Mère Teresa

De Psiram
Mère Teresa.gif

Mère Teresa, née le 26 août 1910 à Uskub, Empire ottoman (actuellement Skopje, Macédoine), décédée le 5 septembre 1997 à Calcutta, Inde, était une religieuse catholique originaire d'Albanie, connue pour son action personnelle caritative en Inde, et pour avoir fondé une congrégation de religieuses, l'ordre les Missionnaires de la Charité. En 1979 elle reçut le prix Nobel de la paix et fut béatifiée en 2003.

Les Critiques de Christopher Hitchens

Christopher Hitchens[1], écrivain et journaliste, ayant la double nationalité anglaise et américaine, publia en 1995 un livre consacré à mère Theresa au titre provocateur The Missionary Position: Mother Teresa in Theory and Practice[2] (La position du missionnaire, mère Teresa en théorie et en pratique) ! En ce qui concerne le titre, avec son double sens sexuel, Hitchens a dit "C'était ou bien ça, ou bien La vache sacrée, et j'ai pensé que La vache sacrée serait de mauvais goût".

  • En novembre 1996 Le monde Diplomatique[3] publia sous le titre de 'Censeur des pauvres, amie des riches, Mère Teresa, une sainte médiatique', un article signé de Christopher Hitchens, en prévision de la parution en décembre 1996, de la version française de The Missionary Position, sous le titre Le Mythe de Mère Teresa:

« Les saints , écrivait George Orwell en 1949, devraient toujours être jugés coupables, jusqu’à ce qu’on ait prouvé leur innocence. » La carrière de Mère Teresa suggère l’inverse. Alors que la plupart des personnalités publiques voient leur réputation jugée à la lumière de leurs actes, Mère Teresa, elle, voit ses actions évaluées à l’aune de sa réputation. Une réputation de sainte, généreuse, dévouée à la cause des pauvres et des damnés.

Deux exemples récents. En novembre 1995, la population irlandaise dut décider, par référendum, d’abroger l’interdiction du divorce. L’Irlande était le seul Etat européen à maintenir cette interdiction. Or le pays négociait alors avec les protestants d’Ulster, lesquels redoutaient qu’un accord avec Dublin ne débouche sur un plus grand contrôle de leurs vies par le clergé catholique. En partie pour les rassurer, la plupart des partis irlandais appelèrent à voter« oui » au référendum. Le scrutin promettait d’être très serré (en définitive, le« oui » l’emporta par 50,3 % des suffrages). Mère Teresa, qui n’est pas irlandaise, appela à voter« non ».

Quelques mois plus tard, elle accordait un entretien à un magazine américain, Ladies Home Journal (1), lu par des millions de femmes au foyer. Interrogée sur son amitié pour Lady Diana, princesse de Galles, et sur le divorce imminent dans la famille royale britannique, Mère Teresa n’hésita pas à expliquer, parlant du mariage : « C’est bien que ce soit fini. Personne n’était vraiment heureux. » On le voit, avec Mère Teresa, les pauvresses ont droit à des sermons sur la morale et sur l’obéissance, les princesses bénéficient de tous les pardons et de toutes les indulgences. Aucun journal ne releva ces déclarations contradictoires. Le faire eût terni l’image flatteuse de la« sainte médiatique ». Pourtant, le contraste entre théorie et pratique en dit long sur Mère Teresa.

Voici quelques autres faits, complaisamment passés sous silence. En 1981, Mère Teresa se rendit à Haïti pour y accepter la Légion d’honneur, la plus haute distinction du pays. Elle la reçut des mains de la famille Duvalier, qu’elle remercia par un discours enthousiaste, expliquant que le dictateur Jean-Claude Duvalier -« Bébé Doc » - et sa femme Michèle non seulement « aimaient les pauvres » , mais étaient « adorés d’eux » ...

Quelques années plus tard, en 1990, Mère Teresa se rendit en Albanie, pays dont ses parents étaient originaires (elle est née à Skopje, capitale de la Macédoine). Elle n’eut aucun scrupule à déposer une couronne de fleurs sur la tombe de l’ancien dirigeant stalinien, Enver Hodja, fondateur de l’un des régimes les plus répressifs des Balkans. Elle en déposa même une autre, à Tirana, au pied d’un monument « à la gloire de la Grande Albanie » , qui comprend, aussi, le Kosovo (région de Serbie), l’Epire du Sud (situé au nord de la Grèce) et la zone ouest de la Macédoine (Etat indépendant). De nombreux Albanais se déclarèrent choqués de la voir s’afficher aux côtés de la veuve de l’ancien dictateur et ne rien dire sur les violations des droits de l’homme.

En 1992, Mère Teresa intervint lors du procès de M. Charles Keating, l’un des plus grands fraudeurs de l’histoire financière des Etats-Unis. Son escroquerie aux caisses d’épargne lui avait permis de mettre la main sur 252 millions de dollars, volés principalement à de petits épargnants. M. Keating, qui avait auparavant mené campagne contre la pornographie, avait offert à Mère Teresa 1 250 000 dollars ainsi que l’usage de son avion privé. En échange de quoi, la« sainte médiatique » n’avait pas hésité à user de son prestige pour aider M. Keating. A tel point que lorsque Mère Teresa envoya une lettre réclamant la clémence du tribunal pour un homme qui « a beaucoup fait pour aider les pauvres » , l’un des procureurs répondit en lui demandant de restituer l’argent qui lui avait été versé (et qui provenait du vol). Toujours trop innocente pour pouvoir détecter la malhonnêteté des autres, elle refusa.

