Doctor's Data : Différence entre versions

De Psiram
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
Ils sont cependant fréquemment utilisés par les docteurs, praticiens de santé ou thérapeutes s'intéressant à l'autisme, entre autres, par les [[DAN!]] doctors, et les [[DAN!]] practitioners et sont prônés par des organisations, dont l'[[Autism Research Institute]], AutismOne etc., qui croient que l'autisme est causé par une intoxication due aux métaux lourds contenus dans les vaccins (et en particulier par le Thimérosal contenu auparavant dans beaucoup de vaccins). Ces docteurs ou thérapeutes font appel à divers laboratoires dont Doctor's Data.   
 
Ils sont cependant fréquemment utilisés par les docteurs, praticiens de santé ou thérapeutes s'intéressant à l'autisme, entre autres, par les [[DAN!]] doctors, et les [[DAN!]] practitioners et sont prônés par des organisations, dont l'[[Autism Research Institute]], AutismOne etc., qui croient que l'autisme est causé par une intoxication due aux métaux lourds contenus dans les vaccins (et en particulier par le Thimérosal contenu auparavant dans beaucoup de vaccins). Ces docteurs ou thérapeutes font appel à divers laboratoires dont Doctor's Data.   
  
Un exemple: Dans l'article "Doctors sued over ‘dangerous’ autism treatment" (Des docteurs poursuivis en justice pour un traitement de l'autisme  dangereux) publié en 2010 dans le journal Chicago Tribune<ref>http://articles.chicagotribune.com/2010-03-04/health/ct-met-autism-therapy-lawsuit-20100304_1_defeat-autism-autism-treatment-chelation Doctors sued over ‘dangerous’ autism treatment. Article publié le 4 mars 2010 dans le journal Chicago Tribune, signé Patricia Callahan</ref>, il est écrit:<br>''Le père d'un garçon âgé de 7 ans qui a été diagnostiqué tout petit autiste, de Chicago, a poursuivi en justice des médecins de Naperville et de Floride qui ont traité son fils, alléguant qu'ils ont nui à l'enfant avec des "traitements expérimentaux dangereux et inutiles."<br>James Coman et son fils ont été présentés l'an dernier dans "Dubious Medicine" (médecine douteuse), une série du [Chicago Tribune] qui a examiné des traitements pour l'autisme non éprouvés, à risque, basés sur la science douteuse. [On trouvera l'article de 2009 en question ici<ref>http://www.chicagotribune.com/lifestyles/health/chi-autism-treatments-nov22-story.html</ref>]<br>Les accusés - les médecins de Dr '''[[Anjum Usman]]''' de Naperville et le Dr [[Dan Rossignol|Daniel Rossignol]] de Melbourne, en Floride - occupent une place importante dans le [[DAN!|Defeat Autism Now!]] mouvement, ce qui favorise un grand nombre de traitements alternatifs. Tous deux ont parlé à des groupes de parents lors de conférences sur l'autisme et formé d'autres médecins à leurs méthodes.<br>Coman a allégué devant la Circuit Court du comté de Cook que [[Anjum Usman|Usman]] et [[Dan Rossignol|Rossignol]] prescrivaient des [[thérapie par chélation|traitements de chélation]] "médicalement inutiles et injustifiés", a dessein de forcer le corps à excréter des métaux toxiques, même si l'enfant ne souffrait pas d'une intoxication par des métaux lourds. Les traitements comportent un risque d'insuffisance rénale, allègue l'action en justice.<br>"C'est un gros Buisness [commerce qui rapporte gros], et il y a beaucoup de gens qui sont prêts à mettre de côté la sécurité des enfants pour faire de l'argent sur le dos de parents effrayés, désespérés", a déclaré Coman dans une interview.<br>Rossignol a prescrit ces traitements seulement par téléphone, n'ayant jamais vu l'enfant en personne, selon l'action en justice. Un représentant du bureau de Rossignol a dit que le docteur ne pouvait pas faire de commentaires sur un litige en cours. Usman n'a pas donné suite aux appels [téléphoniques] demandant des commentaires.<br>Coman a aussi allégué que Doctor's Data Inc., le laboratoire de St. Charles qui a exécuté les tests que Usman et Rossignol utilisaient pour justifier ces traitements, avait commis une négligence pour avoir utilisé "une méthode inadéquate" de test.<br>Le procès met en lumière un test souvent utilisé pour diagnostiquer un empoisonnement aux métaux chez les enfants atteints d'autisme. Pour effectuer le test, les médecins donnent aux enfants un médicament chélateur qui oblige le corps à excréter quelques-uns des métaux qui existent chez tout le monde - sains ou malades - en quantités infimes. Ces métaux se retrouvent dans l'urine qui est envoyée à un laboratoire pour être examinée.<br>Dans le cas du fils de Coman, '''Doctor's Data''' a ensuite comparé ces résultats provoqués par des médicaments avec des [résultats] standards de personnes à qui on n'a pas donné de médicaments de chélation. Basé sur cette comparaison de pommes avec des oranges, il a été trouvé chez le fils de Coman des taux élevés de plomb, aluminium, étain et mercure - certains listés dans les résultats dans la "fourchette de 90 à 100% de contamination par des métaux de Doctor's Data, selon l'action en justice.<br>Le premier de ces nombreux tests qui ont trouvé un empoisonnement aux métal a été réalisé sur le fils de Coman quand il avait seulement 2 ans et "n'avait pas été exposé au mercure ou à un autre métal lourd en quantité significative", a allégué l"action [en justice].<br>Le directeur général de Doctor's Data n'a pas donné suite aux appels [téléphoniques] demandant des commentaires.<br>Les traitements que le fils de Coman a reçus sont aussi le sujet d'un divorce amer et une bataille de garde entre Coman et sa femme. Elle a été une partisane des thérapies pour le garçon, selon des selon les dossiers de la cour de divorce.
