Judy Mikovits

De Psiram
Judy Mikovits, le 31 mars 2017, à une réunion du National Vaccine Information Center de Barbara Loe Fisher [1].
Précisons que Mme Loe Fischer est membre d'honneur de l'European Forum for Vaccine Vigilance (EFVV)
Capture d'écran sur une vidéo youtube mise en ligne le 15 avril 2017[2]
Le titre du livre pourrait être traduire par Peste de la corruption : rétablir la foi dans la promesse de la science.
Paru le 14 avril 2020, avec une préface de Robert F. Kennedy, Jr. militant anti-vaccination notoire.

Judy Mikovits ou Judy Anne Mikovits est une chercheuse américaine. Elle a été impliquée dans des controverses concernant ses recherches dans le domaine du syndrome de fatigue chronique (CFS).

Judy Mikovits a été directeur de recherche du Whittemore Peterson Institute (WPI), une organisation de recherche sur le syndrome de fatigue chronique et une clinique à Reno (Nevada, USA) de 2006 à 2011. Mikovits a conduit un travail de recherche qui a rapporté en 2009 qu'un retrovirus connu sous le nom de xenotropic murine leukemia virus-related virus (XMRV) était associé au CFS. Les résultats de la recherche évoquaient la possibilité que le XMRV puisse être un facteur contribuant à la pathogenèse du CFS [3]. Toutefois la recherche a été violemment critiquée ce qui a entraîné ultérieurement une rétractation le 22 décembre 2011 par la revue Science [4][5].

En octobre 2011, Mikovits a été licenciée par le WPI pour avoir refusé de transmettre son travail à un autre scientifique [6] et a ensuite été interrogée pour avoir prétendument manipulé des données dans ses publications liées au XMRV [7]. Le 18 novembre 2011, Judy Mikovits a été arrêtée à son domicile de Ventura County, en Californie. Son avocat a déclaré qu'elle avait été arrêtée pour des accusations de vol introduites par le WPI, mais que les accusations n'étaient pas fondées [8]. D'ici le 28 novembre, après les négociations avec le WPI, 18 manuels manquants ont été renvoyés. Plus tard, les accusations criminelles contre elle ont été rejetées par le bureau du procureur de Reno, NV.

Le contentieux entre le WPI (une association caritative et un institut de recherche fondé par les parents d'une patiente atteinte de CFS, Annette and Harvey Whittemore, et par Daniel Peterson, un médecin du CFS qui traite la fille des Whittemore) et Mikovits est complexe [9]. Les auteurs du rapport de recherche XMRV/CFS de 2009 comprenaient Daniel Peterson et les chercheurs principaux de Whittemore Peterson, Judy Mikovits et Vincent Lombardi. L'étude du WPI a été largement couverte par les medias du monde entier, dont la BBC, National Public Radio, The New York Times et The Wall Street Journal ... et en France [10][11]. Beaucoup de patients atteints du SFC [Syndrome de Fatigue Chronique] ont salué le rapport avec enthousiasme, estimant que le XMRV accordait une légitimité à leur état de santé et espérant que le XMRV serait établi comme une cause traitable du CFS [Chronic Fatigue Syndrome], quelques uns, assumant la causalité, pressant même les médecins pour des tests et des médicaments. [12]

Elle participe aux congrès d'AutismOne[13] et au "4th International Congress on Integrative Medicine" organisé à Fulda (Allemagne) en avril 2017 par Heinz Reinwald et où Marco Ruggiero était aussi un des conférenciers [14].

Publications

Article publié dans le journal Science le 23 Oct 2009 [15][16] :
Detection of an Infectious Retrovirus, XMRV, in Blood Cells of Patients with Chronic Fatigue Syndrome
Vincent C. Lombardi1,*, Francis W. Ruscetti2,*, Jaydip Das Gupta3, Max A. Pfost1, Kathryn S. Hagen1, Daniel L. Peterson1, Sandra K. Ruscetti4, Rachel K. Bagni5, Cari Petrow-Sadowski6, Bert Gold2, Michael Dean2, Robert H. Silverman3, Judy A. Mikovits1,†
1 Whittemore Peterson Institute, Reno, NV 89557, USA.
2 Laboratory of Experimental Immunology, National Cancer Institute–Frederick, Frederick, MD 21701, USA.
3 Department of Cancer Biology, The Lerner Research Institute, The Cleveland Clinic Foundation, Cleveland, OH 44195, USA.
4 Laboratory of Cancer Prevention, National Cancer Institute–Frederick, Frederick, MD 21701, USA.
5 Advanced Technology Program, National Cancer Institute–Frederick, Frederick, MD 21701, USA.
6 Basic Research Program, Scientific Applications International Corporation, National Cancer Institute–Frederick, Frederick, MD 21701, USA.
† To whom correspondence should be addressed. E-mail: judym@wpinstitute.org

This article has been retracted. Please see:
Is retracted by - December 23, 2011
Is retracted by - October 14, 2011

Abstract
Chronic fatigue syndrome (CFS) is a debilitating disease of unknown etiology that is estimated to affect 17 million people worldwide. Studying peripheral blood mononuclear cells (PBMCs) from CFS patients, we identified DNA from a human gammaretrovirus, xenotropic murine leukemia virus–related virus (XMRV), in 68 of 101 patients (67%) as compared to 8 of 218 (3.7%) healthy controls. Cell culture experiments revealed that patient-derived XMRV is infectious and that both cell-associated and cell-free transmission of the virus are possible. Secondary viral infections were established in uninfected primary lymphocytes and indicator cell lines after their exposure to activated PBMCs, B cells, T cells, or plasma derived from CFS patients. These findings raise the possibility that XMRV may be a contributing factor in the pathogenesis of CFS.

Traduction:
Résumé:
Le syndrome de fatigue Chronique (CFS) est une maladie débilitante d'étiologie inconnue que l'on estime affecter 17 millions de personnes dans le monde entier. En étudiant les cellules mononucléées du sang périphérique (PBMC) de patients atteints du CFS, nous avons identifié l'ADN d'un retrovirus-gamma humain, xenotropic murine leukemia virus–related virus (XMRV), chez 68 des 101 patients (67 %) en comparaison avec 8 chez 218 [sujets] contrôles sains (3.7 %). Des expériences de culture cellulaires ont révélé que le XMRV dérivé de patients est infectieux et que la transmission du virus à la fois cellulaire et sans cellules est possible. Des infections virales secondaires ont été établies dans des lymphocytes primaires non infectés et des lignées cellulaires indicatrices après leur exposition à des PBMCs activés, à des cellules B, à des cellules T, ou à du plasma provenant de patients atteints du CFS. Ces résultats augmentent la possibilité que le XMRV puisse être un facteur qui contribue à la pathogénie de CFS.