« Multinationale missionnaire »

S’il est évident que Mère Teresa a du temps à consacrer aux riches et aux puissants, qu’en est-il de son souci proclamé pour les pauvres et pour les faibles ? Le bilan n’est pas aussi clair qu’on l’imagine. Des médecins britanniques et américains ont, par exemple, relevé le niveau très aléatoire des pratiques médicales dans les petites cliniques de Calcutta de Mère Teresa : pas d’antalgiques, des seringues lavées à l’eau froide, un régime alimentaire redoutable pour les patients et une attitude très fataliste à l’égard de la mort. Cela ne s’explique pas par le manque d’argent. Les comptes de son ordre religieux (catholique), les Missionnaires de la charité, ne sont pas publics, mais chacun sait que d’énormes sommes ont été recueillies, qui suffiraient largement à assurer le fonctionnement d’une clinique convenable de Calcutta. En revanche, Mère Teresa a évoqué sa fierté d’avoir ouvert 500 couvents dans 101 pays, « sans compter l’Inde » . L’argent offert par les donateurs pour soulager la souffrance des pauvres aurait-il alors été utilisé par la« multinationale missionnaire » pour faire du prosélytisme religieux ?

Et en faveur de quelle théologie ? Mère Teresa défend une version très intense et très simplifiée du fondamentalisme chrétien. Adoptant une approche traditionnelle du stoïcisme et de la résignation, elle assimile la souffrance des pauvres à un don de Dieu. Sur les murs de la morgue dont elle s’occupe à Calcutta, on peut d’ailleurs lire l’inscription : « Aujourd’hui, je vais au Ciel. » Assez logiquement, Mère Teresa critique avec fermeté tout projet politique qui lutte contre l’injustice et les inégalités, et a exprimé sa sympathie à l’égard des catholiques conservateurs d’Amérique latine et d’Europe. Non seulement elle condamne fermement l’usage de contraceptifs, mais elle a proclamé qu’elle n’accepterait jamais de « confier un enfant à un parent adoptif ayant auparavant consenti à un avortement ». D’ailleurs, dans le discours qu’elle a prononcé en 1979, au moment de recevoir le prix Nobel, elle a présenté l’interruption volontaire de grossesse comme le « principal danger menaçant la paix mondiale » ... On ne sera donc pas surpris d’apprendre que Mère Teresa n’a cessé, au sein de l’Eglise, de prendre le parti du pape Jean Paul II contre la« théologie de la libération » et autres« hérésies progressistes ». Elle a d’ailleurs expliqué : « Il y a quelque chose de très beau à voir les pauvres accepter leur sort, le subir comme la passion du Christ. Le monde gagne beaucoup à leur souffrance. » Et puisque les pauvres seront toujours parmi nous, pourquoi en effet ne pas les utiliser pour illustrer des contes moraux ?

Mais comment comprendre qu’une femme aux opinions presque médiévales soit également admirée par le monde des laïcs et par la communauté des dévots ? L’une des explications est que de nombreux Occidentaux, pleins de mauvaise conscience à l’égard de la misère du tiers- monde, sont trop heureux de déléguer le devoir de charité à quelqu’un d’autre. Et, ayant consenti à cette délégation-abandon, ils ne souhaitent pas examiner de trop près les motifs et les actes de ce représentant ambulant de leur conscience soulagée.

Contre l’avortement et la contraception

Mère Teresa peut donc asséner avec tranquillité - comme elle l’a fait plus d’une fois - qu’ « il n’y aura jamais trop de bébés parce qu’il n’y a jamais trop de fleurs ou d’étoiles » , sans pour autant que les partisans de la planification familiale s’en offusquent. En septembre 1996, le Congrès américain lui a accordé le titre de« citoyen honoraire », une distinction que seuls avaient obtenue avant elle William Penn et son épouse (fondateurs de l’Etat de Pennsylvanie), Winston Churchill et Raoul Wallenberg. Au cours d’une saison électorale pourtant dominée par la question de l’avortement et par la mise en cause du pouvoir (au demeurant très exagéré) de la droite religieuse, le vote du Congrès fut unanime.

En janvier 1980, à Calcutta, Mère Teresa nous fit visiter le petit orphelinat qu’elle venait d’ouvrir. Même si cet établissement ne réduisait pas de manière radicale l’immensité des problèmes de la ville, le projet était attachant. Alors que la visite de l’orphelinat s’achevait, elle agita soudain le bras et m’expliqua : « Vous voyez, c’est comme ça qu’au Bengale nous luttons contre l’avortement et la contraception. » L’aveu avait le mérite de la franchise : l’objet de l’activité de Mère Teresa, qui n’a jamais cherché à dissimuler son soutien à une idéologie dogmatique, tient en effet davantage du fondamentalisme conservateur que de préoccupations humanitaires.

Mère Teresa a toujours fait preuve d’ostentation dans le choix de ses protecteurs, à la fois riches, autoritaires et sans scrupules. Certains de ses défenseurs rappellent que Jésus lui-même était mal entouré. Métaphore pour métaphore, on peut aussi affirmer que le soutien qu’une opinion publique sceptique et matérialiste continue, en dépit de tout, d’accorder à Mère Teresa est, en soi, une sorte de... petit miracle.

Christopher Hitchens

Journaliste, auteur de The Missionary Position, Verso, Londres, 1995. A paraître en français en décembre, sous le titre Le Mythe de Mère Teresa, Dagorno, Paris, 1996.

  • Autre article publié en 2004 à propos du livre d'Hitchens "Le Mythe de mère Teresa ou comment devenir une sainte de son vivant grâce à un excellent plan média", sur un site inévitablement critique, mais dont l'intérêt est de bien résumer les critiques[4]:

L'icone mère Teresa n'en est plus une : l'excellente enquête de Christopher Hitchens révèle les sombres dessous de cette arnaque mondiale qui a fait d'une religieuse albanaise la dame patronnesse des bonnes actions. Des bonnes actions qui ont surtout permis à nombre d'escrocs et de personnalités d'extrême droite de se refaire une vertu en abreuvant la religieuse menue d'une manne financière aux origines douteuses. Fausse modestie, hypocrisie, manipulation de l'opinion, invention d'un miracle, mère Teresa a eu recours à tous les stratagèmes pour asseoir sa popularité et propager sa théologie de l'asservissement, du sacrifice de l'individu, de l'exaltation de sa souffrance à la gloire d'un dieu imaginaire. Toujours soucieuse de s'afficher sur les lieux de souffrance, mère Teresa eut ces mots odieux après la catastrophe de Bhopal en Inde où l'explosion d'une usine de l'Union Carbide a fait 5000 morts en 1984 : "Pardonnez, pardonnez."

