Fausses explications

De Psiram
(Redirigé depuis Justifications multiples)

Les fausses explications

Les prétendus thérapeutes emploient une large panoplie de pseudos explications pour gagner la confiance de leurs interlocuteurs. Voici plusieurs procédés qu’ils utilisent pour tenter de justifier leur thérapie. Ces « explications » peuvent être regroupées en plusieurs thèmes : expériences pratiques, sciences, ésotérismes, analogies.

EXPERIENCES PRATIQUES : « CA MARCHE, VOICI DES EXEMPLES »

Ce constat est le point central de leur argumentation : pour telle personne, ça a marché ! Admettons que les récits invoqués sont vrais : il s’est passé telle amélioration ou guérison, faisant suite à telle pratique/médication. Si l’on arrête à ce constat « faisant suite à », on peut déduire tout et n’importe quoi. Tout ce qui s’est passé dans les instant avant une amélioration / guérison pourrait être invoqué. C’est le fameux sophisme : « le soleil se lève chaque matin aux ordres du coq qui chante ». Une amélioration ou guérison peut avoir des causes multiples, complexes. Pour pouvoir identifier des causes avec certitude, il faut passer de l’expérience individuelle à l’expérimentation scientifique. Pour cela, la science a mis en place des procédures et des protocoles. Cela permet d’identifier les causes réelles, en écartant l’effet placebo par exemple. En réalité, les « thérapeutes » refusent généralement de respecter ces procédures et ces protocoles. Quand ils le font, le résultat est pour l’instant toujours négatif : leurs « pratiques/médicaments » n’ont aucun effet objectif provoquant amélioration ou guérison. Pour l’homéopathie par exemple, il y a eu des dizaines de véritables tests avec des conditions expérimentales réelles. Ces tests n’ont jamais montré aucune efficacité des « médicaments » homéopathiques. Enfin, quand cela ne marche pas, le thérapeute a une explication parfaite, qui tient en un mot : « holistique ». En effet, il veut soigner telle personne et non telle autre. On dit aussi « soigner le malade et non pas la maladie ». Cela permet de tout expliquer ! « ça devrait marcher, ça marche le plus souvent, mais pas sur vous car etc. etc. Vous êtes un cas particulier, il va falloir vous examiner davantage ». C’est un cas intéressant pour le thérapeute, car les « soins » peuvent alors durer longtemps, ce qui assure des clients qui vont payer longtemps…

SCIENCES : « CA MARCHE. VOICI LES PISTES d’EXPLICATIONS SCIENTIFIQUES »

Comme vu ci-dessus, les « thérapeutes » mettent en avant certains succès pour affirmer que « ça marche ». L’étape suivante est d’expliquer « pourquoi ». Les thérapeutes donnent alors des pistes d’explications scientifiques, en s’appuyant que les sciences les plus modernes : physique quantique, théories corpusculaires-ondulatoires-vibratoires-électromagnétiques, mathématiques infinitésimales, astrophysique, etc. Cependant, les véritables scientifiques montrent facilement que ces « explications » n’expliquent en réalité rien du tout. Dans bien des cas, l’utilisation superficielle des concepts scientifique est même contradictoire avec les sciences. Ainsi, l’emploi de ce vocabulaire compliqué ne sert qu’à impressionner le public qui n’y connait rien. C’est le cas par exemple de la « médecine quantique », des « dilutions infinitésimales en homéopathie », de la « mémoire de l’eau », de toutes les théories sur « les énergies et les vibrations ». En parallèle, la science est appelée à la rescousse pour évoquer la « nocivité des ondes » (lesquelles ? quelles longueurs d’onde ? quelles puissances ?). Les jeunes en particulier y sont très sensibles… en théorie du moins, car il est rare que cela leur fasse abandonner leur téléphone portable…

ESOTERISME : « CA MARCHE. VOICI LES PISTES d’EXPLICATIONS ISSUES DE TRADITIONS ANCESTRALES »

En parallèle des explications prétendument scientifiques, les thérapeutes mettent en avant des explications issues de l’ésotérisme, de l’occultisme, etc. Dans ce domaine, aucune vérification scientifique n’est évidemment possible. Chacun se bâtit sa théorie occulte, avec son vocabulaire, son rattachement à telle tradition ancestrale, etc. Parfois, il est question de la même chose, avec des mots différents : le chi (Chinois) est de la même essence que le qi (japonais) et le prana (indien). C’est ainsi que fleurissent les « chamans », aidés par des « esprits » très divers, pour soigner les différents « corps » (physique, énergétique, astral, etc.), avec des divers procédés (magnétisme, produits divers, hypnose, calculs « numérologiques », etc.).