+
Un exemple: Dans l'article "Doctors sued over ‘dangerous’ autism treatment" (Des docteurs poursuivis en justice pour un traitement de l'autisme  dangereux) publié en 2010 dans le journal Chicago Tribune<ref>http://articles.chicagotribune.com/2010-03-04/health/ct-met-autism-therapy-lawsuit-20100304_1_defeat-autism-autism-treatment-chelation Doctors sued over ‘dangerous’ autism treatment. Article publié le 4 mars 2010 dans le journal Chicago Tribune, signé Patricia Callahan</ref>, il est écrit:<br>''Le père d'un garçon âgé de 7 ans qui a été diagnostiqué tout petit autiste, de Chicago, a poursuivi en justice des médecins de Naperville et de Floride qui ont traité son fils, alléguant qu'ils ont nui à l'enfant avec des "traitements expérimentaux dangereux et inutiles."<br>James Coman et son fils ont été présentés l'an dernier dans "Dubious Medicine" (médecine douteuse), une série du [Chicago Tribune] qui a examiné des traitements pour l'autisme non éprouvés, à risque, basés sur la science douteuse. [On trouvera l'article de 2009 en question ici<ref>http://www.chicagotribune.com/lifestyles/health/chi-autism-treatments-nov22-story.html</ref>]<br>Les accusés - les médecins de Dr '''[[Anjum Usman]]''' de Naperville et le Dr [[Dan Rossignol|Daniel Rossignol]] de Melbourne, en Floride - occupent une place importante dans le [[DAN!|Defeat Autism Now!]] mouvement, ce qui favorise un grand nombre de traitements alternatifs. Tous deux ont parlé à des groupes de parents lors de conférences sur l'autisme et formé d'autres médecins à leurs méthodes.<br>Coman a allégué devant la Circuit Court du comté de Cook que [[Anjum Usman|Usman]] et [[Dan Rossignol|Rossignol]] prescrivaient des [[thérapie par chélation|traitements de chélation]] "médicalement inutiles et injustifiés", a dessein de forcer le corps à excréter des métaux toxiques, même si l'enfant ne souffrait pas d'une intoxication par des métaux lourds. Les traitements comportent un risque d'insuffisance rénale, allègue l'action en justice.<br>"C'est un gros Buisness [commerce qui rapporte gros], et il y a beaucoup de gens qui sont prêts à mettre de côté la sécurité des enfants pour faire de l'argent sur le dos de parents effrayés, désespérés", a déclaré Coman dans une interview.<br>[[Dan Rossignol|Rossignol]] a prescrit ces traitements seulement par téléphone, n'ayant jamais vu l'enfant en personne, selon l'action en justice. Un représentant du bureau de [[Dan Rossignol|Rossignol]] a dit que le docteur ne pouvait pas faire de commentaires sur un litige en cours. [[Anjum Usman|Usman]] n'a pas donné suite aux appels [téléphoniques] demandant des commentaires.<br>Coman a aussi allégué que Doctor's Data Inc., le laboratoire de St. Charles qui a exécuté les tests que [[Anjum Usman|Usman]] et [[Dan Rossignol|Rossignol]] utilisaient pour justifier ces traitements, avait commis une négligence pour avoir utilisé "une méthode inadéquate" de test.<br>Le procès met en lumière un test souvent utilisé pour diagnostiquer un empoisonnement aux métaux chez les enfants atteints d'autisme. Pour effectuer le test, les médecins donnent aux enfants un médicament chélateur qui oblige le corps à excréter quelques-uns des métaux qui existent chez tout le monde - sains ou malades - en quantités infimes. Ces métaux se retrouvent dans l'urine qui est envoyée à un laboratoire pour être examinée.<br>Dans le cas du fils de Coman, '''Doctor's Data''' a ensuite comparé ces résultats provoqués par des médicaments avec des [résultats] standards de personnes à qui on n'a pas donné de médicaments de chélation. Basé sur cette comparaison de pommes avec des oranges, il a été trouvé chez le fils de Coman des taux élevés de plomb, aluminium, étain et mercure - certains listés dans les résultats dans la "fourchette de 90 à 100% de contamination par des métaux de Doctor's Data, selon l'action en justice.<br>Le premier de ces nombreux tests qui ont trouvé un empoisonnement aux métal a été réalisé sur le fils de Coman quand il avait seulement 2 ans et "n'avait pas été exposé au mercure ou à un autre métal lourd en quantité significative", a allégué l"action [en justice].<br>Le directeur général de Doctor's Data n'a pas donné suite aux appels [téléphoniques] demandant des commentaires.<br>Les traitements que le fils de Coman a reçus sont aussi le sujet d'un divorce amer et une bataille de garde entre Coman et sa femme. Elle a été une partisane des thérapies pour le garçon, selon des selon les dossiers de la cour de divorce.
  