COVID-19 et plandemic

Traduction de l'article Facebook and YouTube race to squash viral video full of coronavirus lies signé Sam Dean et paru le 8 mai 2020 dans le Los Angeles Times[17] :

Facebook et YouTube font la course pour supprimer une vidéo virale pleine de mensonges sur les coronavirus

En début de semaine, un cinéaste de Californie du Sud a posté sa dernière production sur Facebook et YouTube et a laissé les plateformes de médias sociaux faire ce pour quoi elles ont été conçues : rendre sa vidéo virale.

En quelques jours, la vidéo de 26 minutes s'est répandue comme une traînée de poudre, enregistrant des millions de vues et attirant des légions de nouveaux fans. La vidéo, intitulée Plandemic, ressemble à un documentaire sérieux, avec des interviews bien filmées entrecoupées de séquences d'actualité et de musique de mauvais augure. Mais elle propage des théories du complot sur les coronavirus, ce qui pourrait inciter les téléspectateurs à ignorer les recommandations de santé publique ou à essayer des traitements inefficaces ou dangereux pour l'infection virale.

Dès jeudi, les sociétés de médias sociaux où la vidéo a proliféré se sont engagées à enrayer sa propagation. Elles s'efforcent maintenant d'empêcher l'apparition de nouvelles copies. Au moment de la publication de cet article, des liens ou des versions de la vidéo étaient encore disponibles sur Facebook et YouTube.

La désinformation médicale a proliféré sur les principales plateformes de médias sociaux pendant des années, en particulier autour du thème de la sécurité des vaccins. Les plateformes se sont engagées à appliquer plus fermement les politiques de désinformation, mais la tâche s'est avérée difficile pour les entreprises dont les services sont conçus pour permettre aux utilisateurs d'atteindre un large public sans trop de contrôle. Mais la crise du coronavirus a été un terrain particulièrement fertile pour les théories du complot, les vidéos virales inspirantes qui racontent des histoires d'intrigue internationale et les cabales de profiteurs depuis presque sa création.

La vidéo Plandémie est centrée sur des entretiens avec une chercheuse du nom de Judy Milkovits, dont les fausses affirmations comprennent l'allégation selon laquelle des personnes riches propagent intentionnellement le nouveau coronavirus pour augmenter les taux de vaccination dans la population en général et que le port d'un masque peut en fait aggraver les symptômes viraux.

Dans une déclaration, un représentant de Facebook a déclaré que la société retirait la vidéo de Facebook et d'Instagram et rejetait les publicités qui incluent la vidéo, dans le cadre de sa politique visant à supprimer les informations erronées liées au COVID-19 qui pourraient entraîner un préjudice imminent. La société a écrit dans un billet de blog à la mi-avril qu'elle avait demandé à plus de 2 milliards de personnes de vérifier les informations de l'Organisation mondiale de la santé pour tenter de lutter contre la désinformation sur la pandémie.

"Suggérant que le port d'un masque peut rendre malade, il pourrait conduire à des dommages imminents", a déclaré un représentant de Facebook, interrogé sur la réponse de la vidéo Plandemic, "nous avons donc retiré la vidéo".

YouTube a publié des avis sur les téléchargements de la vidéo qui disait : "Cette vidéo a été retirée pour violation des directives communautaires de YouTube". La plateforme vidéo Vimeo a également déclaré qu'elle travaillait à la suppression de la vidéo, et Twitter a bloqué les balises et les recherches liées à la vidéo.

Mikki Willis, le réalisateur de la vidéo, est cité comme fondateur et directeur général sur le site web d'Elevate, une société de production basée à Ojai. Willis a de nombreux fans sur Facebook. Ces dernières semaines, il a demandé à ses disciples de voter pour le nom de sa dernière vidéo (les autres candidats étaient "The Oath" et "The Invisible Enemy"), et a publié de longs posts prétendant relier l'OMS aux théories du complot entourant le Council on Foreign Relations et la mort récente de Jeffrey Epstein.

La viralité de la vidéo a été renforcée par les activistes en ligne de la théorie du complot anti-vaccins, selon la couverture de la revue technologique du MIT. Lorsque YouTube a commencé à retirer des copies de la vidéo jeudi, les partisans ont exprimé leur indignation sur Twitter, faisant du titre de la vidéo un sujet tendance, alimentant ainsi l'attention et la couverture médiatique.

Judy Mikovits, théories du complot, critique de la vaccination, fausses affirmations…

Ces circonstances ont amené David Gorski (rédacteur en chef du site web science-Based Medicine) à consacrer le 8 mai 2020 un long article à Judy Mikovits : Plandemic : Judy Mikovits et la mère de toutes les théories du complot [à propos du] COVID-19 [18]

[...]

La carrière pré-complot de Judy Mikovits

Tout d'abord, examinons la carrière scientifique du Dr Mikovits avant qu'elle ne devienne célèbre. Disons simplement que son parcours a été... embelli. Wikipedia note qu'au début de sa carrière, après avoir obtenu une licence en chimie avec une spécialisation en biologie à l'université de Virginie en 1980, Mme Mikovits est allée à l'Institut national du cancer en 1980, où elle a travaillé comme chercheuse dans le laboratoire de Francis "Frank" Ruscetti, développant des méthodes de purification de l'interféron alpha. (Pour ceux d'entre vous qui s'opposent avec malhonnêteté à l'utilisation de Wikipédia pour quoi que ce soit, notez que ce n'est qu'un point de départ, et que j'ai examiné un grand nombre des sources primaires auxquelles l'article fait référence et que j'ai utilisées chaque fois que possible).

