témoignage peut être produit devant la cour. J¹en accepte la conséquence, conscient que ce que je vais écrire m¹engage devant votre juridiction (j¹accepte que ce texte soit traduit avec les risques créatifs inhérents aux traducteurs).

Depuis 1978 j¹exerce en qualité de psychologue clinicien en exercice libéral. Durant neuf années j¹ai exercé au sein de l¹hôpital Paul Brousse de Villjuif en Oncologie médicale en Collaboration directe avec M. Le Professeur G. Mathe et Rémunéré par l¹Association Claude Bernard. Ma présence au sein de cette équipe était double.

I° J¹assurais tous les jeudi Matin et Après-midi des consultations. L¹essentiel des personnes qui venaient consulter ètaient affectées de troubles somatiques identifiés comme étant des maladies Sanguines ou tumorales. L¹ensemble des patients m¹était adressé 1000 personnes. La dernière année sachant que je devais quitter l¹hôpital, je n¹ai pas assuré le suivi de nouveaux patients. Parmi ces patients il y avait aussi bien des adultes que des enfants.

II° Passés les horaires réservés aux consultations j¹assurais ma deuxième raison d¹être là, c¹est à dire la recherche. Cette recherche consistait dans la vérification d¹affirmations faites par de nombreuses personnes à propos des Cancers d¹un point de vue psychologique. Pourquoi cette vérification? Confronté à la désespérance des patients voire la dépression de ceux-ci en quête de traitements miracles et immédiats, je les accompagnais, dans l¹élaboration d¹un sens en eux, face à leur Cancer, face aux solutions qu¹ils attendaient du dehors. Je les accompagnais pour qu¹ils s¹investissent face à cette solution somatique en identifiant les problématiques majeures rencontrées par eux-mêmes dans leur quotidien afin de devenir partie prenante et actifs.

Mon domaine de connaissance n¹etant pas la médecine, les personnes elles-mêmes étaient chargées de m¹informer de leurs symptômes, des inconvénients ainsi que des conséquences positives ou négatives qu¹elles éprouvaient. Faisant avec ces personnes l¹inventaires de leurs différents déboires, nous avons identifié certaines problématiques génériques identiques entre elles au point que nous aurions pu, s¹il avait été question de publier des résultats, dire que toutes les personnes qui auraient vécu tel problème avaient de fortes probabilités d¹avoir été affectées ou d¹être affectées de telle atteinte organique à tel moment de leur vie. Notre quête permanente au cours de ce travail a été d¹identifier au mieux le ressenti attaché aux symptômes.

Pour ne citer qu¹un exemple, nous avons identifié cinq problématiques différentes dans le cadre des cancers du sein. Aujourd¹hui je peux dire "des cancers des seins" car non seulement les humains ont normalement deux seins: Un sein Droit et un sein Gauche mais il y a parmis eux des Droitiers et des Gauchers. Je crois que le Docteur Hamer en cite autant que nous en avons mis à jour. Mèdicalement j¹ai acquis par ma présence à Villjuif l¹identification biologique des cancers des seins, et par l¹approche proposée par le Docteur Hamer une meilleure identification spécifique des troubles émotionnels rattachés à cette symptomatologie somatique. Reprenant les dossiers que nous avions sur ces femmes et ces hommes, chacun des différents types de cancers prennent place dans la visée offerte par le Docteur Hamer. N¹ayant pas été confronté à ce jour à toutes les pathologies évoquées par ce médecin il ne m¹est pas possible d¹affirmer qu¹il a raison 100 fois sur 100, mais pour les personnes avec lesquelles nous avons cherché, 100 fois sur 100 approche à confirmé la nôtre.

Dans certaines situations, l¹ambidextrure des patients pourrait être gênante si nous nous accrochions à celle ci pour faire valoir les théses de ce Médecin. Notre soucis allait dans le sens d¹identifier la problématique des patients au mieux de leurs ressentis.

M¹est avis à ce jour que si je confrontais mes résultats d¹enquête de contenus Psychosémantiques des problématiques vécues par les patients chercheurs, Monsieur le Docteur Hamer pourrait dire de quelle pathologie somatique il est question.