À son aise avec les plus grandes crapules de la planète, mère Teresa, Agnes Gonxha Bojaxhiu de son vrai nom, n'a jamais craint de s'afficher avec des "bienfaiteurs" tels que la sinistre famille Duvallier en Haïti, Enver Hoxha le dictateur albanais auquel elle a rendu hommage, Charles Keating, un escroc étatsunien. Ce dernier, chrétien intégriste, fut condamné à dix ans de prison sans que le soutien de mère Teresa soit altéré...

La célèbre maison des agonisants de Calcutta qui fit la réputation de la religieuse n'est en fait qu'un mouroir : si "dieu" souhaite la mort des pauvres et des malades, pourquoi contrarier sa volonté ? Une hygiène déplorable, des soins rares ou inexistants, des compétences médicales très insuffisantes, telles sont les caractéristiques de l'œuvre fondée par mère Teresa, les Missionnaires de la charité. Mais de cela les puissants n'ont cure et n'ont de cesse de la combler de leurs dons et de leurs honneurs, habile stratagème faisant partie de leur plan de communication. Peu importe que les malades meurent dans des hospices insupportables, la bonne action est plus lucrative quand elle est mise en scène devant les photographes et les télévisions.

Ronald Reagan, Margaret Thatcher, Elisabeth II, Hillary Clinton, la FAO, l'OMS, tous seront complaisamment bernés par la figure adroitement médiatisée de celle qui incarne le catholicisme le plus réactionnaire. Car les pauvres de Calcutta et d'ailleurs ne verront ni ne sentiront l'odeur des sommes colossales recueillies par mère Teresa. La tromperie atteint des sommets en 1979 lors de l'attribution du Prix Nobel de la Paix (pour quel motif ?). Devant un parterre de sommités anesthésiées par le mythe vivant, la religieuse distille avec simplicité son opposition farouche à l'avortement : "Je pense qu'aujourd'hui la paix est également menacée par l'avortement qui est une vraie guerre [...] Aujourd'hui l'avortement est le mal suprême et le plus grand ennemi de la paix." Personne ne dit mot ! C'est avec le même aplomb glacial qu'elle a demandé aux bosniaques violées par les serbes de ne pas avorter. Et sa croisade anti-avortement s'est poursuivie inlassablement à Madrid, à Londres, etc. Assurément, mère Teresa mérite son titre de sainte qui la range dans la même catégorie que les plus grands noms du christianisme, héros de massacres d'infidèles, acteurs de conversions forcées ou auteurs d'illusions dénommées miracles.

Mère Teresa a été béatifiée le 19 octobre 2003 en présence du gouvernement français.

  • Quelques extraits provenant essentiellement du livre d'Hitchens "Le Mythe de mère Teresa":

Une pluie de médailles sur une avalanche de dollars Mère Teresa avait un charisme tel qu’elle re«ut une grande quantité de dons, de prix, de décorations et des millions de dollars, de la part d’Etats, d’organisations internationales ou encore des gens appar­tenant au petit monde dont le PNUD comptabilise les avoirs pour les mesurer à la pauvreté des nations.

Le gouvernement indien lui décerna le prix du Lotus miraculeux. En 1971, le Vatican fit de même pour le prix Jean XXII de la Paix. La même année, elle recevait à Boston la médaille du «Bon samaritain». Puis saut à Washington, pour recevoir la médaille John F. Kennedy le 16 octobre.

L’année suivante, les enchères montent. Le gouvernement indien semble s’apercevoir que le prix du lotus miracu­leux est bien faible et lui en octroie un plus important. En 1973, le prince Philip, qui est, pour la petite histoire, consort d’une famille dont les membres n’ont pas le droit de contracter mariage avec des catholique, allonge à mère Teresa 34 000 livres sterling.

En 75, la FAO fait frapper une médaille spéciale à son effigie, qui porte au revers l’inscription : «A manger pour tous : année sainte 1975». 26 ans ont passé et on connaît le bilan...

Mais le bénéfice des ventes de cette mé­daille à été reversé à l’Ordre de Mère Teresa, les Missionnaires de la Charité. Il y a encore le prix Albert Schweitzer, une nouvelle aide de la part du gouvernement indien, le prix international Balzan, d’un quart de million de lires, accordé par le président italien. Et enfin le prix Nobel de la Paix, avec le chèque, en décembre 1979. (p. 67)

Pêcher en eau trouble Parmi les donateurs privés, on note l’escroc américain Charles Keating, qui, avant d’être inculpé, passait pour un homme d’affaires américain catholique, un peu intégriste sur les bords. Teresa lui offrit un crucifix personnalisé qu’il utilisa pour conforter son image d’honorabilité et retarder la découverte du pot aux roses par la justice.

Pour ce menu service, elle reçut de lui un million de dollars et un quart. (p. 69)

Forte de l’exemple de Jésus, Mère Teresa rencontra plus d’une personne peu fré­quentable, sans doute afin de leur suggé­rer d’écouter un peu mieux la Bonne Nouvelle. En 1981, elle rencontra en Haïti «Baby Doc», Jean-Claude Duvalier, et sa femme Michèle, et reçut la Légion d’honneur haïtienne. Ce pays de 7 mil­lions d’habitants comptait, à ce moment, une armée de 45 000 gendarmes, dits «tontons macoutes», qui supprimaient les opposants à la machette et avaient provo­qué l’émigration d’un million de Haïtiens.

Mère Teresa rencontra aussi l’Américain John Roger, chef d’une secte appelée MSIA (Mouvement pour l’Eveil Spirituel Intérieur - prononcez Messie), un homme qui prétendait avoir une «conscience spirituelle» supérieure à celle de Jésus. Elle reçut de lui le John Roger Integrity Award, d’une valeur de 10 000 dollars. (p. 22)

Avec Hillary Clinton, elle inaugura à grand renfort de médias un orphelinat de douze lits alors que tout le système de soins de santé américain, trop généreux, venait d’être démantelé. (p. 24)

Baby Doc fut chassé en 86. Le prêtre Jean-Bertrand Aristide, de la théologie de la Libération fut élu président fin 90 à une majorité écrasante de 68%.