 
Un autre exemple : [[Lorène Amet|Autism Treatment Plus]] est l'organisme créé le 24/07/2013 suite de la fermeture d'[[Lorène Amet|Autism Treatment Trust]] (ATT), dont le nom avant le 06/02/2006 était Action Against Autism (AAA). La principale scientifique dans ces organismes est/était [[Lorène Amet]]. Remarquons qu'en 2014, [[Lorène Amet|Autism Treament Plus]] mentionne les laboratoires suivants: le Regenerus Laboratories qui utilise le laboratoire américain '''Data's Doctors''', [[Great Plains Laboratory|Great Plains Laboratories]], The Doctors Laboratory anglais, le Genova Diagnostics, le Biomedical Unit de Londres, et surtout le [[RED Laboratories]] en Belgique<ref>http://www.autismtreatment.org.uk/services/at-biomedical/laboratory-testing/</ref>.
 
Un autre exemple : [[Lorène Amet|Autism Treatment Plus]] est l'organisme créé le 24/07/2013 suite de la fermeture d'[[Lorène Amet|Autism Treatment Trust]] (ATT), dont le nom avant le 06/02/2006 était Action Against Autism (AAA). La principale scientifique dans ces organismes est/était [[Lorène Amet]]. Remarquons qu'en 2014, [[Lorène Amet|Autism Treament Plus]] mentionne les laboratoires suivants: le Regenerus Laboratories qui utilise le laboratoire américain '''Data's Doctors''', [[Great Plains Laboratory|Great Plains Laboratories]], The Doctors Laboratory anglais, le Genova Diagnostics, le Biomedical Unit de Londres, et surtout le [[RED Laboratories]] en Belgique<ref>http://www.autismtreatment.org.uk/services/at-biomedical/laboratory-testing/</ref>.