ANALOGIES : « CA MARCHE. VOICI D’AUTRES EXPLICATIONS »

Les analogies, parfois comiques, c’est la mode… ça ne prouve pas grand-chose, c’est souvent léger, mais ça installe une culture qui permet aux gens de se retrouver, de se reconnaître. Quelques exemples. La maladie nous parle, c’est un signal, puisque nous disons « Mal a dit ». La noix ressemble à un cerveau, donc certainement elle a des vertus pour le cerveau Etc.

LA CAROTTE (AMELIORATION) et LE BATON (PEUR)

L’art principal du « thérapeute », c’est de promettre une amélioration ou une guérison du « patient ». Dans certains cas, cette amélioration est promise à long terme, « dans une vie ultérieure », via les explications concernant le karma et la réincarnation. Si cela ne suffit pas, le thérapeute a un autre levier : la peur. Le discours est simple : si vous ne faites pas ce que je vous conseille, votre situation va devenir pire, pour vous et vos proches, dans cette vie et dans vos réincarnations futures. Ce discours de peur peut lui aussi s’appuyer sur les éléments ci-dessus : expériences pratiques, sciences, ésotérismes, analogies.

LE POINT CRUCIAL : INSPIRER CONFIANCE

En fonction de son interlocuteur, le praticien insistera davantage sur une de ces justifications. Face à un esprit plutôt empathique, il insistera sur les expériences pratiques (« ça a marché pour moi ! pour lui ! »). Face à un esprit plutôt rationnel, il insistera sur les justifications scientifiques (« la science le prouve ! les recherches sont très encourageantes ! »). Face à un esprit plutôt mystique, il insistera sur les justifications ésotériques (« votre histoire montre certaines influences occultes qu’il faut clarifier et purifier »). L’essentiel pour le praticien est que son interlocuteur ait confiance en lui. Peu importe la manière dont cette confiance se construit. C’est pourquoi ces « thérapies alternatives » peuvent facilement conduire à des emprises et des dérives sectaires.


EXEMPLES DE JUSTIFICATIONS SCIENTIFIQUES

  • Pour l’homéopathie : mémoire de l’eau
  • Pour la médecine quantique : la physique quantique

EXEMPLE DE JUSTIFICATIONS PRATIQUES

  • « Des milliers de foyers l’expérimentent avec succès chaque jour »

EXEMPLE DE JUSTIFICATIONS ESOTERIQUES

  • Chaque « soin » cherche à se décrire selon la façon dont il veut se rattacher aux différentes traditions ésotériques.
  • Citons en particulier les traditions orientales, et notons que les concepts de Qi, Chi et Prana sont quasiment les mêmes. Leur seule différence est leur rattachement à des traditions différentes : Chine, Japon et Inde.

(complément) "Le THERAPEUTHE a TOUJOURS RAISON…"

Vous venez me voir, par ce que souffrez ? Ce n’est pas normal, il faut absolument que je vous traite. Vous souffrez quand je vous traite ? C’est le signe que ça agit en vous, c’est normal, c’est bien. Vous souffrez alors que je vous traite depuis des mois ? C’est que le mal était vraiment très avancé quand vous êtes venus me voir pour la première fois. Vous auriez dû venir plus tôt. Accessoirement, la souffrance est bonne pour votre karma. Ça a marché sur lui et pas sur vous ? Normal, car vous êtes différents, vous n’avez pas le même vécu : je traite le malade, pas la maladie. Ça n’a pas marché sur lui ? En fait, il ne voulait pas me faire confiance… Et puis je réussis très souvent, mais pas à 100% quand même. Vous n’avez pas confiance, vous ne voulez pas TOUT me dire ? Dans ce cas, je ne pourrai pas vous aider au mieux, car TOUT peut avoir une importance.