La théologie de la Libération est un catholicisme social jugé hérétique par Rome en 84. Mais, après quelques essais impopulaires de répression disciplinaire des pasteurs héré­tiques, le Vatican préféra les laisser faire, tout en menant une politique d’ordination et de promotion faisant une large place à l’Opus Dei. Toutefois, Aristide perdit à son élection ses charges de prêtre, comme Fernando Cardenal lorsqu’en 84 il devint ministre au gouver­nement sandiniste du Nicaragua. Aristide fut exclu de l’Eglise au motif qu’on ne peut être prêtre et président. Par contre, on peut être prêtre et agent de la CIA, comme le démontre le cardinal nicara­guayen Miguel Obando y Bravo, archevê­que de Managua, leader idéologique de la contra et bien trouble personnage devant l’Eternel. (p. 92)

De toute façon, huit mois après son élec­tion, Aristide fut renversé par une junte militaire. Pendant que les marines améri­cains imposaient leur version du blocus décidé par la communauté interna­tionale en y renvoyant les boat-people, le Vatican fut le seul Etat à établir des rela­tions diplomatiques officielles avec ce gouvernement de fait. (p. 110 du livre de Constance Colonna-Cesari, « Le pape : combien de divisions ? », Dagorno 1994).

L’esprit d’abord ! Lorsque Charles Keating fut condamné et que des familles entières apprirent qu’elles ne reverraient pas les économies qu’elles lui avaient confiées, on ne de­manda pas à mère Teresa de restituer la somme reçue. Pourtant, l’argent des dons dormait sur des comptes en banques.

Pauvres parmi les pauvres, la mère et les 4000 sœurs de son ordre dépen­saient les sous au compte-gouttes dans des maisons d’accueil qui étaient de petite taille et dépourvues du moindre confort, voire de ce que notre époque considère comme le néces­saire. (p. 75)

Dans la Maison des Agonisants de Cal­cutta, il y avait une salle comportant une cinquantaine de patients installés sur des lits de camp de la première guerre mon­diale et une salle comportant une cin­quantaine de patientes installées de même. La règle exigeait une pingrerie extraordi­naire dans les objets courants. Pas de morphine dans cette maison de soins palliatifs, aucun antidouleur puissant : c’était contraire à l’éthique de la mission. Un jour, mère Teresa dit à un patient : «Tu souffres comme le Christ sur la Croix. Alors Jésus doit être en train de t’embrasser.» L’homme lui répondit : «S’il vous plaît, alors, dites-lui d’arrêter.»

A l’orphelinat, les bébés portaient des langes de coton qui occasionnaient rou­geurs, odeurs et beaucoup d’humble tra­vail pour les sœurs et des bénévoles. Pas de pampers !

Aucun bilan médical systématique n’était organisé pour les malades entrants, d’où des cas d’erreur de diagnostic et de soins trop tardifs. Les médecins étaient d’ailleurs très rares dans ces maisons, qui s’apparentaient plutôt à des lieux d’accueil et de prière qu’à des hôpitaux. On manquait de perfusions et les aiguilles étaient réutilisées après un lavage sous le robinet, car «on n’avait pas le temps» de les stériliser.

Lorsqu’un patient nécessitait une opéra­tion, on n’appelait pas le taxi pour l’envoyer à l’hôpital le plus proche. «Si­non il faudrait le faire pour tous les au­tres !» On le préparait chrétiennement à mourir dans la maison de mère Teresa. Toujours sans antidouleur.

En fait, à part des antibiotiques et des médicaments courants, ces maisons res­semblaient plutôt à des hôpitaux moyenâ­geux où la prière tenait lieu de tout. Les sœurs qui avaient en charge tous ces malades et ces en­fants avec si peu de moyens devaient se faire pauvres parmi les pauvres, ren­contrer la mort et la souffrance avec patience et recueil­lement, en n’ayant pas plus que les pauvres les moyens de les éviter ou de les adoucir. Tout cela était voulu, intentionnel : comme le confort, les approches systématiques sont étrangères à la morale du foyer. Mère Teresa s’en remet à la Providence, pas à un planning ; ses règles ont été écrites pour prévenir tout dérapage vers le maté­rialisme : les sœurs doivent rester sur le même plan que les pauvres... (p. 46)

Certaines d’entre elles finirent par en être choquées et témoignèrent.

Lors de l’apparition du sida, la mission de mère Teresa ouvrit une maison aux Etats-Unis pour les patients qui en étaient at­teints. Mais cette maison n’eut pas beau­coup de succès, car les malades étaient effrayés d’y entrer et préféraient les hô­pitaux publics. Mère Teresa s’imaginait peut-être que l’épidémie s’étendrait au point de déborder les capacités des hôpi­taux, mais l’information et le préservatif détournèrent le courroux divin des pays développés. (p. 46-50)

Une religieuse qui a exercé de hautes fonctions dans l’Ordre avant de rompre, écrit : «Le flux de dons était considéré comme le signe du soutien divin à la congrégation de Mère Teresa. (...) Notre compte en banque se montait déjà à une petite fortune, qui s’accroissait à chaque arrivée de courrier. Un seul recueil de dons dans le Bronx nous avait rapporté 50 millions de dollars. (...) Ceux d’entre nous qui travaillaient au bureau régulièrement avaient compris que tout cela devait rester secret. Les dons se succédaient et pre­naient le chemin de la banque, mais ils n’avaient aucun effet sur nos vies ascéti­ques, ni sur celles des pauvres que nous essayions d’aider.» (p. 54)

Avec cet argent, on aurait pu doter toute une partie de l’Inde d’un système de soins de santé moderne et gratuit. Les Mission­naires de la Charité ont préféré disperser parmi la pauvreté du monde entier de petits orphelinats, des mouroirs, le tout con«u selon la manière dont les très riches s’imaginent le rôle des pauvres sur terre, et surtout pas «matérialiste» !

Mère Teresa ne mourut pas dans une maison de sa congrégation mais dans un hôpital ultra-moderne.