Version actuelle en date du 14 février 2020 à 12:04

Doctor's Data est l'appellation en raccourci du Doctor's Data Laboratory basé in St. Charles (Illinois, USA) qui effectue des tests d'analyse de cheveux et d'urine pour de nombreux thérapeutes utilisant la thérapie par chélation et autres praticiens déviants.

Or ces tests, pratiqués dans les urines, sont unanimement dénoncés comme une escroquerie car ils sont effectués après avoir injecté des agents chélateurs (ils sont appelés pour cette raison des tests provoqués ou tests par mobilisation), si bien que même les personnes normales obtiennent des résultats positifs par rapport aux chiffres auxquels ils sont comparés, qui sont ceux de personnes à qui on n'a pas injecté d'agents chélateurs. Il est alors conseillé au patient une "détoxication" avec la thérapie par chélation, d'autres traitements par voie intraveineuse, des compléments alimentaires, ou quoi que ce soit d'autre que le praticien arrive à vendre.

Ces tests trompeurs ne sont autorisés par les autorités de santé et ne sont remboursés par les compagnies s'assurance-santé que lorsqu'ils sont prescrits à des personnes ayant été gravement exposés aux métaux lourds et après un test du taux de métaux dans le sang.

Ils sont cependant fréquemment utilisés par les docteurs, praticiens de santé ou thérapeutes s'intéressant à l'autisme, entre autres, par les DAN! doctors, et les DAN! practitioners et sont prônés par des organisations, dont l'Autism Research Institute, AutismOne etc., qui croient que l'autisme est causé par une intoxication due aux métaux lourds contenus dans les vaccins (et en particulier par le Thimérosal contenu auparavant dans beaucoup de vaccins). Ces docteurs ou thérapeutes font appel à divers laboratoires dont Doctor's Data.

Un exemple: Dans l'article "Doctors sued over ‘dangerous’ autism treatment" (Des docteurs poursuivis en justice pour un traitement de l'autisme dangereux) publié en 2010 dans le journal Chicago Tribune[1], il est écrit:
Le père d'un garçon âgé de 7 ans qui a été diagnostiqué tout petit autiste, de Chicago, a poursuivi en justice des médecins de Naperville et de Floride qui ont traité son fils, alléguant qu'ils ont nui à l'enfant avec des "traitements expérimentaux dangereux et inutiles."
James Coman et son fils ont été présentés l'an dernier dans "Dubious Medicine" (médecine douteuse), une série du [Chicago Tribune] qui a examiné des traitements pour l'autisme non éprouvés, à risque, basés sur la science douteuse. [On trouvera l'article de 2009 en question ici[2]]
Les accusés - les médecins de Dr Anjum Usman de Naperville et le Dr Daniel Rossignol de Melbourne, en Floride - occupent une place importante dans le Defeat Autism Now! mouvement, ce qui favorise un grand nombre de traitements alternatifs. Tous deux ont parlé à des groupes de parents lors de conférences sur l'autisme et formé d'autres médecins à leurs méthodes.
Coman a allégué devant la Circuit Court du comté de Cook que Usman et Rossignol prescrivaient des traitements de chélation "médicalement inutiles et injustifiés", a dessein de forcer le corps à excréter des métaux toxiques, même si l'enfant ne souffrait pas d'une intoxication par des métaux lourds. Les traitements comportent un risque d'insuffisance rénale, allègue l'action en justice.
"C'est un gros Buisness [commerce qui rapporte gros], et il y a beaucoup de gens qui sont prêts à mettre de côté la sécurité des enfants pour faire de l'argent sur le dos de parents effrayés, désespérés", a déclaré Coman dans une interview.
Rossignol a prescrit ces traitements seulement par téléphone, n'ayant jamais vu l'enfant en personne, selon l'action en justice. Un représentant du bureau de Rossignol a dit que le docteur ne pouvait pas faire de commentaires sur un litige en cours. Usman n'a pas donné suite aux appels [téléphoniques] demandant des commentaires.
Coman a aussi allégué que Doctor's Data Inc., le laboratoire de St. Charles qui a exécuté les tests que Usman et Rossignol utilisaient pour justifier ces traitements, avait commis une négligence pour avoir utilisé "une méthode inadéquate" de test.
Le procès met en lumière un test souvent utilisé pour diagnostiquer un empoisonnement aux métaux chez les enfants atteints d'autisme. Pour effectuer le test, les médecins donnent aux enfants un médicament chélateur qui oblige le corps à excréter quelques-uns des métaux qui existent chez tout le monde - sains ou malades - en quantités infimes. Ces métaux se retrouvent dans l'urine qui est envoyée à un laboratoire pour être examinée.
Dans le cas du fils de Coman, Doctor's Data a ensuite comparé ces résultats provoqués par des médicaments avec des [résultats] standards de personnes à qui on n'a pas donné de médicaments de chélation. Basé sur cette comparaison de pommes avec des oranges, il a été trouvé chez le fils de Coman des taux élevés de plomb, aluminium, étain et mercure - certains listés dans les résultats dans la "fourchette de 90 à 100% de contamination par des métaux de Doctor's Data, selon l'action en justice.
Le premier de ces nombreux tests qui ont trouvé un empoisonnement aux métal a été réalisé sur le fils de Coman quand il avait seulement 2 ans et "n'avait pas été exposé au mercure ou à un autre métal lourd en quantité significative", a allégué l"action [en justice].
Le directeur général de Doctor's Data n'a pas donné suite aux appels [téléphoniques] demandant des commentaires.
Les traitements que le fils de Coman a reçus sont aussi le sujet d'un divorce amer et une bataille de garde entre Coman et sa femme. Elle a été une partisane des thérapies pour le garçon, selon des selon les dossiers de la cour de divorce.

