Modifications

De Psiram

William L. Cowden

37 octets ajoutés, 13 juin
Article norvégien "EN REISENDE I MIRAKELKURER" publié en juin 2013
Le titre de l'article est difficile à traduire, il fait allusion, par l'illustration qui l'accompagne, aux vendeurs itinérants qui, jadis, proposaient sur les marchés et dans les foires des remèdes miracles à tout faire, une panacée qu'on appelle parfois par dérision de "huile de serpent". Evidement cela n'augure rien de bon pour la réputation dudit voyageur qui vise à arnaquer le chaland pour le délester de son argent. En tout cas, voici ce que propose comme titre divers traducteurs "''Un voyageur en cure miracle''".
Présentation de l'article: La Norvège est un marché intéressant pour le "Big Borrelia Business ": les citoyens ont un bon pouvoir d’achat, les médias sont très intéressés par les histoires de miracles, et les autorités de surveillance sont endormisendormies.
De nombreux lecteurs assidus de la bande dessinée Lucky Luke se souviennent de Doc Doxey, le charlatan sournois qui voyageait de ville en ville dans l’Ouest et vendait sa panacée qui guérissait la plupart des maux.
Lors de la réunion de vente à Oslo dimanche, Lee Cowden avait deux partenaires avec lui:
Le Norwegian Borreliose Centre (NBS) a parlé de certains de leurs patients qui auraient dû être mieux lotis que les élixirs de Cowden. La clinique a diagnostiqué une borréliose à plus de 500 patients norvégiens et suédois et au moins autant sont sur la liste d'attente. La clinique, qui, jusqu'à récemment, ne recommandait "que" des antibiotiques prolongés, une diététique, un "traitement biomédical", un "traitement immunostimulant" et "des options de traitement plus complémentaires", offre désormais aux patients un traitement miracle de Cowden à ceux "qui ne tolère tolèrent pas les antibiotiques ou le traitement aux antibiotiques de longue durée ».
[Remarque de Psiram: Le Centre-Borréliose Norvégien (NBS), qui a fermé fin 2013, était dirigé par le Dr [[Rolf Luneng]], un LLMD, un "Lyme doctor" donc. Celui-ci a perdu en septembre 2013 l'autorisation d'excercer pour avoir, après plusieurs avertissements des autorités de santé norvégiennes, continué à prescrire des antibiothérapies longues.]
Le [[BCA-clinic|Borreliosis Center Augsburg (BCA)]] a également témoigné à propos de la cure Cowden. La BCA est la clinique allemande qui fait les tests sanguins des patients du NBS [Centre-Borréliose Norvégien] pour 5100 Couronne norvégienne, avec des méthodes non recommandées par les autorités allemandes, norvégiennes et américaines et les communautés de spécialistes. Après un tel test, la plupart des gens se retrouvent avec un diagnostic de borréliose.
Il se peut que ces trois partenaires s’occupent de toute la chaîne. Le NBS attire les patients norvégiens, la [[BCA -clinic|BCA]] vend les tests qui diagnostiquent les patients et Cowden leur vend le remède miracle.
'''«BBB» – «Big Borrelia Business»'''
Pour Cowden, la Norvège est probablement un marché intéressant. Les habitants ont un bon pouvoir d’achat, les médias s'intéressent davantage aux histoires de miracles qu’au journalisme critique sur le secteur de la borréliose, les autorités de contrôle (le Conseil norvégien de la santé et le médiateur pour les consommateurs) dorment et l’épidémie de "[[maladie de Lyme chronique|borréliose chronique]]" se répendrépand. Si Cowden rassemble un millier de patients, le chiffre d’affaires annuel peut rapidement atteindre 20 millions de NOK [couronnes norvégiennes].
Les allégations de Cowden concernant les propriétés de l'élixir sont illégales aux États-Unis, car les preuves n'existent pas. De même, il est en Norvège pour le droit de commercialisation et la réglementation sur la commercialisation du traitement alternatif de la maladie. Le marketing principal de Cowden a donc lieu en Équateur, où son site Web en anglais regorge de fausses allégations médicales. Pouvons-nous espérer que le Médiateur des consommateurs examine de plus près le marketing et demande une documentation pour tous les effets médicaux que Cowden prétend qu'ont les élixirs.
La soi-disant épidémie de tiques est fausse. L'infection provient d'Internet et non de la forêt.
Aujourd'hui, ils se rassemblent devant le Storting. La rébellion Borrelia, la "maladie des tiques", doit être prise au sérieux. Ils exigent que leur diagnostic soit reconnu et que l’État paye des les consultations et des les traitements. Et ils mettent en garde contre une épidémie toujours croissante et fatale de la [[maladie de Lyme]]. <br>La grande épidémie est fausse. L'infection provient d'Internet et non de la forêt. Et la source de l'infection provient d'une alliance de cliniques privées et d'associations de patients aux États-Unis, et non des tiques du sud de la Norvège.
Peu sont infectés
4 367
modifications

Menu de navigation