Pardonnez ! Lors de la catastrophe industrielle de Bhopal (35 000 morts, 5 millions de per­sonnes atteintes au système respiratoire et à la peau), Mère Teresa a immédiatement pris l’avion pour se rendre sur les lieux et a dit à la foule en colère, assemblée à sa sortie d’avion : «Pardonnez ! Pardonnez ! Pardonnez !»

Ainsi, elle reconnaissait, dès avant de rencontrer les victimes, qu’il y avait quel­que chose à pardonner. Elle demandait aux victimes de ne pas chercher quoi. Pourtant, ne faut-il pas connaître la vérité au cours d’un vrai procès pour pouvoir ensuite décider ou non de pardonner ? N’est-ce pas d’un vrai progrès social, aussi, qu’on pourrait seulement louer l’Eglise et le Dieu au nom duquel elle dit agir ? Non. «Pardonnez» est l’adresse des riches aux pauvres, l’adresse de l’Eglise aux peuples, et signifie : «Renoncez à comprendre. Renoncez à la vérité. Et si nous vous le disons, renoncez à vivre.» (p. 88)

L'article du magazine Stern " Il y a plus de bonheur à recevoir qu'à donner. Mère Teresa, où sont vos millions ? "

Cet article de Walter Wuellenweber, paru en 1998, n'est plus accessible en allemand, mais on le trouve ici[5] en anglais. Nous avons trouvé sur un site visiblement anti-catholique (nous ne savons pas à quel courant il se rattache) un texte en français évoquant l'article du Stern[6]. Mentionnons qu'il est impossible de savoir vers la fin du texte où s'arrète l'article du Stern et où commence les commentaires de l'auteur du texte:

Le magazine allemand Stern, l'un des plus importants magazines européens, a écrit un article sur Mère Thérésa en 1998. Il a posé cette question : "Mère Thérésa, où sont vos millions ?" Le magazine ajoutait : "A Calcutta même, on peut rencontrer beaucoup de gens qui doutent fort de la générosité de l'organisation de Mère Thérésa. Par exemple, Samity, un homme d'une trentaine d'années, qui n'a plus de dents et qui vit dans un taudis. Il fait partie des "plus pauvres des pauvres". C'est à ces gens que Mère Thérésa est censée avoir consacré sa vie. Un sac en plastique à la main, il fait une queue d'un kilomètre de long dans la Park Street de Calcutta. Tous ces pauvres attendent patiemment qu'on leur glisse un peu de riz et de lentilles dans leur sac. Samity, et tous les autres, ne reçoivent pas ces dons de l'organisation de Mère Thérésa, mais de l'Assemblée de Dieu, une organisation missionnaire américaine, qui sert 18.000 repas gratuits par jour. Samity déclare : "Mère Thérésa ? Nous ne recevons rien d'elle ! Posez la question dans les taudis ! Demandez à tous ces gens quels sont ceux qui ont reçu quelque chose des Sœurs de Mère Thérésa ! Vous n'en trouverez pas beaucoup !"

Pannalal Manik, né il y a 56 ans dans les taudis de Calcutta, exprime aussi ses doutes : "Je ne comprends pas pourquoi, vous qui êtes des occidentaux éduqués, vous avez fait de cette femme une déesse ! Tout le monde sait que les Sœurs de Mère Thérésa ont beaucoup d'argent. Mais personne ne sait ce qu'elles en font !"

Le magazine Stern révèle aussi qu'il y a environ 200 organisations charitables à Calcutta qui aident les pauvres. Les Sœurs de la Charité de Mère Thérésa ne font pas partie de celles qui les aident le plus. Cela contredit l'image de cette organisation, qui est celle qui reçoit le plus d'argent, parmi toutes celles qui travaillent à Calcutta. On a raconté que Mère Thérésa avait secouru 250.000 lépreux. Un autre article a prétendu que les Sœurs de Mère Thérésa avaient aidé 40.000 lépreux. Or, à Calcutta, le nombre des lépreux dépasse à peine 8.000. Il y a bien d'autres chiffres contradictoires. A la suite de l'enquête de Stern, le magazine a été officiellement informé par un Ministère du Gouvernement Indien que les résultats de cette enquête devaient être considérés comme "confidentiels". Voici ce qu'a découvert aussi Stern :

"L'organisation de Mère Thérésa comprend six branches en Allemagne. Même dans ce pays, les données financières sont rigoureusement secrètes. Sœur Pauline, responsable de l'Ordre en Allemagne, a déclaré : "Cela ne regarde personne de savoir combien d'argent nous avons". Maria Tingelhoff s'est occupée de la comptabilité de l'Ordre jusqu'en 1981, à titre bénévole. Elle se rappelle avoir comptabilisé 3 millions de marks par an. Mais Mère Thérésa ne faisait pas entièrement confiance aux personnes qui ne faisaient pas partie de son Ordre. Ce sont donc les Sœurs qui se sont occupées elles-mêmes de la comptabilité, à partir de 1981. Maria Tingelhoff a déclaré : "Bien entendu, je ne sais pas combien d'argent est rentré après cette date, mais cela doit largement dépasser les 3 millions de marks ! Mère Thérésa était toujours très satisfaite des Allemands".

Mais la branche la plus lucrative de l'Ordre était sans doute la "Maison du Saint-Esprit", située à New York, dans le Bronx. Susan Shields a servi dans cet Ordre pendant neuf ans et demi, sous le nom de Sœur Vierge : "Nous passions une bonne partie de la journée à écrire des lettres de remerciement et à traiter les dons en chèques. Chaque soir, près de 25 Sœurs devaient passer de longues heures à établir des reçus pour les dons. C'était un travail à la chaîne : certaines Sœurs tapaient à la machine, d'autres faisaient des relevés, glissaient les lettres dans les enveloppes, ou triaient les chèques. Les dons allaient de 5 dollars à 100.000 dollars. Des donateurs laissaient souvent des enveloppes pleines d'argent devant notre porte. Avant la période de Noël, le flot des dons échappait à tout contrôle ! Le facteur nous apportait des sacs entiers de courrier. Les chèques de 50.000 dollars n'étaient pas rares. Sœur Vierge se souvient qu'une année, il y avait près de 50 millions de dollars sur un compte bancaire de New York. 50 millions de dollars reçus en une année ! Alors que l'Amérique est un pays majoritairement non-catholique ! Combien d'argent cet Ordre devait ramasser en Europe et dans le monde entier ? On estime que la collecte devait avoisiner les 100 millions de dollars par an dans le monde. Et cela a duré de nombreuses années !