Un autre exemple : Autism Treatment Plus est l'organisme créé le 24/07/2013 suite de la fermeture d'Autism Treatment Trust (ATT), dont le nom avant le 06/02/2006 était Action Against Autism (AAA). La principale scientifique dans ces organismes est/était Lorène Amet. Remarquons qu'en 2014, Autism Treament Plus mentionne les laboratoires suivants: le Regenerus Laboratories qui utilise le laboratoire américain Data's Doctors, Great Plains Laboratories, The Doctors Laboratory anglais, le Genova Diagnostics, le Biomedical Unit de Londres, et surtout le RED Laboratories en Belgique[3].

Et encore: Une étude de convaincus de la théorie vaccin = autisme et de l'efficacité de la thérapie par chélation, dirigée par James B Adams en 2009. Sans surprise, les échantillons ont été envoyés à Doctor's Data pour y être analysés[4]

De plus, il arrive que ces docteurs ou thérapeutes déclarent, pour pouvoir faire rembourser les frais par les compagnies d'assurance-santé, que le test a été prescrit pour cause d'intoxication lourde, alors qu'il a été prescrit de fait à des enfants autistes. En clair, s'ajoute aux motifs de plaintes contre ces docteurs ou thérapeutes un délit d'escroquerie à l'assurance-santé.

Le Doctor's Data Laboratory n'a pas hésité à attaquer en justice Stephen Barrett en 2010.[5][6].

Liens externes

Références

  1. http://articles.chicagotribune.com/2010-03-04/health/ct-met-autism-therapy-lawsuit-20100304_1_defeat-autism-autism-treatment-chelation Doctors sued over ‘dangerous’ autism treatment. Article publié le 4 mars 2010 dans le journal Chicago Tribune, signé Patricia Callahan
  2. http://www.chicagotribune.com/lifestyles/health/chi-autism-treatments-nov22-story.html
  3. http://www.autismtreatment.org.uk/services/at-biomedical/laboratory-testing/
  4. http://www.biomedcentral.com/1472-6904/9/16#sec2
  5. https://en.wikipedia.org/wiki/Stephen_Barrett
  6. http://www.quackwatch.com/14Legal/dd_suit.html