Mikovits a également brièvement travaillé chez Upjohn Pharmaceuticals à Kalamazoo, MI, pour développer des méthodes de production visant à garantir que les matériaux biologiques fabriqués à partir de produits sanguins humains étaient exempts de contamination par le VIH-1. Étant donné qu'elle n'avait qu'une licence, cela me dit qu'elle a travaillé comme technicienne dans le laboratoire du Dr Ruscetti. Elle a toutefois obtenu un doctorat dans le cadre d'un programme conjoint de biochimie et de biologie moléculaire à l'université George Washington en 1992, sa thèse de doctorat étant intitulée "Negative Regulation of HIV Expression in Monocytes". Je note que Mme Mikovits et ses admirateurs affirment souvent que sa thèse de doctorat a "changé le traitement du VIH-SIDA", mais qu'ils ont eu du mal à trouver des preuves que c'était le cas ou que sa thèse a changé la donne. Tout simplement, elle a travaillé dans le laboratoire du Dr. Ruscetti, a fait du bon travail, mais n'a jamais été une scientifique "brillante", encore moins "l'une des scientifiques les plus accomplies de sa génération". Elle a 34 publications dans PubMed, pour lesquelles elle n'est premier auteur que sur huit et auteur correspondant que sur quatre, dont une seule de son temps au NIH.

Cette entrée archivée dans le Wayback Machine de 1998 la décrit ainsi :

Le Dr Mikovits a obtenu son doctorat en biochimie et en biologie moléculaire à l'Université George Washington. Ses recherches doctorales ont porté sur la latence du VIH-1 sous la direction de Francis Ruscetti. Le Dr Mikovits a effectué un travail postdoctoral sur la génétique moléculaire du HTLV-1 sous la direction de David Derse au National Cancer Institute-FCRDC.
Les mécanismes par lesquels les rétrovirus humains modifient la fonction du système immunitaire et d'autres réponses de l'hôte entraînant une pathogenèse ne sont pas bien compris. L'objectif actuel de nos études est de définir les facteurs viraux et cellulaires impliqués dans la pathogénèse. Plus précisément, nous avons examiné les facteurs viraux et cellulaires impliqués dans la régulation de l'infectivité et de l'expression du VIH, la mort cellulaire et les mécanismes de dysfonctionnement immunitaire. À cet égard, nous avons montré, avec d'autres, que l'expression du VIH-1 dans les monocytes et les lymphocytes T auxiliaires peut être réduite au silence et que cette latence peut être surmontée à la fois par l'activation immunitaire et l'hypométhylation. Des études sur l'infection par le VIS et le VIH dans les ganglions lymphatiques indiquent que la capacité de l'hôte à contrôler la charge virale est prédictive de la progression de la maladie. L'importance des réservoirs latents est soulignée par des études récentes montrant des patients chez lesquels le virus plasmatique est réduit à des niveaux indétectables après une trithérapie antirétrovirale hautement active, mais où, peu après l'arrêt de la thérapie, des titres viraux élevés sont à nouveau détectés, ce qui suggère l'existence de réservoirs de longue durée de vie du virus latent. Nous avons donc concentré nos efforts sur l'examen de l'infectivité du VIH-1 et du HTLV-1 et sur la définition des cytokines et autres mécanismes cellulaires impliqués dans le maintien d'un équilibre entre l'expression rétrovirale humaine et la latence.

Ceux d'entre vous qui savent ce que tout cela signifie peuvent voir qu'elle a fait ce qui semble être du bon travail. Ceux d'entre vous qui connaissent le fonctionnement de la science savent également qu'en 1998, Mikovits n'était pas encore devenue indépendante. Elle n'était pas chercheuse principale. Elle travaillait dans le laboratoire d'une chercheuse principale supervisée par ce chercheur principal. Pour autant que je sache, elle n'a jamais été chercheuse indépendante au NIH. En fait, elle l'a quitté en 2001 pour se marier et prendre un emploi dans une start-up de biotechnologie, EpiGenX Pharmaceuticals, où elle travaillait sur le développement de médicaments anticancéreux.

La descente vers la conspiration commence:

Un article du New York Times de 2009 reprend l'histoire de Judy Mikovits en décrivant les conclusions que celle-ci a publiées. À l'époque, elle était directrice de recherche pour l'Institut Whittemore-Peterson pour les maladies neuro-immunes, une association à but non lucratif de Reno, NV, fondée récemment par les parents d'une jeune femme atteinte du syndrome, Andrea Whittemore-Goad, en 2006. Il est intéressant de noter comment Mikovits a été recruté par Harvey et Annette Whittemore pour devenir le directeur de leur institut :

Elle et son mari avaient les moyens, les connaissances et les relations nécessaires. Ils sont promoteurs immobiliers et copropriétaires d'une société de gaz et d'une boisson énergétique, et ils détiennent des intérêts dans d'autres entreprises. M. Whittemore est également avocat et lobbyiste. À partir de l'automne 2004, ils ont investi 5 millions de dollars de leur propre argent dans la création d'un institut à la faculté de médecine de l'université du Nevada. Ils ont également persuadé le gouverneur et l'assemblée législative de l'État d'engager 10 millions de dollars pour un nouveau bâtiment qui accueillerait les chercheurs de l'institut et une clinique, ainsi que des scientifiques de l'université et du Nevada Cancer Institute. Les recherches ont débuté en 2006 et une clinique pour les patients devrait ouvrir dans un an environ.
Plutôt que de se contenter de distribuer de l'argent à des chercheurs éloignés, les Whittemores voulaient employer leurs propres scientifiques qui se consacreraient à plein temps à la cause. Au printemps 2006, ils ont rencontré le Dr Judy A. Mikovits, une spécialiste des virus qui a travaillé pendant 22 ans à l'Institut national du cancer. Elle avait quitté l'institut en 2001 pour se marier et déménager en Californie, où elle est allée travailler pour une société de développement de médicaments qui a échoué. Elle tenait le bar d'un yacht club lorsqu'un client lui a dit que son discours constant sur les virus lui rappelait quelqu'un qu'il connaissait au Nevada. Cette personne était une amie d'Annette Whittemore. Le Dr Mikovits s'est vite retrouvé à une conférence sur le syndrome de fatigue chronique.