Comme pour les recettes, le détail des dépenses reste secret. Cet Ordre n'est pas en mesure de dépenser seul des sommes aussi importantes. Les établissements soutenus par les Sœurs de l'Ordre sont si insignifiants que même les autochtones ont du mal à savoir où ils se trouvent ! Souvent, un "Foyer de Mère Thérésa" est représenté simplement par un local d'habitations pour les Sœurs, qui ne gèrent aucune œuvre charitable. Personne ne peut obtenir une aide significative dans ces Foyers. Voir le site ... (Psiram: le lien étant brisé, il a été supprimé)

Sur un site web, on montre des photos pour informer les curieux de la manière dont l'Ordre de Mère Thérésa dépense ses millions de dollars pour les pauvres : ... (Psiram, le lien étant brisé, il a été supprimé)

On commence seulement à réaliser que les Catholiques occidentaux ont été délibérément dupés. Mère Thérésa a trompé son public. Au lieu d'employer l'argent qu'elle a reçu pour aider les pauvres et les mourants, elle se délectait de leurs souffrances, leur assurant qu'elles représentaient le "baiser de Jésus" ! On raconte qu'un malade a hurlé dans sa souffrance : "Demandez donc à Jésus d'arrêter de m'embrasser !"

L'Ordre de Mère Thérésa n'a rien fait pour aider les victimes des famines en Ethiopie ni les orphelins de l'Inde, malgré les dons qu'il a reçus à cet effet.

D'autres personnes ont été les victimes directes de l'idéologie de cette organisation. En 1994, Robin Fox, rédacteur en chef du prestigieux journal médical Lancet, a révélé les conditions sanitaires catastrophiques des Foyers de Mère Thérésa. Il a choqué le monde médical en disant que l'hygiène la plus élémentaire était inconnue dans la gestion de ces foyers. Les malades de la tuberculose n'étaient pas isolés. Les seringues étaient simplement lavées dans de l'eau tiède avant d'être réutilisées. Le médecin anglais Jack Preger avait travaillé dans un Foyer pour mourants. Il a déclaré :

"Si l'on veut leur donner de l'amour, de la compréhension et de la compassion, la première chose à faire est d'employer des seringues stériles ! Il s'agit sans doute de l'Ordre religieux le plus riche du monde ! Beaucoup de ces mourants ne devraient même pas mourir, d'un point de vue strictement médical !"

Le journal anglais The Guardian a décrit cet hospice comme une "forme organisée de non-assistance à personne en danger". En 1991, le responsable de l'organisation allemande Pro Infante a adressé une lettre circulaire à des parents adoptifs d'enfants provenant de l'organisation de Mère Thérésa, avec l'avertissement suivant :

"Veuillez vérifier la validité des vaccinations de ces enfants. Nous pensons que, dans certains cas, ils ont été vaccinés avec des vaccins périmés, ou avec des vaccins rendus inopérants en raison des mauvaises conditions de conservation".

Mère Thérésa se contente de répondre à toutes ces critiques de la manière suivante :

"Dites-leur que nous ne sommes pas ici pour accomplir une œuvre sociale. Nous sommes là pour Jésus. Notre but est religieux avant tout. Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux, ni des enseignants, ni des médecins. Nous sommes des Sœurs catholiques !"

Ce n'est pas une excuse ! Avec tous les millions qu'elle reçoit, l'Ordre de Mère Thérésa aurait pu recruter des médecins et des infirmières pour contribuer à soigner les malades, comme Mère Thérésa prétend le faire. Mais, comme elle l'affirme, elle n'est pas un médecin, mais quelqu'un qui "travaille pour Jésus". Pour quel Jésus ? Le biographe de Mère Thérésa, Desmond Doig, rapporte cette citation de la Mère :

"Ce que nous nous efforçons de faire par notre travail au service des gens, c'est de nous approcher plus près de Dieu. Si, en nous trouvant face-à-face avec Dieu, nous L'acceptons dans notre vie, alors nous passons par une conversion. Nous devenons un meilleur Hindou, un meilleur Musulman, un meilleur Catholique, quelle que soit notre religion. En devenant meilleurs, nous nous approchons toujours plus près de Lui. Si nous L'acceptons pleinement dans notre vie, nous passons par une réelle conversion. Quelle est donc mon approche ? Pour moi, bien entendu, il s'agit d'une approche catholique. Mais si vous êtes Hindou, votre approche sera hindoue, ou bouddhiste, selon la conscience de chacun. Vous devez accepter la forme que prend Dieu dans votre pensée".

Non seulement Mère Thérésa renie ses propres doctrines catholiques, et défend la doctrine luciférienne du Nouvel Age, mais elle renie ouvertement Christ en tant que seul Chemin ! Est-il donc étonnant qu'elle ait dû être délivrée de démons par un Archevêque, quelques années avant sa mort, alors qu'elle se trouvait dans un hôpital ?

Je dois ajouter que l'hôpital dans lequel s'est retrouvée Mère Thérésa pouvait lui offrir les meilleurs soins qu'il était possible d'avoir, moyennant finances, alors qu'elle n'avait jamais essayé de faire bénéficier les pauvres de Calcutta de tels soins !

Malgré toute cette perversité, c'est cette Mère Thérésa que les Catholiques ont déjà commencé à prier ! Ils n'attendent même pas qu'elle soit canonisée ! Ils ont tellement peur de leur propre indignité qu'ils cherchent toujours quelqu'un qui puisse les aider à s'approcher de Dieu ! J'ai toujours été très étonné que des hommes et des femmes cherchent aussi avidement d'autres hommes et femmes complètement corrompus pour intercéder pour eux, alors qu'ils ont un Médiateur parfait et sans péché, Jésus-Christ !