En tant que ancien praticien hospitalier j¹ai eu à accompagner des personnes qui suivaient à la lettre les traitements médicaux (389 personnes Gp A soit 41,38%) et d¹autres qui s¹y opposaient farouchement (215 personnes Gp B soit 26,70%). 310 personnes Gp C soit 33% - sur les 940 personnes que j¹ai en l¹occasion de voir pendant mes huit années d¹acceuil effectif ne sont venues qu¹une fois en consultation. Tous autant qu¹ils étaient et quelques furent les choix thèrapeutiques ou les non choix qu¹ils avaient fait je peux vous affirmer que bien faire comprendre le mécanisme biopsychique rattaché au fait du symptôme a toujours favorisé une détente des patients.

Certains s¹en portent toujours bien à ce jour. Leur vie semble avoir gagné en qualité et en paix. Aprés Huit années de recul, sur une population de 604 personnes recencées comme ayant toujours consulté à Villejuif au 29/06/1994 restaient vivantes 285 personnes soit 47,18%. Parmis ces personnes, 102 personnes du Gp A soit 26,22% et, 183 du Gp B soit 85,11%. J¹ai suivi les patients du groupe A à leur grés soit une moyenne de Six heures par personnes. Les patients du groupe B étaient tenus à un contract moral d¹un minimum de quarante heures. Les deux groupes pouvaient disposer d¹un acceuil téléphonique régulier en dehors des consultations.

Je crois qu¹il me faut conclure plutôt que de faire une thése sans fin. Je dirais la plupart des personnes qui sont décédées sont mortes de peur, de fatigue biologique et d¹isolement affectif à l¹identique de celui par lequel elles étaient tombées malades.

J¹espère par ces quelques lignes avoir pu vous apporter à vous Mesdames et Messieurs de la cour un éclairage de la richesse qu¹il y a à travailler avec les apports du Docteur Hamer. Je souhaite vivement pouvoir travailler à ses côtés.

Marc FRECHET

Valeur du témoignage de Fréchet

En dehors du fait qu'on ne sait pas dans quelles circonstances Fréchet a fait ce témoignage et qui le lui a demandé, le contenu en est passablement nébuleux. Il décrit, certes, quelque chose en entrant dans le détail, il se serait occupé de plus de 600 patients (répartis) en trois groupes, dont il y avait plus de survivants dans le groupe s'opposant farouchement à un traitement. Il se tait cependant au sujet des diagnostics individuels, des traitements médicaux déjà effectués et (des traitement médicaux) refusés, et en quoi consistait sa thérapie. En particulier, l'homogénéité des trois groupes serait de la plus grande importance. L'expérience a montré pourtant qu'on trouve chez les patients avec le meilleur pronostic aussi très fréquement ceux qui refusent une (autre) thérapie, à savoir la chimiothérapie ou la radiothérapie adjuvante. En supposant qu'il s'agissait chez les patientes décrites de femmes avec un cancer du sein avéré/prouvé, doit bien avoir eu lieu déjà auparavant un examen histologique de la tumeur qui se fait la plupart du temps dans le cadre d'une tumorectomie, donc d'une opération. Si la tumeur a été complètement retirée et en outre pas de ganglions lymphatiques contaminés, le pronostic est généralement bon. L'expérience a montré qu'il est difficile de faire accepter à ces patientes une thérapie adjuvante, qui est souvent associée à des effets secondaires, mais même sans thérapie adjuvante, elles ont les plus grandes chances d'une survie à long terme. Dans ce cas, la qualification du second groupe "[...], qui s'y opposaient farouchement" est fausse, car ces patientes avaient déjà été opérées, avec pour résultat de bons pronostics. C'est une simple (ou mauvaise) plaisanterie quand il déclare: "Indépendamment de la connaissance du travail de D. Hamer, en ce qui concerne les patientes atteintes de cancer du sein étudiées en détail par nous, nous pouvons confirmer la méthode développée par le Dr Hamer à cent pour cent" !? Seule déclaration vraiment intelligible, il écrit: «Tous autant qu¹ils étaient, et quels que furent les choix thérapeutiques ou les non choix qu¹ils avaient faits, je peux vous affirmer que bien faire comprendre le mécanisme biopsychique rattaché au fait du symptôme a toujours favorisé une détente des patients. Certains s¹en portent toujours bien à ce jour. Leur vie semble avoir gagné en qualité et en paix." C'est incontesté, et l'était aussi l'époque du «témoignage» de 1997, rien de nouveau. Au sujet des susmentionnés "patientes atteintes de cancer du sein étudiées en détail", il n'y a cependant pas d'autres détails. Ce n'est en aucune manière une vérification de la MNG. "Remarque: complètement inutilisable"