Je trouve plutôt... intéressant... que les Whittemores aient recruté une scientifique qui n'avait pas travaillé sur le terrain depuis cinq ans et qui travaillait sur des thérapies contre le cancer dans une petite entreprise de développement de médicaments et qui tenait la barre à l'époque pour diriger un institut dans lequel ils injectaient des millions de dollars. C'est particulièrement vrai pour moi étant donné que le syndrome de fatigue chronique est une maladie dont la cause a longtemps échappé aux scientifiques au point que certains se demandent s'il s'agit d'un véritable diagnostic pour un seul syndrome. Pour réussir à résoudre un problème dont la réponse a échappé aux scientifiques pendant des décennies, il faut un excellent scientifique. Choisir quelqu'un comme Mikovits ne semble pas être une bonne recette pour réussir ! Bien sûr, c'est le problème des instituts privés dirigés par de riches philanthropes. Si les philanthropes se focalisent sur une idée, ils embauchent des gens et financent des recherches à la recherche de preuves pour soutenir cette idée. Mikovits avait un outil, un marteau (dans ce cas, son étude des virus pendant deux décennies), et donc chaque problème (dans ce cas, le syndrome de fatigue chronique) était un clou. En lisant entre les lignes, j'ai le sentiment que les Whittemores ont été pris avec l'idée que le SFC était causé par un virus, ce qui a conduit à l'embauche de Mikovits.

En tout cas, après avoir rencontré le Dr Daniel L. Peterson, qui a décrit comment certains de ses patients atteints du syndrome de fatigue chronique ont développé une forme rare de lymphome, une observation qui a conduit Mikovits à conclure qu'il doit s'agir d'un rétrovirus causant le SFC. Le résultat :

Le Dr Mikovits a commencé à relier les points presque immédiatement. Elle savait que certains patients atteints du syndrome de fatigue chronique, et certains hommes atteints du cancer de la prostate, présentaient une certaine déficience enzymatique. Elle savait également que des échantillons de tissus provenant d'hommes atteints d'un cancer de la prostate contenaient un rétrovirus appelé XMRV, pour virus lié au virus de la leucémie murine xénotrope. Elle a commencé à travailler à temps partiel avec l'institut, et à l'automne 2006, les Whittemores l'avaient engagée comme directrice de recherche. L'un de ses premiers projets a consisté à rechercher le XMRV dans des échantillons de sang de personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique et de sujets témoins en bonne santé.
Elle et ses collègues ont rapporté dans Science qu'un grand nombre des échantillons provenant de patients atteints du syndrome, 68 sur 101, soit 67 %, étaient infectés. Seuls 3,7 % des témoins sains étaient porteurs du virus. Selon les scientifiques, le XMRV pourrait causer ou du moins contribuer au syndrome de fatigue chronique. D'autres tests ont permis de trouver le virus dans 90 des 101 cas, a déclaré le Dr Mikovits.

Le XMRV est un rétrovirus de souris, mais il est "xénotrope" car il peut se répliquer dans les cellules d'autres animaux. Une alerte spoiler est de rigueur ici. L'article de Mikovits a finalement été rétracté deux ans plus tard, mais à l'époque, il a été publié dans Science et a fait l'objet de reportages haletants dans les grands médias, comme l'article de NYT que je cite et cet autre article.

Comment cette rétractation s'est-elle produite ? Tout d'abord, il y a eu un certain nombre de critiques des méthodes de Mikovits, qui ont été mal décrites, et trois études indépendantes essayant de reproduire ses résultats n'ont pas réussi à trouver des preuves de XMRV chez les témoins sains ou les patients atteints du SFC. Une étude de neuf centres a été lancée pour tenter de confirmer les résultats préliminaires de l'étude de Mikovits. Des échantillons de sang codés répliqués provenant de 15 sujets précédemment déclarés positifs pour le XMRV (14 atteints du SFC) et de 15 donneurs sains précédemment déterminés comme étant négatifs pour les virus ont été distribués en aveugle à neuf laboratoires, qui ont effectué des tests conçus pour détecter l'acide nucléique du XMRV, la réplication du virus et les anticorps. Les résultats ont été décevants. Seuls deux laboratoires ont rapporté des preuves de la présence du virus, mais les résultats des échantillons répliqués n'étaient pas conformes et il n'y avait pas de différence de détection entre les sujets atteints de SFC et les témoins négatifs sans SFC. La science a été publiée et la rédaction a exprimé son inquiétude, notant :

Depuis lors, au moins 10 études menées par d'autres chercheurs et publiées ailleurs ont fait état d'une incapacité à détecter le XMRV dans des populations indépendantes de patients atteints du SFC. Dans ce numéro, nous publions deux rapports qui soutiennent fortement l'opinion croissante selon laquelle l'association entre le XMRV et le SFC décrite par Lombardi et al. reflète probablement la contamination des laboratoires et des réactifs de recherche par le virus. Dans un rapport intitulé "Origine recombinante du rétrovirus XMRV" (2), T. Paprotka et al. retracent l'ascendance du XMRV et apportent la preuve que le virus a pris naissance lorsque deux virus de la leucémie de souris ont subi une recombinaison lors du passage expérimental d'une xénogreffe de tumeur de la prostate humaine chez la souris dans les années 1990. Une combinaison d'analyses de séquençage, phylogénétiques et de probabilité a conduit Paprotka et al. à conclure que la contamination en laboratoire par le XMRV produit par une lignée cellulaire (22Rv1) dérivée de ces premières expériences de xénogreffes est l'explication la plus probable de la détection du virus dans les échantillons de patients. Dans l'autre rapport, intitulé "No evidence of murine-like gammaretroviruses in CFS patients previously identified as XMRV-infected" (3), K. Knox et al. ont examiné des échantillons de sang de 61 patients atteints du SFC provenant du même cabinet médical qui avait fourni des échantillons de patients à Lombardi et al. Les analyses complètes de Knox et al. pour les acides nucléiques viraux, le virus infectieux et les anticorps spécifiques du virus n'ont révélé aucune preuve de la présence du XMRV dans aucun des échantillons.

En d'autres termes, le XMRV est presque certainement le résultat d'une recombinaison, dans les années 1990, de différentes lignées cellulaires de cancer de la prostate cultivées chez des souris immunodéficientes. Mme Mikovits a presque certainement fondé sa conclusion sur la détection d'un contaminant en laboratoire.

Mais ce n'est pas tout. Voici un extrait de l'avis de rétractation :

En outre, le rapport fait état d'un contrôle de qualité insuffisant dans un certain nombre d'expériences spécifiques. Figure 1, tableau S1, et fig. S2 ont été rétractés par les auteurs (3). En réponse aux inquiétudes exprimées au sujet de la figure 2C [résumées dans (4)], les auteurs ont reconnu à la Science qu'ils avaient omis des informations importantes dans la légende de ce panneau de figures. En particulier, ils n'ont pas indiqué que les cellules mononucléaires du sang périphérique (PBMC) provenant des patients du CFS et représentées sur la Fig. 2C avaient été traitées à l'azacytidine ainsi qu'à la phytohémagglutinine et à l'interleukine-2. Cela contraste avec les échantillons du CFS présentés sur les figures 2A et 2B, qui n'avaient pas été traités à l'azacytidine.