Le témoignage de l'ancienne soeur de la charité Susan Schields

Article publié en 1998, intitulé Mother Teresa's House of Illusions. How She Harmed Her Helpers As Well As Those They 'Helped'. (La maison des illusions de mère Teresa. Comment elle a nui à ses aides, tout comme à ceux qu'ils aidaient.) par Susan Shields[7]. Son témoignage a été utilisé par le journal allemand Stern (voir ci-dessus).

Le livre du dr. Aroup Chatterjee

"Mother Teresa The final Verdict Was Mother Teresa for real, or was she 20th Century's biggest fairy tales?" (Mère Teresa Le verdict final Mère teresa était-elle vraie ou était-elle le plus grand conte de fée du 20ième siècle?) paru en 2002[8], livre dont il n'y a malheureusement pas de traduction en français. Catterjee, médecin né à Calcutta, vivant en Angleterre, a fait une enquète critique sur mère Teresa. On peut le voir sur une vidéo[9].

... elle a dit une fois : "il y a quelque chose de très beau à voir les pauvres accepter leur sort, le subir comme la passion du Christ. Le monde gagne beaucoup à leur souffrance".

Un texte de Sanal Edamaruku paru en 2003 en Inde

L'Inde n'a aucune raison d'être reconnaissante envers Mère Teresa[10]: Mère Teresa a fait une mauvaise réputation à Calcutta, donnant de la métropole indienne, belle, attachante, vivante, et culturellement riche, l'image même de la saleté, de la misère, du désespoir et de la mort. Présentée comme un immense cloaque, elle est devenue la toile de fond de son œuvre de charité très spéciale. Son ordre n'est que l'une parmi quelque 200 organisations caritatives qui s'efforcent d'aider les habitants des bas-fonds de Calcutta à construire un avenir meilleur. Sur le terrain, il n'est ni très visible, ni très actif. ...

Mère Teresa a récolté des millions et des millions de dollars (certains disent des milliards) au nom des indiens pauvres - et bien plus encore au nom des pauvres des autres "égouts" partout dans le monde. Où est allé tout cet argent ? Il n'est certainement pas utilisé pour améliorer le sort de ceux à qui il était destiné.

La belle histoire de ses Maisons pour les mourants a tiré des larmes au monde entier. La réalité, pourtant, est scandaleuse : dans ces petites maisons primitives et surpeuplées, de nombreux malades doivent partager leur lit avec d'autres. Sans souci de l'hygiène, alors que nombreux sont ceux qui sont atteints de tuberculose, du SIDA ou autre maladie hautement infectieuse. Les patients sont soignés avec de belles paroles et des médicaments insuffisants - voire périmés, administrés avec de vieilles aiguilles, lavées à l'eau tiède. On peut y entendre les cris de ceux à qui l'on extirpe des vers de leurs plaies ouvertes sans anesthésie. Par principe, on n'administre pas de calmants puissants, même dans les cas graves, car selon la curieuse philosophie de Mère Teresa, "C'est le plus beau cadeau pour un être que de pouvoir participer à la souffrance du Christ". Un jour elle a tenté de réconforter un malade qui hurlait de douleur en lui disant : "Vous souffrez, cela veut dire que Jésus vous embrasse !" L'homme devint furieux et répondit en hurlant : "Alors dites à votre Jésus qu'il arrête de m'embrasser!" Devons-nous éprouver de la reconnaissance parce que nous sommes les victimes de cette charité d'un genre très spécial? Pouvons-nous tolérer que des gens ignorants et sans défense soient utilisés comme figurants dans le drame religieux, inhumain et cruel, de la souffrance du Christ?

Quand Mère Teresa a reçu le Prix Nobel de la Paix, elle a profité de l'occasion que lui offrait son discours prononcé à Oslo et diffusé par les télévisions du monde entier pour déclarer que l'avortement était le mal le plus grand au monde, et elle a lancé un appel enflammé contre la régulation des naissances. Elle a reconnu que son œuvre de charité n'était qu'une partie du grand combat contre l'avortement et le contrôle des naissances. Cette position fondamentaliste est une gifle envers l'Inde et les autres pays du Tiers Monde, pour lesquels le contrôle des naissances est l'un des leviers les plus importants du développement et des transformations sociales. Devons-nous être reconnaissants à Mère Teresa de mener son offensive de propagande contre nous avec l'argent qu'elle a collecté en notre nom?

Mère Teresa n'a pas servi les pauvres de Calcutta, elle a servi les riches d'Occident. Elle les a aidés à surmonter leur mauvaise conscience en obtenant d'eux des milliards de dollars. Certains de ses donateurs ont été des dictateurs et des criminels, qui ont ainsi tenté de se blanchir. Ce n'est pas pour rien que Mère Teresa les a encensés. Mais la plupart de ceux qui l'ont soutenue, pourtant, étaient des gens honnêtes; ils l'ont fait de bon cœur et avec de bonnes intentions, mais ils ont succombé à l'illusion que la "madone des bas-fonds" allait sécher toutes les larmes, mettre fin à la misère, et faire cesser toutes les injustices dans le monde. Ceux qui tombent amoureux d'une illusion refusent le plus souvent de voir la réalité en face...

Mère Teresa doutait de l'existence de Dieu

Mais, en 2007, sa canonisation se heurta à une belle pierre d’achoppement : on découvrit qu’en sus de diverses autres contradictions, Teresa n’était pas du tout une citadelle de joie spirituelle ou de fermeté dans la foi[11]. Ses carnets intimes, examinés par les autorités catholiques de Calcutta, révélèrent qu’elle avait été tourmentée de doutes : « Je sens que Dieu ne veut pas de moi, que Dieu n’est pas Dieu et qu’il n’existe pas vraiment. » « Les gens pensent que ma foi, mon espérance et mon amour sont débordants et que mon intimité avec Dieu et mon union avec Lui emplissent mon cœur. S’ils savaient, seulement, que le ciel de signifie rien », écrivait-elle encore. Tout au long de maintes nuits tourmentées et sans sommeil, elle ruminait des pensées comme celle-ci : « On m’a enseigné que Dieu m’aime – et, pourtant, la réalité des ténèbres, de la froidure et du vide est si grande que rien ne touche mon âme. » "Mon sourire est un masque". «Si jamais je deviens sainte - je serai certainement une sainte des "ténèbres". Je serai continuellement absente du Ciel - pour allumer la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres sur terre.»

