Justifications multiples

De Psiram

La plupart des « thérapies alternatives » présentent leur prétendue efficacité par des « justifications multiples », notamment scientifique, pratique, et ésotérique.

La justification scientifique emploie un vocabulaire qui peut être issu de toutes les sciences : médicale, physique, biologie, etc. Elle tente de constituer des « raisonnements scientifiques », qui sont en fait toujours des hypothèses invérifiables, et le plus souvent loufoques.

La justification pratique a le mérite de la simplicité : « cela fonctionne, puisque Untel a été guéri de cette façon ». Plus globalement : « on ne sait pas exactement pourquoi ça fonctionne. Les recherches scientifiques sont en cours. Mais le principal est le résultat ». Tout cela ne justifie évidemment rien du tout. Les raisons d’une guérison peuvent être multiples : rémission spontanée, placebo, etc. C’est pour lutter contre de tels « raisonnements » que des protocoles stricts sont définis par la science médicale, pour prouver de véritables effets.

La justification ésotérique permet quant à elle tout et n’importe quoi. Par définition, rien n’est vérifiable. Chaque « inventeur » définit le nom de sa thérapie, les traditions ésotériques auxquelles il se raccroche, le vocabulaire qu’il souhaite employer, etc. Cette justification ésotérique est souvent présentée comme optionnelle par ses adeptes : « vous n’êtes évidemment pas obligé de vous convertir à notre tradition ésotérique pour pratiquer nos conseils de bien-être ». Un volet annexe de cette justification ésotérique utilise des jeux de mots. Ainsi, la maladie nous parle, puisque finalement « le mal a dit ». Etc.

En fonction de son interlocuteur, le praticien insistera davantage sur une de ces trois justifications. Face à un esprit plutôt rationnel, il insistera sur la justification scientifique. Face à un esprit plutôt empathique et confiant, il insistera sur la justification pratique. Face à un esprit plutôt mystique, il insistera sur la justification ésotérique. L’essentiel pour le praticien est que son interlocuteur ait confiance en lui. Peu importe la manière dont cette confiance se construit. C’est pourquoi ces « thérapies alternatives » peuvent conduire à des emprises et des dérives sectaires.

EXEMPLES DE JUSTIFICATIONS SCIENTIFIQUES

  • Pour l’homéopathie : mémoire de l’eau
  • Pour la médecine quantique : la physique quantique

EXEMPLE DE JUSTIFICATIONS PRATIQUES

  • « Des milliers de foyers l’expérimentent avec succès chaque jour »

EXEMPLE DE JUSTIFICATIONS ESOTERIQUES

  • Chaque « soin » cherche à se décrire selon la façon dont il veut se rattacher aux différentes traditions ésotériques.
  • Citons en particulier les traditions orientales, et notons que les concepts de Qi, Chi et Prana sont quasiment les mêmes. Leur seule différence est leur rattachement à des traditions différentes : Chine, Japon et Inde.