Pourquoi est-ce important ? L'azacytidine est un produit chimique qui active les rétrovirus, ce qui signifie que les cellules dérivées du CFS ont été traitées avec un produit chimique pour faire ressortir leurs rétrovirus alors que les cellules de contrôle ne l'ont pas été. En ce qui me concerne, c'est une fraude scientifique.

C'est la fin de l'histoire d'un point de vue scientifique, mais seulement le début de l'histoire de la théorie du complot. Je note également que le mouvement anti-vaccins a sauté sur l'histoire du XMRV lorsque le propagandiste antivax (à l'époque) David Kirby a lié le XMRV à l'autisme dans un article spéculatif sans preuves publié peu après l'article de Mikovits en 2009, Is Autism Associated with a Viral Infection ? (aujourd'hui supprimé mais conservé grâce à la toute puissante Wayback Machine). Dans cet article, Mikovits spéculait :

"Sur ce point, si je peux spéculer un peu", a-t-elle déclaré, "cela pourrait même expliquer pourquoi les vaccins conduiraient à l'autisme chez certains enfants, car ces virus vivent, se divisent et se développent dans les lymphocytes - les cellules de la réponse immunitaire, les cellules B et T. Ainsi, lorsque vous administrez un vaccin, vous surmenez les cellules B et T de votre système immunitaire. C'est son rôle. Si vous hébergez un virus et que vous le reproduisez en grand nombre, vous avez rompu l'équilibre entre la réponse immunitaire et le virus. Vous avez donc eu le virus sous-jacent, puis vous l'avez amplifié avec ce vaccin, et vous avez ensuite déclenché la maladie, de sorte que votre système immunitaire ne pouvait plus contrôler les autres infections, et a créé une déficience immunitaire".
Voilà donc une explication possible de l'autisme régressif dans un nombre important de cas, associée à la dérégulation du système immunitaire déclenchée par la vaccination.

Mikovits était donc déjà antivaccin à l'époque.

la théorie du complot est née

Au début de son interview pour Plandemic, Mikovits décrit son arrestation et la décrit comme une fausse arrestation sans mandat et sans mandat de perquisition pour sa maison (il y avait des mandats), effectuée sans autre raison que de la faire taire. Naturellement, Willis commence par cette partie de l'histoire et, vu le contexte que j'ai évoqué, vous vous posez probablement la question : Mais de quoi s'agit-il donc ? Sans surprise, après que le papier de Mikovits dans Science ait été rétracté, elle a été renvoyée, bien que, curieusement, pour une raison sans rapport avec son papier rétracté. Ensuite, voici ce qui s'est passé :

Un peu plus d'un mois après avoir licencié Mme Mikovits, le Whittemore Peterson Institute for Neuro-Immune Disease (WPI) a intenté un procès à son ancienne directrice de recherche le 4 novembre. Selon le WPI, après le licenciement de Mikovits le 29 septembre, elle a retiré à tort des cahiers de laboratoire et a conservé d'autres informations exclusives sur son ordinateur portable et sur des clés USB ainsi que dans un compte e-mail personnel. Le WPI, une organisation à but non lucratif basée sur le campus de l'Université du Nevada, à Reno, a également obtenu une ordonnance de restriction temporaire qui interdit à Mikovits de "détruire, supprimer ou modifier" tout fichier ou donnée connexe.
L'avocate de Mikovits, Lois Hart, a déclaré que sa cliente ne peut pas parler aux médias de l'affaire, mais elle nie fermement tout acte répréhensible. Dans un e-mail à ScienceInsider, Hart a souligné que "l'intégrité du Dr Mikovits va jusqu'à l'os".

En gros, l'Institut Whittemore-Peterson a signalé qu'un certain nombre de carnets de laboratoire de Mme Mikovits avaient disparus après son licenciement, en soulignant qu'elle avait la seule clé du bureau fermé à clé dans lequel ils étaient stockés. (Son contrat stipulait que les carnets de laboratoire et les données devaient rester à l'institut si jamais elle quittait son emploi, une clause quasi universelle dans de tels contrats de travail avec des sociétés et des organisations à but non lucratif faisant de la recherche). L'avocate de Mikovits a répliqué que plusieurs personnes avaient les clés de son bureau et de son laboratoire, bien que, de manière flagrante, je n'ai jamais vu aucune mention de quelqu'un d'autre ayant une clé du bureau. Quelques jours plus tard, Mikovits a été arrêtée pour vol. Finalement, les accusations criminelles ont été rejetées. Le fait que le juge chargé initialement de l'affaire civile avait reçu des dons de campagne du co-fondateur du WPI, Harvey Whittemore, qui a lui-même été accusé au pénal d'avoir versé des contributions illégales à un fonctionnaire fédéral, a compliqué les choses.

Comme par hasard, Willis et Mikovits ont omis certaines informations clés. Par exemple, un assistant de recherche du nom de Max Pfost, qui logeait également chez Mikovits, a fourni une déclaration sous serment détaillant sa complicité dans le vol des carnets et leur livraison au Dr Mikovits. Cette déclaration sous serment a servi de base aux mandats de perquisition de son domicile et de son arrestation. Cela vaut la peine de la lire en totalité. En gros, il a déclaré que Mikovits lui avait demandé de récupérer les carnets et les disques et qu'il l'a fait. Une autre chercheuse, Amanda McKenzie, a également fourni une déclaration sous serment dans laquelle elle atteste que Mikovits lui a demandé de retirer des échantillons de laboratoire et d'autres matériaux et de les remettre à l'un de ses co-auteurs, mais qu'elle a refusé.

De plus, contrairement à ce que Mikovits affirme dans Plandemic, à savoir qu'elle a été arrêtée sans mandat et emprisonnée sans inculpation, des mandats ont été émis par l'Université du Nevada au département de police de Reno le 17 novembre 2011. Le Dr Mikovits a été arrêtée à son domicile le 18 novembre 2011 et accusée de deux délits : (1) possession de biens volés et (2) prise illégale de données informatiques, d'équipements, de fournitures ou d'autres biens liés à l'informatique. Elle a été détenue sans caution pendant 5 jours en attendant la mise en accusation et une audience d'extradition vers le Nevada pour crime après que les cahiers de laboratoire, l'ordinateur et d'autres objets appartenant au WPI aient été retrouvés à son domicile à la suite de la perquisition. Les accusations criminelles ont ensuite été rejetées sans préjudice en attendant l'issue du procès civil contre le Dr Mikovits pour les pertes liées aux carnets volés.