La vraie mère Teresa était une femme qui eut des visions durant une année et des doutes durant les cinquante années suivantes – jusqu’à sa mort en fait.

  • Les "doutes" de Mère Teresa sur sa foi révélés dans sa correspondance[12]

Mère Teresa de Calcutta avait-elle vraiment foi en Dieu ? Ainsi posée, la question apparaîtra sacrilège aux admirateurs de cette icône mondiale de la charité qui célébreront, le 5 septembre, le dixième anniversaire de sa mort.

Elle ne l'est pourtant pas, comme le prouve la quarantaine de lettres, signées de celle que Jean Paul II béatifia à une vitesse record, en 2002, qui seront publiées aux Etats-Unis sous le titre Mère Teresa, viens, sois ma lumière.

Chez la religieuse albanaise née en 1910 à Skopje, fondatrice des Missionnaires de la charité, prix Nobel de la paix 1979, ces lettres trahissent la répétition de nuits de doutes et d'épreuves. "Où est ma foi ? Tout au fond de moi, il n'y a rien d'autre que le vide et l'obscurité. Mon Dieu, que cette souffrance inconnue est douloureuse ! Je n'ai pas la foi", écrit-elle dans un texte non daté adressé à... Jésus-Christ, dont elle avait de fréquentes visions.

Dès 1959, elle est tenaillée par le doute : "Pourquoi je fais tout cela ? Si Dieu n'existe pas, il ne peut pas y avoir d'âme. S'il n'y a pas d'âme, alors Jésus, toi non plus, tu n'existes pas." Les mêmes mots reviennent : "obscurité", "torture", "agonie". Dans une autre lettre non datée, elle écrit : "Quand j'essaie de me tourner vers le Paradis, il y a un tel vide (...) J'appelle, je m'agrippe et il n'y a personne pour répondre. Personne à qui m'accrocher, non, personne. Seule."

"MON SOURIRE EST UN MASQUE"

Les critiques et l'aveu des doutes remettront-ils la canonisation en question?

Rien de moins sûr, tant de l'avis du grand public [13] [14] [15] que dans les milieux catholiques, comme on peut le constater ici[16] et dans l'article de Henri Tincq (spécialiste des religions du journal Le Monde après avoir travaillé au journal La Croix) paru dans l'édition du 29.08.07 du Monde[17]:

... De son vivant, on avait fait de Mère Teresa un modèle de perfection chrétienne, un bloc de certitudes. Mais "mon sourire est un masque", révèle-t-elle. En 1979, elle écrit à un ami pasteur : "Pour moi, le silence et le vide sont si grands que, quand je regarde, je ne vois pas ; quand j'écoute, je n'entends pas".

Auteur de cette compilation, le père Brian Kolodiejchuk, qui l'a suivie pendant plus de vingt ans, dit sa surprise au magazine Time : "Je n'ai jamais lu la vie d'un saint où le saint vivait dans une obscurité spirituelle si intense.

Personne ne savait qu'elle était aussi tourmentée." Cette publication risque pourtant de faire avancer la cause de la canonisation de Mère Teresa, dont ce prêtre est le postulateur au Vatican, et de la faire classer dans la lignée des grands mystiques. Avant elle, en effet, des saints comme Jean de la Croix (1542-1591) ou Thérèse de Lisieux (1873-1893) ont connu les mêmes tourments. Thérèse de Lisieux en parlait comme d'une "nuit de la foi". Dès 1962, Mère Teresa avait livré ce pressentiment : "Si un jour, je deviens une sainte, je serai sûrement celle des ténèbres."

Le grand public et les catholiques ont eu tôt fait de ranger ces doutes dans la catégorie des épreuves des grands mystiques, malgré quelques voix de protestataires comme celle de Michael Parenti[18] [19].

Liens externes

Article de Psiram dans d'autres langues

Références

  1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Christopher_Hitchens
  2. http://en.wikipedia.org/wiki/The_Missionary_Position
  3. http://www.monde-diplomatique.fr/1996/11/HITCHENS/7400
  4. http://www.atheisme.org/hitchens.html
  5. http://www.srai.org/mother-teresa-where-are-her-millions/
  6. http://esaie.free.fr/pdv/articles/A162.vierge_marie.htm
  7. http://www.secularhumanism.org/index.php?section=library&page=shields_18_1
  8. http://www.if.pwr.wroc.pl/~tadekt/prv/miody/mt/3.Aroup%20Chatterjee%20-%20Mother%20Teresa%20-%20The%20Final%20Verdict.pdf Livre en anglais du Dr. Aroup Catterjee, état au 21.02.2004
  9. http://www.youtube.com/watch?v=kMLUriYehqY
  10. http://www.atheisme.org/teresa3.html
  11. http://golias-news.fr/article1599.html
  12. http://dnghu.org/Europa/2007/08/29/les-doutes-de-mere-teresa-sur-sa-foi-reveles-dans-sa-correspondance/
  13. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20070827.OBS2119/mere-teresa-devraitpouvoir-etre-canonisee.html
  14. http://www.lefigaro.fr/france/20070828.FIG000000211_nouvelles_revelations_sur_la_foi_ebranlee_de_mere_teresa.html
  15. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/mere-teresa-doutait-de-l-existence-de-dieu_466233.html
  16. http://fr.gloria.tv/?media=94705 Un reportage d'ARTE: Mère Teresa, la foi et le doute
  17. http://www.croire-et-vivre.fr/annexe/137_Doutes-de-Mere-Teresa_sa-correspondance.html
  18. http://www.michaelparenti.org/motherteresa.html
  19. *http://www.michelcollon.info/Mere-Teresa-et-les-tres-douteux.html Présentation en français du livre de Michael Parenti, journaliste américain, ayant pour titre "Mother Teresa, John Paul II, and the Fast-Track Saints" ou "Mère Teresa et les très douteux 'saints' de Jean-Paul II"