Liens externes

Références

  1. http://www.constellationsfamiliales.net/03Biopsychogenealogie.html Site de Daniella Conti, adepte de la MNG et de la Biologie Totale
  2. Fiche de la Biologie Totale sur Fréchet
  3. 3,0 et 3,1 La lettre du 20/08/1997 de Fréchet en français se trouve vers le milieu du mail
  4. 4,0, 4,1, 4,2 et 4,3 Lettre de Fréchet du 20 août 1997 traduite en allemand
  5. http://www.ariplex.com/ama/ama_ha59.htm Vers le milieu de cette page web on trouve le texte d'une sorte d'article nécrologique qu'Hamer à fait à propos de Fréchet. En voici la traduction:

    Mémorial pour les victimes de la macabre répression de la connaissance/science

    «Seigneur, peux-tu leur pardonner - même si ils ne savent pas ce qu'ils font? "

    Marc Fréchet avait été chargé par son chef Mathé, l'un des trois chefs avec le Pr Israël et le Pr Schwarzenberg du centre public de traitement du cancer de Paris Villejuif bien connu de tous, de déterminer combien de patients meurent quand « on ne fait absolument rien ».

    Il devait prendre en charge psychologiquement deux groupes, l'un de patients traités par chimiothérapie et l'autre de (patients) non-traités. Mais bien sûr, les patients non-traités, pour la plupart ne pouvant pas être traités, donc les cas incurables, avaient déjà aussi subit le choc du diagnostic et du pronostic. Généralement, ces patients meurent dans le même pourcentage que ceux malmenés par la chimio.

    Il n'était pas prévu que Marc Fréchet leur explique la NOUVELLE MEDECINE. Quand finalement il s'ébruita ce qu'il y avait fait là, et que plus de 85% des non-traités, ceux qui avaient découvert la sortie de la panique au moyen de la NOUVELLE MÉDECINE, survivaient, (que) même 28% des (patients) maltraités par la chimio, qui avait également découvert la sortie de la panique au moyen de la NOUVELLE MÉDECINE, et avaient survécu, il se fit immédiatement éjecter de l'hôpital.

    La tragédie: Fréchet voulait maintenant publier sa documentation/dossier, avait cependant souffert du conflit dû à la mise à la porte, "Je n'y arrive pas" avec des ostéolyses au col du fémur au niveau organique. (Voir Tableau: O.R. + l.b.4)

    Quelques jours avant la fin de sa documentation/dossier, "maintenant, j'y suis arrivé", son ostéolyse est entré dans la phase de guérison et l'aine enfla.

    Bien qu'ayant connaissance de la Nouvelle Médecine, il est allé de manière inconsidérée dans un hôpital de Paris pour se faire examiner. Là-bas, il se passa quelque chose de très étrange. Ils lui ont donné, éventuellement aussi sous un prétexte, peut-être aussi à son insu - de la morphine, après (cela) il ne s'est plus réveillé. Après 10 jours, à la mi-janvier, il était mort.

    Particulièrement macabre: Son chef, le professeur Mathé, donc l'un des chefs du centre de traitement du cancer Villejuif près de Paris, s'est fait lui-même thérapier - sans chimio -, il y a plus de 10 ans, par un de mes amis et moi, pour un carcinome bronchique selon la Nouvelle Médicine (voir tableau: rra2). Depuis qu'il est à nouveau en bonne santé, il continue à faire de nouveau chez les patients de la chimio - bien que connaissant pertinemment la mortalité de 98% de la pseudo-thérapie.

    Marc Fréchet est mort en martyr pour la Médecine Nouvelle.

    Le Dr Hamer
  6. http://fr.wikipedia.org/wiki/Ost%C3%A9olyse
  7. http://www.ibbtev.be/?Les-cycles-biologiques-cellulaires
  8. http://www.ibbtev.be/?Le-projet-sens-P-S-la-loi
  9. http://www.editions-quintessence.com/catalog/logiciel-cycles-biologiques-cellulaires-mmoriss-p-196.html
  10. La lettre du 20/08/1997 de Fréchet en français se trouve vers le milieu du mail
  11. http://www.psiram.com/ge/index.php/GNM-Verifikationen
  12. La lettre du 20/08/1997 de Fréchet en français se trouve vers le milieu du mail