C'est une histoire très différente de celle racontée dans Plandemic ! Malgré cela, une théorie du complot est née, une théorie que Mikovits exploite à fond depuis au moins 2011. Maintenant que la pandémie COVID-19 bat son plein, Mikovits a trouvé une nouvelle voie (lucrative) pour se faire connaître, après avoir publié il y a trois semaines une vidéo affirmant que nous n'avons pas besoin d'un vaccin contre les coronavirus, après s'être impliquée dans la "campagne virez Fauci", affirmant que le Dr Fauci avait saboté ses recherches sur le XMRV :

Bientôt, Dr Fauci, tout le monde saura qui vous "êtes vraiment". pic.twitter.com/GyD0j7UbWW

- Judy A. Mikovits PhD (@DrJudyAMikovits) 19 avril 2020

En plus :

Dans la même vidéo, Mme Mikovits a rejeté l'idée de porter un masque, car, selon elle, le coronavirus est en fait secrètement causé par une mauvaise souche de vaccin antigrippal qui circulait entre 2013 et 2015. Les masques permettent d'"activer" le virus et de réinfecter le porteur du masque à plusieurs reprises, a-t-elle affirmé.

Ironiquement, dans une vidéo pleine de désinformation sur le COVID-19, c'est l'affirmation ridicule selon laquelle le port d'un masque tuera plus de gens que le virus qui a fait retirer la vidéo Plandemic de YouTube et de Facebook.

Cette partie sur le vaccin contre la grippe est tellement absurde que même David Kirby, un propagandiste anti-vaccin dont la mention est une véritable explosion du passé sur ce blog, l'a vue et l'a publiée sur Facebook :

« Chère Dr. Judy : Si le Covid-19 n'est pas répandu parmi les gens, mais est le résultat d'un coronavirus dans les vaccins contre la grippe entre 2013-2015, pourquoi la plupart des personnes que je connais qui sont tombées malades ne reçoivent-elles pas de vaccins anti-grippaux annuels (y compris Carlos et moi ?) »

Dans ce contexte, les affirmations de Mikovits dans la vidéo Pandemic commencent à avoir plus de sens, car la persécution est complexe et la désinformation basée sur des théories du complot. Elle lance également son nouveau livre, Plague of Corruption: Restoring Faith in the Promise of Science. Vous pouvez dire à quel point dans le territoire du chapeau de papier d'aluminium ce livre plonge par le fait qu'elle l'a co-écrit avec Kent Heckenlively, un homme connu pour les fantasmes d'action héroïque de Walter Mitty contre les mauvais fournisseurs de vaccins, et que l'avant-propos a été écrit par le chef des anti-vaccins, Robert F. Kennedy, Jr. Pire, comme vous le verrez, cette vidéo virale a connu un grand succès dans la promotion de cette fête de la conspiration qu'est le livre.

Elle s'intègre parfaitement aussi. Après que Willis note que « apparemment, leur tentative de vous faire taire a échoué » et demande comment elle peut avoir la « confiance nécessaire pour citer des noms » et « appeler ces forces obscures » sans craindre pour sa vie, sa réponse me dit combien elle est tombée bas dans le trou de lapin :

Parce que si nous n'arrêtons pas cela maintenant, nous pouvons non seulement oublier notre république et notre liberté, mais nous pouvons aussi oublier l'humanité parce que nous serons tués par ce programme.

À ce stade, Mikovits tisse une théorie de conspiration dans laquelle le Dr Fauci a ordonné de dissimuler ses résultats, affirmant que "tout le monde a été payé" avec "des millions de dollars de financement" d'Anthony Fauci par l'intermédiaire du National Institute of Allergy and Infectious Disease (NIAID). Elle raconte que le Dr Fauci est entré dans son laboratoire en l'absence du Dr Ruscetti et a exigé une copie de l'article qu'ils venaient de soumettre, documentant la détection du VIH dans la salive et le sang de patients atteints du sida du groupe de Luc Montagnier en France. Il s'agissait d'une étude de confirmation. Elle a ensuite affirmé que Fauci lui avait crié dessus pour lui donner le document. Pourquoi ? Elle affirme que Fauci a travaillé avec Robert Gallo et qu'il a retardé la publication du journal de Ruscetti pendant plusieurs mois pour permettre à Robert Gallo de publier son propre journal.

Comme vous pouvez l'imaginer, l'histoire semble très louche. Tout d'abord, il y avait des téléphones à l'époque. Il était possible de passer un appel téléphonique transatlantique ! Oui, les appels internationaux étaient chers dans les années 80, mais les gens les passaient surtout pour le gouvernement et les entreprises. Il n'y a aucune raison pour que Fauci n'ait pas pu appeler Ruscetti, d'autant plus que Mikovits prétend que c'était plusieurs semaines avant qu'il ne revienne de l'étranger. Il y avait même du courrier. Il y avait même du courrier électronique au milieu des années 80 pour les institutions gouvernementales. (J'avais même un compte e-mail à l'Université du Michigan au milieu des années 80.) Alors, pourquoi Fauci aurait-il fait cela, en collusion avec Robert Gallo et Robert Redfield, qui est maintenant le directeur du CDC ? L'argent et les brevets, bien sûr ! Et, bien sûr, elle fait intervenir Bill Gates, avec son plaidoyer en faveur des vaccins, parce que les escrocs de l'antivax vont s'arnaquer.

L'histoire n'a pas non plus de sens du point de vue de la chronologie. Il est vrai que Robert Gallo s'est attribué à tort le mérite de la découverte du virus du SIDA en 1984, alors que le virus a en fait été découvert à l'Institut Pasteur en 1983. Il est également vrai que Gallo a travaillé avec le patron de Mikovits, le Dr. Ruscetti, pour faire des découvertes majeures dans le domaine des rétrovirus en 1980, année où Mikovits a obtenu son diplôme universitaire et a accepté un emploi à l'Institut national du cancer dans le laboratoire de Frank Ruscetti. Zachariah Wiedeman s'interroge sur l'histoire de Mikovits :

Faut-il croire que d'une manière ou d'une autre, alors qu'elle sortait tout juste de l'université, entre 1980 et 1983, elle a été à l'avant-garde des travaux révolutionnaires visant à isoler et à confirmer le VIH, et qu'elle l'a effectivement découvert, puis Gallo lui a volé le crédit, mais il a également volé simultanément le crédit de l'Institut Pasteur où il a obtenu son échantillon, qu'il n'avait pas en réalité, parce que Mikovits l'avait. Quoi, le quoi ??

De plus, à l'époque, le Dr Fauci était chef du Laboratory of Immunoregulation du National Institute of Health et n'a été nommé directeur du National Institute of Allergy and Infectious Disease qu'en 1984. Rien que le rôle du Dr Fauci au NIH à cette époque, fait que l'histoire de Mikovits n'a aucun sens. Il est peu plausible que Fauci ait même demandé à une technicienne de laboratoire, tout juste sortie de l'université, le manuscrit inédit de son patron, et encore moins qu'il l'ait intimidée et lui ait crié dessus quand elle a refusé.

Vers le milieu de la vidéo, Willis demande à Mikovits si elle est anti-vaccins, ce qu'elle nie bien sûr. Après avoir qualifié les vaccins de "thérapie immunitaire", elle se rallie ensuite à la conspiration selon laquelle le SRAS-CoV-2 (le coronavirus qui cause le COVID-19) a été "manipulé et étudié" dans un laboratoire, puis s'est échappé. Elle affirme ensuite, de manière totalement absurde, que si le SRAS-CoV-2 avait évolué naturellement, cela aurait pris 800 ans. (Sérieusement, elle est virologiste ?) Sa différence est qu'elle prétend que le virus a dû être libéré d'une manière ou d'une autre entre Fort Detrick et le laboratoire de Wuhan. Elle a même affirmé qu'en 1999, elle a travaillé à Fort Detrick pour "enseigner à Ebola comment infecter des cellules humaines", en affirmant qu'Ebola ne pouvait pas infecter de cellules humaines tant qu'on ne lui avait pas "appris" comment le faire. Apparemment, Ebola venait aussi d'un laboratoire. Peu importe que le virus Ebola ait été signalé pour la première fois chez l'homme en 1976.

En effet, la quantité d'absurdités, d'informations fausses, de désinformation et de conspiration que l'on retrouve dans les réponses de Mikovits aux questions est vraiment épique. Elle compare l'infection par COVID-19 à la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), ce qui est encore plus absurde. Elle est d'accord avec la théorie du complot selon laquelle les médecins sont poussés à classer de façon erronée les décès dus à d'autres causes comme étant dus au COVID-19. Willis a même inclus un clip du Dr Dan Erickson qui fait cette affirmation. Vous vous souvenez peut-être que lui et le Dr Artin Massihi ont fait une vidéo pleine de désinformation, affirmant que la prévalence de COVID-19 était tellement plus élevée que ce qui avait été estimé, et utilisant cette estimation pour affirmer que le COVID-19 est en fait cinq fois moins mortel que la grippe saisonnière. J'insiste sur le fait qu'en réalité, le nombre de cas et de décès dus au COVID-19 est largement sous-estimé. Pourquoi cette pression ? Parce que le remboursement par le gouvernement est plus élevé pour un diagnostic de COVID-19, apparemment. Fondamentalement, toutes les théories de conspiration courantes sur COVID-19 font leur apparition, y compris l'affirmation que c'est le vaccin anti-grippe qui l'a fait démarrer, mais avec un effet d'entraînement. Mikovits affirme que l'Italie a été durement touchée parce que le virus du vaccin anti-grippe qu'elle a utilisé a été cultivé dans des cellules de chien et que les cellules de chien contiennent beaucoup de coronavirus. Elle cite également la fausse affirmation selon laquelle le vaccin contre la grippe augmente de 36 % le risque de contracter le COVID-19. Ce n'est pas le cas.

Oh, et l'hydroxychloroquine fait aussi son apparition, car bien sûr qu'il le fait. L'hydroxychloroquine ne fonctionne probablement pas, mais M. Mikovits est convaincue de l'existence de théories de conspiration à ce sujet.

Mark et Chris Hoofnagle ont inventé le terme "magnétisme de la manivelle", selon lequel une personne qui croit en une forme de pseudo-science ou en une théorie du complot aura tendance à croire en plusieurs croyances pseudo-scientifiques et théories du complot. Quand, vers la fin de la vidéo, Mikovits demande pourquoi nous fermons les plages parce qu'il y a des "microbes curatifs dans le sable", j'ai dû m'arrêter. Tant d'idioties, cela dépasse ma capacité de tolérence . Mais j'accorde à Mikovits le mérite qui lui revient. D'une certaine manière, elle a su instinctivement comment faire de son histoire un virus en s'accrochant à la campagne de droite pour diffamer le Dr Fauci. C'est ainsi que son livre est actuellement numéro 1 sur Amazon.

Liens externes

  • https://www.fr24news.com/fr/a/2020/05/judy-mikovits-5-faits-rapides-que-vous-devez-savoir.html Judy Mikovits: 5 faits rapides que vous devez savoir, publié le 7 mai 2020
  • https://www.fr24news.com/fr/a/2020/05/verification-des-faits-judy-mikovits-la-virologue-controversee-qui-attaque-anthony-fauci-dans-une-video-de-conspiration-virale-science.html Vérification des faits Judy Mikovits, la virologue controversée qui attaque Anthony Fauci dans une vidéo de conspiration virale. Par Martin Enserink, Jon CohenMai. Publié le 9 mai 2020
  • https://www.france24.com/fr/20200511-covid-19-les-conspirationnistes-se-sont-trouv%C3%A9s-une-%C3%A9g%C3%A9rie Covid-19 : les consprirationnistes se sont trouvé une égérie. Publié le Publié le : 11/05/2020, par : Sébastian SEIBT
    Judy Mikovits, une chercheuse américaine au passé controversé, est la star d’une vidéo qui fait fureur sur les réseaux sociaux. Elle permet de fournir un semblant de vernis scientifique à la longue liste de théories du complot qui ont accompagné la propagation du coronavirus.
    Gare aux vaccins, les masques peuvent "activer" le virus, et la vérité au sujet du Covid-19 est ailleurs. Ce sont là quelques-unes des affirmations proférées par Judy Mikovits, une scientifique discréditée, et devenue, ces derniers jours, la nouvelle égérie de tous ceux qui veulent croire à un vaste complot à l'œuvre derrière la pandémie de coronavirus.
    Elle est l'entrée, le plat de résistance et le dessert d'une vidéo, mise en ligne la semaine dernière, qui a été vue plus de 8 millions de fois sur les réseaux sociaux, malgré les efforts de Youtube, de Facebook et de Twitter pour la faire disparaître de leur plateforme, soulignait le New York Times, samedi 9 mai.
    [...]
  • https://www.me-pedia.org/wiki/Judy_Mikovits
    [Traduction DeepL du paragraphe concernant le documentaire Plandemic :]
    En mai 2020, le Dr Judy Mikovits a présenté en avant-première un documentaire intitulé Plandemic. Il a été retiré de YouTube, Facebook et d'autres plateformes, car il a été signalé comme une désinformation sur la santé. Mikovits a fait des affirmations qui mettent la santé des autres en danger, comme celle selon laquelle le port d'un masque facial "active" le virus.
    Mikovits n'a pas publié de travaux de recherche évalués par des pairs sur le virus du SRAS-CoV-2 ou la maladie COVID-19.
  • https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1701064/documentaire-plandemic-judy-mikovits-fauci-covid-19-coronavirus-faux
    Par Bouchra Ouatik, publié le 2020-05-08 | Mis à jour le 11 mai 2020
    Plandemic, un documentaire truffé de fausses affirmations
    La chercheuse mise de l’avant dans le documentaire, Judy Mikovits, fait un grand nombre de fausses affirmations. En voici quelques-unes décortiquées.
    Un extrait de 26 minutes d’un documentaire qui paraîtra cet été circule abondamment sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. Le documentaire, intitulé Plandemic et réalisé par Mikki Willis, prétend dévoiler l'objectif secret derrière la pandémie de COVID-19. Toutefois, la vidéo contient un nombre très élevé de fausses affirmations.
    L’extrait en ligne met en scène la biologiste Judy Mikovits. Dans l’entrevue, elle affirme faussement avoir été emprisonnée pour une étude controversée sur la cause des maladies chroniques. En réalité, l’étude a été rétractée par ses coauteurs à cause de résultats faussés, et Mme Mikovits a plutôt été arrêtée pour vol de documents chez son ancien employeur.
    Mme Mikovits a été interviewée récemment dans un autre documentaire, produit par Epoch Times, qui contient lui aussi de nombreuses inexactitudes. [...]
Cet article est partiellement ou en totalité issu d'un article du Wikipédia anglais

Références

  1. https://respectfulinsolence.com/2019/07/17/fisher-cries-mccarthyism/
  2. https://www.youtube.com/watch?v=LwRsPlbj72g
  3. http://science.sciencemag.org/content/326/5952/585 Abstract/résumé de l'étude de 2009
  4. http://retractionwatch.com/category/by-author/judy-mikovits/
  5. http://retractionwatch.com/2011/12/22/chronic-fatigue-syndrome-xmrv-paper-retracted-by-science-completely-this-time/
  6. https://blogs.wsj.com/health/2011/10/03/scientist-who-led-xmrv-research-team-let-go/ Wall Street Journal. October 3, 2011.
  7. http://www.chicagotribune.com/lifestyles/health/chi-chronic-fatigue-syndrome-paper-10032011-story.html "Manipulation alleged in paper linking virus, chronic fatigue syndrome". Chicago Tribune. October 3, 2011.
  8. https://web.archive.org/web/20111201034505/http://news.sciencemag.org/scienceinsider/2011/11/controversial-cfs-researcher-arr.html?ref=hp
  9. http://retractionwatch.com/2015/11/16/chronic-fatigue-xmrv-researcher-heads-to-court-today-alleging-conspiracy-and-asking-for-750k/ Les procédures pénales autour de l'affaire du XMRV
  10. http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/12/24/fatigue-chronique-le-retrovirus-xmrv-serait-hors-de-cause_1457437_3244.html LE MONDE | 24.12.2010 Par Stéphane Foucart.
    C'est un feuilleton scientifico-médical dans lequel il faut se garder de toute affirmation. Une certitude est pourtant que les travaux britanniques publiés dans la dernière édition de la revue Retrovirology portent un sérieux coup à une série de résultats qui font les gorges chaudes des laboratoires de virologie depuis plusieurs mois.
    L'affaire débute, en 2006, avec la découverte de séquences génétiques du rétrovirus XMRV (Xenotropic MLV-Related Virus) - proche de virus responsables de leucémies chez la souris - sur des échantillons de tumeurs de la prostate. Trois ans plus tard, une équipe américaine découvre le même XMRV dans 67 % des échantillons sanguins de gens atteints d'une maladie énigmatique et parfois très débilitante, le syndrome de fatigue chronique, aussi appelé encéphalomyélite myalgique. Quant aux personnes non malades, elles en sont largement exemptes. Cette découverte fait l'effet d'une bombe : jamais cause biologique n'avait été mise au jour pour expliquer l'irruption de cette pathologie aux contours flous - vagues douleurs articulaires, extrême faiblesse, troubles cognitifs, etc.
    Aussitôt après l'annonce de ces résultats, plusieurs équipes européennes tentent de mener des tests identiques : en vain. Nul XMRV n'est retrouvé sur les "fatigués chroniques".
  11. http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/04/01/la-frayeur-des-etablissements-du-sang_1501786_3244.html La frayeur des établissements du sang LE MONDE | 01.04.2011 par Stéphane Foucart.
    Un virus nouveau et inconnu était-il en train de se diffuser dans la population par voie de transfusion sanguine ?
  12. https://en.wikipedia.org/wiki/Whittemore_Peterson_Institute#cite_note-Public_Charity-1
  13. https://www.youtube.com/watch?v=TBI91McaHcI
  14. http://www.iwc-drreinwald.com/fileadmin/user_upload/Programm_Worldcongress.Fulda_2017.pdf
  15. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19815723
  16. https://science.sciencemag.org/content/326/5952/585.full
  17. https://www.latimes.com/business/story/2020-05-08/youtube-facebook-coronavirus-plandemic
  18. https://sciencebasedmedicine.org/plandemic-judy-mikovits-covid-19/ Article Plandemic : Judy Mikovits and the mother of all COVID-19 conspiracy theories. David Gorski on May 8, 2020
cet article est une ébauche